• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Norman Finkelstein sur Corbyn, le ‘Nouvel Antisémitisme’ et la (...)

Norman Finkelstein sur Corbyn, le ‘Nouvel Antisémitisme’ et la police de la pensée

Norman Finkelstein sur l’émission Renegade Inc., épisode intitulé Accusations d’antisémitisme contre le Parti Travailliste, Russia Today UK, le 20 mai 2019.

Source : https://www.youtube.com/watch?v=OPYfLY2cAi4

Traduction : lecridespeuples.fr

Transcription :

Journaliste : Lorsque vous observez la scène politique britannique aujourd’hui, que voyez-vous ?

Norman Finkelstein : Je me concentre sur une chose, et c’est bien sûr Jeremy Corbyn.

Journaliste : Pourquoi ?

Norman Finkelstein : Parce que je pense qu’il représente vraiment une opportunité historique. Je ne connais pas (personnellement) Corbyn. Je connais des gens qui le connaissent. Mon éditeur faisait partie de ses soutiens, et un vieil ami à moi est l’un de ses principaux conseillers. Ils n’ont que du bien à dire de lui.

Corbyn est une personnalité authentique. Il dit vraiment ce qu’il pense.

Journaliste : Est-ce quelque chose de choquant pour les médias et la classe politique ?

Norman Finkelstein : Oui, car ils tirent profit du statu quo. Je parle des médias, des élites britanniques et de la communauté juive au Royaume-Uni. Ils ont avantage à maintenir le statu quo. Et la ligne directrice de Corbyn est quelque chose comme « Dans un pays comme le nôtre, il ne devrait y avoir aucun sans-abri. » Les élites se moquent royalement des sans-abri dont (Corbyn) parle. Oui, ils peuvent éventuellement donner un ou deux centimes, mais ils s’en moquent, ils veulent parler d’autre chose. Corbyn représente l’espoir d’un changement véritable dans la société britannique. Et pour ceux qui se complaisent au statu quo, Corbyn représente une véritable menace.

Journaliste : Est-ce pour cela qu’il a été tant calomnié par des campagnes odieuses lancées contre lui ? Quel est, à votre avis…

Norman Finkelstein : C’est un processus normal qui est à l’œuvre, mais il y a un élément inédit. Si on observe l’histoire de ce qu’on appelle le Nouvel Antisémitisme, depuis les années 70, chaque fois qu’Israël fait face à un désastre sur le plan de l’opinion internationale, ils lancent leur campagne (contre le) Nouvel Antisémitisme (allégué). Il était donc totalement prévisible, puisque Corbyn est réputé comme un défenseur des droits des Palestiniens, qu’ils allaient lancer une nouvelle campagne dénonçant le ‘Nouvel Antisémitisme’. C’était évident qu’ils allaient le faire.

Mais il y a une variante. Et ce qui s’est passé est très intéressant. D’habitude, ces campagnes, puisqu’elles se rapportent seulement à Israël, sont menées par les organisations juives. Mais cette fois-ci (avec Corbyn), quelque chose de différent s’est produit. Corbyn ne représente pas seulement un danger pour Israël et les partisans d’Israël, il représentait une menace pour l’ensemble des élites britanniques, toutes catégories confondues, du Guardian (média social-libéral) au Daily Mail (média conservateur) : ils se sont tous joints à la campagne contre le Nouvel Antisémitisme.

C’est sans précédent : toutes les élites britanniques (se sont unies), durant toute cette attaque complètement bidon, fabriquée, absurde et obscène contre ce prétendu antisémitisme du Parti Travailliste, pour lequel il n’y a absolument aucune preuve, exactement zéro. Oui, on peut sûrement trouver quelques membres marginaux du Parti Travailliste qui auront tenu des propos antisémites…

Journaliste : Il faut dire au public qui vous êtes et quel est votre passé (Juif fils de survivants de l’Holocauste)…

Norman Finkelstein : Mais il ne s’agit pas de moi.

Journaliste : Mais vous êtes impliqué parce que vous êtes…

Norman Finkelstein : Non, c’est complètement ridicule (de suggérer que je suis juge et partie). Je ne fais que lire les sondages. Je regarde les chiffres (officiels). Il y a entre 6 et 8% d’antisémites dans la société britannique. Ce n’est rien ! Oui, il y a quelques illuminés, mais il n’y a pas d’antisémitisme institutionnel au sein du Parti Travailliste. Il n’y a pas de menace antisémite dans la société britannique. J’ai étudié de près toutes les données : ce danger n’existe tout simplement pas. Ce n’est qu’une manipulation, une fabrication. Vous savez que je ne crois pas aux théories du complot, mais c’est clairement un complot.

Journaliste : Mais vous devez reconnaître qu’il y a des Juifs au Royaume-Uni qui sont terriblement inquiets à ce sujet, car en fin de compte, si cet antisémitisme (imaginaire) qui, selon vous, est instrumentalisé à des fins politiques, ne marche pas, lorsqu’un véritable antisémitisme apparaîtra, ce sera comme le berger qui criait au loup, et il n’y aura pas de protection pour ces minorités.

Norman Finkelstein : Mais il y a un problème plus important que ça. Il y a certes le risque du berger qui criait au loup, mais je pense qu’il y a un problème plus grave encore. Si Corbyn perd (les élections), beaucoup de (partisans) du Parti Travailliste considèreront que c’est la faute des Juifs qui ont fabriqué toute cette chasse aux sorcières hystérique contre l’antisémitisme. Ce sera un problème. Et vous savez quel sera le problème encore plus important ! C’est qu’ils auront raison ! Le fer de lance de cette campagne visant à arrêter Corbyn était constitué de Juifs. Il y aura donc énormément de colère au sein du Parti Travailliste (et de ses partisans). Ce n’est pas de l’antisémitisme. Ce sont des faits.

Journaliste : Mais il ne s’agissait pas seulement de ces Juifs dont vous parlez.

Norman Finkelstein : Oui, mais ce sont eux qui ont joué le rôle le plus visible, et le rôle le plus agressif. Les élites britanniques n’auraient jamais pu traiter Corbyn d’antisémite impunément sans le soutien visible de toutes les principales organisations juives. Rappelez-vous que l’été dernier, les trois principaux journaux britanniques, pour la première fois dans l’histoire juive britannique, ont publié un éditorial commun qui dénonçait Corbyn comme un antisémite, et affirmait qu’on était au seuil d’un Nouvel Holocauste. (Ces Juifs) sont les moteurs de ce complot concerté au niveau de l’ensemble de l’élite de la société britannique visant à détruire Jeremy Corbyn.

Journaliste : (Ce qui arrive à) Jeremy Corbyn est-il un précurseur de (la campagne électorale de) Bernie Sanders en 2020 ?

Norman Finkelstein : Oui. Dans les grandes lignes, tout ce qui se passe aujourd’hui au Royaume-Uni est une répétition pour les attaques (à venir) contre Bernie Sanders. C’est exactement la même chose qu’au Royaume-Uni, où les élites du Parti Travailliste ont essayé de stopper Corbyn : (aux Etats-Unis), depuis 2016, les élites ont tout fait pour stopper Bernie (Sanders). Evidemment, il sera difficile de l’attaquer sur un antisémitisme allégué, car (Sanders) est très Juif, un Juif de toujours qui a toute la gestuelle et toutes les intonations de la judéité. Et sa position sur Israël a toujours été assez bonne.

Mais ça ne les arrêtera pas, car ils vont faire exactement la même chose que pour Corbyn. Ils vont cibler tous ceux qui l’entourent. Et il se trouvera beaucoup de gens dans son entourage qui (seront ‘antisémites’) selon ces définitions techniques de l’antisémitisme comme celle de l’IHRA (Alliance pour le Souvenir de l’Holocauste), qui affirme en substance que quiconque critique Israël est antisémite. Ils vont tous les frapper (de cet anathème), puis ils vont faire la même chose que pour Corbyn.

Journaliste : Comment tout cela finira-t-il ?

Norman Finkelstein : Cela dépendra de la capacité de Sanders à tenir sa ligne, ce qu’aurait dû faire Corbyn selon moi…

Journaliste : Il a manqué d’auto-discipline ?

Norman Finkelstein : Non, il a (tout simplement) été naïf. C’est un homme intègre, qui croit en la bonne foi (des gens). Ce qu’il aurait dû faire selon moi est prononcer un discours politique affirmant sa position sur l’antisémitisme, sur les mécanismes pour y faire face dans son Parti, et point final, dossier classé.

L’autre erreur majeure qu’il a commise à mes yeux, et qui est valable pour l’ensemble du Parti Travailliste, est d’abandonner complètement les principes de la liberté d’expression. Les gens ont le droit de dire et de penser tout ce qu’ils veulent. Si je suis un membre du Parti Travailliste, ça veut dire que j’adhère à la plateforme politique du parti, et c’est ce qui fait de moi un membre. Mais cela ne signifie pas que vous avez le droit de troller mes posts Facebook, ou de contrôler tout ce que je dis ou poste sur Instagram. (Une telle police), c’est la Roumanie sous Ceausescu ! C’est la Corée du Nord sous Kim-Il Sung. Et ça va maintenant être le mandat du Parti Travailliste ? D’éplucher toutes vos pensées et idées ? De s’assurer que vous n’êtes pas antisémite ?

Tout le monde, même vous, même vos cameramen, a au fond de lui des stéréotypes antisémites. Tout le monde en a. Vous me regardez, et vous pensez « Juif mesquin ». Et alors ? On s’en moque ! C’est très difficile d’extirper, de déraciner (les stéréotypes). Il est très dur de…

Journaliste : Pourquoi ?

Norman Finkelstein : Parce qu’ils sont enracinés dans des milliers d’années.

Journaliste : Pourquoi ? Parce que j’ai vu Le Marchand de Venise et Shylock (riche usurier juif dans la pièce de Shakespeare) ? Ce n’est pas…

Norman Finkelstein : Non, ils sont partout. Ils font partie de l’atmosphère, de l’environnement, des traditions, de l’histoire. Est-ce que (pour ma part), je n’ai aucun stéréotype anti-noir au fond de moi ? Aucun préjugé raciste ? N’ai-je aucun préjugé sexiste ? Absolument aucun stéréotype ? Bien sûr que si.

Allons-nous avoir un Parti Travailliste qui va sonder les profondeurs des consciences, des inconscients et des subconscients, du moi (freudien), à la recherche de preuves d’antisémitisme, auquel cas vous comparaîtrez devant un Comité qui vous déclarera coupable de la pensée antisémite x, y ou z, qui serait contenue dans le moi selon certains éléments avancés (par l’accusation). C’est de la démence pure ! Et c’est une répudiation et un abandon complet des principes les plus fondamentaux de ce qu’on appelle les Lumières, qui commencent, comme l’ont dit les Allemands dans cette belle chanson populaire, ‘Die Gedanken sind frei’, qui signifie que les pensées sont libres.

Les gens ont le droit de penser ce qu’ils croient, et puisque la pensée est inséparable de la parole, nous avons tous le droit de penser et dire ce qu’on veut, à notre guise. Et si on n’aime pas ce que dit quelqu’un, on a le droit de ne pas l’écouter, ou d’essayer de le convaincre qu’il a tort ou qu’il se trompe dans ses croyances. Mais ce qu’on n’a pas le droit de faire, c’est de sanctionner, punir ou exclure les gens pour leurs pensées. Non, personne n’a le droit de faire ça, et c’est un désastre politique absolu, car tout ce que ça entraine, c’est que les gens sont forcés de réprimer leurs pensées, jusqu’à ce qu’un démagogue arrive et commence à dire ce que vous pensez, mais que vous êtes contraints de réprimer, et au lieu que vos pensées erronées aient reçu une réponse pertinente, le fait que vous ayez été contraint à les réprimer les valide à vos yeux, car on se dit que si on m’interdit de dire ça, c’est parce que c’est la vérité. Ces pensées sont validées, puis survient un démagogue qui cherche à exploiter dans son intérêt toutes ces pensées réprimées.

En conclusion, il est moralement inacceptable d’essayer de mettre en œuvre une police de la pensée, et politiquement, c’est un désastre complet.

Pour soutenir ce travail censuré en permanence et ne manquer aucune publication, abonnez-vous à la Newsletter. Vous pourrez choisir de recevoir chaque nouvel article dès sa parution, ou opter pour un bulletin hebdomadaire.


Moyenne des avis sur cet article :  2.65/5   (26 votes)




Réagissez à l'article

22 réactions à cet article    


  • njama njama 19 juin 12:28

    Antisionisme / Antisémitisme : à qui profite l’amalgame ?

    ...Le Bund voyait dans la politique d’implantation en Palestine une forme de colonialisme, comme le montre cet extrait d’un article prémonitoire de Henryk Herlich paru dans la revue du Bund en 1938 :

    « Que peut être, dans le meilleur des cas, la Palestine juive ? Le micro-État d’une minuscule tribu hébraïque au sein du peuple juif. Lorsque les sionistes s’adressent aux non juifs, ils sont de fervents démocrates et représentent les relations sociales de la Palestine, actuelle et future comme un parangon de liberté et de progrès. Mais si un État juif était créé en Palestine, son climat mental serait la peur éternelle d’un ennemi extérieur (les Arabes), un combat perpétuel pour chaque centimètre carré de terrain, pour chaque miette de travail contre un ennemi intérieur (les Arabes) , et une lutte sans répit pour éradiquer la langue et la culture des Juifs de Palestine non hébraïsés. Est-ce là un climat où cultiver la liberté, la démocratie et le progrès ? N’est-ce pas plutôt le climat où fleurissent d’ordinaire la réaction et le chauvinisme ? »

    [1] BUND : L’Union générale des travailleurs juifs de Lituanie, de Pologne et de Russie plus connue comme le Bund est un mouvement socialiste juif créé à la fin du XIXe siècle dans l’Empire russe.

    https://www.ujfp.org/spip.php?article5135


    • Galilée Galilée 20 juin 20:14

      @njama
      Norman Finkelstein est un kapo, un sbire à la solde des islamo-nazis , lui, Noam Chomsky et tous les homosexuels antisémites qui passent leurs vacances à Tunis ou à Marrakesh ..
      Il est fiable très exactement , comme Julius Streicher , le redacteur en chef du Der Stürmer...


    • Zolko Zolko 19 juin 12:50

      « Il y a des Juifs au Royaume-Uni qui sont terriblement inquiets à ce sujet »

       

      tout est dit là : maintenant, il suffit que des personnes soient « inquiètes » de quelque-chose et ça devient la réalité. C’est vrai pour les Juifs (le sujet de cet article) mais aussi pour tout une tripotée de sujets, où des gens se sentent offensés et Paf ! il faut remuer ciel-et-terre pour supprimer le sujet potentiellement gênant.
       
      Le politiquement correct tue tout débat, vivement qu’on s’en soit débarrassé.



      • Ilan Tavor aka Massada Ilan Tavor aka Massada 19 juin 13:23

        Le secrétaire d’Etat américain Mike Pompeo a dit à un groupe de responsables juifs britanniques que Washington « repousserait durement » le dirigeant du Labour, Jeremy Corbyn, et ferait « tout ce qui est en son pouvoir » pour l’empêcher d’entreprendre des initiatives qui rendraient la vie plus difficile aux Juifs du Royaume-Uni.

         

        Il y a deux semaines, Trump a refusé, de rencontrer Corbyn malgré sa demande de s’entretenir avec le président américain en face à face.

         

        Si l’Angleterre veut survivre au Brexit, elle a tout intérêt à choisir Boris Johnson


        • njama njama 19 juin 13:47

          @Ilan Tavor aka Massada

          Vous vouliez dire des initiatives qui rendraient la vie plus difficile aux Juifs d’Israël, comme le BDS par exemple...

          parce que rendre la vie plus difficile « aux Juifs du Royaume-Uni » on ne voit pas très bien comment ?


        • Ilan Tavor aka Massada Ilan Tavor aka Massada 19 juin 14:10

          @njama
           
          Constant dans votre mauvaise foi smiley
          Depuis les scandales autour de Jeremy Corbyn, on a constaté une intensification de l’antisémitisme au Royaume-Uni. 
          Près de 100 incidents antisémites sont recensés chaque mois en Grande-Bretagne.


        • Raymond75 19 juin 14:26

          @Ilan Tavor aka Massada

          Que serait Israël sans l’Oncle Sam, pas vrai ?


        • Ilan Tavor aka Massada Ilan Tavor aka Massada 19 juin 14:35

          @Raymond75
           
          et vice-versa


        • njama njama 19 juin 18:54

          @Ilan Tavor aka Massada

          Il y a (aurait) 300.000 Britanniques juifs au Royaume-Uni, les 2/3 se trouvent à Londres et dans sa périphérie, le problème antisémite serait donc essentiellement londonien.
          Auriez-vous des chiffres sur la délinquance à Londres et en Angleterre (vols, avec ou sans violence, tous actes racistes confondus...) car il faut comparer, remettre dans le contexte pour donner du sens. Les Juifs sont victimes d’actes délinquants comme les autres, pourquoi feraient-ils exception...
          Si les actes antisémites ont augmenté en Angleterre, c’est peut-être proportionnel à une augmentation générale d’actes racistes. Les chiffres des seuls actes antisémites ça ne veut rien dire !

          L’antisémitisme était déjà un concept nouveau à l’échelle de l’histoire puisque ce mot n’apparaît qu’à la fin du XIX° siècle (1ère attestation en 1890). Sans trop se tromper on peut dire que le mot a été forgé par les sionistes.
          Le « nouvel antisémitisme » serait donc un recyclage de la nouveauté ... 


        • njama njama 20 juin 08:00

          @Ilan Tavor aka Massada

          une hausse des actes antisémites en GB ?
          faudrait voir les chiffres sur plusieurs années, parce que ici en France on nous a fait un pataquès avec ça alors que si l’on y regarde d’un peu plus près, il y a une baisse
          Les actes antisémites en France ; 74% de hausse ou 33% de baisse ? Des chiffres qui sont des calculs
          par L’apostilleur
          mardi 26 février 2019

          Les variations montrent aussi :

          une hausse de 74% sur 1 an
          une baisse de 5% sur 20 ans
          une baisse de 16 % sur 10 ans
          une baisse de 33% sur 3 ans
          … Ces chiffres démontrent surtout que le phénomène est têtu et stable en moyenne.

          https://www.agoravox.fr/tribune-libre/article/les-actes-antisemites-en-france-74-212987


        • Facochon Facochon 20 juin 09:05

          @Ilan Tavor aka Massada

          Justement ! Le billet explique bien les causes de cet antisemitisme ..


        • Jonas 20 juin 18:05

          @Ilan Tavor aka Massada

          Il ne faut pas rentrer dans le discours des arabo-musulmans , Allah, qui est omniscient ,omnipotent, et omnipotent. a doté ce monde de grandes richesses , de grands territoires et de grande démographie , mais dans sa grande sagesse , ils les a privé de matière grise. 

          Mais pour compenser cela , Allah, le Miséricordieux et le Bienveillant, les gratifier d’une grande langue  , c-à-d, de cette capacité de parler comme des moulins avent. 
          D’ailleurs ce qu’ils disent , ils ne le pensent pas et ce qu’ils pensent est exprimer autrement, bref c’est Don Quichotte et le moulins a paroles.

          Sincèrement à part une minorité admirable , de courage et de clairvoyance , le restant , se conduit comme un mouton , l’exemple de l’Algérie et du Soudan sont édifiants.
           Lorsque , les Algériens votaient pour Boutéflika a quatre reprises , 
          1999, ( 73,80%)  2004, (84,99) —2009, (90, 24%)  2014, ( 81,49%) , ce ne sont pas les Sionistes, ni les Occidentaux qui les ont poussé a le faire. Pour avoir le net , il suffit de revoir les chants , les danses et les acclamations , qui ont accompagnés les victoires de Boutéflika, sur YouTube. 

          Quant au dictateur Omar El-Béchir , arrivé au pouvoir à la suite d’un coup d’Etat , il a été également acclamé par son peuple, pendant 30 ans. Et malgré sa condamnation par le CPI, il a toujours reçu un accueil chaleureux lors des réunions de la Ligue Arabe et de l’UA. Ces pays lui ont déroulé le tapis rouge a chacune de ses visites.. 
          Et subitement en l’année de grâce 2019, ces populations se réveillent de leur long sommeil. Et ces héros sont devenus des pestiférés. Ce  qu’ils ont dit avant , comme ce qu’ils ont fait avant , a la poubelle. Il faut les croire aujourd’hui , les « Printemps arabes » c’est du passé , l’homme nouveau arabo-musulman est arrivé ! 
          In cha ’Allah !



          • bouffon(s) du roi bouffon(s) du roi 19 juin 19:52

            @Christian Labrune

            Demandez la une avec Labrune, M’sieurs Dames ^^


          • kirios 20 juin 08:30

            excellent article et excellente conclusion qui devrait nos faire réfléchir :

            "En conclusion, il est moralement inacceptable d’essayer de mettre en œuvre une police de la pensée, et politiquement, c’est un désastre complet."


            • njama njama 20 juin 10:22

              Les vrais antisémites sont sionistes c’est à ça qu’on les reconnaît smiley

              Reprenons le problème à la base : Lord Balfour à qui l’on attribue d’avoir favorisé l’implantation des Juifs en Palestine était un suprémaciste blanc et un antisémite notoire.

              « Antisémite, il soutient en 1905 la loi sur les étrangers qui visait en particulier les juifs émigrés d’Europe de l’Est (1). En 1912, se tient ainsi à Londres le Ier congrès international d’eugénisme dont il assure le discours d’ouverture. »

              https://fr.wikipedia.org/wiki/Arthur_Balfour

              Ce que l’on dit moins, ou qui est moins connu, ce sont les raisons qui le motivaient derrière ce plan, car il n’en avait rien à faire des palestiniens et encore moins des milliers de Juifs pauvres qui affluaient de Russie au XIX° et dont il cherchait à se débarrasser.

              Balfour n’a pas résolu « le problème de l’’Europe » il n’a fait que déplacer le problème anglais en Palestine. 


              • njama njama 20 juin 10:31

                La loi sur les étrangers en 1905,en anglais Aliens Act 1905

                While the Act was ostensibly designed to prevent paupers or criminals from entering the country and set up a mechanism to deport those who slipped through, one of its main objectives was to control Jewish immigration from Eastern Europe.[3] Jewish immigration from Eastern Europe saw a significant increase after 1880[4] which served as some basis for the creation of the Aliens Act 1905. Although it remained in force, the 1905 Act was effectively subsumed by the Aliens Restriction Act 1914, which introduced far more restrictive provisions. It was eventually repealed by the Aliens Restriction (Amendment) Act 1919.

                In the 19th century, the Russian Empire was home to about five million Jews, at the time, the « largest Jewish community in the world ».[3] Subjected to religious persecution, they were obliged to live in the Pale of Settlement, on the Polish-Russian borders, in conditions of great poverty.[3] About half left, mostly for the United States, but many – about 150,000 – arrived in the United Kingdom mostly in England.[3] This reached its peak in the late 1890s, with « tens of thousands of Jews ... mostly poor, semi-skilled and unskilled » settling in the East End of London.[3]

                https://en.wikipedia.org/wiki/Aliens_Act_1905


              • njama njama 20 juin 10:33

                (Traduit avec www.DeepL.com/Translator)

                Bien que la loi ait été prétendument conçue pour empêcher les pauvres ou les criminels d’entrer dans le pays et qu’elle ait mis en place un mécanisme d’expulsion de ceux qui s’étaient échappés, l’un de ses principaux objectifs était de contrôler l’immigration juive en provenance d’Europe orientale[3], laquelle a connu une augmentation significative après 1880[4], qui a servi de base à la création de la loi de 1905 sur les étrangers. Bien qu’elle soit restée en vigueur, la loi de 1905 a été effectivement remplacée par la loi de 1914 sur la restriction des étrangers, qui a introduit des dispositions beaucoup plus restrictives. Elle a finalement été abrogée par la Aliens Restriction (Amendment) Act 1919.

                Au XIXe siècle, l’Empire russe abritait environ cinq millions de Juifs, à l’époque « la plus grande communauté juive du monde »[3] Soumis à la persécution religieuse, ils étaient obligés de vivre dans le pâté de maisons, aux frontières polono-russes, dans des conditions de grande pauvreté.Environ la moitié d’entre eux sont partis, surtout pour les États-Unis, mais beaucoup - environ 150 000 - sont arrivés au Royaume-Uni, surtout en Angleterre[3], ce qui a atteint son apogée à la fin des années 1890, avec « des dizaines de milliers de Juifs... principalement pauvres, semi-qualifiés et non qualifiés » installés dans l’East End of London[3].


              • njama njama 20 juin 10:38

                (1) From Balfour to Obama


                ’Europe’s problem’

                But the Palestinian Arabs were the last thing on Balfour’s mind, or the minds of many other British politicians. He was primarily concerned with solving ’a European problem’ and not with addressing the rights of an indigenous people. He also sought to bolster a declining British empire.

                Balfour saw the establishment of a homeland for the Jews in Palestine as the best solution to what was commonly referred to as Europe’s ’Jewish problem’ - a solution that reflected and embodied the central anti-Semitic belief that Jews were an alien body causing problems in Christian Europe.

                Balfour was a known anti-Semite who as prime minister supported and pushed for the 1905 Aliens Act that sought to curb Eastern European, particularly Jewish, immigration to Britain.

                Over the years, he grew convinced that Zionism - the movement that advocated the establishment of a Jewish homeland in Palestine - offered a convenient solution to the ’Jewish problem’. Like other anti-Semites he did not believe that Jews belonged in Europe and felt that they comprised a separate race and religion that could not live in harmony within their countries of residence.


                • njama njama 20 juin 10:42

                  source  : From Balfour to Obama

                  https://www.aljazeera.com/indepth/2010/11/20101161186926470.html

                  Traduit avec www.DeepL.com/Translator

                  ’Le problème de l’Europe’

                  Mais les Arabes palestiniens étaient la dernière chose qui préoccupait Balfour ou de nombreux autres politiciens britanniques. Il s’agissait avant tout de résoudre « un problème européen » et non d’aborder les droits d’un peuple autochtone. Il a également cherché à soutenir un empire britannique en déclin.

                  Balfour considérait l’établissement d’une patrie pour les Juifs de Palestine comme la meilleure solution à ce que l’on appelait communément le « problème juif » de l’Europe - une solution qui reflétait et incarnait la croyance antisémite centrale que les Juifs étaient un corps étranger causant des problèmes en Europe chrétienne.

                  M. Balfour était un antisémite connu qui, en tant que premier ministre, a appuyé et fait pression en faveur de la loi de 1905 sur les étrangers qui visait à freiner l’immigration des Européens de l’Est, en particulier des Juifs, vers la Grande-Bretagne.

                  Au fil des ans, il est devenu convaincu que le sionisme - le mouvement qui prônait l’établissement d’une patrie juive en Palestine - offrait une solution pratique au « problème juif ». Comme d’autres antisémites, il ne croyait pas que les Juifs appartenaient à l’Europe et estimait qu’ils constituaient une race et une religion distinctes qui ne pouvaient vivre en harmonie dans leur pays de résidence.


                • Jonas 20 juin 17:19

                  Sayed Hasan , le petit facteur du régime des Ayatollahs , devrait expliquer pourquoi le régime islamique qui se croit , fort, est pris de panique pour une seule musique du rappeur Sasy. 

                  << Gentlemen, c’est le titre , que l’on peut visualiser sur instagram, a pris une telle ampleur , que les responsables du régime ont haussé le ton. Le porte-parole adjoint du Parlement iranienne le député , Ali Motahari a appelé au renvoi des enseignants fautifs ( car des classes entières d’écoliers , filles et garçons ont repris le tube) et a demandé des comptes au ministre de l’Education . Celui-ci a nommé trois experts pour remonter à la source des vidéos et punir les responsables. 

                  Le régime ,des Ayatollahs , qui est frappé d’une crise économique grave , avec une jeunesse au chômage, de 24% , d’après les chiffres du gouvernement , ne peut tromper personne devant la pauvreté du peuple mis a part les apparatchiks du régime. Mais le peuple iranien , plus évolué et plus éduqué que les peuples arabo-musulmans ne cherche pas de bouc émissaire et met la crise sur le dos des Ayatollahs et de leur politique. 

                  Moi qui suis un sympathisant du peuple iranien et de sa formidable jeunesse , parce que connaissant ce peuple et son histoire , je pense que , si un jour un pays donnera le signal de sortir l’islam de ses ornières , l’Iran sera ce premier pays. Oui, je crois au courage de ce grand peuple , qui rejette l’obscurantisme et l’arriération de l’islam. Des amis Iraniens , ne comprennent pas qu’à Paris , on puisse tolérer des femmes voilées , alors que des femmes , jeunes et moins jeunes en Iran rejettent les injonctions des mollahs en sachant la sévérité du régime.  

                  Jeudi dernier j’ai manifesté devant l’Ambassade du régime islamique pour protester contre la condamnation de l’avocate NASRIN SOTOUDEH à 148 coups de fouet et à 33 ans de prison , pour un seul crime défendre des jeunes filles iraniennes qui ont eu le courage d’ ôter leur foulard . 

                  PS : Tout le monde sait que le régime des Ayatollahs fait partie des pays qui appliquent la peine de mort, il est juste derrière la Chine et devant l’Arabie saoudite. 



Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès