• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Le tocsin ?

Le tocsin ?

 

Pas absolument sûr, mais pas improbable :
                        Faut-il craindre un nouveau krach boursier ?
                                                       Oui, sauf si....
            Il ne faut sans doute pas se laisser aller à la panique (qui peut être un facteur autoréalisateur de crise.)

   

Mais on ne peut pas ne pas prendre en compte certains avertissements, venus d'horizons différents, qui convergent sur de nombreux points pour annoncer la forte probabilité d'un nouveau krach boursier. 
   Certes, l'économie n'est pas une science exacte, mais elle peut souvent avoir assez de rigueur pour prévoir certaines tendances lourdes, et on se souvient de la crise de 2007, peu envisagée dans la folie financière du moment, sauf par quelques esprits qui ne cédaient pas à l'euphorie ambiante, comme Roubini, Jorion et quelques autres.. que personne n'a écoutés, jusqu' au jour où...
   Oui, une nouvelle crise financière n'est pas à exclure pour des raisons souvent convergentes. On l'a remarqué, une crise tous les dix ans semble être devenue le règle dans le contexte de la finance mondiale dérégulée.
   Les réformes bancaires promises ont été insuffisantes et superficielles. La séparation des banques notamment, souvent claironnés par un temps, n'a pas été faite, exposant toujours les particuliers aux risques inhérents aux excès de la spéculation, à la finance-casino et aux risques de la finance haute-fréquence, livrée aux algorithmes, aux activités boursières incessantes et ultra-rapides, mal maîtrisées.
   Sans parler des méga-banques en danger, aux activités peu orthodoxes, parfois criminelles, comme le rappelle le document diffusé par Arte, et celles qui vont toujours très mal, comme la Deutsche Bank et certaines banques italiennes.
   De plus les bulles sont des menace mal cernées, mais toujours potentiellement menaçantes. Elles vont, elles viennent.
   Les banquiers sont peu bavards sur ces sujets, on le comprend, à part quelques-uns, rarement.
 On comprend aussi pourquoi le surendettement, ce fléau peut représenter un risque systémique à travers le crédit non justifié économiquement, non responsable. Les dettes d'Etat les plus importantes ne sont pas en Grève.. Une drogue dure qui peut être mortelle, pour les institutions ou pour les individus.
   Le crédit à taux zéro voire les taux négatifs ne sont pas des éléments qui rassurent à long terme et l'absence d'une certaine inflation, à laquelle l'Allemagne tient comme un totem sacré, contre-carre la consommation et participe à la formation des inégalités, renforçant la position d'une rente surdimensionnée.
  Les inégalités galopantes qui ne cessent de se creuser sont à prendre en compte, du fait de la masse incroyable de cash en circulation qui ne s'investit pas et du déficit de la demande.
 On peut donc s'attendre à une prochaine crise financière venue des banques, mais pas seulement.
    La crainte d'un nouveau choc se fait plus présente : L' explosion de la dette, taux d'intérêt bas, créances douteuses : les excès de la finance ravivent, chez les experts réunis aux rencontres économiques d'Aix-en-Provence, les craintes d'un nouveau choc, dix ans après une crise qui a bouleversé la planète. "Il y aura une nouvelle crise, je ne sais pas quand, mais ce dont je suis sûr c'est qu'elle pourrait être un évènement dramatique pour notre style de vie, pour la démocratie et les valeurs libérales", a mis en garde Paul Tucker, ancien vice-gouverneur de la Banque d'Angleterre (BoE). La question d'un possible nouveau choc mondial, lié aux nouvelles menaces pesant sur le secteur financier, revient régulièrement sur le devant de la scène, bien que la reprise économique mondiale soit sur la bonne voie.Encore mercredi, le Fonds monétaire international (FMI) a alerté sur les "risques négatifs" que peuvent représenter pour l'économie globale "l'incertitude sur les politiques dans les économies avancées" mais aussi "les vulnérabilités du secteur financier et un soudain durcissement des conditions financières".
    Certains extrapolent sans doute, mais les voix sont nombreuses qui vont dans le même sens.
" Rien n’a été fait ou presque en matière de régulation financière, ni taxe Tobin, ni séparation des activités de banque de détail et banque d’investissement. Nous rappelons que la crise financière américaine s’est étendu en Europe par le truchement de la banque d’investissement et de l’intensité aboutie de la libéralisation financière depuis 30 ans et qu’une nationalisation des banques de détail européenne aurait été souhaitable. Tout cela pourtant en dépit et il faut le dire, d’une volonté politique réelle (Nouvelles charges en capital, le Dodd Frank Act américain de 2010, le projet d’Union bancaire européen de 2012, le rapport Volker américain, le rapport de la commission Vickers en Grande Bretagne, le rapport de la commission Liikanen pour la Commission européenne…). Le trading haute fréquence s’intensifie, les marchés boursiers américains montrent de nombreux signes de faiblesse, nous sommes donc assis sur un baril de poudre et la prochaine crise financière démarrera avec trois phénomènes déclencheurs et propulseur : la hausse des taux de la FED, une crise obligataire, et les technologies de propulsion du risque domino…
  Les "banksters" ne semblent pas trop s'en soucier. Tant que ça marche...
      Peu prennent en compte le risque représenté par la Chine, son économie explosive et ses financements souvent obscurs, en rapport étroit avec HSBC qui a pignon sur rue là-bas et ici, jouant un rôle souvent trouble, sur tous les tableaux..     Jusqu'ici tout va bien...
   Il y a trop de cash en circulation, d'origines les plus diverses, souvent les plus douteuses. 
 Et la machine à cash est un vrai problème.
..... Jamais autant d'argent n'a circulé sur la planète. Au total, la masse monétaire mondiale a doublé entre 2000 et 2006, progressant trois fois plus vite que la production. Résultat, en six ans, 2 165 milliards de dollars de trop se seraient accumulés dans la machine économique globale, d'après les calculs exclusifs de L'Expansion. " Tout cet argent en quête de rendement entraîne le gonflement d'une multitude de bulles financières. Plus ça dure, plus la probabilité d'une crise grave augmente ", prévient Laurent Berrebi, chef économiste de Groupama Asset Management et auteur avec Michel Aglietta d'un essai sur les désordres du capitalisme mondial. De fait, ce genre d'aventures s'est souvent mal terminé. 

A l'origine de ces excès, des taux d'intérêt incroyablement bon marché....

    Les désordres du capitalisme mondial... On oublié que la destruction du capital est l'oeuvre du capital lui-même, la contradiction étant au coeur du système, comme Marx et plus tard Schumpeter l'avaient analysé. Le pire n'est jamais sûr, mais ne pas envisager le pire, le nez dans le guidon, est le pire...

                   Mais, qu'on se rassure, le CAC 40 se porte bien._ L'amnésie aussi...


Moyenne des avis sur cet article :  4.52/5   (29 votes)




Réagissez à l'article

35 réactions à cet article    


  • diogène diogène 13 décembre 2017 16:16

    Les banksters ont l’air d’être un peu plus solidaires et disciplinés qu’en 2008 !

    Ils ont décidé de nous imposer un échéancier pour étaler la crise et amortir ses effets par anticipation avec nos impôts par doses homéopathiques, tous les mois, au lieu de se faire renflouer en une seule fois par les états. C’est moins spectaculaire, mais très juteux pour eux.

    • francois 13 décembre 2017 16:20

      @diogène
      un livret A, une AV ... complicité de banksterisme.


    • diogène diogène 13 décembre 2017 16:27

      @francois


      Livret A et AV ne sont pas des actions qui donnent un nombre de parts ou des voix aux AG des banques mondialisées, mais plutôt des doses d’amphétamines qui donnent l’illusion à leur porteurs de détenir un levier qu’ils n’ont pas, une sécurité qu’ils n’auront jamais et les rendent dépendants de cette drogue qui les tue alors qu’ils croient qu’elle les dope. Les petits porteurs sont le peloton de la finance : ils roulent pour les gros et on les jette à la fin du tour. 

    • francois 13 décembre 2017 16:46

      @diogène

      ceux sont des produits financiers assis sur la dette asservissante. Bien pire que les actions d’une société.

    • francois 13 décembre 2017 16:19

      Le krach, la blague qui dure depuis dix ans. Alors oui un jour mais pour le moment, le lieu où il faut être c’est WS, c’est vers WS que 60 % des flux sont orientés, les miettes pour le reste du monde.


      Et le pauvre CAC malgré l’alignement des planètes qui ne progresse pas, il n’y a pas d’acheteur.

      • lejules lejules 15 décembre 2017 17:54

        @francois
        c est quoi Ws ? merci


      • Croa Croa 17 décembre 2017 22:42

        À ceux qui notent mal lejules,
        Si françois ne répond pas vous pouvez le faire à sa place !


      • Roosevelt_vs_Keynes 13 décembre 2017 16:47

        Et l’occident de s’enfoncer, pendant que le reste du monde...


        • francois 13 décembre 2017 16:55

          @Roosevelt_vs_Keynes
          sauvé, ce n’est pas un lien pub FA


        • jjwaDal jjwaDal 13 décembre 2017 17:34

          Je pense souvent à « Planète Interdite » où une civilisation avait créé un Titan censé démultiplier leur pouvoir d’action sur le monde sans songer qu’il n’exercerait pas seulement leurs souhaits conscients mais aussi ceux de leur inconscient.. Ils furent balayés comme la finance dérégulée pourrait balayer peuples et Etats dans une servitude « comptable » fossoyeuse de toute idée de démocratie. Voyons ce la laboratoire qu’est la Grèce et l’apathie face à ce dépeçage.
          Des quelques façons de nous en sortir, la plus probable, vu les forces en présence, est la strangulation à long terme de notre épargne (après impôt) et de notre patrimoine (même quand ce sont les économies d’une vie entière et seul et unique domicile). Ils iront jusqu’au bout de leur idéologie délirante. Le Japon est aussi un remarquable banc d’essai d’un possible monde à venir.
          La moins improbable (donc la plus raisonnable) serait le « Game over ». On interdit au Capital de piquer les fruits du travail des entrepreneurs et salariés pour nous le prêter ensuite à taux usuraire (Bernard Friot) et tenir Etats et particuliers par les couilles...


          • velosolex velosolex 13 décembre 2017 18:13

            Plus ça va plus ça déconne les aminches. Les pneus, le moteur, les freins de la planète, et même plus moyen de payer demain le mécano qui refusera la carte de crédit. 

            Les bitcoins ? Préférez plutôt les pièces en chocolat. Ou les pommes du verger. Et d’Eve montée à l’arbre pendant qu’il est encore temps.
            Tremblez mortels ! Le temps est venu d’acheter une brouette ( soyez sympa achetez français) pour transporter vos billets.
            Mais à quoi bon ? Poussière, tout n’est que poussière !
             Brouette en bois de préférence, car en la tournant elle pourra servir de radeau de la méduse. 
            Que faire ?..Se payer un voyage à crédit sur la lune ? Achetez l’’intégrale de johnny pour oublier la merde.....Ah que noir c’est noir....Ouai, tu nous changes de morceau....
            "Pour moi la vie va commencer......

            • Eric F Eric F 13 décembre 2017 19:10

              Si j’ai bien compris, la monnaie générée par les banques centrales a quasi exclusivement été injectée dans le circuit des placements et très peu dans l’investissement réel et la consommation. D’où le niveau record des indices boursiers, sans rapport avec l’économie vraie.


              • Parlez moi d'amour Parlez moi d’amour 13 décembre 2017 22:13

                @Eric F

                C’est exactement ça et c’est bien là le drame.


              • francois 14 décembre 2017 09:48

                @Parlez moi d’amour

                le drame c’est de l’avoir fait sans contrepartie. Le drame aurait de ne rien faire et là la décroissance aurait été enfin effective.

              • Eric F Eric F 14 décembre 2017 10:34

                @francois
                Dans le système libéral, il n’y a pas de « directive », le libre marché est supposer s’autoréguler.
                Mais « tirer de la monnaie » n’est pas une mesure libérale, donc l’argent en question devrait être géré de manière dirigiste, soit en effaçant de la dette publique, soit en étant spécifiquement dédié aux investissements directs, ou à de la distribution de pouvoir d’achat.


              • francois 14 décembre 2017 10:39

                @Eric F
                système libéral ! dans la théorie écosofiste surement, dans la vrai vie c’est la guerre économique.


                pour le dirigisme, je partage le fait que des contres parties devaient être exigées mais dans la ploutocratie mondiale les contreparties c’est pour le peuple.

              • jjwaDal jjwaDal 17 décembre 2017 18:32

                @Eric F
                A première vue et pour le moment mais c’est trompeur. Vu la rémunération actuelle de l’épargne un peu partout beaucoup recherchent un rendement du côté des actions pour leur épargne (y compris les gérants des placements pour assurer les retraites aux USA en premier lieu). Quand la bulle boursière va crever ce ne sont pas seulement les joueurs de casino un peu tardifs à récupérer leur mise (on est dans un schéma de Ponzi) qui vont trinquer, mais beaucoup qui plus ou moins sans le savoir comptait sur une épargne qui va s’évaporer. Jusqu’ici tout va bien...


              • roby 13 décembre 2017 19:45

                Achetez des bitcoins et autres monnaies crypto


                • La Voix De Ton Maître La Voix De Ton Maître 13 décembre 2017 20:13

                  @roby

                  Il faudra trouver la crypto que Goldman-Sachs va préférer. Les gros banquiers n’aiment pas être les seconds entrants c’est dans leur nature, le BTC, n’a aucune chance tout simplement car les gros joueurs n’y étaient pas les premiers. Logique ?


                • La Voix De Ton Maître La Voix De Ton Maître 13 décembre 2017 20:11

                  Peut-être que le premier janvier 2009 votre article aurait eu une certaine importance.

                  Mais tout le monde soit s’en foutait en 2009, soit ne comprenait pas. Cette ignorance a engendré la possibilité d’un système économique qui marche sur la tête.

                  Donc pourquoi, près de dix ans après le crime, le système serait en péril précisément maintenant ? Il a déjà tenu près de dix ans pourquoi pas vingt ou trente ans ? Macron a été élu, il sera réélu, ça nous donne encore près de dix ans non ?


                  • Montagnais Montagnais 13 décembre 2017 21:37


                    Trump…Ron Paul…former CIA and White House advisors…CEOs… Bonner .. They all agree : something is coming.

                    C’est dire ! ..

                    Mais ? .. Boursier ?? .. Seulement boursier le Kriek ? seulement « boursier » ?

                    NB : bien vot citation de Thucydide ! On peut ajouter que seul celui qui n’est rien à des chances de voir des vérités.

                    NB2 : Tocsin ? .. Mais non .. réjouissances

                    • bonnes idées 14 décembre 2017 07:49

                      Les civilisations passent, les hommes aussi.

                      Tant qu’on ne krach pas le slip tout va bien. Personne ne sera oublié dans cette triste fin soyez en sur.


                      • BA 14 décembre 2017 07:53

                        Dans le monde, les inégalités explosent.


                        Jeudi 14 décembre 2017 :


                        Les inégalités explosent pendant que fond le patrimoine public des nations.


                        Marianne : Vous affinez et actualisez la courbe dite "de l’Elephant", du Serbo-Américan Branko Milanovic, qui fait partie de votre collectif d’économistes. Elle décrit l’évolution des revenus de l’ensemble des habitants de la planète entre 1980 et aujourd’hui en fonction de leur place dans l’échelle des revenus. Que nous apprend cette courbe sur l’évolution des inégalités ?

                        Lucas Chancel : La courbe dite de l’évolution est une manière extrêmement efficace de montrer trois grands faits de la mondialisation depuis le début des années 1980. Premièrement, on observe au bas de la pyramide des revenus mondiaux, la forte croissance des revenus des classes moyennes et populaires dans certains pays émergents (Chine en tête), où le revenu a cru de plus de 100% sur la période 1980-2016. C’est la tête du fameux éléphant. Deuxièmement, on observe la compression et dans certains cas même la stagnation des revenus des classes moyennes et populaires des pays du Nord. C’est la base de la trompe de l’éléphant. Aux Etats Unis, les 50% les plus modestes ont même vu leur revenu stagner depuis 1980, c’est un fait économique majeur et tout à fait exceptionnel dans un pays qui créé beaucoup de croissance sur la période. Enfin, on observe la montée spectaculaire du top 1% mondial, dont les revenus s’envolent avec une croissance de plus de 200%. C’est le haut de la trompe de l’éléphant.

                        Marianne : Vous vous concentrez sur le haut de l’échelle du patrimoine [et des revenus], que s’est-il passé pour cette frange des ultra-riches ?

                        Luc Chancel : Leurs revenus ont été bien supérieurs à la moyenne, dans les pays riches comme dans les pays émergents. Ils ont bénéficié de très fort taux de croissance de leur patrimoine (qui s’accroît d’autant plus vite qu’il est déjà important, sans réel lien avec les innovations réalisées par les détenteurs de ce patrimoine), d’une baisse généralisée de la progressivité fiscale ainsi que des politiques de privatisation et de libéralisation qui ont accru la valeur du patrimoine privé et qui ont surtout bénéficié aux plus aisés.


                        Marianne : Votre étude montre que sur cette même période le patrimoine net privé s’est envolé doublant de volume, tandis que le patrimoine public net s’est lui effondré. Partout sauf en Chine....

                        Luc Chancel : Le patrimoine public chinois (c’est à dire l’ensemble des actifs publics comme les écoles, les hôpitaux ou les réserves de devises du gouvernement chinois, net de ses dettes) a lui aussi considérablement baissé. Il représentait 70% du patrimoine national, il est passé à 30%. Mais en effet, cela reste beaucoup plus élevé que dans les pays riches où le patrimoine national est passé d’environ 30% du patrimoine total à près de 0%. Dans certains pays (comme les USA ou le Royaume-Uni), il est même négatif...

                        En revanche aux Etats-Unis, le patrimoine public est désormais négatif. Comment l’expliquez vous, et existe t il un lien avec la hausse des inégalités dans ce pays ?

                        Aux USA et dans les pays riches, les privatisations et la hausse de la dette publique ont fait chuter le patrimoine public à des valeurs extrêmement faibles, voire négatives. Le fait que l’on observe des pays avec un patrimoine public négatif est un fait économique majeur, et tout à fait particulier. Cela veut dire que si le gouvernement américain vendait l’ensemble de ses écoles, hôpitaux, infrastructures de transports, ses titres, il ne serait même pas en mesure de rembourser sa dette. Une telle situation complique largement la situation des Etats souhaitant réduire les inégalités ou empêcher une hausse future, car il leur est difficile d’investir dans la santé, l’éducation, la protection de l’environnement qui sont une des réponses nécessaires à la montée des inégalités.

                        Il faut bien avoir en tête que les pays ne sont pas pauvres. Car la richesse nationale a largement augmenté. Les pays sont riches, mais les gouvernements sont devenus pauvres. Il est donc nécessaire de se demander comment redonner aux gouvernements la capacité d’investir dans l’avenir. Dans ce type de situation, les Etats ont suivis plusieurs stratégies qui se sont avérées très efficaces : renégociation ou annulation de la dette, inflation ou imposition progressive sur le capital. Ceux qui ont d’ailleurs le plus bénéficié d’annulation de dette sont d’ailleurs parfois ceux qui paradoxalement sont le plus critique envers cette option, comme le gouvernement allemand aujourd’hui. En Europe, la mise en oeuvre de ces trois stratégies pour réduire la dette publique et investir dans l’avenir après la guerre n’a absolument pas réduit la croissance... bien au contraire !

                        Donald Trump est en passe de faire adopter son projet fiscal, avec notamment une baisse des impôts sur les dividendes. A votre avis comment cela se traduira sur la dynamique hyper inégalitaire déjà à l’oeuvre dans ce pays ?

                        Trump poursuit le programme reaganien d’une réduction de la puissance publique à une peau de chagrin. Le paradoxe est qu’il le fait (dans ses discours) au nom de celles et ceux qui en ont été les principales victimes, les classes populaires et moyennes, qui n’ont rien à gagner des super cadeaux fiscaux faits au riches mais tout à perdre du désinvestissement de l’Etat dans les services publics que cela entraîne. Cela se traduira par une augmentation encore plus forte des inégalités, dans un pays où la hausse a déjà été extrême...

                        https://www.marianne.net/economie/les-inegalites-explosent-pendant-que-fond-le-patrimoine-public-des-nations


                        • Armelle Armelle 14 décembre 2017 10:16

                          https://insolentiae.com/lindice-de-shiller-est-alarmant-et-depasse-le-niveau-atteint-avant-le-krach-de-29-ledito-de-charles-sannat/

                          ...Un article intéressant lui aussi, qui s’appuie sur une lecture de l’indice « shiller »...Tout un programme !!!
                          bah, si chacun fait l’effort de ne plus ramener tout à sa petite personne et pense aux générations futures, une bonne petite guerre globale sera la bienvenue !!! Une formidable reconstruction en vue avec une démographie revue à la baisse, que de mieux !!! On peut compter sur la « clairvoyance » de nos élites pour une option de plus en plus évidente car ce que les spécialistes appellent « la cavalerie » semble être parvenue à son terme, d’autant que cette disposition n’a jamais eu pour objectif de régler le problème mais seulement le pousser plus loin, tout en prenant de l’embonpoint. Plus on attend, plus la chute sera violente, alors autant qu’on en finisse maintenant
                           

                           


                          • francois 14 décembre 2017 10:40

                            @Armelle
                            commencez par vous.


                            Quel niveau de connerie !

                          • Armelle Armelle 14 décembre 2017 13:03

                            @francois
                            Ha tiens donc !!! le fanfois national !!!
                            Il vous arrive de vous reposer parfois ? Cela vous aiderait un peu mieux à comprendre le sens des mots et des propos des autres !!!
                            Si dans ces qqes mots vous n’aurez pas perçu la démarche intellectuelle que je pourrais supposer germer dans le cerveau pourri de nos élites, c’est que franchement vous n’êtes pas très fut fut !!!
                            pôv fanfois...la nature n’a pas bcp pensé à toi hein !!! comme dirait l’autre tu es à moitié con mais c’est dommage tu n’as pas la bonne moitié !!!
                            Allez bonne journée quand même,


                          • Armelle Armelle 14 décembre 2017 13:14

                            @franfois
                            En tout cas, je vois que tu t’aimes toujours autant !!!
                            le gars s’étoile lui même au moindre commentaire, même si celui-ci est sans intérêt
                            ...Un accès de modestie un de ces jours ?
                            Si un jour tu as l’idée d’ouvrir un bouquin, essaies d’en cibler un qui t’expliquera le formidable rapprochement que l’on peut faire entre les termes « bêtise » et « prétention »


                          • francois 14 décembre 2017 15:52

                            @Armelle
                            « essaies d’en cibler » quand vous serez capable d’écrire essaie ou essaye vous pourrez me faire la leçon.

                            le tutoiement, vous réservez ça à vos esclaves. 

                          • Armelle Armelle 14 décembre 2017 18:01

                            @francois
                            hi hi, les faibles d’esprit parviennent toujours à trouver la petite faute d’orthographe leur permettant de se soustraire à l’argumentation.


                          • francois 15 décembre 2017 11:29

                            @Armelle

                            Si c’est benêt qui le dit, inclinons nous.

                          • Alainet Alainet 14 décembre 2017 13:55

                            - Quand on sonne le tocsin ; n’est-il déjà trop tard ? Il n’y a plus de croissance depuis longtemps. l’UE est le maillon faible de la mondialisation. La politique de la BCE qui injecte 6 à 8 milliards par an pour renflouer les banques selon Joavanovic.. ces dernières qui maquillent leurs bilans que les commissaires de la BCE valident, après stress-test bidons pour éviter d’affoler les marchés : c’est le cas de la Deutch Bank qui pèse 30 fois celui de la BCE..et je ne parle pas des 430 milliards des banques Italiennes évaporés dans la nature.. et des 17 paradis fiscaux inventoriés par la CE hors UE alors qu’il y en a 35... et nos médias mentent par omission.
                            https://olivierdemeulenaere.wordpress.com/2017/10/25/la-certitude-dune-crise-immense-voulue-par-les-banquiers/
                            https://olivierdemeulenaere.wordpress.com/2017/11/20/somme-des-dettes-des-gouvernements-63-trillions/
                            Le bitcoin est victime d’1 bulle mais sachez avant tout que la bulle obligataire est la mère de toutes les autres bulles… C’est l’argent factice qui nourrit les zombies et gonfle les autres bulles, y compris immobilières. Voltaire disait en son temps : « -une monnaie papier, basée sur la seule confiance dans le gouvernement qui l’imprime, finit toujours par retourner à sa valeur intrinsèque, c’est à dire zéro.”
                            http://la-chronique-agora.com/bulles-dettes/
                            – la vraie richesse ne s’imprime pas :http://la-chronique-agora.com/richesse-dette/
                            - la bulle obligataire est la mère de toutes les autres bulles… C’est l’argent factice qui nourrit les zombies et gonfle les autres bulles, y compris immobilières. Voltaire disait en son temps : « -une monnaie papier, basée sur la seule confiance dans le gouvernement qui l’imprime, finit toujours par retourner à sa valeur intrinsèque, c’est à dire zéro.”
                            http://la-chronique-agora.com/bulles-dettes/
                            – la vraie richesse ne s’imprime pas :http://la-chronique-agora.com/richesse-dette/
                            - Le piège de leur Dette se referrme sur les USA mais ils continuent comme avant : https://www.contrepoints.org/2017/12/05/304703-piege-de-dette-se-referme-etats-unis-
                            Egon von Greyerz : en 100 ans, les monnaies papier ont perdu de 97 à 99 % de leur valeur : https://or-argent.eu/egon-von-greyerz-en-100-ans-les-monnaies-papier-ont-perdu-de-97-a-99-de-leur-valeur/
                            ** La seule alternative restante, pour ne pas se retrouver rincés, est d’investir dans les métaux précieux voire ? les cryptomonnaies échappant aux banquiers...
                            https://www.capital.fr/votre-argent/quelle-fiscalite-pour-lor-avec-le-nouveau-plf-1249171
                            https://bitconseil.fr/planete-bitcoin-7-bitcoin-banques-et-crise-des-liquidites/


                            • zzz999 14 décembre 2017 16:39

                              Bien sûr qu’une nouvelle crise est en préparation à côté de laquelle celle de 2007 aura l’air d’une algarade entre gamins (et même celle de 1929) mais comme ceux qui sont censés la régler sont pieds et poings liés aux banksters, la destruction totale du monde est inéluctable.


                              • SPQR Sono Pazzi Questi Romani SPQR Sono Pazzi Questi Romani 14 décembre 2017 20:23

                                Martin Armstrong a prédit ce futur clash .... !

                                Ces clashs financier sont cycliques, n’est ce pas !

                                Donc, voilà .


                                • francois 15 décembre 2017 08:40

                                  @SPQR Sono Pazzi Questi Romani

                                  il y aura toujours prédicateur qui aura raison puisque il y a toujours un pour le prédire pour l’année suivante.

                                  Donc Voila quoi ?

                                • Alainet Alainet 14 décembre 2017 23:17

                                  - Ce dont on ne vous parle jamais dans les médias en Europe :
                                  1) le système compensatoire de paiement inter-Etats nommé TARGET 2 :
                                  Il s’agit de distorsions de taux entre banques de l’UE et de mouvements de capitaux à sens unique, qui favorise certains pays du Nord ( l’Allemagne, le Luxembourg et les Pays-Bas ) et qui détourne les capitaux des pays du Sud de l’UE qui se trouvent lésés et appauvris comme l’explique ce site ;. Avec la libre-circulation des capitaux, des hommes et des marchandises ; cela facilite grandement le chemin vers 1 UE inégalitaire :
                                  https://or-argent.eu/les-banques-centrales-de-la-zone-euro-sont-elles-encore-solvables/

                                  2) Le problème des Dettes publiques et le traitement dont elles font l’objet selon chaque Etat :
                                  ( à lire) ... http://la-chronique-agora.com/dette-publique-preteurs-assurance-vie/

                                  3) Philippe Toussaint nous explique comment la Dette des Etats a pu jouer 1 rôle déterminant dans leur histoire respective...
                                  https://or-argent.eu/la-dette-a-joue-un-role-determinant-dans-lhistoire-philippe-toussaint/
                                  ** les grandes puissances ont très vite perçu l’intérêt qu’elles pouvaient tirer de l’endettement extérieur d’un pays pour justifier une intervention militaire et une mise sous tutelle, à une époque où il était permis de faire la guerre pour récupérer une dette. Bien des dettes ont été répudiées mais c’est compliqué :
                                  iI y a certes une crainte des créanciers, mais l’idée répandue selon laquelle un État ne peut pas répudier sa dette sous peine de ne plus pouvoir emprunter s’avère souvent fausse. L’histoire montre également une sorte d’alliance objective entre les classes dominantes des pays endettés et les États prêteurs, qui favorisent un certain « conservatisme »…
                                  - un État reste engagé par les dettes contractées par le régime antérieur, mais ajoute une exception : si la dette a été contractée contre l’intérêt de la population et que les créanciers en étaient conscients, ou auraient du l’être en faisant les vérifications, la Dette peut être décrétée odieuse et être répudiée ! Ex : la Grèce en 2010
                                  ** Pour la France ; les travaux des collectifs d’audit, remis en avril 2014, identifient que 59 % de la dette française est illégitime. Elle n’a pas servi l’intérêt des Français, mais ceux d’une minorité qui a bénéficié de cadeaux fiscaux et des banques qui ont prélevé des taux d’intérêt trop élevés.L’idée répandue selon laquelle un État qui répudierait sa dette ne pourrait plus emprunter sur les marchés s’avère en réalité fausse.
                                  https://or-argent.eu/la-dette-a-joue-un-role-determinant-dans-lhistoire-philippe-toussaint/


Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès



Partenaires