• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Michel Onfray, roi des plateaux télé et contempteur du marché

Michel Onfray, roi des plateaux télé et contempteur du marché

Michel Onfray est ce qu’on appelle pour la télévision un “bon client”. Il parle bien, présente bien, et ne rate jamais une occasion de se payer les autres “bons clients” de la télé. Un Zemmour immigrationniste, en quelque sorte. Il est donc un des intellectuels les plus invités dans le petit écran, côtoyant ainsi l’oligarchie et partageant avec elle le prestige et les privilèges de la célébrité. Pourtant, il ne lui vient pas à l’esprit de critiquer les médias, ce qui rend ce “rebelle” finalement assez soumis au système. Brillant sur la critique des religions, il développe une pensée économique on ne peut plus proche du communisme, à l’instar de celui qu’il soutient en politique, Jean-Luc Mélenchon.

Nous avons invité plusieurs fois Michel Onfray, pour une interview ou un débat. Mais il nous répondait qu’il était toujours trop occupé. Certes, on le voit dans beaucoup de grands médias, télévisuels notamment, cela doit lui prendre beaucoup de temps. Pourtant, pour un homme qui dit défendre les petits, les faibles, les dissidents, il semble qu’accorder une interview à Europe 1(appartenant à Lagardère, une multinationale, marchand d’armes, abreuvant ses auditeurs de publicité, donnant toujours la parole aux puissants et rarement aux faibles) soit plus aisé qu’à Enquête & Débat (média totalement indépendant de toute entreprise, n’acceptant la publicité que de façon automatique donc sans lien avec les annonceurs, et donnant d’abord et surtout la parole aux petits).

Il est donc proche de Jean-Luc Mélenchon, qu’il soutient aux présidentielles (après avoir soutenu le NPA qu’il a quitté suite à l’affaire de la candidate voilée), et qu’on voit encore plus que lui dans les médias, y compris sur le canapé rouge de Drucker. Mais à part cela, les médias dominants sont de droite néo-libérale, évidemment.

Ce qui est intéressant avec Onfray, c’est qu’il n’est pas bête. Il écrit sans nul doute ses livres lui-même, contrairement à Attali comme il l’a sous-entendu sur un plateau de télévision (Voir le vidéo ici)

Le problème de la télévision, c’est qu’elle invite toujours les mêmes, donc on nous ressert l’opposition Onfray/Attali quelques mois plus tard(voir la vidéo ici) Ça sent un peu le réchauffé tout ça…
Ce qui le sent moins, c’est sa critique des religions, dans laquelle il excelle, et notamment la critique de l’islam. En voici deux exemples :

- son échange avec Malek Chebel, dans lequel il classe l’islam comme la religion la plus violente des 3 religions monothéistes (à partir de 1’20”), ce qui est indéniablement le cas (voir la vidéo ici)

Admettons que sur la critique de l’islam, peu d’intellectuels français ont osé aller aussi loin, se risquant aux foudres des ayatollahs de tous poils, et pas forcément que musulmans d’ailleurs. Cette critique de l’islam est si sincère chez Onfray qu’elle est la raison qui lui fera quitter le NPA, suite à l’affaire de la candidate voilée.

Plus généralement, sur le sujet des religions, Onfray frappe fort et vise souvent juste, alors qu’il s’agit d’un des sujets les plus minés qui soit. Si vous voulez éviter que la vaisselle ne vole, évitez de parler de deux sujets : la religion et la politique…

Justement, au niveau politique, on se demande quelle mouche communisante a piqué le philosophe écrivain. Certes, le communisme est profondément athée, mais cela suffit-il à rallier ce totalitarisme ? Pourtant, le brillant Michel Onfray n’a aucun problème à soutenir aux présidentielles le candidat Mélenchon, et ses déclarations abracadabrantesques sur le stalinisme : ““C’était quoi ce monde [de 1945] ? C’était celui où le tiers de l’humanité avait échappé au régime capitalisteparce qu’elle était dans un régime socialiste. Socialisme je mets des guillemets.“

Même le très socialiste Emmanuel Todd avait déclaré à Mélenchon dans la même émission : “Dans ce cas-là, effectivement on est en désaccord, ce que vous voulez c’est une soviétisation de l’économie française, une économie sous-productive, et ça je n’en veux pas.”

Michel Onfray ne voit rien à redire à cette position soviétoïde, puisqu’il a encore osé déclarer le 23 août dernier, parmi tant d’autres inepties, que “le marché ne doit pas faire la loi à l’école“. On se demande où a vécu monsieur Onfray ces 50 dernières années. L’Éducation Nationale infiltrée par l’ultra-libéralisme ? On aimerait des preuves ! Et à la hauteur de celles qui s’opposent radicalement à cette lubie. 1,05 millions de fonctionnaires, ce qui en fait le sixième employeur au monde, peu après l’administration chinoise (communiste, faut-il le rappeler) !

L’école française est sans doute la plus communiste au monde, bourdieusienne au possible, méprisant le libéralisme, le bannissant même, jusqu’au cours de philosophie (matière si chère à Onfray, mais pour le coup si stalinienne). Le gouvernement, quel qu’il soit, n’a aucune prise sur le “mammouth” comme l’appelait Claude Allègre, il ne peut que subir la volonté des syndicats d’enseignants…

On se pince en entendant le philosophe, qui se prétend libéré de toute idéologie, quand il défend un État socialiste qui échoue partout, et en demandant toujours plus, tout en fustigeant le marché qui est son bouc-émissaire permanent. Des pauvres ? La faute au marché. Des incultes ? Encore le marché ? Des idiots ?

Toujours le marché. Simple, et même simplistes, surtout pour un philosophe. Michel Onfray oublie de parler de la télévision (sans douteparce qu’il y passe sans arrêt), comme nous l’avons vu, et il oublie de dire que le marché développe les classes moyennes partout où il est implanté, sort les masses de la pauvreté, de la mortalité infantile, des conditions de vie déplorables, d’une natalité galopante, et développe le confort de vie. Les faits montrent que la liberté économique est la base de la prospérité. Mais ces faits-là n’intéressent pas le matérialiste et hédoniste Onfray, tout cela n’est pas trèscatholiquerationnel.

L’athée Michel Onfray est bel est bien croyant, mais dans le socialisme. Il fait partie de ces intellectuels qui n’aiment pas le libéralisme dont parle le sociologue Raymond Boudon, ces intellectuels français qui sont ultra-majoritaires dans notre oligarchie. C’est simple, trouvez-en un seul qui ose déclarer ceci : “Il faut montrer patte blanche, si vous ne tapez pas sur le libéralisme, vous êtessuspect.” Elle est deNicolas Stoquer, qui ne passe jamais dans les grands médias, contrairement à Onfray qui y passe sans cesse, (une des très nombreuses) preuve(s) qu’ils ne sont pas libéraux mais anti-libéraux.

Michel Onfray est certes brillant en philosophie, mais on aimerait qu’il cesse un peu de donner son avis sur les autres domaines. Voilà un autre des problèmes créés par les grands médias : faire parler les personnalités sur autre chose que leur domaine de légitimité. Nous renouvelons au “pape des pauvres” (un sobriquet dont l’ont affublé certains de ses critiques) bien volontiers une invitation pour qu’il vienne répondre à nos questions, si toutefois il trouve le temps entre deux plateaux télé.

Jean Robin

Enquête&Débat


Moyenne des avis sur cet article :  1.77/5   (78 votes)




Réagissez à l'article

39 réactions à cet article    


  • Gabriel Gabriel 29 septembre 2011 09:29

    M.Onfray fait son job de philosophe de façon assez brillante. Dernièrement il soutenait les idées développées par A.Montebourg sur la démondialisation. Le fait que vous l’aperceviez dans les grands médias est peut-être que ceux-ci ont plus de portée pour la diffusion de son message. Vous pouvez difficilement accuser de snobisme une personne qui a créé l’université populaire de manière à ce que tout le monde puisse y avoir accès, ce qui est en soit est une très bonne démarche qui n’a rien de capitaliste ou libérale. Lui reprochez vous de se servir des médias pour faire passer son message ou de ne pas avoir encore eu du temps à vous accordez ? Seriez vous vexez ? Evidement 90% des médias sont à la solde de grands groupes financiers, et alors, tous ceux qui se disent anticapitaliste et qui y acceptent des interviews sont suspects à vos yeux ? Vous définissez Onfray comme stalinien, vous n’avez pas peur du ridicule, soyons sérieux s’il vous plait ! Allez suivre ses conférences et arrêter d’écrire de telles inepties ! L’école française est la plus communiste du monde dites vous, sincèrement vous êtes en plein délire là et votre haine des fonctionnaires a peine voilée dans votre discours ultralibéral a quelques relents nauséabonds de bile et la frustration. Ci-dessous extrait d’entretien de M.Onfray afin de vous puissiez vous en faire une idée plus juste et moins caricaturale.

     

    Ni communiste ni libéral. Je pense qu’il y a des options, notamment libertaires, de gestion du capital qui sont intéressantes et qui reposent sur la coopération, la mutualité, le contrat, la fédération ou les crédits populaires. On peut ne pas être libéral sans pour autant être communiste. Je ne suis n’est pas contre les règles ! Je suis pour qu’il y ait peu de règles, mais pour qu’elles puissent être respectées et non pas transgressées. Je n’aime pas la transgression… Il ne faut pas qu’il y ait des lois multiples qui invitent à la transgression, mais des codes, des pactes, des contrats reconductibles, passés avec des individus. Les officines libertaires orthodoxes ne m’apprécient guère, précisément parce que je transgresse les règles libertaires qui, en vertu du principe qu’il n’y a ni Dieu ni maître, affirment qu’il ne faudrait pas de lois… Je ne m’inscris pas dans cette perspective qui, à mes yeux, est plutôt libérale. Je pense qu’on peut résister de manière libertaire dans le capitalisme en créant des zones alternatives au monde que l’on réprouve. Je ne crois d’ailleurs pas à la disparition du capital mais à la fabrication d’espaces nomades, comme l’université populaire que j’ai créée à Caen, celle que j’ai fondée à Argentan, ou d’autres structures libertaires qui inventent des communautés éphémères et anticapitalistes.  M.Onfray


    • Jason Jason 29 septembre 2011 10:03


      Il a écrit une trentaine de livres sur des sujets inattendus, et très variés. J’aime cet auteur très décapant et original, souvent profond.

      Vos critiques sont injustes et témoignent de l’ignorance de ce qu’il a écrit et dit.

      Il a refusé de vous donner une interview ? So What ?


      • iris 29 septembre 2011 10:13

        voltaire a fait pareil ..


        • Kalki Kalki 29 septembre 2011 12:32

          voltaire marchait pour le libéralisme anglais


        • maddle maddle 29 septembre 2011 10:15

          Très invité car grand adepte du « choc des civilisation » ! Islamophobe notoire.


          • AntoineR 29 septembre 2011 10:35

            Je remercie Michel Onfray de m’avoir fait découvrir il y a quelques années la philisophie (notamment avec son « anti-manuel de philosophie »).
            Je conseil à l’auteur de cet article de le lire.
            ça lui permettra d’avoir d’autres références que Claude Allègre.

            Lisez surtout l’ « allégorie de la caverne » de Platon.
            Je vous souhaite de sortir rapidement de la caverne pour rejoindre, entre autre, Onfray.


            • Kalki Kalki 29 septembre 2011 12:36

              le singe descend de l’arbre

              l’arbre descend de l’homme, le singe descend de l’homme

              le philosophe des milieux autorisés ( mais cons quand meme ) descent du philosophe de bistrot

              le philosophe de bistrot descend de la bière, la bière descend le philosophe des milieux autorisés


            • Kalki Kalki 29 septembre 2011 12:37

              Il n’y a pour le moment aucun forme d’intelligence sur cette planète , on a cherché, aucune preuve

              le philosophe et la pensé des milieux autorisés est au dessus de l’intelligence du vol de la coccinelle


            • minidou 29 septembre 2011 12:36

              Article inepte... La conclusion en est la plus brillante illustration : « Michel Onfray est certes brillant en philosophie, mais on aimerait qu’il cesse un peu de donner son avis sur les autres domaines. »...Et la démocratie, la citoyenneté ? Seuls les techniciens, les spécialistes devraient donner leurs avis ? Et nommés par qui ?
              Et vous monsieur Robin, qui vous autorise à nous faire part du votre ?
              Pouvez vous nous expliquer en quoi vous avez plus de légitimité que M.Onfray ?


              • tiloo87 tiloo87 29 septembre 2011 13:11

                J’aimais bien M.Onfray, notamment ses cours à l’université populaire (sur France Culture), mais son délirant opus sur Freud a montré des limites et des travers au personnage.
                Dommage.
                Son passage à Siné Hebdo, a également montré les limites de ses théories quand elles se confrontent au réel (les « contis »).

                Mais qu’il ne plaise pas à des libéraux décomplexés comme « Enquête et débats », me fait quand même bien plaisir !


                • Thucydide Thucydide 29 septembre 2011 13:12

                  Onfray n’est ici qu’un prétexte pour déverser des tombereaux de bêtises éculées sur le communisme et le socialisme, avec des relents d’antistalinisme primaire.
                  On croît rêver...
                  Mac Carthy, au secours !!!

                  Ah oui, et l’Islam.
                  Pas un mot sur les critiques impitoyables de ce philosophe à l’encontre des bonnes vielles chrétientineries européennes ?
                  Onfray n’est pas opposé à l’Islam, il est opposé au fait religieux et rien de plus. Lire son Traité d’athéologie : nos braves curés en prennent pour leur grade.

                  Très mauvais papier, exécrable propagande, manifestement truffée d’idées toutes faites sérieusement affinées par le temps.
                  On comprend qu’il n’ai pas eu envie de s’entretenir avec vous, il déteste les faiseurs et les boni-menteurs


                  • Thucydide Thucydide 29 septembre 2011 13:13

                    On comprend qu’il n’ait, bien évidemment


                  • Tetsuko Yorimasa Tetsuko Yorimasa 29 septembre 2011 13:44

                    Pour moi Michel Onfray est la seule voix et unique plume en France qui représente et diffuse les idées auxquels j’adhère


                    • ZenZoe ZenZoe 29 septembre 2011 14:14

                      Je n’aimais pas du tout Onfray, son air suffisant et péremptoire sur les plateaux de télé, ses attaques contre des morts (Freud), son côté belliqueux.

                      Et puis je l’ai vu dans Empreintes sur France 5.

                      Un homme certes toujours aussi content de lui, mais aussi et surtout authentique, sincère, défendant ses idées, drôle souvent, et imperméable à la pensée unique. Son langage simple et direct, sa volonté de transmettre son savoir à tous... Bref, je suis devenue une fan !

                      A l’auteur : il vous a refusé un rendez-vous ? Il n’avait peut-être pas le temps, c’est plausible. J’ai une idée : invitez BHL à la place LOL !


                      • Domino Domino 29 septembre 2011 14:42

                        Michel Onfray à oeuvré pour rendre la philosophie plus accessible, j’ai beaucoup apprecié ses cours sur france culture et dit moins de conneries que les Pied Nickelés : BHL, Finkiellkaut et Glucsmann.... smiley


                        • Thucydide Thucydide 4 octobre 2011 19:51

                          Ou que le dernier en date, Raphaël Einthoven, qui survole la philosophie en planeur à (très) grande vitesse.


                        • Jean-François Richer Jean-François Richer 29 septembre 2011 15:02

                          Non mais quel torchon que cet article ! Avouez que vous n’avez pas lu M. Onfray. En tout cas, si vous l’avez fait, c’est probablement dans l’animosité, la négativité et la vilenie ; ce qui expliquerait que vous n’ayez en aucun cas compris la structure de sa pensée. Probablement parce que vos oeillères de frustrés et de rancuniers vous ont complètement occulté la vue. 


                          Michel Onfray communiste, voire stalinien ? Quelle ineptie ! Vous n’avez absolument rien compris. C’est d’une bêtise des plus cardinales que d’affirmer une telle chose. À l’inverse, il déclare haut et fort que sur le terrain politique, il est antilibéral, socialiste libertaire et postanarchiste. Rien à voir avec vos élucubrations à tout le moins sottes et démagogiques. 

                          Si vous regardiez un tant soit peu sur Internet les entrevues qu’il a accordées, vous découvririez qu’il en a donné beaucoup à des gens comme vous, des particuliers qui ne jouent pas dans le populisme - bien que vous le fassiez vainement aujourd’hui ! - et dans les médias de masse appartenant aux bonzes du marché libéral. Et ce, tout en ayant un horaire plutôt chargé, car il est impliqué dans beaucoup de projets. 

                          Cessez donc cette propagande vindicative et tâchez plutôt d’être honnêtes dans l’information que vous diffusez. Mais pour cela, il ne faut pas fonder sa rhétorique sur des passions tristes et sur des réputations faussement construites par l’unique voie des détracteurs d’un personnage. Il faut, à l’inverse, s’informer objectivement et consciencieusement par soi-même, pour ensuite formuler une critique intelligente fondée et justifiée. 

                          Bien à vous,

                          Jean-François Richer

                          • xbrossard 29 septembre 2011 16:35

                            « Michel Onfray communiste, voire stalinien ? ..., il est antilibéral »


                            oui mais pour l’auteur, comme pour k’auteur et pour la majorité des libéraux, s’il n’est pas libéral, il est nécessairemen stalinien...

                            du point de vue du raisonnement (vous n’êtes pas avec moi ? alors vous êtes mon pire ennemie), on se rend compte que les libéraux sont très proche des staliniens...

                          • Cocolle 30 octobre 2011 17:53

                            Monsieur, pour un homme disant vouloir le débat vos insultes ne sont guères édifiantes. Votre article sur la langue paru dans Le Devoir ainsi que celui sur le capitalisme merdeux ne sont vraiment pas reluisants. Dans le premier on dirait un pauvre gars en manque de reconnaissance s’habillant en « matante » du PQ et dans le deuxième...un ramassis de beaux mots sans réelle substance avec une finale se terminant par une phrase-choc ne voulant rien dire. Votre vie ne serait-elle que frustrations, car il semble bien difficile d’être un être d’action en rapport avec ses idéaux non ?  N’auriez-vous pas avantage à être plus en syntonie avec votre pensée ? Ça vous éviterait un entourage embrassant la platitude ambiante en croyant réussir. Vaux mieux un entourage fou, disjoncté, mais amusant qui amène l’être humain à s’accepter dans son incohérence, sa disjonction... Eh oui j’oubliais, Michel Onfray est un Sarkozy de gauche...là où se trouve une caméra ou un micro il s’y presse...à gauche :)


                          • Cocolle 31 octobre 2011 10:51

                            Monsieur, pour un homme disant vouloir le débat vos insultes ne sont guères édifiantes. Votre article sur la langue paru dans Le Devoir ainsi que celui sur le capitalisme merdeux ne sont vraiment pas reluisants. Dans le premier on dirait un pauvre gars en manque de reconnaissance s’habillant en « matante » du PQ et dans le deuxième...un ramassis de beaux mots sans réelle substance avec une finale se terminant par une phrase-choc ne voulant rien dire. Votre vie ne serait-elle que frustrations, car il semble bien difficile d’être un être d’action en rapport avec ses idéaux non ? N’auriez-vous pas avantage à être plus en syntonie avec votre pensée ? Ça vous éviterait un entourage embrassant la platitude ambiante en croyant réussir. Vaux mieux un entourage fou, disjoncté, mais amusant qui amène l’être humain à s’accepter dans son incohérence, sa disjonction... Eh oui j’oubliais, Michel Onfray est un Sarkozy de gauche...là où se trouve une caméra ou un micro il s’y presse...à gauche :)


                          • Lou Lou 29 septembre 2011 15:06

                            Ah ah ah quant on peut voir les pathétiques entrevues de Jean Robin sur la toile on n’ est pas surpris qu’ Onfray ne lui en accorde pas ...


                            • Cubigaz Cubigaz 29 septembre 2011 19:22

                              +1..... forcement.


                            • Senatus populusque (Courouve) Senatus populusque (Courouve) 29 septembre 2011 15:10

                              « Brillant sur la critique des religions »

                              Bon sur la critique politique des religions, mais mauvais dans l’exposé philosophique de l’athéisme.

                              Par ailleurs il faut beaucoup de culot pour ranger le marxisme dans le courant des Lumières.


                              • ffi ffi 29 septembre 2011 16:11

                                Le libéralisme et le socialisme souffre de la même erreur :

                                Croire qu’agir par vice permet d’aboutir au bien.


                                • logan 29 septembre 2011 16:53

                                  Article inepte, navrant, idiot, ridicule ... Pfff je manque de mots pour décrire ce torchon. Mais bon c’est ça la démocratie, même ce Robin a le droit d’exprimer la bouillie qu’il transporte dans sa tête !


                                  • Bardamor Bardamor 29 septembre 2011 18:08

                                    Michel Onfray est consternant sur toute la ligne, et le pire est qu’il inculque ses petites fiches de philosophie dans un cadre populaire (je ne parle pas de la télé qui, elle, est vulgaire et non populaire) :

                                    - O. s’appuie le plus souvent sur Nietzsche qui exprime le plus complet mépris du peuple et le goût du divertissement de sa classe : la musique romantique. Impossible de faire de Nietzsche « l’ami du peuple ». Il n’y a guère que le philosophe chrétien Jean-Luc Marion qui soit plus déconnant, citant lui à l’appui de son bavardage pédant un Nietzsche antichrist (!), antisémite, anticommuniste et anti-anarchiste.
                                    - Hélas Onfray n’est pas marxiste du tout non plus. Pas plus que Mélanchon, d’ailleurs. Marx n’est pas un apôtre de la décroissance.
                                    - Plus fort encore, Michel Onfray est antirévolutionnaire, bien que la révolution a fait couler beaucoup moins de sang que le régime de Napoléon Ier, Napoléon III et tous les régimes républicains ensuite.
                                    - Sur l’athéisme, Michel Onfray est tout aussi inepte et mensonger. Il mélange toutes les sortes d’athéisme, pourtant très différentes. Pour prendre un exemple : le poète latin Lucrèce, qu’il qualifie d’athée, non seulement ne l’est pas, mais il nie l’utilité de toute anthropologie... alors que l’athéisme moderne en dérive entièrement. Epicure n’est pas athée non plus. Le naturalisme de l’antiquité l’exclut.
                                    - On fera bien mieux, si on est athée, de lire Diderot directement (bien qu’il soit libéral et conseilla momentanément d’une des pires dictatures d’Europe).
                                    - Onfray est un curé, et par conséquent il se fout de la gueule du peuple, prolongeant l’ostracisme républicain à l’égard de Marx.

                                    • Montagnais Montagnais 29 septembre 2011 18:23

                                      Ouf ! Merci Bardamor.. On se sentait un peu seul, acculé.. Passez devant, c’est vous qu’avez les meilleurs arguments.


                                      « O. s’appuie le plus souvent sur Nietzsche qui exprime le plus complet mépris du peuple et le goût du divertissement de sa classe : la musique romantique ». 

                                      On comprend.

                                      En trois mots vous remettez tout à l’endroit.

                                    • diogene 29 septembre 2011 22:31

                                      Comme il le dit lui-même, Onfray est « nietzschéen » pas Nietzsche.

                                      On peut tout à fait être nietzschéen sans être un clône du bonhomme Nietzsche, ainsi j’aime Diogène mais jamais je ne boufferais du poulpe cru.

                                      Alors, il est possible que Nietzsche ait été « méprisant » du peuple ou un adepte des « plaisirs de sa classe », cela n’enlève rien à la profondeur de sa pensée.

                                      Ceci étant dit, Onfray se pose comme libertaire pas comme marxiste, il penche plus pour un Bakounine me semble t-il, mais dans une variante hédoniste.
                                      Ne pas être marxiste serait donc une tare à vos yeux ?

                                      Sur Marx, il n’a pas de mots assez durs, Il le décrit comme «  »« Atrabilaire, jaloux, envieux ? bourgeois qui se marie au temple et interdit le travail à ses filles  »«  »

                                      Par contre il décrit Bakounine comme «  »" Ogre dionysiaque, insurgé permanent, coureur de barricades, révolutionnaire pragmatique, bohème romantique, compagnon de route des miséreux.«  »" 

                                      Ne voulant pas m’avancer dans une mauvaise interprétation de l’idée d’Onfray sur la révolution, je ne peux que donner l’impression que j’ai tirée de ses livres. Il me semble, donc, que ce qu’il rejette c’est plus la violence des masses révolutionnaires que l’idée de changement radical d’une société. Mais je ne puis vraiment débattre de ceci, en sachant trop peu sur ces idées à ce sujet.

                                      Dans l’ensemble je ne suis pas d’accord avec votre post, comme vous pouvez vous en apercevoir.


                                    • Senatus populusque (Courouve) Senatus populusque (Courouve) 29 septembre 2011 22:40

                                      Michel Onfray se contredit sur Karl Marx comme aussi sur Sigmund Freud auquel il rendait explicitement hommage à la fin de son Traité d’athéologie, y construisant par ailleurs une grande part de sa critique des religions sur le concept freudien de « pulsion de mort ».


                                    • Montagnais Montagnais 29 septembre 2011 18:16

                                      Eh l’auteur ! On essaie pas de démolir les idoles du spectron sans dommages, sans en prendre plein la gueule.


                                      La vrai dictature est celle du régime en place actuellement, masqué, paré des dépouilles de la vertu, faites-gaffe, la pire dictature, le vrai fascisme qu’a succédé à celui qu’est mort et enterré, vous l’apprendrez à vos dépends..

                                      On peut être iconoclaste sans danger, s’il s’agit d’une statue de la Sainte-vierge, là on vous aidera à taper, vous serez félicité, progressisse, humanisse on dira.. Eclairé !

                                      Et vous pouvez être sûr d’une chose, le « citoyen français, militant du parti de gauche » qui vous insulte supra, à qui il « manque les mots ».. Il trouvera de bon ton de vous passer à tabac, et en toute bonne conscience, approuvé par le troupeau, si l’occasion lui échoit.

                                      Citoyen français ! Il sait l’étourneau qu’il s’est fait mondialisé, et lobotomisé ? Et baisé ?

                                      Militant ! Il croit..

                                      Parti de gauche ! Celui qu’est au Sénat ? Mafia ? DSK ? 

                                      • D.BENCHENOUF D.BENCHENOUF 29 septembre 2011 19:05

                                        L’islam et les musulmans ont bon dos, n’est-ce pas ? Je voudrais bien voir ces preux intellectuels de tout poil, qui se font les griffes sur cette religion, sur l’islamisme politique, et autres néo-colonisés, de s’essayer un peu contre des groupes autrement plus nuisants, qui ont quasiment mis le grappin sur des Etats dits Puissances, sociétés y compris, le Sionisme pour ne pas le nommer, avec l’immense toile qu’il a tissée sur des nations entières. J’aimerais bien entendre ces intellectuels traiter de ce sujet. Mais je comprends leur prudence, par ailleurs. Ils savent qu’ils n’auraient plus droit d’accès à tous ces plateaux qui les accueillent avec tant d’indulgence. Je les comprends. S’ils pouvaient juste se faire moins triomphants, du haut de leur mépris pour ceux qui ne peuvent se défendre.


                                        • diogene 29 septembre 2011 22:47

                                          Athée étant né en algérie et ayant longtemps vécu parmi les musulmans, je n’ai rencontré que très peu de violences due à la religion. Dans leur grande majorité ces musulmans étaient affables, non prosélytes, accueillants et ouverts.
                                          Cependant nous ne pouvons nier un certain activisme politique de certains groupes se référant à un islam politique radical.
                                          Ceci dit, je ne puis, de par mon expérience, être en phase avec Onfray sur ce sujet, lui qui a tendance à amalgamer ces « salafistes » guerriers avec des peuples plutôt pacifiques.


                                        • Thucydide Thucydide 4 octobre 2011 20:22

                                          Une magnifique illustration de ce que vous dites, c’est ce film de Youssef Chahine, Le Destin.

                                          On y retrouve sans surprise une religion à deux faces irréductiblement opposées, comme d’habitude.

                                          Nous avons eu Saint-François et sa tendresse, nous avons eu Torquemada et ses inquisiteurs...
                                          L’Islam a eu Al Hallaj et son amour mais aussi le Vieux de la Montagne et ses Assassins.

                                          Mais rassurons-nous : depuis un certain GW, nous savons que la Civilisation et de Bien, c’est nous les occidentaux qui les portons.

                                          Dussent-ils y laisser la vie !


                                        • ZEN ZEN 29 septembre 2011 19:14

                                          Bonjour j.Robin
                                          Je vous ai connu plus inspiré dans cet ouvrage


                                          • Richard Schneider Richard Schneider 29 septembre 2011 21:51

                                            Article déroutant.

                                            Que l’auteur professe sa haine du marxisme, c’est son droit. Mais critiquer Onfray parce qu’il est un philosophe « marxisant », qui en plus dit « qu’il va voter Melenchon », c’est méconnaître le bonhomme.
                                            Onfray est entrain d’écrire une biographie de Camus, dans laquelle il envoie dans les cordes les Sartre, Simone de Beauvoir, Fanon et les communistes français qui ont vilipendé l’auteur des Justes. 
                                            Libre à vous de considérer que le capitalisme mondialisé est un bienfait pour l’humanité, alors que pour Onfray, le mondialisme n’a qu’un dieu : le marché. Et le marché c’est le fric. 
                                            Selon vous, tous ceux qui ne se prosternent pas devant ce nouveau veau d’or sont à écarter. Donc, Onfray est à démolir.
                                            En utilisant au besoin des contre-vérités ou la mauvaise foi.


                                            • onetwo onetwo 29 septembre 2011 22:07

                                              Après la lecture de l’article, je comprends pourquoi Onfray ne veut pas perdre son temps avec vous.

                                              Pour interviewer un philosophe de son talent il faudrait que vous ayez un minimum de culture.

                                              Vous confondez libéralisme économique et libéralisme politique.

                                              Vous ignorez qu’Onfray est proche du communisme libertaire qui n’a rien à voir avec le stalinisme de l’URSS.

                                              Ouvrez un dictionnaire et instruisez-vous.


                                              • Bardamor Bardamor 3 octobre 2011 23:50

                                                - Ce ne sont pas seulement les « lois du marché » qui mettent le marché au centre de tout, et donc la compétition et la guerre, mais le droit républicain d’abord, en faisant de la propriété un droit sacré.

                                                Marx remet en cause le régime de la propriété sacrée ET l’Etat républicain. Ni Onfray ni Mélanchon ne sont donc « marxistes ». Il est évident que l’abus de droit capitaliste bénéficie de la protection des institutions républicaines.
                                                Selon Marx la révolution française est un mythe républicain-libéral.

                                                - Je ne vois pas en quoi Nietzsche est profond : il a le grave inconvénient de faire préférer dans les milieux populaires une culture cléricale à la culture populaire, pourtant plus solide. Au contraire de Céline, il incite le peuple à avoir confiance dans l’élite culturelle ou politique. On voit le résultat.

                                                - Plutôt que de savoir si un philosophe ou un savant est athée, mieux vaut se demander ce qu’il dit de l’argent. Molière par exemple, cet anti-Nietzsche, n’est pas athée, mais en revanche il a pris beaucoup plus de risque que l’amateur de musique boche pour dire comment l’argent peut servir de socle à une religion universelle de rentiers et d’exploitants, qui ne croyant rien n’ont pas moins une comptabilité bien soignée. Les prédateurs croient violemment dans leur butin.

                                                • Bardamor Bardamor 3 octobre 2011 23:57

                                                  - Nietzsche est au moins aussi misogyne que Freud, bien qu’on pourrait écrire le « gay savoir ». Nietzsche écrit naïvement : « Seule ma mère ou ma soeur aurait pu me faire renoncer à l’idée d’éternel retour. » Alors que cette idée d’éternel retour provient d’une éducation entre les jupes des femmes, et que Nietzsche doit par conséquent tout à sa mère et à sa soeur. 


                                                  • UNAL BORIS UNAL BORIS 25 février 2012 04:49

                                                    Souvent loué.........Souvent blamé.........Jamais compris.

                                                    La messe est dite..................

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès