• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Les bailleurs sociaux devraient balayer devant leur porte !

Les bailleurs sociaux devraient balayer devant leur porte !

Quand je suis écoeuré ou en colère, je vais regarder les dessins de Sapiens, cela me fait du bien.

Celui qui illustre cet article est : "peindre le monde en vert", c'est un peu construire ensemble un monde nouveau.

Ah si la bureaucratie perdait des plumes et si le dialogue humain s'établissait entre les bailleurs et les locataires, on pourrait peindre, ensemble, un autre avenir ! Utopie ? peut-être....

JPEG

 

La bureaucratie a encore de l'avenir !

 

Une femme particulièrement émue a frappé à la porte de la permanence du DAL 77 à Vaux le Pénil.

Elle venait raconter son histoire et demander des conseils.

Sa famille est locataire depuis bientôt 50 ans dans un logement social.

Elle a toujours réglé à temps ses loyers et ses charges.

En 2007, la mère part en Ehpad et laisse dans l'appartement son fils et sa fille handicapée.

La famille a essayé, en vain, de changer de titulaire du bail et notamment en 2017 au moment du décès de la mère.

La sœur et le frère ont continué de vivre tranquillement dans ce logement et de s'acquitter de toutes les obligations légales.

Il y a quelques jours,le frère et la sœur viennent de recevoir un courrier de l'office les informant qu'il ne leur n'était pas possible de faire transférer le bail.

Il leur fallait déposer une demande de logement !?

Après 49 ans de vie dans cette maison où se sont accumulés tant de souvenirs, les voilà contraints de partir.

Des personnes se confient parfois au cours des entretiens .

La femme qui s'est présentée à nous, est la grande sœur qui vit à quelques dizaines de kilomètres de là, avec son mari.

L'émotion ambiante nous touche

Sa sœur handicapée risque de perdre tous ses repères, ce qui peut la déstabiliser, d'autant plus que le frère qui veille sur elle, jeune retraité est atteint d'un cancer qui s'étend.

 

Les bras m'en tombent !

 

Pourquoi ne laisse-t-on pas ces gens là dans cette maison, leur maison ?

Ce qui est désarmant c'est l'incompréhension et la bureaucratie qui s'installe :

tout se passe entre cette famille éplorée - la vie du frère est menacée - et le bailleur, par lettres recommandées interposées.

Il suffirait d'une rencontre, d'un échange ….

Pourquoi faire facile quand on peut faire difficile ?

Je viens d'écrire un courrier au bailleur et m'apprête, si rien ne bouge, à prévenir la presse.

 

Les handicapés vivent souvent la double peine, leurs difficultés et l'attitude des bailleurs : nombreux d'entre eux n'ont pas un logement adapté à leur handicap. Certains sont logés au troisième étage sans ascenseur ou ne disposent pas de douche.

J'en ai vu bien des choses en presque 20 ans d'activité bénévole dans le champ de la solidarité mais jamais je n'ai rencontré un tel cas.

Je sais que ce texte sera discuté....alors « coupons le pied » aux interprétations malsaines lancinantes sur l'origine des personnes que nous accompagnons : Non ! Cette famille n'est pas issue de l'immigration et si c'était le cas elle serait défendue avec la même force.

 

« Tout ce qui est humain est nôtre » ! devise du Secours Populaire que je partage !

 

Jean-François Chalot


Moyenne des avis sur cet article :  3.17/5   (6 votes)




Réagissez à l'article

9 réactions à cet article    


  • Philippulus Séraphin Lampion 6 juillet 08:21

    Vous, vous appréciez Sapiens. Moi c’est quand j’admire la Vénus de Milo que les bras m’en tombent. Chacun son truc.

    Sinon, repeindre le monde en vert, ça s’appelle du « greenwashing). Espérons que « construire ensemble un monde nouveau" ne soit pas aussi illusoire. Ce n’est pas du cynisme de ma part, mais seulement du pessimisme, fruit de l’expérience.


    • patrick22 6 juillet 09:41

      ....pessimisme......(une bonne raison de ne rien faire.......)

      « fruit de Votre expérience » Mr Lampion.....


      • Philippulus Séraphin Lampion 6 juillet 10:16

        @patrick22

        Évidemment ! L’expérience (étym : ex-periri, sortir du danger) est une affaire personnelle et elle ne se transmet pas, par définition.


      • ZenZoe ZenZoe 6 juillet 10:04

        Je ne comprends pas le refus du bailleur, y a-t-il autre chose que nous ne savons pas ?

        En effet, selon l’article 14 de la loi de 1989, les descendants, ascendants et partenaires et personnes à charge vivant dans un bien loué non meublé depuis un an ou plus peuvent rester dans les lieux. C’est la loi.

        Ceci dit, pour contrer une administration récalcitrante, ne pas hésiter à secouer le cocotier. Envoyer des courriers avec articles de lois cités, en LR/AR, au bailleur local, au siège social du bailleur, au maire, au médiateur, au journal local, prendre un avocat en aide juridictionnelle. Mettre tout le monde en copie de tout le monde. Renvoyer la patate chaude, demander des réponses. Rester courtois mais ferme. En général, riposter et tenir bon finit par payer, j’en ai fait l’expérience maintes fois.

        Mais encore une fois, Chalot ne nous dit peut-être pas tout. Ou alors, la loi est différente pour les bailleurs sociaux ? Je suis curieuse.


        • jocelyne 6 juillet 10:14

          Bonjour, vous voyez bien que le cumul existe (EHPAD cancer handicap ) vraiment pas de bol....


          • CHALOT CHALOT 6 juillet 11:08

            Zenzoé, je vais faire tout cela mais d’abord j’ai adressé une lettre au bailleur.

            Je ne cache jamais rien, c’est un article : le bailleur veut récupérer le logement car il y a trois chambres en oubliant que la troisième chambre est utilisé par la famille proche pour veiller au frère malade. 


            • ZenZoe ZenZoe 6 juillet 11:21

              @CHALOT
              Ne lâchez rien. Allez voir cet article sur service.public, tout ce qu’il y a de plus officiel. Le bailleur social peut résilier le bail si le logement est devenu sous-occupé SAUF dans quelques situations, et notamment le handicap. Même pas besoin de parler de la visite de la famille (à vrai dire, n’embrouillez pas les choses, limitez-vous aux droits stricts).
              https://www.service-public.fr/particuliers/vosdroits/F2559

              Enfin,, je vous dis ça, mais j’imagine que vous en savez bien plus que moi sur la législation.


            • ZenZoe ZenZoe 6 juillet 11:25

              N’hésitez pas à contacter le maire. Je l’ai fait pour une histoire de HLM aussi, et j’ai obtenu des résultats probants. Souvent ils se connaissent entre maires et responsables HLM, et ont à coeur d’aplanir les choses (enfin, pas tous j’imagine).


            • eddofr eddofr 6 juillet 11:56

              Les bailleurs sociaux sont des entreprises, certes mixtes, mais dont les dirigeants ont objectivement intérêt à dégager suffisamment de marge brute pour financer leur rémunération (loin, très loin, d’être « ridicule »).

              Les bailleurs sociaux sont contrôlés par les communes, communautés de communes, départements, régions, ... Ils sont donc assujettis aux idéologies et aux intérêts « électoraux » des politiques dirigeant ces entités.

              Le bailleurs sociaux, en tant qu’organismes à but non lucratif sont préjugés sujets à toutes les errances (comme on ne peut pas les juger sur leur « bénéfice », on présuppose qu’ils gaspillent). Ils sont donc soumis à énormément de règles et de contrôles à priori, y compris dans les règles d’attribution de logements.

              Pour éviter le « copinage » on impose des règles d’une lourdeur sans limite aux personnels de gestion. Et le copinage politique fonctionne quand même, en passant « au dessus » des règles.

              Dans toute activité « non lucrative », sans exception, au moins 30% de l’activité est gaspillée à « prouver » qu’on ne gaspille pas.

              Les bailleurs sociaux n’échappent pas à cette règle.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON



Publicité



Les thématiques de l'article


Palmarès



Publicité