• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Le salarié une charge intellectuelle, le capitalisme une charge tout (...)

Le salarié une charge intellectuelle, le capitalisme une charge tout court

Depuis le ministère de Raymond Barre, 1977, la Solidarité a été battue en brèche. Il n'eut de cesse de répéter qu'elle était une charge pour les employeurs.
Depuis lors cette notion a faite école, et il n'a pas été un seul Président qui ne l'ait reprise.
Cette notion est sortie du plan Comptable qui a été élaboré par les maîtres et où le salarié, l'homme, l'Humain est classé comme une Charge au même titre qu'une clé à molette, avec accord de nous tous.

Le comble étant atteint quand des ouvriers pensaient qu'il y aurait plus d'emplois s'il y avait moins de Charges. 
Aujourd'hui cette ineptie, cette absurdité absolue digne des plus grands mensonges, ce FAKE NEWS institutionnel, cet enseignement irréel voire virtuel, tant je vomis cette notion anti humaniste, que je ne trouve pas de qualificatifs assez forts pour la discréditer.

Je l'entends encore portée généralement par tous les économistes de comptoir du RN, en mal d'intelligence qui veulent réduire les émoluments et les indemnités des élus et plus. Quand ce n'est pas repris et conforté par les économistes attitrés de LCI, BFMTV, News que l'on ne peut accuser de complicités ou d'affinités avec ce parti. 
Certains glorieusement la revendiquent dans leurs bouquins.
Savent-ils au moins qu'en prêchant des fake neews Économiques ils se licencient eux mêmes. 
Le plus fantastique art de l'imbécilité, de l'immaturité politico-Economique de beaucoup de ces sympathisants de l'un ou des autres, inspirés des gestionnaires du capitalisme, s'apparente à du suicide Économiques.

C'est comme s'ils disaient en licenciant nous créerons des emplois. 

Je crois que si R. Barre l'avait dit comme cela personne ne l'aurait cru.
Mais voilà la charge, n'est que mon père, ma mère, mes frères et soeurs, mes amis, mes ennemis, mon chien et mon chat, le Président, les chevaux, l'âne, le premier ministre, le ministre de l'intelligence, le Président du sénat, les associations de Tiques et de Taons, bref l'activité des hommes. 

C'est drôle que quand on regarde les Charges avec l'oeil Humain plutôt qu'avec la calculette Comptable tout change.

La charge ce n'est que la vie des hommes. 
La charge ce n'est que le prix de la bonne santé des hommes. 
La charge ce n'est que l'instruction des hommes.
La charge ce n'est que la sécurité des hommes. 
La charge ce n'est que le secours des hommes.
 La charge c'est l'aide aux familles.
 La charge c'est l'aide aux handicapés. 
 La charge c'est le secours au miséreux.
 La charge c'est le prix de la démocratie de tous ceux qui la font vivre.
 La charge c'est les loisirs, les vacances, les naissances, les enterrements, les jours fériés pour fêter, les dieux, les guerres, la république, les travailleurs, les journées enfants malades, la formation professionelle, le droit de se soigner, de prendre sa retraite.
 Et j'en oublie. 
 Que pensons-nous qu'il se passerait si l'on supprimait les charges. 
 Plus d'hôpitaux.
 Plus de médecins. 
 Plus d'armée.
 Plus de police.
 Plus de pompiers, secours.
 Plus d'enseignants, 
 Plus d'écoles
 Plus d'administrations.
 Plus d'élus.
 Plus de loisirs.
 Plus de routes.
 Plus d'aides de toutes natures.
Et surtout la charge la plus importante le salaire.
PLUS D'HOMMES. 

Pouvons-nous imaginer cela, le summum du capitalisme, plus d'hommes, plus de CHARGES.

Ce seraient l'Éden, les patrons n'auraient plus besoin de produire pour s'enrichir, ils n'auraient plus de CHARGES à qui les vendre.
En France ils seraient 1,8 million à se balader à poils, car incapables de remplacer tous les métiers qu'accomplissaient les Charges. Se nourrissant de ceux que leur auraient laissé l'agriculture. 
Adieu portable, jet, voiture, eau potable, mais putain ils auraient de l'air sain.
Conclusion à la Raymond Barre, en fait les véritables Charges ce sont les patrons. 
Ne croyons pas que je rigole, je l'ai démontré avec un article, les salariés paient tout. 

Ou pour le dire différemment, la charge c'est le capitalisme.

Dans le plans Comptable les charges de l'un ne sont que les ressources de l'autre, et tournez manège. 
Tant que les places sont en France, les tours sont rapides quand le manège passe par le monde l'on attend plus long temps son tour. C'est la circulation monétaire. 
Ce qui permet d'en avoir rien à foutre de la dette publique. C'est juste un compte virtuel que l'on peut laisser grossir à vie en reprenant ce que l'on a donné ou en redonnant ce que l'on a pris et si jamais il nous faut une brouette pour transporter les billets, il suffit de les réduire à un, avec un chiffre. 
Tant que l'on a la capacité de travailler l'on est riche, l'on est pauvre lorsque l'on croit qu'il faut de la monnaie pour ça.
Alors comme aujourd'hui c'est ce qui nous motive, et il faut être lucide pour ne pas le nier en attendant mieux, créons donc de ma monnaie par l'augmentation de la dette ou en partant à la conquête de la BCE et du FMI.

Il est fou ce ddacoudre, tu vois pas que tu es tout seul. Ah oui, bon j'attendrai qu'on soit plus nombreux. Pauvre vieux tu seras mort avant. Merde tu as raison.
Au secours votez FiM non BFM non IMF non BEC non CEB, CIB, MEB, zut je suis perdu avec toutes ces lettres. C'a y est j'ai retrouvé mes esprits, votez Mélenchon. Je veux pas mourir avant.

D'écrire cela m'a rappelé un souvenir. Je me suis ouvert au militantisme par l'entraînement d'Henri, un ancien de la SFIO.
Quand Mitterrand est arrivé au pouvoir, j'étais satisfait, mais je n'exhultais pas. 
Des amis m'interrogerent et j'eus cette réponse. 
Les gens croient que les cailles vont tomber toutes rôties, la seule chose qui me fait plaisir c'est qu'Henri ait vu le Socialisme arriver au pouvoir avant de mourir, car c'était son souhait.
Au moins il est mort heureux, puisque à son décès en 1984, il n'a pas pu assister à celui du Socialisme.

Je reviens à la charge.

Il existe encore des nazis pour dire qu'Hitler aurait dû tuer tous les juifs ; ls n'ont rien compris, ils sont aussi mauvais que l'a été Hitler.
Ce est pas les juifs qu'il aurait du brûler mais tous les cons, au moins l'on aurait pas de problème de surpopulation.
Ne nous emportons pas. J'ai rien contre les Nazis, rien contre Hitler, rien contre les cons.
C'est que je veux pas mourir rôti.

52 ans que l'on nous bassine avec ça, la vie de ceux qui travaillent coûte cher.
l'État doit réduite ses dettes, ses agents. Parfois je me demande si nous avons conscience de ce que nous disons
 Je vais le traduire. Moi salarié qui achète mon travail plus cher que ce que j'ai reçu comme salaire. Par cet achat je paie tous les administratif qui travaillent au service du public. Si on les vire, je n'aurais plus à être soumis à l'impôt, il y aura 5 millions de chômeurs en plus, qu'il faudra que je paie comme tel, mais j'économiserait la différence entre le salaire qu'il percevait et les indemnités que je lui donne
 En conséquence il consommera moins et je perdrais des emplois équivalent, résultat ça me retombe sur la figure.
 Aller j'ai envie de terminer sur une note désagréable.
 R. Barre avait raison le salarié est une charge, mais pas financière, intellectuelle, sourions.

 


Moyenne des avis sur cet article :  1.31/5   (16 votes)




Réagissez à l'article

16 réactions à cet article    


  • armand 25 juin 18:52

    compltment givré du pur panda sen sens ocun


    • ddacoudre ddacoudre 25 juin 23:19

      @armand

      Bonjour

      Dommage que tu n’aies pas compris que tu étais une charge et que l’humour te perde, tu risque s de brûler, je plaisante je respecte trop l’Humain pour te rôtir. Cordialement ddacoudre overblog


    • Ruut Ruut 26 juin 09:31

      C’est la perte de la culture de la bienveillance au sein de la culture de l’entreprise qui pose problème.
      Un employé heureux est un employé productif.
      A l’inverse un employé soumis à des pressions externes et, ou malheureux, ne sera pas productif.
      La culture de la bienveillance au sein de la culture de l’entreprise tend à rendre les employés heureux et donc au top de leur productivité.

      A l’inverse la culture actuelle des casseurs d’employés (réduction des couts de fonctionnement arbitraires) flingue tout et crée de gros problèmes structurels et fonctionnels au sein des entreprises a long et moyen terme.

      Une entreprise qui ne fait plus rêver son personnel est une entreprise vouée à mourir (sauf si pas de concurrence).

      Toute grogne des employés a une cause fonctionnelle réelle.
      Et c’est souvent les ambitions (hors de leurs compétences réelles) de certains chefs de services qui font du tort à l’ensemble car ils masquent leurs incompétences en accusant les autres ou en ne faisant pas le travail qui est le leur (faute de compétences ou de contrôles adaptés). La gestion par statistiques est le meilleur moyen de masquer des problèmes connus mais réels et grandissants car non traités.


      • ddacoudre ddacoudre 26 juin 20:21

        @Ruut

        Bonjour

        Les esclaves, les serfs, asservis, les salariés, ont été et son heureux. Le problème n’est pas là. Ma difficulté n’est pas seulement un manque de bienveillance, même si ce que tu dit est juste. C’est seulement que me salariet doit acheter le prix de son travail au double de ce qu’il a reçut IN patron donne 100 à son salarié pour faire une bouteille. le patron ajoute sa marge ,100. Il doit trouver un Client pour vendre la bouteille 200

        Or il y a ,1,8 millions de patrons, et 24 millions de salariés qui serons les clients. Le client salarié devra acheter son travail 200 avec les 100 qu’il a reçu. Pour acheter son travail il doit emprunter 100. Qu’il remboursera 120 Total il racheté son travail, ici la bouteille 220 Cela s’appelle l’exploitation de l’homme par l’homme ou me Capitalisme

        Cordialement ddacoudre overblog


      • tashrin 26 juin 11:59

        Vous melangez beaucoup de choses...

        Et votre discours décousu ne sert absolument pas la cause que vous semblez défendre

        En gestion, que vous soyez d’accord ou pas, les ventes sont des produits et les dépenses des charges. Et le cout d’un salarié est bien une charge pour l’entreprise, et c’est pas sale... Ca veut juste dire que c’est un poste de depense, et pour memoire, une entreprise ne propose du boulot qu’à partir du moment où la charge supplementaire générée par le salaire est absorbée par les recettes supplementaires induites par sa présence. Ca c’est pas idéologique, juste logique.

        Après, on peut discuter de la finalité de l’entreprise, et de l’importance qu’on accorde à ses forces vives, ce qui est un autre probleme.On peut discuter également de cette notion appliquée à un service public, ou à des fonctionnaires.

        Mais se battre contre un moulin fantome... demontre juste votre incomprehension du monde économique, c’est dommage. Votre prolixité en serait plus utile


        • ZXSpect ZXSpect 26 juin 14:13

          @tashrin

          Je confirme que l’auteur « mélange beaucoup de choses », d’ailleurs que vient faire ce paragraphe dans l’article ?

          «  »« Il existe encore des nazis pour dire qu’Hitler aurait dû tuer tous les juifs ; ls n’ont rien compris, ils sont aussi mauvais que l’a été Hitler.
          Ce est pas les juifs qu’il aurait du brûler mais tous les cons, au moins l’on aurait pas de problème de surpopulation.
          Ne nous emportons pas. J’ai rien contre les Nazis, rien contre Hitler, rien contre les cons.
          C’est que je veux pas mourir rôti. »«  »


           ?????


        • ddacoudre ddacoudre 26 juin 20:52

          @tashrin

          Bonjour Un patron veut produire une bouteille, il loue la force du salarié qui lui fait le travail Le patron donne 100 au salarié pour le travail, et le rentre dans le compte charge. Salaire = charge. Le patron doit vendre sa charge. Au minimum il devra vendre à blanc la bouteille soit 100. Là n’est pas son intérêt. Deux solutions ou il réduit da charge ou il vend avec une marge. 1/ Il vend avec une marge de 100 Sa bouteille devra être vendu 200. Qui sont mes client ceux qui ont reçu un revenu de leur travail soit en France 24 millions de salariés et 1,8 millions de patrons Problème le client salarié dispose deb100 pour acheter son travail la bouteille. Sauf elle vaut 200 Il ne peut donc pas acheter le travail qu’il a produit. Il va donc emprunter 100 qu’il remboursera 120. Résultat il rachètera sont travail 220. 2/ Il décide de diminuer sa charge Il donne 50 au salarié ,. Et conserve sa marge il vendra ma bouteille 150, et il manquera toujours 100 au salarié client qui achètera avec emprunt sont travail 170. Je t’en offre une 3/

          Le salarié à obtenu une augmentation 50, son travail vaut 150 de charge.me patron devra vendre cette augmentation, la bouteille coûtera 250 pour garder sa marge. Le salarié devra toujours emprunter 100 qu’il rendra 120. La bouteille ou son travail il l’achètera 260.ai l’impression de faire un cours pour sixième, et ne me répond pas des sorties du genre on augmente la productivité ont met des robots. Pour ne plus avoir de charge il doit SUPRIMER le salaire. Soit il en revient à l’esclavage et il n’aura pas de client solvable pour acheter sa bouteille à ,100 de marge, ou SUPRIMER ma charge en licencient le salarié résultat il n’aura PLUS de portable.

          Cordialement ddacoudre overblog


        • tashrin 27 juin 10:02

          @ddacoudre
          ai l’impression de faire un cours pour sixième

          Ben scusez, mais vous devriez y retourner au lieu d’ecrire ici toujours les mêmes trucs en boucle
          Cet exemple vous l’avez déjà écrit plusieurs fois, mais le repeter ne le rendra pas plus juste et ne répond en rien aux objections qui vous sont faites. Bref


        • ZXSpect ZXSpect 27 juin 18:42

          @ddacoudre

          à l’auteur

          vous êtes prompt à répondre et à argumenter... mais expliquez nous ce

          .

          que vient faire ce paragraphe dans l’article ?

          «  »« Il existe encore des nazis pour dire qu’Hitler aurait dû tuer tous les juifs ; ls n’ont rien compris, ils sont aussi mauvais que l’a été Hitler.
          Ce est pas les juifs qu’il aurait du brûler mais tous les cons, au moins l’on aurait pas de problème de surpopulation.
          Ne nous emportons pas. J’ai rien contre les Nazis, rien contre Hitler, rien contre les cons.
          C’est que je veux pas mourir rôti. »«  »

           ?????


          Développez « J’ai rien contre les Nazis, rien contre Hitler.. »



        • ddacoudre ddacoudre 27 juin 19:58

          @ZXSpect

          Bonjour

          Tu dois être fâché avec humour. Quand tu me lis préviens’ moi je te ferai une explication de texte Cordialement ddacoudre Désolé d’avoir interfère dans ta conversation, mais c’était trop drôle je ai pu résister Merci tout de même de m’avoir lu


        • ZXSpect ZXSpect 27 juin 20:36

          @ddacoudre

          Je l’attends l’explication de texte

          Allez y ?


        • folamour folamour 27 juin 21:55

          @ZXSpect
          .
          C’est un classique de la maison.
          Quand l’auteur écrit comme une galoche et qu’on lui rappelle...
          Ce dernier prétend que c’est de l’humour....


        • Yaurrick Yaurrick 26 juin 20:05

          Pas un mot de l’auteur sur la notion de risques et sur la réalité comptable d’une entreprise, où le patron n’arrive pas forcément à se dégager un salaire.


          • Xenozoid 26 juin 20:09

            @Yaurrick

            Pas un mot de l’auteur sur la notion de risques et sur la réalité comptable d’une entreprise, où le patron n’arrive pas forcément à se dégager un salaire.

            zuckenberg,reagan ?thatcher ? pinochet ?giscard ? dassaut ? il ne viennent de rien pas de salaire


          • foufouille foufouille 26 juin 20:35

            @Yaurrick
            car ii veut vendre sa merde hors de prix comme un incapable


          • ddacoudre ddacoudre 27 juin 20:12

            @Yaurrick

            Bonjour

            La réalité Comptable, c’est 1+1=2. Un kg de viande n’a jamais égalé un kg de carottes. C’est la réalité comptable qui fixe sa valeur d’échange ou l’homme Le risque si tu veux t’en protéger tu fais comme les salarié tu crées une caisse de solidarité ou tu t’assure à la loyd parce que pour la caisse en vu des risques les patron ont dit niet, celui qui crève un autre le racheté pour un euro symbolique. Si tu n’est pas capable de t’assurer contre tes risques n’en culpabilise pas les autres Cordialement ddacoudre overblog

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès