• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > On se trompe de transition énergétique

On se trompe de transition énergétique

La transition énergétique est à la mode. Politiques, médias et mouches du coche s’en donnent à cœur joie et laissent croire à un remplacement progressif des énergies fossiles émettrices de COet des énergies nucléaires qui font facilement peur, par des énergies renouvelables.

A contre-courant mais parfaitement logique, Jean Marc Jancovici rappelle dans tout le monde universitaire que vivre sur les énergies renouvelables a toujours été l’apanage de l’humanité avec son chauffage au bois, sa traction animale, sa marine à voile et ses moulins à eau et à vent. Il explique à juste titre que ce n’est que depuis que nous utilisons de l’énergie fossile que nous sommes devenus des supermen à nos propres yeux en multipliant par des milliers notre capacité énergétique grâce aux machines. Il montre aussi, croquis à l’appui, qu’aucune énergie n’en a jamais remplacé une autre et que les nouvelles énergies ne se sont chaque fois que surajoutées aux précédentes que l’homme a continué à consommer de plus en plus, tellement ses machines étaient énergivores. Le charbon n’a pas remplacé le bois que l’humanité a continué à consommer de plus en plus. Le gaz et le pétrole n’ont pas remplacé le charbon que l’humanité a continué à consommer de plus en plus. Le nucléaire n’a pas remplacé le pétrole et le gaz que l’humanité a continué à consommer de plus en plus.

Encore une fois à juste titre, Jancovici insiste sur le fait que l’énergie fossile n’est pas gratuite alors que nous ne payons que le prix de son extraction, de son transport, de sa transformation et les bénéfices de tous les acteurs de son cheminement. Nous ne payons pas la reconstitution en millions d’années de ce que nous consommons quotidiennement de façon croissante. Jancovici souligne que cet aveuglement était déjà celui de Jean-Baptiste Say qui écrivait en 1804 dans son Traité d’économie politique : « Les ressources naturelles sont inépuisables, car sans cela, nous ne les obtiendrions pas gratuitement. Ne pouvant être ni multipliées ni épuisées, elles ne sont pas l’objet des sciences économiques ».

Là où Jancovici fait lui-même exactement l’erreur qu’il reproche à Jean-Baptiste Say d’avoir fait il y a deux siècles, c’est quand il dit négligemment lors de sa très intéressante leçon inaugurale à SciencesPo le 29 août 2019 « Du pognon, il y en a plein » (à 2h13 sur les 2h24 de sa leçon). Il ne réalise pas que la monnaie est une énergie, qu’elle n’est pas plus gratuite que les autres, et qu’une fois de plus cette énergie voudrait remplacer les énergies précédentes et ne fait en fait que se surajouter sans faire baisser les autres.

L’énergie monétaire a en effet complètement changé sa source par un véritable triple saut en un peu plus de 50 ans, de 1944 à 2001. Jusqu’aux accords de Bretton Woods en 1944, toute monnaie avait toujours été liée à ce que le peuple qui l’utilisait voyait comme une richesse préexistante, généralement de l’or. La monnaie était la richesse du passé du peuple. C’est pour cela qu’en échange de la monnaie il donnait de lui-même. Les accords de Bretton Woods n’ont apparemment pas changé grand chose. Sous impulsion américaine ils ont lié les monnaies au dollar et le dollar à l’or. Cela restait cohérent à la condition que la FED n’imprime pas plus de dollars que le Trésor américain ne possédait d’or. Or la FED a imprimé 5 fois plus de dollars qu’il n’y avait d’or et Nixon a été obligé le 15 août 1971 de déconnecter en urgence le dollar de l’or pour endiguer la fuite de l’or américain que beaucoup, comme De Gaulle, venaient chercher contre des dollars. Mais le troisième saut de ce triple saut a été l’introduction de l’euro avec des équivalences avec les monnaies européennes antérieures en oubliant consciencieusement qu’elles n’étaient plus liées à rien par la décision américaine de 1971.

Depuis le 15 août 1971 et officiellement à partir de la création de l’euro, l’énergie monétaire ne provient plus d’une richesse passée reconnue comme cela avait toujours été le cas depuis l’aube des temps. Elle provient d’une richesse future totalement imaginaire et que l’on peut donc faire croître sans limite en l’espérant himalayenne, voire même perçant le ciel. Nous vivons globalement au-dessus de nos moyens grâce aux 200.000 milliards de dollars de dettes que nous avons. Ces dettes sont en réalité la source virtuelle et apparemment gratuite de la nouvelle énergie monétaire qui nous permet partout de faire n’importe quoi et de croire possible le libéral-libertarisme. Nous avons rajouté aux couches d’énergies que Jancovici décrit très bien et que nous continuons à consommer, une nouvelle énergie dont il ne parle pas comme d’une énergie, l’énergie monétaire. Nous consommons avec la monnaie, une énergie sans source connue. Nous la voulons gratuite et illimitée et nous le croyons possible puisque c’est une énergie qui nous vient du futur. Venant du futur nous pouvons l’imaginer à notre guise et c’est cette transition énergétique que nous vivons actuellement et dont nous n’osons pas parler parce qu’au fond de nous, nous n’en sommes pas très fiers.

La question que chacun devrait se poser aujourd’hui est de savoir s’il veut se dégager des faux rêves collectifs mondialisés et inatteignables que les médias, l’éducation nationale et les politiques ont mis dans les esprits. Ces rêves se nourrissent de l’énergie monétaire (donnez-nous les moyens). C’est en sortant de ces rêves et en réalisant que « la seule source de l’énergie monétaire est le travail humain et ses réalisations passées » (Bruno Lemaire), que nous pourrons faire en sorte que cette énergie monétaire soit à nouveau au service du peuple puisque c’est sa propre richesse, et qu’elle ne soit pas gaspillée au service d’un système que plus personne de sérieux ne défend vraiment.

L’énergie des chômeurs doit remplacer l’énergie monétaire venant de la dette. Mais cela commence par la compréhension et la maîtrise de l’énergie monétaire, puis par la compréhension que le chômage n’est pas le problèmes des entreprises mais celui des politiques. Sans quoi nous continuerons à faire toutes nos bêtises en douceur grâce à l’énergie monétaire qui fabrique les machines, et tant que les énergies précédentes seront encore disponibles pour les faire fonctionner.


Moyenne des avis sur cet article :  1.86/5   (7 votes)




Réagissez à l'article

149 réactions à cet article    


  • JC_Lavau JC_Lavau 9 octobre 2019 19:06

    « Energie », c’est déjà pris.


    • Marc Dugois Marc Dugois 9 octobre 2019 19:10

      @JC_Lavau

      Qu’est-on supposé comprendre ? 


    • JC_Lavau JC_Lavau 9 octobre 2019 19:43

      @Marc Dugois. La monnaie est la monnaie.
      L’énergie est l’énergie.


    • Marc Dugois Marc Dugois 9 octobre 2019 20:21

      @JC_Lavau

      Une énergie est une force en action et la force de la monnaie est difficilement discutable donc la monnaie est une énergie comme l’électricité. L’énergie électrique et l’énergie monétaire n’existent que par leurs origines.

      Ce qui est très surprenant c’est que chacun voit bien l’origine de l’énergie électrique mais que personne ne semble s’intéresser à l’origine de l’énergie monétaire.

      Une énergie sans source n’existe pas.


    • raymond 2 10 octobre 2019 08:33

      @Marc Dugois
      Quand ils auront coupé le dernier arbre, pollué le dernier ruisseau, pêché le dernier poisson.
      Alors ils s’apercevront que l’argent ne se mange pas.


    • Marc Dugois Marc Dugois 10 octobre 2019 08:49

      @kimonovert

      Ce que vous appelez galimatias n’est que la traduction du mot grec energeia.

      Même Wikipedia reprenant le Larousse écrit : Le mot français « énergie » vient du latin vulgaire energia, lui-même issu du grec ancien ἐνέργεια / enérgeia. Ce terme grec originel signifie « force en action », par opposition à δύναμις / dýnamis signifiant « force en puissance ».

      Mais vous avez le droit avec le vrai galimatias que vous venez de pondre, de refaire la langue française à vous tout seul. Mais soyez conscient que vous parlez plus de vous que du sujet.


    • Marc Dugois Marc Dugois 10 octobre 2019 08:51

      @raymond 2

      C’est vrai. Pas plus que l’électricité ou l’or.


    • doctorix doctorix 10 octobre 2019 15:51

      @kimonovert

      Quel galimatias ! Une énergie est une force ! Qui plus est en action...

      Reprenons : une force naît de l’accélération d’une masse...


      Mais quel foutu crétin, qui ne voit pas la force du symbole, et vient nous faire un cours de physique...
      A moins qu’il ne s’agisse juste de verbiage pour noyer le sujet...
      Voici d’ailleurs comment fonctionne un néotroll néocon : c’est très instructif :
      https://anticons.wordpress.com/2016/01/16/neotroll-comment-dejouer-les-manipulations-dun-cyberactiviste-neo-con/


    • Trelawney Trelawney 10 octobre 2019 08:09

      Bretten Woods, puis la « décision » américaine de 71 ne sont pas des accords, mais se sont imposés d’eux même.

      Pour préparer le nouveau monde capitaliste fait de consommation, il a fallu se doter d’une monnaie forte et stable (le dollar) et l’indexer sur l’or pour garantir sa stabilité à l’ancien monde (l’Europe des nations).

      Si vous faites l’erreur que monnaie rime avec fortune et si vous remontez le fleuve de ce qui fait la fortune mondiale, vous trouverez à l’origine les énergies fossiles ou renouvelables, les minerais et aussi dans une moindre mesure les produits alimentaires que l’on extrait du sol ou des océans. Car tout part de là.

      Ce sont les minerais, le pétrole, le charbon, les céréales, les bovidés etc qui produisent la fortune de base qui est ensuite transformée ou investie dans d’autres activités pour augmenter cette fortune globale.

      Lorsque vous admettez ce principe, il vous est évident que la globalité de ce qui l’on puise de la terre ne suffit pas à faire fonctionner cette économie planétaire. Aussi on décide d’hypothéquer le futur par le système d’emprunt en pensant à tort ou à raison que c’est le progrès technologique qui nous évitera la banqueroute.

      Comme il n’y a pas assez d’or pour garantir la totalité de la monnaie créée par l’emprunt, la déconnexion du dollar et de l’or c’est faite d’elle même, et l’or a été remplacé par la croissance qui est devenue le seul moteur de l’économie

      Pour faire perdurer ce système, nous sommes obligés de détruire la planète on consommant plus qu’elle ne peut produire et nous sommes obligés de capter par des moyens tells que la taxation, les locations avec ou pas de promesse d’achat, les abonnements divers, l’argent des particuliers (le seul argent réel) pour qu’il serve de garanti à l’argent de la dette. On est donc arrivé au bout du bout !


      • Marc Dugois Marc Dugois 10 octobre 2019 08:23

        @Trelawney

        Je suis d’accord avec ce que vous dites. Deux remarques me viennent :

        Quel pourcentage de la population a compris que la croissance n’est que l’augmentation des dépenses ?

        Quel pourcentage de la population est prêt à vivre moins agréablement en renonçant à consommer une énergie qui nous vient actuellement du futur avec la monnaie ?


      • Marc Dugois Marc Dugois 10 octobre 2019 11:22

        @San Jose

        Malentendu car je dis au contraire que nous devons faire travailler les chômeurs par ce qu’ils font de mieux ou de moins mal (suivant l’avantage comparatif de Ricardo que l’on applique qu’à l’extérieur) pour créer des richesses et pouvoir créer de la monnaie.

        La richesse doit être créée avant la monnaie et c’est cette inversion du temps très récente qui crée la monnaie avant la richesse en l« investissant » qui génère un problème insoluble. Toute discussion sur autre chose rate l’essentiel.


      • doctorix doctorix 10 octobre 2019 16:12

        @Marc Dugois
        A ce sujet, j’ai une pensée profonde...Oui, oui, ça m’arrive.
        Je crois que tout le mal est advenu quand on a cru avoir une bonne idée en remplaçant les poinçonneurs du métro par des portillons automatiques.
        Parce qu’il y a une partie de la population qui n’était pas bonne à autre chose, il faut en convenir.
        On a ainsi commencé à créer des chômeurs, au lieu de donner à chacun un rôle dans la société, fut-il tout petit.
        On a créé ainsi des mécontents et des malheureux à la pelle, et on a négligé le rôle annexe que remplissaient ces employés, à savoir la sécurité et leur rôle de lanceurs d’alerte.
        Il a donc fallu mettre en place des équipes de mercenaires qui ne remplissent pas la mission, faute de nombre, et des systèmes couteux de vidéosurveillance.
        Quand on fait la somme, le bilan est largement négatif. La sécurité est moins bonne, et le coût plus élevé, parce que le chômage, ça coûte à tout le monde.
        Il en est ainsi dans tous les secteurs, automobile par exemple, où le coût du chômage n’a pas été pris en compte dans l’automatisation.
        C’est ce qui arrive quand on pense aux actionnaires au lieu de penser aux hommes.
        C’est ainsi qu’on fabrique une société malade.


      • Trelawney Trelawney 11 octobre 2019 07:32

        @doctorix
        Il en est ainsi dans tous les secteurs, automobile par exemple, où le coût du chômage n’a pas été pris en compte dans l’automatisation.
        Cette réaction est quand même très étrange. Lorsque la France s’est dotée d’un système de protection sociale, le patronat de l’époque a demandé à ce que l’on ne taxe pas les salaires pour le financer, mais qu’on le fasse par l’impôt.
        Le CNR n’a pas voulu en entendre parler arguant sur le fait que la richesse des entreprises se fait sur le travail de ses employés. Ce qui est faux, car la richesse d’une entreprise se fait sur la valeur des produits qu’elle vend et pas sur sa capacité à les fabriquer.
        Résultat : On baisse les coût de production et le financement, c’est à dire les salaires, qui va avec.


      • Marc Dugois Marc Dugois 11 octobre 2019 08:15

        @Trelawney

        Ce que vous dites là est très intéressant car pour moi la richesse des entreprises ne vient que de ses clients et il n’est pas bon du tout de taxer le travail.

        C’est un sujet essentiel qui est très peu regardé.


      • Francis JL 11 octobre 2019 08:39

        @Trelawney
         
         Deux chose à savoir :
         
         à l’époque, le chômage était un accident de la vie professionnelle, et de ce fait, rare. Il était logique que les salariés soient solidaires de ceux d’entre eux qui avaient momentanément perdu leur emploi, et acceptent que leur salaires - leur part des richesses produites - soit amputé de leur contribution.

        Aujourd’hui le chômage est structurel et de masse. On ne peut guère faire payer ce chômage massif par les salariés dont la part est devenue exsangue : la part de la rémunération du travail a baissé de 15% pendant que la rémunération du capital augmentait de 33% !
         
        Le Capital ne veut pas assumer ses responsabilités flagrantes, et c’est ce que dit doctorix : le coût du chômage n’a pas été pris en compte dans l’automatisation.

         
        De fait il convient de dire et redire : les gains de productivité ont été entièrement accaparés par le Capital qui n’a pas créé d’emplois en quantité suffisante pour absorber le chômage de masse qui en a résulté.


      • Francis JL 11 octobre 2019 08:42

        @Marc Dugois
         
         ’’La richesse des entreprises ne vient que de ses clients et il n’est pas bon du tout de taxer le travail.’’
         

         Désolé, mais permettez moi de vous dire que votre « analyse » à ce sujet est pitoyable. C’est ça qu’on apprend à HEC ? Je comprends que la France soit réputée pour avoir la droite comprenez : la classe dirigeante la plus bête du monde.


      • Marc Dugois Marc Dugois 11 octobre 2019 08:49

        @JL

        C’est parfaitement vrai mais c’est tout l’équilibre d.u système qui est à revoir en prenant conscience que la production des entreprises ne devient richesse que si des clients viennent s"appauvrir pour transformer la production en richesse.

        Or la profusion scandaleuse de la monnaie qui devient une énergie gratuite avec les taux négatifs, fait que les clients abondent et les productions deviennent partout fausses richesses. Rien n’est dorénavant cohérent et les cerveaux aux commandes paniquent devant leur propre incompétence qui ne veut pas prendre le problème à la racine


      • Marc Dugois Marc Dugois 11 octobre 2019 08:53

        @JL

        Pour votre coup de pied de l’âne, je vous laisse votre appréciation. Il serait plus intéressant que vous nous expliquiez comment une entreprise peut être riche sans clients puisque cela semble être votre thèse.


      • Francis JL 11 octobre 2019 09:19

        @Marc Dugois
         
         ’’Coup de pied de l’âne’
         
        Voulez vous dire que vous êtes à la peine ? Ou bien que je suis un âne ? Sachez que les insultes sont les arguments de ceux qui ont tort : la réponse à la première question ci-dessus étant affirmative, la deuxième question est sans objet.
         
        Ceci dit : L’argent ne se mange pas. Une entreprise qui serait auto-suffisante — une ferme dans le Far West — n’aurait pas besoin de clients. Ceci devrait vous suffire comme réponse.
         
        Å votre tour, expliquez moi comment une entreprise pourrait être riche sans aucun collaborateur ? Même un flipper, un juke box dans un bistrot, une éolienne dans un champ, ... nécessitent de la main d’œuvre !
         
        « Un actionnaire, c’est-à-dire un homme bénéficiant de l’action des autres » Robert Sabatier 
         
        RS n’a pas dit : bénéficiant de l’argent des clients des autres !


      • Marc Dugois Marc Dugois 11 octobre 2019 09:45

        @JL

        Autant votre message de 8h39 était intéressant, autant celui de 8h42 était simplement agressif et méprisant, ce qui semble être une habitude chez certains. C’est tellement plus facile que d’accepter de réfléchir et de se remettre en question. Quand au coup de pied de l’âne c’est La Fontaine qui nous en a donné le sens.

        Parlons tout de même sérieusement.

        A force de ne rien définir ou de prendre ses propres définitions pour celles que tout le monde devrait avoir, on a les dialogues de sourds dont ce site est l’exemple.

        Une ferme auto-suffisante dans le Far-West est-elle une entreprise ? Pas pour moi puisqu’elle n’a comme objet social qu’elle-même. Une entreprise produit pour vendre.

        Pour produire, elle a besoin de ses salariés, de ses actionnaires et de ses fournisseurs. Sans eux pas de production. Mais cette production est-elle un déchet comme une bouse de vache ou un raté industriel, un encombrant comme un stock ou une richesse ?

        Pour moi ce n’est une richesse que si un client vient s’appauvrir pour acheter la production.

        Quant à Robert Sabatier dont je ne savais pas qu’il était parole d’évangile, il dit une phrase juste et très incomplète.

        Essayez de répondre courtoisement, cela sera exemplaire sur Agoravox.


      • Francis JL 11 octobre 2019 10:41

        @Marc Dugois

         

         Vous avez raison, restons polis.

         

        ’’Pour moi ce n’est une richesse que si un client vient s’appauvrir pour acheter la production.’

         

         Il s’appauvrit ? C’est une façon de parler, mais c’est pas faux si on lui a vendu du vent, de la m.

         

        ’’Une ferme auto-suffisante dans le Far-West est-elle une entreprise ? Pas pour moi puisqu’elle n’a comme objet social qu’elle-même. Une entreprise produit pour vendre. ’’

         

        Je vois bien qu’une « entreprise » entité entrepreneuriale qui n’est pas soumise à la comptabilité publique échappe à vos préoccupations.

         

         C’est curieux tout de même, cette profession de foi libérale qui énonce que seuls les échanges créent de la richesse, quand on sait que leur personnage mythique est Robinson Crusoé !


      • Francis JL 11 octobre 2019 10:45

        @Marc Dugois

         
         vous pourriez me dire comment vous complèteriez la phase citée de Robert Sabatier ?
         
         ps. Je n’ai cité le nom de l’auteur connu parce que c’est l’usage quand on emprunte un propos, mais seule compte ici la formule. Essayez de faire comme si elle était de moi.
         


      • Marc Dugois Marc Dugois 11 octobre 2019 10:52

        @JL

        C’est tout de même bizarre et plutôt triste cette façon conflictuelle de construire les échanges.

        Pour la phrase de Sabatier je la compléterai ainsi : « Un actionnaire, c’est-à-dire un homme bénéficiant de l’action des autres et de celle de son argent »


      • Francis JL 11 octobre 2019 11:11

        @Marc Dugois
         
         ’’C’est tout de même bizarre et plutôt triste cette façon conflictuelle de construire les échanges.’’
         
        « échanges » : encore un mot confondant.
         
        ’’Un actionnaire, c’est-à-dire un homme bénéficiant de l’action des autres et de celle de son argent ’’
         
         Tout à l’heure vous avez dit que les entreprises s’enrichissaient quand ses clients s’appauvrissaient.
         
         Vous voulez dire qu’un actionnaire c’est un surhomme par le fait que lui ne s’appauvrit pas quand il dépense son argent ?


      • Marc Dugois Marc Dugois 11 octobre 2019 11:56

        @JL

        Vous faites un concours avec Joletaxi pour savoir qui mélange le mieux quelques vérités de base avec la manie de faire dire aux autres les bêtises qu’ils ne disent pas mais dont vous avez besoin ?

        Même punition , même motif, je ne vous répondrai plus sur ce sujet.


      • Francis JL 11 octobre 2019 12:25

        @Marc Dugois
         
        à mon tour de parler de coup de pied de l’âne !

         Mais si je suis en peine, c’est parce que vous mélangez honteusement les deux sujets dont il est question ici cependant que vous avez forcément remarqué que sur le sujet qui nous oppose à Joletaxi nous disons la même chose. Cet amalgame ne vous honore pas.
         
         La vérité c’est que je vous ai mis face à vos contradictions sur le sujet de la création de richesses.
         
         Un échange commercial n’est pas une création mais un déplacement. Nuance. Si cet échange est porteur de création, cela dépendra de l’action du travail et non pas de l’échange en soi.


      • Marc Dugois Marc Dugois 11 octobre 2019 12:39

        @JL

        Evitez les « honteusement » ou « je vous ai mis face à vos contradictions » si vous voulez être pris au sérieux tout en gardant soigneusement votre anonymat. Ecrivez ce à quoi vous croyez vous, c’est cela qui peut être intéressant.

        Pour les richesses, il n’y a pas pour moi de création de richesses. Il n’y a que des créations de productions et la question très mal tranchée est de savoir quand une production devient richesse. Pour vous quand une production devient-elle une richesse ?


      • Francis JL 11 octobre 2019 13:03

        @Marc Dugois
         
         ’’si vous voulez être pris au sérieux tout en gardant soigneusement votre anonymat’’
         
         Je me moque d’être pris au sérieux : c’est ce que je dis qui compte, pas moi. Voilà pourquoi j’ai choisi un pseudo le plus neutre possible.
         
        Pour ce qui concerne le sens de création de richesses vs valeurs vs productions : si vous voulez continuer sur ce terrain on peut engager un débat sur les définitions de mots.
         
        Je n’aime pas jouer sur les mots, moi.


      • Marc Dugois Marc Dugois 11 octobre 2019 13:15

        @JL

        Je ne joue pas non plus sur les mots mais je m’en sers pour communiquer et j’aime bien y mettre le même sens que celui à qui je parle.

        Engageons en effet un débat sur valeurs productions et richesses.

        Nous sommes déjà d’accord sur un point : les entreprises produisent. Mais comment différencier un déchet, un encombrant et une richesse dans des productions ?


      • Francis JL 11 octobre 2019 13:35

        @Marc Dugois
         
         
         
        ’’comment différencier un déchet, un encombrant et une richesse dans des productions ?’’ S’il s’agissait seulement de répondre à cette question, je ne verrais pas la nécessité d’engager un débat sur le sens des mots.
         
        ’’Nous sommes déjà d’accord sur un point : les entreprises produisent’’
         
        Elles produisent par le fait du travail de leurs collaborateurs. Cette production qui est indubitablement ni encore une richesse ni déjà un encombrant ne se transforme en richesse des sous ! que par le fait du travail des vendeurs. J’en conclue que ce qui fait la richesse de l’entreprise c’est le travail.


      • Marc Dugois Marc Dugois 11 octobre 2019 13:42

        @JL
        Vous éludez la question. Certes les collaborateurs contribuent à la production comme les fournisseurs et les actionnaires mais qu’est-ce qui fait qu’une production est une richesse, un encombrant ou un déchet.

        Une vache produit des veaux, du lait et des bouses. Qu’est-ce qui est richesse et pourquoi ?


      • Francis JL 11 octobre 2019 14:19

        @Marc Dugois
         
         je ne vous ai peut-être pas fait la réponse que vous attendiez mais j’ai répondu du mieux que j’ai pu. Je n’aime pas tourner autour du pot.
         
         Vous dites : ’’Une vache produit des veaux, du lait et des bouses.’’
         
         Oui, une vache produit du lait. Ne vous inquiétez pas : le fermier sait très bien que s’il ne le vend pas, il peut le boire ; ou en faire du fromage.
         
         Une vache ne produit pas des bouses, elle défèque, comme tous les mammifères. Nuance. Si vous trouvez un moyen de valoriser les excréments, vous pourrez dire que la vache produit des bouses, et ça pourra faire votre fortune. En attendant, laissez ça retourner à la terre.
         
        Une vache vêle d’un veau parfois  ; là encore je fais confiance à l’éleveur, il ne jettera pas le bébé vache aux ordures ; il saura qu’en faire. Du travail, vous dis-je.
         
        Cela vous va-t-il comme réponse ?
         


      • BLemaire 11 octobre 2019 14:43

        @JL A propos de la phrase de Marc Dugois qui dit qu’un client s’appauvrit en achetant un produit. En fait, on ne parle pas de la même chose, chiffrer le PIB revient à chiffrer le négoce, si pas de négoce, c’est à dire pas d’échanges, pas de croissance du PIB, bien sûr
        Si j’achète quelque chose, je m’appauvrit en argent et je m’enrichit en produit, voilà la façon dont je comprends cette phrase. Tout cela pour dire qu’un pays peut être riche sans nécessairement vendre beaucoup de produits, mais, d’un point de vue PIB, bien entendu, il ne sera pas présenté comme tel
        Pour en revenir maintenant à la question monétaire, entre mars 2015 et Mars 2019 la BCE a plus que triplé la base monétaire (monnaie centrale), je ne suis pas sûr que le PIB ait progressé dans les mêmes proportions. Cela signifie, à mon avis, que c’est essentiellement de la FAUSSE MONNAIE qui a été ainsi injectée dans le système. Maurice Allais n’aurait pas dit autrement.


      • Francis JL 11 octobre 2019 15:12

        @BLemaire
         
         ’’Si j’achète quelque chose, je m’appauvrit en argent et je m’enrichit en produit, voilà la façon dont je comprends cette phrase.’’
         
         Vous croyez vraiment que je ne le sais pas ? Vous pourriez ajouter : si je fais une bonne affaire, je m’enrichit. Si j’en fais une mauvaise, je m’appauvrit. En outre, les produits que j’achète, le plus souvent fondent bien plus vite que la monnaie, si bien qu’en effet, je m’appauvris.
         
        Laissons si vous voulez bien ici, le PIB en dehors de nos petites discussions.
         
        Il serait bon de faire la nuance entre fausse monnaie et bulles financières, vous ne croyez pas ?


      • Marc Dugois Marc Dugois 11 octobre 2019 16:03

        @JL

        Vous écrivez à juste titre que c’est la valorisation qui transforme une production en richesse.

        Mais qui valorise, à combien et sur quels critères ?


      • Francis JL 11 octobre 2019 18:50

        @Marc Dugois
         
         non, je n’ai pas dis ça.
         
         Et si, au lieu de parler de richesses on parlait de profits ? C’est un gros mot ?
         
        J’ai au départ réagi à cette phrase : ’’La richesse des entreprises ne vient que de ses clients et il n’est pas bon du tout de taxer le travail.’’

         
         
        Le fait de vendre un bien que l’on a acheté, sans lui apporter la moindre plus-value, ça porte un nom : la spéculation. Le spéculateur se moque des problèmes de taxes sur le travail.


      • Julot_Fr 10 octobre 2019 08:31

        Le probleme est que les banques se sont accapare le droit de contrefaire l’argent (notamment rostshild 1973..). Et ils abusent de ce pouvoir. Tant qu on ne rend pas la presse a l etat (bon du tresor) Le peuple se fera encule


        • Marc Dugois Marc Dugois 10 octobre 2019 09:01

          @Julot_Fr

          Vous avez absolument raison pour une raison simple c’est que toutes les banques, y compris les banques centrales, ont un bilan équilibré et qu’elles émettent une créance à recouvrer chaque fois qu’elles créent de la monnaie. La monnaie créée par une banque est toujours un futur impôt sous une forme ou sous une autre.

          Seul l’État peut ne créer la monnaie qu’APRES que son peuple ait créé de la richesse. Encore faut il que ses rênes en soit données à des gens qui à la fois aient compris et soient honnêtes. C’est actuellement très dur à trouver.


        • Trelawney Trelawney 10 octobre 2019 09:15

          @Julot_Fr
          Le probleme est que les banques se sont accapare le droit de contrefaire l’argent (notamment rostshild 1973..). Et ils abusent de ce pouvoir
          La monnaie fabriquée par les banques nationales ou la BCE pour l’UE ne représente que 30% du total de la monnaie qui circule dans le monde.
          Les 70% sont des monnaie virtuelles créée par le crédit (l’argent des virements et des cartes bleues).
          Donc lorsque vous recevez votre salaire ou vos allocations, 70% de ce que vous recevez n’existe théoriquement pas, mais existera dans le futur lorsque les créances seront remboursées.
          Prenez l’exemple d’un ouvrier chez Renault qui reçoit son salaire tous les débuts de mois. Ce salaire provient de la vente de voitures. Ces voitures sont à 90% achetées à l’aide d’un crédit ou LOA. Donc ce salaire n’existe théoriquement pas et existera dans sa totalité dans 4 ans lorsque le LOA sera remboursé.

          Vous comprenez que l’on imprime ou pas de la monnaie, cela ne change rien à notre économie et le problème est beaucoup plus profond qu’une simple décision ou changement politique.

          Vous comprenez aussi que la stabilité des salaires est primordiale pour maintenir l’équilibre de la dette


        • zygzornifle zygzornifle 10 octobre 2019 08:59

          Tout cela n’est qu’une histoire de taxes , on se sert de tout pour récupérer un « pognon de dingue » sur le dos du citoyen martelé par des mensonges a répétition ....


          • Laulau Laulau 10 octobre 2019 09:12

            Beaucoup de vrai dans cet article sauf que l’auteur semble ignorer ce qu’est l’énergie, en fait il confond l’énergie et sa source. Par exemple, pour l’auteur, le nucléaire est une énergie, on parle bien énergie nucléaire, pas vrai ? Ben non, c’est le réacteur qui et nucléaire, l’énergie qui en sort c’est de la chaleur que l’on transforme en électricité.

            Je crois que c’est la même erreur qui le conduit à dire que l’argent est une énergie, ce qui est complètement idiot. La monnaie telle qu’on la conçoit aujourd’hui est une dette, d’ailleurs dans certains pays c’est encore écrit sur les billets de banque, par exemple : « payer 100 livres au porteur de ce billet »... de 100 livres, ce qui est aussi complètement absurde.


            • Trelawney Trelawney 10 octobre 2019 09:21

              @Laulau
              c’est le réacteur qui et nucléaire, l’énergie qui en sort c’est de la chaleur que l’on transforme en électricité.
              On ne va pas s’arrêter sur les détails techniques. L’électricité qui provient d’un réacteur nucléaire est vendue et permet à un pays qui le produit de stabiliser son économie, car c’est de cette argent que fonctionne les reste de l’économie (service, production, fabrication etc).
              Idem pour l’éolien, le solaire, le pétrole etc.
              C’est aussi pour cela que les pays producteurs de pétrole ont une économie plus stable que les autres. Ils ont l’énergie qui leur sert de garanti


            • Marc Dugois Marc Dugois 10 octobre 2019 09:23

              @Laulau

              Votre commentaire est intéressant. Il montre la difficulté du mot énergie qui peut être définie par sa source comme c’est en effet le cas pour l’énergie nucléaire, par son utilité comme c’est le cas pour l’énergie monétaire depuis Aristote, ou même par un regroupement de ses sources disparates comme pour l’énergie électrique.

              Mais la guerre des mots ne devrait pas empêcher de réfléchir au problème posé.


            • joletaxi 10 octobre 2019 09:43

              @Trelawney

              les pays producteurs de pétrole ont une économie plus stable que les autres.

              ben non justement, généralement ils n’ont pas d’économie, sauf leur rente pétrolière
              quant à leur stabilité, je suppose que c’est de l’humour matinal ?


            • Laulau Laulau 10 octobre 2019 09:52

              @Marc Dugois
              L’énergie dont on parle, celle que l’on peut acheter, n’a pas cinquante définition, c’est une notion de physique, pas d’économie. On peut acheter de l’énergie avec de la monnaie mais la monnaie n’est pas de l’énergie.


            • Laulau Laulau 10 octobre 2019 10:00

              @Trelawney
              L’électricité qui provient d’un réacteur nucléaire est vendue et permet à un pays qui le produit de stabiliser son économie.

              Oui et alors ? L’Argentine produit des bovins qui sont vendus ...... Vous en concluez que les bœufs sont de l’énergie ? Un bœuf ça fait combien de kWh ?


            • Marc Dugois Marc Dugois 10 octobre 2019 10:14

              @Laulau

              C’est l’énergie dont vous parlez qui ne se chiffre qu’en kwh qui est une notion de physique et pas d’économie.

              L’énergie c’est n’importe quelle force en action et la dynamique c’est n’importe quelle force potentielle.

              Il est dommage qu’on n’enseigne plus le français à l’école, cela manque pour véhiculer les idées. Chacun met ce qu’il veut sous n’importe quel mot. Cela ne facilite pas les échanges !


            • Laulau Laulau 10 octobre 2019 13:54

              @Marc Dugois
              Mais c’est vous qui entretenez la confusion en parlant de transition énergétique alors que vous voulez, en fait, parler du système monétaire.


            • BLemaire 11 octobre 2019 14:49

              @Marc Dugois Parler d’énergie monétaire, même si cela est justifié, paraît contrarier beaucoup d’intervenants. Cette contrariété, ou cette posture (difficile de faire boire quelqu’un qui n’a pas soif) fait oublier l’essentiel, quelle est la source de la monnaie, est elle inépuisable, ou bien cette monnaie ne se transforme t’elle pas, en perdant sa qualité intrinsèque qui serait de représenter la richesse passée, le travail humain valorisé à son juste prix.
              Tout se passe comme si ce liquide (pour ne pas dire ces liquidités) pour reprendre l’analogie avec ce qui vient d’une source, se transformait peu à peu en un flux de plus en plus imbuvable, peu à peu, sans que quiconque ne veuille s’en apercevoir


            • joletaxi 11 octobre 2019 14:52

              @BLemaire

              ah la philo... a des années lumières des basses besognes comptables, c’est gratifiant non ?


            • BLemaire 11 octobre 2019 15:08

              @joletaxi Il y a longtemps qu’on ne m’avait pas traité de philosophe, cela me rajeunit (matheux, économiste, informaticien, parfois, philosophe, jamais depuis mes jeunes années, assez lointaines)
              Mais je suis d’accord sur la comptabilité, ce n’est pas excitant, mais parfois utile, ne fut ce que pour regarder le bilan de la banque de France ou, en tant que chef d’entreprise, pour s’interroger sur la réussite, ou non, de son activité


            • joletaxi 10 octobre 2019 09:40

              tiens, il y avait longtemps

              la création monétaire ex nihilo par les banques,une valeur sure

              et la monnaie adossée à l’or, un plus

              on creuse le sol pour extraire un métal que l’on remet dans un autre trou creusé pour la circonstance,

              bref...tremblez bonnes gens, avec en plus le dérèglement climatique qui risque de cramer les billets sous le matelas

              au fait, il repose sur quoi le bitcoin ?


              • Marc Dugois Marc Dugois 10 octobre 2019 09:50

                @joletaxi

                Parler monnaie sans avoir compris que la richesse n’est qu’un regard commun, éventuellement éphémère, sur quelque chose de collectivement apprécié, esr en effet extrêmement difficile.

                Ce que je constate tout de même avec regret c’est le ton facilement agressif, acerbe, méprisant de beaucoup de commentaires dont je ne vois pas toujours ce qu’ils apportent au débat.


              • joletaxi 10 octobre 2019 09:53

                @Marc Dugois

                en préambule je repose la question jamais éclaircie coutumière avec ce genre d’article

                expliquez moi comment une banque inscrit à son bilan de la monnaie créée ex nihilo par un prêt ?

                après on pourra discuter utilement du rôle moteur de la monnaie dans l’économie


              • nono le simplet nono le simplet 10 octobre 2019 09:59

                @joletaxi
                expliquez moi comment une banque inscrit à son bilan de la monnaie créée ex nihilo par un prêt ?

                toutes les entreprises font de même ... c’est de comptabilité


              • nono le simplet nono le simplet 10 octobre 2019 09:59

                @nono le simplet
                c’est de la comptabilité


              • joletaxi 10 octobre 2019 10:04

                @nono le simplet

                ah bon ?

                j’ai raté quelque chose alors, car je n’ai jamais réussi à créer de la monnaie dzans les bilans des sociétés que j’ai eues à connaître ?

                expliquez nous donc les écritures comptables que fait la banque pour créer la monnaie ex nihilo, cela va être intéressant


              • Marc Dugois Marc Dugois 10 octobre 2019 10:05

                @joletaxi

                C’est très simple. Une banque a un bilan toujours équilibré au centime près entre son actif et son passif.

                En faisant un prêt elle inscrit simultanément à son passif, la somme prêtée

                à disposition de l’emprunteur, et à son actif la même somme à recouvrer sur l’emprunteur. La banque crée l’argent qui sera détruit au remboursement.

                La difficulté c’est que globalement les emprunts ne sont remboursés que par de nouveaux emprunts plus importants, ce qui débouche sur la dette mondiale actuelle de 200.000 milliards de dollars que personne ne sait comment elle pourrait être remboursée puisqu’elle ne fait que croître. Nous vivons sur une énergie future qui n’existera pas.


              • nono le simplet nono le simplet 10 octobre 2019 10:12

                @Marc Dugois
                Une banque a un bilan toujours équilibré au centime près entre son actif et son passif.

                n’importe quel bilan comptable de n’importe quelle entreprise est équilibré passif/actif ... c’est impossible qu’il ne le soit pas ... sinon il est faux 


              • joletaxi 10 octobre 2019 10:15

                @Marc Dugois

                En faisant un prêt elle inscrit simultanément à son passif, la somme prêtée

                à disposition de l’emprunteur, et à son actif la même somme à recouvrer sur l’emprunteur

                toujours la même rengaine

                tentez une fois pour toutes d’assimiler qu’il n’y a pas de valeurs disponibles au passif d’un bilan
                la seule rubrique qui permet de faire des transactions monétaires se trouve justement au poste « valeurs disponibles »à l’actif d’un bilan
                il est impossible de mettre en paiement une somme à partir du passif d’un bilan.


              • joletaxi 10 octobre 2019 10:24

                @nono le simplet

                là je dois dire que l’on a bien avancé


              • Marc Dugois Marc Dugois 10 octobre 2019 10:36

                @joletaxi

                Là ce sont les bases de la comptabilité qu’il faut reprendre. Un bilan est une image chiffrée de l’entreprise. Au passif, d’où vient l’argent (capital, emprunts, fournisseurs qui ont livrés mais qui ne sont toujours pas payés, etc). A l’actif, où est l’argent (immobilisations, stocks, clients livrés mais qui n’ont pas encore payé, argent en banque, etc).

                Lorsqu’une banque fait un prêt, elle crée l’argent et l’inscrit à l’actif du compte courant de l’emprunteur qui va pouvoir faire des chèques ou des virements. Mais le compte courant de l’emprunteur est inscrit au passif de la banque puisque c’est une dette de la banque. En même temps la banque l’inscrit à son actif car, pour détruire l’argent qu’elle vient de créer, il faut qu’elle le récupère (plus intérêts) sur l’emprunteur sur la durée du prêt.


              • nono le simplet nono le simplet 10 octobre 2019 10:41

                @Marc Dugois
                Un bilan est une image chiffrée de l’entreprise.

                absolument ! c’est l’état de l’entreprise ... un élément d’analyse de sa santé et son activité ...


              • joletaxi 10 octobre 2019 10:45

                @Marc Dugois

                tentons de rester clair,

                la banque fait un prêt,
                elle crée l’argent et l’inscrit au compte courant de l’emprunteur à l’actif de son bilan ?
                et elle l’inscrit également au passif puisque c’est une dette de la banque ?
                vraiment ?
                si la banque inscrit la somme au compte courant de l’emprunteur à l’actif de son bilan, elle n’a plus de dette vis à cis de son client, logique non ?
                 je ne vais pas vous donner 100 balles et en même temps vous signer un papier par lequel je vous dois 100 balles ?
                si ?
                et elle l’inscrit également à l’actif de son bilan ?
                donc elle inscrit 2 fois la somme à l’actif, et une fois au passif... vous avez dit bizarre ?


              • nono le simplet nono le simplet 10 octobre 2019 10:55

                @joletaxi
                lol t’es aussi bon en compta que dans d’autres domaines


              • Marc Dugois Marc Dugois 10 octobre 2019 10:56

                @joletaxi
                Non la banque l’inscrit à l’actif du compte courant de l’emprunteur mais à son passif à elle puisque c’est de l’argent qui n’existait pas.

                Il ne faut pas mélanger deux équilibres différents. Un équilibre entre l’actif de l’emprunteur (ce dont il est crédité) et le passif de la banque (ce qu’elle a créé et qu’il faudra détruire). Et un autre équilibre entre le passif de la banque et son propre actif (ce qu’elle doit récupérer sur l’emprunteur).


              • joletaxi 10 octobre 2019 11:23

                @Marc Dugois

                c’est dommage car vous étiez bien parti,

                nous sommes d’accord, pour que la somme soit à la disposition de l’emprunteur ,elle doit se trouver à son compte de valeurs disponibles ouvert à son nom dans le compte bancaire de la banque.

                c’est un progrès

                il ne faut pas mélanger 2 équilibres ?
                ah bon ?
                il y aurait donc différents équilibres dans un bilan ?

                de toute façon, vous avez inscrit 2 fois une somme à l’actif,et une fois au passif

                comment faire ?

                vous aviez presque bon pourtant
                quand la banque accorde le prêt, elle entre en possession d’un bout de papier, qui a la valeur faciale de la somme empruntée, comme elle aurait pu par exemple acheter des fixe chaussettes
                elle inscrit donc cette créance qu’elle a sur vous à son actif
                mais comme vous n’avez pas encore la somme, elle l’inscrit également au passif à un compte ouvert à votre nom, dans les dettes à court moyen terme, elle n’a pas encore payé ,comme pour les fixe chaussettes,

                Elle crée également une ligne à votre nom dans sa liste de comptes bancaires, qu’elle crédite de la somme.qui devient disponible
                et comme, dès que vous aurez retiré la somme, elle aura apuré sa dette envers vous, elle débite votre compte de passif qui est maintenant à zéro
                et au bilan, il y a bien un crédit à l’actif ,la créance, et à l’actif un débit, la somme que vous avez retiré du compte banque de la banque.


              • Marc Dugois Marc Dugois 10 octobre 2019 11:52

                @joletaxi

                Quand un élève ne comprend pas, ce n’est pas forcément que le prof est mauvais !
                Non il n’y a pas deux équilibres dans un bilan mais il y a un équilibre entre le passif du bilan de la banque et l’actif du bilan de l’emprunteur. Ce ne sont pas les mêmes bilans. L’actif de l’emprunteur est le passif de la banque.

                C’est inscrit une fois au passif de la banque puisque c’est de l’argent créé qu’il faudra détruire, une fois à l’actif de la banque parce que pour le détruire il faudra le récupérer chez l"emprunteur, une fois à l’actif de l’emprunteur pour qu’il puisse en faire ce qu’il veut. Et une fois au passif de l’emprunteur car il devra rembourser.


              • joletaxi 10 octobre 2019 12:26

                @Marc Dugois
                ah bon, il y a plusieurs bilans dans le bilan de la banque ?

                Et une fois au passif de l’emprunteur car il devra rembourser.

                vraiment ?
                voilà qu’une créance se retrouve au passif ?
                la banque ne doit rien à l’emprunteur, c’est juste le contraire
                au passif, tout ce que la banque doit.....

                et quelque soit la pirouette, il n’y a pas de « bilan » entre comptes, ils font tous partie du même bilan

                n’importe quoi

                allez, faites nous plaisir, donnez nous les écritures que la banque va inscrire à son bilan, lorsqu’elle accorde le prêt

                soit joletaxi emprunte 100 euros à la banque Dugue

                quelles seront les écritures ?


              • Aristide Aristide 10 octobre 2019 12:37

                @nono le simplet

                absolument ! c’est l’état de l’entreprise ... un élément d’analyse de sa santé et son activité ...

                Ouahh, la comptabilité par le nul .... c’est le compte d’exploitation qui rend compte de l’activité, des produits et des charges. Le bilan n’est qu’un constat d’une situation arrêtée à un moment donné


              • Marc Dugois Marc Dugois 10 octobre 2019 13:17

                @Aristide

                C’est exact. Le compte d’exploitation est le film d’une période entre deux photos que sont les bilans à une date donnée.


              • Aristide Aristide 10 octobre 2019 14:07

                @Marc Dugois

                C’est inscrit une fois au passif de la banque puisque c’est de l’argent créé qu’il faudra détruire, une fois à l’actif de la banque parce que pour le détruire il faudra le récupérer chez l"emprunteur, une fois à l’actif de l’emprunteur pour qu’il puisse en faire ce qu’il veut. Et une fois au passif de l’emprunteur car il devra rembourser.

                C’est bien compliqué.... Débit et crédit sur le même compte de l’emprunteur ? Idem pour la banque ? Allons, ....

                Comme il s’agit de création monétaire les écritures sont simples,. A la date d’accord du prêt et de la mise à disposition des fonds :
                 augmentation du crédit du compte du client du montant du prêt, compte qui est au passif de la banque. Le client en fera donc usage et la banque constatera les débits sur ce compte : achats, investissements, calmants pour la brouette, ...
                 création d’une créance au débit qui sera donc inscrite à l’actif de la banque. Pour une banque la créance d’un tiers est bien un actif. Comme une dette client ( compte 411) pour une entreprise

                 Au fur et à mesure du remboursement, le compte du client est débité des échéances pour le principal et le compte de la créance enregistrée est créditée Pour les interets ils sont débités du compte client et crédités sur le compte des interets reçus de la banque.

                La monnaie ainsi créée diminue tout au long de l’amortissement par le client, à la fin elle a disparue. La banque a gagné les interets. Attention,ce mécanisme est réservé aux banques commerciales de dépôt, les organismes de crédit n’ayant aucun dépôts clients ne sont pas autorisés, ils doivent emprunter sur le marché.


              • joletaxi 10 octobre 2019 14:20

                @Aristide

                — augmentation du crédit du compte du client du montant du prêt, compte qui est au passif de la banque. Le client en fera donc usage et la banque constatera les débits sur ce compte : achats, investissements, calmants pour la brouette,

                il n’y a pas de valeur disponible au passif d’un bilan
                vous ne pouvez transférer de l’argent à partir d’un compte de passif
                seul le compte valeur disponibles permet des transferts d’argent


              • joletaxi 10 octobre 2019 14:22

                @joletaxi

                juste pour le fun, un compte client (ce que l’on doit à la société) est à l’actif du bilan


              • nono le simplet nono le simplet 10 octobre 2019 14:25

                @joletaxi
                vous ne pouvez transférer de l’argent à partir d’un compte de passif

                 smiley smiley


              • Francis JL 10 octobre 2019 14:54

                @joletaxi
                 
                 ’’un compte client (ce que l’on doit à la société) est à l’actif du bilan’’
                 
                 « l’on » ? Qui ça, « l’on’ ?
                 
                  »la société«  ? Quelle société ?
                 
                Vous dites que cette »chose" non définie par vous est à l’actif du bilan ? Du bilan de qui parlez vous ?
                 
                Pas clair, tout ça !


              • joletaxi 10 octobre 2019 14:59

                @JL

                on gagnerait beaucoup à ce que ce site accepte les bandes dessinées


              • joletaxi 10 octobre 2019 15:00

                @nono le simplet

                c’est ce qui s’appelle rire bêtement ?
                ah oui, c’est ça


              • Aristide Aristide 10 octobre 2019 15:20

                @joletaxi

                juste pour le fun, un compte client (ce que l’on doit à la société) est à l’actif du bilan

                Pour une banque, les dépôts sont un ressource et sont donc au passif, les découverts à l’actif ils sont un emploi ... Bilan cher ami, bilan ....


              • joletaxi 10 octobre 2019 16:11

                @Aristide

                bilan cher ami dit-il....

                lorsque vous déposez de l’argent à la banque, vous le déposez sur le compte financier de la banque, qui est inclus dans le compte de valeurs disponibles, et qui est bien à l’actif
                et en contrepartie, vous inscrivez la somme à un compte de pâssif, ici les dettes à court et moyen terme, à un compte au nom du déposant.
                encore une fois, mais c’est dur dur hein
                à l’actif ce que la société possède, les fixe chaussettes comme les créances
                et quand un client vous achète des fixe chaussettes( le client est celui qui vous achète quelque chose) et qu’il n’ a pas encore payé, on crée une ligne à son nom à l’actif, dans le compte des créances

                et l’emprunt de Mr. Dugue sera inscrit à l’actif, comme une créance gagée à date certaine, dans les créances à long terme, et vous joindrez au bilan, une annexe avec la liste des sécurités qui sont accolées à ce type de créance

                les découverts sont un emploi créons des découverts cela va faire baisser le chomage
                je regrette mais cette phrase est incompréhensible


              • Marc Dugois Marc Dugois 10 octobre 2019 16:25

                @joletaxi
                Vous écririez sans doute moins d’inexactitudes si vous vous répétiez qu’un bilan est une photo et le compte d’exploitation, un film.
                Par construction aucun mouvement n’existe dans un bilan. Le mouvement a eu lieu dans le compte d’exploitation précédent ou aura lieu dans le compte d’exploitation suivant.


              • doctorix doctorix 10 octobre 2019 16:30

                @joletaxi
                Tout ça est bien compliqué. Et pourtant on peut faire simple, la complication n’étant faite que pour embrouiller et escroquer.
                Le principe de la banque est de prêter de l’argent qu’elle n’a pas et de prendre un intérêt dessus.
                Si encore elle l’avait, cet argent, on pourrait parler d’usure, ce qui n’est pas glorieux, et est interdit par toutes les religions.
                Mais comme elle ne l’a pas, on peut parler de vol, tout simplement.
                Vol d’autant plus remarquable qu’en cas de faillite, elle reportera sa dette sur la société entière, au principe de « too big to fail ».
                Je prends votre argent, et vous prenez les risques, telle est la devise des banques.
                C’est pourquoi il faut remettre entre les mains de l’Etat la création monétaire, de toute urgence, et interdire ces créations virtuelles, sauf si c’est l’Etat qui tient les cartes.
                Et nationaliser les banques qui ont failli au lieu de les renflouer.
                Cela figure d’ailleurs dans le programme de l’UPR.
                Tiens donc...


              • joletaxi 10 octobre 2019 16:35

                @Marc Dugois

                je remarque que vous êtes un ancien de HEC
                et cela m’inquiété

                vous avez géré des sociétés ?
                moi oui

                toutes les écritures qui constatent des mouvements sur les comptes d’une société sont inscrites dans le grand livre journal, que ce soient des transactions commerciales des paiements de salaires ou des achats de fixe chaussettes.
                elles font partie intégrante du bilan, qui est la sommes de toutes les opérations

                Par construction aucun mouvement n’existe dans un bilan.

                ah bon

                quand la société achète des fixe chaussettes(j’aime bien) elle écrit dans le grand livre

                immobilisés, matériel, fixe chaussettes 12 euros

                et en contre partie /////////////////////////////////////////////////////////// à caisse 12 euros

                le bilan de la société a bien été modifié

                curieux que vous ayez du mal avec la comptabilité analytique

                sinon, où en sont nos écritures

                Joletaxi emprunte.....


              • joletaxi 10 octobre 2019 16:44

                @doctorix

                la banque prête de l’argent qu’elle n’a pas

                bien évidemment, puisqu’elle le prend sur vos comptes, ou bien si elle l’emprunte elle même auprès d’une autre banque qui dispose de liquidités

                en cas de faillite, elle sera liquidée
                lors de la crise de 2008, aux USA, ce sont dix banques par semaine qui ont été liquidées, ne parlons même pas des fonds de placement, cela a été un varnage

                il faut remettre la création monétaire dans les mains de l’état
                mais cela a toujours été le cas, ce sont les gouvernements qui font les règles, les banques tentent d’en tirer le meilleur parti
                Ce qui se passe actuellement est très risqué, car ce sont les états qui s’endettent, et qui faussent le marché de la dette.

                Une autre particularité qui a aggravé la crise de 2008 aux USA, est le fait que vous pouviez, et pouvez encore, mettre fin à votre emprunt en restituant le bien acheté avec l’emprunt.
                Des tas de proprios, voyant la chute de valeur de leur bien, ont cessé de rembourser des prêts qui valaient 2 ou 3 fois la valeur de leur bien, ce qui n’avait plus aucun intérêt.
                Mais ce sont les gouvernements qui font les lois, pas les banques


              • Marc Dugois Marc Dugois 10 octobre 2019 16:48

                @joletaxi

                Toutes les écritures sont dans le grand livre, qu’elles soient destinées à un compte de bilan ou à un compte d’exploitation. Je ne doute pas que vous ayez dirigé des sociétés mais vous deviez avoir un comptable qui savait tout ça.

                Souvenez-vous : bilan photo, compte d’exploitation film.


              • joletaxi 10 octobre 2019 16:59

                @Marc Dugois

                cela devient lassant

                le compte d’exploitation regroupe les opérations liées à l’activité statutaire de la société, et permet d’établir un résultat brut d’exploitation

                mais si vous faites un bilan instantané,sans tenir compte d’un compte de résultat, apparaîtra une différence bilantaire qui sera corrigée par l’imputation au compte de pertes et profits de cette différence

                toutes les opérations qu’effectue une société sont dans le bilan, et l’on peut retracer l’historique de tous les comptes tels qu’il a été écrit au jour le jour


              • doctorix doctorix 10 octobre 2019 17:26

                @joletaxi

                ou bien si elle l’emprunte elle même auprès d’une autre banque qui dispose de liquidités
                Pas besoin se liquidités, ni d’or.
                Il suffit d’une écriture comptable, qu’on fera correspondre à une autre écriture comptable sur une autre banque, etc...
                Le taux de réserve est le pourcentage de l’argent prêté dont la banque doit pouvoir disposer immédiatement.
                Ce taux de réserve est de 1% !!!
                C’est-à-dire que 99% de l’argent qu’elle prête, elle ne l’a pas, comme je le disais.
                Mais prenez un petit cours ici, ça ne peut pas vous faire de mal :
                https://www.youtube.com/watch?v=7Ggaw1fzENo
                Il y a 4 épisodes, et vous allez déchanter...
                Si la banque qui vous prête emprunte à une autre banque, celle-ci à son tour n’aura besoin que de 1% de la somme qu’elle va prêter.
                A la fin des comptes, il n’y a absolument aucun argent en possession des banques.
                Mais elles prêtent quand même.
                Ca vous parait invraisemblable ?
                A moi aussi.


              • Marc Dugois Marc Dugois 10 octobre 2019 17:37

                @doctorix @joletaxi

                Et c’est pourtant la stricte vérité.


              • joletaxi 10 octobre 2019 18:01

                @doctorix

                mais oui, mais oui

                pour commencer ces infos datent
                les banques sont tenues d’avoir en fonds propres(enfin, vous voyez ce que je veux dire hein....) 11% des encourts

                et bien entendu, la banque ne prête pas spécialement son argent, mais en réalité celui de ses clients, qu’elle rémunere(ait) pour cela.
                donc ,la banque ne pourra prêter au delà de ce ration , mais en plus, elle sera limitée par le total de ses dépots, et de sa capacité à emprunter auprès d’autres banques.
                le marché interbancaire brasse des milliards à la minute, j’ai un bon copain qui a fait fortune dans ce secteur.

                donc, une fois que les « caisses sont vides », quele banquier du coin ne vous ouvre pas la porte, plus d’octroi de crédits possibles, ce qui s’est passé en 2008.

                comment croyez-vous que la banque fasse faillite avec de l’argent virtuel ?


              • doctorix doctorix 10 octobre 2019 18:28

                @joletaxi
                Bon, vous n’avez pas pris le temps de regarder les vidéos (en fait il n’y en a que trois de 15’).
                Et donc vous restez dans l’ignorance, et vous vous y complaisez.
                Vos 11% ne veulent rien dire du fait que l’argent peut être emprunté à une autre banque qui n’aura besoin que de 11% pour couvrir la première.
                Dès le premier accroc au système, et ça approche tous les jours, vous verrez tout le système s’effondrer comme en 29.
                Quand vous ferrez la queue à votre banque pour récupérer votre argent, il sera trop tard pour pleurer et vous trouverez guichet fermé.
                Votre copain a profité du système, mais ce système fera d’innombrables victimes.
                C’est un escroc légal.


              • doctorix doctorix 10 octobre 2019 18:40

                @joletaxi
                En fait, si tous les humains réclamaient leur argent à leur banque le même jour, au moins 95% des gens n’auraient rien du tout.
                C’est pourquoi il faut sérieusement envisager d’acheter de l’or ou des biens immobiliers.
                Du réel, et pas du virtuel.
                Parce que l’argent d’aujourd’hui ne repose sur rien, et ne vaut rien du tout.


              • joletaxi 10 octobre 2019 18:56

                @doctorix
                je vous ai expliqué que la banque prête en dehors d’éventuellement des fonds propres, les dépots de ses clients, et les emprunts que lui consentent leurs collègues, dans la limite bien sur de leurs disponibilités.
                Donc,la limite des prêts accordés ne peut dépasser l’argent « circulant »
                c ’est d’ailleurs tout le bénéfice du système puisque grâce aux banques, tout l’argent, et partant les richesses accumulées ,sont remises en circulation .
                Bien entendu, cela fonctionne tant que les prêts sont remboursés, et que les garanties accolées restent valables.


              • Marc Dugois Marc Dugois 10 octobre 2019 19:02

                @joletaxi

                Vous aurez du mal à expliquer quelque chose qui est faux. Les banques créent l’argent qu’elles prêtent et n’ont absolument pas besoin pour cela d’en emprunter à d’autres banques ou d’en recevoir de leurs clients.

                Si vous refusez de regarder les faits tels qu’ils sont, personne ne vous aidera jamais à sortir de votre erreur.


              • joletaxi 10 octobre 2019 19:16

                @doctorix

                bien sur que si un pourcentage (même réduit) de clients veut retirer son depot, cela va mal se terminer
                lors de la crise grecque, il a fallu dépêcher en urgence des camions de billets.

                c’est d’ailleurs un paradoxe, que l’on accuse les banques de créer de la monnaie ex nihilo, ce qui ,si cela était possible, n’aurait aucune incidence en cas de sinistre, alors qu’en toute tranquillité, elles utilisent, sans demander votre avis votre argent durement gagné ,dans des opérations que vous ne feriez pas vous -même

                et la vraie question, c’est évidemment le paiement des intérêts, qui eux sont bel et bien, la valeur ajoutée.
                Tant qu’il y a croissance, on peut espérer que la création de richesses à partir d’emprunts, va couvrir les intérêts.
                Mais si la croissance disparaît, les intérêts seront ponctionnés sur la valeur des actifs constitués, donc appauvrissement.
                et un retournement de la croissance de la population est un problème que tout le monde semble ignorer, cela aurait des conséquences imprévisibles, et cette fois, une obligation d’inventer un nouveau système

                https://rclutz.wordpress.com/2019/08/17/too-many-people-or-too-few/

                de la terre ?
                que ferez vous de la terre, à part cultiver vos tomates, en cas de crise grave, il n’y aura plus d’acheteurs, cela ne vaudra plus rien(cas de l’immobilier aux USA en 2008
                de l’or ?
                mais munissez vous d’un armement dissuasif, car en cas de crise grave, si’il se dit que vous payez avec de l’or, je ne donne pas cher de votre peau, en trucide déjà pour un iphone.

                non, la situation est précaire, mais elle l’a toujours été.
                C’est pourquoi, les grandes manoeuvres de la transitude heureuse sont particulièrement dangereuses, et porteuses de crises graves.,d’autant que pour les financer, les états vont avoir recours massif aux emprunts.

                Greta n’a pas sa jeunesse volée, mais elle risque fort d’avoir une dette abyssale pour tout avenir


              • joletaxi 10 octobre 2019 19:22

                @Marc Dugois

                Mr Dugois, il y a un moyen bien simple de me convaincre,

                donnez nous les écritures que la banque inscrit dans ses livres lors d’un prêt

                jusqu’ici, vous avez juste essayé de noyer le poisson, avec un goulbi goulba sans fondements

                vous n’avez visiblement aucune compétence en matière de gestion comptable d’une société, ce qui est curieux quand on sort de HEC

                mais ce marronnier est très solide, comme le nuage de Tcherno, ou le dérèglement climatique


              • BLemaire 10 octobre 2019 20:56

                @joletaxi La compréhension des mécanismes monétaires, pourtant extrêmement simples dans leur principe, semble absente de la plupart des commentaires de l’excellent article de Marc Dugois, non seulement ancien HEC mais avocat et expert comptable. Le fait que les banques privées prêtent beaucoup plus que l’argent dont elles disposent (les crédits font les dépôts) semble ne pas être connu, en dépit de ce que les experts de la Banque de France ou de la Banque d’Angleterre finissent par avouer, quand on insiste.
                C’est bien dommage (je ne suis qu’ancien Doyen associé d’HEC, docteur en mathématiques et en économie, il m’a donc fallu un peu de temps pour comprendre que Marc Dugois avait raison)
                En ce qui concerne l’énergie, je trouve par ailleurs étrange que l’énergie soit systématiquement confondue avec l’énergie électrique (comme si tout devait s’exprimer en KWh) La définition initiale de l’énergie utilisée par Marc Dugois me semble correcte, même si, effectivement, l’énergie monétaire n’est pas exprimée directement en joules !
                Très cordialement, B.L.
                P.S. Les dettes vertigineuses qui sont en train de s’accumuler sur nos têtes et celles de nos enfants (et, dans mon cas, sur celle de mes petits enfants) semble un sujet suffisamment sérieux pour qu’on ne s’insulte pas à longueur de billet


              • BLemaire 10 octobre 2019 21:04

                @joletaxi De quoi parlons nous aurait dit Joffre.
                Parlons donc des comptes à vue d(in particulier, JoLincredule, qui sollicite un prêt de 100 000 euros
                Au bilan de sa banque, il y aura, au passif, 100 000 (dépôt à vue du client) et à l’actif, soit une reconnaissance de dette de JoLincredule, soit toute autre garantie acceptée par la banque
                Si JoLincredule tient une comptabilité, il aura, inversement, à son actif, en trésorerie, 100 000 euros, et à son passif une dette (ce qu’il doit à la banque)
                Cela va, pas trop difficile ?
                (Je n’entre pas ici dans la distinction entre flux et stocks, disons pour simplifier que le bilan est fait chaque jour !)


              • joletaxi 10 octobre 2019 23:59

                il y aura, au passif, 100 000 (dépôt à vue du client)

                on nage dans le monde de wiwi là ?

                lisez bien calmement avec le doigt

                il n’y a pas de valeur disponible au passif d’un bilan
                vous ne pouvez transférer, retirer ,verser de l’argent sur un compte de passif

                le seul compte qui permet de faire des opérations financières est celui des valeurs disponibles, compte financier ,caisse, à l’actif

                pour vous permettre de disposer de la somme empruntée, cela passera par ce compte, et nulle part ailleurs

                vous êtes bouchés ou quoi ?
                ah non, vous êtes doyen ,....
                c’est vraiment très inquiétant HEC


              • Marc Dugois Marc Dugois 11 octobre 2019 04:28

                @joletaxi

                On ne fait pas boire un âne qui n’a pas soif.
                Affirmez vos bêtises et soyez heureux qui que vous soyez.


              • Francis JL 11 octobre 2019 08:45

                @joletaxi
                 
                 vous devriez admettre que vous avez dit une bêtise je cite : ’’un compte client (ce que l’on doit à la société) est à l’actif du bilan’’ : en essayant de vous raccrocher aux branches vous insultez l’intelligence.


              • joletaxi 11 octobre 2019 09:28

                @JL
                google est votre ami

                un lien pour les débutants niveau CM1

                http://annuaire-digg-des.coursgratuits.net/en-ligne/compta-lire-un-bilan
                comptable.php

                comme vous êtes intelligent, bien que non ancien de HEC, vous verrez que le compte client est bien inscrit à l’actif du bilan

                cette idiotie peut prospérer car en général, les gens n’ont aucune idée de la façon dont est établi un bilan comptable

                J’ai été entrepreneur, et administrateur de diverses sociétés,et bien sur, je confiais la gestion comptable à.. un comptable
                Après avoir perdu grâce à leur gestion « inventive » de la comptabilité des sommes qui feraient saliver un GJ, j’ai décidé d’apprendre à avoir la maîtrise de cette technique,
                quand je lis ici, et à plusieurs reprises que « la somme est inscrite au passif, et est disponible pour les achats de l’emprunteur » je tombe de ma chaise

                mais je sais par expérience qu’il est très difficile d’ébranler des convictions valorisantes pour celui qui s’y accroche


              • joletaxi 11 octobre 2019 09:30

                @Marc Dugois

                je vous ai donné un petit devoir, les écritures....


              • Francis JL 11 octobre 2019 09:56

                @joletaxi
                 
                Vous jouez sur les mots. Un compte client d’une banque et une créance sur un client d’une entreprise (en général) sont deux choses totalement différentes, on pourrait dire opposées : le compte client d’une banque est le compte des dettes de la banque envers ce client (au passif donc, même si le compte est débiteur, on dit « au rouge ») cependant que le compte des créances sur les clients d’une entreprise de maçonnerie par exemple, est un compte des effets à recevoir (les factures : un actif donc).


              • joletaxi 11 octobre 2019 10:05

                @JL
                je vous ai donné un lien, mais il y en a des tas d’autres , qui vous permettront d’acquérir quelques rudiments de comptabilité

                quand vous aurez compris ces règles élémentaires, vous reviendrez me donner des leçons


              • Marc Dugois Marc Dugois 11 octobre 2019 10:11

                @joletaxi

                Comme vous êtes visiblement de bonne foi, je vais reprendre mes explications pour la phrase qui vous fait tomber de votre chaise alors que vous avez évidemment raison pour le compte client à l’actif.

                La comptabilité en partie double utilisée depuis le moyen âge veut que toute écriture soit toujours accompagnée d’une autre écriture puisqu’une action dans un sens quelque part est forcément équilibrée par une action inverse dans l’autre sens autre part puisqu’une écriture n’est pas en soi une action.

                Ceci étant compris quand une banque prête de l’argent, c’est qu’elle l’a trouvé. Si elle l’a trouvé c’est qu’il est à son actif. Mais comme rien n’est spontané en comptabilité, s’il est à son actif c’est que l’on va trouver à son passif son origine. Son origine peut être son capital, l’argent d’un client, un emprunt à une autre banque ou une création. Tout est inscrit au passif pour justifier la possession de l’argent à l’actif.

                Si la banque crée l’argent, ce qui est le cas majoritaire, que vous le reconnaissiez ou pas, elle ne met pas à son passif un compte « argent créé » mais un compte M. Dupont au nom de l’emprunteur à qui elle reconnait devoir immédiatement cet argent. Ce compte est équilibré par un compte client à l’actif au nom de M. Dupont qui va payer sur un certain temps.

                Donc ne tombez pas de votre chaise « la somme est inscrite au passif de la banque, et est disponible pour les achats de l’emprunteur » est une phrase juste car c’est une dette immédiate de la banque (donc à son passif) en même temps qu’une créance différée d’un montant un peu supérieur à cause des intérêts (donc à son actif).


              • Marc Dugois Marc Dugois 11 octobre 2019 10:20

                @joletaxi

                Je rajouterai aussi pour @JL que dans une banque les clients sont à la fois à l’actif et au passif puisque c’est justement l’activité de la banque de prêter et d’être remboursée avec intérêts. Le compte client est donc au passif pour ce que la banque accepte de lui prêter et à l’actif pour ce qu’elle veut récupérer sur lui. C’est cela la création monétaire bancaire par double écriture.


              • Francis JL 11 octobre 2019 10:21

                @joletaxi
                 
                 Bah !je vois que j’ai perdu mon temps à essayer de vous montrer où est votre erreur : c’était le sens de mon ^post d’hier, 14:54.
                 
                 La bêtise crasse c’est quand on ne veut pas admettre ses erreurs. Par charité je ne dirai rien de ceux qui attribuent leurs erreurs aux autres.
                 
                 Rappelez moi donc ce mot d’Audiard, au sujet de la perte de temps, svp ?


              • Francis JL 11 octobre 2019 10:29

                @Marc Dugois
                 
                Je n’en dirai pas plus sur ce sujet sinon que les mots sont (parfois) confondants.


              • joletaxi 11 octobre 2019 10:41

                @Marc Dugois

                vous feriez également un comptable "imaginatif’

                je vous en prie, allez consulter sur Google

                par exemple

                https://www.marketing-etudiant.fr/cours/b/comptabilite-bilan-comptable.php

                ou encore

                https://sites.google.com/site/comptaecritures/le-bilan-comptable-explique/le-bilan-comptable

                nous voilà avec des comptes client à l’actif et au passif, cela devient rigolo

                je sais, cela démolit votre belle théorie, mais de temps à autre, il faut se confronter aux réalités

                notez pour votre prochain commentaire
                le compte client est un compte d’actif
                notez aussi que tout mouvement financier dans une société passe par le compte des valeurs disponibles, banque, caisse, et autres supports financiers à valeur certaine et liquide, compte qui se trouve toujours à l’actif

                notez enfin qu’au passif ne figure que ce que la société doit

                et comme une belle blonde, la société ne peut donner que ce qu’elle a, à savoir ce qui se trouve à l’actif
                ....


              • joletaxi 11 octobre 2019 10:47

                @JL

                pas la peine de vous énerver, vous voulez avoir raison sur un sujet sur lequel vous êtes d’une indigence crasse

                google est votre ami

                allez vérifier , le compte client est à l’actif du bilan, point barre

                mais ce qui est consternant, c’est de constater, au fil des commentaires, que pratiquement la majorité n’a aucune connaissance sur ce sujet,mais adhère sans comprendre à une « légende urbaine »

                mais c’est vrai pour tellement de sujets


              • joletaxi 11 octobre 2019 10:59

                @Marc Dugois

                ah, on progresse, le compte client est à l’actif, c’est bien

                par contre pour le reste....

                en préambule, au passif, ce que la société doit

                donc, , selon vous, la banque crée un compte d’actif qui acte la dette de l’emprunteur, et un compte de passif où elle acte qu’elle lui doit la dette contractée.
                fort bien , c’est ce que j’écrivais plus haut

                Ceci étant compris quand une banque prête de l’argent, c’est qu’elle l’a trouvé. Si elle l’a trouvé c’est qu’il est à son actif

                on progresse, l’argent est bien à l’actif

                il faut maintenant que l’argent,qui est à l’actif, puisse être transféré à l’emprunteur
                pour éviter toute théorie alambiquée, l’emprunteur se présente au guichet et demande l’argent, en monnaies qu’il a emprunté
                comment va s’écrire l’opération ?


              • Francis JL 11 octobre 2019 11:12

                @joletaxi
                 
                 je n’ai pas appris la comptabilité dans Google moi, mais au CNAM.
                 


              • Francis JL 11 octobre 2019 11:42

                @joletaxi

                 
                 Quand vous déposez 100€ en espèces à la banque, elle inscrit +100 € dans le compte de caisse et +100 € dans votre compte client, au passif. Quand vous retirez 100 € en espèces à la banque, elle inscrit -100 € dans le compte de caisse et -100 € de moins dans votre compte client

                 
                 La différence entre les deux comptes, c’est que le premier n’a que faire de votre nom cependant que le second est intitulé à votre nom. Voilà pourquoi on dit que les comptes des clients de la banque sont inscrits au passif : l’argent que la banque vous doit. Quand votre compte est à découvert, ce compte client est négatif ; jamais un compte d’actif n’est négatif, excepté peut-être celui des effets à recevoir. (les avoirs signés par les entreprises non bancaires à leurs clients).


              • Marc Dugois Marc Dugois 11 octobre 2019 11:43

                @joletaxi

                Par pitié de mettez pas dans ma bouche ce que vous avez compris de travers. La raison pour laquelle vous vous obstinez à dire des bêtises en vous enfermant en vous-même, m’est inconnue mais restons-en là. Tout vous a été expliqué en détail. Je pense que vous savez lire. Je ne vous répondrai plus sur ce sujet.


              • joletaxi 11 octobre 2019 12:40

                @JL

                des enclumes

                trouvez_moi un exemple de bilan où le compte client figure au passif

                ce que vous appelez compte client au passif est en fait à ranger dans les dettes, ici à court et moyen terme

                et ce n’est pas pour rien que votre extrait de compte émis par la banque, est en fait une reconnaissance de dettes

                aucun compte dans une comptabilité n’est négatif, jamais.... sauf le compte de pertes et profits, lorsque ’il constate une perte de l’exercice

                et au passage pour le petit problème qui nous occupe, ce compte que vous appelez compte client d’un déposant est créé en regard d’un dépot sur le compte financier ,

                il ne saurait acter la dette que l’emprunteur a contractée par la dette de la société envers cet emprunteur, quand celui-ci a été crédité du montant


              • joletaxi 11 octobre 2019 12:46

                @Marc Dugois

                ben je comprends, car c’est à cet endroit là de la transaction que cela va coincer pour vous

                car il vous faudra passer par le compte financier de la banque, là où est l’argent, comme vous le soulignez
                et là, faudra trouver une écriture magique pour que ce compte s’augmente de la somme empruntée

                nous en resterons donc là, vous avec vos écriture magiques, et moi, les austères règles de comptabilité


              • Francis JL 11 octobre 2019 12:58

                @joletaxi
                 
                 ’’ce compte que vous appelez compte client d’un déposant est créé en regard d’un dépot sur le compte financier’’
                 
                Mais c’est exactement ce que je viens de dire, à ceci près que vous employez d’autres mots : votre expression « compte financier » n’est pas idoine. Passons.
                 
                Bis repetita : ce « compte financier » puisque c’est ainsi que vous persistez à dire, ne fait aucune référence à votre identité, au contraire du « compte client », comme son nom l’indique, lui.


              • Aristide Aristide 11 octobre 2019 13:13

                @joletaxi

                la banque pour les nuls, un lien ici 

                « 

                Le passif renseigne sur l’origine des ressources, c’est-à-dire les fonds collectés par la banque.

                L’actif informe sur l’utilisation des fonds collectés. 

                Le cadre comptable ventile le bilan d’une banque en 5 classes.

                Les actifs et les passifs de la classe 1 correspondent aux opérations interbancaires celles que la banque réalise avec d’autres institutions financières, dans le cadre de sa gestion de trésorerie. Quand son exploitation lui permet de dégager des excédents de trésorerie, la banque se trouve en position de prêteur net sur le marché interbancaire. Dans le cas inverse la banque doit avoir recours au marché pour assurer son refinancement. 

                Les actifs et les passifs de la classe 2 correspondent aux opérations avec la clientèle. À l’actif, les crédits accordés, au passif, les dépôts collectés ventilés selon leur degré d’exigibilité, leur forme (compte, bon, certificat) et leur nature au regard de la réglementation bancaire (compte d’épargne à régime spécial, comptes ordinaires).

                Les actifs et les passifs de la classe 3 reprennent les opérations sur titres et les opérations diverses. À l’actif, les placements de la banque sur le marché des capitaux pour son propre compte (portefeuille de titres, classés selon leur durée de conservation). Au passif, les titres de dettes que la banque émet pour se refinancer.

                Le bilan ne retrace pas les opérations sur titres effectuées pour le compte de la clientèle.

                .... etc »


              • joletaxi 11 octobre 2019 13:16

                @JL

                brrrr c’est dur hein

                au passif, il y a un compte fournisseurs, dans lequel tous les fournisseurs à qui la société doit de l’argent sont identifiés par leur nom
                il en est de même pour toutes les dettes de la société,y compris celles résultant du depot sur le compte financier à l’actif par un client de la banque
                ce n’est pas pour autant que cela figurera sur le bilan, sous une rubrique client, qui ne figure qu’à l’actif, mais bien dans les dettes, avec le nom du déposant, client.

                notez au passage que pour que le fournisseur rentre en possession de son du, la banque effectuera un versement à partir de son compte ,valeurs disponibles, qui est bien à l’actif,et qui sera débité du montant, et créditera le compte de passif fournisseur
                damned, ce que vous appelez le compte « client » de l’emprunteur se trouve exactement sous la rubrique fournisseur au passif
                par quel mystère le client entrera en possession de son du, la somme empruntée, sans aussi passer par un compte financier à l’actif ?

                curieux hein ?
                non, c’est l’écriture magique, Mr Dugue va nous la révéler


              • Francis JL 11 octobre 2019 13:23

                @joletaxi
                 
                 on a bien compris que vous ramez pour vous sortir de ce mauvais pas. Pour finir, vous arriverez à dire vrai et direz que ce sont les autres qui sont ignorants.
                 
                Je m’en vais vomir devant tant de mauvaise foi.


              • Aristide Aristide 11 octobre 2019 13:24

                @joletaxi

                Visiblement même devant les explications les plus simples vous calez. J’ai essayé, JL aussi, ...

                Dernière tentative :
                les dépots des clients sont au passif de la banque, c’est une ressource pour la banque,
                les découverts à l’actif, et oui comme les prêts contactés et autres emplois des ressources de la banque.

                Emploi, ressource cela vous dit quelque chose ? Non, ... C’est facile aussi .... 


              • joletaxi 11 octobre 2019 14:11

                @Aristide

                n’importe nawak

                les dépots des clients sont au passif de la banque, c’est une ressource pour la banque,

                mais bien sur, et les fées...

                au passif figure les dettes de la banque, ce que la banque doit
                si pour vous une dette est une ressource vous êtes un homme heureux

                les découverts à l’actif, et oui comme les prêts contactés et autres emplois des ressources de la banque

                il n’y a pas de « compte découvert », par contre le papier qui acte l’octroi d’un prêt est bien un actif

                et les emplois des ressources... c’est du chinois, du bulgare ?


              • joletaxi 11 octobre 2019 14:18

                @JL
                oui, oui,
                donnez nous votre version des écritures qui permettent de payer l’emprunteir

                car l’emprunteur n’est finalement qu’un fournisseur
                la banque lui a acheté un « papier » qui a la valeur de la somme empruntée,et comme pour le fournisseur qui n’a pas été payé, son nom figure au passif dans les comptes de dettes(il n’ a pas encore son argent )
                il faut maintenant donner à l’emprunteur son du, comme le fournisseur
                le fournisseur est payé à partir d’un compte financier de la banque à l’actif
                comment faites vous pour payer l’emprunteur sans passer par ce compte ?

                bon vous avez 2 heures, je passerai ramasser les copies
                c’est bluffant que vous refusiez ces évidences


              • Francis JL 11 octobre 2019 14:22

                @joletaxi
                 
                 vous avez assez perdu mon temps. Vos enfantillages ne m’amusent plus.


              • joletaxi 11 octobre 2019 14:26

                @JL

                je suis désolé, car ce fil de discussions est riches en « poilades », vous y contribuez d’ailleurs merci

                prenez votre temps, j’ai piscine tout à l’heure, d’ici là vous aurez trouvé une solution au petit problème que je vous pose ?


              • Francis JL 11 octobre 2019 14:35

                @joletaxi
                 
                à la piscine, j’espère pour vous qu’il y a du sable ? N’oubliez pas votre petite pelle et votre petit seau.


              • joletaxi 11 octobre 2019 14:49

                @JL

                et surtout ma bouée canard.

                cela m’ennuie que vous ne puissiez répondre à notre petit problème

                mais c’est compréhensible car la réponse évidente explose en vol la théorie fumeuse de l’argent ex nihilo

                à moins bien sur qu’il y aie une écriture « inventive », mais dont tous les intervenants ici gardent le secret, pourtant je voudrais aussi savoir
                et invalide au passage toutes les fines analyses de Mr . Dugue

                allons , ne nous faites pas languir....


              • BLemaire 11 octobre 2019 14:54

                @joletaxi Une banque n’est pas une entreprise quelconque, c’est bien pour cela qu’elle peut créer de l’argent, sous certaines conditions, ce qu’une entreprise lambda ne peut faire.
                Vous êtes vraiment sûr que vous savez ce qu’est une banque ?


              • Francis JL 11 octobre 2019 14:58

                @joletaxi
                 
                vous étiez encore en maternelle quand j’ai démonté ici les fantasmes autour de la théorie dont vous parlez.


              • joletaxi 11 octobre 2019 15:07

                @BLemaire
                ah voilà la théorie d’une comptabilité spéciale pour les banques

                et comme c’est « spécial » il lui est accordé de créer de ll’argent

                simple non ?

                quoique, finalement une banque est une société comme les autres et publie des bilans parfaitement conformes aux règles comptables que suivent toutes les sociétés
                 pourtant cela devrait y figurer puisque selon vous les banques en ont l’autorisation ?
                et dans les bilans des banques je n’ai jamais vu le poste,« monnaie créée »

                pourtant cela devrait y figurer, puisque les banques en ont l’autorisation ?

                c’est secret ?


              • BLemaire 11 octobre 2019 15:11

                @Marc Dugois
                << @joletaxi

                C’est très simple. Une banque a un bilan toujours équilibré au centime près entre son actif et son passif.>>

                Il fallait lire, évidemment, une banque, comme TOUTE ENTREPRISE, a un bilan toujours équilibré (les règles comptables servent à cela)

                Seuls les « trolls » auraient attaqué Marc pour cette absence de précision


              • BLemaire 11 octobre 2019 16:21

                @joletaxi Ais je dit qu’il y avait une comptabilité spéciale pour les banques ?
                j’ai justement dit le contraire (en rappelant que tout bilan était comptablement équilibré, comme pour toute entreprise)

                Si une banque est « spéciale », c’est par ce qu’elle peut créer de la monnaie (de la monnaie bancaire, pas des billets, évidemment)
                Une banque centrale, elle, est la seule institution à pouvoir créer de la monnaie centrale (M0)

                Raisonnons par l’absurde : si les banques commerciales (ou banques de second rang) ne pouvaient créer de la monnaie bancaire, on se demande bien pourquoi les dépôts à vue seraient de 1100 milliards en France (valeurs juillet 2019) pour une base monétaire (M0) près de 2 fois inférieure. Sans parler des agrégats M2 et M3


              • Aristide Aristide 11 octobre 2019 18:16

                @BLemaire

                Visiblement vous essayez d’expliquer l’usage d’une fourchette à une poule. Bon courage !


              • BLemaire 11 octobre 2019 19:33

                @joletaxi ferait il exprès de ne pas comprendre quand il écrit « ah bon, il y a plusieurs bilans dans le bilan de la banque ? »
                Marc D. écrit explicitement qu’il y a UN bilan pour la banque et UN bilan pour son client ? UN plus UN cela fait DEUX mais deux bilans DIFFERENTS, pas pour la banque
                Cela va, vous suivez ?


              • joletaxi 11 octobre 2019 19:51

                @Aristide

                évitez de participer à une discussion à laquelle vous n’entravez rien, c’est déjà assez confus comme cela

                enfin j’dis ça, mais si c’est pour participer à la poilade, je reconnais que vous avez un certain talent


              • joletaxi 11 octobre 2019 19:55

                @BLemaire

                je pense qu’avec vous le smilblick va bien avancer

                mais vous avez peut-être une réponse à la question posée plus haut(comme vous vous posez en relecteur....) à JL, et aussi à Mr. Dugue, car ils ne me semblent pas très inspirés ?

                donc il faut maintenant que l’emprunteur reçoive son flouze, comment faire ?


              • Aristide Aristide 10 octobre 2019 12:31

                @nono le simplet

                le crédit-débit d’un compte bancaire n’a rien à voir avec le crédit-débit d’un bilan ... absolument rien 

                Gnarffff, .... J’aime bien le type qui parle de bilan et d’inscription et de débit crédit. Le pôvre ...

                dans un bilan comptable l’argent que tu as sur ton compte bancaire est inscrit en débit

                Le spécialiste à la brouette patauge dans la comptabilité, un solde créditeur est inscrit à l’actif, ... actif, passif, bilan, .... cela ne lui dit rien à la brouette ?.. 


              • nono le simplet nono le simplet 10 octobre 2019 14:33

                @Aristide
                un solde créditeur est inscrit à l’actif

                oui, oui je me suis gouré lol ... je voulais parler du résultat et non de la trésorerie


              • sweach 10 octobre 2019 14:17

                *Nous ne payons pas la reconstitution en millions d’années de ce que nous consommons quotidiennement de façon croissante.*

                Question à 100 points :

                Et si le Pétrole était renouvelable ? (à court terme)

                Comment réagirait notre économie et nos perspectives énergétiques, si le Pétrole était une ressource renouvelable et tellement abondante qu’elle serait inépuisable ?

                On l’oublie trop facilement, mais l’origine Fossile du pétrole n’est qu’une théorie, nous ne sommes pas sur un consensus, les scientifiques Russes se contre foute de la théorie d’une origine Fossile, ça fait longtemps qu’ils adhèrent à la théorie d’une origine abiotique (utilisé pour rechercher du pétrole)

                Pour survivre une théorie doit être confronté à l’expérience, hors nous trouvons toujours plus de Pétrole que ce qu’on en exploite, toujours plus profond, avec des puits qui exploite tjr plus de Pétrole que les relevés initiaux.

                Le théorie Fossile ne peut expliquer l’abondance des profondeurs, ni même le renouvellement des réserves observés, ni la position géographique de certain forage, tout est mit sur le dos d’erreurs.

                Ça ne change pas le fait que l’exploitation du Pétrole a un coût, ni même qu’il est source de Pollution, mais ça pourrait éviter le fait d’exploiter nos terres rare dans le but futile d’avoir des énergies dite « renouvelable » 


                • perlseb 10 octobre 2019 14:50

                  Pour comprendre la monnaie, il faut lutter contre son éducation, sa culture (profondément monétaire) et aussi connaître un peu son historique (le troc, le sel, les pièces etc...).

                  Quand on comprend que la seule richesse est le temps de travail (même les ressources, renouvelables ou non, peuvent être converties en temps de travail) alors on comprend très bien que la monnaie permet de faire des échanges complètement déséquilibrés. Je travaille une heure à faire une grosse merde, mais parce que je suis doué en marketing, je la vends comme si elle m’avait coûtait 10h de travail. A l’inverse, bien évidemment, on a la masse des idiots (larbins ?) utiles qui se font duper toute leur vie à accepter que des irresponsables qui se disent plus responsables qu’eux gagnent 1000 fois plus dans le même temps. Disons que gérer sa propre fortune (société) n’est pas un travail utile collectivement.

                  Avec la propriété privée, la monnaie permet le vol, elle le légalise. Si tous les procédés de fabrication était connus (et il devrait l’être dans un système d’échange juste et non pas dans un souk généralisé) , la meilleure monnaie possible serait l’heure de travail.

                  D’ailleurs, pourquoi la recette du Nutella a évolué, pourquoi les oeufs sont majoritairement des oeufs de poules élevés en cage alors que personne ne l’a demandé ? En clair, pourquoi les « entrepreneurs » peuvent décider de changer un procédé de fabrication sans que les consommateurs aient leur mot à dire (pire, en leur masquant autant que possible les changements effectués). Dans un système juste, ce sont les consommateurs qui sont moteurs et demandeurs des changements et des évolutions, ce sont eux qui les maîtrisent (investissement démocratique, par la demande).

                  J’entends bien évidemment tous les larbins criant au scandale : il y a des gens qui valent plus que d’autres et qui méritent bien plus... Sauf que bizarrement, ces gens ont besoin de ce qui est produit par les idiots pour vivre. Ils ne sont pas autonomes, donc ils ne peuvent pas prétendre à avoir plus de gâteau. Ou alors qu’ils fassent leur part des travaux mal payés dont il bénéficie (on verra qu’ils ne sont pas meilleurs que les autres en fait).

                  Maintenant, supprimer aux gens la monnaie et la propriété privée alors même qu’on a baigné toute leur enfance de ces 2 paradis, ils n’auront plus aucune motivation dans le travail. Les gens veulent tout acheter, veulent être servis. Ils ne se rendent même pas compte que ce sont eux qui produisent tout. Tant pis pour eux, s’ils sont aveugles et qu’ils aiment les chosent qui les dupent.


                  • quid damned quid damned 11 octobre 2019 22:03

                    @perlseb
                    Bonsoir,

                    Je ne sais plus qui avait posté ça ici (sur agovx) mais voilà qui fait écho à votre commentaire :

                    Supposons qu’à un moment donné, un certain nombre de gens travaillent à fabriquer des épingles. Ils fabriquent autant d’épingles qu’il en faut dans le monde entier, en travaillant, disons, huit heures par jour.
                    Quelqu’un met au point une invention qui permet au même nombre de personnes de faire deux fois plus d’épingles qu’auparavant. Bien, mais le monde n’a pas besoins de deux fois plus d’épingles : les épingles sont déjà si bon marché qu’on n’en achètera guère davantage même si elles coûtent moins cher.

                    Dans un monde raisonnable, tous ceux qui sont employés dans cette industrie se mettraient à travailler quatre heures par jour plutôt que huit, et tout irait comme avant.
                    Mais dans le monde réel, on craindrait que cela ne démoralise les travailleurs. Les gens continuent donc à travailler huit heures par jour, il y a trop d’épingles, des employeurs font faillite, et la moitié des ouvriers perdent leur emploi.
                    Au bout du compte, la somme de loisir est la même dans ce cas-ci que dans l’autre, sauf que la moitié des individus concernés en sont réduits à l’oisiveté totale, tandis que l’autre moitié continue à trop travailler.
                    On garantit ainsi que le loisir, par ailleurs inévitable, sera cause de misère pour tout le monde plutôt que d’être une source de bonheur universel.
                    Peut-on imaginer plus absurde ?

                    Bertrand Russell, « In Praise of idleness »

                    (texte original :

                    Suppose that, at a given moment, a certain number of people are engaged in the manufacture of pins. They make as many pins as the world needs, working (say) eight hours a day.
                    Someone makes an invention by which the same number of men can make twice as many pins : pins are already so cheap that hardly any more will be bought at a lower price.

                    In a sensible world, everybody concerned in the manufacturing of pins would take to working four hours instead of eight, and everything else would go on as before.

                    But in the actual world this would be thought demoralizing. The men still work eight hours, there are too many pins, some employers go bankrupt, and half the men previously concerned in making pins are thrown out of work.
                    There is, in the end, just as much leisure as on the other plan, but half the men are totally idle while half are still overworked.
                    In this way, it is insured that the unavoidable leisure shall cause misery all round instead of being a universal source of happiness.

                    Can anything more insane be imagined ?
                    Bertrand Russell, « In Praise of idleness »)


                  • perlseb 12 octobre 2019 14:12

                    @quid damned
                    Oui je connais ce texte.
                    Mais dans le monde réel, on craindrait que cela ne démoralise les travailleurs.
                    Cette phrase est quand même un peu rapide. Dans le monde réel, la productivité profite 2 fois aux industriels : la première fois en virant une partie des salariés (baisse des coûts directe) pour fabriquer la même chose, la deuxième fois parce qu’en augmentant le chômage (pris en charge par la collectivité ... ou non), cela permet de tirer les salaires vers le bas (baisse des coûts sur le long terme).
                    Et les salariés n’ont aucun pouvoir sur la durée légale du travail indiquée sur leur contrat de travail. Ils doivent « espérer » une baisse imposée par le gouvernement qui reçoit (sûrement) beaucoup de pépètes sur des comptes off-shore. Alors le salarié peut espérer longtemps.


                  • Désintox Désintox 11 octobre 2019 18:01

                    « Il ne réalise pas que la monnaie est une énergie »

                    En effet, et il a raison, puisque c’est une affirmation qui n’a aucun sens.


                    • Marc Dugois Marc Dugois 11 octobre 2019 18:17

                      @Désintox

                      Ça ne s’appellerait pas de l’intox, cette phrase assénée comme une évidence ?


                    • Désintox Désintox 12 octobre 2019 00:23

                      @Marc Dugois
                      Revoyez vos cours de physique


                    • Marc Dugois Marc Dugois 12 octobre 2019 06:21

                      @Désintox

                      Aidez-moi en me disant à quel chapitre je trouve pourquoi l’argent loge, nourrit, chauffe, éclaire, fait voyager et distrait.

                      Que l’un quelconque de mes détracteurs m’explique d’où vient cette fantastique puissance et comment une puissance n’a rien à voir avec l’énergie.


                    • Marc Dugois Marc Dugois 12 octobre 2019 07:54

                      @Désintox

                      Qui nie la puissance de l’argent ?

                      Et qui nie la définition physique de la puissance :

                      En physique, la puissance reflète la vitesse à laquelle un travail est fourni. C’est la quantité d’énergie par unité de temps fournie par un système à un autre. C’est donc une grandeur scalaire.

                      L’énergie monétaire est chiffrée par la monnaie


                    • Johnny-Matteus 28 octobre 2019 22:39

                      Je crée un compte dans le seul but de venir jouer le justicier parmi vous. smiley

                      On pratique la métaphore depuis au moins 2500 ans en Europe... et une bande d’ignares tombent, au XXIe siècle, sur le coin de la figure d’un type qui pense, et qui en pensant à produit une métaphore discutable. Tant de mouvements d’humeur pour une figure de style, c’est à pleurer ! Que de bêtise ! J’en ai les larmes aux yeux. (Au moins, la poésie fait toujours vibrer les masses... s’écharper ainsi pour un trope Pourtant, je n’approuve pas non plus le choix de l’énergie pour désigner d’éventuelles forces de l’argent... mais est-il nécessaire d’apprécier l’image pour se saisir d’une idée ?

                      Quel est la fonction de ce site ? Servir de repaire pour névrosés-philosophes-génies-ignorés-à-demi-ratés ?


                      • Johnny-Matteus 28 octobre 2019 22:40

                        Je crée un compte dans le seul but de venir jouer le justicier parmi vous. smiley

                        On pratique la métaphore depuis au moins 2500 ans en Europe... et une bande d’ignares tombent, au XXIe siècle, sur le coin de la figure d’un type qui pense, et qui en pensant à produit une métaphore discutable. Tant de mouvements d’humeur pour une figure de style, c’est à pleurer ! Que de bêtise ! J’en ai les larmes aux yeux. (Au moins, la poésie fait toujours vibrer les masses... s’écharper ainsi pour un trope Pourtant, je n’approuve pas non plus le choix de l’énergie pour désigner d’éventuelles forces de l’argent... mais est-il nécessaire d’apprécier l’image pour se saisir d’une idée ?

                        Quel est la fonction de ce site ? Servir de repaire pour névrosés-philosophes-génies-ignorés-à-demi-ratés ?

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON



Publicité



Les thématiques de l'article


Palmarès



Publicité