• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Les « sans-papiers », la dialectique et nous...

Les « sans-papiers », la dialectique et nous...

Dans une vie militante il y a toujours, pour tout révolutionnaire, une lancinante alternance entre ce qui est une certitude, une conviction, un axe en somme et, parfois, un doute, une interrogation, voire une fausse note, qui se glisse dans le discours et l'action militante.

Parmi mes convictions, il y avait et il y a toujours l'inébranlable point de vue que cette société capitaliste, basée sur l'exploitation de son voisin et sur l'enrichissement personnel des dirigeants d'un monde à la dérive, nous emmène au chaos social et à la guerre. Qu'en ce sens il est nécessaire de la combattre et de la transformer.

Parmi mes doutes, il y a eu certaines formulations de mon camp politique (pour faire court on emploiera le terme de marxiste-léniniste) telles que celle qui, aujourd'hui, rejoint l'actualité avec l'assassinat au nom de l'islam d'une policière par un tunisien "régularisé"... Cette formulation, sous forme de revendication centrale et répétée, c'est : "Régularisation sans conditions de tous les sans-papiers". J'ai souvent vu, entendu, parfois répété - peut-être - cette phrase dans notre journal, Informations Ouvrières, dans nos réunions, dans nos actions...

Mais, au fond, je n'ai jamais vraiment été d'accord avec cette revendication. Non pas, d'ailleurs, que je refuserais d'aider de pauvres bougres qui, fuyant leur pays de misère, aurait rejoint la famille des travailleurs français, cela, non, ne souffrait pas de ma part la moindre réticence, ni philosophique ni politique... Non... ce qui me gênait, c'étaient plutôt ces mots-là : "Tous" et "Sans conditions". Car englober tous les sans-papiers dans une seule unité désincarnée - celle des immigrés, des victimes en somme - même si la dialectique marxiste nous ordonne de considérer qu'il ne s'agit là que d'un mot d'ordre tactique, synthétique et unitaire donc mobilisateur - cela ne peut dissimuler, à terme, les contradictions, les problèmes que cela risquait d'engendrer... plus tard ! Evidemment, nous ne nous posions pas ces questions puisque l'essentiel était d'organiser la résistance contre ce système bourgeois pourrissant et que la perspective d'un lendemain réellement socialiste, même lointain, allait nécessairement résoudre ces questions. Nous n'avions tout simplement pas conscience - cela me paraît d'ailleurs totalement normal - qu'un jour les vies d'êtres humains partageant malgré tout, peu ou prou, nos valeurs démocratiques et républicaines, pourraient être menacées par précisément une partie de ceux dont nous demandions "sans conditions" la régularisation... Je dis que notre comportement était normal parce que dans la perspective qu'il était possible d'aboutir à un changement radical de système on ne peut évidemment pas se susurrer à l'esprit et à l'oreille que nous allions pendant longtemps devoir continuer à vivre dans ce système bourgeois pourrissant et que la perspective révolutionnaire s'éloignerait au point de ne plus même en apercevoir le reflet lointain ! C'est hélas le sentiment militant moyen actuel pour beaucoup de militants de base.

Quelque chose a bougé dialectiquement. Je le dis à mes camarades marxistes : hier n'est pas aujourd'hui ni demain, parce que ce qui a bougé et qui a fait , comme nous le répétions souvent, que la "quantité se change en qualité" c'est qu'aujourd'hui c'est notre peuple qui est attaqué et que, même si nous pouvons, le front haut et sans renier notre bagage politique, continuer de défendre tous les peuples de la terre et de mener un combat internationaliste, nous nous devons de combattre sans délai ni hésitation tout ce qui est contradictoire, antagonique, à notre classe et à notre peuple. Il n'y aura pas de changement social, de victoire du camp des exploités dans la persistance de cette sorte de déni crypto-stalinien consistant d'une part à ignorer le danger réel de l'islam pour notre pays et la menace sur la laïcité et, d'autre part, dans l'accusation systématique de certains dirigeants des positions philosophiques ou politiques de ceux qui combattent l'islam de conquête.

Régulariser tout le monde, le faire sans conditions... quels dégâts aujourd'hui ! ... Ces milliers de musulmans - et d'étrangers de tous pays et de toutes convictions - sont d'entrée de jeu confortés par les campagnes de "régularisation" dans leur attitude initiale de "hors-la-loi". Consciemment ou pas, ils vivent désormais chez nous, en France, dans le pays des gouvernants lâches et corrompus, avec l'idée que d'être en dehors des clous, de ne pas respecter les usages - démocratiques ou tout simplement légaux - de notre pays, et bien finalement c'est payant, c'est la bonne solution ! Ils ont raison : cela va dans le sens de leurs intérêts personnels et "communautaires".

Il en va de même pour tout ce qui n'est pas respecté dans les quartiers dits "défavorisés" : les incendies d'écoles, de véhicules, les attaques au mortier contre les pompiers, le trafic de drogue, les intimidations sexistes, etc. Il en va de même, oui, de tous ces actes commis par des "jeunes", disent-ils pour ne pas les qualifier au moins de voyous, qui narguent au quotidien la police et la population et qui savent à l'avance que l'impunité leur est quasiment intégralement acquise. Même si nous pouvons comprendre ce qu'est la "jeunesse" et ce que sont des quartiers de concentration communautaire.

Pendant ce temps-là, presque dans l'ombre, les véritables ennemis des travailleurs et de la population, à égalité avec les dirigeants de notre Cinquième République et leurs donneurs d'ordre - Union européenne, banquiers et grands patrons - posent un par un tous les pions de l'islam de conquête : les frères musulmans et leurs alliés turcs, les associations musulmanes et/ou racialistes sans oublier les "intellectuels" invités régulièrement sur les plateaux de télévision.

Régularisation de "tous", "sans conditions". Non ! Dix fois non ! Mais il ne s'agit pas seulement de dire non et de plonger soudainement un certain nombre d'immigrés dans le rejet total et donc la révolte. Il ne s'agit pas seulement de bloquer les passages clandestins à la frontière ni d'expulser, bien que ce soit un minimum pour un pays prétendant défendre son peuple contre les dérives meurtrières actuelles qui ne sont jamais que les conséquences, au même titre que les dérives économiques et sociales impulsées par l'U.E. et la "mondialisation", de plus de trente ans de politiques internationales complices.

Il s'agit aussi de défendre pied à pied la laïcité, toute la laïcité. Et d'imposer la République, toute la République. Il s'agit de reconstruire et non de déconstruire comme disent nos adversaires. Il va falloir balayer devant notre porte. Comme disent les irlandais révolutionnaires : "Nous, nous-mêmes" !


Moyenne des avis sur cet article :  4.07/5   (14 votes)




Réagissez à l'article

17 réactions à cet article    


  • sirocco sirocco 24 avril 17:15

    « Il ne s’agit pas seulement de bloquer les passages clandestins à la frontière ni d’expulser, bien que ce soit un minimum... »


    D’autant plus que l’immigration se poursuit, quoiqu’à un rythme un peu moins soutenu depuis quelques semaines, de façon légale, essentiellement par les aéroports.

    Mais il est beaucoup trop tard pour réagir : le Grand Remplacement, qui figure parmi les tâches primordiales sur la feuille de route du poudré, est quasiment achevé. La colonisation de la France va se poursuivre via les maternités.


    • sirocco sirocco 24 avril 18:06

      @sirocco
      Si l’expression « Grand Remplacement » vous déplaît, vous pouvez la remplacer pas « l’instauration du chaos », le résultat étant le même.


    • berry 24 avril 19:35

      @sirocco
      Macron est dans le collimateur de Mike Lindell, un proche de Trump.
      Il lui reproche des propos « horribles » qu’il aurait tenu en Angleterre !
      https://www.youtube.com/watch?v=aaNO5vQy4UY


    • Séraphin Lampion Séraphin Lampion 24 avril 17:43

      Les mots d’ordres démagogiques finissent toujours par se casser la gueule, forcément.


      • L'apostilleur L’apostilleur 24 avril 23:57

        @ l’auteur


        Comme disait Chevènement, le problème de l’immigration n’est ni de droite ni de gauche. 


        Si certains pourront s’étonner à première vue que dans votre « ... camp politique marxiste-léniniste... » on utilise un refrain cher à E. Zemmour ;


        « ...comme nous le répétions souvent, que la »quantité se change en qualité« c’est qu’aujourd’hui c’est notre peuple qui est attaqué... »


        En Allemagne on a franchi le pas avec le parti de « ...Sarah Wagenknecht (plutôt extrême gauche) qui semble moissonner un grand nombre de voix parmi les anti-migrants allemands captés jusqu’alors par la droite et l’extrême droite... »


        https://www.agoravox.fr/tribune-libre/article/suffit-il-d-incantations-207540


        Les vieilles antiennes politicardes dogmatiques ne peuvent plus résister aux faits.


        • sirocco sirocco 25 avril 14:27

          @L’apostilleur

          « En Allemagne on a franchi le pas... »

          Eh oui. Chez nos voisins aussi les autochtones s’aperçoivent qu’ils sont devenus minoritaires sur leur propre sol...Tant mieux : on peut espérer que si ça pète dans un pays, ça pètera dans l’autre.

          En 2015 (qui ne fut pas la pire année, loin de là), plus d’un million de migrants sont arrivés en Allemagne (info donnée par France 2 le 22/02/2021), la plupart en provenance de Turquie et du Moyen-Orient.

          La France en a laissé entrer au moins autant, certainement beaucoup plus (la plupart en provenance d’Afrique), ce qui rend risibles les fameuses statistiques de l’INSEE qui annoncent une augmentation de la population en France de 205 268 personnes par rapport à 2014 !! (pour la vérité, on peut multiplier ces chiffres par 10 sans trop exagérer, y compris pour les années suivantes).


        • chantecler chantecler 26 avril 17:18

          @L’apostilleur
          "Comme disait Chevènement, le problème de l’immigration n’est ni de droite ni de gauche. 

          "...
          Il a dit aussi (car le canard est toujours vivant) que les fouteurs de merde ne sont pas automatiquement musulmans


        • quijote 26 avril 20:46

          @chantecler

          Tu te sens mieux d’avoir écrit ça, hein ? Quel courage ! T’es pas raciste toi ! T’es un gars bien, toi... Pis, de toutes façons, c’est pas ta femme qu’est morte hier. Alors, ça va. Ouf ! Tu vas pouvoir continuer à passer pour un gars bien... Contre les méchants fachistes ! Qui sont contre l’immigration ! Qui font des amalgames ! C’est pas à toi que ça arriverait, ça, hein ! Tu te rends compte, si tu faisais un amalgame ? Là, ce serait grave... Bien plus grave que le crime d’hier ! Tiens, je pense très fort ce que je pense de toi et tu vas l’entendre dans ta tête. C’est de la magie...

          Ce sont tes beaux principes qui sont responsables de ce qui s’est passé hier. Et de ce qui s’est passé avant ! Et encore avant ! Et de ce qui se passera demain ! Tu dors bien ? Bien sûr que tu dors bien ! Tant que tu peux dire que TOI t’es pas raciste ! Tiens je l’ai repensé. Tu l’as entendu ? Au fait, as-tu apporté ta contribution à l’ONG négrière qui a amené l’assassin de Rambouillet ?

          Continue à avoir bonne conscience, ami représentant du Bien ! Ce qui compte, ce sont les principes. Au dessus de tout ! Au dessus des morts innocents ! Le Bien en marche !

          Et à part ça, comment ça va, dans la secte, ami représentant du Bien sur terre ? On me dit que vous êtes de moins en moins nombreux... Bah... Comment ça se fait ? Le Bien, ça devrait faire le plein... Tiens, je l’ai repensé, tu l’as entendu ?

          Les musulmans, Ils peuvent pas être 100% des fouteurs de merde : y a aussi des Roumains. Par exemple. Ha ha ha...


        • Daniel PIGNARD Daniel PIGNARD 26 avril 09:44

          « Il s’agit aussi de défendre pied à pied la laïcité, toute la laïcité. Et d’imposer la République, toute la République. »

           

          Et pourquoi imposer la République alors qu’elle a démontré ses limites avec l’élection de Macron entre autres ?

          Pourquoi imposer la laïcité alors que la France s’est construite sur la chrétienté et que les Français ne tolèrent que celle-là ?


          • LOISEAU LOISEAU 26 avril 10:26

            @Daniel PIGNARD
            Je suis évidemment en complet désaccord avec vos affirmations ; premièrement parce qu’on ne peut confondre le principe de la République comme pivot fondateur de notre système de valeurs actuel - avec la Cinquième République qui, elle, est un système de gouvernement bonapartiste et lui est donc antagonique. Changer la Ve République, pourquoi pas mais en tout cas choisir un système qui réactualise les principes démocratiques et sache les défendre contre les menées anti-républicaines. Deuxièmement : personne en France, contrairement à ce que vous sous-entendez (à moins que je me trompe) ne soutiendrait une quelconque hégémonie religieuse (fût-elle catholique) en France. La laïcité est précisément ce qui a permis à l’église catholique de continuer à exister tout en respectant ceux qui sont athées... malgré le fait qu’aujourd’hui en France il y ait certainement plus de non-croyants que de « fidèles ». La laïcité est une liberté de conscience pour tous. La laïcité n’est pas anti-cléricale. Moi-même qui suis athée (et même anti-clérical) je n’accepterais pas une « laïcité » qui ferait la chasse aux croyances religieuses : c’est d’ailleurs cela qui est sans doute le coeur de notre universalisme républicain à tous : que l’on soit classé à l’extrême gauche ou à l’extrême droite, à gauche ou à droite.


          • eddofr eddofr 26 avril 11:19

            @Daniel PIGNARD

            Lui, il s’en fout de ta réponse, il ne souhaite qu’obéir à Dieu (son curé) et au Roi (son intendant).


          • Jonas 26 avril 16:02

            A l’auteur ,

            Toutes les immigrations ne sont pas à mettre sur le même plan. Il y a une immigration qui s’est assimilée en une ou deux générations , en épousant les valeurs et l’histoire de France. Et celle qui pose et posera des problèmes , car elle n’est pas assimilable ( a part une minorité ) et cherche à imposer non, pas par l’intelligence et le savoir , ses points de vue , mais profitant de la démocratie , utilise la violence d’un côté et se victimise de l’autre. Alors qu’en France elle vit 100 fois mieux que dans son pays d’origine. 

            Il faut limiter l’immigration et faire comme dans des pays aussi démocratiques , que la France, l’Australie et le Canada. La France ne peut plus plus se contenter de fleurs et de bougies. Un Etat doit défendre ses citoyens. 

            La France a toujours offert , depuis des siècles son hospitalité et sa générosité à bien des réfugiés venant , de Russie, de Pologne, de Roumanie, d’Arménie , d’Espagne , d’Italie , de juifs fuyant les pogromes etc. Elle n’a jamais failli a son rôle de « Patrie de droits de l’homme ». C’est son honneur.  

            Je citerai , quelques noms seulement , de ceux dont les parents ont immigré en France , cette France à laquelle ils doivent tout et dont les enfants ont porté haut le pavillon français, Zola, Offenbach ,Apollinaire ,Cendrars , Kessel ,( Mallah ) grand-père Sarkosy , Goscinny, Badinter, ( Bienenfeld) G. Perec ( Plemiannikov) Vadim , ( Tenenbaum) Ferrat, ( Giovanni Livi) Montant , Bérégovoy, ( Ginsburg) Gainsbourg , ( Colucci ) Coluche , Cavanna, Stravinsky , Uderzo, Gary, Zitone, Pierre Cardin, Chagall, Kandinsky, Charpak, (Aznavourian ) Aznavour , Nicolas de Staël, Kozma, Reggiani Henri Verneuil, Brassaï, Vartan, Ionesco , Max Ernst , Marie Curie etc.   


            • LOISEAU LOISEAU 26 avril 17:08

              @Jonas
              Complètement d’accord. J’ajoute que j’ai bien connu aussi des (vrais) réfugiés politiques : espagnols, chiliens, uruguayens, turcs kurdes, yougoslaves, etc. qui fuyaient la terreur ou la torture et dont d’ailleurs la plupart sont revenus dans leur pays soit pour continuer la lutte soit pour y finir leur vie...


            • Jonas 26 avril 17:54

              @LOISEAU
              Ceux que j’ai connus, ne pouvaient pas retourner dans leur pays avant la mort ou la chute des dictatures, Franco, Salazar , Pinochet ou ces admirables contestataires de l’Europe de l’Est et Centrale .comme Milan Kundera. 

              Les immigrés et les réfugiés ( une petite minorité opposée aux régimes et craignant pour sa vie )  venant du monde arabo-musulman , eux , n’ont pas ce genre de problème. ils n’ont pas coupé le cordon ombilicale avec leur pays d’origine et retournent souvent , soit pour les vacances soit pour les fêtes ou les mariages arrangés. 

              C’est une des raisons pour lesquelles , il y a cette difficulté d’assimilation , et d’accepter les valeurs de la France. La France , pour eux n’est qu’un simple guichet de prestations sociales. 


            • LOISEAU LOISEAU 26 avril 19:09

              @Jonas
              Oui, c’est vrai (hélas) pour une grande majorité dite silencieuse ... enfin, du moins c’est ce que je pense. Chaque pays a ses profiteurs. Mais ce qui me semble important à retenir c’est qu’il existe une autre minorité (qui grossit à vue d’oeil), pour qui la France est un objectif de conquête ; des razzias antiques, l’islam leur commande c’est leur point de vue de passer à la conquête de la terre sur laquelle existent d’autres musulmans...


            • quijote 26 avril 21:15

              Bah... Qu’est-ce que c’est que ce gauchiste qu’est quasiment fachiste ? La réalité au dessus des beaux principes ? Pour éviter des morts et sauver ce qui peut l’être en France ? N’importe quoi...

              Tiens, va plutôt voir Chanteclerc, au dessus. Lui, c’est un gars bien. Et pas un fumier comme nous. Il fait pas d’amalgame, lui ! Ils peuvent bien égorger toutes les policières, il fera jamais d’amalgame ! Un exemple !

              Alors que toi, t’es un connard. Tu vois une réalité pourrie et comme le con que tu es, tu en déduis qu’il faut changer les conditions objectives qui ont amené à cette réalité pourrie. Pas lui. Un gars bien, ça a des principes, et ça n’en change jamais. Et si des policières doivent mourir égorgées au nom de ses principes, eh ben elles mourront. Un homme, un vrai ! Un représentant du Bien sur terre !

              Hé, chantecler, j’ai pensé à toi, t’as entendu ?


              • Gerald 27 avril 19:27

                Retour à la case départ par avion militaire... La seule solution, applicable immédiatement dès arrestation du migrant. Refus de demande d’asile si celle-ci n’est pas déposée dans le pays de départ à l’ambassade de France. Point barre. Et fuck la cour européenne des droits de l’homme.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON

Auteur de l'article

LOISEAU

LOISEAU
Voir ses articles



Publicité



Les thématiques de l'article


Palmarès



Publicité