• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Macronisme et pétainisme : des similitudes troublantes

Macronisme et pétainisme : des similitudes troublantes

 Rapprocher le macronisme, qui se présente comme le rempart contre l’extrême droite, avec le régime de Vichy peut paraître étrange. Pourtant, sans bien sûr confondre ces régimes, on constate de nombreuses similitudes entre ces deux systèmes.

 Première similitude, les deux dirigeants ont en commun un profond dégoût du fonctionnement de la France avant leur prise de pouvoir, combiné avec une fascination pour un système extérieur, à savoir l’Allemagne pour Philippe Pétain et les Etats-Unis pour Emmanuel Macron. Ils souhaitent tous les deux plaquer leur système de prédilection sur la France, pour en finir avec la rhétorique égalitariste et de lutte des classes qu’ils exècrent.

 Un autre point de similitude concerne le culte de la personnalité. Le maréchal Pétain met en place un culte dédié à sa personne, dès le début du régime de Vichy. On retrouve un phénomène similaire dans le mandat d’Emmanuel Macron, placé sous un angle monarchique, dont la mise en scène le soir de la victoire illustre ce tropisme. Le pilier de l’idéologie du macronisme, centré sur le talent et la réussite personnel, est censé s’incarner via son président. Le parti porte ainsi les initiales de son créateur et les militants sont transformés en adeptes qui adhèrent plus à ce que représente la carrière de leur idole plutôt qu’aux idées du mouvement.

 Autre similitude, ces deux systèmes ont émergé dans un moment d’extrême défiance envers les partis de gouvernement. Dans les deux cas on assiste à la reprise en main du pays par l’appareil d’État, avec l’arrivée des technocrates au pouvoir, pour pallier l’échec de la classe politique traditionnelle.

 Autre ressemblance, dans ces deux systèmes on constate une hyper concentration des pouvoirs. Dans un cas c’est le parlement qui vote les pleins pouvoirs à Philippe Pétain, dans l’autre cas – à un degré moindre – c’est le parlement qui devrait prochainement modifier la constitution pour réduire ses pouvoirs par rapport à l’exécutif – qui dispose pourtant déjà dans la constitution d’un net avantage.

 On constate aussi dans ces deux système une tentative de muselage de la presse qui pour le président actuel consiste, entre autre, à la loi sur les « infox » ou encore avec la loi sur les lanceurs d’alertes. La première donne au pouvoir exécutif la possibilité de censurer des informations, la seconde permet de poursuivre les journalistes en cas de révélation.

 Autre ressemblance, on retrouve dans ces deux systèmes un profond rejet de la démocratie. Si on reprend la définition de Paul Ricœur « est démocratique, une société qui se reconnaît divisée, c’est-à-dire traversée par des contradictions d’intérêt et qui se fixe comme modalité, d’associer à parts égales, chaque citoyen dans l’expression de ces contradictions, l’analyse de ces contradictions et la mise en délibération de ces contradictions, en vue d’arriver à un arbitrage ». Or, avec Philippe Pétain et Emmanuel Macron, le peuple est considéré comme « un », sans intérêt divergent, sans clivage, « et de droite et de gauche ». L’intérêt de la nation doit se confondre avec l’intérêt individuel et toute remise en cause de l’ordre naturel est considéré une menace envers la patrie. Avec cette approche, l’opposition n’a plus de sens, car s’affronte le parti de la raison et de la vérité contre la parti des citoyens déraisonnables qui sont dans l’erreur par manque de connaissance ou par volonté d’activer des clivages censurés. Or, en niant les divergences inhérentes à toute société, Emmanuel Macron efface la réalité du pays et mène une politique libérale, favorable aux plus riches, sous couvert de défendre l’intérêt national.

 Autre similitude, on retrouve le culte de la réussite dans ces deux systèmes. Ce paradigme permet aux pays où la société de classe a été abolie de continuer à justifier les inégalités sociales, non plus en fonction de la classe de naissance, mais sur la réussite personnel. Avec cette doctrine, les citoyens des classes laborieuses ne sont plus victimes d’un système d’exploitation, mais se retrouvent personnellement responsables de leur destin.

 Autre ressemblance, ces deux systèmes sont des réactions aux avancées sociales issues de luttes populaires, jugées génératrices de clivage et responsables du déclassement de la France par ces deux idéologies. Dans le premier cas, c’est la politique du front populaire qui est décriée, dans le deuxième cas, ce sont les avancées sociales issues du conseil de la résistance et des trente glorieuses. Les communistes et les syndicalistes sont ainsi les premiers ennemis de ces systèmes, car ils contrarient la restauration de la « nation idéale, sans clivage ». Ainsi, la charte du travail de Vichy, qui dissout les syndicats et interdit le droit de grève, ressemble sur ces points à l’objectif de la loi travail de la république en marche. Dans les deux cas, une partie des élites adhèrent à ce discours et plébiscite son porteur, préférant sacrifier du social et de la démocratie dans l’espoir de conserver leur rang.

 On trouve aussi dans les deux systèmes une très grande proximité avec les milieux patronaux, que De Gaulle sanctionnera à la libération par des nationalisations.

 Enfin, terminons par cet extrait pour illustrer le rapprochement de ces deux personnages, qui ont aussi en commun de ne pas avoir eu d’enfants : « Le régime nouveau sera une hiérarchie sociale. Il ne reposera plus sur l’idée fausse de l’égalité naturelle des hommes, mais sur l’idée nécessaire de l’égalité des « chances » données à tous les Français de prouver leur aptitude à « servir ». Seuls le travail et le talent redeviendront le fondement de la hiérarchie française. Aucun préjugé défavorable n’atteindra un Français du fait de ses origines sociales, à la seule condition qu’il s’intègre dans la France nouvelle et qu’il lui apporte un concours sans réserve. On ne peut faire disparaître la lutte des classes, fatale à la nation, qu’en faisant disparaître les causes qui ont formé ces classes et les ont dressées les unes contre les autres. Ainsi renaîtront les élites véritables que le régime passé a mis des années à détruire et qui constitueront les cadres nécessaires au développement du bien-être et de la dignité de tous. » Ce texte n’est pas issu d’un discours de campagne d’Emmanuel Macron, mais d’une déclaration du Maréchal Pétain le 11 octobre 1940, la notion de hiérarchie sociale étant présentée aujourd’hui par l’image « des premiers de cordée ».

 Ainsi, on constate de nombreuses similitudes idéologiques entre le pétainisme et le macronisme. Il est bien sûr hors de question de mettre ces deux régimes sur un même plan, les atrocités commises par le régime de Vichy, n’ont bien sûr pas d’équivalent avec la présidence d’Emmanuel Macron. De même, ils s’opposent aussi sur certains points, principalement en raison des contextes historiques qui diffèrent, comme le provincialisme face au parisianisme ou encore l’économie corporatiste en opposition à l’économie libérale. Néanmoins, la prise de pouvoir par la technostructure, le rejet de la démocratie, l’anti-syndicalisme, l’autoritarisme, la régression des droits des travailleurs, le culte de la personnalité et le culte de la réussite permettent de créer une certaine filiation entre ces deux systèmes, le triptyque « travail, famille, patrie » étant remplacé aujourd’hui par « travail, efficacité, patrie ».


Moyenne des avis sur cet article :  3.78/5   (27 votes)




Réagissez à l'article

31 réactions à cet article    


  • Christian Labrune Christian Labrune 20 octobre 12:14
    à l’auteur,

    Votre article est fort intéressant, même si je ne suis pas d’accord avec toutes vos remarques. En particulier, je n’ai pas vraiment l’impression que la politique de Macron, du moins la politique extérieure, s’aligne sur celle des Etats-Unis et, en la circonstance, on ne peut que le regretter : que le gouvernement de la France soutienne un islamo-nazisme iranien que Trump s’emploie à faire tomber, qu’il soutienne par ailleurs le terrorisme palestinien le plus crapuleux, cela illustre la phrase bien connue de Churchill : « Vous avez voulu la paix au prix du déshonneur ; vous avez et le déshonneur et vous aurez la guerre ».

    Vous citez Ricoeur, dont Macron fut très proche, et contre Macron, mais vous auriez pu tout aussi bien alléguer cette proximité pour renforcer votre thèse. Ricoeur, au début de la guerre, fut maréchaliste en diable, et chaudement partisan de la révolution nationale. Il ne s’en est par la suite jamais vanté, mais un collègue prof de philo qui faisait sa thèse sur cette période m’avait communiqué des articles quasi introuvables qu’il avait publiés au début des années 40 et qui, au mieux, suscitent l’hilarité.

    C’est curieux cette fascination des Français pour les vieux qui retombent en enfance (Pétain, Mitterrand) ou les très jeunes comme l’actuel président. Et le pays n’en aura, de fait, jamais fini avec le pétainisme et ses horreurs. Que l’homme à la francisque, le copain d’un Bousquet qui n’aura pas peu fait pour sa promotion grâce aux journaux qu’il contrôlait, ait pu jouir de deux septennats, c’est une chose que je ne parviendrai jamais à digérer.

    La carrière de Macron sera beaucoup plus brève, fort heureusement. Une simple parenthèse. Mais ce qui pourra venir ensuite ne m’inquiète pas moins.

    • Marcus Clams Marcus Clams 26 octobre 21:31

      @Christian Labrune

      Bonjour,
      Merci pour votre lecture et vos commentaires.
      >> je n’ai pas vraiment l’impression que la politique de Macron, du moins la politique extérieure, s’aligne sur celle des Etats-Unis
      Effectivement, ce n’était pas par rapport à l’Amérique de Trump mais par rapport à l’Amérique d’avant Trump que Macron adore à la folie, en particulier : la silicon valley pour les multinationales high tech et Wall-Street pour la finance.

      >>La carrière de Macron sera beaucoup plus brève
      Espérons...

    • Christian Labrune Christian Labrune 20 octobre 12:28
      à l’auteur,

      Vous trouverez à cette page un article que je n’ai pas encore eu le temps de lire entièrement, mais qui évoque le maréchalisme « oublié » de Paul Ricoeur. Cela devrait pouvoir vous intéresser.


      • Je reviens avec mon analyse astrologique qui chaque jour se confirme. Les changement de société (rarement dans le calme,...on est prévenu) se passent toujours dans l’axe capricorne-cancer. dans les années trente-quarante, les planètes importantes étaient en cancer (les gènes, les origines, les races,la mère-patrie...) et actuellement dans le signe opposé : le capricorne : le phallus, les banque, la verticalité, la haine du peuple-lunaire et du signe du cancer). Et Macron, né le jour de Janus, un 21 du 12 77 (veille de la sortie du film : CABARET en Belgique) est sagittaire, mais SURTOUT : ascendant capricorne. Contrairement à la fausse image : c’est un saturnien : sec et sans empathie, obsédé par le pouvoir,....). Bon, je vais jeter un oeil sur Pétain...


        • Christian Labrune Christian Labrune 20 octobre 15:00

          @Mélusine ou la Robe de Saphir.


          Merci infiniment pour ces aperçus dérivant d’une science des plus rigoureuses mais à laquelle je ne ne suis probablement pas le seul à n’entendre rien du tout. Il reste qu’après ces précieuses révélations, on y voit plus clair, et on comprend beaucoup mieux la situation.

          Vous qui, à n’en pas douter, connaissez l’avenir aussi bien que le passé, pourriez-vous nous dire quand cette sinistre farce (je parle du macronisme) va bien pouvoir prendre fin ?

          Mais surtout, ce qui m’inquiète, c’est la suite. Y aura-t-il quelque chose, après ? Pourquoi y a-t-il un monde et non pas, plutôt, rien, etc. ?


        • @Christian Labrune


          J’ai lu beaucoup de livre sur le sujet. Jack Minier : Testament d’Outre glace, Christian Nots,Laura Knight-Jadczyk. Les deux premiers, imaginent un ère glacière (contrairement aux prévisions de réchauffement,...). Mais je dois avouer que ce qui m’a le plus intriguée et mit la puce à l’oreille). Vous savez que par les Nyssen je reste très proche (quoique cachée, rien à voir avec Michèle Marchand) des Macrons.  https://lemediademarie.wordpress.com/2017/05/11/de-macron-aux-100-ans-de-fatima-la-fin-dun-monde-lantechrist-et-le-pharaon/comment-page-3/. D’autant plus que l’article de joffrin joue avec le même vocabulaire (avec dérision). Dit autrement : le gouvernement Macron serait inspiré d’HERGE.
          Macronimus le prophète

          Dans l’Etoile mystérieuse, Tintin est poursuivi par un personnage inquiétant qui déambule dans une robe blanche et fait résonner un gong en psalmodiant des lugubres prédictions : « Repentez-vous ! », « La fin est proche », « C’est la fin du monde ! », etc. C’est Philippulus le prophète, l’oiseau de malheur qui hante les premières planches de l’album.

          Voici maintenant « Macronimus le prophète ». Dans un clair-obscur inquiétant, le président s’est adressé au pays avec une homélie crépusculaire. Etrange mise en scène digne de l’Exorciste  : lumière sombre, ton grave et punchlines lugubres. Ce monde est dangereux, la France est blessée, l’Europe bascule dans le nationalisme. Toutes choses qui ne sont pas fausses mais que la forme de l’intervention a outrancièrement soulignées, rejetant au second plan l’appel à la confiance et à l’action qui faisaient le fond de sauce du propos. Il y a là de quoi savonner la tête de quelques communicants…

          Cultivé – c’est un atout appréciable –, le Président, par ses allusions, a mis en miroir deux livres, la Fin de l’histoire de Francis Fukuyama et les Somnambules de Christopher Clark. Le premier proclamait sa foi dans la victoire de la démocratie ; il est obsolète. Le deuxième décrivait l’inconscience criminelle des dirigeants européens à la veille de la Grande Guerre ; il est d’une actualité criante. Voilà qui va nous rassurer.

          Pourtant le Président avait des arguments : il a mené à bien une série impressionnante de réformes, son remaniement est équilibré et le vaisseau gouvernemental reste dans ses lignes, le cap du changement est maintenu, et qu’on aime ou non la politique en cours, c’est un signe de cohérence. Mais tout cela a été encastré dans un message sinistre et une réalisation funèbre. Le format avait le grand mérite d’éviter tout questionnement journalistique sur la séquence baroque qui vient de se dérouler. Il s’agissait de prendre de la hauteur, loin des tracassins du rituel médiatique. Mais on est passé de Jupiter à Cassandre. Ou à Hergé. Il n’y manquait que le gong et la robe blanche.

          LAURENT JOFFRIN

        • baldis30 21 octobre 18:28

          @Christian Labrune
          bonsoir,

          j’ai consulté les tables tournantes en appelant Pierre DAC et Francis BLANCHE, et ils ont confirmé la tendance écrevisse/ beurre blanc de la cuisine électorale actuelle.. Et une chose est certaine au moins l’un des deux ne peut être suspecté de complaisance ... 


        • chez Pétain, ce qui frappe, c’est l’importation de la maison 4 (cancer : travail-famille-patrie-fête des mères, attachement à le terre au point de se soumettre à l’Allemagne). Opposé : donc proche par l’opposition. Macron, ses attaches, c’est plutôt : les banques.......FROID,.....Pétain était plus « patriote ». Macron, ma patrie : c’est la banque,....


          • Pas importation, mais importance,....


            • louis-ferdinand 20 octobre 15:03

              Si Pétain (élu par le Parlement du Front populaire) n’avait pas été élu nous aurions eu un Gauleiter à la tête du pays.Je ne suis par sûr que le pays aurait gagné au change !


              • Alren Alren 20 octobre 17:35
                @louis-ferdinand

                Si Pétain (élu par le Parlement du Front populaire) n’avait pas été élu nous aurions eu un Gauleiter à la tête du pays.Je ne suis par sûr que le pays aurait gagné au change !

                Quelle mauvaise foi !
                Pétain était élu de droite, dans l’opposition absolue à la majorité Front Populaire, pas loin des putschistes de la Cagoule qui l’avaient contacté pour renverser la République. mais comme c’était un trouillard, il a refusé.

                Un gauleiter n’aurait pas pu donner l’ordre à la police française de rafler les Juifs et traquer les résistants. N’oublions pas que c’est la police et le gendarmerie qui ont arrêté ou fait arrêter l’essentiel des réseaux de résistance et une grande partie des Juifs qui ont fini dans les chambres à gaz.

                Jamais les nazis n’auraient pu mettre aussi facilement la main sur les denrées, les machines, le matériel en France.
                Certains ont calculé que sans ce pillage et cette main d’œuvre française, l’Allemagne n’aurait pas pu poursuivre la guerre dès 1942 !
                Goering en personne est venu dire à Laval et Pétain que la France n’obtiendrait rien en échange de ce pillage et de la Collaboration (à sens uniques) que cela participait à l’effort de la France contre le bolchévisme.

                Sans Pétain, la flotte stationné à Mers-el-Kébir serait allée mouiller aux Antilles et la vie de 2 000 marins français aurait été épargnée.
                Sans Pétain, de Gaulle n’aurait pas été condamné à mort et le statut des Français libres aurait été tout différent.

              • JL JL 20 octobre 15:38

                « Le démantèlement des acquis sociaux, le fait que les riches paient moins d’impôts, qu’on privatise de façon rampante l’université, qu’on donne les coudées franches aux affairistes. Cette façon de déguiser une soumission au capitalisme mondialisé en révolution nationale relève en soi du « pétainisme », au sens formel. » ( Alain Badiou )



                  • Mais ce qui m’apparaît évident, c’est la fin de l’Europe. Entre d’URANUS dans le signe du TAU reau. N’oublions pas dans la mythologie que l’Europe était justement liée à un taureau blanc. L’hypothèse d’un glissement vers l’Orient me semble dans le domaine du crédible. L’histoire ne se reproduit jamais à l’identique,.... Autrement dit, on ne repasse pas les plats. Mais l’axe du monde et de la civilisation risque bien de changer,...Manquent quand même l’essentiel : la persécution des juifs. Excepté une vague nébuleuse d’anxiété face à l’immigration et le climat, comme dans le désert des TATAR, cettte fois, l’ennemi n’est pas aussi : précis,... Cela ressemble plus à un cancer (tiens, justement) qu’à un virus. Comme si la destruction venait de l’intérieur : Burn-out, et autres attaques insidieuses,...


                    • Entrée d’Uranus dans le signe du taureau (deux taureaux typiques : HITLER, MARX). Points positifs, ces planètes sont en trigones. Donc changements maîtrisés, par coups de théâtre (Mélenchon), mais assez lents. Capricorne et taureau : des signes freinants,...CE qui permet, une certaine adaptation,..Ceux qui ne voient pas venir, eux risquent d’être pris dans la bourrasque,....


                      • Pétain était aussi du signe du taureau. Les nationalisme et la tendance au repli sur leur territoire sont caractéristiques du signe du taureau et du cancer. C’est évident. Nous constatons souvent que les décisions des politiciens vont exactement dans le sens inverse de leur programme. Comme si tout cela avait été manipulé inconsciemment. A force d’entendre parler de mondialisation et d’une fusion dans l’indifférencié, les individus réagissent dans l’autre sens. Chacun chez soi et les vaches (ou taureux) son bien gardées. Pour moi, la confrontation Marine et Macron (on entend ; MAMA), constitue bien un retour dans la matrice-patrie territoriale.


                        • @cassini

                          je ne me vois pas ouvrir un cabinet pour faire de l’analyse politique. Cela s’adresse à tout le monde. 

                        • J’ai vu l’affiche d’ORLEANS sur la Loire pour 2019 (Site de Nadum, Médiapart). Affreux : brun caca.


                          • math math 21 octobre 06:55

                            Le maréchal Pétain, serre la main d’Hitler et Macron-Jupiter celle de Merkel.. !


                            • Ce qui caractérise Macron c’est la rapidité et la trop grande facilité avec laquelle il a accédé au pouvoir. Belle analyse de l’anti-Oedipe de le nouvel obs. Soutenu par les médias, l’argent de l’Oligarchie. Cela sent l’appui, le pouvoir usurpé,...mais certainement pas la Sueur (comme De Gaulle après la victoire sur Hitler) ou Henry IV après de nombreuses batailles. https://www.nouvelobs.com/politique/20180228.OBS2904/macron-et-le-loup-psychanalyse-d-un-conte-a-l-elysee.html. Autrement dit, victoire trop rapidé et celui qui ne criant pas le loup (il suffit de traverser le lit pour trouver du travail, sans même regarder à gauche ou à droite avant de traverser), sera inévitablement rattrapé par ce qu’il a cru vaincre,...un peu trop aisément. Se transformant lui-même : EN LOUP (suffit de regarder la dentition "cannibale de Macron). La montée au pouvoir de Pétain fut également rapide et facilitée par le contexte,....Attention au retour de bâton. A vérifier, mais n’était-ce pas aussi le cas de Pétain arrivé au pouvoir comme les bulles dans l’eau de Vichy (et porté par un mouvement). Je ne vais pas tomber dans la scatologie concernant le nom (....sur une toile). Blague : le couple Pétain est un couple très ordinaire. Pendant que Le Maréchal lit son journal, Madame p...e un coup. Autre signification : PETIT. 


                              • Arthur Gohin 21 octobre 17:21

                                   Cette comparaison est complètement nulle et idiote. 


                                   Macron est un fils adoptif des Rothschilds, il n’en a rien à faire de la France, il suit les directives des banquiers qui en lui assurent carrière et richesses. Il leur brade la France ainsi que la santé morale et physique des français.
                                   Pétain personnellement aurait eu tout intérêt à rester tranquillement ambassadeur en Espagne, mais il s’est sacrifié car le 16 juin 1940 il n’y avait personne pour reprendre la situation catastrophique de la France. 

                                   Apparemment personne ne connaît bien l’histoire ici ; mais sa demande d’armistice du 17 juin était la meilleur chose à faire comme l’on reconnu Churchill, les généraux de Hitler, et aussi De Gaulle discrètement. 
                                   De Gaule avec son appel du 18 juin s’est rendu coupable du crime de haute trahison, après celui de désertion ; ainsi devant les allemands Pétain ne pouvait pas faire autrement que de le condamner à mort sans quoi il cautionnait l’appel et ainsi reniait l’armistice, ce qui eut été un désastre. Bien sûr discrètement Pétain a fait savoir qu’il amnistierait de Gaule si celui ci était jugé. 
                                Une raison fondamentale de l’échec relatif de la poliltique de Pétain sont les trahisons de Churchill et de Gaule, et aussi les américains qui auraient dû surtout ne pas débarquer en Afrique française à ce moment là. 
                                   Tout de même l’armée que Pétain avait constituée en Algérie a servi d’armée de libération, mais diplomatiquement de façon catastrophique car sans tenir compte le moins du monde des conditions d’armistice. 
                                   Etc... 
                                   C’est ainsi une mode que de condamner Pétain, mais si on étudie sérieusement cette guerre, on voit que Pétain a fait pour le mieux. Surtout ne sortez pas ses décisions du contexte très difficile dans lequel il se trouvait. Comme a dit Churchill, Pétain avait un rôle surhumain à jouer.
                                   Et vous comparez avec la crapule Macron !


                                • lejules lejules 22 octobre 11:42

                                  @Arthur Gohin

                                  vous avez une conception toute personnelle de l’histoire. vos choix politique ne correspondent pas a la réalité historique

                                • Arthur Gohin 22 octobre 13:51

                                  @lejules

                                     Voyons, y a-t-il un fait historique inexact dans ce que j’ai écrit ? Vous n’en citez aucun !!
                                  Je précise que les généraux de Hitler ont jugé comme une de ses plus grandes erreur que d’avoir accepté l’armistice de Pétain. 
                                     Vous savez par ailleurs que l’invasion de la zone libre le 11 novembre 1942 a suivi immédiatemnent le débarquement américain en Algérie. La stratégie de Pétain a donc été ruinée. De plus lors de l’armistice Pétain avait donné ordre que la flotte quitte Toulon en cas d’invasion. Mais déjà il n’était plus guère maître en novembre 42, et de plus où aller ? La France n’avait plus de territoire ! 
                                     
                                     Lors du procés de Pétain, un résistant rescapé du camps de Mathausen s’est déclaré écoeuré de voir rejetter sur un vieillard presque centenaire les erreurs que d’autres avaient faites. 
                                     Voyons M. lejules, vous connaissez l’histoire de la guerre mieux que ce résistant peut-être ? 


                                • zygzornifle zygzornifle 22 octobre 08:45

                                  Ha je vais sucer une pastille Vichy devant la selfie de Macron aux Antilles ....


                                  • lejules lejules 22 octobre 09:44
                                    petit rappel historique affiche de 1940
                                    https://www.breizh-info.com/wp-content/uploads/2017/04/FRANCISME-768x1095.jpg
                                    étonnant non ?

                                    Macron n’est pas au centre mais a l’extrême droite financière

                                    • Christian Labrune Christian Labrune 22 octobre 14:20

                                      @lejules


                                      Très étrange, ce rapprochement. Il me rappelle une autre affiche, celle de la campagne pour les présidentielles de l’homme à la francisque, qui comportait ce slogan « La force tranquille ».

                                      N’importe quel individu médiocrement cultivé se souvenait immédiatement des dernières pages de L’enfance d’un chef, de Sartre. La nouvelle montre comment le « charmant petit ange » de la première page, devient à la fin un parfait salaud. Il est tour fier, devenu fasciste, d’avoir pu se livrer avec ses nouveaux copains à d’abominables exactions et, se dédoublant, il se voit marcher au milieu du bétail humain qui remplit les rues de Paris. Lui, il est désormais « la force tranquille » !


                                    • Arthur Gohin 22 octobre 20:27

                                         L’auteur a négligé de rendre lisible l’affiche de Pétain, mais afin d’en juger vous pouvez taper Pétain révolution nationale sur google. Vous y verrez ce que Pétain condidère comme un mal pour la France.

                                         Il faut savoir que le communisme à l’époque était en application en Russie avec ses famines épouvantables dont la plus grande était délibérée : le génocide ukrainien. Or les communistes on saboté l’industrie de guerre française par fidélité avec l’Urss. Vous voyez le sentiment français à leur égard après le désastre de 1940 ?   
                                         Il faut bien remarquer ce qui domine la maison France en perdition : l’hexagramme rouge qui est le symbole choisi par la famille Rothschild. Et l’un des trois fondements : l’internationalisme. Ce qui est a joindre avec « le capitalisme, l’internationalisme, la juiverie, les franc-maçons, la spéculation ».
                                         Vous voyez là l’opposition directe avec Macron, fils adoptif des Rothschilds, banquier spéculateur, livrant la France aux multinationales, ami d’Israël. 
                                         Pour les valeurs morales, vous savez que Macron à l’âge de 15 ans a réussi à détruire une famille en séduisant la mère de cette famille. Et aussi regardez l’école de Macron où des voyous ont carrément autorité sur les professeurs, alors que l’école de Pétain est basée sur la discipline

                                         Continuez a regarder de près, vous verrez que tout oppose Pétain et Macron, et que l’article ne vaut rien. 


                                      • Marcus Clams Marcus Clams 26 octobre 22:03
                                        @Arthur Gohin

                                        Bonjour,Merci pour votre lecture, quelques commentaires pour poursuivre le débat.

                                        Je pense que Pétain ne supportait pas la polarisation issue des luttes sociales du Front-Populaire. Le régime de vichy c’est une réaction à ces luttes sociales, un anti-syndicalisme et un anti-communisme extrêmement fort. Le macronisme c’est équivalent sur ce plan là, car c’est une idéologie qui veut effacer tout ce qui reste de socialiste dans la société, pour casser les avancées issue du conseil de la résistance. Et on retrouve dans ces deux systèmes cette volonté de tourner la page de façon autoritaire.

                                        Certes, vous citez des différences, mais elles sont plus liées aux différences entre les deux pays qu’ils vénèrent : pour l’Amérique (d’avant Trump), il faut aimer l’argent, les banquiers d’affaire, la mondialisation... Pour l’Allemagne en 40, il faut être antisémite, nationaliste... Mais tous les deux sont culturellement complètement colonisés par la première (ou deuxième) puissance mondiale de l’époque.

                                      • Amaury Grandgil Amaury Grandgil 2 novembre 22:07

                                        @Arthur Gohin
                                        T’es juste un antiséme haineux quoi


                                      • Xenozoid Xenozoid 2 novembre 22:21

                                        @Amaury Grandgil
                                        il faut se mefier des gens qui font la morale


                                      • Xenozoid Xenozoid 3 novembre 17:29

                                        @Amaury Grandgil

                                        c’est difficile de te faire sortire de tes murs et ta censure,même ici....jý suis , je reviens je reste..... morale de merdeuxc, tout en ayant déja 2 profile sur ce site......oh la la

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès