• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Les ours blancs vont bien, merci

Les ours blancs vont bien, merci

Retour sur cette image largement diffusée dans les médias. Il y a comme un syndrome Aylan : l’ours est seul, peut-être mourant. Un seul spécimen tire des larmes au monde entier. Son agonie serait la preuve de la situation supposée dramatique des ours polaires.

 

Tourisme

Le photographe à l’origine du cliché (image 1) et de la courte vidéo, Paul Nicklen, travaille pour le National Geographic, ainsi que pour une association écologiste militante qu’il a fondée, Sea Legacy. Il affirme que l’animal meurt de faim. La raison : l’impossibilité supposée de trouver sa nourriture à cause du rétrécissement de la banquise arctique.

Sur quoi se fonde cette certitude ? Il pourrait aussi être vieux, ou malade. Une autre image (2) avait déjà servi à illustrer cette supposée disparition. Or il s’agissait de propagande. L’image est fausse. C’est un montage avec photoshop, comme indiqué sur le site source : « This images is a photoshop design. Polarbear, ice floe, ocean and sky are real, they were just not together in the way they are now ».

En 2015 également, l’image d’un ours polaire amaigri seul sur une plaque de glace prétendait illustrer la fin de cette espèce. Sans apporter aucune preuve d’un déclin de l’espèce, à part la parole de la photographe Kerstin Langenberger. Sa photo a été prise sur l’archipel norvégien de Svalbard, où l’espèce se porte bien et où, plus que le réchauffement, c’est le tourisme qui nuit aux ours.

 

ours polaire,ours blanc,extinction,espèce menacée,pole nord,banquise,réchauffement

Casaniers

Le WWF a déjà annoncé la disparition probable de l’ours polaire à cause de la fonte de la banquise. Les alarmistes cultivent l’irrationnel et la peur dans ce débat. Il y a des années, Al Gore annonçait par exemple la disparition totale de la banquise arctique certains mois d’été, précisant même la date de 2013 pour cette première. Cela n’est pas arrivé.

Les études sur les populations d’ours polaires varient. Certaines annoncent une diminution du nombre d’individus, d’autres au contraire une croissance, en particulier entre les années 1950 (environ 5’000 ours) et 2015 (25’000 ours). La principale menace a toujours été la chasse intensive menée par les humains, chasse aujourd’hui très réglementée.

Le réchauffement est-il une menace pour cette espèce ? Pas certain : l’ours polaire (ursus maritimus) a survécu à la dernière période interglaciaire, qui a été évaluée comme plus chaude que celle que nous vivons maintenant. Il mange certes du phoque. Pour lui c’est comme notre steack-frites. Mais il mange aussi des restes de baleines échouées, ou d’autres mammifères marins, et des poissons, des lemmings, des oeufs d’oiseaux et parfois des végétaux. Il fouille les poubelles dans des coins habités, comme le font les ours bruns. Très bon nageur, il n’hésite pas à se lancer à l’eau et à parcourir 50 ou 100 kilomètres pour trouver son repas.

 

ours polaire,ours blanc,extinction,espèce menacée,pole nord,banquise,réchauffement

Baleine

On a par ailleurs observé deux groupes d’ursus maritimus : les casaniers, qui restent sur la terre ferme, et les autres, qui utilisent la banquise comme terrain de chasse. On ignore le pourquoi de cette distinction. À tout le moins les ours se débrouillent bien sans banquise.

Un chiffre peut nous intéresser, celui fourni par les services officiels canadiens. Précisément le chiffre annoncé par le gouvernement du Nunavut, province où se trouve l’île de Baffin où a été prise la photo de Paul Nicklen :

« Alors que les populations d’ours polaires ont suscité de nombreuses inquiétude ces dernières années, celles-ci seraient en meilleure forme que ne le prévoyaient les prédictions. C’est du moins ce que révèlent les données d’une enquête menée en aérien à l’ouest de la baie d’Hudson considéré comme l’une des zones les plus à risque, rapporte l’AFP. Selon les chiffres dévoilés par le gouvernement du Nunavut, 1.013 ours polaires vivaient en août dans cette région du monde alors qu’ils étaient 935 en 2004. Les prévisions établies prévoyaient que la population d’ours serait de 610 d'ici 2011. »

Les faits observés invalident les prédictions alarmistes.

D’ailleurs, quand les ours polaires entendent parler d’extinction de leur espèce ils se marrent comme des baleines.

 


Moyenne des avis sur cet article :  2.5/5   (32 votes)




Réagissez à l'article

76 réactions à cet article    


  • Padacor 12 décembre 2017 18:30

    « les prédictions alarmistes. »
    On vit sur la même planète ?
    Oui la banquise fond et vite, mais c’est que du bonheur, on va pouvoir puiser le pétrole et ça fera un raccourci pour les portes containers.
    Et les guignols qui se font des réunions « pour prendre des mesures » pour sauver la planète. C’est pas en plantant des éoliennes et en supprimant les voitures diésel que ça va régler le problème.
    Et puis sauver la planète ça ne rime pas avec faire du fric à tout prix.
    Pauvre monde...


    • lautrecote 12 décembre 2017 18:37

      @Padacor
      On ne sauve pas la planète. La planète n’a pas besoin d’être sauvée, elle se débrouillera bien sans nous. Elle se débrouillera même beaucoup mieux sans nous.

      Et au train où ça va, nous risquons de la laisser tranquille bien plus tôt que nous le pensons. Peut-être même avant que les ours polaires ne disparaissent....

    • Pimpin 13 décembre 2017 10:11

      @Padacor Non, la banquise ne fond pas ! Elle a diminué pendant quelques années comme déjà dans le passé, et elle s’est stabilisée depuis une bonne dizaine d’années. 

      Allez voir ici par exemple : 
      Ajoutez l’année 2007

    • Nicolas_M bibou1324 13 décembre 2017 11:25

      @Pimpin
      La banquise fond, elle a perdu 13% de sa surface ces 10 dernières années (depuis l’année 2007 qui vous est visiblement si chère).


      Je vous laisse voir les graphiques depuis 1950 ici.

      Si vous ne voyez pas la fonte c’est que vous avez un sacré problème de vision. Mêmes ceux qui s’y rendent régulièrement le constatent.

      Par contre les ours blancs, c’est évidemment une manipulation médiatique. Même sans Arctique (ce qui devrait arriver d’ici 2030 d’après les scientifiques), ça ne les empêchera pas de vivre. On en trouve dans les zoos en France par 35°C, tant qu’ils ont de l’eau pour se rafraîchir et du poison, ils survivent. Même si une partie de la population va devoir changer ses habitudes, on n’est pas près de se balader sans armes au Svalbard.

    • JC_Lavau JC_Lavau 13 décembre 2017 12:02

      @bibou1324. Des fluctuations comme ça, il y en a déjà eu des centaines de milliers. La différence est qu’Al Gore et quelques autres aigrefins n’étaient pas là pour profiter des précédentes.


    • spearit 13 décembre 2017 13:32

      @Padacor
      Pourquoi choisir une tel pseudo (pas d’accord) si c’est pour nous faire le perroquet de nos médias adorés ??

      Moi j’aurais choisi PATOUCONPRI


    • spearit 13 décembre 2017 13:36

      @bibou1324
      C’est bien ça,vous avez trouver le site qui vous arrange avec ses bellllllles courbes...

      Au fait la fameuse courbe en forme de crosse de hockey, on la voit plus trop tient ??!!!!!!


    • Pimpin 13 décembre 2017 13:59

      @Padacor

      Ben non, la banquise ne fond pas ! elle s’est réduite il y a quelques années, mais est stable depuis une dizaine d’années, et son extension est prévue dans les années qui arrivent, cycle naturel oblige.
      Voir ici l’évolution des banquises depuis 1979 : 

    • Pimpin 13 décembre 2017 14:02

      @bibou1324

      Votre graphique est très suspect, il ne correspond pas du tout aux graphes relevés relevés au jour le jour qu’on trouve par ailleurs, comme par exemple celui là : 

    • Doume65 13 décembre 2017 15:07

      @Pimpin
      Merci pour cette courbe interactive. Il faut cliquer sur les années dans la colonne de droite pour les faire apparaitre ou non sur le graphe. Si on affiche tout, on ne peut rien déterminer, c’est trop confus. En prenant le temps, on peut constater que les dix dernières années ont vu sans aucun doute la banquise diminuer. Elles sont toutes en-dessous de la zone grises considérée comme normale (la première année à descendre sous cette zone étant 2007). La pire année étant 2012.


    • JC_Lavau JC_Lavau 13 décembre 2017 15:16

      @Doume65. DONC tu as tout compris en océanographie et climatologie ?


    • Padacor 13 décembre 2017 18:26

      Le souci ça n’est pas QUE la banquise qui fond, regardez autour de vous c’est la merde, au sens propre, on ne sait plus où stocker nos déchets, ménagers comme industriels.
      Et le TOUT à l’égout, la grosse connerie, c’est pas vraiment TOUT que l’on voulait rejeter dans les égouts. Au départ c’était les eaux usées qu’on devait rejeter, on n’avait pas prévu (?) qu’on pourrait rejeter d’autres choses. Pour beaucoup l’égout c’est, je jette, je ne vois plus donc c’est bon. Où ça va, on ne se pose pas trop la question. Si vous saviez le nombre de personnes qui rejettent, dans les égouts, les huiles de vidange et autres polluants.
      Quand ON a compris la connerie, ON a fait construire des usines d’épuration le long des cours d’eaux les plus pollués, parce que pas assez de courant/débit pour emmener nos « merdes » jusqu’à l’égout maritime.
      Pour épuré l’air, ON n’a pas encore trouvé la solution, donc ON se débrouille avec des broutille, comme supprimer les voitures diésel.^^ Et les avions ?
      Bref, nous avons tous conscience (?) d’avoir foutu le bordel sur notre planète mais changer notre mode de vie c’est trop dur.
      Par exemple, la pollution engendrée par le numérique qui en parle ?


    • lautrecote 12 décembre 2017 18:35

      Citer une partie seulement d’un texte, ça s’appelle, au mieux, de la négligence.

      On lit bien « This images is a photoshop design. Polarbear, ice floe, ocean and sky are real, they were just not together in the way they are now ». 

      Mais on lit aussi « Due to global warming the natural environment of the polar bear in the Arctic has changed a lot. The Arctic sea has much less ice than it had some years ago. »

      Alors, propagande, ou illustration ?

      Je ne me prononce pas sur le fond de l’article, mais de temps en temps, je suis les liens, pour voir sur quoi se base l’auteur.
      Et là, j’ai arrêté la lecture.



      • hommelibre hommelibre 13 décembre 2017 07:55

        @lautrecote

        Le lien permet à chacun de lire l’entièreté, donc non pas de négligence. 
        La partie de texte que vous citez ne valide pas la photo elle-même ni la manière dont elle a été réalisée dans le but de faire de l’alarmisme.

        Or c’est justement ce qui est questionné.

      • spearit 13 décembre 2017 13:42

        @lautrecote
        Pourquoi, il l’ont interviewé l’ours polaire pour connaitre ses conditions d evie, où on parle à sa place ??...

        En plus le climat change, ben merde alors... et la glace fond, oh ben tient
        Et en plus on arrive à trouver des perroquets qui répète tous en coeur, à quand la chorale ???

        Mais si, si la glace se réduit, il y a plein de site qui le dise, nos médias et politique à ’appui, CE NE PEUT DONC QU’ETRE VRAI


      • Alren Alren 12 décembre 2017 18:37

        Il est possible en effet que cet ours soit malade, soit du fait d’une infection soit du fait d’un cancer.
        En effet les cas de cancers semblent en augmentation chez les animaux sauvages du fait de tous ces poisons déversés par l’Homme et qui se retrouvent jusque dans les glaces l’Antarctique.

        Ce qui est incontestable, c’est que la surface de la banquise diminue très rapidement d’été en été et que ce phénomène hyper rapide est le fait de l’activité humaine : une cause naturelle serait beaucoup plus progressive.

        Il est vrai que les ours, prédateurs lents, sont très éclectiques sur leur nourriture : les ours venus d’Europe centrale mangent des moutons en Ariège qu’ils ne connaissaient pas dans leur forêt d’origine. Les ours blancs, faute de phoque, trouveront bien à manger quelque chose sur la terre ferme. Et seront de plus en plus dangereux pour les enfants.


        • lautrecote 12 décembre 2017 20:23

          @Alren
          Et seront de plus en plus dangereux pour les enfants.


          Comme Poutine.

        • HELIOS HELIOS 13 décembre 2017 04:45

          @Alren

          ***** ... la surface de la banquise diminue très rapidement d’été en été et que ce phénomène hyper rapide est le fait de l’activité humaine ***** 


          ça, c’est vous qui le dites !!!!

          La banquise diminue, certes, c’est une constatation a certains moment de la saison qui ne correspondent pas a ce qui était observé avant... comme d’ailleurs l’epaisseur de la glace.

          Mais, accuser l’homme est un raccourci idéologique sans aucune preuve, si ce n’est l’impression et non pas un fait étayé, d’un groupe d’experts politiques du GIEC !

        • hommelibre hommelibre 13 décembre 2017 09:05

          @Alren

          Si la banquise disparaissait pendant un ou deux mois d’été (ce qui est quand-même assez loin d’être le cas), les ours s’adapteraient, comme ceux qui mangent déjà sur la terre ferme. Le passage du nord-ouest a d’ailleurs été franchi en 1906 par Amundsen, alors que l’on sortait lentement du petit âge glaciaire, soit bien avant que l’on dramatise le réchauffement.

          Sans la chasse, même réglementée, la population d’ours serait certainement encore plus importante que les chiffres cités.

        • Alren Alren 13 décembre 2017 12:30

          @HELIOS

          Ce n’est pas moi qui dis tout seul que la surface de la banquise diminue d’été en été : ce sont les photos satellite !!!

          Ce ne sont pas seulement les experts du GIEC qui concluent que le réchauffement actuel de l’atmosphère est due à l’action de l’homme, c’est toute la communauté scientifique travaillant sur le climat !!!

          Ce sont les rares qui nient cette responsabilité qui sont de mauvaise foi, financés par les compagnies charbonnières et pétrolières US pour qui leurs profits passent avant l’intérêt général.


        • Alren Alren 13 décembre 2017 12:36

          @hommelibre

          « les ours [blancs] s’adapteraient, comme ceux qui mangent déjà sur la terre ferme. »

          C’est ce que je dis dans mon commentaire !
          Et ils seraient alors un danger pour les humains, particulièrement les jeunes enfants sans défense et leurs animaux et seraient une nuisance en renversant les poubelles car ils s’approcheraient des lieux habités.


        • Alren Alren 13 décembre 2017 12:37

          @lautrecote

          Ah ! Bon ? Poutine a déjà dévoré des enfants ?


        • JC_Lavau JC_Lavau 13 décembre 2017 13:36

          @Alren. Ah ? Je suis «  financé par les compagnies charbonnières et pétrolières  » ?

          Autres liens sur les articles précédents dans ce lien.

          Je rappelle encore une fois qu’à l’origine du financement du C.R.U. on trouve BP, Shell, Rockefeller.
          17 ans avant que Maggie les couvre d’argent public.

        • spearit 13 décembre 2017 13:43

          @HELIOS
          Pas si fort Helios, vous êtes pas au bon endroit pour dire ce genre de chose, les moutons paissent...pas de bruit


        • spearit 13 décembre 2017 13:49

          @Alren
          « c’est toute la communauté scientifique travaillant sur le climat !!! »

          Sans blague, tout ceux qui sont subventionné disent que le climat change (est ce seulement possible ??). A part assurer leur virement bancaires je ne vois pas où leur apporter du crédit à ce consensus politique euh scientifique
          Arffff oui, le GIECgate, déjà sous les tapis ??

          On te montre ce qu’on veut bien que tu vois, pour te tu crois ce qu’il on envie, ça t’es jamais venu à l’idée (non je sais il y a pas trop de risque...)


        • Pimpin 13 décembre 2017 14:07

          @Alren
          Arrêtez de croire ce que raconte le GIEC qui est un organisme politique et non scientifique. 

          Quant aux photos satellites, elle ne montre aucune aggravation depuis plus de 10 ans.
          Les compagnie pétrolières ? elles sont montées contre Trump lorsqu’il a quitté l’accords de Paris. Ca ne vous met pas la puce à l’oreille ?

        • Alren Alren 13 décembre 2017 15:26

          @JC_Lavau

          "Je suis « financé par les compagnies charbonnières et pétrolières » ? Racontez !"

          Vous n’êtes pas expert en climatologie me semble-t-il et ne faites que répéter un point de vue que vous avez lu et convient a vos a priori.

          Je parlais des vrais experts corrompus.


        • JC_Lavau JC_Lavau 13 décembre 2017 19:15

          @Alren

           Mais qu’il est bête !
          Je ne suis pas stipendié pour frauder et mentir à la populace, comme le sont les escrocs aux ordres, qui ont toute ta confiance.
          En échange, j’en sais assez dans les disciplines concernées, dont tu n’as encore jamais soupçonné l’ampleur, pour pouvoir dénoncer un grand nombre de fraudes perpétrées par tes maîtres. Alors que toi, tu es bien infoutu de vérifier quoi que ce soit. Il ne te reste que la foi, autrement dit la crédulité.

          Par exemple Jancovici, et le plus gros des sites de ton obédience, les croyants carbocentristes, prétendent que le temps de résidence du dioxyde de carbone atmosphérique est de cent ans, voire deux cents ans selon les jours. On a toutes les preuves, elles sont publiques et faciles à vérifier, qu’il est en réalité de cinq ans.
          Et puis zut, je ne vais pas répéter encore une x-ième fois ce que j’ai déjà prouvé dans les articles précédents depuis plus de trois ans et demi.

        • Alren Alren 14 décembre 2017 13:51

          @JC_Lavau

          Toujours l’insulte Lavau comme argument final et un tutoiement qui veut rabaisser l’adversaire mais ne fait ressortir que ta faiblesse intellectuelle !

          Moi aussi, figurez-vous, j’ai accumulé les connaissances sur un phénomène qui met en jeu l’avenir de l’humanité et à des sources de haut niveau.

          Penser que les scientifiques, hommes et femmes, qui après de multiples mesures et simulations informatiques, pointent l’homme comme responsable de l’actuel dérèglement climatique sont tous, sans exception, corrompus relève du délire typique du vieux qui pense avoir toujours raison sur tout (je plains l’entourage !!!).

          Sur le nombre de scientifiques approchés par les corrupteurs, au moins un ou plutôt une, aurait dénoncé immédiatement la tentative de corruption qu’il ou elle aurait reçue pour inverser leurs conclusions !
          Sans compter que les entreprises qui mettent en œuvre les énergies alternatives et qui pourraient financer cette corruption n’ont pas encore assez d’argent pour cela.

          Alors que les entreprises charbonnières et pétrolières disposent de sommes colossales pour le lobbying et la corruption ...


        • JC_Lavau JC_Lavau 14 décembre 2017 17:43

          @Alren. On a toutes les preuves des menaces et chantages exercés par les intermédiaires politiques.


        • Panoramix Panoramix 17 décembre 2017 11:52

          @JC_Lavau
          Ce n’est pas parce qu’il y a surthéatralisation médiatique d’un phénomène que pour autant ce phénomène ne serait que pure fiction. Certes, les îles en voie de disparition auraient été de toutes façon exposées à des tempêtes, et des ours blancs surpris par le dégel ont du exister de tous temps. Mais Alren a bien exprimé le fait du caractère plus brusque et accentué du présent réchauffement climatique par rapport à ceux relevés dans le passé (banquises, glaciers et autres effets).
          Mais tout le monde pourrait s’accorder que le problème de fond concerne TOUS les rejets de l’activité humaine, il est parfois difficile de discerner l’action indépendante de chacun d’entre eux (on l’avait fait cependant pour les CFC). Diminuons les combustions de diverses provenances, cela ne diminuera pas seulement le CO2. Et que ce généralisent le biodégradable et le réutilisable. Bon, il faudrait aussi stopper la croissance de la population mondiale bien avant d’atteindre 10 milliards, mais sur ce point, c’est foutu.


        • joletaxi 17 décembre 2017 12:22

          @Panoramix

          brusque et accentué ?
          qu’en savez-vous
          on a trouvé des mammouths gelés sur pied, et qui le sont restés des millénaires,

          cette théorie, jamais démontrée, repose sur de la sciences nitendo

          tiens notre président va cramer 80 millions, que nous n’avons pas, pour financer des vacances gratuites à des « chercheurs » américains virés par l’administration Trump
          parmi les récipiendaires,une certaine Parmesan, dont voici les trouvailles

          https://notalotofpeopleknowthat.wordpress.com/2017/12/16/butterflies-and-junk-science/

          ça se présente bien non ?


        • JC_Lavau JC_Lavau 17 décembre 2017 22:31

          @Panoramix. Les problèmes miniers existent, sont réels, eux. 
          Insolubles à terme.

          Si l’oligarchie minière finance et télécommande le délire « climatique » et carbocentrique depuis 1971, c’est qu’ils ont une idée derrière la tête dont tu n’as pas idée.

        • Doume65 18 décembre 2017 11:07

          @Alren
          « Il est possible en effet que cet ours soit malade »
          En général, un ours très maigre est un ours qui sort d’hibernation. Pareil pour les marmottes que nous avons dans nos montagnes.


        • pemile pemile 12 décembre 2017 19:13

          D’après les spécialistes, ce n’est pas la première fois que Paul Nicklen utilise ce genre de communication en utilisant des ours malades de cancer n’ayant plus la force de se nourrir.

          https://polarbearscience.com/2017/12/11/bioscience-paper-and-starving-polar-bear-follow-up/


          • Agafia Agafia 12 décembre 2017 21:02

            L’auteur qui n’a jamais du foutre un pied sur la banquise, et qui connait le monde grâce à l’écran de son ordi est un spécialiste, et du climat, et de la banquise, et des ours blancs... Et donne des leçons,comme tout bon auteur d’Avox...


            L’auteur est un rigolo, (un de plus) merci.

            ( Vivement l’extinction de la race humaine,que cette planète respire enfin ! )

            • JC_Lavau JC_Lavau 12 décembre 2017 22:00

              @Agafia. Hin hin ! « Vivement l’extinction de la race humaine,que cette planète respire enfin ! »
              Evidemment si j’avais prêté ce genre de citation à cette auteure, c’eût été pure malveillance.


            • hommelibre hommelibre 13 décembre 2017 09:06

              @Agafia

              Vous vouliez dire quelque chose sur le thème, ou seulement faire le « commentateur lambda d’Agoravox » ?...

            • Dzan 13 décembre 2017 10:01

              @Agafia
              + 10 000


            • JC_Lavau JC_Lavau 13 décembre 2017 10:43

              Nous invitons la contemptrice et omnisciente Agafia à exhiber ses diplômes, études et réalisations dans le domaine « climatique » :

               
              Où et quand a-t-elle étudié la statique des fluides et la physique de l’atmosphère ?

              Où et quand a-t-elle étudié la métérorologie comme l’étudient ceux dont la vie en dépend : marins, aviateurs, alpinistes... ?
               
              Où et quand a-t-elle étudié la physique du rayonnement, la spectrométrie des gaz, la thermodynamique ?

              Où et quand a-t-elle étudié l’océanographie et les oscillations océaniques ?
               
              Où et quand a-t-elle étudié la volcanologie sous-marine ?
               
              Où et quand a-t-elle étudié l’électrochimie des solutions, l’interaction entre les anions forts et faibles, les cations forts et faibles dans une solution à force ionique élevée telle que l’eau de mer ?
               
              Où et quand a-t-elle étudié la solubilité des gaz dans l’eau de mer selon la température ?
               
              Où et quand a-t-elle étudié la corrosion chimique des continents ?
               
              Où et quand a-t-elle étudié la physiologie végétale, et ses dépendances au dioxyde de carbone atmosphérique selon les familles d’espèces ?

              Où et quand a-t-elle étudié les explorateurs pôlaires, par exemple Fridtjof Nansen, Julius Payer, Adolf Erik Nordenkjöld, Roald Amundsen... ?

              Où et quand a-t-elle étudié l’écologie et les moeurs des ours pôlaires ?
               
              Où et quand a-t-elle étudié les chaînes de financement et de commandement de la presse aux ordres ?

              Où et quand a-t-elle étudié qui a financé en premier le Climatic Research Unit, qu’ultérieurement Maggie a couvert d’argent public, avant de pousser à en émaner l’IPCC ?

              Où et quand a-t-elle étudié l’ignorance crasse des journalistes de la presse aux ordres, audio-visuelle incluse ?

              Où et quand a-t-elle étudié la paléoclimatologie, la paléobotanique, la géochimie, les pédogenèses ?

              J’abrège, j’abrège...

              En 2009 j’ai fait tomber un escroc international, il est vrai bien moins gros que ne l’est l’IPCC. Et quels sont les états de service d’Agafia dans ce domaine : faire tomber une escroquerie et des escrocs ?

            • spearit 13 décembre 2017 13:50

              @hommelibre
              J’aurais dis commentateur « beta » sait pas pourquoi....


            • spearit 13 décembre 2017 13:51

              @Agafia
              Remarque pas besoin de mettre les pieds sur la lune pour y être


            • popov 13 décembre 2017 07:41

              Oh l’pôv’ gros nounours !

              Il va faire chialer la chialosphère, ça c’est sûr.


              • zygzornifle zygzornifle 13 décembre 2017 08:24

                ils sont « en marche » sur leur banquise qui se réduit au rythme de notre compte en banque après le passage d’un Macron .....


                • zygzornifle zygzornifle 13 décembre 2017 08:25

                  on s’en fiche car le petit Panda a sa Brigitte se porte bien , il a des feuilles d’eucalyptus BIO , un radiateur et une compagnie de CRS l’arme au poing pour le surveiller .....


                  • hommelibre hommelibre 13 décembre 2017 09:28
                    Quelques rares papiers ont quand-même questionné cette vidéo et la cause de l’état de l’ours (famine due au réchauffement du climat) est mise en doute.


                    « Mais même les scientifiques concernés conviennent qu’un ours émacié n’est pas une preuve du changement climatique. « Il est beaucoup plus probable qu’il soit affamé en raison de problèmes de santé », a tweeté le biologiste de la faune arctique Jeff Higdon. » 


                    « Les médias d’information ne peuvent pas résister. Dans ce cas, au moins un organe d’information a embelli l’histoire en nous disant que l’ours « se bat pour trouver de la nourriture à travers un paysage stérile qui devrait être recouvert de glace ». C’est ridicule. L’ours est sur la terre. C’est l’été. C’est à quoi ressemble la toundra en été. »


                    • cevennevive cevennevive 13 décembre 2017 09:28

                      Bonjour hommelibre,


                      Lorsque Eric le Rouge (vers l’an mille) aborda au Groenland, il appela cette île « l’île verte ». Il y passa l’hiver avant de repartir vers l’ouest et de découvrir le territoire de ce qui est aujourd’hui l’Amèrique du Nord.

                      Alors, pourquoi ne pas tenir compte de ses récits ? Notre terre est comme nous, elle change, mais ce n’est pas à l’échelle des années, mais des siècles.

                      Il est bien évident qu’il y a une partie de nos pratiques qui lui sont nuisible, mais de là à tout mettre sur notre pauvre dos... Notamment la mort des ours blancs. C’en est risible. Ne tue-t-on pas des vaches, des agneaux, des porcs pour nous nourrir ?

                      Faire pleurer, faire s’indigner, faire se battre la coulpe, ne fait pas avancer le débat. Ce sont juste des mots. C’est pour nous faire culpabiliser lorsque nous chauffons notre appartement ou que nous conduisons une pauvre petite voiture diesel pour aller faire de pauvres petites courses dans un supermarché qui utilise bien plus d’énergie que nous.

                      Bien à vous. Et ne pleurons pas trop fort sur ces pauvres nounours. Ils sont peut-être bien plus heureux que nous.
                       

                      • rugueux 13 décembre 2017 09:57

                        Amis réchauffistes bonjour !

                        Encore un cas flagrant de bidonnage de la part des réchauffistes qui veulent à toute force imposer leur idéologie réductrice....

                        Quand on avance des hypothèses solidement étayées on n’a pas besoin de truquer les preuves...

                        Ca me rappelle le petit Aylan sur une plage de Turquie...Autre grand moment de bidonnage !


                        • spearit 13 décembre 2017 13:54

                          @rugArfff je l’ai déjà dit, moins fort, tu risques de réveiller une belle brochettes de croyants réchauffiste (si si il l’on dit à la télé et font des sites avec de jolis dessins sur la toile, donc c’est vrai)


                        • Dzan 13 décembre 2017 09:59

                          Je n’avais encore jamais lu un article d’une telle ineptie.
                          Mais, bien sûr, tout va bien, la banquise qui fond, les forêts qui disparaissent, les océans de déchets plastique, mais, bon sang, mais c’est bien sûr, la planète s’y fera.
                          Tissus de co ;..ies !


                          • Pimpin 13 décembre 2017 10:24

                            @Dzan 

                             Justement, au lieu de dépenser des milliards dans cette escroquerie du réchauffement climatique soi-disant dû au CO2, on ferait mieux de s’intéresser aux vrais problèmes de pollution.

                            Non, la banquise ne disparaît pas et l’Homme n’y est pour rien. 

                            Oui il y a des forêts qui disparaissent, à cause de l’Homme, on pourrait agir, mais on ne le fait pas (on aime bien l’huile de Palme). Oui il y a des océans de déchets plastiques qu’il serait très facile de ramasser, mais on ne le fait pas. Oui on pourrait s’intéresser à la source de ces déchets (Afrique, Asie) mais on ne le fait pas. Oui, on pourrait arrêter les transports inutiles de produits qu’on est capables de produire sur place, mais on ne le fait pas, ça rapporte trop d’argent aux multinationales.
                            Oui on pourrait grandement améliorer le recyclage, mais on ne le fait pas.

                            Alors on nous rebat les oreilles sur un phénomène naturel contre lequel on ne peut rien et qui de toute façon est en train de s’inverser, on y dépense des sommes folles qui engraissent certains, mais pour le reste sur lequel on pourrait agir efficacement, rien ! 

                            Vous ne voyez donc pas qu’on se moque de nous avec cette affaire ? Un tel aveuglement est pitoyable.

                          • JC_Lavau JC_Lavau 13 décembre 2017 11:13

                            @Dzan. Dzan, lui il est pour l’escroquerie carbocentrique : ça lui donne l’illusion qu’il est devenu l’élite des citoyens conscients.


                          • spearit 13 décembre 2017 13:55

                            @JC_Lavau
                            + 1


                          • Loatse Loatse 13 décembre 2017 10:13

                            Fô lui jeter un phoque plutôt que de le photographier, pèpère !!!


                            Vous me direz ; Pauvre phoque (ou manchot) parti nourrir ses petits et qui ne reviendra jamais (si ce n’est un ours c’est un orque qui le boulottera peut être..) 

                            mais bon ca peut aussi faire une tof dans une revue écolokekchoz (ou un doc animalier tv) dans lequel vous verrez bébé manchot sous un vent polaire nous dit on, seul au monde espérant en vain recevoir sa portion de merlan machée... tandis que « charongn’man » s’est mis à la recherche de quelques dizaines de mamies et papies manchot en fin de vie..pour corser le truc et faire pleurer dans les chaumières.

                            M’enfin c’est moins vendeur qu’un bon ex gros nounours avec sa bouille de peluche de notre enfance, qui ,direct, tirera des larmes aux occidentaux (qui n’ont plus eux même ni tué leur poule, ni leur lapin depuis longtemps)


                             Plus loin in the sea, c’est l’hécatombe chez la famille merlan... 

                            chez monsieur et madame crevette aussi ;)


                            Pétard de réchauffement climatique !!! smiley






                              • francois 13 décembre 2017 11:23

                                un ours prend une cuite et la populace s’émeut.

                                Et quand l’émeu prendra une cuite en public, les canards imprimeront quoi ?

                                • BA 13 décembre 2017 11:29

                                  Incendies en Californie : l’année 2017 a été une année record.

                                  Californie : les incendies provoquent des scènes d’apocalypse.

                                  Le gigantesque incendie Thomas, qui a détruit 800 maisons et brûlé 100 000 hectares, menace désormais Santa Barbara et d’autres communes du littoral.

                                  L’incendie Thomas, cinquième plus gros feu d’une année record en Californie, continue de faire des ravages et n’est encore circonscrit qu’à 20 % après plus de huit jours. Les flammes ont détruit 100 000 hectares, près de 800 maisons et en menacent 18 000.

                                  Partout à Carpinteria, cité balnéaire au bord du Pacifique, c’est la désolation. Les collines carbonisées dévalent jusqu’à l’autoroute, qui n’a pas toujours su arrêter les flammes poussées par des herbes et branches en feu propulsées par des vents dignes d’un ouragan. Le long de la plage, les palmiers qui symbolisent la Californie ne sont plus que de tristes troncs noirs et nus.

                                  « C’est la fin d’une ère pour notre famille », dit Don Thompson, debout sur les ruines de la maison de son frère, dont il ne reste que deux cheminées calcinées. « Ici c’était le jacuzzi, là il y avait une terrasse d’où on voyait l’océan », ajoute ce pilote de ligne à la retraite, montrant l’horizon enfumé par l’incendie de Thomas. « Il l’avait construite lui-même », se souvient-il. Son frère mort il y a quatre ans n’aura pas eu la douleur de voir sa maison avalée par les flammes, et sa belle-sœur a évacué les lieux à temps. Mais « il y a eu des larmes », admet-il pudiquement, dans la nuit de dimanche à lundi quand l’incendie a envahi Stanley Park Road, à Carpinteria, à quelques kilomètres au sud de Santa Barbara, un littoral qui fait partie des joyaux de la Californie.

                                  L’ancien pilote a grandi sur ces collines désormais calcinées qui s’étendent sur des dizaines de kilomètres. Il y vit encore avec sa femme, son neveu et d’autres membres de sa famille avec lesquels il exploite une plantation d’avocats. La moitié de leur verger n’est plus que cendres. Don Thompson a au moins le réconfort d’avoir pu sauver sa maison. Il n’a pas bougé pendant que des flammes de 60 mètres ravageaient les alentours « à 180 degrés autour de nous ». Sa femme et lui s’étaient préparés, ils avaient une pompe à eau, un réservoir, un générateur, etc. Malgré l’enfer autour de lui pendant la sinistre nuit, il avoue s’être arrêté quelques instants au milieu des efforts pour protéger sa propriété, saisi par « la majesté » de ce feu spectaculaire.

                                  Sur les collines, le feu fait encore rage, et des dizaines de bataillons de pompiers tentent de protéger les maisons et de créer « une ligne » pour endiguer le brasier, explique à l’Agence France-Presse Don Camp, capitaine de Calfire, l’agence californienne de lutte contre les feux. « L’humidité est critique, proche de zéro, on n’a jamais vu ça », ajoute-t-il depuis un parc où près de 500 pompiers ont établi une base. Plus de 6 000 sont mobilisés au total pour affronter Thomas. La sécheresse extrême combinée à des températures anormalement élevées pour la saison et les vents violents ont freiné le travail des pompiers. « Nous avons vraiment été gênés par la fumée, car les avions ne pouvaient pas voler et lâcher de la poudre ignifuge » ou de l’eau, poursuit Don Camp.

                                  Si le vent a faibli mardi, il risquait de repartir de plus belle la nuit venue, et « toutes les communes du littoral sont encore menacées », y compris Santa Barbara. Sur Toro Canyon Road, un commandant de bataillon renvoie les véhicules : « Le feu est très proche, c’est très dangereux, partez s’il vous plaît. » Derrière lui, un nuage de fumée progresse sur un versant boisé, masquant les flammes. En bas de cette route sinueuse où une maison a déjà été détruite, on voit quatre feux qui brûlent simultanément sur plusieurs collines. L’air vicié où flottent des cendres et qui rend le soleil rouge est irrespirable sur des dizaines de kilomètres. Dans la ville, tous les gens se promènent avec des masques respiratoires dans une ambiance post-apocalyptique.

                                  Sur Shepard Mesa Lane gisent des carcasses de voitures carbonisées. La maison de Ken Coffey a pour l’instant été épargnée. Dans la nuit de dimanche à lundi, les chaleurs autour des immenses flammes atteignaient près de 50 degrés, affirme-t-il. « C’était si dangereux, ces types sont vraiment courageux, ils s’aspergeaient d’eau puis ils y retournaient », dit-il des pompiers. Remettant son masque à gaz, Ken est déterminé à rester coûte que coûte. « Je vais peut-être griller, mais si je dois partir, quelle manière plus honorable qu’en défendant la maison familiale ? » conclut ce proviseur d’école à la retraite.

                                  http://www.lepoint.fr/monde/californie-les-incendies-ravagent-le-littoral-13-12-2017-2179206_24.php


                                  • JC_Lavau JC_Lavau 13 décembre 2017 12:04

                                    @BA. DONC convertissez-vous à la VRAIE FOI carbocentrique !


                                  • Mohammed MADJOUR Mohammed MADJOUR 13 décembre 2017 11:36

                                    LA DIVERSION POLITICIENNE FRANÇAISE NE CONVAINC QUE LES IMBÉCILES !



                                    • pipiou 13 décembre 2017 13:44

                                      Toujours pareil, HommeLibre sélectionne les exemples qui l’arrangent.

                                      S’il n’en reste qu’un à dire tout va bien ce sera lui, même s’il a de l’eau jusqu’au menton.


                                      • JC_Lavau JC_Lavau 13 décembre 2017 14:00

                                        @pipiou. Pour prophétiser que l’Himalaya sera submergé en 2035, simple !

                                        Vous démarrez l’enregistrement du marégraphe à marée basse. Vous l’arrêtez à marée haute. Vous faites une régression linéaire - très important, ce souci technique : une régression linéaire !
                                        Vous extrapolez autant que nécessaire, de préférence avec une exponentielle de raison positive, et pouf ! V’la que l’Himalaya sera submergé !
                                        C’est ce que faisait l’ONERC : Office National (donc payé par nos impôts) de l’étude des Effets du Réchauffement Climatique. Puis il a arrêté ses régressions linéaires de l’enneigement au Col de Porte dès qu’il y a eu des hivers très neigeux qui dérangeaient les prophéties que cet organe politique devait appuyer.

                                      • spearit 13 décembre 2017 14:04

                                        @pipiou
                                        Et t’en connais beaucoup qui choisissent des contre exemples pour illustrer leur propos ??!!

                                        L’important c’est le bon sens et la connaissance du monde (média, politique et les fameuses preuves scientifiques genre limons vite la mâchoire découverte pour faire croire qu’on a trouvé le maillon manquant...)
                                        Et ce n’est pas parce que les choses vont mal, qu’on est obligé de gober toutes les manipulations, non, si ??
                                        Ca manque pas un peu de connexion là haut pour faire de tel raccourci idéologique, faut apprendre à réfléchir tout seul, ça développe les neurones...


                                      • Christian Labrune Christian Labrune 13 décembre 2017 18:35

                                        @Homme libre
                                        Ce qui m’amuse beaucoup, c’est qu’il est très probable, les progrès concernant l’intelligence artificielle étant de plus en plus rapides, qu’on arrive sinon dans la troisième décennie de ce siècle comme le prévoient beaucoup de spécialistes, du moins avant le milieu du siècle, à ce point très particulier déjà défini par Von Neumann dans les années 50, par le terme de « singularité » que les transhumanistes ont beaucoup utilisé ces dernières années.

                                        La singularité, c’est le moment où l’intelligence de la machine est au même niveau de complexité que celle de son créateur. Elle peut à partir de ce moment-là décider toute seule des transformations qu’il faut qu’elle s’impose au plan du hard comme au plan du soft pour devenir encore plus intelligente. Comme on sait que la loi de Moore qui prévoit tous les dix-huit mois le doublement du nombre des portes logiques dans un circuit intégré continue encore à se vérifier, et qu’il est impossible de dire que nous soyons vraiment plus intelligents que les contemporains de Platon, cela veut dire qu’après quatre ou cinq ans d’évolution à partir de ce point, la distance qui séparera une IA forte de l’homme sera bien plus considérable que celle qui sépare actuellement homo sapiens des animaux les plus intelligents.

                                        On pourra bien un peu « augmenter » l’homme, lui installer des puces dans la boîte crânienne, on travaille déjà très activement là-dessus, mais ces sortes de bricolages ne pourront jamais donner à un organe biologique la même rapidité et la même efficacité qu’à des systèes artificiels indéfiniment complexifiables. Autrement dit, l’intelligence et toute la culture du monde aura déjà migré sur un autre support, non-biologique. La fin très prochaine de l’espèce homo sapiens est donc à peu près certaine. En tout cas, on pourra bien la maintenir en réserve, pour mémoire, dans des sortes de zoos comme celui de Vincennes, mais elle aura perdu la mainmise sur la gestion de la planète.

                                        « C’est déjà foutu », disait hier le pauvre Macron qui en est resté à la même vision du monde que Thatcer et qui se croit encore dans un XXe siècle éternel. Ben oui, c’est foutu, mais les systèmes artificiels qui vont probablement assez vite nous remplacer supporteront très bien un réchauffement de quelques dizaines de degrés et une montée de plus de cent mètres du niveau des océans.

                                        Il y a déjà beaucoup de gens qui savent cela, il va bien falloir qu’à un moment ou à un autre ce soit clairement exposé, même si ça fait peur aux grands singes que nous sommes condamnés à demeurer.


                                        • Enabomber Enabomber 17 décembre 2017 19:06

                                          @Christian Labrune
                                          Ouais, et en 1980 nos voitures devaient faire des loopings.


                                        • hommelibre hommelibre 14 décembre 2017 13:53

                                          La BBC s’est distancée de la vidéo :

                                          www.bbc.com/news/world-us-canada-42322346 ?SThisFB

                                          « Ces images ne sont pas l’œuvre d’un scientifique, d’un documentariste impartial ou même d’un spectateur inquiet. Ils font partie d’un exercice de relations publiques très calculé. Cet animal particulier pourrait aussi simplement avoir été malade. Le biologiste Jeff Higdon, écrivant sur Twitter, a spéculé qu’il pourrait avoir une forme de cancer agressif. Il n’est pas affamé parce que la glace a soudainement disparu et qu’il ne pouvait plus chasser les phoques, a-t-il dit. « La côte est de Baffin est libre de glace en été, et il est beaucoup plus probable qu’il soit affamée en raison de problèmes de santé. » (Cependant, il a averti qu’il ne pouvait pas être sûr.) »


                                          • hommelibre hommelibre 14 décembre 2017 13:53

                                            Le Monde aussi prend ses distances : « Rien ne permet donc d’incriminer directement le changement climatique… »

                                            http://www.lemonde.fr/planete/article/2017/12/13/l-ours-polaire-famelique-est-il-vraiment-victime-du-rechauffement-climatique_5229296_3244.html

                                            « … Jeff W. Higdon, un biologiste de la faune, qui travaille dans l’Arctique canadien depuis plus de dix ans. Dans une série de tweets, il déroule une argumentation qui laisse place au doute : « Cet ours meurt de faim, mais à mon avis, ce n’est pas parce que la banquise a soudainement disparu et qu’il ne peut plus chasser le phoque. D’autant que la côte est de Baffin est libre de glace en été. Il est beaucoup plus probable qu’il soit affamé en raison de problèmes de santé, potentiellement un cancerdes os », avance-t-il, regrettant que Sea Legacy n’ait pas demandé une autopsie de la bête pour trancher le débat. »



                                            « Une prudence que partage Steven Amstrup, le scientifique en chef de Polar Bear International (PBI), une ONG engagée dans la conservation des ours polaires, établie aux Etats-Unis et au Canada. Selon ce spécialiste, la « malnutrition est une cause majeure de mortalité chez les ours polaires », qui ont peu de prédateurs naturels.

                                            « Les jeunes ours qui n’ont pas bien appris comment attraper les phoques, les vieux ours faibles et les ours blessés peuvent tous succomber à la malnutrition dans certaines circonstances, écrit-il dans un post de blog de PBI. La famine qui a mené à l’événement présenté dans cette vidéo pourrait être liée à la vieillesse, aux blessures, aux maladies ou à d’autres facteurs qui limitent son succès à capturer des proies. » « Cet ours semble être un vieux mâle. Il a quelques cicatrices. Souvent, l’usure de la vie les rattrape », ajoute Andrew Derocher, professeur de biologie à l’université d’Alberta et spécialiste des ours polaires.

                                            Rien ne permet donc d’incriminer directement le changement climatique dans cet événement bien particulier – ce qu’a reconnu le photographe Paul Nicklen dans une interview au Washington Post. »


                                            • joletaxi 14 décembre 2017 14:03

                                              @hommelibre
                                              un cancer ?
                                              ce serait pas le glyphosate ?
                                              y a pas un brin d’herbe là autour ?
                                              j’me demande ?
                                              et Fuku ? ou Tcherno ?
                                              ou alors il a sucé un biberon échoué bourré de perturbateurs endocriniens ?

                                              et puis comme le souligne avec grande justesse Mme Autissier, du WWF, lors d’une émission

                                              Certes le nombre d’ours blancs a triplé mais le problème c’est qu’il va maintenant y en avoir plus a mourir de faim »

                                              logique implacable

                                              c’est bon à bouffer de l’ours blanc ?


                                            • hommelibre hommelibre 14 décembre 2017 14:08

                                              @joletaxi

                                              « Certes le nombre d’ours blancs a triplé mais le problème c’est qu’il va maintenant y en avoir plus a mourir de faim »...

                                              Sérieux, elle a dit cela ? C’est pas possible d’être aussi...

                                            • joletaxi 14 décembre 2017 14:17

                                              @hommelibre

                                              si si, je sais au début cela étonne, et puis, dès que l’on se rappelle que des millions de scientifiques disent que c’est comme cela,cela me paraît parfaitement logique

                                              https://www.lci.fr/replay/24h-pujadas-l-info-en-questions-emmanuel-macron-sauveur-de-la-planete-replay-du-mardi-12-decembre-2017-2073209.html

                                              quand l’invité sceptique reprend quelques vérités pas très orthodoxes,voyez la tête des autres

                                              mais bien vite ,ils se reprennent, et récitent le dogme.

                                              imaginez qu’à la dernière scène, un apotre dise, non Jesus t’es pas cap de marcher sur l’eau, cela aurait donné le même spectacle


                                            • Shaw-Shaw Shawford 14 décembre 2017 14:18

                                              @joletaxi

                                              Une crise de Saturnisme soudaine, Va-n’est-pas ?


                                            • joletaxi 14 décembre 2017 14:25

                                              @hommelibre

                                              c’est un phénomène très curieux d’ailleurs, regardez ici, les 5 dernières minutes

                                              http://bfmbusiness.bfmtv.com/mediaplayer/video/nicolas-doze-les-experts-22-1212-1013071.html

                                              Madelin donne quelques arguments que tout un chacun peut aller vérifier en qq clics

                                              voyez la tête de l’auditoire
                                              et à qui on donne la parole pour conclure ?

                                              tiens sur les incendies en Californie

                                              https://judithcurry.com/2017/12/13/is-climate-change-the-culprit-causing-californias-wildfires/

                                              cela n’empêche nullement la nomenclatura réunie à Paris de clamer haut et fort que c’est le CO2, y compris notre président.



                                              • hans-de-lunéville 17 décembre 2017 19:10

                                                Il est prouvé que des changements climatiques ont toujours eu lieu sur une échelle de millénaires mais à ces époques il n’y avait presque pas d’humains et surtout pas de pays ou de villes.... aujourd’hui cela change tout.....


                                                • JC_Lavau JC_Lavau 17 décembre 2017 22:32

                                                  @hans-de-lunéville. Et surtout il n’y avait ni Al Gore ni la télévision...


                                                • zygzornifle zygzornifle 18 décembre 2017 09:05

                                                  l’ours ressemble a nos poilus qui ont fait les tranchées en 14-18 puis leurs descendance en 39-45 ....


                                                  • zygzornifle zygzornifle 18 décembre 2017 09:06

                                                    Peut être l’ours a t’il vu un défilé de mannequins anorexiques a la télé ?

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON



Publicité



Les thématiques de l'article


Palmarès



Publicité