• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Monsanto-Bayer… « Quand Bayer achetait des lots de femmes à Auschwitz (...)

Monsanto-Bayer… « Quand Bayer achetait des lots de femmes à Auschwitz » ?

Où en sont les noces infernales entre Bayer et Monsanto ? Si une telle fusion avait lieu, cela signifierait une quasi-impossibilité pour des concurrents d’entrer sur le marché. Or une concurrence minimale est une condition nécessaire à l’innovation. En l’espèce, c’est un enjeu vital eu égard aux scandales liés au glyphosate et aux néonicotinoïdes qui tuent les abeilles.

« Monsanto et Bayer peuvent signer un contrat, mais n’ont pas le droit de le mettre en œuvre sans notre feu vert », résume une source européenne, qui rappelle qu’en cas de non-respect de cette règle, Bruxelles peut recourir à des sanctions. Aucune limite temporelle n’est imposée aux deux mastodontes pour adresser leur notification. C’est bien le moment d’invoquer les grands principes de la « concurrence libre et non faussée », à bon escient. La Commission européenne doit au plus vite s’opposer au rachat de la firme américaine par l’industriel allemand Bayer. Elle bénéficie pour cela d’un délai de 25 jours après la notification de l’opération. En aura-t-elle le courage ?

Hormis les dangers sur la santé des produits sortant des usines de ces deux monstres, la concentration des firmes de l’agrochimie accentue la dépendance des paysans vis-à-vis de ces mastodontes. Surendettement des petits producteurs, augmentation des prix des denrées alimentaires, accroissement de la pauvreté et de la faim dans le monde, contrairement à la propagande de ces firmes qui deviennent plus puissantes que bien des États et sont donc en mesure d’imposer leur loi au détriment de la souveraineté populaire. C'est la privatisation du vivant. Une horreur intégrale. Il est vrai que l'horreur n'a jamais trop gêné les entreprises de l'agrochimie. On va le voir plus loin.

La fusion entre Monsanto et Bayer n’est donc pas une bonne nouvelle pour les peuples. Mais elle doit encore être validée par les autorités de régulation de la concurrence, qui n’hésitent pas, ces derniers temps, à briser des mariages annoncés… et qui n’ont pas encore donné leur feu vert aux rapprochements Dupont-Dow et Syngenta-ChemChina. A ce jour, rien sur le site de la Commission concernant cette fusion… Ouate Inde scie…

En attendant donc, on peut se pencher sur le passé de ces firmes mondiales. On connaît bien Monsanto, « la firme la plus détestée au monde », ayant à son palmarès la fabrication du « célèbre » agent Orange, un défoliant chimique largué par milliers de tonnes sur les forêts et les cultures du Vietnam durant la guerre des Étasuniens contre ce pays. Avec encore à l’heure actuelle des milliers de cancers en découlant… On connaît bien Bayer, surtout pour son aspirine. Mais que sait-on de son passé ? Une information reçue il y a quelques semaines m’a incité à enquêter. Cette info disait : « Quand la firme Bayer achetait « des lots de femmes » à Auschwitz ».

C’est tellement gros que ça ressemble à une cagade, à un hoax comme on dit maintenant. Et pourtant…

Et pourtant, allez faire un tour sur ce site qui donne des documentations qui semblent sérieuses : http://www4.dr-rath-foundation.org/PHARMACEUTICAL_BUSINESS/history_of_the_pharmaceutical_industry.htm#experiments

 

On y apprend que « l’empire économique allemand le plus puissant de la première moitié de ce siècle fut l’Interessengemeinschaft Farben ou IG Farben. Interessengemeinschaft signifie "Association of Common Interest" (association d'intérêts communs) et n’était autre chose qu’un puissant cartel formé de BASF, de Bayer, de Hoechst et d’autres entreprises chimiques et pharmaceutiques allemandes. IG Farben était le plus grand bailleur de fonds de la campagne électorale d’Adolph Hitler. Un an avant qu’Hitler prenne le pouvoir, IG Farben fait don de 400 000 marks à Hitler et à son parti nazi. En conséquence, après la prise du pouvoir par Hitler, IG Farben était le plus grand profiteur de la conquête allemande du monde, la Seconde Guerre mondiale.

100 % de tous les explosifs et de toute essence synthétique provenait des usines d’IG Farben. Chaque fois que la Wehrmacht allemande conquit un autre pays, IG Farben suivit, reprenant systématiquement les industries de ces pays. Grâce à cette collaboration étroite avec la Wehrmacht d’Hitler, IG Farben a participé au pillage de l’Autriche, de la Tchécoslovaquie, de la Pologne, de la Norvège, de la Hollande, de la Belgique, de la France et de tous les autres pays conquis par les nazis.

L’enquête du gouvernement des États-Unis sur tous les facteurs qui ont mené à la Seconde Guerre mondiale en 1946 est arrivée à la conclusion que sans IG Farben, la Seconde Guerre mondiale n’aurait tout simplement pas été possible. Nous devons nous attaquer au fait que ce n’était pas le psychopathe, Adolph Hitler, ni les mauvais gènes du peuple allemand qui ont provoqué la Seconde Guerre mondiale. La cupidité économique de sociétés comme Bayer, BASF et Hoechst a été le facteur clé dans la réalisation de l’Holocauste. »

 

Il est vrai que les affaires sont les affaires. Et que les multinationales – nouvel avatar de ces consortiums nationaux du siècle dernier – ne s’embarrassent pas, elles non plus, de scrupules.

Continuons nos investigations :

« Expériences médicales à Auschwitz menées par I.G. Farben
(Du livre « I.G. Farben - d’Anilin au travail forcé » de Jörg Hunger et Paul Sander)
« Des expériences scientifiques ont également été faites dans d’autres camps de concentration. Un fait décisif est que IG employait le major SS Dr. Helmuth Vetter, stationné dans plusieurs camps de concentration ; il a participé à ces expériences sur ordre de Bayer Leverkusen.

En même temps que le Dr Joseph Mengele, il a expérimenté à Auschwitz des médicaments désignés « B-1012 », « B-1034 », « 3382 » ou « Rutenol ». Les préparations d’essai ne s’appliquaient pas seulement aux prisonniers malades, mais aussi à des personnes en bonne santé qui ont d’abord été infectées par des pilules, des substances en poudre, des injections ou des lavements. La plupart des médicaments ont provoqué des vomissements ou des diarrhées sanglantes chez les victimes.

Dans les archives d’Auschwitz, une correspondance entre le commandant du camp et l’entreprise Bayer Leverkusen a été découverte. Il s’agissait de la vente de 150 détenues à des fins expérimentales :

« En vue des expériences prévues avec une nouvelle drogue de sommeil, nous vous serions reconnaissants si vous pouviez mettre à notre disposition un certain nombre de prisonniers […] Confirmez votre réponse, mais considérez que le prix de 200 RM par femme est trop élevé Nous vous proposons de ne pas payer plus de 170 RM par femme Si cela vous convient, les femmes seront placées en notre possession. […] »

- « Nous confirmons votre accord, nous vous prions de préparer 150 femmes de la meilleure santé possible […] »

- « Nous avons reçu l’ordre de 150 femmes. […] "

-" Les expériences ont été effectuées. Toutes les personnes testées sont mortes. Nous vous contacterons prochainement sur un nouvel envoi […] " »

 

Voilà qui semble accréditer l'horreur. Continuons :

« Le Tribunal pénal de Nuremberg a condamné 24 membres et dirigeants d’IG Farben à la suite de meurtres de masse, d’esclavage et d’autres crimes contre l’humanité. Étonnamment cependant, en 1951, tous avaient déjà été libérés, continuant à travailler comme consultants pour des sociétés allemandes. Le tribunal de Nuremberg a dissous l’IG Farben, mais pas ses membres, en particulier Bayer, Hoechst et BASF. Aujourd’hui, chacune des trois « filles » de l’IG Farben est vingt ou trente fois plus grande que l’IG Farben était à son apogée en 1944, dernière année de la Seconde Guerre mondiale.

 

Voilà quelques éléments qui donnent à réfléchir sur la « mondialisation heureuse » et le gouvernement mondial de fait des grandes firmes multinationales.

Attention : beaucoup de ces informations proviennent de la fondation d'un personnage controversé, le médecin allemand Rath. Si vous avez d'autres informations confirmant ou infirmant celles-ci, elles seront les bienvenues.

 

Sources :

 https://www.terresacree.org/bayer.htm

http://www4.dr-rath-foundation.org/PHARMACEUTICAL_BUSINESS/history_of_the_pharmaceutical_industry.htm#experiments

http://www4.dr-rath-foundation.org/Books/paging.php?sdir=the%20crime%20and%20punishment%20of%20i.g.%20farben&dir=the%20crime%20and%20punishment%20of%20i.g.%20farben&start=0&page_nums=1%29#=eng

http://chr-chomant-editeur.42stores.com/product/Lettres-de-l-entreprise-Bayer-au-camp-d-Auschwitz-sur-l-achat-de-femmes-pour-experimentations-chimiques

http://www.cbgnetwork.org/163.html
http://bellaciao.org/fr/spip.php?article152015

 

Photo X - Droits réservés

 


Moyenne des avis sur cet article :  3.38/5   (48 votes)




Réagissez à l'article

67 réactions à cet article    



    • NEMO Jeussey de Sourcesûre 30 novembre 2016 15:48

      @Jeussey de Sourcesûre

      Cliquez sur ce lien, et vous pourrez lire un article  (en Anglais) expliquent les liens existants entre IG Farben et certains industriels américains.


    • lsga lsga 30 novembre 2016 18:48

      @Jeussey de Sourcesûre
      au lieu d’avoir à collectiviser 2 entreprise, on aura qu’une entreprise à collectiviser. Ce sera donc plus facile. C’est le B-A-BA du Communisme


      « au fur et à mesure du développement capitaliste, petite et moyenne production sont anéanties ; les industriels et les commerçants, petits et moyens, sont ruinés, sans parler des artisans : tous sont dévorés par le gros capital. Ce que possédaient les petits et moyens capitalistes, — leurs capitaux, — s’échappe de leurs mains, et, par différents chemins, se concentre dans celles des grands brigands, accroissant ainsi le capital de ces derniers. Ainsi, le capital, partagé jadis entre plusieurs possesseurs, se rassemble dans une seule main, dans un seul poing victorieux. Cette concentration du capital, autrefois dispersé, s’appelle la centralisation du capital. 

      si cette concentration de la production n’existait pas et si le prolétariat prenait le pouvoir alors que la production est dispersée entre des centaines de milliers de tout petits ateliers où ne travaillent que deux ou trois ouvriers, il serait impossible d’organiser ces ateliers sur une base sociale. Plus le capitalisme est développé, plus la production est centralisée, et plus il est facile au prolétariat, après sa victoire, de diriger la production. »
      Boukharine, ABC du Communisme. 

    • mmbbb 30 novembre 2016 18:56

      @lsga comme en Chine ou le prolétariat a pris le pouvoir . Je veux dire qu a la diete chinoise c’est la ou nous pouvons rencontrer le plus de millionnaires communistes au metre carre


    • lsga lsga 30 novembre 2016 19:02

      @mmbbb

      et donc ? je vois pas le rapport en fait....

    • mmbbb 30 novembre 2016 19:17

      @lsga la Chine n’est il pas ou plutot a ete un pays communiste ? C’est un pays qui a un indice d’inagalite le plus eleve . Si tu veux haire l’ane pour avoir de l avoine Tes these communistes, c’est du passe des chimeres


    • lsga lsga 30 novembre 2016 19:24

      @mmbbb
      lol, donc pour rappel, la concentration du Capital en Chine avant Mao était presque nulle, la Chine n’était pas du tout Capitaliste, mais Féodale. Depuis, la politique Maoïste consiste à faire de la Chine un pays Capitaliste, avant peut-être de faire la transition vers le socialisme. Cette politique est un grand succès. 


    • Dzan 30 novembre 2016 19:51

      @Jeussey de Sourcesûre

      Et IBM qui fournissait des machines mécanographiques aux nazis pour trier les Juifs

      IBM ET L’HOLOCAUSTE
      L’alliance stratégique entre l’Allemagne nazie et la plus puissance multinationale américaine


          Edwin BLACK

      Traduit par

      Odile DEMANGE Ce livre raconte l’histoire de la participation consciente d’IBM à l’Holocauste, et de sa complicité avec la machine de guerre nazie qui a fait plusieurs millions de victimes à travers toute l’Europe.
      Au cours de la Deuxième Guerre mondiale, les nazis ont exterminé six millions de Juifs. Grâce à une organisation remarquable, les listes de noms étaient toujours prêtes, les trains toujours à l’heure et les chambres à gaz toujours disponibles au bon moment. Aujourd’hui, on utiliserait des ordinateurs. À l’époque, il n’y en avait pas. Mais les nazis avaient autre chose : des machines à cartes perforées. Elles étaient partout : dans les bureaux, dans les centres ferroviaires, dans les usines, mais aussi près des ghettos et dans les camps. La moindre information était saisie, traitée, triée, analysée. Toute la machine de guerre allemande, toute la logistique de l’asservissement et de l’extermination reposaient sur ces appareils. Et ceux-ci étaient la propriété d’une entreprise américaine : IBM.Ce livre raconte comment s’est nouée, dès 1933, l’alliance stratégique entre IBM et les nazis. Comment, avec l’aide de sa filiale allemande, la multinationale a fourni au IIIe Reich des solutions « clés en main ». Comment, en pleine guerre, IBM gérait ses filiales européennes par l’intermédiaire de son bureau à Genève. Comment, entre autres, les Juifs de Hollande furent les victimes de la technologie IBM et pourquoi les Juifs de France eurent davantage de chance. Comment, enfin, tout cela fut accompagné d’une entreprise systématique d’occultation.Certes, avec ou sans IBM, les nazis auraient entrepris d’exterminer les Juifs. Mais les chiffres, eux, auraient été très différents...

    • berry 30 novembre 2016 20:00

      @Dzan
      Vous regardez un peu trop la télé et les fictions hollywoodiennes.


    • mmbbb 30 novembre 2016 20:07

      @lsga si tu le dis c’’est que c’est vrai Quoi qu il en soit les chinois riches roulent en Audi tant qu ils ne soient pas obliger de rouler en Trabant


    • Alren Alren 1er décembre 2016 18:41

      @Jeussey de Sourcesûre

      Un moteur à explosion a un rendement d’autant meilleur que l’on peut comprimer le mélange avant ignition.

      Le problème avec l’essence est que si la compression est trop grande, elle s’enflamme spontanément avant que le piston ait atteint le point mort haut.

      Une recherche intense a été menée dans les années trente pour faire que l’essence accepte une plus forte compression dans les cylindres sans auto-allumage.

      Le produit miracle a été découvert par la firme états-unienne Esso, c’est le plomb tétraéthyle.

      Il a d’abord été utilisé pour améliorer le rendement des moteurs d’avions (à pistons à l’époque) puis après guerre il a été ajouté à l’essence des voitures pour former le « super ».

      La technique de fabrication plomb tétraéthyle et un important stock de cet additif ont été livrés aux nazis pour faire la guerre au communisme.

      Pas de chance (?), le supercarburant a d’abord été utilisé durant la campagne de France ! Beaucoup d’avions allemands étaient mus par ailleurs par l’excellent moteur français Hispano-Suiza, capable de subir cette surpression, et vendu tellement en masse aux nazis pour combattre les bolcheviques que les avions français dont l’excellent chasseur Dewoitine durent être équipés de moteurs de second ordre pour les affronter (Je ne suis même pas sûr qu’ils acceptaient le « super ») !

      Des experts ont estimés que sans le plomb tétraéthyle, les avions allemands auraient été pulvérisés durant la bataille d’Angleterre qui a suivi la bataille de France ...

      Les États-uniens ont ainsi grandement facilité les premières victoires d’Hitler y compris plus tard sur le front russe avant d’aider Staline sur la pression de Churchill.


    • JL JL 30 novembre 2016 14:47

      Sidérant !

       
      A lire et à faire lire ; merci VICTOR.
       
      Qu’en pense Frau Merkel ?

      • VICTOR Ayoli VICTOR 30 novembre 2016 15:16

        @JL
        Allez sur ce lien
         http://www4.dr-rath-foundation.org/PHARMACEUTICAL_BUSINESS/history_of_the_pharmaceutical_i ndustry.htm#experiments
        et cherchez le paragraphe « The Nuremberg tribunal ». Vous y trouverez une information qui - si elle est vraie, ce que j’ignore - répondra à votre question :
        .../... During the 50’s and 60’s they invested in the political career of a young representative from a suburb of the BASF town of Ludwigshafen , his name : Helmut Kohl..../...
        Celui-ci ne fut-il pas le mentor de Frau Merkel ?



      • JL JL 30 novembre 2016 18:47

        @VICTOR
         

         Merci.
         
         ’’From 1957 to 1967 the young Helmut Kohl was a paid lobbyist of the « Verband Chemischer Industrie, » the central lobby organization of the German pharmaceutical and chemical cartel. Thus, the German chemical and pharmaceutical industry advanced one of its own as a political representative, leaving the German people with only the choice of final approval.’’
         
         Et Mitterrand, le savait-il quand il lui tenait si tendrement la main ?

      • baldis30 30 novembre 2016 19:03

        @VICTOR
        bonsoir,

        l’héritage (hum) de Schira ( seulement condamné à 10 ans de prison à Nuremberg et dont la famille fournit de l’argent aux nazis) et des napolas n’est pas près de s’éteindre .

        On ne veut pas le voir .... mais les faits sont là !


      • Trelawney Trelawney 30 novembre 2016 15:57

        Bayer qui rachète Mossanto, c’est l’étoile noire qui rachète le mordor

        Pas plus tard qu’hier il y avait un débat sur les état nation et le libéralisme sur BFM. 
        Les journalistes en sont encore à se moquer d’une personne ( Polony) disant que la 1° et 2° guerre mondiale ne sont que des guerres commerciales entre les entreprises et non des guerres entres les peuples. C’est dire l’inculture totale de ces gens.Si les entreprises allemandes et même américaines ont financé Hitler ce n’est pas pour ses idées mais bien parce qu’il allait plonger le monde dans une guerre qui ne ferait qu’augmenter leurs profits commerciaux. Idem pour le 1° guerre mondiale.

        A la minute 7.19 c’est assez édifiant

        • NEMO Jeussey de Sourcesûre 30 novembre 2016 16:13

          @Trelawney


          « .Si les entreprises allemandes et même américaines ont financé Hitler ce n’est pas pour ses idées mais bien parce qu’il allait plonger le monde dans une guerre qui ne ferait qu’augmenter leurs profits commerciaux »
          ... et ils ont continué tout seuls ensuite ! Dans toutes les guerres qu’ils mènent depuis 1945, les businessmen sont transportés par l’armée pour signer des contrats (reconstruction, accords commerciaux, délocalisations d’usines américaines, investissement par les fonds de pensions dans des entreprises locales...) avant même la fin des hostilités. Tous ceux qui ont participé de près ou de loin au dépeçage de la Yougoslavie savent ça. Le plan Marshall (5 juin 1947) a servi d’exemple, c’est le modèle d’expansion économique que les américains développent depuis 69 ans.

        • lsga lsga 30 novembre 2016 16:24

          @Jeussey de Sourcesûre

          Plan Marshall qui a permis d’instaurer en France le Gaullisme et sa constitution précurseur du Patriot Act


        • NEMO Jeussey de Sourcesûre 30 novembre 2016 16:40

          @lsga

          Certes, mais ils n’ont pas débarqué en Algérie pour signer des contrats avec les nouveaux dirigeants : c’est Total qui a été missionné.

        • Trelawney Trelawney 30 novembre 2016 16:58

          @Jeussey de Sourcesûre
          Et lorsque vous lisez la paix d’Aristophane (environ 500 ans avant Jésus Christ), vous vous apercevez aussi qu’à l’époque, les guerres ne servaient qu’à enrichir les commerçants et à assurer l’ordre par la division


        • NEMO Jeussey de Sourcesûre 30 novembre 2016 17:14

          @Trelawney

          Tout-à-fait d’accord. Jules César explique ça aussi très bien dans ’la guerre des Gaules« . Et il n’était pas venu là non plus pour apporter la »démocratie", mais pour contrôler la route de l’étains et installer un système de prélèvements d’impôts qui pompaient toutes les conquêtes de l’empire via les préfets et les ancêtres des collabos : les gallo-romains.

        • lsga lsga 30 novembre 2016 17:24

          @Jeussey de Sourcesûre
          vous remarquerez que « GaulleS » est au pluriel. LA Gaulle au singulier est un mythe inventé par la bourgeoisie nationale au 19ème siècle. 


        • NEMO Jeussey de Sourcesûre 30 novembre 2016 17:48

          @lsga

          entièrement d’accord
          NapoléonII a inventé vercingétorix (qui est un titre et non pas un nom), tout comme Jeanne d’arc a été inventée par ernest lavisse pour réconcilier les calotins et les francs maçons après la séparation de l’église et de l’état

        • lsga lsga 30 novembre 2016 17:57

          @Jeussey de Sourcesûre
          vous verrez, on va finir par s’entendre smiley 


        • Abou Antoun Abou Antoun 30 novembre 2016 18:29

          @lsga
          LA Gaulle au singulier est un mythe inventé par la bourgeoisie nationale au 19ème siècle.
          Et la gaule (avec un seul l), c’est un truc de branleurs.


        • baldis30 30 novembre 2016 19:08

          @Jeussey de Sourcesûre
          bonsoir,

          et même mieux ... si les centurions étaient romains, les décurions l’étaient bien moins souvent quant à la troupe elle était composé de ceux qui ultérieurement s’ils réchappaient des guerres seraient « affranchis » et se verraient attribuer quelques lopins de terre des zones colonisées au bout de x......... années de défense militaire des intérêts romains .....


        • Abou Antoun Abou Antoun 30 novembre 2016 19:34

          @lsga
          vous remarquerez que « GaulleS » est au pluriel.
          En fait la situation est exactement le contraire de ce que vous affirmez. ’gallicus’ est un adjectif signifiant ’relatif aux Gaulois’. Les ’Gaulois’ était un nom générique pour un ensemble de tribus celtes cisalpines ou transalpines. Donc mot pour mot, le titre original ’Bellum gallicum’ se traduit par ’la guerre gauloise’. Ce sont les traducteurs français qui en ont fait la ’Guerre des Gaules’, (la guerre gauloise eut prêté à rire et la guerre de Gaule étant exact du point de vue géographique mais non politique). Les tribus gauloises se sont (partiellement) unies pour résister à l’envahisseur romain avec le succès que l’on sait.
          De mon temps (bien lointain) ’Bellum Gallicum était l’ouvrage de référence pour les sections classiques en classe de 4°. Ce n’était pas une surprise, du point de vue du contenu, pour des élèves ayant étudié l’histoire romaine en classe de ....5°.



        • Abou Antoun Abou Antoun 30 novembre 2016 21:03

          @Dzan
          En fait les Romains on réalisé une unité politique à partir d’une mosaïque semblable, si bien que si on remonte au origines, le terme de ’Romain’ n’a guère plus de sens que le terme de ’Gaulois’.
          Rome a créé une monarchie, puis une république et finalement un empire le plus souvent par la force.
          Dès l’Antiquité, ’être romain’, n’avait aucune connotation raciale, c’était reconnaître l’entité politique et souhaiter en être citoyen. Dans la liste des empereurs on trouve d’ailleurs des individus de différentes origines ethniques.


        • devphil devphil 30 novembre 2016 16:58

          Le livre de Antony Sutton décrit très bien entre Wall Street , IG Farben et le régime nazi.


          Pendant que des millions de personnes mourraient , une infime minorité profitaient de la guerre en s’assurant qu’elle dure le plus longtemps possible 

          Philippe 

          • NEMO Jeussey de Sourcesûre 30 novembre 2016 17:51

            @devphil

            ... et elle dure toujours, ici ou là...

          • Et hop ! Et hop ! 4 décembre 2016 17:31

            @devphil : Il y avait des usines Général Motors et Ford en Allemagne pendant toute la guerre, produisant des véhicules pour la Wehrmacht.


            Bien sûr, elles n’ont jamais été bombardées par les anglo-américains, après guerre elles sont devenues Opel et Ford Allemagne.

            L’armée allemande a été ravitaillée en pétrole pendant toute la guerre, par des compagnies anglo-américaines. Sans pétrole, la guerre s’arrêtait.

            Les USA aidaient le IIIe Reich et l’URSS, comme par la suite ils ont aidé l’Iran et l’Ira qui se faisaient la guerre.

          • lsga lsga 30 novembre 2016 19:11

            @mmbbb
            heureusement que VonBraun n’était pas juif, sinon, il aurait du fuir l’Allemagne comme la majorité des scientifiques de l’époque.


          • Dzan 30 novembre 2016 19:58

            @Robert Lavigue
            Opération Paperclip


          • mmbbb 30 novembre 2016 20:21

            @lsga Lise Meitner,  brillante physicienne ayant collaboré avec Otto Hahn a continue ses travaux en Suede . Le Reich s’est privé de beaucoup de talents mais cette femme ne pouvait pas travailler pour les nazis C’est l’evidence . En parallèle, la Russie a pris beaucoup de retard puisque Staline a envoyé aussi des scientifiques extraordinaires au goulag , Korolev fut sauve et permit a la russie d’avoir le premier homme dans l’espace, Mais c’est mon opinion, la Russie serait devenu un grand pays si tant de scientifiques n avaient pas termine dans les goulags et l amerique aurait ete battu dans beaucoup de domaines .


          • lsga lsga 30 novembre 2016 20:27

            @mmbbb
            sans les nazi l’ordinateur et la bombe atomique aurait été allemands. A la place, ils auront fait des fusées (cad : des gros pétards) et auront démontré que les juifs étaient solubles dans l’acide. Quels grands scientifiques ces nazis.... 


          • eric 30 novembre 2016 23:55

            @mmbbb

            Pensez vous ! Souvent arrivé les premiers, les soviétiques se sont servis. Non seulement en savant Allemands, mais ils ont raflé aussi ceux d’autres nationalité qui traînaient par là. Il n’y a pas si Longtemps, au centre de recherche de Doubna, prêt de Moscou, on croisait encore un vieil italien qui avait finit par faire souche sur place. Dans la filiale de Sukhumi, en Abkhazie, on a construit des immeubles entiers pour les savant allemands et on a veillé à leur confort. C’est le grand père de ma femme qui s’en occupait.
            Encore aujourd’hui, les gens se battent pour loger dans les appart des savants...

            L’Union Soviétique c’ était des socialistes. Combien de foi faut il le répéter. Ils n’étaient pas tous fous. Ils ont massacré essentiellement des paysans, des ouvriers et, bien sur, des ecclésiastiques.

            C’est dans le chaud du moment que « la révolution n’a pas besoin de savant ». Tout de suite après, on rétablit les privilèges pour ceux qui sont utiles.

            Du reste, l’URSS a fait jeu égal ou même à précédé les EUA tant qu’il ne s’agissait que de mobiliser à fond des ressources ponctuelles dans des domaines précis. Elle a été enfoncée dès qu’il a fallu un large front de recherche et d’innovation où la liberté est nécessaire....


          • julius 1ER 1er décembre 2016 07:47

            @eric


            ton anti -soviétisme viscéral te pousse toujours à tronquer les faits historiques !!! 

            si les soviétiques ont pu accéder aux camps de concentration et d’extermination nazi en premier c’est qu’ils avaient déjà battu les Allemands militairement et aussi technologiquement leurs chars et leurs avions à la fin de guerre étaient bien meilleurs et mieux pensés que ceux des allemands ...

            comme quoi un fasciste restera toujours un fasciste même sur Agoravox !!!!!

          • Trelawney Trelawney 1er décembre 2016 11:16

            @julius 1ER
            leurs chars et leurs avions à la fin de guerre étaient bien meilleurs et mieux pensés que ceux des allemands ...

            Pas vraiment. ils étaient surtout plus nombreux que les avions et chars allemands et le nombre fait la différences
            le char staline, n’était rien de plus qu’un boite de conserve au blindage ultra léger avec un moteur de tracteur. mais il y avait 10 chars staline pour un seul tigre
            Quant aux avions , itou
            Il est vrai qu’après la guerre l’URSS a fait une razzia auprès des techniciens et savants allemands, mais a surtout copié (ils savent bien copié) et amélioré le matériel allemand.
            L’actuelle fusée soyouz n’est rien d’autre qu’un groupe de 4 x 4 fusée V1 soit 16 fusées V1 accouplées. Et ça marche encore

          • baldis30 1er décembre 2016 13:48

            @lsga
            bonjour ;

            mais certains qui n’étaient pas juifs, mais de « bons » SS l’ont fui en emportant avec eux quelques dizaines de kilogrammes d’uranium enrichi ......ENORME .... mais qui résulte d’un article pris dans l’Espresso du 30 octobre dernier page 56 à 62 sous le titre « Hitler et le mystère d’Hiroshima ».

            Cet article fait écho aux travaux d’historiens autrichiens sur le camp de concentration de Gusen et son chef le général SS kammler qui aurait négocié ainsi sa reddition à un haut gradé de l’OSS quelques jours AVANT la capitulation allemande. Compte tenu de ses exactions il aurait dû figurer parmi les accusés de Nuremberg, il ne l’a pas été ....... C’est plus que troublant ! Il serait mort aux USA vers 1947 !

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès