• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Lendemain de fête : le « non » qu’on mérite !

Lendemain de fête : le « non » qu’on mérite !

La sanction est là : sévère, impitoyable et finalement méritée. Nous payons l’addition non pas d’une politique menée mais de la langue de bois érigée en principe de communication. Aucun citoyen normalement constitué ne trouvait ses repères dans le grand déballage des dernières semaines. L’inventaire à la Prévert des menaces, des semonces, des interpellations et des arguments fallacieux développés tout au long de cette campagne autour du vote sur la constitution européenne, ont révolté les Français de tous bords. La contradiction éhontée des tenants du « oui » comme de ceux du « non » a clairement provoqué un vote sanction, un vote apeuré d’incertitude et d’incrédulité. L’ennui d’une constitution, (pardon d’un « traité constitutionnel ») illisible, a provoqué irritation, complexe de culpabilité et sentiment d’incompétence de l’électeur lui-même.

Le mensonge économique règne depuis si longtemps qu’on ne peut en vouloir au Français de s’être révoltés devant l’impression qu’on les prennait pour des imbéciles. A force d’avoir refusé toute pédagogie de la réalité économique, à force d’avoir gouverné par la gestion des émotions populaires, d’avoir fait semblant de pouvoir résoudre les grands problèmes économiques à coup de d’interventions intempestives et de « cocorico » hexagonaux, nous avons laissé croire que nous pouvions endiguer les délocalisations, fermer nos frontières à nos partenaires économiques et surtout promouvoir un modèle social exemplaire dans son incapacité à engendrer croissante et emploi ! Le seul dénominateur commun de cette campagne a été d’abattre le libéralisme, grand perdant de cette élection : réjouissons-nous ! Personne ne sait ce qu’est le libéralisme, sinon qu’il est « ultra » et la mère de tous les maux. De surcroît on a des années durant tout mis sur le dos de l’Europe : les mesures difficiles à faire passer, les pilules à faire avaler. Ne nous étonnons pas que la plupart des électeurs présumés soient incapables de justifier sérieusement de leur choix et encore moins capables d’argumenter avec objectivité. La France a voté dans un délire passionnel inversement proportionnel à l’intérêt réel suscité par l’objet de la consultation. Au sein d’un même camp, celui du « oui » ou celui du « non », personne n’était d’accord. Les libéraux purs et durs, à force de s’entendre traités comme des malfaiteurs ont fini par voter « non » en arguant que le traité de Nice est plus permissif que la constitution, tandis que la Gauche votait « non » à « l’Europe libérale » ; ceux-là même qui avaient approuvé la fameuse directive Bolkenstein criaient au loup ou s’indignaient à cors et à cri de ce qu’ils avaient eux-mêmes approuvé sans état d‘âme dans le passé. On a voté « non » contre la Turquie mais on a voté « oui » parce que « comme ça on empêchait qu’elle entre » On a voté « non » parce qu’on est « contre la délocalisation », « oui » pour l’export, etc. Au pays du cartésianisme, le référendum sur la constitution a ressemblé au carnaval de Rio. Chacun son « oui », chacun son « non » et tout le monde d’y mettre son humeur du jour et les repoussoirs d’un instant T médiatique comme le lundi de Pentecôte ou la fuite du futur musée Pinaut... Les plus grossiers chantages ont trouvé leur récompense. C’était combien pour voter « oui » ? Il y avait ceux qui menaçaient de voter « non » parce qu’on gagne toujours quelque chose au passage : baisse de TVA, subvention ou abrogation quelconque. Ce dont on est certain c’est que tous les calculs politiques personnels et intéressés ont été faits et refaits : ré-élections, positionnements, ratissage de voix, alliances et mésalliances, bénéfices médiatiques, etc.

La France se réveille avec la gueule de bois. Le triomphalisme des « non » sera de courte durée puisque c’était le « non » de la peur, le « non » du repli sur soi, la reculade devant l’obstacle imaginaire, et les épouvantails à moineaux. Aujourd’hui, la France connaît une nouvelle fracture ingérable celle-là : la France des archaïques de tous bords, tous clivages confondus contre la France des déçus haineux qu’on leur ait infligé un coup d’arrêt qu’ils vivent comme spoliateur, injuste et désespérant. On se méprise, on souhaite se venger. Les machiavels du Landerno politique sont bien avancés car c’est toute la classe politique qui s’est déjugée. Bravo la Droite, qui à haute voix a montré du doigt avec véhémence le capitalisme (sauvage) dont elle jurait nous préserver grâce au « oui » tout en susurrant que « seule l’Europe pourrait provoquer les inéluctables réformes » devant lesquelles elle baisse les bras. Le courage encore une fois a brillé par son absence, mais que pouvait-on faire après avoir lentement distillé le poison de l’égalitarisme protectionniste dans l’esprit des Français ? Après les avoir convaincus que l’Etat Français les protégerait de tout ? Que le travail était une plaie infligée par des patrons scélérats ? On a donc vilipendé les Portugais, repoussé les pays de l’Est, jeté l’opprobre sur les chefs d’entreprises qui quittent l’hexagone... et tout ça au nom de la grandeur du modèle Français ? Résultat probant !

Sophie de Menthon Présidente d’ETHIC


Moyenne des avis sur cet article :  2.6/5   (10 votes)




Réagissez à l'article

6 réactions à cet article    


  • (---.---.128.62) 21 septembre 2005 11:55

    On doit écrire Landernau, pas Landerno.


    • didier (---.---.98.92) 25 janvier 2006 14:23

      Madame

      Vous adoptez l’attitude de ceux que vous dénoncez. La colère, le cri, l’emportement, la véhémence... Autant d’éléments qui ne vous aide pas à articuler votre argumentation et à développer vos idées. Au mieux exprimez vous des opinions. Deux petits détails : il ne s’agit pas d’une sanction, mais de la réponse à un référendum. de plus, je tiens simplement à vous rappeler que la constitution américaine ne comporte aucun volet économique, alors que ce traité constitutionnel ( si vous l’avez lu bien sûr ) se consacre en grande partie à l’économie, les termes concurrence, libre échange, marché ou banque centrale s’y retrouvant des dizaines - centaines ?- de fois. Ce n’est pas à mes yeux un traité politique ( si vous savez encore ce que ce terme signifie), et dans ce cas, il ne peut faire office de constitution européenne. C’est aussi simple que cela.


      • www.jean-brice.fr (---.---.143.181) 19 février 2006 12:19

        Je ne suis pas d’accord ; le NON est le résultat de la POLITIQUE menée depuis trente ans par la classe dirigeante dont vous faites partie : vous ne trompez plus personne... IL FAUT CHANGER DE POLITIQUE, car elle existe, mais on fait le contraire depuis TRENTE ANS !


        • un admirateur (---.---.225.234) 25 mars 2006 23:45

          Madame, une fois de plus, comme j’ai pu le constater dans vos interventions sur d’autres supports médiatiques, vous êtes à côté de la plaque ! Se croire intéressante est une chose, l’être est une autre, surtout que votre propos n’apporte rien, et ne le relisant presqu’un an plus tard, je le trouve ancore plus navrant. Si les tenants du « oui » n’ont pas tiré les leçons de cet échec au référendum sur le TECE, vous avez au moins le mérite, vous, de l’avoir fait à propos de vos interventions ur AgoraVox : vous n’avez rien publié d’autre. Merci.


          • Docteur KEMP (---.---.134.16) 1er septembre 2006 19:13

            Strategie de communication quand tu nous tiens !


            • (---.---.140.177) 1er septembre 2006 21:17

              je ne fais pas partie de la « classe dirigeante » et encore moins de la classe politique...j’ai été amenée à intervenir dans l’univers associatif pour défendre ou promouvoir mon métier, mon entreprise et réagir au parcours d’embuches qui était le mien. Certes mon indignation est peut être regrettable et certainement parfois excessive, elle peut d’ailleurs d’autant plus apparaitre comme telle que la modération politiquement correcte est de mise, qu’il est de bon ton d’afficher tolérance et compassion sur tous les sujets, ce qui est la meilleure façon de paraitre mesurée et crédible.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès