• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Où est Macron ?

Où est Macron ?

En mai, fais ce qui te plait

(expression populaire reprise en autres par le préfet Grimaud pour raconter ses souvenirs de mai 68)

 

Bon. Le petit génie avait décidé d’ignorer les manifestations d’hostilité de son bon peuple et de s’envoler pour les antipodes. Il avait déclaré que la France est « un pays qui n’a accepte les changements que lorsqu’on lui explique les yeux dans les yeux ce que l’on veut faire ».[i] Aussi, pour pacifier ce « pays parfois d’esprit belliqueux », il résolut de le considérer depuis le Pacifique. Il avait laissé les clés de l’Etat à son premier ministre et à son ministre de l’Intérieur. Le 1er mai qui s’annonçait devait être le tournant final dans la mise au pas des trublions qui s’agitaient dans les rues. La grève des cheminots allait devenir vraiment impopulaire. Les syndicat d’Air France seraient court-circuités, comme en 1994, par un « recours au peuple », une consultation des salariés, un appel direct à leur raison, à leur bon sens et, pourquoi pas, à leur sens de l’histoire.

https://www.lesechos.fr/industrie-services/tourisme-transport/0301592115630-larme-du-referendum-a-air-france-le-precedent-christian-blanc-2170809.php

Et pour bien commencer cette série de victoires, 1200 « casseurs » s’inviteraient à la manifestation des syndicats

Ce chiffre, 1200 « casseurs », était annoncé par des alertes le matin du 1er mai, voire la veille par des rumeurs. Contrairement à ce que déclarent sans barguigner quelques commentateurs professionnels, il y avait si peu de contrôle policier sur la place de la Bastille que je n’en ai rencontré aucun.

http://www.europe1.fr/societe/comment-1200-casseurs-ont-ils-pu-sinfiltrer-dans-la-manifestation-du-1er-mai-a-paris-3640799

Ce jour-là, le cortège syndical tarda à s’ébranler et fut coupé au niveau du quai de la Rapée. Une petite partie venait de s’engager sur le pont d’Austerlitz. J’étais dans la partie du cortège bloquée sur la rive droite.

Nous assistâmes à ce que nous prenions alors pour le début de cette nouvelle bataille d’Austerlitz. Le cortège engagé sur le pont commençait de refluer. La police devait faire un usage abondant des gaz puisque nous en ressentions les effets quai de la Rapée. Certains se replièrent sur Bastille ou renoncèrent. Le quai Henri IV offrait sur le pont un excellent poste d’observation, rendu inconfortable cependant par les gaz que le vent portait jusque là. Entre outre, n’ayant pas été sécurisé, la circulation automobile s’y poursuivait à une assez vive allure alors que des manifestants le traversaient. Un embouteillage s’y produisit bientôt, quelques voitures faisant demi-tour devant nous ; puis, ce fut un cortège de voitures qui remonta à contre sens. Aucun accident ne fut à déplorer cependant, semble-t-il.

Des fumées remontaient du métro Quai de la Rapée. La manifestation semblait se disperser. Avec un groupe d’amis, je finis par faire demi tour par le boulevard Morlan, du nom d’un colonel mort lors de la première bataille d’Austerlitz, le 2 décembre 1805. Au niveau de l’Arsenal, la police était très présente, mais un peu égarée. Dans le bruit de leurs sirènes, des véhicules se croisaient sur le pont de Sully. Sur les trottoirs, refluaient des manifestants qui avaient sans doute réussi à passer le pont d’Austerlitz. A contre courant, nous sommes passés sur la rive gauche.

 

Qu’on se garde d’exciter une sédition dans un parti en se flattant de pouvoir l’arrêter ou la diriger à sa volonté.

Nicolas Machiavel, Histoire de Florence (1525)

Ce n’est que plus tard que nous apprîmes les événements que nous n’avions pas vus, et les commentaires des politiques professionnels et des commentateurs professionnels.

L’événement principal était la prestation des 1200 « black blocs » dont les images envahissaient tous les écrans. On les voyait déployer devant les forces de police cette banderole fort explicite : « Cette fois on s’est organisé ».

On s’interrogea alors sur la façon dont le gouvernement avait organisé ses forces de police, lui dont les services avaient annoncé la venue de 1200 « casseurs ». Dans leurs rôles respectifs, mais sur le même créneau, Eric Ciotti et Marine le Pen dénonçaient l’incurie du gouvernement, voire même, pour la seconde, sa « mansuétude » et sa « complicité ».

Le premier ministre et le ministre de l’Intérieur n’ont pas brillé dans cette séquence, alors que leur « boss » brillait par son absence. Convoqué sur les écrans le soir même et peut-être frappé par la limite d’âge, l’ancien maire de Lyon s’embrouillait dans les chiffres. L’ancien maire du Havre, lui, a déclaré d’un air convaincu : «  Je peux vous dire qu’en aucune façon il n’y a eu défaillance de l’État   ». Il a même tweeté avec la plus grande fermeté : « Ce n'est pas parce que le Président part en voyage officiel en Australie qu'il n'y a pas de pilote dans l'avion ».

https://www.valeursactuelles.com/politique/violences-du-1er-mai-collomb-decrie-meme-chez-les-macronistes-95390

https://www.ouest-france.fr/politique/edouard-philippe/violences-du-1er-mai-edouard-philippe-n-exclut-pas-la-dissolution-d-associations-de-fait-5737281

Mais la défaillance de l’Etat n’est pas celle que les vieilles droites dénoncent comme par réflexe. Cette nouvelle bataille d’Austerlitz aurait dû être le Waterloo des mouvements sociaux. Il est de « bonne police » pour un gouvernement d’utiliser les « violences populaires », de les susciter, de les exciter, de les laisser faire et parfois de les organiser. Le problème n’était pas les 1200 « black blocs » dont la participation était prévue, c’était cet autre cortège de 14000 « radicaux »[ii] ,en amont du cortège syndical. Dès lors, il eût difficile pour une police « républicaine », fût-elle dirigée par un gouvernement Wauquiez ou Le Pen, d’appréhender 1200 « black blocs » sans déplorer des dommages collatéraux. La police estimait à 20000 personnes le cortège syndical. La proportion entre les deux cortèges n’est plus un simple problème de police (de contrôle ou de répression), mais un problème de politique sociale.

Quant au souverain volant, il contribua au trouble et au malaise en faisant des confidences au magazine américain Forbes. Le jour de « fête du travail et des travailleurs », il confia son intention de supprimer une « exit tax » qu’avait instaurée Sarkozy. A force d’employer des mots anglais pour faire « style » ou « disruptif », on s’expose à être mal compris, ou trop bien compris : le petit génie entend-il exciter les masses pour les radicaliser ?

http://www.lefigaro.fr/vox/economie/2018/05/04/31007-20180504ARTFIG00390-pourquoi-emmanuel-macron-ne-doit-pas-supprimer-l-exit-tax.php

http://www.lemonde.fr/les-decodeurs/article/2018/05/02/qu-est-ce-que-l-exit-tax-que-macron-souhaite-supprimer_5293497_4355770.html

https://www.nouvelobs.com/politique/20180502.OBS6044/macron-le-leader-des-marches-libres-selon-forbes-souhaite-supprimer-l-exit-tax.html

 

Nous mai ahhhh !!!!

(petite affichette qui s’est répandue sur les murs ce 5 mai 2018, lors de « la fête du petit génie »)

Cette semaine du 1er mai devait se terminer par « la fête à Macron ». L’intéressé étant toujours en terres australes, ce fut pour ses partisans l’occasion d’une débauche de mises en garde. D’abord, il fallait que François Ruffin, organisateur de l’événement, garantisse l’ordre public. C’était surtout le rôle de la police et la préfecture finit par lui demander de changer le lieu du rendez-vous : du Louvre, il fut déporté à Opéra. Lui-même se fendit d’une petite vidéo pour dire : FÊTE À MACRON : VOUS ÊTES TROP NOMBREUX !

https://www.youtube.com/watch?v=wd_kzm01gcI

Mais les mises en garde furent surtout d’ordre sémantique : « Faire la fête à Macron », n’est-ce pas un peu, sur les bords, si on y pense bien, sans exagérer, « un appel à la violence »  ?

Diantre ! Il y aurait-il là comme un crime de lèse-majesté ? La cour du petit Macron a les talents qu’elle peut. J’ai déjà parlé des chiennes de garde.

https://blogs.mediapart.fr/jules-elysard/blog/060617/chiens-de-garde-et-canards-de-cours

Ici, ce sont une sous-ministre et une aspirante à un ministère quel qu’il soit. L’une, qui se prend pour un écrivain, gazouille sans rire une remarque « grammaticale » le matin du 5 mai : « La fête DE Macron eut été plus correct » (« tournure grammaticale » qui ne s’embarrasse pas du subjonctif et donc du circonflexe). L’autre, le lendemain sur France Inter, se lance dans une grande analyse politique pleine de finesses et de statistiques : « C’est un grand meeting des forces d’extrême gauche ».

https://twitter.com/les_repliques/status/992713082391683073?s=19

https://www.franceinter.fr/emissions/l-invite-de-8h20-le-grand-entretien/l-invite-de-8h20-le-grand-entretien-06-mai-2018

Mais la langue de cour de la monarchie macronienne emprunte surtout au langage managérial dont le but essentiel est de travestir la réalité afin d’« accompagner le changement » ; de le rendre acceptable aux ressources humaines qui ne comprennent rien aux subtilités de l’économie et à la pensée complexe d’un ancien banquier.

Ainsi, à « cotisations sociales », on préférera « charges qui pèsent sur les entreprises ». On ne parlera pas de « licenciements », mais de « plans sociaux ». Et les drames sociaux ne seront qu’un aspect regrettable de la très profitable « destruction créatrice ».

Les « black blocs » et leur « destruction créatrice » ne sont pas invités à « la fête à Macron ». Ils ne furent d’ailleurs pas annoncés par les services de renseignement. Quant aux participants, ils réunissaient plus de monde que les deux cortèges du 1er mai. Les « personnes radicales », mais non-violentes, s’étaient-elles fondues dans un cortège réformiste, mais joyeux ?

Comme il fut plaisant, dans la première partie du trajet, de voir tous ces rideaux baissés ! A l’exception de quelques cafetiers, entrepreneurs audacieux qui ont fait leur beurre en vendant de la bière, le temple de la consommation était fermé ce samedi. Bien sûr, il se trouvera des experts comme ceux de l’IFROT[iii] pour calculer l’impact de cet événement sur le PIB ; le mesurer en termes de coût, de perte de points de croissance... Mais, chez ces gens là, on ne vit pas, on compte.

 

On s’est demandé en titre de ce billet d’humeur : Où est Macron ?

Il était en voyage, portant sa bonne parole à l’ouest, puis à l’est. Mais si le pèlerin a subjugué Bernard Guetta, évidemment, il n’a convaincu ni « le maître du monde libre » qu’il a rencontré outre-Atlantique, ni les cheminots qu’il ne s’est pas abaissé à recevoir. Et voilà que, pour sortir de la grève, ces « agitateurs » de la SNCF envisagent un « référendum » qui a si bien réussi à Air France.

Il venait à peine d’atterrir qu’il recevait ce conseil fort à propos : « Soyez très ferme avec tous ces gauchos de la politique qui ne veulent que foutre la merde ! »

https://www.huffingtonpost.fr/2018/05/08/un-veteran-conseille-macron-en-pleine-ceremonie-du-8-mai-soyez-tres-ferme-avec-tous-ces-gauchos-qui-ne-veulent-que-foutre-la-merde_a_23429655/

Macron est à droite, évidemment, n’en déplaise à un Ciotti, à un Wauquiez et à toutes les Pen. Président de l’entreprise France et d’une nouvelle droite, moderne et managériale, dont il est aussi le directeur général. Pour épater le bon peuple, il cherche à instaurer une « culture d’entreprise » qui emprunte aux monarchies du passé. Mais son modèle, secret puis affiché, c’est ce businessman devenu lui aussi chef d’Etat et à qui il aime tant se frotter : Donald Trump.

 

[i] Entretien du Point (30 août 2017)

[ii] Les mots du préfet de police Michel Delpuech ne manquent pas de saveur :« En amont du cortège syndical, s’est constitué un autre cortège constitué dit de personnes radicales. Dans un volume très important : 14 500. Et au sein de ce groupe s’est glissé au moins 1200 Black Blocs, ces personnes qui s’habillent de noir, qui masquent, qui se protègent au moment de commettre des exactions ».

[iii] Institut Français pour le Retour à l’Obéissance des Travailleurs, dirigé bénévolement par Agnès Merdier.

Documents joints à cet article

Où est Macron ? Où est Macron ? Où est Macron ?

Moyenne des avis sur cet article :  4.83/5   (6 votes)




Réagissez à l'article

56 réactions à cet article    


  • Fergus Fergus 11 mai 2018 11:28

    Bonjour, Jules

    En réalité, Macron a bien joué le coup en s’envolant pour l’Australie et la Nouvelle-Calédonie. Une manière ostentatoire de montrer qu’à ses yeux, « la réforme de la SNCF se fera » et qu’en conséquence les manifestations n’y changeront rien, le texte ayant été voté à une écrasante majorité par l’Assemblée nationale en première lecture. Ce faisant, Macron cherche évidemment à influencer l’opinion et à conforter une idée qui tend déjà – hélas ! – à devenir majoritaire dans le pays.

    Pour ce qui est de la manif organisée par Ruffin et la FI, le fait est que « La fête à Macron » porte une connotation belliqueuse, ce qui n’aurait pas été le cas de « La fête de Macron », à connotation empathique. Mais il est évident que les participants n’étaient pas là pour faire chorus avec le « Président des riches », mais au contraire pour monter qu’une partie des Français est résolument hostile à la politique de classe que Macron mène au profit des puissants.

    Je crains toutefois que ce ne soit pas 50 000, 100 000 ou même 150 000 personnes qu’il faille mettre dans la rue, mais 1 à 2 millions pour commercer à inquiéter Macron. Et certainement pas sur un mode festif, mais – tout en restant dans un registre non-violent – résolument dans l’expression de la colère contre les régressions sociales conduites depuis un an ou en projet pour les mois à venir. À cet égard, le rassemblement du 26 mai sera déterminant, tant en termes de participation que de tonalité des discours et des slogans.


    • Lugsama Lugsama 11 mai 2018 13:32

      @Fergus

      Ça fait longtemps que l’on sait que la réforme se fera, attaquer un Président parce qu’il part à l’étranger est autant habituel que grotesque. Comme si cela allait influencer l’opinion..

    • Jules Elysard Jules Elysard 12 mai 2018 15:22

      @Fergus

      Bonjour,

      Vous dites que Macron a bien joué son coup en s’envolant pour l’Australie. J’en suis moins sûr que vous. Nous verrons aux résultats. Va-t-il sacrifier son pauvre Collomb ?

      Après avoir lu votre réaction ici, j’en ai lu une autre sur un billet de Taktak (je crois) consacré au chiffrage Occurrence, ainsi que 2 de vos textes, un sur l’élection de Macron, pas plus mal élu que d’autres, et un pendant l’entre deux tours. Je suis globalement d’accord avec votre texte sur l’élection de Macron, mais pas sur son titre. Certes avec 43% des inscrits, il a peu près autant que Giscard en 74 et Mitterrand en 88. Mais, compte tenu de la situation, c’est avec les 62% de Chirac en 2002 que le score de Macron doit être comparé.

      Comme vous avez pu le voir, mes derniers billets sont aussi des petits récits de ce que j’ai vécu dans la rue. Vous dites que « le rassemblement du 26 mai sera déterminant ». Je ne puis qu’être d’accord avec vous, mais, n’en déplaise à Mélenchon, le million ne se décrète pas. Je crois d’ailleurs qu’il le sait, mais il se répète car il est fatigué et on peut le comprendre. Il est en campagne depuis plus de 2 ans. C’est pourquoi j’apprécie grandement , sans être dupe, l’air frais qu’apporte François Ruffin.

      Sur ce point, nous ne serons sans doute pas d’accord. Cinquante ans après 68, c’est peut-être le retour du mode festif, qui ne doit faire oublier le sens du tragique cependant (dont Macron, soit dit en passant) ne représente qu’une caricature.

       La France est majoritairement de droite, ce n’est pas scoop. J’ai voté Mélenchon sans penser qu’il pouvait être élu. Eût-il été opposé à Macron ou même à Fillon, il aurait sans doute été battu par les puissances d’argent. Il aurait peu-être battu Le Pen, mais les mêmes puissances d’argent seraient partie sitôt en campagne pour le faire tomber.

      Vous partagez peut-être une partie de ces analyses, mais je crois que nous divergeons au moins sur un autre point que le mode festif. Dans votre billet sur Le Front républicain, vous écriviez :« le Front National peut l’emporter au soir du 7 mai »J’en conclus peut-être abusivement que vous avez voté Macron.Je ne l’ai pas fait car je ne pensais pas Le Pen pouvait l’emporter.

      A vous lire.


    • zygzornifle zygzornifle 11 mai 2018 13:23

      Mais il est partout c’est l’overdose, le harcèlement , le matraquage , la grande séance d’hypnose collective , on ne peut pas ouvrir une télé sans voire sa tronche , le voir serrer des mains , prendre la parole c’est insoutenable , on voit bien que les médias appartiennent a ses potes qui l’ont fait élire , on ne peut pas allumer une radio sans l’entendre si sur rire et chanson ouf pas encore polluée mais pour combien de temps ? .....


      • Fergus Fergus 11 mai 2018 13:33

        Bonjour, zygzornifle

        Il faut voir le bon côté des choses : seuls les partisans de Macron supportent sans broncher cette omniprésence médiatique ; les autres ont éteint leur poste ou changé de chaîne ! smiley


      • zygzornifle zygzornifle 11 mai 2018 13:24

        Macron c’est comme la chtouille au moyen age .....


        • rogal 11 mai 2018 13:38
          « En mai, fais ce qui te plait
          (expression populaire reprise en autres par le préfet Grimaud pour raconter ses souvenirs de mai 68)  »
          Le livre de Maurice Grimaud s’intitule en fait : En mai fais ce qu’il te plaît .
          Cherchez l’erreur.


          • izarn izarn 12 mai 2018 02:08

            @rogal
            Vous pouvez lire « Mein Kampf » pour les projets de Trump...


          • izarn izarn 12 mai 2018 02:07

            Oui et alors ?
            Rien compris...
            Si c’est la révolte des français...
            On peut dormir tranquille...
            La révolte des limaces...Ou des caniches ?
            Ils veulent leur nonosse ?
            Fais le beau !


            • zygzornifle zygzornifle 12 mai 2018 09:05

              a la télé ou il y a Macron ou il y a les marseillais anouna les anges le foot , on devrait nous payer pour ça .....


              • Slipenfer 1er Maitre Ratatouille 12 mai 2018 20:09
                Tournante des corvées à l’Élysée : cette semaine c’est Gérard Collomb qui passe l’aspirateur

                Comme vous le savez, le couple présidentiel acquitte la quasi-totalité de ses frais personnels à l’Elysée. Brigitte Macron fait ses courses chez Lidl et en ce qui concerne les tâches ménagères, c’est tout le gouvernement qui s’y colle, à tour de rôle.

                Chaque semaine, les ministres découvrent leurs attributions ménagères sur le panneau des tâches organisé par Brigitte Macron. C’est au tour du ministre de l’intérieur Gérard Collomb de passer l’aspirateur à l’Élysée. Tandis que le premier ministre prendre les poussières dans le bureau présidentiel et que Marlène Schiappa nettoiera les cuisines à l’eau.

                Une habitude prise dès le début du quinquennat, afin d’éviter au peuple français d’avoir à s’acquitter des factures de nettoyage des bâtiments publics. 

                « Je me tape aussi des mecs de mon âge » – Brigitte Macron sous le charme de Gérard Collomb 

                Ce vendredi midi, Gérard Collomb recevait Brigitte Macron pour un déjeuner en tête-à-tête au restaurant Daniel et Denise de Joseph Viola dans le 3e arrondissement de Lyon. Le ministre de l’Intérieur et la Première dame se fréquentent régulièrement depuis une petite semaine selon nos informations. Une relation que les deux tourtereaux arrivent de moins en moins à cacher.

                D’après certaines sources proches de l’Élysée, cette relation de façade se ferait avec l’accord du Président de la République dans le but de faire taire les rumeurs présentant la première dame comme une femme cougar chasseuse de jeunots.

                Nous avons interrogé La première dame pour la confronter aux rumeurs circulant sur sa liaison avec le ministre de l’intérieur Gérard Collomb :

                « Les hommes jeunes comme Manu font plus de sport et quand on leur enlève leurs vêtements, on y trouve un corps sexy et dessiné, c’est plutôt agréable à regarder ! », explique Brigitte Macron. « Mais je suis réaliste et je me tape aussi des mecs de mon âge : je vais avoir 65 ans l’année prochaine, je ne pense pas pouvoir au quotidien me réveiller à côté d’un homme de 40 ans », reconnait-elle.

                 smiley


                • Aita Pea Pea Aita Pea Pea 12 mai 2018 20:27

                  @Maitre Ratatouille Bonsoir.vu que vous ayez vos entrées une sex-tape Brigitte Gérard serait bien venue. En apparte pas pu vous répondre sur le nartic de l’indien irlandais.question de charte il parait...alors que mon commentaire moqueur y est toujours...loooooooolllllllll


                • Slipenfer 1er Maitre Ratatouille 12 mai 2018 21:03

                  @Aita Pea Pea
                  les indiens nous tirent des flèches,c’est normal ,homme blanc vilain . smiley


                • Aita Pea Pea Aita Pea Pea 12 mai 2018 21:13

                  @Maitre Ratatouille

                  Je n’étais pas méchant...je ne suis pas sûr que ce soit la faute de l’auteur. Avox doit prendre des stagiaires le weekend et ils font ce qu’ils peuvent...sans expérience. Des tchios biloutes comme on dit chez moi.


                • Gollum Gollum 13 mai 2018 09:16

                  @arthes


                  Sans blague ? Bloquée par l’indien ? Lui qui est tout amour ? Plein de la sagesse des plaines, des bisons, des élans et des saumons de rivière ? smiley Naaannnn... c’est pas possible.

                  J’ai bien fait de pas y être allé alors... Il devait n’attendre que ça pour me bloquer. (Le plus drôle est que je n’avais rien de bien critique à dire sur ce texte)

                  C’est assez symptomatique de voir que beaucoup qui présentent une façade humaniste, en théorie ouvert à tous, se révèlent souvent comme les pires sectaires et cela au nom de cet humanisme universaliste.

                  J’ai d’ailleurs un cas dans mon proche voisinage. C’est une femme. J’ai remarqué que ce côté « universel » était assez féminin... D’une tolérance absolue envers tout, et tous, sauf... mes propres façons de voir.. smiley Bien évidemment elle votait à gauche ou écolo au choix... écologie de façade là aussi puisque le couple possède un gros 4X4 bouffeur de carburant..

                • Gollum Gollum 13 mai 2018 09:18

                  @Aita Pea Pea

                  alors que mon commentaire moqueur y est toujours...loooooooolllllllll

                  Euh.. J’crois bien qu’il y est plus. smiley Et cela par amour bison-ours à l’état pur. smiley

                • Gollum Gollum 13 mai 2018 10:52

                  @arthes

                  Moi aussi je me sens assez païen.. J’aime bien les saumons de rivière, les bisons, les ours et les élans.. smiley

                  Mais c’est vrai que la sagesse indienne de ceux de l’Ouest ne vaut sans doute pas la sagesse de l’Inde et sa métaphysique. Le grand sachem est d’ailleurs en pleine dualité. Il ne nous dit rien d’une éventuelle positivité cachée de l’époque démentielle que nous vivons. En particulier le développement considérable de la « pensée » et qui nous a éloigné de la nature, et diabolisée par nos écolo-gogochons (si, si) permettra à terme de relier éminemment toutes choses et de retrouver l’Unité d’antan mais à un niveau supérieur.. Sinon les époques de décadence n’ont aucune fécondité et il eût mieux valu que nous continuions à chasser le bison et taquiner le saumon...

                  Sauf, qu’en effet, notre planète n’est pas éternelle et qu’elle doit mourir tôt ou tard..

                  Donc la question se pose d’une mutation spirituelle éventuelle de l’espèce afin de rejoindre d’autres frères des étoiles ayant réussi, eux aussi, cette mutation spirituelle...

                  À propos aussi de la dualité masculin/féminin évoquée dans le texte en question, le rejet de la pensée me semble une attitude éminemment féminine. Et donc de gauche.


                • Gollum Gollum 13 mai 2018 14:56

                  @arthes

                  Non j’avais dit Lucifer masculin et Satan féminin.

                  Le premier déteste la matière et voudrait vivre hors des contraintes de celles-ci d’où un côté prométhéen éventuellement (le transhumanisme est luciférien de par son désir d’échapper à la matière tout en étant sataniste de par sa négation même de l’esprit) ou sinon un ascétisme religieux. Le second déteste l’esprit et se vautrera dans la luxure (Sade est un type Satan très net), le matérialisme, l’hédonisme.. Il peut y avoir différentes formes, dans un cas comme dans l’autre.

                  Pour ce qui est de la rationalité elle est féminine de par l’objet investi, le monde de la matière, mais masculine de par le côté : je viole cette matière que je déteste en la mettant en équations, en la disséquant, en la mettant à mon service.

                  En astrologie (Mélusine va être ravie) la rationalité, ainsi que l’empirisme, les sciences de façon générale, sont les caractéristiques de signes féminins (Vierge et Capricorne).

                  Le paganisme fut un mélange complexe. L’ère chrétienne, elle, fut nettement dans la détestation de la matière, malgré le culte marial, et dans l’attente du Ciel, indiquant une incapacité à vivre ici et maintenant.

                  Du coup...Qu appelez vous la pensée ?

                  Ben tout ce qui permet à celle-ci d’échapper à la rationalité, d’essence matérielle, pour accéder à une vision plus spirituelle, moins mécaniste et robotique. 

                  Alors on peut échapper au rationnel en versant dans le mysticisme ou le délire à l’état pur ou en rejetant la pensée comme le préconise l’indien et son pote. Ou encore faire dans la surenchère affective : dévouement aux autres, etc..

                  Ou on échappe au rationnel en se basant sur des méthodes rationnelles mais qui débordent la rationalité classique : logique tétravalente, discours nietzschéen de dépassement des oppositions, idem chez Spinoza.. astrologie et arts hermétiques en général, fondées sur un certain type de rationalité mais non aristotélicien.
                  Bref, la pensée pour moi c’est un discours intelligent, qui dépasse le rationnel, fécondé par la vie intelligible pour reprendre les termes de Plotin.. alors que la rationalité est fécondée par ce qu’elle croit être le réel et les contraintes inhérentes à ce réel. D’où son incapacité à accéder au spirituel. Bref, rationalité et matérialisme sont cousins.

                  Mais la pensée aura toujours un handicap celui d’être fondé sur le langage qui limite singulièrement les choses.

                  Bon j’ai l’impression d’avoir été un peu confus.. Je laisse tel quel.

                • Méduse Méduse 13 mai 2018 15:03

                  @ Gollum

                  Non, c’est clair.

                  D’où la Poésie qui, pour paraphraser Rimbaud ou Rilke, n’est pas un agencement habile de mots mais la nécessité d’inventer une langue de l’âme pour l’âme, capable de rendre, et de dépasser le langage usuel, enfermé dans le prosaïque.


                • Gollum Gollum 13 mai 2018 15:23

                  @Méduse

                  Oui la Poésie est une art majeur permettant de rejoindre le spirituel ou du moins de l’évoquer. Parmi mes préférés : Hugo, Baudelaire, Rimbaud, Mallarmé (qui avouera ne plus être une personne), Milosz, Nerval, Rilke, Novalis...

                  On peut dire la même chose de la musique, qui est un langage : Bach arrive à nous transporter au-delà de nous-même avec une efficacité surprenante. Je me rappelle ici-même un athée revendiqué dont le pseudo était Deneb, avouer que Bach arrivait à lui faire douter de son athéisme...

                  Dans les arts traditionnels on peut citer la guématrie, art de relier les mots aux nombres et à travers ces derniers relier des mots et des notions qui seraient restés étrangers à priori (je précise que cet art ne fonctionne qu’avec des langues sacrées et avec le bon code, sinon ça ne fonctionne pas et on tombe dans le délire)

                  Tout art de toute façon peut devenir langage et nous faire accéder au divin : peinture, architecture, ce que vous voulez...

                  L’art est la façon de faire, fécondé par le spirituel. Le Moyen-Âge qui était spirituel avait ses artisans. Notre âge qui est matériel a son industrie et des objets stéréotypés, sans âme... Et l’art moderne est devenu une profanation qui au lieu de dévoiler les mondes d’en haut, lâche la bride aux mondes d’en bas. D’où les bouses modernes que tout le monde connait, que l’intelligentsia encense et que le peuple, pas encore assez perverti, rejette...

                • kalachnikov kalachnikov 13 mai 2018 15:28

                  @ Gollum

                  J’ai toujours trouvé l’accointance sur le plan du discours entre Rimbaud et Nietszche étrange, sachant qu’ils étaient de leur vivant de quasi anonymes, obscurs et ne se connaissaient pas.

                  Antonin Artaud ?


                • Gollum Gollum 13 mai 2018 15:34

                  @kalachnikov


                  Oui certains arrivent à retrouver les mêmes choses. C’est clair.

                  A. Artaud fait partie de mes lacunes à combler.

                • Aita Pea Pea Aita Pea Pea 13 mai 2018 19:17

                  @Gollum

                  Bonjour. Pour ce qui est de Bach qui pourrait faire croire en Dieu , elle n’est pas de Deneb ... Arthes ...j’aime bien emplumé lol


                • Aita Pea Pea Aita Pea Pea 13 mai 2018 19:58

                  @Mekissê

                  Merci.


                • JC_Lavau JC_Lavau 13 mai 2018 23:13

                  @arthes. N’hésite pas aller au bout de ton idée. Argumente et cite des preuves, que diable !


                • JC_Lavau JC_Lavau 14 mai 2018 12:24

                  @arthes. La discipline scientifique se démarque de tous les autres systèmes de transmission des connaissances, par une « croyance » irrévérencieuse, qui en 1500 était une nouveauté révolutionnaire : nous croyons que les experts sont faillibles, que les traditions peuvent charrier toutes sortes de fables et d’erreurs, et qu’il faut vérifier, par des expériences.

                  Vérifier. Une discipline qui semble extraterrestre à la populace comme aux bourgeois moyens.

                • JC_Lavau JC_Lavau 15 mai 2018 01:46

                  @arthes. Vu tes résultats, je ne te tiens ni pour une bonne lectrice, ni pour une bonne enquêtrice, ni pour une bonne piscologue.


                • Gollum Gollum 15 mai 2018 11:11

                  @arthes

                  Le mieux serait qu e en meme temps je puisse vous attacher et vous fouetter 

                  Euh non, les relations SM c’est pas trop mon truc.

                  Mais, il se peut que ces nuances et inversion s expliquent par une approche spirituelle d influence orientale chez vous et occidentale chez moi 

                  Non. La matière est féminine en Occident et en Orient aussi.
                  En astrologie les signes qui descendent (eau et terre) sont féminins. Ceux qui montent sont masculins. On retrouve le sceau de Salomon avec les deux triangles qui s’entrecroisent, celui pointe en bas étant féminin et l’autre masculin.

                  La vie de la pensée peut se passer du langage et du monde des représentations..

                  Oui il peut y avoir une pensée hors langage. Et hors représentations. Dans le Zen on parle de pensée sans pensée : https://fr.wikipedia.org/wiki/Hishiryo

                  .Mais Ces derniers servent à la restituer.

                  Oui.

                  Ceci dit la pensée sans pensée du Zen n’a rien à voir avec nos pensées habituelles.
                  Je ne peux pas trop en parler parce que je ne suis pas suffisamment avancé pour cela.

                  P’têt l’indien qui parle au Grand Esprit pourrait... smiley

                  Ensuite Qui pense ? Je pense qu’il faut dire que ça pense comme les bouddhistes. Bref, il s’agit d’un processus qui vient des automatismes et donc d’essence entropique pour la plupart d’entre nous. Un bavardage continuel qui est d’ailleurs une maladie typiquement occidentale on le voit ici sur Avox. Un besoin perpétuel de nouveauté, le fameux singe qui saute de branche en branche des allégories bouddhistes.
                  Par contre il y a la pensée des penseurs authentiques, à haute valeur ajoutée, et dont les trouvailles viennent des profondeurs de la psyché. Beaucoup de découvertes scientifiques viennent des profondeurs, de rêves même...

                  Alors que c est le « je suis » en l homme qui est celui qui pense, indépendamment du moi egotique,

                  Oui c’est ce que je dis plus haut. Ne pas confondre le bavardage perpétuel avec la réflexion à haute valeur ajoutée. Les deux peuvent se mélanger intimement d’ailleurs..

                  Et si je dis que Artaud est d exception , c est parce qu’ il vivait cela, il ne peut en être autrement, 

                  Oui sans doute. Malheureusement je connais très peu Artaud. Mais les grands créateurs sont ceux qui suivent leur Moi profond qui les guident à travers pensées qui viennent à l’esprit (d’où la débilité totale de condamner la pensée), rêves, synchronicités (les vraies, pas les délires de celle qui saute sur tout ce qui bouge), rencontres diverses et variées, livre(s) providentiel(s) qui vous tombe, par hasard (ou pas), entre les mains, etc...

                • Gollum Gollum 15 mai 2018 11:26

                  @arthes


                  Au fait...La femme rejette la pensée ???
                  Expliquez moi donc ce phénomène ?

                  J’ai dis ça moi ? smiley Je ne me souviens plus guère et j’ai la flemme de chercher. Mais, en effet, pensée et féminité ne font pas bon ménage.

                  Une femme qui pense, qui veut penser (elle a le droit) se virilise, pas forcément de façon style camionneuse, mais doit impérativement garder sa féminité et y veiller.. Si j’en juge à votre photo vous n’avez pas trop de soucis à vous faire.. smiley

                  De la même façon qu’un homme artiste se féminise. Un artiste fait plutôt appel à la sensation et au sentiment, il doit donc avoir une virilité forte pour équilibrer cette féminité inhérente à la fonction artistique. Du reste, l’équilibre masculin/féminin fait partie des enseignements ésotériques constants. Puisque l’Androgyne est le but même de l’Œuvre. Pas pour rien si le Christ de la lame XXI du Tarot a des seins.

                • Gollum Gollum 15 mai 2018 11:28

                  @Mekissê

                  Bah Deneb se basait p’têt en effet sur Cioran, mais il reprenait bien à son compte l’idée que Bach... etc..

                • kalachnikov kalachnikov 15 mai 2018 19:13

                  @ arthes & gollum

                  Cette perception du genre, ce qui est féminin ou masculin, est culturelle. Il suffit de prendre la langue allemande, où beaucoup de mots, féminins en français, sont masculins.Ca donne tout un rapport différent aux choses, ça se passe au niveau des concepts, comment l’on pense.

                  A titre personnel, composant de la musique, avec des textes, je me suis beaucoup questionné sur cette personne que l’on appelle ’tu’ et à laquelle souvent on s’adresse. D’une part, c’est à quelque chose, quelqu’un en soi à qui l’on s’adresse mais d’autre part, j’ai noté que lorsqu’une femme composait elle lui prêtait des trais masculins et un homme des traits féminins (ce qui fait croire qu’il s’agit de chants vulgaires de ce que le vulgaire appelle amour). A titre personnel, j’envisage cette chose fréquemment comme une guerrière, une femme mais viril (la virilité étant différente de la féminité, ce machin sirupeux sentimental).

                  Ps @ Gollum Une femme ? ’un singe avec des seins’ [Nietzsche, au sujet de Salomé]


                • Gollum Gollum 16 mai 2018 16:28

                  @arthes (& kalachnikov)


                  Hum... Bon, pas simple. En fait les choses se compliquent car il y a inversion entre niveau physique et niveau subtil (esprit et âme).

                  L’homme au niveau physique est brutal, la femme plus portée à la compassion, l’amour. Mais au niveau subtil c’est le masculin qui est compassionnel et le féminin qui est malignité et agression. C’est la raison pour laquelle la colonne de droite de l’Arbre des Séphiroth, traditionnellement masculine est celle de la Compassion comme de la Sagesse. Mais au niveau physique Compassion comme Sagesse sont féminins. D’ailleurs on incarne la sagesse sous les traits d’une femme : la Sophia. Et la figure mariale incarne Compassion et Sagesse. 

                  La brutalité masculine est donc d’essence féminine. De même l’Intelligence dans l’Arbre des Séphiroth est à gauche, associée au Féminin. Cela rejoint l’idée de la rationalité comme étant d’essence féminine mais exercée par les hommes.

                  Ces vues là rejoignent l’idée des hémisphères cérébraux. Le droit contrôle le côté gauche du corps ainsi que les aspects psychiques plutôt attribués traditionnellement au côté « gauche » du psychisme : intuition, etc.. alors que le gauche contrôle le côté droit et la rationalité, etc..

                  C’est pour cela que dans les contes de fée la figure du Mal est féminine. Il s’agit de la méchante marraine qui veut empêcher la Belle d’être réveillée par son Prince charmant.

                  Voir aussi le courant junguien du côté de Pierre Solié. Qui envisage un féminin primitif porteur d’attributs mâles, et qui peut être éminemment castrateur.

                  D’autre part l’orientation de la libido (au sens de Jung) suivant qu’elle soit extravertie ou introvertie change la nature du masculin et du féminin. Le masculin extraverti s’orientant vers la conquête des mondes extérieurs alors que le masculin introverti s’oriente vers la conquête des mondes intérieurs.

                  Un masculin introverti pourra donc passer pour un castré pour un masculin extraverti. Et ce dernier passera pour un conquérant d’illusions pour l’autre.

                  Autre exemple d’inversion sexuelle bien connue. Ce qui est droit est perçu comme masculin (phallus) et courbe comme féminin (les courbes féminines). Pourtant, dans un bâtiment traditionnel, la base carrée représente la Terre, féminine, et la coupole, au-dessus, représente le Ciel, masculin.

                  C’est en raison de ces ambiguïtés qu’il peut y avoir inversion aussi au niveau du langage comme le note bien kalachnikov. Par exemple le couple Soleil/Lune en allemand. Le Ciel est masculin chez les Grecs (Ouranos) et féminin chez les Égyptiens (Déesse Nout).

                  Un homme est masculin physiquement mais au niveau subtil féminin. D’où le côté créateur des hommes. La femme enfante des bébés, l’homme produit des œuvres. Et quand un homme a accouché d’une œuvre il dit qu’il s’agit de son bébé..

                  L’exaltation et l’enthousiasme sont lucifériens, la rigueur et le calcul, l’attachement matérialiste sont le domaine de méphisto.

                  Exaltation et enthousiasme sont, pour moi, de l’ordre de l’âme, plutôt androgyne. 

                  Sur le dernier paragraphe rien à redire. Pratiquer la suspension du jugement, faire le vide, meilleur moyen de l’empathie en effet. Très proche du Zen.

                  Bon j’espère avoir été à peu près clair..

                • Mélusine ou la Robe de Saphir. Mélusine ou la Robe de Saphir. 17 mai 2018 13:56

                  @Gollum

                  Relire le livre des transformation ou Yi JING. Bien plus nuancé. En numérologie je suis 8 et YANG. 7 et 1. Et il m’est conseillé d’aller vers les 2 (les faibles, les cas désespérés comme dirait Arthès). Conclusion de leur étude Pythagoricienne : Vous êtes : Thérapeute. Etrange, le thérapeute est donc YANG. En plus l’anagramme de mon nom avec « le » est séphiras (le saphir). Comme vous l’avez trouvé. 

                • Mélusine ou la Robe de Saphir. Mélusine ou la Robe de Saphir. 17 mai 2018 14:02


                  En plus l’anagramme de mon nom avec « le » est séphira (le saphir). Comme vous l’avez trouvé. J’essaye d’intégrer la totalité de l’arbre séphirotique de Kabaleb. Très complex. Par contre son livre sur l’nalyse des rêves laisse fort à désirer. Quant à Macron, c’est l’Ange Nithael. Légitimité successorale. 


                • Mélusine ou la Robe de Saphir. Mélusine ou la Robe de Saphir. 17 mai 2018 14:50

                  @Gollum

                  Quelques rectification. De toute façon, il faut bien une femme pour enfanter. Elle porte de ce fait toute la responsabilité du mal. L’attachement de l’enfant à son premier objet d’amour étant très fort, il a aussi le risque d’être le premier accusé de tous les maux (nous verrons ce que cela donnera avec des « mères »-homos). Il est inexact de dire que dans tous les Contes de fées, les femmes incarnent le mal. Bel exemple : Peau d’âne. Mais c’est bien de ses premières empreintes au premier objet que dépendra le futur de l’enfant et surtout et avant de la place que l’homme tient dans l’inconscient de la mère. Fermée à celui-ci ou accueillante. Le féminin ou introversion chez l’homme dépend surtout de son acceptation de sa position de passivité face à leur père (ce qui différencie totalement l’homosexualité grecque de celle d’aujourd’hui). En général, les hommes ne supportent pas l’idée de cette passivité et choisissent alors la voie « machiste » ou hyper virile (le pire incarné dans le nazisme). Si l’homme est suffisament assis dans son hétérosexualité et son lien avec sa mère ou le féminin en général, il acceptera plus aisément cette position dite de complicité homosexuelle avec le père et donc ouvre par conséquent la voie à son féminin,... 

                • Mélusine ou la Robe de Saphir. Mélusine ou la Robe de Saphir. 17 mai 2018 14:55

                  Ce qui explique que de nombreux machos sont souvent entre hommes, mais sont les plus homophobes, se traitant à tout va de lopette ou pédés. En général, il reste fixé à ce stade.....et choisiront des femmes soumises. J’ai un ami arabe qui est intello, cultivé et sa femme n’est ni soumise ni voilée et il l’adore. Mais c’est l’exception qui confirme la règle.


                • Mélusine ou la Robe de Saphir. Mélusine ou la Robe de Saphir. 17 mai 2018 15:00

                  Et quant à la création qui serait plus masculine, n’oublions pas que la femme est souvent sa muse. L’un ne va pas sans l’autre. Rappelez-vous Alice aux Pays des Merveilles. Tout le récit vient de la bouche d’une gamine pleine d’imagination. L’homme a mis en forme. 


                • kalachnikov kalachnikov 17 mai 2018 23:32

                  @ Gollum

                  ’’Un homme est masculin physiquement mais au niveau subtil féminin. D’où le côté créateur des hommes. La femme enfante des bébés, l’homme produit des œuvres. Et quand un homme a accouché d’une œuvre il dit qu’il s’agit de son bébé.’’ Etc, etc.

                  C’est culturel, me semble-t’il. Déjà la notion d’art qui est étrangère à bien des peuplades et notion-même qui a des acceptions diverses selon les endroits. Dans certaines peuplades, la pratique de l’agriculture est exclusivement féminine et cela n’a rien à voir avec le côté viril. Bref, il ne semble pas y avoir de caractères fixes du genre sauf dans un milieu clos (culture) et c’est la structure sociale qui intime.
                  Ce que vous dites me semble concerner quasi exclusivement le judéochristianisme où l’épouse est définie comme une propriété (’en possession d’un possesseur’). Et dont la fonction est d’obéir à la volonté de son propriétaire.


                • Gollum Gollum 18 mai 2018 10:14

                  @Mélusine ou la Robe de Saphir.

                  Bel exemple : Peau d’âne. 

                  Ben dans Peau d’âne le Mal n’est pas défini de façon claire. La Reine pourrait en être l’incarnation mais ce n’est pas dit clairement. On peut même se poser la question d’une éventuelle perversité de sa part de demander au Roi d’épouser la plus belle, celle-ci étant sa fille..

                  Sur le reste de votre discours, freudien, je n’adhère pas..

                  En général, les hommes ne supportent pas l’idée de cette passivité et choisissent alors la voie « machiste » ou hyper virile 

                  Ceux qui choisissent l’orientation « machiste » le sont déjà.. Un introverti ne reniera pas son introversion, il se sentira juste mal à l’aise dans une société extravertie globalement..

                  Enfin on peut avoir de la complicité avec son père, ou n’importe quel homme, sans que cela soit de l’homosexualité. Non pas que je refuse cette homosexualité latente mais précisément elle est latente, potentielle.. 

                  Quant à s’ouvrir à son féminin pour l’homme il y a plusieurs voies. Celle où le féminin devient envahissant d’où : homosexualité, déclarée ou latente. En général avec intellect faible, plutôt artiste. Ou bien un féminin maîtrisé, en équilibre, avec le masculin.. voie intellectuelle, hermétique et gnostique.

                  Il y a beaucoup d’homosexualité, plus ou moins latente, chez les freudiens, et psys de toute genre, j’en suis assez frappé. Ils restent bloqués au niveau de l’âme et sont incapables de métaphysique et de pensée vraiment forte, incapables d’accéder à l’étage du haut. Ils recherchent la mère dans toute femme inconsciemment. 

                  Le gnostique, lui, recherche la Sophia et est sensible à la Beauté et à la Féminité.

                  Chez l’homme il y a toujours un désir vers la Mère ou un désir vers la Fiancée. Suivant que l’un l’emporte sur l’autre on a deux orientations psychologiques fort différentes..

                  Et bien évidemment il y aussi l’homme classique pour lequel la femme est juste un élément supplémentaire à ses diverses conquêtes extérieures. Contrairement aux apparences la femme n’est pas un élément essentiel de sa vie psychique. Il se marie, la trompe de temps en temps, lui fait des enfants, fonde une entreprise ou milite dans un parti... Bref, vous en avez sous les yeux en abondance..

                • Mélusine ou la Robe de Saphir. Mélusine ou la Robe de Saphir. 18 mai 2018 10:22

                  @Gollum


                  Gollum, si vous avez l’occasion de lire un jour : La forge de Lourmarin. LE Guy en question fut mon grand amour. Juis psychanalyste ET forgeron (Héphaïstos), il y est question de cette recherche du père parti à Auschwitz pendant la guerre. Et le travail du fils pour le retrouver. J’ai l’autre version de l’histoire, c’est moi qui l’ai tapée à la machine. http://compagnonnage.info/blog/blogs/blog1.php/2010/06/02/souscription-leforgerondelourmarin. Vous comprendrez ce qu’il en est au sens de l’initiation....

                • Mélusine ou la Robe de Saphir. Mélusine ou la Robe de Saphir. 18 mai 2018 10:24

                  Le sujet de la formation psychique du père m’a longtemps passionnée. Qu’est-ce qu’être père au niveau de la filiation et la transmission ?


                • Gollum Gollum 18 mai 2018 10:36

                  @kalachnikov


                  Pas vraiment d’accord. J’avoue mal connaitre l’anthropologie et les mœurs des primitifs mais je pense qu’il y a des clivages sexuels fondamentaux. Votre exemple de l’agriculture n’est pas, pour moi, quelque chose de fondamental. Donc que cela soit féminin ici, et masculin ailleurs ne me gêne pas.

                  c’est la structure sociale qui intime.

                  Assez marxiste comme façon de voir non ?

                  Ce que vous dites me semble concerner quasi exclusivement le judéochristianisme où l’épouse est définie comme une propriété (’en possession d’un possesseur’). Et dont la fonction est d’obéir à la volonté de son propriétaire. 

                  Je n’ai pas eu la sensation d’envisager le féminin comme possession.

                  Le Soleil est masculin (et qu’en allemand il soit féminin ne me semble pas rédhibitoire) en astrologie. Et la Lune féminine. Voir Mircea Eliade dans son Traité d’histoire des religions. On a toujours l’association Lune = Femme = Eaux = Terre. Alors que Soleil = Feu = Père..

                  Mais la Lune peut avoir la première place socialement et mythiquement. Au sein du christianisme la saga du Graal montre un Féminin au premier plan. C’est la Reine qui gouverne, en profondeur, même si c’est le Roi qui semble être au premier plan. La raison en est que le Roi incarne un masculin trivial alors que la Reine est porteuse du masculin sacré. Il s’agit de la Femme porteuse du Soleil (elle est blonde d’ailleurs.. Non, non, Mélusine ne vous sentez pas concernée svp). Et ses amants (Lancelot et Cie) sont en charge de la quête sacrée.

                  On a eu un peu le même phénomène au sein du christianisme de masse avec la figure de Marie arrivant presque à éclipser la figure de Jésus.. 

                • Gollum Gollum 18 mai 2018 10:40

                  @arthes

                  Et l"agriculture en plus de la cueillette fut , semble t il , longtemps la tache des femmes durant que le guerrier défendait la casbah et allait tuer le mammouth pour nourrir la maisonnée, j’entends par la que le rôle de l’homme dévolu à la guerre, défendre sa famille et la chasse.


                  Oui il y a quand même des fondamentaux bien visibles à peu près partout. En bref, l’homme est de Mars et la femme de Vénus.. 

                  D’accord il peut y avoir des exceptions (amazones), m’enfin.. ce sont justement des exceptions.

                • Gollum Gollum 18 mai 2018 10:44

                  @Mélusine ou la Robe de Saphir.

                  Le sujet de la formation psychique du père m’a longtemps passionnée. Qu’est-ce qu’être père au niveau de la filiation et la transmission ?


                  Moi non. C’est plutôt le Fils qui m’intéresse. Qu’est-ce qu’être Fils au sein de la filiation et de la transgression ?

                  Bref, être fils c’est soit suivre le Père, soit être en rupture avec lui. Et donc dans la transgression et dans la révolution. Tracer sa propre route. Trouver son propre chemin.

                • Mélusine ou la Robe de Saphir. Mélusine ou la Robe de Saphir. 18 mai 2018 10:56

                  @Gollum


                  Tuer et préserver. Dilemme très riche. Idem pour la fille qui comme moi avait une mère hyper rivalisante. Avoir un père très brillant : indépassable. Raison pour laquelle Freud n’eut que sa fille Anne pour lui succéder. Juste Lucian Freud artiste. Freud n’aimait ni la musique, ni l’art (excepté tourné vers l’archéologie). Porte fermée devant Breton. Oui, j’ai connu dix générations de notaire s’appelant (je ne l’invente pas) : Notaris. Comple. L’idéal étant, de mon point de vue : garder la structure (ou ce qu’elle avait de meilleur, élagant le reste) et l’habiller selon sa propre évolution.

                • kalachnikov kalachnikov 18 mai 2018 17:20

                  @ Gollum

                  Je me suis documenté sur l’ethnologie et l’anthropologie, la question de l’homme naturel aussi (les enfants dits sauvages, en particulier) pour justement avoir un comparatif avec notre propre civilisation.

                  Le discriminant, ce n’est pas du tout le genre mais le partage des tâches ; c’est-à-dire que pour certains motifs et en particulier en vue de canaliser la sexualité, qu’elle se déroule de façon chaste/licite, les femmes devaient rester avec les femmes, les hommes avec les hommes. C’est la même chose avec les classes d’âge, les enfants vivent entre enfants, les adultes entre eux, les vieillards entre eux. Les moments où il y a mélange sont normés par la loi du groupe. (plus tard, avec les castes, ce sera une nouvelle accentuation, historiquement).

                  Par possession dans la culture juive et partant dans celle judéochrétienne, c’est de même un partage des tâches. Le leit motiv est ’allez, fructifiez’, et le rôle de la femme, c’est d’être ensemencée et de pondre. Et de développer les qualités afférentes. Quand un individu n’est pas assez ’bon’, en vous en faites pas, il y a des moyens pour le discipliner. La jeune fille qui veut sortir du cadre qui lui est inconsciemment assignée par la comunauté est culpabilisée alors qu’elle est déjà culpabilisée/orientée dès le berceau (Il y a un très beau film sur le sujet, ’kaddosh’ d’Amos Gitaï).
                  Pour bien comprendre ce qu’est originellement cette culture, il suffit de penser au bain rituel (le mikvé), au voile (puis la perruque), etc. Toute la vie de la femme gravite autour d’un même rôle.

                  Cela étant, ça n’enlève rien aux symboles et archétypes, etc. Je pense que les symboles, etc n’existent que dès le moment où l’unité s’est fracturée pour devenir deux pôles distincts et (dans notre culture de façon paroxystique) antagonistes ou inconciliables. C’est donc déjà un phénomène culturel et à mon sens, il m’apparait hasardeux de toucher à l’unité par là. Cela permet en fait de déchiffrer l’inconscient mais avec notre conscient. C’est pour ça que je ne peux m’accorder avec keim et son procès continu du mental, de la pensée, etc. On est défiguré et hors exceptions, on n’a jamais accès directement aux symboles et quand bien même on y a accès, on est obligé d’interpréter, avec le conscient. A titre personnel, je ne vois pas cette impossibilité immédiate come une dégradation ; car elle a forcément un sens. Toute l’aventure depuis la naissance, vivre en osmose avec l’univers, puis devenir aveugle, puis peut-être ou parfois parvenir à renouer, c’est tout le chemin qui a un sens.

                  Concernant l’art, c’est une notion très occidentale. Primitivement, l’art est toujours lié au sacré. Il y a des peuplades qui, par exemple, font de superbes peintures ; qui ont des milliers de motifs ; et pourtant, génération après génération, n reproduit les mêmes motifs sans varier (dans certains peuples, c’est même une transgression très grave). Il n’y a aucune créativité là-dedans, le peintre est plus proche de la machine que d’autre chose.
                  Lascaux - Montignac, c’est très près de chez Arthès -, nous trouvons cela beau mais avec notre éducation, avec notre mental. Il est difficile voire impossible de déterminer si les gesn de l’époque agissaient par souci du beau, etc. Ils avaient peut-être et sûrement leur notion du beau qui d’ailleurs étaient peut-être très éloignée de la nôtre et de Lascaux.
                  Les chambres mortuaires égyptiennes sont très belles mais ce n’est pas ce qui a motivé leur création ; l’objet, c’était d’assurer le passage dans l’au-delà que les Egyptiens redoutaient.


                • Gollum Gollum 13 mai 2018 15:46

                  @Mélusine ou la Robe de Saphir.

                  Ne connaissant pas le gus, j’ai testé,... ça va, j’ai compris,...

                  Quoi ? Il vous a viré ? smiley Je ne sais pas s’il l’a fait mais vous le mériteriez vos posts n’ont, mais alors rien de rien, à voir avec le texte. Toujours pareil quoi : moi, moi, moi et encore moi... On dirait l’agent Smith dans Matrix.

                • Mélusine ou la Robe de Saphir. Mélusine ou la Robe de Saphir. 13 mai 2018 15:49

                  @Gollum

                  Matrix, non ,c’est pilule rouge et parfois bleue. Donc : OUT (lire MAL : DIVERGENTE féminine,...).

                • kalachnikov kalachnikov 13 mai 2018 15:52

                  @ Mélusine

                  Plus ça va, plus je pense que vous formeriez un formidable couple avec Jean Robin.


                • Mélusine ou la Robe de Saphir. Mélusine ou la Robe de Saphir. 13 mai 2018 15:54

                  @kalachnikov


                  Ouf, je pensais que vous alliez écrire Jean Roque. Merci pour ce moment.

                • Gollum Gollum 13 mai 2018 15:54

                  @kalachnikov

                   smiley Dans le genre divergente il est pas mal aussi en effet..

                • Mélusine ou la Robe de Saphir. Mélusine ou la Robe de Saphir. 13 mai 2018 16:00

                  @kalachnikov


                  rêvez mon cher fantasmez, il en restera toujours quelque chose. Zemmour, pas du tout mon type d’homme. Par contre Cremer : https://www.google.be/search?q=Bruno+Cremer&source=lnms&tbm=isch&sa=X&ved=0ahUKEwi9yLCX7ILbAhVFVsAKHbdpDQ4Q_AUICigB&biw=1164&bih=614#imgrc=cSZvc_7NLnDP6M :. Macron, elle peut le garder. IMBERBE ; J’aime les hommes marqués par la vie, genre : Zorba le GREC.

                • kalachnikov kalachnikov 13 mai 2018 23:27

                  @ Mélusine ou la Robe de Saphir.

                  Justement, très chère, il est velu. Et avec ça éveillé. Je vous le présente.


                • Mélusine ou la Robe de Saphir. Mélusine ou la Robe de Saphir. 13 mai 2018 15:11

                  Otez ou zappez un « f » de trop,....


                  • Mélusine ou la Robe de Saphir. Mélusine ou la Robe de Saphir. 13 mai 2018 19:20

                    Chacun son Trip spirituel. Maître de Bach : Heinrich Scheidemann. A ne pas mettre entre toutes les oreilles,.. Trop haut,...

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès