• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Pas de dérogation dans l’Humanisme

Pas de dérogation dans l’Humanisme

Mesdames, Messieurs les incroyants,

 

Le seul combat auquel nous sommes invités à prendre part est celui contre les religions et non celui contre les croyants.

Est-il nécessaire de rappeler que les porte-parole des religions, je ne dirai pas qu’ils sont conscients ou non, parce que la conscience est l’ennemie de la foi. Donc, est-il indispensable de rappeler que les propagateurs n’ont aucune logique quand ils se mettent en branle. L’ingrédient de base d’un raisonnement logique est l’état de conscience. En aucun cas, une personne anesthésiée ou hypnotisée n’est en mesure de se comporter avec discernement. Elle est sous contrôle et perd toute notion de volonté propre. Telle une marionnette, le croyant est téléguidé et obéissant.

Que peut-on attendre de ces gens ? En réalité, pas grand-chose de positif. Par contre, il ne faut pas perdre de vue leur capacité de nuisance et de contagion. Faut-il alors les combattre ? Je ne le crois pas. Je pense même, qu’il faut leur venir en aide. Certains d’entre vous me diront qu’on ne peut pas obliger un âne à boire. C’est vrai. Mais est-ce une raison pour battre l’âne ? Eh ben non. Savez que l’humanité, à côté de toutes ses horreurs commises, a réalisé beaucoup de belles choses. Pour le sujet exposé, j’en prends l’exemple des hôpitaux et des urgences. Dans ces lieux on ne traite pas des personnes normales. Seules les personnes souffrantes d’un mal y sont admises. Elles sont, sauf cas marginal, toutes bien traitées et soignées. La grande majorité quitte ces lieux en bonne santé. D’autres, très peu nombreuses, dont les cas sont très avancés pour ne dire en phase terminale, passent dans des départements ou autres institutions pour accompagnement et soins palliatifs. Dans l’un comme dans l’autre cas, le maître mot est l’humanisme irréprochable avec lequel ces personnes sont prises en charge par le personnel représentatif de notre société.

Le modèle des soins des personnes souffrantes est applicable tel quel et sans exception à tous les croyants (comprenez malades). Y compris à ceux qui prétendent le faire par choix et en toute connaissance de cause, puisque nous savons d’avance que ce n’est absolument pas possible. Et même en imaginant qu’il est probable qu’ici et là, quelques cas peuvent échapper à la règle. Et si une personne décide sciemment de contracter une maladie ? Quel sera le devoir des services de santé ? Toujours l’obligation de soigner. Parce que cette personne peut être porteuse d’une maladie contagieuse, et le laisser dans son état par respect à ses convictions va à coup sûr à l’encontre de l’intérêt public. Donc, au nom de la protection de la collectivité, la liberté individuelle doit s’incliner si elle n’est pas compatible avec l’intérêt général.

Les incroyants, votre état est celui naturel, vous êtes nés libres et sains, vous n’avez pas le droit de maltraiter vos semblables parce qu’ils sont atteints d’un mal quelconque. Ne soyez pas durs avec eux. Ne soyez ni méprisants ni arrogants. Ne soyez pas haineux. Parce que c’est fatalement inhumain et contraire avec votre éthique. Ne tombez pas dans le pardon non plus. Les croyants ne vous font pas du mal consciemment. Ils n’ont pas de conscience. Ils sont pris en otage et épris de leurs maîtres. Leur venir au secours est une obligation humanitaire.

Hamda Ouakel


Moyenne des avis sur cet article :  2.15/5   (13 votes)




Réagissez à l'article

29 réactions à cet article    


  • amiaplacidus amiaplacidus 25 janvier 13:59

    @l’auteur, lorsque vous dites « Le seul combat auquel nous sommes invités à prendre part est celui contre les religions et non celui contre les croyants. », l’agnostique que je suis ne peux que vous donner raison.


    • Pascal L 25 janvier 14:59

      @amiaplacidus
      L’agnosticisme est une croyance de même nature que la croyance religieuse...


    • amiaplacidus amiaplacidus 25 janvier 16:02

      @Pascal L
      Je crois que vous ne savez absolument pas ce qu’est l’agnosticisme.

      C’est simplement ne pas avoir du tout de croyance, ne pas croire qu’une quelconque déité existe ou qu’elle n’existe pas. C’est penser que ce genre d’interrogation est totalement hors de la compréhension humaine.

      Si une déité existe, elle doit être très loin de ce qu’en font les représentations humaines. Très loin des fables et contes de fées habituels des religions de quelque obédience soient-elles.


    • Pascal L 25 janvier 16:59

      @amiaplacidus
      C’est bizarre, vous ne croyez pas aux divinités mais vous savez ce qu’elles sont ou ne sont pas. Parler de déité est déjà une volonté d’enfermer Dieu. Vous n’avez jamais vu la théière de Russell, donc vous ne pouvez pas la décrire. Dieu n’est certainement pas ce que vous imaginez, ce qui m’oblige à vous donner raison sur ce point, mais cela ne signifie pas que Dieu n’existe pas.
      Dieu, vous ne l’avez jamais rencontré, vous ne pouvez jeter du revers de la main les centaines de témoignages de ceux qui l’ont rencontré. L’absence de preuves ne peut être la preuve de l’absence. Bien entendu, sans avoir fait cette expérience, comprendre, même très partiellement Dieu nous échappe. Mais justement, un Dieu qui ne se manifeste pas à l’humanité n’a pas plus de chances d’exister que la théière de Russell. Mais le Dieu que je rencontre, justement, se manifeste à l’humanité. Il ne nous dit pas grand chose de lui-même, sinon son amour infini pour l’humanité et sa volonté d’offrir son salut à tous. Le reste de sa communication vise à nous placer, individuellement, sur ce chemin. Il nous demande aussi, désolé, d’annoncer ce salut à tous pour que personne ne reste sur le chemin.
      Je suis aussi d’accord sur le fait que Dieu nous déconcerte à chaque rencontre, justement parce qu’il ne peut pas être le fruit de notre imaginaire. Par contre, le Dieu que je rencontre est conforme au Dieu des Evangiles dans ce qu’ils nous disent. Là où nous sommes surpris, c’est sur ce que les Evangiles ne disent pas, parce que notre imaginaire a essayé de combler les vides.
      Ceci dit, vous pouvez bien croire à ce que vous voulez ; si j’annonce ce salut, je ne suis pas chargé de vous convaincre. Pour cela, interrogez Dieu directement... Dieu ne vous est peut-être pas accessible, mais vous lui êtes accessible.


    • amiaplacidus amiaplacidus 25 janvier 17:09

      @Pascal L qui dit : « ... Ceci dit, vous pouvez bien croire ... ».

      Décidément, vous n’avez pas compris que je ne crois à rien, absolument à rien, ni à l’existence d’un ou plusieurs dieux (ou déesses ), ni à leur inexistence.

      Quant à la théière de Russell, pouvez-vous me prouver qu’elle n’existe pas ?


    • Pascal L 25 janvier 17:39

      @amiaplacidus
      Votre absence d’esprit scientifique est sidérant... Personne ne peut prouver que la théière de Russel ou Dieu n’existent pas. Le fait, par contre, que vous vous raccrochez à cette historie de théière nous montre que vous n’avez pas grand chose pour consolider votre absence de croyances qui devient par là une croyance. Quand on ne sait pas, on dit qu’on ne sait pas, on ne cherche pas à accuser les autres de ne pas savoir. Des fois qu’il y en ait qui savent...

      Le fait que l’on puisse observer les manifestations de Dieu et pas celles de la théière créent un vraisemblance pour Dieu qui n’existe pas pour la théière. En l’absence de preuves possibles, c’est la méthode scientifique qui crée la vraisemblance. Les historiens n’ont pratiquement jamais de preuves et construisent une vraisemblance grâce à leur méthodes de travail. Toute incohérence est le signe d’au moins une erreur (voire un mensonge) qu’il faut débusquer. Les convergences, par contre, alimentent la vraisemblance. Dans certaines civilisations et dans toutes les idéologies, on ne cherche pas l’erreur, on construit une excuse, une histoire non vérifiable qui va réconcilier les termes de l’incohérence. La théière de Russell fait partie de ces excuses. Le problème de l’excuse est qu’elle ajoute encore des incohérences qu’il va falloir traiter par de nouvelles excuses dans un processus infini. L’islam s’est entièrement construit sur des excuses car Dieu ne s’y manifeste pas plus que les théières célestes et le Coran est un monument d’incohérences.


    • chat maigre chat maigre 25 janvier 17:47

      @amiaplacidus

      Ça fait un peu nihiliste smiley smiley

       Nous ne croyons à rien, Lebowski, à rien ! Et demain on reviendra te couper ton zézette ! On reviendra couper zézette !


    • amiaplacidus amiaplacidus 25 janvier 19:20

      @Pascal L qui dit : « ... ... » : « Votre absence d’esprit scientifique est sidérant... »
      Il faut croire que les gens qui m’ont payés durant plus de 30 ans pour participer à des recherches en physique des hautes énergies avaient un autre avis que le vôtre et, sauf votre respect, j’accorde bien plus d’importance à leur avis qu’au vôtre.

      « Le fait que l’on puisse observer les manifestations de Dieu  »
      Pourriez-vous m’en citer une, une seule, de ces manifestations, attestée par des témoins et reproductible ? C’est le B, A, BA de toute approche scientifique.

      Vous citez l’islam, mais l’islam n’est qu’une copie plus ou moins caviardée du christianisme qui n’est lui-même qu’une copie, caviardée également, du judaïsme lequel n’a fait que reprendre des légendes sumériennes, lesquelles ....
      Bref, on nage en pleine mythologie et contes de fées. Ce que l’homme ne comprend pas, il l’explique par de la magie ou de la divinité.

      Le malheur, c’est que toutes les religions sont responsables d’une quantité innombrable de morts par leur sectarisme.
      En revanche, on n’a jamais entendu parler de violences au nom des agnostiques ou des athées.


    • Pascal L 25 janvier 23:36

      @amiaplacidus
      Que vous ayez fait 30 ans de recherche en physique des hautes énergies ne signifie pas que vous soyez compétent dans d’autres domaines, en particulier dans les domaines qui ne sont pas des sciences dures. Je suis également scientifique, mais je me suis trouvé au croisement des sciences, m’obligeant à une approche transversale entre des sciences dites dures et des sciences humaines (aéronautique et spatial) et je n’ai certainement pas plus de raisons que vous de rougir de ce que j’ai fait. La scientificité des sciences humaines provient de la méthode de travail et dans mon domaine, le niveau d’exigence est très élevé. Une erreur se paie très cher car un accident est vite arrivé.

      Vous voulez une manifestation visible de Dieu, vous avez ce qui s’est passé à Fatima où plus de 30000 témoins ont vu le soleil danser... Une part des témoins n’étaient même pas sur place et n’ont pas été prévenus qu’il allait se passer quelque chose. Vous avez les très nombreux miracles de Lourdes dont une petite partie est validée par des experts extérieurs à l’Eglise. Cette validation est même nécessaire pour que le miracle soit reconnu par l’Eglise. Vous avez la résurrection même de Jésus qui a été constaté par plusieurs centaines de témoins. Beaucoup ont voulu contester scientifiquement cette résurrection et n’y sont pas arrivés. Jésus est le personnage le mieux attesté, et de loin, de toute l’antiquité (lisez « Les Evangiles à l’épreuve de l’histoire » de Bruno Bioul). Pour la reproductibilité, vous passerez car l’opérateur n’est pas humain et vous ne pouvez pas appliquer des critères de sciences dures à des sciences comme l’histoire. Faut-il pouvoir reproduire les grandes batailles pour les attester ? Pouvez-vous prouver l’existence de Napoléon ? (un anglais, Richard Whately, à chercher à démontrer son inexistence dans une réflexion sur la vraisemblance). Que savez-vous réellement sur Jules César dont il a fallu attendre 9 siècles pour connaître ses écrits ? Si Dieu est, il est est en dehors de la matière et du temps qui sont des grandeurs relatives apparues avec le Big Bang. Tous nos appareils de mesures n’existent que pour ces grandeurs relatives. Il n’existe aucun appareil capable de mesurer Dieu. Néanmoins, nous pouvons communiquer avec lui. Ne me demandez pas comment ça marche, je n’en sais rien mais l’espèce humaine est la seule à pouvoir faire cela et ce, depuis la naissance de l’humanité. Les chamans existent depuis la nuit des temps et communiquent avec les esprits. Ils arrivent très bien à obtenir des guérisons par ces esprits. Si vous êtes scientifique, vous savez qu’il n’existe absolument aucun effet mesurable avec un pendule et pourtant les radiesthésistes obtiennent des guérisons. Où sont les preuves ? Quels sont les mécanismes impliqués ?

      Vous avez des centaines de témoignages sur Internet, mais bien sûr, ces révélations sont privées. Dieu vous aime également, il peut faire quelque chose pour vous mais il ne le fera que si vous ne cherchez pas à le piéger ou à à conforter votre ego. N’étant pas soumis au temps, ils sait comment vous recevrez ce qu’il a à vous dire et s’il ne vous dit rien, vous ne pouvez que vous en prendre à vous.

      La plupart des actions de Dieu dans notre monde visent à conforter une seule personne dans sa foi. Cette personne sait ce qui s’est passé et n’a pas besoin de se faire examiner par des médecins. J’ai reçu une petite guérison instantanée qui ne pouvait pas être le résultat de la médecine ou de la nature et cette guérison a été annoncée deux jours à l’avance sans que je sache que j’étais concerné. J’avais prié pour d’autres personnes et je n’avais rien demandé pour moi. J’ai prié avec d’autres pour des guérisons et des guérisons inexplicables par la science sont arrivées. J’ai prié avec d’autres pour casser des liens avec des démons et les personnes concernées s’en sont trouvées soulagées. Je suis témoin, avec d’autres, de ces phénomènes. Même si je vous mettais une preuve sous le nez, vous ne me croirez pas car vous ne voulez pas me croire. D’ailleurs, l’absence de preuves est préférable car elle vous permet de conserver votre liberté. Dieu vous a fait libre, y compris de le refuser, et je suis pas là pour vous enchaîner. Ceux qui ont cherché ont trouvé et vous ne pouvez pas prouver qu’ils se sont trompés. Que vous ne soyez pas convaincu m’est indifférent car je ne cherche pas à vous convaincre.

      Sur l’islam, un autre de mes dadas scientifiques actuels, vous vous trompez complètement. Vous ne faites que répéter vos préjugés sans vérifier. La science dit autre chose... et ce ne sont pas les historiens, les archéologues, les linguistes, les philologues, les épigraphistes... qui manquent pour traiter ce sujet. J’en ai une bibliothèque complète. Quand on ne sait pas...



    • Claude Courty Claude Courty 26 janvier 09:53

      @Pascal L

      Contrairement à la pensée religieuse, la science évolue. Et la “danse du soleil” de Fatima trouve peut-être de nos jours des explications que la science était dans l’incapacité de fournir à l’époque de ce “miracle”.
      Idem dans tant d’autres cas !


    • Pascal L 26 janvier 11:12

      @Claude Courty
      Vous avez parfaitement le droit de formuler des hypothèses pour cette danse du soleil. Mais autant que je sache, rien n’a été publié qui puisse être vérifiable. La tentation est toujours très grande, lorsque nous sommes face à un phénomène inexpliqué, d’inventer une explication invérifiable. Nous sommes alors dans la logique de l’excuse et plus dans celle de la science. C’est ainsi que fonctionnent toutes les idéologies. Quand nous observons un phénomène que nous ne comprenons pas, nous ne pouvons pas le rejeter parce que nous ne le comprenons pas mais nous avons le devoir d’avouer notre ignorance. Formuler des hypothèses est sain, mais tant que ce ne sont que des hypothèses, nous ne pouvons en faire des lois.

      Ne dites pas que la pensée religieuse n’évolue pas car, pour les chrétiens, les dogmes représentent l’état actuel de nos connaissances sur Dieu, souvent confirmés par Dieu lui-même dans une révélation privée. Depuis 2000 ans, beaucoup de dogmes sont apparus, montrant par là une évolution de cette pensée. Ces dogmes n’apparaissent pas au hasard, ils sont le fruit d’une longue réflexion et d’un consensus des théologiens. Rien ne vous interdit de proposer vos propres solutions, mais pour qu’un nouveau dogme apparaisse, il faut souvent plus d’un siècle d’échanges et de réflexions.

      Il n’y a pas de contradiction entre la pensée religieuse et la pensée scientifique, chacune ayant son domaine d’application. La science est prise en compte pour faire évoluer la pensée religieuse. La science, lorsqu’elle établit ses lois, nous ouvre des fenêtres sur la vérité. Cette connaissance est très précieuse pour séparer ce qui peut venir des hommes de ce qui peut venir de Dieu dans les écrits. Il est clairement admis que les livres bibliques, s’ils sont inspiré par l’action de Dieu, ils sont aussi l’expression des auteurs qui ont mis leurs mots sur ce qu’ils ont ressentis. La Bible ne contient aucune révélation de nature scientifique, ni même historique, et dans ce domaine, elle n’est que le reflet de la pensée de l’époque. La seule inspiration dans la Bible est lorsqu’elle nous parle de Dieu et ce sont des hommes qui nous parlent des hommes. Il nous faut donc comprendre la pensée d’une époque pour l’interpréter correctement. Lorsque la Bible nous parle de Dieu, rien ne nous interdit d’appliquer une démarche scientifique comme peuvent le faire des historiens. Nous pouvons rapprocher ces écrits de notre propre expérience de nos rencontres avec Dieu. Seule la convergence a du sens et toute incohérence est le signe d’au moins une erreur (ou d’un mensonge...).


    • chat maigre chat maigre 25 janvier 14:48

      Bonjour, j’ai un peu de mal à comprendre l’intérêt de toute cette pleurniche !!!

      J’ai lu le traité d’atheologie de onfray et c’est son fil conducteur « je n’en veux pas aux croyant mais à ceux qui les poussent à croire »

      Je suis d’accord sur le principe mais dans la réalité il en est tout autrement.

      Quand les croyants nous qualifient d’infidèles, de goyims ou de mécréants, des êtres à peine humains et bien inférieurs à eux !!!

      Quand les croyants nous voient, à nous les humanistes, comme le problème à éradiquer pour que leur monde soit « meilleur ».

      Quand les croyants tuent, assassinent et terrorisent le reste de la population !!!

      D’après vous il suffit de détourner le regard et le problème disparaît comme par magie.

      De toute façon ils n’ont pas conscience de leur actes et on ne peut donc pas les juger, c’est un peu facile...non ?

      Dans la société, si une personne commet un crime et qu’elle est jugée irresponsable de ses actes en raison de ses problèmes psychologiques ou psychiatriques, elle a une obligation de soin ou elle est mis à l’écart de la société (asile) pour protéger le reste de la population

      Certains croyants sont modérés et vivent leur croyance de façon personnelle ou privée. Nous pouvons réussir à vivre en harmonie avec ces gens là.

      Pour les autres, intégristes et belliqueux, vivre en harmonie est impossible et il faut les combattre pour ne pas que leurs idées et visions obscurantistes et nauséabondes pour l’humanité ne se propagent et se diffusent.


      • Claude Courty Claude Courty 26 janvier 09:39

        @chat maigre

        À propos du traité de M. Onfray

        Ouvrage plus communiste-anticlérical que athée.

        Excès de langage faisant de l’athéisme une religion du non-Dieu. Aussi radicale et intolérante que les autres, l’auteur s’en fait lui-même le grand prêtre, avec tout à la fois l’infaillibilité d’un pape, la violence d’un grand mollah et les certitudes d’un rabbin. Il pontifie tout comme eux, à grand renfort de citations partisanes, de démonstrations réductrices et d’omissions allant de soi.

        Relents d’intégrisme.

        Démontre, s’il en était besoin, que la vanité de ceux qui prétendent se passer des dieux est au moins égale à celle qui habite ceux qui se croient dignes de leur considération.

        À plus d’un siècle de distance, c’est une actualisation des attendus de la loi sur la séparation de l’église et de l’état, appliquée à des religions qui n’ont jamais cessé de se faire une guerre sans merci et subissant, de nos jours, comme tout un chacun, les effets de la mondialisation.

        En tout cas, bien éloigné de la libre pensée, ou du libre examen auxquels prétend l’auteur.

        Peut-être lu par quiconque doute de la raison de ceux qui prétendent ne jamais avoir tort.


      • houakel houakel 27 janvier 10:07

        @chat maigre

        « D’après vous il suffit de détourner le regard et le problème disparaît comme par magie. »

         

        Nullement je n’’ai préconisé de fermer les yeux, j’ai dédié un paragraphe entier à l’obligation de soigner les croyants : « Le modèle des soins des personnes souffrantes est applicable tel quel et sans exception à tous les croyants (comprenez malades). Y compris à ceux qui prétendent le faire par choix et en toute connaissance de cause, puisque nous savons d’avance que ce n’est absolument pas possible. Et même en imaginant qu’il est probable qu’ici et là, quelques cas peuvent échapper à la règle. Et si une personne décide sciemment de contracter une maladie ? Quel sera le devoir des services de santé ? Toujours l’obligation de soigner. Parce que cette personne peut être porteuse d’une maladie contagieuse, et le laisser dans son état par respect à ses convictions va à coup sûr à l’encontre de l’intérêt public. Donc, au nom de la protection de la collectivité, la liberté individuelle doit s’incliner si elle n’est pas compatible avec l’intérêt général. »

         

        Quant aux thérapies possibles, je les ai énumérées dans un catalogue que vous trouvez dans l’article ci-dessous dans le chapitre Loi du vivre ensemble.

        https://www.agoravox.fr/tribune-libre/article/les-cultes-a-l-assaut-de-la-210992


      • chat maigre chat maigre 27 janvier 10:16

        @houakel

        merci pour votre réponse et j’ai donc dû être distrait pendant la lecture de votre article.
        je suis tout à fait en accord avec ce que vous soulignez dans votre réponse et je vais relire votre article plus attentivement et poursuivre sur le lien que vous venez de me transmettre.
        bonne journée à vous.


      • Pascal L 25 janvier 14:58

        Et que puis-je faire si Dieu est intervenu à ne multiple reprises dans ma vie, y compris par une guérison inattendue. Allez-vous combattre Dieu ? Pourquoi dénier qu’il existe une part spirituelle en chacun de nous ?

        Par ailleurs, s’il s’agit de chasser le mensonge, il nous faut combattre toutes les idéologies, y compris celles qui affirment que Dieu n’existe pas car elle sont bien incapable de le prouver.

        Le mensonge, c’est le cœur de toutes les idéologies, car pour qu’elle fonctionne il faut s’appuyer sur note besoin de reconnaissance dans la société et sur notre orgueil. Cette reconnaissance nous est offerte en échange de l’acceptation du mensonge sans vérification. Le mensonge, c’est d’affirmer qu’il existe un camp du bien qui combat le camp du mal car de tels groupes ne peuvent exister. Nous avons tous en nous le bien et le mal et il est de notre responsabilité de développer l’un en freinant l’autre. Dès que nous définissons un camp du mal, nous sommes dans le mensonge, que le mal soit les Juifs, les capitalistes, les chrétiens, les climatologies-sceptiques, les anti-vax et j’en passe. Le camp du mal n’existe que pour caresser l’ego de ceux qui n’en font pas partie. Le camp du mal permet de contrôler les personne par la peur car une personne qui se pose des questions sur l’idéologie passe automatiquement dans le camp du mal. Commençons donc par nettoyer la poutre qui est dans notre œil avant de regarder la paille dans l’œil de l’autre.

        Il est certains que quelques religions répondent parfaitement à la définition de l’idélogie, mais pas toutes. Mettre toute les religions dans le camp du mal est idéologique, c’est encore un mensonge qui doit être combattu.


        • Claude Courty Claude Courty 26 janvier 09:57

          @Pascal L

          La foi peut sauver, simplement parce qu’elle est contraire à la raison, voire à la simple observation.

          https://pyramidologiesociale.blogspot.com/2018/06/dieu-et-la-pyramide-sociale.html


        • Pascal L 27 janvier 19:09

          @Claude Courty
          Curieuse interprétation. La foi n’est pas opposée à la raison. Les phénomènes liés à la foi peuvent être examinés sous l’angle de la raison. Le fait que nous ne pouvons pas démontrer l’existence ou l’inexistence de Dieu n’est pas contraire à un examen rationnel de ce qui nous est donné d’observer.

          Sur la page que vous me proposer de lire, ça commence plutôt mal question raisonnement. Je vous cite « Quand l’humanité et les autres espèces qui peuplent notre planète atteignent un état de dégradation, de violence et de désordre généralisé, comme jamais n’en ont connu les civilisations ayant laissé des traces de leur passage, le doute n’est plus permis ; Dieu ne peut exister ! » Le passage du constat à la conclusion n’est pas étayé et il manque une bonne partie du raisonnement. En l’état, il s’agit d’un sophisme et si je lis la suite je vois une enchaînement continu de sophismes. Je vois aussi un décalage de l’amour à la bonté, encore un sophisme ; Dieu est amour, il n’est pas bonté. Vous affirmez que la bonté est une trouvaille de l’homme. La bonté, je ne sais pas, mais pour l’amour, je vous ferai remarque que le bébé, à sa naissance réclame l’amour de ses parents et ne connaît pas encore le mal. Il n’a pas pu inventer. Là, par contre, il n’aura pas à attendre longtemps pour apprendre le mal. L’amour de Dieu est totalement inconditionnel et c’est parce que nous rencontrons Dieu que nos prenons la mesure de cet inconditionnalité. Rien à voir avec l’amour pas complètement désintéressé entre deux amant (Eros) ou l’amour familial (filia), cette dernière forme étant plus proche de la bonté. Il s’agit de quelque chose de spécifique à l’humanité qui, de la création, est la seule espèce à avoir la capacité de communiquer avec Dieu. Malheureusement beaucoup ne prennent pas la peine d’ouvrir un canal de communication avec Dieu et cela peut être une des sources de la violence que vous observez.

          En fait, vous donnez à Dieu des caractéristiques qui n’ont jamais été observé. Dans une certaine mesure, je suis d’accord avec le fait que le Dieu que vous avez imaginé n’existe pas. Le Dieu que j’ai souvent rencontré est lui, parfaitement compatible avec ce qui est écrit dans les Evangiles ; vous devriez les lire... Ce Dieu nous donne un choix à faire, accepter ou refuser son amour. La réponse à cette question conditionne l’accès au salut qu’il nous propose. Pour répondre à cette question, nous devons être parfaitement libre et informé et cela est aussi une conséquence de son amour. Comment faire un choix librement si nous n’avons pas en tête les conséquences des deux propositions. Si vous voulez refuser le mal, peut-être devez-vous savoir à quoi il ressemble. Si nous sommes libre, nous pouvons refuser cet amour et en conséquence faire le mal que vous avez observé.
          Sur la compatibilité entre foi et raison, le pape Jean-Paul II s’est fendu d’une lettre encyclique « Fides et Ratio ».


        • Claude Courty Claude Courty 27 janvier 21:21

          @Pascal L

          Ce qui commence mal, et augure plus mal encore de la suite, c’est de prendre comme vous le faites une bien banale introduction interro-affirmative pour une conclusion. Manière de lire bien réductrice, visiblement dictée par une foi inébranlable.

          «  je vous ferai remarquer que le bébé, à sa naissance réclame l’amour de ses parents et ne connaît pas encore le mal. » — Le bébé ne réclamerait-il pas plus simplement de l’aide ? Quant à apprendre le mal, ne le découvre-t’il pas en éprouvant la faim et la soif, ou le besoin de changer une couche souillée, le contraire étant précisément pour lui le bien ; lequel existe par le mal et réciproquement, selon l’universelle dialectique opposant chaque chose à son contraire

          La foi est la croyance inconditionnelle qui se fonde sur la révélation et le mystère pour parvenir à l’infaillibilité et au dogme.
          La raison se fonde sur l’observation, la démonstration et la preuve, et admet sa propre remise en cause.

          Merci de votre lien vers un texte que je ne lirai pas, tellement il requiert de foi.


        • Pascal L 28 janvier 10:39

          @Claude Courty
          Votre affirmation interro-affirmative se termine par un point d’exclamation qui suit une affirmation d’autorité qui ne fait pas dans la nuance et qui est présentée comme une vérité. J’ai failli m’arrêter là, mais j’ai lu la suite par acquis de conscience et je n’ai pas trouvé d’autres choses que des affirmations d’autorité. Jamais une affirmation d’autorité se sera une démonstration. Revoyez votre mode de raisonnement.
          Le bébé réclame parfois de l’aide, mais surtout de l’amour. Il y est très sensible. Nous retrouvons plus tard une grande différence de personnalité chez les personnes qui ont été aimés dès la naissance et les autres. Lorsque je participe à des prières de délivrance, il est possible de faire ressortir par des motions de l’Esprit-Saint les blessures de la petite enfance et cela peut aller jusqu’à pratiquement la conception de l’enfant. Ce qui est ressenti comme une blessure peut être une maladie, mais il n’y a pas que cela. Quelques blessures proviennent d’une action volontaire des parents.
          Vous ne voulez pas lire la lettre encyclique, libre à vous, mais cela marque un enfermement qui est une forme de sectarisme. J’ai bien lu la page que vous m’avez proposé.
          Quand à vos commentaires sur la foi, ils sont un ensemble de préjugés. Vous mélangez tout. La foi n’est pas une croyance car c’est beaucoup plus profond que la croyance. Comme vous l’avez écrit, cela nait de la révélation mais je ne suis pas sûr que vous comprenez ce que ce mot veut dire pour les chrétiens. André Frossard, biberonné au marxisme disait : 

          « J’ai rencontré Dieu comme on rencontre un platane. C’est un fait, point final ! »

          et aussi :

          « Je n’ai pas foi en Dieu : je l’ai rencontré. Toute la vérité se trouve dans l’Église catholique. La vérité c’est quelqu’un, c’est Jésus-Christ. Que puis-je y faire si le catholicisme est vrai, si cette vérité est le Christ qui veut être rencontré ? C’est nous qui avons perdu la passion de convaincre, de témoigner, de convertir »


          Si vous voulez savoir, ne me faites pas confiance, rencontrez Dieu.


        • Claude Courty Claude Courty 29 janvier 05:38

          @Pascal L

          Sa ponctuation ne change rien à un propos ayant pour objet de dénoncer les effets, bafouant la raison, d’une foi ayant instauré puis promu durant des siècles, un dogme (sur)nataliste pouvant être considéré comme la cause mortifère de la prolifération du premier prédateur de la planète et des maux de nature socio-économique, environnementale, bioéthique, politique... en ayant résultés.

          La bigoterie persistant dans un obscurantisme ayant conduit à un tel désastre, ne fait qu’aggraver ces maux, quelle que soit la solennité avec laquelle elle est portée à la connaissance de l’opinion.


        • Mondot Mondot 25 janvier 15:08

          ’’l’exemple des hôpitaux et des urgences. Dans ces lieux on ne traite pas des personnes normales.’’ 

           

          Ben non, de fait on traite des personnes que leur médecin a refusé de recevoir. Parce que les toubibs d’aujourd’hui ne font plus d’heures supp, qu’ils ne traitent pas les urgences, préférant les renvoyer vers l’hôpital.

          Le soir ils ont télé, spectacle, repos comme des fonctionnaires...

           

          ’’Seules les personnes souffrantes d’un mal y sont admises.’’

           

          Ben non, n’importe qui peut se pointer aux urgences, même pour un simple rhume ou une petite égratignure. Puisque (voir ci-dessus) leur ’’médecin traitant’’ refuse de les recevoir en dehors des heures d’ouverture de leur cabinet. 

           

          ’’Elles sont, sauf cas marginal, toutes bien traitées et soignées.’’

           

          Ben non, pour avoir été obligé de passer par là, j’affirme qu’une personne ’’normale’’ est très souvent maltraitée par des équipes débordées devant l’affut des cas ’’n’importe quoi’’, des clodos avinés, des putes qui se sont fait défoncer la tronche par leur mac, des familles de ’’chances pour la France’’ qui débarquent à 15 parce que le petit dernier tousse et qui mettent un bordel pas possible pour passer avant tout le monde et qui, de fait, passent en priorité.

           

          Pendant ce temps-là, toi tu poireautes et tant pis si ce qui t’amène là est grave !

          Faut-il encore aller réveiller l’interne de service qui roupille, claqué.

          Sans la moindre garantie qu’il soit compétent pour traiter ce qui t’amènes... 

           

           

           


          • Yann Esteveny 25 janvier 15:31

            Message à Monsieur Hamda Ouakel,

            Si vous souhaitez lutter contre la religion du satanisme ou la nouvelle religion du covidisme cela serait une belle chose malheureusement vous rassemblez toutes les religions dans le même paquet.

            Si vous croyez à ce que vous exposez, vous êtes vous-même imbibé de vos propres croyances franc-maçonnes bercées d’humaniste théorique. En êtes vous seulement conscient ?

            Je vous cite : « Le seul combat auquel nous sommes invités à prendre part est celui contre les religions et non celui contre les croyants. »

            Le seul combat est celui du Bien contre le Mal dans lequel chacun doit se prononcer. La fausse-pandémie est là et ceux qui pendant ce temps sont en train de combattre les religions ont bien sûr choisi le mauvais Maître : Celui qui règne sur la vie des populations qui vivent dans le Mensonge.

            Respectueusement



              • Crab2 26 janvier 10:00

                Lire ’’ de la nature ’’ ( de rerum natura de Lucrèce 1er siècle avant l’ère commune ) pour comprendre comment se fabrique la crétinerie ou la haine de la vie, par exemple à notre époque :

                Le wokisme ne prendra corps si l’effort est fait pour comprendre ce qui génère cette idéologie déshumanisée :

                La nature du woke s’obtenant par le brassage des bouffées délirantes de Platon, de Saint-Paul, de Saint-Augustin et de Mahomet.

                https://laicite-moderne.blogspot.com/2022/01/ainsi-la-france.html



                • Jean Keim Jean Keim 26 janvier 13:15

                  La croyance et la foi sont de nature différente, la première est généralement une adhésion intellectuelle, la deuxième est du domaine de la confiance ; dans le climat actuel, la majorité des gens pensent (c’est le terme qui convient) que les choses finiront par s’arranger, quitte à composer avec ; qq. uns ne doutent pas qu’à quelque chose malheur est bon.


                  • xana 26 janvier 18:30

                    Quant je lis les commentaires de Pascal L., je me dis qu’au moins certains croyants devraient aussi être jetés au feu.

                    Franchement il n’y a pas de temps à perdre à discuter avec des gens qui vous affirment que le fait de ne croire en rien est aussi une croyance. OK, Pascal L. sait argumenter, mais comme un avocat, en toute mauvaise foi. On est confondu par sa malhonnêteté sinon par ses arguments.

                    Personnellement je pense que chacun est libre de croire en ce qu’il veut, y compris la fameuse théière ou les licornes. Ce droit inaliénable devrait être publié partout. Mais toute manifestation publique, tout prosélytisme, toute publication religieuse devrait être absolument interdits et sévèrement réprimés.

                    Il est impensable qu’à notre époque on continue d’exploiter la crédulité des gens en leur vendant des fumisteries.


                    • Pascal L 28 janvier 20:42

                      @xana
                      Et même pas capable de me le dire en face... Pourquoi tant de violence ?
                      Franchement, qu’est ce qui peut vous choquer dans une religion qui parle de l’amour de Dieu envers l’humanité ? Qu’est-ce qui vous gène dans le mot amour ?
                      Le fait de ne croire en rien est bien une croyance, car vous êtes incapable de démontrer qu’il n’y a rien plutôt que quelque chose. Mais vous êtes libre de croire ce que vous voulez et je ne remettrai jamais cela en question car je ne fais que témoigner ce que je vis avec Dieu. Pourtant, il me semble que ce témoignage est à l’origine de votre violence à mon égard. Est-ce de la jalousie envers ceux qui reçoivent beaucoup d’amour et de joie de la part de Dieu ? Sachez que Jésus nous a appris que l’absence d’amour peut se guérir, si cela est votre volonté, car lui ne vous retire jamais son amour.
                      Que craignez-vous donc de si grave si vous proposez de me jeter au feu ? Que craignez-vous de ceux qui ne parlent que de l’amour de Dieu pour que vous vouliez les faire taire ?

                      Je ne vends bien sûr pas de fumisterie, car je ne vend rien. Le don de Dieu est gratuit. Pourquoi ferais-je payer ce qu’il m’a donné gratuitement ?

                      Je suis vraiment désolé pour vous, mais l’expression publique de notre foi est un droit constitutionnel. Il vous faudra donc revenir sur cette constitution pour établir le système totalitaire dont vous rêver. Il faudra également penser à interdire en même temps toute expression d’une idéologie, y compris l’absence de Dieu car aucune idéologie n’est capable de démontrer ses postulats... Il vous faudra donc vivre le reste de votre vie en sachant que vous ne savez rien ! Mais peut-être que vous préférez ne pas savoir. Dans tous les cas, c’est une source de déstabilisation. Bon courage !

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON



Publicité



Les thématiques de l'article


Palmarès



Publicité