• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Les listes transnationales européennes et la post-démocratie

Les listes transnationales européennes et la post-démocratie

 

Les listes transnationales européennes et la post-démocratie.

 

Avec cette réforme, annoncée par les institutions « européennes », un pas supplémentaire est franchi dans la mise en place de la société post-démocratique.

Dans les conceptions d’un autre temps, les populations civilisées étaient régies selon la règle de Lincoln : « gouvernement du peuple, par le peuple, pour le peuple ». Règle dont la mise en œuvre passe par l’élection.

- Election qui est censée permettre au peuple de choisir des dirigeants qui les « représentent », et à travers eux ou directement (par référendum quand il existe) de choisir le contenu des décisions qui seront ensuite imposées aux citoyens.

- Election qui donne la légitimité aux dirigeants et aux décisions que ceux-ci prennent. Double légitimité qui exclue la possibilité de contestation et de la personne des dirigeants tant qu’ils sont en place, et du contenu des décisions que ces derniers prennent.

Argument de la légitimité qui est très utile pour faire se tenir tranquille la « populace » (partie du peuple à la fois méprisée et redoutée de temps immémoriaux) quand ladite « populace » s’aperçoit que l’usage de leurs prérogatives par les dirigeants lui pose des problèmes de niveau de vie ou de libertés.

 

Depuis quelques années, « grâce » à F. Mitterrand (traité de Maastricht), N. Sarkozy ( traité de Lisbonne) et l’ensemble de la classe politique française, le peuple ne plus décider de rien du tout, tout en conservant le droit de vote.

Ce « coup de génie » repose sur le fait que la feuille de route imposée aux peuples a été arrêtée une fois pour toutes dans le texte de traités. Doublé par le transfert de la compétence des institutions nationales traditionnelles (gouvernements, parlements) vers des institutions sui generis (1) elles mêmes chargées de dire aux gouvernements ce qu’ils doivent faire.

Et ce qui doit être fait, c’est (traités et décisions des organismes « européens ») : faire fonctionner un système dans lequel capitaux, marchandises, individus circulent librement, sur un immense territoire (sous suzeraineté américaine). Sur lequel les institutions nationales sont priées d’utiliser leurs compétences résiduelles pour déréglementer ce qui faisait l’objet d’une réglementation : droit du travail, droit de la fonction publique – avec des fonctionnaires considérés comme des salariés comme les autres- (2) - . Donner au privé ce qui appartenait aux personnes publiques (services publics). Et, de manière générale, favoriser les affaires, indépendamment de toute considération d’intérêt national ( vente d’Alstom entre autres) .

 

Mais pour le fonctionnement de cette société nouvelle, les élections sont quand même très utiles. Car elles conservent leur fonction de « légitimation ».

Certes, beaucoup de gens ont compris que l’usage du bulletin de vote était devenu une « plaisanterie » : forts pourcentages d’abstentions et de votes blancs ou nuls ; propositions - de mandat impératif / de révocation d’un élu en cours de mandat, - de référendum d’initiative citoyenne, - de remplacement de l’élection par un tirage au sort, etc …

Mais la plupart des citoyens croient encore à la fonction de l’élection, surtout ceux ( = à peu près tout le monde) qui n’ont pas lu les traités ci-dessus (ni quelques autres). Et qui ne sont pas aperçu que ces textes les avaient dépouillés de la possibilité d’influer sur la politique. Citoyens, ou plutôt « sujets », aidés dans la pratique de l’ignorance, par une propagande habilement menée qui leur fait croire que l’idée de vivre en Europe selon d’autres règles que les règles actuelles est une monstruosité intellectuelle (3).

 

Mettre en place des listes « européennes », permet de déconnecter encore un peu plus « l’électeur » de « l’élu ». Déjà, avec les listes nationales pour les élections européennes, on ne voyait pas comment il pouvait bien exister un lien « physique » ou de quelle nature que ce soit, entre le citoyen et les quelques dizaines de personnes qui allaient faire le travail que les traités leur demandaient de faire (et, pour certaines, qui avaient besoin d’un « job » dans la politique en attendant de redevenir député ou ministre).

Avec les listes « européennes » les Français seront « représentés » tant par des Français qu’ils ne connaissent pas, que des Allemands, des Polonais ou des politiciens désignés par d’autres chefs de partis, qu’ils connaissent – si l’on peut dire- … encore moins.

 

Ce sera la négation totale de la notion de « représentation », mais les acteurs de la mise en œuvre de la politique non critiquable, non amendable, bénéficieront d’une légitimité, certes factice, mais opérationnelle.

 

Marcel-M. MONIN

m. de conf. hon. des universités.

 

 

(1) Dans l’ordre interne, on a vu récemment que la « gouvernance » française avait subi une transformation : la politique sanitaire (entre autres) a été déterminée par le biais d’un contrat associant un opérateur privé ( la firme Mac Kinsey - pouvant être remplacée demain par le forum de Davos ou par toute autre structure regroupant les représentants d’intérêts financiers, industriels, commerciaux, médiatiques, …- ) aux décideurs « officiel ». Les « gens » du gouvernement conférant, selon les concepts théoriques traditionnels, la « légitimité à ce mode de gouvernance. Cependant nullement autorisé ni même envisagé par la constitution.

 

(2) La suppression des corps des ambassadeurs et des préfets, comme la suppression de l’ENA s’inscrit dans le cadre de la mise en œuvre de règles et de la jurisprudence « européennes ». Le Président de la République a oublié de le dire. Ce qui nous donnera l’occasion de la publication d’une note sur ce sujet.

 

(3) On a vu, au cours de la campagne pour l’élection du président de la République, que la question de ce changement du régime politique n’avait guère passionné les candidats qui concourraient pour le même poste et qui préparaient la suite de leur carrière.


Moyenne des avis sur cet article :  4.33/5   (18 votes)




Réagissez à l'article

26 réactions à cet article    


  • Séraphin Lampion Séraphin Lampion 4 mai 16:27

    Dans l’avion qui le ramenait d’Israël en Janvier 2020, Emmanuel Macron avait dit :

     

    « Aujourd’hui s’est installée dans notre société - et de manière séditieuse, par des discours politiques extraordinairement coupables -, l’idée que nous ne serions plus dans une démocratie, qu’une forme de dictature se serait installée ».

    Et il avait ajouté : « Mais allez en dictature ! Une dictature, c’est un régime ou une personne ou un clan décident des lois. Une dictature, c’est un régime où on ne change pas les dirigeants, jamais. Si la France c’est cela, essayez la dictature et vous verrez ! La dictature, elle justifie la haine. La dictature, elle justifie la violence pour en sortir. Mais il y a en démocratie un principe fondamental : le respect de l’autre, l’interdiction de la violence, la haine à combattre ».

    Vous avez bien lu ? « Une dictature, c’est un régime où on ne change pas les dirigeants, »

    1. Il n’a pas dit qui changeait les dirigeants
    2. Il n’a pas donné de fréquence : pourquoi pas tous les cinquante ans ?
    3. Le principe fondamental de la démocratie n’est pas une question d’élections mais de « respect de l’autre »

    Donc, d’après lui, on est bien en démocratie tant qu’il n’y a pas de haine envers les dirigeants amovibles mis en place par on ne sait qui.

    Il faudrait réviser votre droit constitutionnel M. Morin. Il parait dater quelque peu.


    • véronique 6 mai 08:33

      @Séraphin Lampion

      Vous faites bien de rappeler ce que disait le président sur la dictature. Donc c’est pour ça que sur les fils de discussion ici ou ailleurs il y a parfois des gens qui définissent la dictature avec ce seul paramètre. Ça m’avait étonnée qu’on puisse de nos jours être aussi simpliste mais en fait c’est juste de la propagande. Et c’est finalement assez drôle puisque selon la définition de macron, nous sommes en dictature puisqu’on n’a pas changé de président.


    • Francis, agnotologue Francis, agnotologue 4 mai 17:03

      « Comment instaurer aujourd’hui une dictature d’un type nouveau ?

      J’ai pour ce faire dégagé sept pistes : détruire la liberté ; appauvrir la langue ; abolir la vérité ; supprimer l’histoire ; nier la nature ; propager la haine ; aspirer à l’Empire.

      Chacun de ces temps est composé de moments particuliers.

       
      Pour détruire la liberté, il faut : assurer une surveillance perpétuelle ; ruiner la vie personnelle ; supprimer la solitude ; se réjouir des fêtes obligatoires ; uniformiser l’opinion ; dénoncer le crime par la pensée.

       
      Pour appauvrir la langue, il faut : pratiquer une langue nouvelle ; utiliser le double langage ; détruire des mots ; oraliser la langue ; parler une langue unique ; supprimer les classiques.

       
      Pour abolir la vérité, il faut : enseigner l’idéologie ; instrumentaliser la presse ; propager de fausses nouvelles ; produire le réel.

       
      Pour supprimer l’histoire, il faut : effacer le passé ; réécrire l’histoire ; inventer la mémoire ; détruire les livres ; industrialiser la littérature.

      Pour nier la nature, il faut : détruire la pulsion de vie ; organiser la frustration sexuelle ; hygiéniser la vie ; procréer médicalement.

       
      Pour propager la haine, il faut : se créer un ennemi ; fomenter des guerres ; psychiatriser la pensée critique ; achever le dernier homme.

       
      Pour aspirer à l’Empire, il faut : formater les enfants ; administrer l’opposition ; gouverner avec les élites ; asservir grâce au progrès ; dissimuler le pouvoir.
      Qui dira que nous n’y sommes pas ? » Michel Onfray


      • sirocco sirocco 5 mai 13:06

        @Francis, agnotologue

        Il convient d’ajouter (au moins) cette piste :
        Laisser s’installer dans le pays des dizaines de millions de migrants non assimilables afin de détruire la culture et l’histoire du pays et y favoriser la venue du chaos.


      • sylvain sylvain 4 mai 18:10

        ca a le mérite de poser la difficile question de ce a quoi pourrait ressembler une gestion démocratique d’une société composée de cenrtaines de millions de personnes ayant en plus des cultures différentes


        • Octave Lebel Octave Lebel 4 mai 18:31

          Mettre en place des listes « européennes », permet de déconnecter encore un peu plus « l’électeur » de « l’élu »

          Evidemment. Ce qui ne veut pas dire que cela ne se fera pas.

          Je propose un jeu télévisé :

          Il s’agirait de prendre des mesures politiques réputées difficiles à faire accepter à nos concitoyens et de mettre en concurrence les joueurs pour qui trouvera la méthode la plus astucieuse de nature à faire passer la mesure en restant bien entendu dans le cadre légal. Il faudrait faire des équipes de joueurs en fait.

          Les méthodes seraient évaluées par un vote par internet.

          Une sorte de brain-storming populaire afin de pallier le classicisme des agents de Mac Kinsley et consorts.

          Il me semble que l’animation de ce jeu revient de droit à un couple de journalistes chevronnés.


          • Séraphin Lampion Séraphin Lampion 5 mai 12:58

            @Octave Lebel

            « Il me semble que l’animation de ce jeu revient de droit à un couple de journalistes chevronnés. »

            Ah bon ?

            Je verrais plutôt Shirley et Dino.


          • Octave Lebel Octave Lebel 5 mai 18:20

            @Séraphin Lampion

            Pas mal vu, pas loin, mais un peu trop bons enfants, je pense pas que ce soit le ton.Je pense que nous avons ce qu’il faut dans le service public de l’information.Ce serait une bon coup à faire à C8, une bonne concurrence.

            C’est terrible parce que maintenant quand je vais écouter certaines matinales, je vais penser à Shirley et Dino.Terrible.


          • zygzornifle zygzornifle 5 mai 13:34
            La dictature parfaite est celle qui arrive a te faire croire que tu vis en démocratie ......

            • Eric F Eric F 5 mai 19:36

              @zygzornifle
              Il y a encore plus fort : la dictature pernicieuse consiste à convaincre ceux qui vivent dans des pays un peu plus démocratiques que les autres, que c’est pire chez eux que dans les véritables dictatures.
              Il y a un critère de ’’moins pire’’ : vers quels pays affluent ceux qui cherchent asile ou aspirent à une meilleure vie ?


            • I.A. 5 mai 15:51

              Il existe 2 concussions : la privée, ou « mafia », et la publique, ou « démocratie ». Elles se servent l’une de l’autre, se comprennent et copinent.

              Parce que leurs objectifs sont les mêmes : le pouvoir et l’argent, voire le pognon et la toute-puissance, mais parfois aussi l’hégémonie et le fric...

              Champions du monde en la matière : les Américains, et sur les deux tableaux qui plus est.

              Les États-Unis d’Amérique, gérés comme une entreprise, sont la « maison mère »Leur « filiale », les États-Unis d’Europe, est quant à elle traitée comme une roturière un peu idiote. À l’image des Macron, des Ursula et de leurs cliques : avides de pouvoir et d’argent, mais qui ne comprennent pas tout ce qu’on leur fait faire... sic.


              • charclot charclot 5 mai 18:34

                c’est officiel larem change de non ça devient renaissance...du coup Leconard De Vienscie et Mickey l’ Ange demandent asile politique au dombass


                • berry 5 mai 18:52

                  @charclot
                  Effondrement aurait mieux convenu.
                  C’est pas en faisant rentrer des millions d’africains que la France connaitra une nouvelle renaissance, c’est une évidence.


                • charclot charclot 5 mai 19:21

                  @berry
                  c’est pas non plus en faisant porter le chapeau à ceux dont on voit la tête qu’on s’habille correctement.... 


                • Eric F Eric F 5 mai 19:56

                  @charclot
                  ’’c’est officiel Larem change de nom ça devient Renaissance’’


                  Et ils se basent sur un anachronisme, car l’explication de ce nom est ’’faire le choix des Lumières...’’, or la Renaissance dure jusqu’au XVIème siècle, alors que les Lumières sont au XVIIIème siècle ...qui était aussi l’époque de l’absolutisme politique.


                • charclot charclot 5 mai 20:23

                  @Eric F
                  la renaissance c’est un retour à une forme de paganisme en aspirant l’idéal hellénistique et ses canons passé au crible de la romanité alors en termes d’absolument absolutiste de recherche d’absolu on est en plein dedans comme un matin où tu marches dans de la merde de chien en allant au taf et que l’odeur ne te quitte pas de la journée.... et au contraire de l’imprégnation scolastique contemporaine le moyen âge est une période bien plus lumineuse que le XIX°... Intéressant d’ailleurs que cette période le XIX° soit aussi une période oû renaissent diverses recherches de ré-enracinement dans un passé regretté mais totalement fantasmé.... Et fait aussi assez risible c’est la promiscuité entre reconquête et renaissance dans un espèce de duel à distance entre les croisés moyenâgeux et les délicatesses de la renaissance...
                  Je crois qu’on va bien rire pendant les 5 prochaines années,,, à condition d’avoir une sacré dose d’autodérision !


                • jesuisdesordonne jesuisdesordonne 5 mai 20:53
                  Reset in Ukraine - Catherine Austin Fitts & Karel van Wolferen about Ukraine, NATO, EU, NWO and WEF

                  https://youtu.be/Pa1D34zaZ_M


                  • troletbuse troletbuse 5 mai 21:53

                    21 secondes pour se faire une idée sur la F Rance et la démocratie.

                    Une démonstration sans équivoque

                    https://www.youtube.com/watch?v=yBVom9W3-3A


                    • chat maigre chat maigre 5 mai 21:58

                      @troletbuse
                      c’est clair, net et précis  smiley


                    • Solennⓩ
                      Je veux pas balancer, mais l’anagramme de Renaissance, c’est Encaissera.

                      Vous savez maintenant à quoi vous attendre, on va encore plus casquer !

                      • quijote 6 mai 13:37

                        A propos de nos amis les représentants du Bien sur terre, vous avez tous que, grâce à eux, il est strictement interdit d’essentialiser. Car essentialiser, c’est le fondement de tous les racismes, ces derniers faisant peser sur un groupe tout entier les caractéristiques de tel ou tel individu. Bref, essentialiser, c’est mal. T’as compris ? J’espère, espèce de salaud ! Et que je reprenne plus à parler en mal des migrants ! Qui, comme chacun sait, « sont-une-richesse-pour-notre-pays ».

                        Par contre, dernièrement, y a une nouveauté. Aujourd’hui, avec les Russes, ça va, tu peux essentialiser tant que tu veux :

                        https://twitter.com/BFMTV/status/1522088366350782464

                        Faisons-nous plaisir ! Charognes de Russes ! Fumiers de Russes ! C’est vrai, pour qui qu’elle se prend, la ruskoff ? Elle veut un compte en banque... Nan, mais vous imaginez le toupet de la s... ?

                        Les banques, un rouage fondamental du système des représentants du Bien sur terre ( regardez les pub des banques : féminisme, antiracisme, lgbtqxyz, you name it... ), réhabilitent l’essentialisation. Le Bien a décidé que cette essentialisation-là, elle est même souhaitable. Bien fait pour la ruskoff ! Par contre, fais pas pareil avec des migrants africains, hein...

                        Qu’ils crèvent. Hoooo, c’est haineux, ça ! C’est interdit ! Qu’ils crèvent.


                        • véronique 9 mai 16:51

                          Les listes transnationales, c’est la négation des Etats. Larem avait présenté une liste aux dernières européennes dont certains candidats n’étaient pas de nationalité française.


                          • genrehumain 10 mai 10:40

                             "Avec les listes « européennes » les Français seront « représentés » tant par des Français qu’ils ne connaissent pas, que des Allemands, des Polonais ou des politiciens désignés par d’autres chefs de partis, qu’ils connaissent – si l’on peut dire- … encore moins.« 


                            Victor Hugo, sort de sa tombe, pour vous répondre :


                             »Ne soyons plus anglais, français ou allemands.

                            Soyons européens.

                            Ne soyons plus des Européens, soyons des hommes.

                            Soyons l’humanité.

                            Il nous reste à abdiquer un dernier égoïsme : la patrie. "


                            Victor Hugo


                            • quijote 10 mai 18:58

                              @genrehumain

                              Grotesque d’idéalisme bêlant. Naïveté dangereuse qui se prend pour le Bien. Méconnaissance totale du genre humain.
                              T’as une baraque ? Une voiture ? Des biens quelconques ? Abdique tes égoïsmes !
                              Ha ha ha... Ah putain, les hippies... Chiasse mentale vaincra !


                            • quijote 10 mai 19:01

                              @genrehumain

                              Je voudrais voir la gueule de Victor Hugo aujourd’hui à Barbès... Ha ha ha...
                              « Oh là... Qu’est-ce que c’est que ça ? On a un peu trop abdiqué la patrie, là... » Tu m’étonnes, Totor !


                            • véronique 11 mai 10:43

                              @quijote

                              Naïveté dangereuse qui se prend pour le Bien

                              --------–--------------
                              Voilà une formule qui résume bien l’état de la réflexion de beaucoup de nos concitoyens.
                              On a pu déjà le constater avec le covid.
                              Mais ça continue avec l’Ukraine. Au hasard des fils de discussion sur la toile, quelle surprise de voir que certains s’imaginent que l’embargo sur le gaz et le pétrole ne provoqueront ici qu’une petite altération du confort individuel.... et puisqu’il ne s’agit que du petit confort de chacun, allons-y !.....
                              Et bien sûr, pour ce qui concerne l’Europe, on baigne dans le parfait gagatisme. 

                              À ce niveau et à bien y réfléchir, je pense que c’est plus grave que de la simple naïveté.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON



Publicité



Les thématiques de l'article


Palmarès



Publicité