• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Lutte des classes en Grèce

Lutte des classes en Grèce

« C’est toujours nous les travailleurs qui payons » disait une manifestante grecque. « Même s’ils nous terrorisent, les mesures ne passeront pas » scandaient les grévistes. Qu’est ce qui se trame contre la classe ouvrière et les couches populaires en Grèce ? Les mesures d’austérité décidées par le gouvernement grec et adoptées par le parlement sont approuvées par la Commission européenne, la Banque Centrale Européenne, le FMI, les agences de notation et saluées par l’ensemble des gouvernements européens. Ce plan est dirigé contre les classes populaires grecques. Par contre les industriels, les banquiers et autres parasites financiers c’est-à-dire les vrais responsables de la crise économique que connaît la Grèce, ne sont nullement concernés par ce plan dit d’austérité.


L’aristocrate Christine Lagarde tenait absolument à saluer les décisions prises par le gouvernement grec : « Je rends hommage à la lucidité et au réalisme du gouvernement grec et au caractère tangible du dispositif mis en place. [...] Si ça n’avait été que des mesures marginales ou structurelles probables, on aurait pu être sceptique, mais là c’est du dur, c’est du tangible ». « C’est un signal très important envoyé aux marchés pour qu’ils regagnent confiance dans la Grèce mais aussi dans l’euro » renchérit Angela Merkel (1). Les bourgeoisies européennes et leurs institutions se congratulent et se félicitent mutuellement pour avoir réussi à faire adopter par le Pasok ( le Parti socialiste grec dirigé par Georges Papandréou au pouvoir) un plan économique intitulé « mesures d’urgence pour faire face à la crise financière » destiné à réaliser près de 5 milliards d’euros sur le dos des classes populaires. La TVA, qui passe de 19 à 21 %, est un impôt sur la consommation payé essentiellement par les pauvres qui ne peuvent épargner. Les plus riches ne sont donc pas vraiment concernés par cette hausse. Le parti socialiste au pouvoir va également réduire de 30 % le 13e mois et de 60 % le 14e mois de salaire des fonctionnaires. Ce sont toujours les salaires et jamais les profits qui sont touchés. Le plan prévoit également le gel des pensions de retraite du privé comme du public. Le carburant qui a connu une hausse de près de 25 centimes par litre en février, augmente à nouveau de 8 centimes pour le litre d’essence et de 3 centimes pour celui du diesel. Seules les couches populaires vont supporter les conséquences dramatiques de ces mesures injustes. C’est une véritable guerre que le gouvernement déclare non pas à la dette comme il le prétend, mais à l’ensemble des classes populaires.

Les marchés financiers, eux, se frottent les mains :« le soulagement est évident sur les marchés monétaires depuis que la Grèce a annoncé ses mesures d’austérité supplémentaires » déclare un spécialiste du Crédit Agricole(2).

La réponse de la population fut immédiate et massive : en moins d’une semaine, le 5 et le 11 mars, deux journées de grève générale dans tout le pays sans parler des grandes manifestations du 23 et 24 février 2010. Ouvriers, employés, enseignants, retraités, infirmières, marins, journalistes, étudiants, se sont retrouvés côte à côte dans les rues d’Athènes et des autres villes grecques pour crier leur colère contre ce plan d’austérité. Les services publics étaient paralysés, les avions cloués au sol, les trains bloqués à la gare, les navires étaient à l’ancre, les banques travaillaient au ralenti etc. Face à cette résistance populaire, le gouvernement n’a offert comme seule et unique réponse, la répression !

Une véritable lutte de classe se déroule sous nos yeux en Grèce. D’un côté une minorité de riches menée par le parti socialiste au pouvoir soutenu par toutes les bourgeoisies européennes et leurs institutions, de l’autre, le peuple grec guidé par la classe ouvrière et ses organisations légitimes. Les premiers, responsables de la ruine du pays, s’accrochent à leurs privilèges, les seconds c’est-à-dire l’immense majorité de la population se battent pour maintenir leur niveau de vie et leurs acquis sociaux qu’ils ont arraché de haute lutte.

Le combat que mène en ce moment le peuple grec est riche d’enseignements. Il met en exergue le fait que les intérêts des classes populaires sont diamétralement opposés à ceux du gouvernement et du parlement.

Cette lutte a une portée qui dépasse largement le cadre grec. Elle concerne l’ensemble des travailleurs européens. De l’issue de la résistance grecque dépendra celle des travailleurs des autres pays de l’Union qui ne vont pas tarder à subir à leur tour des plans similaires. Car la situation grecque ne diffère pas vraiment de celle de l’Espagne, du Portugal, de l’Irlande etc. Les événements qui se déroulent aujourd’hui en Grèce, se développeront peut-être demain sur tout le continent.

Le combat du peuple grec jette une lumière éclatante sur les sombres objectifs de l’Union Européenne. Il s’agit d’une construction au service exclusif des entreprises, des banques, des compagnies d’assurance, bref au service du capital.

Les bourgeoisies européennes sont unies contre la classe ouvrière et déterminées à lui faire supporter tout le fardeau de la crise du capitalisme dont elles sont responsables. Mais les politiques économiques récessives qu’elles sont amenées à appliquer risquent d’aggraver davantage la situation économique, exigeant de nouvelles mesures encore plus dures. La confrontation avec les couches populaires devient, dans ces conditions, inévitable. La classe ouvrière européenne doit se préparer à ces nouveaux combats. Les gouvernements européens au solde de la bourgeoisie, eux, ne reculeront devant rien pour imposer leur volonté et briser la résistance populaire. L’ unité de la classe ouvrière est donc une nécessité vitale.

 

 

Mohamed Belaali

 

--------------------------------

 

(1) http://www.lemonde.fr/europe/article/2010/03/03/l-ue-salue-le-plan-d-austerite-decide-par-le-gouvernement-grec_1313965_3214.html

     

(2) http://www.usinenouvelle.com/article/le-gouvernement-grec-durcit-son-plan-d-austerite.N127285


Moyenne des avis sur cet article :  4.49/5   (39 votes)




Réagissez à l'article

22 réactions à cet article    


  • kiouty 18 mars 2010 10:48


    Tiens, ils vont être ravis, les cyber-révolutionnaires du dimanche d’AV !


    • frugeky 18 mars 2010 11:10

      C’est là qu’on se rend bien compte que la lutte des classes est plus que jamais d’actualité.
      Pour l’éviter, en France, on a l’insécurité ou l’exacerbation des racismes amplement relayés par la médiacratie.
      Dès qu’on entend parler luttes des classes c’est soit de la démagogie soit la nostalgie d’une dictature stalinienne.
      Alors que mutualiser les pertes et privatiser les profits c’est tous les jours.
      Les projets européens actuels vont tous dans ce sens.


      • PhilVite PhilVite 18 mars 2010 11:11

        Dans un article récent, Martin sur AgoraVox rappelait la conception de la démocratie selon Aristote :

        ---------------------------------------

        Exprimées en termes modernes les deux conditions de la démocratie véritable sont :

         * La liberté d’opinion doit être garantie : cela signifie que les citoyens sont libres d’exprimer et de propager toutes les opinions quelles qu’elles soient.

         * Chaque décision politique doit être conforme aux désirs de la majorité des citoyens qui désirent prendre part à la décision.« 

        --------------------------------------

        Plus de 2000 ans après avoir inventé la démocratie, les Grecs vont peut-être nous permettre de la ré-inventer. Ce serait le côté positif de cette »crise".


        • verdan 18 mars 2010 13:47

          Monsieur Belaali M.

          Bonjour

          Il va falloir que tous et toutes aient un blog, lequel sera une boîte aux lettres. Depuis cette boîte , vers d’autres boîtes aux lettres , un message , un seul.
          Puis de proche en proche , de boîte en boîte , un message
          Enfin dans toutes les boîtes aux lettres , un message :

          _ Mesdames & Messieurs les parasites , votre règne de pandore vient de s’achever !

          Que l’hallali commence ! Que les fosses emplies de vos cadavres soient vos derniers châteaux


          • verdan 18 mars 2010 21:35

            Bonsoir

            il y a une correction majeure .« Nos » pas « vos » .


          • hunter hunter 18 mars 2010 14:00

            Mohammed, merci pour le papier !

            La Grèce, en ce moment, est une expérience grandeur nature : les parasites politiques et financiers étudient comment leurs soient disant mesures de redressement vont passer dans la population !

            En fonction de ce qui se passe en Grèce, ils pourront savoir grosso modo à quoi ils devront s’en tenir, quand les mêmes méthodes seront mises en place ailleurs !

            Où ça ?

            Espagne, Portugal, Italie, France, Irlande !

            A mon avis ils ne sont pas très à leur aise, parce qu’entre la Grèce (les Grecs se battent, respect total), et l’Islande (qui les a envoyé se faire mettre via référendum), c’est pas gagné, ou bien il va falloir qu’ils renforcent les moyens de répressions, et ça coûte cher !!!!!

            Reste à savoir comment réagirons les autres peuples cités plus haut, quand la « solution » des parasites va se mettre en place chez eux ?

            On attend, on se positionne, on observe !

            H /


            • pierrot123 18 mars 2010 14:03

              Citation extraite de ce texte :

              "Cette lutte a une portée qui dépasse largement le cadre grec. Elle concerne l’ensemble des travailleurs européens. De l’issue de la résistance grecque dépendra celle des travailleurs des autres pays de l’Union qui ne vont pas tarder à subir à leur tour des plans similaires. Car la situation grecque ne diffère pas vraiment de celle de l’Espagne, du Portugal, de l’Irlande etc. Les événements qui se déroulent aujourd’hui en Grèce, se développeront peut-être demain sur tout le continent."

              Rien à rajouter.


              • Pyrathome pyralene 18 mars 2010 14:15

                Bel article pertinent , rien à ajouter , wait and see....on est solidaire du peuple Grec , la même chose nous attend dans quelques temps.....


                • foufouille foufouille 18 mars 2010 14:38

                  en france, on a deja le rsa et bientot hartz IV
                  ils donneront l’ordre a l’armee de tirer
                  ou bien declencheront une gueurre
                  plus probable, loi martiale et rationnement


                  • Furtive Sentinelle Furtive Sentinelle 18 mars 2010 18:06

                    Nous sommes tous des grecs ou l’Europe acculée !!!

                    Les dernières mesures économiques d’austérité prise par le gouvernement grec laissent augurer de la sombre période qui s’annonce à visage découvert.

                    Certes, la Grèce a vécu au dessus de ses moyens mais c’était avec la complicité de Bruxelles. N’a-telle pas été pendant des années et des années, une voir la plus grande bénéficiaire des aides européennes avant l’Irlande et ce sans aucun réel contrôle. 

                    Le problème de la dette grecque est la paille qui veut cacher la forêt car quoiqu’en pensent nos édiles de funeste augure, un égrainage  des défaillances d’états va ternir l’optimisme béat de nos dirigeants impudents.

                    Commençons par le Portugal puis l’Espagne l’Irlande déjà dans la nasse, l’Italie puis l’Angleterre en cours de déliquescence avancée et enfin la France. J’omets les pays de l’Europe Centrale car leurs poids économiques conjugués ne jouent pas encore dans la cour des « Grands ».

                    Ah ! La « belle affaire » que devait être l’Europe. Ce sont les ricains qui s’inquiètent pour l’euro en lieu et place du conseil européen des dérives spéculatives sur les dettes des pays du vieux continent. Ne soyons pas naïf, ils ont un intérêt primordial à ce que l’euro ne se jumèle pas au dollar.

                    Mais au-delà de ses péripéties politico financières, le vrai monde de demain va être la décroissance pure et dure des revenus globaux des populations de ces pays en régression économique voir insolvables

                    La France n’est absolument pas à l’abri à moyen terme d’une déficience de ses comptes intra et extra publics. Les déclarations péremptoires du style- ça ne peut pas nous arriver nous avons etc.- ne seront d’aucun secours au moment des règlements de comptes ; surtout que la solidarité ne sera pas au rendez vous. Le cas grec en est l’exemple flagrant. Qu’ils aillent se faire voir ailleurs ; hélas pas chez les Grecs ….

                    La prochaine réforme des retraites va sonner le cor et le début de la chasse des supposés « parasites » socio-économiques. Malheureusement le bégaiement est de rigueur donc à chacun de deviner les winners …

                    Le pire n’est pas toujours certain. Selon la loi de Murphy, après l’austérité déjà programmée, il ne manquerait plus que le FMI (suivez mon regard) entre dans la danse.

                    J’ai du faire un sombre rêve !!!!!!  


                    • BA 18 mars 2010 18:44

                      L’euro chute face au dollar, la Grèce pourrait se tourner vers le FMI.

                      « De toute évidence, l’absence de plan de sauvetage ne convient pas au marché », commentait Simon Derrick, analyste chez BNY Mellon.

                      L’euro est ainsi tombé jusqu’à 1,3587 dollar vers 15H30 GMT, son plus bas niveau en huit jours, alors que les investisseurs américains apportaient leur poids aux craintes sur la situation grecque.

                      « L’incertitude continue de régner, quand à savoir si l’Union européenne (UE) mettra en place un plan de sauvetage européen pour la Grèce ou un filet de sécurité au cas où le pays aurait des difficultés à appliquer ses mesures d’austérité », commentait Michael Hewson, analyste chez CMC Markets.

                      De plus, « c’est un fait que l’UE ne dispose pas des mécanismes lui permettant de faire face à des problèmes d’endettement de cette ampleur, sans même prendre en compte que tout plan de sauvetage serait illégal selon les termes du traité de Maastricht et créerait un aléa moral au sein de la zone euro », poursuivait l’analyste.

                      En outre, le Premier ministre grec Georges Papandréou a appelé jeudi l’UE à prendre une décision au sujet du mécanisme de soutien à son pays la semaine prochaine lors du sommet des chefs d’Etat et de gouvernement, les 25 et 26 mars.

                      Faute de voir émerger un plan européen concret, auquel l’Allemagne reste très réticente, M. Papandréou n’exclut pas d’avoir recours à l’aide financière au Fonds monétaire international (FMI).

                      Cette idée semblait d’ailleurs faire son chemin en Allemagne.

                      En effet, des sources proches du gouvernement allemand font état d’un changement de position vis-à-vis d’un tel recours, alors que la semaine dernière encore, le ministre des Finances, Wolfgang Schäuble, jugeait qu’une telle démarche serait un constat d’échec de l’Union européenne.




                      http://www.lepoint.fr/bourse/2010-03-18/l-euro-chute-face-au-dollar-la-grece-pourrait-se-tourner-vers-le/2037/0/435276


                      • fifilafiloche fifilafiloche 18 mars 2010 20:12

                        Les évènements du début des années 80 en Grande Bretagne nous donne un bon exemple de ce qui nous attend. Ce pays était tout simplement en cessation de paiement suite à une politique sociale ambitieuse au dessus de ses capacités de financement, inadaptée à la croissance molle des crises pétrolières.


                        Les luttes sociales ont été violentes, les grèves absolues, bloquant entièrement le pays. A un tel point que la population s’est lassée de ces revendications de classe et a choisi la manière forte, le libéralisme le plus agressif pour manifester son refus de cette prise en otage. C’est à partir de cette date que le parti travailliste n’a plus jamais osé revendiquer une quelconque idéologie de classe, préférant axer ses choix sur le pragmatisme, ce qui lui a permis de conserver le pouvoir pendant une génération. 

                        Les excès entrainent les excès, et si les pays ayant abusé du crédit pour des dépenses de confort refusaient de reconnaître leur responsabilité et d’en assumer le coût, les réponses des pays créditeurs seraient aussi excessives, avec une résurgence des nationalismes et l’abandon du projet solidaire européen. Cela passera obligatoirement par un appauvrissement de court terme de toutes les classes, une déflation des actifs, effet du déleveraging, afin de pouvoir construire à nouveau sur des bases assainies.

                        La tentation de la violence se retournera toujours contre son auteur, car elle n’apporte pas de réponse constructive à un problème inter générationnel.

                        • Jean Lasson 18 mars 2010 21:17

                          Bon article. Rien à ajouter. Partout, la rente attaque le travail. Seule une grève générale illimitée fera reculer ces ennemis, aussi déterminés qu’impitoyables. Plus tard, il ne restera plus que la voix (voie) des armes...

                          J’espère que les travailleurs grecs ne lâcheront rien. Je suis d tout cœur avec eux.

                          PS : Je note que beaucoup parmi ceux qui accusent les grecs de ne pas travailler assez, trouvent normal que des gens puissent vivre de leurs rentes, c’est-à-dire sans travailler du tout.


                          • pecqror pecqror 18 mars 2010 23:34

                            Cette façon de procéder me rappel la taxe carbone, ce n’est pas celui qui à acheté un 4x4 à 50 000 euros qui va être touché par une hausse de carburant de quelque euros, mais bien celui qui a besoin de sa voiture pour aller travaillé ou du tout simplement pour se chauffer en hiver, et il ne faut pas croire que l’argent va être redistribué aux plus démunie, la journée de pentecôte n’a pas 5 ans et est déja détourné.



                            • activista/// Activista 19 mars 2010 00:11

                              Merci pour cet article,
                              je me suis permis de le reprendre sur ce blog
                              http://targetezine.blogspot.com/2010/03/lutte-des-classes-en-grece.html
                              (avec lien et auteur)

                              Bien à vous.


                              • chuppa 19 mars 2010 09:24

                                Rester attentifs, être prêt , et surtout réveiller nos concityens endormis par des années de TV réalités ;.....
                                Chacun dans son coin nous avons la responsabilité d’agir à petite échelle mais chaque jour un peu plus.
                                Les temps changent....


                                • martien martien 19 mars 2010 09:39

                                  Merci pour cet excellent article,

                                  la plupart des commentaires sont plein de bon sens, tout le monde est d’accord avec ce que vous écrivez.
                                  Et alors ? Il y a des méchants qui profitent des gentils, cependant ne sommes-nous pas « un peu responsables » de ce qui se passe ? Comment font-ils leurs profits ? Qui achète des Nike ? des Gucci, des voitures, qui va au cinoche, qui leur permet de faire des profits énorme ? Bref qui consomme ? Eux, les banquiers ? les patrons d’industries ? les responsables politiques ? Nous voulons les bienfaits de la civilisation, nous élisons des individus, des partis politiques en nous imaginant qu’ils seront honnêtes « la main sur le coeur », et qu’ils feront tout pour nous permettre d’avoir une vie meilleur, nous faisons confiance, nous déléguons, nous donnons nos opinions (enfin, « on » nous laisse croire que nos opinions sont importantes) croyants avoir un effet quelconque sur la marche du monde...
                                  Consommons, nous sommes obligés de consommer. Nous nous sommes dotés de dealers qui sont devenus extrêmement puissants avec nos bénédictions.
                                  Nous sommes devenus des drogués de la consommation tout azimut.
                                  Il n’y a qu’à regarder, par exemple, les périodes de soldes : « on » a donné à ceux qui ne peuvent pas consommer en temps normal, leur période de fièvre acheteuse. Il n’y à qu’à voir la multiplication des centres (temples) commerciaux, (magnifiques, illuminés, fastes, attirants..). Comment disait-il déjà, le ministre ?...ha oui... (je cite) il y aura la TNT dans tout les foyers de France (en particulier et du monde en générale ! Ca m’a rappelé une « Anecdote Morbide » : Poutine : je traquerai les tchétchènes jusque dans les chiottes !)
                                  Aucune réaction du peuple avide de civilisation et de ses bienfaits. Comment aurait-il réagit à la suppression du fout-ball, ou du cinéma ? (A propos de cinéma, j’ai des potes sympas, cinéfiles, intelligents (dans le désordre) qui passent un temps fou à deviser sur des « créations cinématographiques ». Ce qui m’a fait réaliser que les « Machines à Illusions » sont très puissantes. (Michael jackson qui n’en fini pas de mourir, (CD, film, morceaux inédits, .« ..il nous » a donné tellement de joie...« .consommons. Idem Jean Ferra)
                                   »Ces gens-là« ont mis en place (et continu d’ailleurs de le faire) tout un tas de mécanismes coercitifs, des lois qui balisent nos vies, inventent nos envies, il n’y a qu’a compter le nombre de réactions sur des choses...heu... futiles ? non...pas forcément nécessaires (?).
                                  Ils ont le temps pour eux : si ça ne passe pas aujourd’hui, demain ce sera fait. Ou après demain.
                                   »...on est solidaire du peuple Grec , la même chose nous attend dans quelques temps.....« commente Pyralène . Il a raison. Le peuple grec, c’est nous.
                                  Alors allumons nos écrans de télévision, regardons en compatissant, mais surtout consommons-cosommons-consommons....
                                  Les remises en cause systématiques des »acquis sociaux« (pas si acquis que ça finalement), ne suscitent que des commentaires du genres : »ben oui hein, faut bien boucher l’trou d’la sécu, ça va plus, y dise à la télé que faut bien trouver des sous quelquepart...« Boucher le trou de la Sécurité Sociale. Créer l’Insécurité Sociale afin que chacun flippe dans sont coin, avec son ordinateur et son Iphone, râlant contre »la monté de l’individualisme« . »Et alors, moi j’vous l’dis, ça va pêter, faut bien qu’ça pête quand même...« he bien non, ça ne pêtera pas, ça continuera à se dégrader touuuut doucement, subrepticement, à notre insu, parce que nous continuerons de nous bouffer le nez entre-nous (les pauvres les riches, les noirs-les blancs, les hommes les femmes, les pour l’OM-les pour le PSG, les juifs-les arabes, les rappers-les gothiques, les écolos-les antiécolos, la droite-la gauche, les catholiques-les musulmans, les athés-les croyants, en bouffant des plats pré-digérés, devant des programmes de la télé-réalité nos vies... il y a une infinité d’oppositions potentiels pourvu que nos regards ne se dirigent pas vers les ceux qui profitent de ces agitations artificielles.
                                  Et encore, je parle de nous, société un peu confortables. Imaginons ce qui se passe pour le reste du monde »intellectuellement et culturellement et socialement " sur le chemin du progrès industriel ( à défaut de progrès moral).
                                  Ceux qui nous dirigent ont encore de longues générations de rigolades devant eux. En se tapant sur les genoux...
                                  Enfin bref, j’ai dû m’égarer en chemin....
                                  Nous vivons dans le monde que nous nous sommes fait
                                  Consommons.

                                  C’est quoi le programme télé ce soir ?

                                  Martien


                                  • foufouille foufouille 19 mars 2010 10:05

                                    il y a une difference entre consommation et consummerisme
                                    les produits sont tous devenus jetables


                                  • martien martien 19 mars 2010 11:53

                                    C’est vrai foufouille, nous sommes devenus jetables.


                                  • drlapiano 19 mars 2010 10:21

                                    Délire hallucinant ! C’en est presque touchant ces paroles qui brassent au fond toujours les même mythes ... c’est quelque chose de très ancien comme le petit poucet contre les méchants ogres.

                                    Oui, c’est vraiment touchant ... et de voir toute cette approbation enthousiaste des mêmes discours toujours répétés : le complot, les gros qui s’entendent pour plumer les petits, mais les petits grâces aux libérateurs qui enfin prennent la parole vont se révolter massivement .... touchant vous dis-je !

                                    Et toute cette parole libérée grâce au capitalisme mondialiste qui a su bâtir la toile technique qui lui permet d’exister !
                                    Ils sont vraiment con ces capitalistes, ils développent stupidement ce qui sera leur perte, à cause de cet amour immodéré du profit qui les aveuglent !


                                    • brieli67 19 mars 2010 11:24

                                      La lutte des classes arrivée en Grèce ??

                                      la Gauche se débat encore avec ses démons
                                      http://www.ena.lu/guerre_civile_grece_1945-010703252.html

                                      dans un Etat ignorant la laïcité, la séparation des pouvoirs.

                                      Aux Balkans et au Sud des Balkans, la vendetta reste à fleur de peau :
                                      http://fr.wikipedia.org/wiki/Vendetta_%28justice_priv%C3%A9e%29
                                      Difficile de ne considérer que des affrontements gauche/droite dans la Cité.
                                      Les clans familiaux sont à l’oeuvre.

                                      Le ΠΑ.ΣΟ.Κ., acronyme de Panellínio Sosialistikó Kínima, « mouvement socialiste panhellénique » aurait après son succès électoral contre la bande ND de Kóstas Karamanlís
                                      Le PASOK remporte 3 012 373 voix, soit 43,92 % (+5,82) et 160 députés à la Vouli (+58), obtenant ce faisant 53,33 % des députés et la majorité absolue.

                                      Déjà que la composante socio_démocrate est majoritaire ( version jospin contre « rocard-Schroeder_ Blair _ représenté au gouvernement par le ministre de la Défence nationale http://fr.wikipedia.org/wiki/Ev%C3%A1ngelos_Veniz%C3%A9los
                                       » Petit Georges" ( Gheórghios) aurait pu/du ouvrir son gouvernement vers les autres mouvances de la Gauche/écologie le SYN/SYRIZA http://fr.wikipedia.org/wiki/SYRIZA

                                      Quand les luttes claniques embrument les cervelles. Alors que les écuries débordent
                                      http://fr.wikipedia.org/wiki/%C3%89curies_d%27Augias


                                      • phildange 22 mars 2010 21:00

                                        Monsieur Belaali, je suis très favorablement impressionné par votre article. Dans la foulée j’ai lu quelques-uns de vos autres contributions et je dois dire que j’apprécie beaucoup votre claire vision des forces en action- j’allais dire aujourd’hui mais en fait depuis au moins les révolutions bourgeoises anglaise et française . En effet les accapareurs ont tellement amélioré leurs moyens de contrôle des consciences que l’on trouve une foule de membres du « peuple » en pleine confusion politique et c’est rafraîchissant pour un adepte de la lutte des classes de lire vos exposés . Merci et continuez . 

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON

Auteur de l'article

Mohamed Belaali


Voir ses articles







Palmarès