• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Pour les Pédophiles, ça devient open Bar !

Pour les Pédophiles, ça devient open Bar !

JPEG

Nous devons nous réjouir que nos sociétés depuis la nuit des temps voient naitre des génies tels, Mozart ou Leonard de Vinci, mais aussi accepter à l’opposé des monstres, tels Ted Bundy, le tueur en série de femme ou ces pédophiles qui ruinent de très jeunes vies entières. Concernant les premiers, la justice fait son travail, même si je suis opposé à la peine de mort, mais concernant les seconds... C’est plus insidieux, alors citons ce « révolutionnaire » qui a passé sa vie à émettre surtout des opinions sur tout : Daniel Cohn-Bendit qui dans son livre "Le Grand Bazar", (1975) évoque son « activité » d'éducateur dans un jardin d'enfants « alternatif » de Francfort :

« Il m’était arrivé plusieurs fois que certains gosses ouvrent ma braguette et commencent à me chatouiller. Je réagissais de manière différente selon les circonstances, mais leur désir me posait un problème. Je leur demandais : « Pourquoi ne jouez-vous pas ensemble, pourquoi m’avez-vous choisi, moi, et pas d'autres gosses ? Mais s’ils insistaient, je les caressais quand même. J’avais besoin d’être inconditionnellement accepté par eux. Je voulais que les gosses aient envie de moi, et je faisais tout pour qu’ils dépendent de moi. »[1]...« qu’ils dépendent de moi », ça s’appelle du contrôle ! Et pour aggraver son cas, sur des personnes non-conscientes. Les pédophiles ne se considèrent pas comme malade, ni n’ont l’impression de commettre une transgression, un délit. Ces prédateurs en toute bonne foi ne se rendent pas compte des dégâts qu’ils font, c’est pour cela que le Dany, s’est épanché si facilement dans son bouquin. C’est le « vivons une sexualité débridée, interdit d’interdire ». Pourtant, l'affaire avait rebondi en France quand, en février 2001, L'Express avait publié des passages du livre incriminés, mais qui n'avaient soulevé aucune critique lors de leur publication ; ce qui démontre déjà la mentalité générale... Et cette horrible vidéo ! Invité par Bernard Pivot, « Dany le rouge » (quelle foutaise !!!) après avoir admis qu’il était totalement défoncé au hachich, discutait pénard le bout de gras avec Paul Guth sans que personne sur le plateau ne se lève et au moins l’interrompt « c’est agréable lorsqu’une petite fille de 5 ans vous déshabille etc... »[2] Il y a tellement de bruits qui courent sur les actes pédophiles dans les hautes sphères ; pourtant personne ne s’est vraiment attelé à faire embastiller tous ces pervers au dessus des lois, que fait donc la police ? des mœurs !

Puis, ce fut au tour de Jack Lang dans le magazine Gay Pied de janvier 91 qui dépeint en ces termes l’avenir de la pédophilie : « La sexualité puérile est encore un continent interdit, aux découvreurs du XXIe siècle d’en aborder les rivages.  » Pour ce magazine gay, ce n’était pas très malin d’imprimer ce genre d’horreur, car bien souvent est associé à tort, homosexualité et pédophilie...

C’EST FAIT mon Jacko on « aborde les rivages » !

Depuis des années en phase à la « libération sexuelle », est l’abaissement progressif de la majorité sexuelle. Ne restant plus grand-chose à « libérer », vent toute sur la « sexualité juvénile », qui sonne mille fois mieux que le terme pédophilie assumée.

Une porte vient de s’entrouvrir : début aout et cette loi dite « Schiappa ».[3] Objet de controverses, sources de débats houleux depuis plus d'un an, la question de l'âge (13 ou 15 ans) minimal[4] du consentement sexuel a finalement été écarté. Un temps défendu par le gouvernement, la présomption de non-consentement des moins de 15 ans est la grande absente du projet de loi sur les violences sexistes et sexuelles, votée par l'Assemblée nationale. Les associations de protection de l'enfance, demandaient à ce que toute pénétration sur un enfant soit considérée comme un viol, sans que la victime ait à prouver « la violence, les menaces, la contrainte, ou la surprise  », comme elle doit le faire aujourd'hui. Seulement, il y a un hic constitutionnel. Jacky Coulon, de l'Union syndicale des magistrats dit : « qu’il y a eu un problème de communication du gouvernement, qui a fait croire qu'il était possible de créer une présomption de culpabilité alors que ça ne l'est pas constitutionnellement. Le droit pénal repose sur la présomption d'innocence, un principe qui date de la déclaration des droits de l'Homme. Si cette présomption de culpabilité avait été retenue dans la loi, cela aurait été jugé inconstitutionnel par le Conseil constitutionnel  » a-t-il déclaré à l’AFP.

Mais allons au-delà de cette loi mal comprise, car, nos sociétés se dirigent insidieusement vers une admission tacite ou « humanitaire » de la pédophilie.

Citons ce docteur allemand : « - Le docteur Klaus Beier en plus d’être directeur du département sexologie de l’hôpital de La Charité à Berlin, est le concepteur d’un programme controversé de prévention pour pédophiles : « l'expérience Dunkelfeld ».[5] Interviewé par The Times of India, en mars 2017 il déclara : « La pédophilie est une réalité et les sociétés saines doivent apprendre à l’accepter ». Selon Beier, la perversion sexuelle envers les enfants est à considérer comme un « destin  » et non comme un choix, « Pour cette raison, nous devrons l’accepter. »[6] Continuons...Une étudiante en médecine, Mirjam Heine lors d’un colloque à Würzburg donne un exposé dont le titre est : « Pourquoi notre perception de la pédophilie doit changer ». Ses travaux s’inspirent du fameux docteur cité plus haut, Klaus Beier. Selon Heine, « personne n’est responsable de son orientation sexuelle et de ses propres sentiments, mais chacun est responsable de ses propres actions par rapport à eux  ». En d’autres termes, donc, les pédophiles devraient être acceptés parce qu’ils ne peuvent pas changer leurs désirs, mais en revanche, ont le devoir d’apprendre à les contrôler. » L’oratrice continue que selon la science, la pédophilie doit être acceptée en tant que telle et est comparable à l’hétérosexualité, c’est-à-dire une orientation sexuelle comme une autre. Heine poursuit son exposé et explique la différence entre la pédophilie et les autres orientations sexuelles. En quelques mots, la différence résiderait dans le fait que les pédophiles ne sont pas libres de parler de leurs préférences sexuelles, puisque dès qu’ils le font, se déchaîne un tollé général. Selon elle, nous devrions donc éviter de les isoler. Puis, toujours en citant des sources fumeuses, l’étudiante affirme que plus un pédophile est isolé, plus la probabilité augmente qu’il abuse d’un enfant. En substance... Son point de vue sous-entend que, pour une part si les pédophiles abusent, c’est aussi un peu de notre faute. »... Et bien répéter à l’infini ce genre d’énormité et je vous donnes mon pari que dans quelques années cela tombera dans la norme ; car répétez une ânerie ou un mensonge assez souvent, et comme le disait si bien le « docteur » Goebbels, cela devient une vérité, même une évidence. D’autant que chez les américains, le professeur de psychologie Charles Figley de l’université de Pennsylvanie vient de « découvrir » « la fatigue compassionnelle », mais qu’est-ce donc ? « C’est un état d’épuisement et de dysfonctionnement biologique et émotionnel, résultant d’une exposition prolongée au stress de la compassion »Donc, à force de tellement être compassionnel avec les pédophiles, ne risque t on pas le burn out ? Plus sérieusement : nous sommes dans une phase ou les scientifiques font leur part du boulot, tandis que les politiques font le leur, à savoir : l’acceptation de l’inacceptable, et ce n’est pas seulement dans le domaine sexuel, les mots graves de conséquences sont banalisés : « bombe atomique, conflit nucléaire » ont été prononcés à maintes reprises ces 5 dernières années, le mot « torture » est totalement normalisé au point qu’Obama autorisa l’acte sans pirouette linguistique. Les mots ont un sens, mais trop prononcés ils sont galvaudés, « normaux », vides. C’est comme cela qu’on entube les gens. Autre exemple un peu lointain, le mot « bio » ; en clair dans un magasin il y a des aliments empoisonnés et des propres, pourtant, la majorité accepte d’acheter ces aliments destructeurs de l’environnement, de la santé et de l’obésité de leur enfants... Les MOTS ! Qui t'envahiraient comme la détresse

Des mots

Qui montent de l'ivresse

Comme les choses tristes

Sous le destin fidèle

Des mots...[7]

Histoire de combattre cette perversion, la seule proposition faite pour lutter contre cette dérive pédophiliaque vient encore de la Schiappa, qui copie les britishs :

« Il est primordial que chaque enfant soit conscient de ses droits et du fait que rien n’est censé lui être imposé sans son accord. »

C’est pourquoi dès la rentrée 2018, la loi de 2003 stipulant qu’il y ait 3 séances de cours dans l’année d’éducation sexuelle dans tous les établissements sera appliquée. Ce ne seront pas les enseignants qui interviendront lors de ces séances mais des associations ayant l’agrément d’intervention en milieu scolaire : « On y parlera du consentement, du respect d’autrui, des rapports entre les femmes et les hommes. » Mouais... Lorsque je vois les mots « associations agrées » en milieu scolaire j’ai mon radar à méfiance qui grimpe dans le rouge. Car, dans le genre bourrage de crane des têtes blondes elles se posent là les « associations », la LICRA étant ma préférée. Et je suis curieux de voir comment vont être expliqué les mains baladeuses de vieux libidineux sur des mômes à des enfants de 5 ans ?

Ce que je ressens c’est qu’une bande de pervers de haut vol veulent se dédouaner, et que la pédophilie, pour presque tout le monde devienne une sexualité comme les autres, normale, non choisie. Que la justice devienne complice, tel le jugement récent[8] de cet homme de 28 ans acquitté pour le viol d’une gamine de 11 ans, car, « consentante » et que le viol n’avait put être qualifié... Ou encore : « Il avait agressé sexuellement trois fillettes. Le tribunal d’Angoulême vient de le condamner à deux ans de prison avec sursis. La mère d’une victime écrit « Elles avaient 7, 8, 10 ans... »[9] Quant au blabla des psys... De l’eau de vaisselle.

Dites vous bien, que si les grands méchants loups qui nous manipulent, en se servant de tout l’appareil merdiatique et gouvernemental pour laver le cerveau des masses au point de leur faire croire que la dualité homme/femme n'est qu'une construction sociale, que les garçons et les filles ca n’existe pas avec le rabâchage transgenre dès la maternelle, alors, imaginez avec quelle facilité ils pourront brouiller les frontières entre un jeune de 16 ans et un jeune de 10 ans, de sorte à mettre en place une loi qui abaissera l'âge de la majorité sexuelle, c'est-à-dire qui légalisera de fait pédophile, dite « sexualité alternative »... Et cette abomination sera promue au nom de l'égalité : (chacun a le droit d'exprimer sa sexualité, même envers les enfants), de l'amour (qui est plus fort que tout, y compris les barrières artificielles - comme la barrière de l'âge) et de la liberté. Sur les frontons des mairies désormais : Liberté, Egalité, Sexualité.

Georges Zeter/aout 2018

Vidéo avec Daniel Cohn Bendit

https://www.youtube.com/watch?v=C5NX7gUJODM

après avoir vu cette monstruosité, il faut rire un peu sinon c’est le cafard !

Vidéo du sketch de Dieudonné sur la pédophilie

https://www.youtube.com/watch?v=1DpEo-o1wOY



Moyenne des avis sur cet article :  3.24/5   (41 votes)




Réagissez à l'article

55 réactions à cet article    


  • gaijin gaijin 17 août 10:43
    «  Seulement, il y a un hic constitutionnel »
    poudre aux yeux le hic constitutionnel il ne s’agit pas de créer une présomption de culpabilité mais un principe de non consentement ......un enfant mineur ne peut pas consentir ! c’est ça être mineur pas plus qu’il n’a le droit de conduire une voiture ou de voter etc ........il n’y a rien d’ inconstitutionnel a dire qu’une petite fille de 8 ans ne comprenant pas la réalité de la sexualité n’est pas en mesure de consentir .....pas plus qu’elle n’est en mesure de décider ce qu’elle doit manger , ou elle doit habiter, comment elle s’habille ....
    c’est pour ça que les enfants ont des parents ..........

    • alinea alinea 17 août 11:09

      @gaijin

      ... et elle peut ne pas être en mesure de se protéger ou fuir... selon l’adulte qui est avec elle ! ne sachant pas non plus ce qui l’attend !
      Il y a eu beaucoup d’études de faites sur la psychologie du pédophile ?

    • gaijin gaijin 17 août 11:15

      @alinea

      « Il y a eu beaucoup d’études de faites sur la psychologie du pédophile ? »
      je ne crois pas , en tout cas pas en france, trop tabou mais je ne suis pas spécialiste de la question plutôt de l’aide aux victimes ......
      c’est un problème tellement énorme que l’on est encore pas prêts a le regarder en face

    • V_Parlier V_Parlier 17 août 13:16

      @gaijin
      Le modèle des législateurs contemporains ? Peut-être la société des Moso :
      https://www.agoravox.fr/tribune-libre/article/paradis-matriarcal-et-son-bon-206822 (article du même auteur, d’ailleurs)
      Chercher à partir de : « La, une grande liberté de mœurs »...


    • gaijin gaijin 17 août 16:17

      @V_Parlier
      ça n’a rien a voir .................


    • Aurevoiràjamais Aurevoiràjamais 17 août 19:44

      @gaijin

      « c’est pour ça que les enfants ont des parents. »

      Malheureusement les enfants n’appartiennent pas à leur parents mais...à la république !

      Ca pue non ?


    • V_Parlier V_Parlier 20 août 11:04

      @gaijin
      Ca n’a rien à voir ? Mais ce n’est pas du tout ce que pensent les libidineux comme Cohn Bendit et toute la lignée ! C’est comme ça qu’ils amènent hypocritement le truc ! On a là tout le cheminement de l’hypocrisie libertino-libertaire. Et vous pensez peut-être qu’à part se faire 2-3 chatouilles les enfants de 6-8 ans font spontanément ce qui est décrit dans l’article sur les Moso sans avoir été « initiés » ? Il faut lire entre les lignes évidemment !


    • bibou1324 bibou1324 17 août 10:58

      « La défloration d’un enfant au-dessous de 11 ans, sans violence, n’est qu’un attentat à la pudeur » - La loi du 28 avril 1832


      « Majorité sexuelle à 13 ans » - loi du 13 mai 1863

      « Majorité sexuelle à 15 ans » - loi du 23 décembre 1980

      Votre assertion concernant un abaissement de l’age légal est fausse. Je trouve d’ailleurs assez stupide de définir un age légal : avec toutes les perturbateurs endocriniens dont nos enfants sont abreuvés, la puberté est de plus en plus précoce. Les premières envies sexuelles se déclarent vers 9 ans chez les filles. Que faire en cas de relation sexuelle entre age légal plus un mois et age légal moins un mois ? On met l’ado en taule ? Ce qu’il me parait important de définir par contre, c’est un écart d’age maximum pour les mineurs.

      Quand aux décisions de justices, quand on voit qu’avec 57 condamnations on peut rester libre, que ce soit pour la pédophilie ou un autre domaine, ça fait longtemps que je n’ai plus la moindre once de confiance en notre justice pour protéger le citoyen.

      • Arogavox 17 août 11:09
        passons sur ce qui précède ... je ne réagis ici qu’à ce témoignage :

        «  plus la moindre once de confiance en notre justice pour protéger le citoyen. »
           
         Et pour ce qui est de protéger le pays d’inacceptables dérives d’autorité,
         quelle confiance en attendant le traitement des affaires ?

      • Arogavox 17 août 11:01

         Si cette ’logique’ était recevable pour les pédophiles, ne devrait-elle pas être catéchisée pour toute autre catégorie ? comme, au hasard, les tueurs en série.
         Ce qui conduirait à cette évidence énoncée par ce pastiche adaptant juste quelques mots (*)  :

             
        «  En d’autres termes, donc, les tueurs en série(*) devraient être acceptés parce qu’ils ne peuvent pas changer leurs désirs, mais en revanche, ont le devoir d’apprendre à les contrôler. »
         [...] selon la science, le meurtre(*) doit être accepté en tant que tel et est comparable à la charité(*), c’est-à-dire une orientation personnelle(*) comme une autre. ....
         [...]  les meurtriers(*) ne sont pas libres de parler de leurs préférences personnelles(*), puisque dès qu’ils le font, se déchaîne un tollé général. »

        • V_Parlier V_Parlier 17 août 13:17

          @Arogavox
          Mais avec la philosophie Taubira on y était déjà presque.


        • sleeping-zombie 17 août 13:35
          @V_Parlier
          Le fait est que tu peux très bien, au cours d’une conversation, dire que tu as déjà eu envie de tuer quelqu’un, sincèrement. La seule chose qu’on te répondra : « heureusement que tu l’as pas fait ».

          La même chose avec le viol d’enfant ? clairement pas.

        • V_Parlier V_Parlier 17 août 14:01
          @sleeping-zombie
          Le simple fait de dire « j’avais envie de le tuer » caractérise l’expression (presque toujours par exagération) d’une envie de vengeance provoquée par une indignation. C’est l’idée du combat vengeur. Pour l’autre catégorie, je ne vois pas de justification quelconque, même par exagération. On dira bien « je lui aurais collé une baffe à ce sale mioche » mais ce n’est que la version adoucie du combat vengeur, parce-que justement le rapport de force n’autoriserait pas à utiliser la même expression que pour les adultes.

          En revanche le tueur en série et le violeur (souvent les deux à la fois) ont en commun le fait qu’on n’est absolument pas dans un tel cas, ni par la situation, ni par la mentalité, ni par le rapport de forces, ni par quoiqu’on puisse imaginer. Et c’était bien du tueur en série dont il était question ci-avant.

        • sleeping-zombie 17 août 15:07

          @V_Parlier

          1. Vous faites une nuance entre « tueur » et « tueur en série ». Ce genre de distingo n’est jamais fait dans les affaires de pédophilie.

          2. et fournissez une justification au meurtre (la vengeance), créant ainsi une catégorie de meurtre socialement accepté (à une époque, le crime passionnel)

          Dans ces 2 cas, le bon exemple du propos « le meurtre est mieux toléré que la pédophilie », ce qui est quand même aberrant. Le viol est sans conteste traumatisant, mais la mort est irrémédiable...


        • sleeping-zombie 17 août 15:11

          @sleeping-zombie


          du reste, le propos d’arogavox est (déliberemment ?) biaisé : on est tueur « en série » qu’après être passé à l’acte, tandis qu’on est pédophile dès qu’on en ressent l’envie.

          Il y a quand même un écart non négligeable : le contrôle de soi.
          On peut être pédophile toute sa vie sans jamais toucher qui que ce soit. On ne peut pas être tueur « en série » sans avoir tué au minimum 2 personnes...

        • V_Parlier V_Parlier 20 août 11:09

          @sleeping-zombie

          Je cite : « créant ainsi une catégorie de meurtre socialement accepté »
          -> Comme si ça n’existait pas ? (Réponse à une attaque, ou plus généralement à un acte qui a manqué de vous tuer vous aussi). Ce n’est peut-être « pas bien » mais tout le monde sait faire la différence, à part chez ceux qui cherchent à rebondir là-dessus pour défendre l’indéfendable par ailleurs.

        • alinea alinea 17 août 11:05

          Dommage qu’ils ne soient pas tous comme lui :


          « ...
          Or, un soir, Dieu du ciel, protégez nous !
          La voila qui monte sur les genoux
          Du croque-note et doucement soupire,
          En rougissant quand même un petit peu
           »C’est toi que j’aime et si tu veux tu peux
          M’embrasser sur la bouche et même pire
          Tout beau, princesse arrête un peu ton tir,
          J’ai pas tellement l’étoffe du satyre,
          Tu a treize ans, j’en ai trente qui sonnent,
          Grosse différence et je ne suis pas chaud
          Pour tâter d’la paille humide du cachot
          Mais croque-not’, j’dirais rien à personne« N’insiste pas fit-il d’un ton railleur,
          D’abord tu n’es pas mon genre et d’ailleurs
          Mon cœur est déjà pris par une grande »
          Alors princesse est partie en courant,
          Alors princesse est partie en pleurant,
          Chagrine qu’on ait boudé son offrande."

          • alinea alinea 17 août 15:42

            @cassini

            Je me souviens de cet article, mais je situais l’histoire en Espagne !!!
            Il faudrait que je relise, mais je ne change pas d’idée comme de chemise et je ne suis guère encline à admettre la pédophilie ; ceci dit on sait très bien que des tas de reines furent mariées à treize ans et je suppose aussi qu’à toutes époques nous ne sommes pas « égales » à treize ans et que les us et coutumes changent !
            On ne juge pas avec les mêmes yeux qu’aujourd’hui une histoire qui se passe ailleurs ou dans un autre temps ! je m’efforce de ne jamais faire d’anachronisme.

          • George L. ZETER George L. ZETER 17 août 16:37

            @alinea
            ne pas oublier que l’espérance de vie moyenne il y a quelques siècles pour une femme était de 45, 50 ans... donc, se marier à 13 ans, correspond aujourd’hui à le faire à 25.


          • alinea alinea 17 août 17:41
            GLZ
            En plus oui, bien sûr !
            Puisque l’amour ce n’est pas vouloir exercer son pouvoir sur un être innocent, je propose déjà qu’on change de nom : la perversion qui consiste à dominer, un enfant ou un animal, ne devrait pas s’appeler phile.
            Et puis cette perversion, quand même très typique, ne doit pas être bien compliquée à cerner.
            Mais bon, ce n’est pas dans un tribunal que l’on tisse de la dentelle psychologique.

          • Nicole Cheverney Nicole Cheverney 17 août 19:49

            @alinea


            Bonsoir, tout à fait d’accord avec vous, du point de vue dialectique « phile » est désastreux, car il laisserait supposer que le prédateur aime sa proie, or, il la détruit, bien au contraire. Le suffixe « phobe » serait plus approprié.

          • Olivier Perriet Olivier Perriet 17 août 11:26

            Je m’inquiète du départ soudain du colonel Jean Roque de la Peace aux Tiers

            Un article comme celui-ci devrait l’attirer comme une mouche sur de la m....ouise.

            Plus de gogochon libidineux, plus de surponte négrière à Soros, plus de baudruche négrière rose et verte un soir de printemps, plus de sous marin booba :

            Ca manque et ça paraît presque frais par rapport à cette lecture.

            Ecoutez, si Marlène ne Schiappa, après tout c’est son problème.

            J’ai du mal de comprendre cette obsession pour la perversion chez des gens qui n’ont pas de gosse.


            • V_Parlier V_Parlier 17 août 13:21

              @Olivier Perriet
              Autant votre commentaire était marrant à lire, autant la conclusion me laisse perplexe. Le fait de n’avoir pas de gosse doit rendre indifférent à ce genre de truc ?


            • sleeping-zombie 17 août 13:37

              @Olivier Perriet
              il est en vacances, il doit bien en avoir dans son contrat de troll. du coup ça nous en fait aussi.


            • Paul Leleu 17 août 19:52

              @Olivier Perriet


              tiens, c’est vrai... il nous manque ! ... snif .... smiley 

            • Le421 Le421 18 août 14:13

              @Olivier Perriet

              La baudruche négrière est partie sous d’autres cieux ?
              Grand bien lui fasse...

            • Sozenz 17 août 11:27


              l etat n est pas un professionnel de la psychologie infantile ;
              tous les psychologues alerte l opinion publique des mefaits des mesures qui se mettent en place .
              les parents sotnaussi affolés de voir la direction que le tat fait prendre à leurs enfants à juste titre .

              Comment un etat peut il aller à l encontre de toute logique et de toute humanité ?
              car oui , l état va détruire l esprit des enfants .

              comment un banquier (et ses comparses), qui comme le dit minc fait un boulot de « pute » , peut il avoir avec son équipe une direction clair et saine pour l éducation des enfants ?

              on ne peut en aucun cas laisser faire cet individu qui est un dictateur de la décadence . il l a démontré assez de fois ...

              j invite toutes les personnes qui « devraient » participer à ce grand massacre , de s opposer fermement . qu ils ne signent pas avec la bête .


              • Sozenz 18 août 16:23

                @Sozenz

                autre option .
                ceux qui promulguent les lois et leurs acolytes savent exactement ce qu’ ils font savent exactement les effets négatifs qu ’auront ces lois sur les enfants sachant que tous les psychologues sont d un avis ,sans retenu, contre ces lois ; alors ceux qui promulguent ces lois sont dangereux pour l ensemble de la population présente et à venir .
                et quand un entité est dangereuse , il faut l arrêter.

              • Jelena Jelena 17 août 11:31
                Profitez-en car d’ici quelques années, ce genre d’article vous voudra un passage au tribunal pour « propos pédophobes ».
                 
                Le « pays des lumières » qu’ils disaient...


                • Sozenz 17 août 13:14

                  @Sozenz

                  ils sont en train de retirer le droit des parents à protéger leurs enfants .
                  nous sommes dans le meilleur des mondes .
                  toute la sphère politique , et de la justice est complice de cette infamie .


                • V_Parlier V_Parlier 17 août 13:23

                  @Jelena
                  Mais les « lumières » c’est comme Lénine, on en garde la légende édulcorée. Puis il y a ceux qui reviennent à la notion première du concept et ça fait tout drôle...


                • OPEN BAR. Je ne sais pourquoi je pense à la GPA (grossesse pour autrui). Combien parmi ceux-ci ne se sont pas développés dans la matrice d’une autre ? S’identifiant à l’enfant dans ses propres bras enveloppant. Car c’est de cela qu’il s’agit. Je m’occupe de toi, te donne de l’argent pour survivre, te donnes un peu d’amour et plus encore,...(THAILANDE°. Sois cet enfant, que je n’ai pas été). 


                  • Corrigé : OPEN BAR. Je ne sais pourquoi je pense à la GPA (grossesse pour autrui). Combien parmi ceux-ci ne se sont pas développés dans la matrice d’une autre ? S’identifiant à l’enfant dans ses propres bras enveloppants. Car c’est de cela qu’il s’agit. Je m’occupe de toi, te donne de l’argent pour survivre, te donne un peu d’amour et plus encore,...(THAILANDE°. sois cet enfant, que je n’ai pas été). Les psychologues connaissent bien les plaintes des pédophiles : mes parents ne me caressaient jamais, ils étaient distants, froids, absents. Raison pour laquelle, ils se réfugient le plus souvent sous la matrice d’un cloître ou d’une église,....



                    • Passante Passante 17 août 11:38

                      te fatigue pas George...

                      dans dix ans à peu près,
                      je pourrai épouser une vraie chienne
                      avec tampon du maire et flonflons 
                      tu verras !

                      le zoophile est notre semblable
                      le zoophile, qui est le plus charitable,
                      est le véritable héros des temps futurs George !
                      encore une fois tu n’as rien compris.

                      • L’éducation victorienne a généré de nombreux pédophiles,....


                        • cevennevive cevennevive 17 août 12:00

                          Bonjour,


                          Du profond de mes 73 ans, et de mon expérience auprès de la jeunesse, je puis affirmer qu’il y a peu d’enfant qui n’ont subi aucun attouchements lubriques ou entendu des paroles salaces à leur propos.

                          « Ils ne mouraient pas tous, mais tous étaient frappés »

                          Tous les enfants sont confrontés à de vieux dégueulasses, qu’ils soient de la famille ou de l’entourage. Bien heureusement, la plupart du temps, les choses ne vont pas très loin. Et l’enfant n’en garde pas de séquelles psychologiques.

                          Savoir se sauver à toutes jambes et en parler aux parents est quelquefois difficile. C’est pour cela que nous devons armer nos petits contre ces pratiques.

                          Par contre, délirer à l’infini sur l’âge du consentement, sur la loi, sur les bêtises que peuvent proférer des individus qui, pour la plupart, n’ont pas d’enfant ou ne se sont pas beaucoup préoccupés de leur éducation, c’est contre nature.

                          Ces individus (dont beaucoup nous gouvernent) laissent penser qu’un enfant est un animal familier, ou une chose que l’on nourrit, que l’on envoie à l’école, etc.

                          Je suis triste de voir cela.


                          • eric 17 août 19:40

                            @cevennevive

                            Huguenot historique, j’ai dans la famille, un type dont vous avez du entendre parler dans les Cévennes. Il s’appelait Calas. A l’époque, le pouvoir prétendait que les enfants, dès leur plus jeune âge, pouvait choisir ; Notamment en matière de religion. Mais aussi, corollaire, que l’État savait mieux que les parents.

                            A mon avis, c ’est encore ce que pense l’appareil bureaucratique socialisant à tous les niveaux. Du mariage des tous, à Cohen Bendit, en passant par Chiappa, c’est la même logique progressiste qui est à l’œuvre. Ceux qui représentent l’avant garde de la société savent mieux que les autres et doivent choisir à leur place.

                            A l’époque, le cousin trouva un défenseur ; Je pense qu’aujourd’hui, celui-ci n’aurait pas accès aux médias subventionnés, c’est à dire à la plupart d’entre eux.


                          • Nicole Cheverney Nicole Cheverney 17 août 18:41


                            Bonjour George Zeter,

                            J’ai plussé votre article en modération. Il est enfin paru.

                            Pour info, une manifestation nationale est prévue le 3 septembre 2018, contre la loi Schiappa. J’espère que les participants seront nombreux à manifester. Je pense qu’avec cette loi, la « ligne rouge » est largement franchie.

                            Voici le lien et le cri de colère d’un père de famille.


                            • George L. ZETER George L. ZETER 17 août 18:50

                              @Nicole Cheverney
                              bonjour, merci car j’ai vu que certains n’étaient absolument pas chaud pour que cet article paraisse. il me parait important d’en parler à plusieurs titres, mais surtout que notre société française dérive de plus en plus vers l’inadmissible, que ce soit sur ces lois, travail, sociales, judiciaire et pour la majorité sexuelle, car, en France il n’y a aucune loi qui condamne précisément la pédophilie ;

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès