• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Le sixième pouvoir

Le sixième pouvoir

La science n'est-elle pas politique ? N'est-elle pas une idéologie comme une autre, tel que le droit par exemple ? Ne pourrait-elle pas être perçue comme un sixième pouvoir étatique ? Et si tel est le cas, est-elle alors démocratique ? Voici quelques éléments de réponse à des questions d'actualité.

Le mot science peut se définir dans un sens premier comme la « somme de connaissances qu'un individu possède ou peut acquérir par l'étude, la réflexion ou l'expérience », ou dans un sens second, comme « ensemble structuré de connaissances qui se rapportent à des faits obéissant à des lois objectives (ou considérés comme tels) et dont la mise au point exige systématisation et méthode ».

Mais ce sens second pose problème. Tout d'abord, parce que des philosophes des sciences telles que Jean-Claude Passeron et Karl Popper, ne sont pas d'accord sur la manière de définir un énoncé scientifique et donc a fortiori une loi scientifique. Ensuite, parce que pour Paul Feyerabend, autre philosophe des sciences, la méthode et la systématisation ne représentent pas des critères pertinents pour définir ce qui fait science.

En attendant que les philosophes se mettent d'accord, il est donc possible d'en revenir au sens premier du mot science et de dire que toute personne qui produit ou partage de la connaissance pratique la science. Cette façon de voir les choses a en outre l'avantage de concevoir la science de manière démocratique puisque son activité est dès lors accessible à tous.

Cependant, et notamment en raison d'une méthode pourtant soumise à débat, la science fut accaparée par les universités, instituts d'enseignement supérieur, laboratoires et autres institutions de ce type souvent reconnaissables par leurs prétentions à l'excellence. Mais une excellence relative toute fois lorsqu'on apprend que les universités « perdent le nord », que certaine thèse de doctorat sont annulée pour cause de plagiat, et que l'université est sujette à une dérive :

« On peut alors parler de dérives pour les universités, qui mettent en péril les modes de travail des universitaires et des personnels académiques en général. Sous ces coups de boutoir, les universités se liquéfient, elles se bureaucratisent, entrent stérilement dans un esprit de compétition mal placé, de sorte qu’un sentiment d’aliénation professionnelle s’empare de plus en plus des personnels, chacun se sentant dépossédé de son outil de travail et perdant progressivement le pouvoir de définir le sens des missions de l’université. Ces dérives sont lourdes de conséquence et la qualité de la recherche et du service rendu aux étudiants ne peut que s’en ressentir. »

Mais d'où pourrait provenir ces dérives, si ce n'est que d'un manquement éthique ? Car on a tendance à oublier que derrière le code de déontologie et l'épistémologie, de la science se trouve l'éthique, qui repose à son tour sur une réflexion idéologique première et fondamentale qu'est la philosophie politique ou la religion.

JPEG - 67.7 ko
Francois Rabelais
https://commons.wikimedia.org/wiki/File:Francois_Rabelais.jpg

Lorsque François Rabelais faisait écrire par la main de Gargantua une lettre à son fils Pantagruel pour le mettre en garde sur le fait que « selon le sage Salomon, Sapience nentre point en ame malivole, et science sans conscience nest que ruyne de lame. » il faisait en effet référence à l'idée de « servir, aymer, et craindre dieu et en luy mettre toutes tes pensees, et tout ton espoir ».

En France, la religion qui depuis toujours est en relation avec la science, fut écartée des affaires de l'état suite à sa sécularisation. Mais une fois la laïcité établie, il est fort probable que l'idéologie ecclésiastique favorable au maintien des avantages politiques et économiques d'une certaine classe trouva refuge en science.

Dans l'ouvrage Les chiens de garde publié en 1932, soit moins de 30 ans après la loi de séparation des Églises de l'État en France, Paul Nizan accusait en effet les philosophes, ces personnes qui en science traitent des questions proches du religieux, d'avoir « trahi les hommes pour la bourgeoisie ».

Soixante-cinq ans plus tard dans un ouvrage intitulé cette fois Les nouveaux chiens de garde, Serge Halimi accusa pour sa part le journalisme d'être perverti dans « une société de cour et d'argent, en se transformant en machine à propagande de la pensée de marché ».

Quinze ans plus tard enfin, chiens de garde anciens et nouveaux se retrouvent dans un nouvel ouvrage titré Les marchands de doute dans lequel Naomi Oreskes, Erik M. Conway et Jacques Treiner dénoncent cette fois une certaine connivence entre « experts indépendants » et « médias naïfs ou complaisants » dans le but de troubler délibérément les débats et d'atteindre l’opinion publique sur des sujets aussi importants que le tabagisme et le réchauffement climatique.

L'histoire semble donc indiquer qu'au-delà du pouvoir législatif, du pouvoir exécutif, et du pouvoir judiciaire reconnu par Montesquieu et complété ensuite par un quatrième pouvoir (la presse et les médias) et un cinquième pouvoir (système économique), il existe en fin de compte un « sixième pouvoir » localisé cette fois dans la science et plus précisément dans le milieu scientifique que représente de nos jours les « experts » issu des universités. Et comme l'écrivait Paul Feyerabend :

« Ainsi, la science est beaucoup plus proche du mythe qu'une philosophie scientifique n'est prête à l'admettre. C'est l'une des nombreuses formes de pensée qui ont été développées par l'homme, mais pas forcément la meilleure. La science est indiscrète, bruyante insolente ; elle n'est essentiellement supérieure qu'aux yeux de ceux qui ont opté pour une certaine idéologie, ou qui l'ont accepté sans avoir jamais étudié ses avantages et ses limites. Et comme c'est à chaque individu d'accepter ou de rejeter des idéologies, il s'ensuit que la séparation de l'État et de l'Église doit être complétée par la séparation de l'État et de la Science : la plus récente, la plus agressive et la plus dogmatique des institutions religieuses. Une telle séparation est sans doute notre seule chance d'atteindre l'humanité dont nous sommes capables, mais sans l'avoir jamais pleinement réalisée. »

Or, il se fait qu'au cours de la pandémie de Covid-19, la promiscuité entre la science et l'état n'aura jamais été aussi grande, dans un contexte de droit d’exception abusif parfois, comme l'aura démontré la condamnation de l'état Belge par le tribunal de première instance de Bruxelles.

Certains diront que la gravité de la situation justifie l’immixtion de la science dans les prises de décisions politiques. Mais si tel est le cas, il faut alors admettre que c'est le principe de démocratie qui entre en jeux, puisque la science jusqu'à ce jour n'est pas un espace démocratique.

Pour s'en convaincre, il suffit de regarder combien coûte un parcours d'étude supérieur, ou encore de vérifier que le premier paragraphe de l'article 26 de la Déclaration des Droits de l'Homme selon lequel « l’accès aux études supérieures doit être ouvert en pleine égalité à tous en fonction de leur mérite », et de s'apercevoir ensuite, qu'il n'est ni repris par la Convention européenne de sauvegarde des Droits de l'Homme, ni par la Convention américaine relative aux droits de l'homme, ni même par la Charte africaine des droits de l’homme et des peuples.

Au sein des nations dites démocratiques, la science, en tant que sixième pouvoir, devrait donc, elle aussi, être démocratique, ou dans le cas contraire, elle devrait être tenue à distance des décisions étatiques tout comme le fut l'église en son temps.


Moyenne des avis sur cet article :  3.5/5   (14 votes)




Réagissez à l'article

36 réactions à cet article    


  • Clocel Clocel 26 mai 09:23

    La science, un veau d’or, rien de nouveau sous le soleil dans la ruche humaine, si, on n’attend même plus le messie.

    Elle fait de gros trous et fournit des petites rustines, une juteuse affaire pour ceux que la conscience n’empêche pas de dormir.


    • babelouest babelouest 26 mai 10:09

      La VRAIE science a bien du mal à exister, car le scientifique est avant tout quelqu’un qui doute, qui remet en question, qui bouscule les consensus les mieux établis. La science, c’est le doute, c’est une sorte de « sacerdoce » car l’on est perpétuellement en butte avec « les idées établies ». Ceux qui défendent celles-ci sont souvent des médiocres qui défendent leur prébende à la fois financière et de réputation.

      .

      Le découvreur est l’humble paysan attaché à expliquer l’inexplicable, il fouille, il sème idées et doutes, parfois il récolte, parfois.... mais le danger alors est de rester sur cette certitude-là alors qu’il ne saurait en science y avoir de certitudes, rien que des constats de l’avancée du savoir à un certain moment.

      .

      « Homme, connais-toi toi-même », annonçait le temple de Delphes, selon Platon. Ce n’est donc pas d’hier. Pour avancer en science, il faut se connaître le mieux possible, pour savoir quelles sont nos limites, et passer le flambeau à qui pourra allier plus loin. Oui, cela demande beaucoup d’humilité. Pas sûr que les arrogants « sachants » d’aujourd’hui appliquent ces sages paroles.


      • mmbbb 26 mai 13:06

        @babelouest Descartes l affirmait aussi . La science a surtout avancé grâce à des cerveaux féconds . Quant aux scientifiques d auhourd « hui ils ne sont pas » tous des sachants « péremptoires L auteur cite Karl Popper , c est dépassé , c est la science explorative qui a permis des avancées notables . La découvertes des archaéas rend caduque l ancienne classification .
        C est un nouveau champ d exploration du vivant notamment des microbes des virus puisque nous ne connaissons une infime partie 

        Quant a la croyance dans la science sujet de K POPPER , lorsqu une théorie est fausse elle est invalidée comme celle de la mémoire de l eau 
         »
        Le gros intérêt des travaux de Popper est d’avoir attiré l’attention sur la fragilité de la vérification empirique pour valider une théorie. " 

        Mais il avait oublié que désormais l information circule tres vite notamment via INTERNET puisqu il ne connaissait pas cette revolution .
        Il serait difficile de maintenir une théorie fausse comme celle de Lyssenko par exemple 


      • Daniel PIGNARD Daniel PIGNARD 26 mai 15:51

        @babelouest

        Quelques exemples de découvreurs français non reconnus :

         

        Fernand Crombette :

        -Découverte d’un déchiffrage des hiéroglyphes égyptiens bien plus fécond que la méthode Champollion.

        -Déchiffrage du disque de Phaestos.

        -Démonstration que la terre ne tourne pas autour du soleil par le rappel des expériences de Michelson et Morley de 1887 et de Michelson et Gale de 1924 http://www.ilcatecumeno.net/fr014.annexe1.htm

         

        Guy Berthault : Expérimentation en canaux démontrant que les strates se forment simultanément et non en des millions d’années.

         

        André Berthier : Découverte de l’Alésia de Chaux-des-Crotenay par sa méthode du portrait robot aux paysages décrits par César.

         

        Paul Eychart : Découverte de la vraie Gergovie aux Côtes de Clermont et non pas au plateau de Merdogne.

         

        Béchamp : Découverte des microzymas.

         

        L’agriculteur Gillier : Découverte du système Gillier-Pantone en dopant les moteurs thermiques par de l’eau vaporisé et passée entre deux tubes chauffés par l’échappement gagnant 30 % en conso et 80 % en pollu.

         

        Votre serviteur : Découverte du mécanisme du déluge et de la dérive des continents.


      • Daniel PIGNARD Daniel PIGNARD 26 mai 16:06

        @Daniel PIGNARD
        Dr Eric Ballaux : Découverte du calcul mathématique de la hauteur des marées en tout lieu.
        Voir Le système terre-lune et les forces de marée dans le lien suivant :
        http://le-cep.org/archive/CEP_08.pdf


      • Opposition contrôlée Opposition contrôlée 26 mai 10:23

        Considérer « la science » comme un objet en suspension au dessus de la société est un exercice philosophique futile. Les universités sont des institutions sociales comme les autres, elles sont partie intégrante du système politico-idéologique des nations. Et d’autant plus que les nations tendent à se résumer à une technostructure, à laquelle l’université fournit les technocrates. 

        C’est particulièrement visible dans la structure du pouvoir aux états-unis

        Les universités, financés par les grandes entreprises, fournissent les experts et consultants qui, in-fine, seront chargés de la définition des politiques, lois et réglementations. En tant qu’institutions, elles ne font que délivrer des certificats de légitimité aux experts dont l’idéologie est compatible avec les intérêts des maîtres de la société. 

        Visualisez le diagramme en lien plus haut, placez y correctement « Big pharma », Bill Gates, les « spins doctors » qui conseillent le gouvernement, et vous verrez que ça marche très bien. L’université est une machine de légitimation de la politique, et non l’inverse.

        Concernant les rapports de la science et de la religion, j’ai le sentiment qu’il y a un simple transfert de prérogatives. La nature ayant horreur du vide, la perte de vitesse du religieux a entraîné le transfert de son rôle social vers les scientifiques, qui sont désormais les principaux référents de « la vérité ». Il est d’ailleurs notoire que « la science » commence de plus en plus à discourir de ce qui relève de l’eschatologie, apocalypses climatiques, viraux etc... 


        • mmbbb 26 mai 12:47

          @Opposition contrôlée bien que Monsieur a une propension à l insulte , ton argumentaire est quelque peu orienté Les USA ont le plus grand nombre de Nobel quels que soient les domaines L Allemagne l Angleterre deux pays ayant une bonne recherche et qui maintiennent leur rang .

          Hubert Curien fut un des rares ministres a avoir eu une formation scientique sous Mitterrand Il fut a l initiative des plans programmes parce que depuis Colbert , c est l etat qui doit impulser les innovations , Aux USA , l initiative privée est privlégiée En communication , telecom notre pays avait fait des grands progres
          En informatique nous avions cree un langage TEXTOR , mais il nous manquait la force de frappe du marketing B GATES lui l a utiisée et a réussit c est la différence de mentalité les américains foncent 
          En revanche , les Armericians ont ont adopte le langage francais ADA de ce grand M ICHBIAH

           Le professeur Christian Cabrol a dû faire ses études aux USA . Ce cardiologue émérite a ete le pionner de la greffe cardiaque en France .
          Dausset prix nobel de medecine , a dû faire une partie de ses études aux USA 
          Gerard Mouron , prix nobel de physique en 2048 idem 
          Mme Emmannuelle Charpentier prix de Nobel de chimie n a pas pu entreprendre ses travaux en France .

          C est toujours la même antiénne , une critique facile des USA sauf que la recherche dans ce pays est une des moteurs de leur hégémonie ,

          Ils sont en train d etre les pionners sur les recherches des ordinatuers quantiques
          Quant a BIG PHARMA , certes décrie , c est devenu un poncif , c est un labo américain qui a mis au point un traitement contre l hépatite C,

          Nous, nous en somme a la citation de Rabelais – ce fut un grand auteur certes , mais à son époque la médecine se limitait à celle de Galien et aux quatres humeurs d Hippocrate , L eglise interdisait la dissection du corps humain puisque le corps etait sacré , L auteur aurait pû nous épargner cette assertion d un collégien , 

          Il est d’ailleurs notoire que « la science » commence de plus en plus à discourir de ce qui relève de l’eschatologie, apocalypses climatiques, viraux etc...  " .
          C est un peu rapide , la science se charge du comment , la religion du pourquoi .
          Ce sont deux domaines qui doivent être séparées 
          Au moyen age on enseignait que Dieu etait au centre de tout , l eschatologie a ete aussi une science du moyen age notamment la fin de celui ci ou la fin des temps etait proche Une période trouble retracée par les tableaux de Bosch .
          Il n y a rien de nouveau sous le soleil,

          Cher auguste OPP C mais dont l injure ne l est pas ,


        • Pierre Régnier Pierre Régnier 26 mai 15:13

          @mmbbb

          Vous dites En communication , telecom notre pays avait fait des grands progrès.

          J’ose rappeler, une fois de plus, ceci, que les politiciens, les journalistes et les historiens (dont ceux qui ont voulu et soutenu l’Europe de Maastricht !) tiennent à oublier durablement :

          La France, dans une exemplaire collaboration européenne et public/privé, fut le premier pays au monde à mettre au point et à utiliser la vidéo numérique dans une émission de télévision.

          Ceux qui pleurnichent aujourd’hui sur la soumission de tous aux « GAFA » (Google, Apple, Facebook Amazon) devraient un peu réfléchir à la responsabilité de la “Gauche“ mitterrandienne sur l’énorme gâchis qu’a constitué la décision politique de négliger cette avance technique de la France et de l’Europe alors qu’elles ont été en mesure de créer une communication audiovisuelle concurrente du “tout USA“ en la matière.


        • mmbbb 28 mai 14:47

          @Pierre Régnier Je vous cite Louis Pouzin, Pierre Gilles de Genes Albert Fert ,
          des grands scientiques dont les travaux ont fait avance l informatique 

          En France c est en 2013 que nous avons cree un moteur de recherche Q WANT 

          Je ne suis pas assez imbécile pour me detourner de Google dont le nombre d indexation est de l ordre de plus de 100 milliards .
          De surcroit Google Map Google Sholar des indispensables 

          On me riait au nez lorsque j evoquais l avenir d Interner 

          En France le MINITEL certes une amélioration mais pas une revolution nous a fait rater le numérique 

          Les roquets aboient desormais contre le GAFAM 
          C est dans notre nature 

          Idem pour la recherche nous avons perdu deux places 


        • Pierre Régnier Pierre Régnier 29 mai 08:06

          @mmbbb

          Le MINITEL ne nous a pas fait rater le numérique.

          Ce sont les décisions gouvernementales de ne pas continuer d’améliorer les créations comme le Minitel (entre autres) qui ont fait rater le numérique.

          Nos gouvernants (européistes !) méprisent profondément nos meilleurs ingénieurs en techniques de communication.

          Comme ils méprisent profondément, maintenant, les très nombreux médecins qui soignent localement les malades dans leur cabinet. Des “experts“ carriéristes de l’entourage gouvernemental ont décrété, il y a un an, qu’ils ne devaient même pas chercher à combattre la Covid19 !


        • Francis, agnotologue Francis, agnotologue 26 mai 10:58

          ’’La science n’est-elle pas politique ? N’est-elle pas une idéologie comme une autre, tel que le droit par exemple ? Ne pourrait-elle pas être perçue comme un sixième pouvoir étatique

          ’’

           

          Il ne faut pas confondre les grands maîtres de la peinture avec les faussaires. Ce n’est pas la science qui est au service du pouvoir, ce sont les scientifiques stipendiés pour produire de l’ignorance. Nuance donc.

           

          La différence entre la production d’ignorance et la propagande c’est que la production d’ignorance est comme le Canada Dry : ça se présente comme de la science, ça ressemble à la science, ça utilise le vocabulaire et la méthode scientifique, mais ça produit des résultats conformes à la doxa du pouvoir.

           

          https://www.google.com/search?client=firefox-b-d&q=production+d%27ignorance


          • Francis, agnotologue Francis, agnotologue 26 mai 11:22

            @Francis, agnotologue
             
            Les « médecins scientifiques » sont des statisticiens qui ne voient jamais les malades..
             
            Qu’y a-t-il de plus dangereux qu’un mauvais statisticien ? Un statisticien affecté d’un biais cognitif. Quel est le plus dangereux des biais cognitif ? Le profit.
             
             

            Il y a les petits mensonges, les gros mensonges et les statistiques

            « Les médias publics ont pris l’habitude de publier des statistiques au point qu’on serait tenté de penser qu’ils en sont les dépositaires privilégiés. Or la statistique est une discipline mathématique demandant de l’attention, de la rigueur et un savoir-faire de spécialiste. Les statistiques des journaux sont à la science ce que les conseils minceur sont à la médecine. On ne peut toutefois pas traiter de la même façon les problèmes de santé publique et les vertus du jus de concombre sur la cellulite. »


          • mmbbb 26 mai 11:43

            @Francis, agnotologue «  . Ce n’est pas la science qui est au service du pouvoir, ce sont les scientifiques stipendiés pour produire de l’ignorance. Nuance donc.  » 
            Je ne puis que m incliner devant un raisonnement si puissant . 
            Ma capacité cognitive ne m aurait jamais permis d avoir un raisonnement si ciselé si pertinent ..
            Vous avez des mioches , Ils ont de la chance d avoir eu un pere ayant une telle acuité intellectuelle .


          • Francis, agnotologue Francis, agnotologue 26 mai 12:00

            @mmbbb
             
             allez ne soyez pas si défaitiste. Je suis sûr que vous aussi pouvez faire des commentaires intelligents.


          • mmbbb 26 mai 12:50

            @Francis, agnotologue La nature est cruelle , c est la dure loi du darwinisme social, je n aurais jamais votre niveau !!!! 


          • Francis, agnotologue Francis, agnotologue 26 mai 14:21

            @lLionel Scheepmans
             
             
             dans la droite ligne de cet article, voir cet entretien avec Me Joseph, Doyen du Barreau de Grenoble, qui s’est dressé contre la « Scientocratie », et a été pressenti par des médecins et des particuliers pour déposer une plainte à l’encontre du Président du Conseil National de l’Ordre des Médecins pour :

             Complicité d’assassinat
             Complicité de mise en péril de mineur par personnes ayant autorité.
             

             
             
            On sait que certaines affections, la médecine scientifique est miraculeuse.
            Mais c’est quoi, « la médecine scientifique » ? Les scanners et tout ça ? Appelons ça la médecine hospitalière. Il ne faut pas amalgamer médecine industrielle et médecine hospitalière.
            La médecine industrielle, je l’appelle « médecine virtuelle » — une expression entendue dans une vidéo du Pr Raoultet la vaccination de masse en est le pivot a fait ses armes et la « preuve » de son efficacité industrielle et capitalistique dans l’élevage des animaux de boucherie. Nous lui devons notamment d’être tous — les mangeurs de viande — intoxiqués aux antibiotiques.
            Aujourd’hui, cette même médecine est en train de tuer l’art et l’exercice de la médecine depuis que l’homme s’est élevé au dessus de sa condition d’animal, et à terme de détruire notre système immunitaire et de le remplacer par un système immunitaire artificiel qui fera de nous des zombies.
            Un système immunitaire artificiel est au système immunitaire naturel ce que les IA sont à l’intelligence.
            Notre système immunitaire est en train de devenir la chose de Big Pharma aussi surement que notre argent est la propriété des banques.

             
             


          • Lionel Scheepmans Lionel Scheepmans 26 mai 15:56

            @Francis, agnotologue : Merci pour le lien. La logique de l’agroalimentaire semble en effet s’étendre au niveau médical. Ça me fait penser à Monsanto racheté par bayer.


          • Ausir 27 mai 18:15

            @Francis, Notre système immunitaire est en train de devenir la chose de Big Pharma 

            pas tout le monde , seulement ceux qui se font vacciner 


          • civis1 civis1 26 mai 11:45

            « LA SCIENCE » ? un terme suspect d’abstraction généralisante et d’amalgame abusifs. 


            • mmbbb 26 mai 11:46

              Article de circonstance , notre pays a perdu deux places dans le classement des pays pour la recherche 


              • Pierre Régnier Pierre Régnier 26 mai 15:24

                @mmbbb

                Voyez plus haut mon commentaire à l’un des vôtres :

                la France a gâché lamentablement, par des attitudes politiciennes semblables à celles qui la dominent aujourd’hui, son avance en matière de recherche des outils de communications.


              • Hurricane Hurricane 26 mai 11:56

                Sixième pouvoir ? mais c est déjà dépassé , il y a un septieme pouvoir qui règnera dans un futur proche , il est expérimenté avec succés par les lumières de la mairie de paris bobo bio ecolo plumes au cul et son hidalgogole de service 

                Elle a inauguré un évènement surréaliste futuriste avangardiste progressiste qui n’ est pas prêt de se ringardiser mais qui va plutôt se surmultiplier comme les petits pains de Jésus :

                Ce sont les Hidalgodromes de Stalinkrack et de tous les racaillistans du Paris bobo écolo bio qui enregistrent des succès phénoménaux . De bons électeurs de gauche en gestation . 

                Tout est bien sécurisé , bien dosé , la police veille au maintien de l ’ ordre et des règles sanitaires en interdisant de gré ou de force , les cuistres ringards papis , mamies , et jeunes mamans avec poussettes et landaus , qui auraient l ’ outrecuidance et le toupet de protester contre ces projets humanitaires solidaires dans leurs parcs habituels désormais réservés en priorité à nos nouvelles chances immigrées nouvelles fleurs des parcs et jardins de notre belle capitale où poussent seringues , shits , coke , krack ...parmi rats et racailles et .....devinez quoi ? Des punaises de lit , ces petites bébètes qui font le bonheur des escrolos punaisedelicistes de Strasbourg ; leur mosquée géante en est plein . 

                La mairie islamo gauchiste escrolo genrée bobo plumes au cul de Paris est très satisfaite de son pied de nez envers les fachos du RN , une belle opération , pas démago du tout ,de communication généreuse humaniste envers ces pauvres victimes de la colonisation « venues de leur plein gré vider les poubelles à Paris » comme dirait Lilli de Somalie ; ses enfants ne les vident plus mais les crament , c est plus progressiste 


                • Clocel Clocel 26 mai 12:15

                  @Hurricane

                  Hidalgo, c’est le fond du vieux slip de Solférino, Paris ne méritait pas ça, les parisiens, si...


                • ZenZoe ZenZoe 26 mai 12:20

                  Si j’ai bien compris l’article, l’auteur postule que les dirigeants s’appuient sur les scientifiques et une science forcément exacte pour imposer des décisions impopulaires ? Et donc que la science serait un pouvoir ?

                  Les scientifiques peuvent en effet abuser de l’autorité que leur donnent leurs connaissances pour influencer ceux qui les écoutent, mais aussi les communicants, les professionnels du comportement, les financiers, les prophètes, les voyants, les économistes, les influenceurs, les people, etc. Tout est bon...

                  La science n’est en fait qu’un outil de plus pour les dingos mégalos qui voudraient mener les peuples à la baguette, mais elle n’est qu’un outil, utilisé parfois à mauvais escient, elle n’est pas responsable de ce que l’utilisateur en fait.

                  Aux peuples de se renseigner, de lire, de comparer, bref, d’utiliser leur intelligence et leur bon sens pour ne pas se laisser abuser et dominer.


                  • babelouest babelouest 26 mai 13:58

                    @ZenZoe ne dites pas « les scientifiques », mais « ceux qui imposent leur savoir », ce ne sont pas les mêmes.


                  • Bruno Hubacher Bruno Hubacher 26 mai 13:20

                    La science, et à fortiori l’éducation, découle d’un choix politique, ce qui, forcément, la conditionne. Le dogme du néolibéralisme, qui parasite la science économique depuis une quarantaine d’années, et, par extension les autres sciences, en est un parfait exemple.


                    • Pierre Régnier Pierre Régnier 26 mai 15:32

                      @Bruno Hubacher

                      Oui, mais précisez : le dogme du néolibéralisme adopté aussi, en 1983, par la fausse Gauche au pouvoir.

                      Voyez plus haut mes commentaires à mmbbb.


                    • Bruno Hubacher Bruno Hubacher 26 mai 15:53

                      @Pierre Régnier
                      A commencer par votre président socialiste défunt, François Mitterrand, la gauche a cessé d’exister en Europe, et, en effet, dans le reste du monde, au point que ce terme ne veut plus rien dire actuellement. 


                    • Pierre Régnier Pierre Régnier 26 mai 21:06

                      @Bruno Hubacher

                      Vous faites de Mitterrand mon président socialiste défunt.

                      Vous ne m’avez donc pas lu. C’est votre droit, mais ça annule votre commentaire.


                    • Bruno Hubacher Bruno Hubacher 27 mai 17:49

                      @Pierre Régnier
                      En tant que suisse je considère François Mitterrand comme votre président à vous, en tant que français.


                    • I.A. 26 mai 17:07

                      Votre article est de belle facture et amène habilement le problème de collusion État/Science, si bien que votre conclusion est bienvenue, puisque nécessaire !

                      Il faudra toutefois s’assurer aussi de la séparation des 4ème et 5ème pouvoirs (médias et lobbies industriels) d’avec l’Etat. Parce que les collusions de l’Etat avec ces deux pouvoirs étaient déjà telles, qu’elles ont permis à la science de s’inviter à la table, via le lobby pharmaceutique !!

                      Et Covid fut.


                      • Lionel Scheepmans Lionel Scheepmans 27 mai 11:59

                        @I.A. Merci pour les compliments.

                        Si l’on reste dans le cadre de la démocratie et encore une fois dans le premier sens du terme et pas dans ses nombreuses déclinaisons, tous les pouvoirs sont les bienvenus au sein du débat politique, ainsi que tous les intérêts collectifs et privés, mais dans des proportions similaires à ce qui existe au sein de la communauté concernée par les décisions politiques.

                        Or, ce n’est pas du tout le cas de nos jours et cela n’a d’ailleurs jamais existé dans aucun peuple à ma connaissance. Je suis loin d’en avoir fait le tour au niveau de l’histoire et de la préhistoire, mais à première vue, il semble qu’il y a toujours eu des personnes exclues du débat, en tout cas si l’on reprend toutes les catégories sociales liées au genre, à l’age, appartenances ontologiques, juridique, ect.

                        Pour moi la démocratie doit donc se penser au travers d’une juste représentation de chacun. Ce qui veut dire que le débat politique doit être ouvert à tous et pas réservé à une élite politique, religieuse, économique, intellectuelle, sportive, artistique ou autre. Les propositions politiques doivent venir de tout le monde sans exception et les choix parmi ces initiatives doivent être votés par chaque personne capable de répondre à la question : « Pour toi, cette proposition est-elle plutôt bien, plutôt mal ou est-elle sans conséquence ? » (pour, contre, abstention). Et puis, quand on est incapable de répondre pour une raison ou une autre, on devrait alors pouvoir déléguer son vote à une personne de confiance comme cela se fait en démocratie liquide par exemple.

                        Cordialement,


                      • Pierre Régnier Pierre Régnier 27 mai 14:35

                        @l’auteur

                        Pour renseigner votre description, comme on dit sur Agoravox, vous écrivez :

                        Socio-anthropologue (concenrant ma dysorthographie)

                        Est-ce que le mot concenrant (sic), dont on peut deviner un sens en rapport avec votre dysorthographie, est écrit ainsi volontairement (par exemple pour illustrer cette dysorthographie), ou est-ce le résultat d’une frappe erronée non corrigée ?

                        Merci, en tous cas, de m’avoir appris le mot dysorthographie.


                        • Lionel Scheepmans Lionel Scheepmans 28 mai 10:12

                          @Pierre Régnier avec plaisir. Effectivement, c’est bien une erreur. Et il a d’ailleurs fallut que je relise plusieurs fois le mot pour que je puisse la voir. Heureusement les correcteurs font ça automatiquement, mais ils ne fonctionnent pas dans toutes les circonstances. Je vais donc corriger. Merci !


                        • troletbuse troletbuse 28 mai 10:50

                          Jusqu’ à peu de temps, la scientifiques faisaient des découvertes qui ont permis le progrès.

                          Aujourd’hui, il faut tellement d’argent pour faire de la recherche que seul les états et la puissance financière peuvent fournir.

                          La finance a pris le dessus et son but est simplement de faire du fric.

                          La science ne sert plus l’homme mais les états. On fait des armes de plus en plus sophistiquées et le pouvoir s’en sert pour installer la dictature. .

                          Je viens de trouver le cercle vicieux :

                          on fabrique des waxxins avec effets secondaires et voici la réponse

                          https://www.ouest-france.fr/sante/vaccin/vaccin-des-chercheurs-allemands-affirment-pouvoir-prevenir-les-cas-de-thromboses-7277003

                          Ensuite on pourra trouver un autre remède pour les effets de ce traitement, etc


                          • troletbuse troletbuse 31 mai 10:27

                            Le vent tourne. Plus de pass sanitaire aux States, Israel . Effets secondaires des faix waxxins.

                            Il va falloir faire un Guantanamo en France.

                            La science d’aujourd’hui n’est plus la science mais elle a ete purement et simplement remplacee par la parole des laboratoires avides de fric,aux mains du NOM grace a la corruption totale d’une grande partie des medecins, chercheurs, journaputes, politicards. etc. Tout ceci a fonctionne grace a l’infantilisation des masses par la tv, la baisse de la culture et la betise absolue des mougeons representes sur AV par les Bidochons.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON



Publicité



Les thématiques de l'article


Palmarès



Publicité