• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Pourquoi Bernard Arnault est-il si riche ?

Pourquoi Bernard Arnault est-il si riche ?

Je réagis à un article sur la fortune de Bernard Arnault ici.

Mon but est d'avancer une hypothèse sur le mécanisme de la création de richesse.

Un point qui m'a fait réagir est le fait qu'il est devenu plus riche de Bill Gates.

Celui-ci a dû sa fortune à sa capacité d'exploiter la plus-value immatérielle, en vendant des logiciels aujourd'hui téléchargés (au départ sur des Disquettes, puis des CD) à un prix largement supérieur au prix de production du support.

Le prix du logiciel est un prix immatériel qui permet une plus-value quasi-intégrale (hormis les coût de conception qui sont minimes au regard du nombre de logiciels vendus).

Mais Bernard Arnault ne vend-il pas des produits réels, fabriqués, faisant ainsi une plus-value matérielle classique et donc limitée ?

C'est là son astuce.

Il vend des produits de luxe !

Mais un produit de luxe a un coût de fabrication élevée, et donc la plus-value reste bien matérielle. D'autre part, étant produit de luxe, il s'adresse à une élite, et la masse des ventes est elle-même limitée. Donc comment cette double limitation peut-elle déboucher sur une telle fortune ?

De fait, il vend sa marque, par exemple Louis Vuitton, à un prix nettement plus élevé que celui de la fabrication. Il vend du prestige, et son succès vient du fait qu'il vend ce prestige à une masse de gens, la petit-bourgeoisie en quête de reconnaissance*, suffisante pour que cela crée un fond de plus-value immatérielle assez grand.

De plus, il a popularisé le luxe, par la vente au prix fort de produits dont le prestige est supérieur à la qualité matérielle qui est réellement intégrée. La masse des clients est bien plus grande que la petite élite fréquentant la rue Montaigne.

Il doit sa fortune aux mêmes mécanismes que celle de Bill Gates, via la plus-value immatérielle, il est alors logique qu'il se retrouve au même rang que celui-ci.

Tans que les clients s'imaginent par l'achat de tels produits faire partie d'une classe à laquelle ils aspirent, les mécanismes comme celui-ci fonctionnent. Par contre, le jour où les consommateurs choisissent des produits de qualité réelle, artisanaux, esthétiques** mais sans marque de prestige, alors la part de la plus-value immatérielle s'effondre, et le super-riche voit ses clients disparaître et sa fortune s'évaporer progressivement.

Une part du fonctionnement de la plus-value immatérielle vient de la capacité de l'humain à imiter son prochain. Que ce soit l'Iphone, le Mont-Blanc, le Louis Vuitton, les chaussures Nike, la valeur de ces produits n'est pas celle de leur fabrication, mais celle du prestige imaginaire que ces produits sont censés représenter. C'est ce prestige que le système tend à nous faire accepter, en dépi d'une réalité beaucoup moins idéale.

Jamais un sac n'a modifié dans le réel le statut social de son porteur. Mais il crée une autosatisfaction qui vaut ce surprix pour celui ou celle qui l'achète, et fait la fortune de celui qui possède l'entreprise qui le fabrique, ou le fait fabriquer.

________________

* Ne voit-on pas dans les transports en commun (donc des gens des classes moyennes) des personnes avec des sacs Louis Vuitton : cela ne s'adresse pas uniquement aux hyper-riches.

** perso, je les trouve plutôt moches.

 


Moyenne des avis sur cet article :  4.22/5   (9 votes)




Réagissez à l'article

49 réactions à cet article    


  • Aimable 19 août 15:54

    Pourquoi il est si riche

    Je suppose que c’est parce qu’il fait partis de la caste « des rois des voleurs » comme dans la chanson mais a la différence qu’eux ce n’est pas pour redistribuer .


    • Renaux 22 août 07:05

      @Aimable
      Oui, il en fait partie. Interrogez vous sur les conditions dans lesquelles « il s’empare du groupe Boussac » (marque Dior parmi tant d’autres) .


    • Pierre 25 août 23:03

      @Aimable
      Duc.., il paie un milliard et demi d’impôts, dont redistribués ! Et toi, pauvre cloche, tu redistribues combien ?


    • the clone the clone 19 août 16:30

      Il a traversé la rue au bon moment ce premier de cordée .....


      • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 19 août 16:55

        Le luxe vend du rêve, rien de nouveau sous le soleil...

        Ce qui est intéressant c’est de savoir comment Arnault a mis la main sur la pépite Christian Dior... Dans les années 80, il s’occupe d’immobilier, puis s’intéresse à l’ Empire Boussac à la dérive, qui survie grâce aux aides publiques.

        Pierre Mauroy injecte 1 milliard de francs pour sauver les 21 000 emplois.

        L’État devient propriétaire de fait de marques de prestige, Christian Dior, Conforama, Peaudouce, le Bon Marché etc.

        Bernard Arnault rachète le tout, pour le franc symbolique, puis dépèce l’empire Boussac, alors qu’il avait pris l’engagement écrit « de pérenniser l’entreprise et l’essentiel des emplois ».

        Les filiales sont vendues à l’encan, il ne garde que 2 pépites, le Bon Marché et Christian Dior qui serviront de base à LVMH.

        La suite dans « Argent public, fortunes privées » d’Olivier Toscer 


        • amiaplacidus amiaplacidus 19 août 19:26

          @Fifi Brind_acier

          Effectivement, on pourrait résumer en quelques mots : il n’a aucun scrupule.


        • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 20 août 07:57

          @amiaplacidus
          il n’a aucun scrupule.

          Il n’est pas le seul ! Une bonne partie du CAC 40 a bénéficié des largesses (ou de l’incurie) de l’ Etat, sous la Gauche et sous la Droite.

          Dassault a bénéficié de financements publics pour créer un logiciel (Catya) utilisé dans le monde entier. Ce logiciel fait partie de la fortune personnelle de la famille Dassault et n’appartient pas à l’Etat.

          Messier a bénéficié de largesses fiscales et du bradage des licences de téléphone portable, il a économisé en 3 ans plus de 5 milliards d’euros par an.

          Bolloré a racheté la SFP qui valait entre 35 et 61 millions d’euros, à prix d’ami, seulement 4,57 millions d’euros. A charge pour l’Etat de financer le plan social de licenciements, 48,5 millions d’euros, soit 10 fois plus cher que la vente de l’entreprise.

          Bouygues, Haberer, Pinault... la liste est longue, achetez donc le bouquin !


        • Renaux 22 août 07:09

          @Fifi Brind_acier
          Oui, mais pire que cela pour ce qui est de l’acquisition du Groupe Boussac : un véritable hold up en bande organisée. 


        • Séraphin Lampion Séraphin Lampion 19 août 17:20

          Il existe une produit totalement immatériel : l’argent, et les banquiers réalisent une plus-value totalement immatérielle en prêtant de l’argent.

          Et en plus, c’est même de l’argent qui n’est pas le leur, mais en dépôt et dont ils disposent à leur gré pour réaliser des profits plus importants que Bernard Arnautl.

          Ils prêtent l’argent de leurs clients pauvres qui sont très nombreux à être titulaires de comptes non rémunérés (mais taxés à mort en cas de découvert) à leurs clients riches et aux états qui remboursent avec l’argent de leurs contribuables (les mêmes que les titulaires de comptes non rémunérés) en percevant des intérêts dont les déposants et contribuables ne voient pas la couleur mais seulement les clients riches qui sont aussi actionnaires des banques.

          La « dette » est le moteur de ce système pervers dont on nous prédit l’écroulement depuis des dizaines d’années. 2008 n’a pas été 1929 et les financiers ont trouvé d’autres moyens de détruire les bulles spéculatives : ils se mangent entre eux, d’un pays à l’autre. 

          Quand il ne restera que les USA comme état et une seule multinationale pour animer le circuit économique, le serpent qui se mord la queue finira par se manger la tête.


          • chantecler chantecler 20 août 06:54

            @Séraphin Lampion
            Sans blaque !
            Vous pensez véritablement que B. Arnault n’a pas eu besoin des banques pour construire sa fortune ?
            B. Arnault n’est pas le seul de ces gougnafiers .
            C’est un autre B. Tapis , sans doute plus prudent , qui ne s’est pas lancé dans la politique active : disons d’un ego plus soft dont entend parler que dans les journaux de la jet sociéty , pour ceux qui aiment les nouveaux riches en phase avec la macronie et la mondialisation.
            Et tous les rois du CAC 40 qui tiennent la téléphonie, les médias ,l’eau , bientôt ADP etc, etc ?
            Fifi au moins rétablit les faits concernant l’ascension de ce personnage qui a menti ,manipulé et mis sur la paille des milliers de salariés cad d’hommes et de femmes dans notre pays .


          • Séraphin Lampion Séraphin Lampion 20 août 07:23

            @chantecler

            où ai-je dit qu’Arnault n’avait pas eu besoin des banques ?

            j’ai simplement voulu dire que le modèle économique dans lequel il a pu s’approprier une telle richesse spéculative offre un modèle de spéculation encore plus immatériel, connu sous le nom des « pyramide de Ponzi », connu par les scandales comme celui de l’affaire Madoff, mais pratiqué légalement sans faire de vagues par les banquiers.
            Arnault vend de la frime, les banquiers vendent ce qui devrait revenir aux déposants qui sont bien obligés d’avoir recours à eux. Le premier est un super-camelot qui vend des cravates de soie dans un parapluie en téflon, les seconds sont des racketteurs qui « tiennent en otage » (comme dit Macron pour les profs grévistes) leurs clients..


          • chantecler chantecler 20 août 07:51

            @Séraphin Lampion
            Ah bon !
            J’avions mal compris !
            Slt.


          • Lucadeparis Lucadeparis 21 août 17:20

            @Séraphin Lampion
            Il vous reste à découvrir que les banquiers ne prêtent pas la monnaie des comptes de dépôt (sinon les déposants ne pourraient plus utiliser cette monnaie prêtée ailleurs), mais ont l’immense privilège de créer la monnaie par le crédit et la détruisent par le remboursement.
            Ce sont les crédits qui font les dépôts, et non les dépôts qui font les crédits.
            C’est le système de réserves fractionnaires.


          • McGurk McGurk 19 août 17:51

            Il propose probablement d’autres services moins « prestigieux » où les marges sont moins voire beaucoup moins abusives pour prévenir de tout effondrement éventuel de la demande. Ce qui implique qu’ils doivent faire plus « d’efforts » pour arriver à un niveau de rentabilité égal.

            Parce que, à ce stade, l’écroulement de la demande signifie la fin d’un business (en l’occurrence ici le luxe) et donc des dettes proportionnelles aux invendus et charges accumulées pour créer ledit produit (salaires, électricité, etc.). Le dépôt de bilan doit être assez rapide.

            Quant au phénomène psychologique de la vente du secteur du luxe, il au phénomène de « moutonisation » (où chacun veut avoir la même chose que son voisin parce que « ça fait super cool ») induit par l’envie des gens elle-même provoquée par une bonne dose de publicité (physique/dématérialisée) et de marketing.

            Ne jamais croire que les panneaux d’affichage ne servent à rien, on en est littéralement entouré et ils ont bel et bien un effet sur notre consommation.

            Pour aller plus loin, les magouilles entre les grandes entreprises et l’Etat (qui leur accorde des avantages délirants face aux PME) ont sans doute largement enrichi à la fois ces industries et ceux qui tiennent les ficelles (les patrons et surtout les actionnaires qui sont sûrement largement plus riche).


            • McGurk McGurk 19 août 17:53

              @McGurk

              *il est dû au phénomène de


            • titi 20 août 04:02

              @L’auteur

              Bah voilà : votre article intéressant de ce que j’appelle la capacité à « vendre du vent » tourne immédiatement dans les commentaires à « salaud de riche »

              « Vendre du vent » c’est le propre du luxe mais aussi de toutes les bulles : par exemple la valorisation des start-ups… pas de client, pas de chiffre d’affaire, mais de bons businessmen qui arrivent à vendre leurs « licornes » aux valeurs « qu’elles vont nécessairement atteindre dans 3 ans »...

              Achetez une paire de chaussure 5 euros au VietNam… Ne lui collez pas de logo et vous aurez du mal à la vendre 10 euros au marché du coin. Collez lui le logo Nike et vous la vendrez sans problème 100 euros.

              On peut donc obtenir plus par le marketing que par la production : on ajoute de la valeur ajoutée, sans la produire… sans ouvrier, sans usine, sans logistique. Du moins pas plus que pour les produits à bas couts.

              C’est là que sont les nouvelles mines d’or…


              • chantecler chantecler 20 août 06:43

                @titi
                Ah oui !
                Sauf que vos nouvelles mines d’or NIKE reposent sur du vent et surtout sur la destruction des salariés de notre pays .
                Par contre elles font le beurre des financiers , des publicitaires et baratineurs , ceux qui ne risquent pas de bosser dans les usines , tout en se fichant de la gueule des prolos qui touchent le fond . ( dit autrement z’ont qu’à crever pour la gloire des grandes marques qui en tirent profit en évitant l’impôt par dessus le marché ).
                De plus elles reposent également sur les salariés/esclaves des pays à très bas coût .A moins que vous n’enviez le sort des ouvriers vietnamiens ?
                Dont profitent une palanquées de nouveaux patrons qui achètent , ferment délocalisent les entreprises , la production , rentabilisent les actifs immobiliers et fragilisent et cassent davantage nos classes populaires .
                Bienheureux les pauvres d’esprit qui bavent d’admiration devant les nouvelles mines d’or contemporaines , leurs dirigeants et leurs représentants .


              • Spartacus Spartacus 20 août 09:43

                @chantecler
                Caricaturale comme réaction !
                Ha oui, il y aurait le « bon travail » ! Celui dans l’usine qu’aime a vendre le gauchiste (qui a 90% est fonctionnaire et n’y a jamais mis les pieds).

                Et le « mauvais travail »
                Celle du travail des « financiers, publicitaires baratineurs » 

                Ce foutre de la gueule des prolos, c’est pas cette réaction qui considère tous les gens les plus dépendants comme des victimes horribles et ceux qui s’en sortent des méchants ?
                Ce foutre de la gueule des prolos, c’est pas cette caricature gauchiste complètement débile qui les compare a des esclaves et l’usine à un camp de redressement ?

                Les « ouvriers vietnamiens » avant ils étaient paysans et ne mangeaient pas à leur faim et creuvaient sans les usines des villes. Aujourd’hui c’est un pays ou les gens se déplaces à scooter, plus personne ne meurt de faim et il y a des hôpitaux et des bobos européens dans les hôtels à touriste.

                Il serait peut être temps d’évoluer et sortir de l’endoctrinement et comprendre que la richesse n’est pas un jeu a somme nulle et que la richesse est une création permanente. Pas un jeu fixe ou l’un perd et l’autre gagne.

                Il est temps de comprendre que la terre n’est pas plate.


              • foufouille foufouille 20 août 10:11

                @Spartacus
                un riche prend obligatoirement le pognon aux sans dents, seul un débile ne peut le comprendre.

                sauf si il peut produire un million tout seul.


              • pemile pemile 20 août 10:37

                @foufouille « sauf si il peut produire un million tout seul. »

                Dans un système ce copyright, c’est pourtant courant smiley


              • foufouille foufouille 20 août 10:45

                @pemile

                de nos jours et tout seul ?
                il fait son copyright tout seul sur un papier produit par lui et tout seul ?
                aucune loi ni police pour le protéger ?

                il faut qu’il produise sa bouffe, etc tout seul.

                donc le fric, il le prend bien aux autres personnes.


              • pemile pemile 20 août 11:02

                @foufouille

                Tu mélanges tout ! smiley

                Un copyright sur un objet immatériels (logiciels, chansons) ça draine vite du pognon, le même en copyleft, je préfère, mais faut effectivement s’occuper de ton potager, de tes poules, flinguer ton mouton pour te tailler ta veste ! smiley


              • foufouille foufouille 20 août 11:14

                @pemile

                programmer un logiciel tout seul sans rien ?

                si tu veux vendre ton logiciel, il te faudra tout de même du personnel moins bien payé que le fameux copyright.

                pareil pour la musique si tu fais des concerts avec roadies mal payé.
                pareil pour acteur ou un producteur de film.

                dans tous les cas, le riche prend le pognon aux autres.


              • Spartacus Spartacus 20 août 13:35

                @foufouille
                Une grande majorité des « riches » n’ont pas de « pognon » comme tu dis.
                Leurs sociétés sont en général très endettées,
                OPA, LBO ça coûte...

                Arnault n’est pas devenu plus riche Bill Gates parce qu’il a pris du « pognon » a quelqu’un d’autre.
                Juste que la valeur des parts sociale de Arnault ont monté...
                Peut être a t-il juste 500€ sur son compte courant personnel.... Le reste juste des parts sociales. Va savoir.

                Drahi PDG de SFR est 10eme fortune de France. Pourtant sa société est endettée de 10 ans de chiffre d’affaire. 
                Il n’a pas de « pognon »....  smiley


              • foufouille foufouille 20 août 13:48

                @Spartacus
                voui on va te croire, il n’a pas un gros salaire qui fait la une des journaux quand il est viré.

                bouffon.


              • titi 20 août 17:46

                @chantecler

                « Par contre elles font le beurre des financiers , des publicitaires et baratineurs , ceux qui ne risquent pas de bosser dans les usines »
                Il ne vous a pas échappé que les usines en France il n’y en avait plus.
                Parce qu’il est impossible d’avoir le rendement des pays à bas coûts.

                Les marques de luxe, ne délocalisent pas ou très peu de peur de se faire copier.
                Il n’y a que elles qui ont des prix de ventent permettant un travail local qui en plus fait parti du Marketing : le luxe c’est Paris ou Milan, pas Guangzhou.

                Si demain Hermès vend ses sacs à leur « cout » et pas à leur « valeur » alors plus un sac ne pourra être fabriqué en France.

                C’est aussi con que cela.

                Et plutôt que de dire salaud de riches, il faut des dizaines de Vuitton ou de Hermès.


              • foufouille foufouille 20 août 17:51

                @titi
                vuitton est bien chinois ............


              • titi 20 août 17:56

                @foufouille

                L’actionnariat ? Certainement.

                Mais qu’est ce que cela à, à voir ?
                Il pourrait être Ouzbèque, ou Tchétchène, qu’est ce que ça change au fait que Vuitton est une marque française, qui fabrique encore essentiellement en Europe ?


              • Et hop ! Et hop ! 20 août 19:13

                @titi

                Vuiton n’est plus du tout une maison française, elle n’a plus rien à voir avec la France et les Français, ni avec Paris, ni avec un certain art de vivre français de la haute-bourgeoisie qui n’existe plus que dans certains films ou romans.

                C’est devenu une marque ( label) internationale d’une entreprise mutinationale qui exploite un segment du marché mondial des produits de consommation de luxe, ou autrement dit une chapelle du fétichisme commercial.


              • Spartacus Spartacus 20 août 10:08

                Un bel effort de l’auteur pour « enfin » commencer a comprendre que la plus value n’est pas liée au prix de production, niaiserie qu’il a appris à l’école...Avec des programmes gauchistes et des profs gauchistes.

                Encore un petit effort pour comprendre que la plus value est fonction non pas de ce qui est à vendre, mais de ce qu’est prêt a y mettre un acheteur.

                Soit le jeu de l’offre et la demande et non pas la niaiserie Marxiste débile le « prix de production comme déterminant ». 

                C’est pas le prix de production, le temps de travail, ou l’usine qui fait la richesse, c’est le jeu de l’offre et la demande.

                Faire un tube de l’été c’est autant de travail que de faire un flop de l’été. Mais c’est curieux les gens écoutent le tube et pas le flop.....

                Quels ingrats ces gens  smiley  smiley

                Mais il faut encore assimiler d’autres choses.

                Maintenant il faut sortir de la diabolisation des gens riches et le Marxisme intello bobo qui nie le talent, l’initiative, l’innovation, la capacité, le courage, l’intelligence, l’esprit d’anticipation des gens riches.

                Arrêter de croire que la richesse de la réussite est illégitime pour se donner raison d’avoir dans sa vie choisit le petit confort.

                Quand on choisit la facilité, le salariat, l’emploi à vie, l’emploi subventionné, l’absence de risque, on ne devient un statutaire mais pas riche.

                C’est un choix. Envier les riches, les caricaturer ou diaboliser, c’est aussi un constat de ses échecs ou son manque d’ambition caché....

                La richesse économique est souvent liée aux gens qui savent anticiper ou savent créer ce que les gens voudrons demain. Tout simplement.


                • foufouille foufouille 20 août 10:17

                  @Spartacus
                  il faut vraiment te faire car beaucoup de riches ne sont que des escrocs comme les PDG de toutes nos assurances privées.


                • Nicole Cheverney Nicole Cheverney 20 août 13:12

                  @Spartacus

                  Bonjour, j’ai eu un prof d’économie très à droite qui racontait beaucoup de conneries et n’avait toujours pas compris que la Bourgeoisie telle Arnault détenait à elle seule les moyens de production. Par contre, mon prof gauchiste nous expliquait pourquoi moralement « la richesse économique » est concentrée entre quelques mains et que ce n’était pas dans l’ordre natural des choses puisque que la redistribution est un mythe qui ne verra jamais le jour dans le système capitaliste. Il nous expliquait aussi, que ce que vous nommez naïvement anticipation n’est rien d’autre que de la « spéculation », qui profite non pas aux plus audacieux, mais aux plus voraces.
                  La différence entre les deux, c’est que celui de droite, très à droite tenait un discours sans âme, sec, théorique, dogmatique, trouvant que si les pauvres l’étaient, c’est qu’ils le voulaient bien.
                  L’autre prof, eh bien son discours touchait les tréfonds de votre âme. Voilà... A vous de réfléchir, monsieur l’ultra libéral sur la nature intrinsèque des discours sur la macro-économie.


                • Spartacus Spartacus 20 août 13:19

                  @foufouille
                  Les « PDG » des assurances privée sont rarement des fondateurs mais souvent des salariés nommés par l’état.

                  Cela étant
                  Et pourquoi seraient ils des escrocs ?
                  ll ne vient pas à l’esprit qu’ils cherchent comme les autres à gagner leur vie ?
                  Et si possible le mieux possible ?

                  La mentalité de haine des riches revient a salir des gens en procès d’intention gratuit...

                  Remplace donc « riches », par arabes, noirs ou femmes.....Et ajoute un procès d’intention.....
                  C’est exactement le principe de diabolisation du raciste....


                • foufouille foufouille 20 août 13:32

                  @Spartacus
                  c’est une assurance privée donc ton état ne nomme personne.

                  une assurance ne respecte jamais le contrat, il faut toujours saisir le tribunal donc ce sont bien escrocs.


                • tashrin 20 août 16:45

                  @Spartacus

                  La mentalité de haine des riches revient a salir des gens en procès d’intention gratuit... Remplace donc « riches », par arabes, noirs ou femmes.....Et ajoute un procès d’intention..... C’est exactement le principe de diabolisation du raciste....

                  un peu comme quand vous parlez des fonctionnaires et des salariés ?
                  Je vois bien...


                • CN46400 CN46400 20 août 18:25

                  @Spartacus
                  Quelques précisions à propos de Marx :
                  1-Une marchandise n’a de valeur que quand elle est vendue !
                  2- Le prix de vente d’un produit doit couvrir tous les frais de conception-fabrication et de commercialisation majorés du taux de profit maximum acceptable par l’acheteur.
                  3-La concurrence provoque la baisse tendancielle du taux de profit
                  Pas besoin d’être professeur ni gauchiste pour comprendre cela....


                • Spartacus Spartacus 20 août 19:31

                  @Nicole Cheverney
                  Regardez donc votre « nature intrinsèque » méprisante sur vos discours avant de donner des leçons de morale.
                  Vous ne parlez pas d’économie mais de jugement condescendant sur un prof et en faite une caricature totalement absurde....

                  La vérité est ailleurs et bien plus morale dans ce que vous prenez pour de l’immoralité.
                  A mesure que les riches s’enrichissent les pauvres s’enrichissent. Ne vous en déplaise, c’est factuel.

                  La vérité est que l’inégalité globale est en train de s’effondrer. Oui, les riches s’enrichissent, mais les pauvres s’enrichissent encore plus rapidement.

                  Quand vous étiez une gamine une TV Noir et Blanc qui grésillait avec des lampes nécessitait pour un travailleur un mois de salaire. Maintenant, c’est un jour. Le Marché concurrentiel capitalisme et la fait baisser les prix.

                  A une époque l’homme le plus riche du monde était Louis XIV. Chaque soir, il préparait 10 plats pour son dîner et choisissait celui qui lui plaisait

                  Aujourd’hui, une simple standardiste au SMIC peut s’arrêter dans un hypermarché en rentrant chez elle et avoir non seulement un choix plus large que ce roi, mais plus frais et plus saint et en plus vivre normalement. 

                  Nous vivons tous mieux largement dans le capitalisme immoral que dans le féodalisme ou le socialisme ou le communisme, mieux que Louis XIV.

                  Qu’est-ce qui a causé ce miracle ? Pas l’aide gouvernementale ou le socialisme.

                  Ce qui l’a causé c’est le capitalisme.

                  Les baisses les plus rapides de la pauvreté se produisent dans les pays qui rejoignent le système d’économie de marché..

                  Comparez les taux de croissance de la Colombie libre-échangiste et du protectionnisme bolchévique du Venezuela. Ou de la Corée du Sud adepte du libre-échange à sa voisine la Corée du Nord adepte de la dictature collectiviste.

                  C’est la même histoire à chaque fois.

                  Faites comme moi vil ultra-libéral pro-capitaliste, ne soyez pas jaloux des plus riches que vous. Qu’est ce que dans un monde capitaliste l’individu lambda ne peut pas se payer d’indispensable qu’un riche peut ?

                  A Monaco, Il y a un écart de 1000 Fois entre le plus riche et le plus pauvre. Mais le plus pauvre à une voiture un appartement et vit très bien. C’est pas la vie sous dictature Cubaine et 20% de la population ne fuit pas les pénuries.

                  Ce qui est important, c’est pas que le riche soi très riche, on s’en fou, c’est que le pouvoir de consommer soit élevé.

                  Et justement le capitalisme est le seul a s’occuper de faire baisser le prix d’achat du consommateur. Il ne fait que cela et c’est le plus moral e c’est aussi ce qui fait réduire le mieux la pauvreté. Mieux que le socialisme ou votre communisme qui a toujours échoué et échouera toujours.

                  Même si le capitalisme n’aide pas directement les individus, il est plus moral et social en faisant baisser les prix qu’en l’assistant et l’obligeant a rester dans les cases de l’assistance.

                  100 millions de cadavres au nom de la morale mort pour le bien commun ne vous ont pas vacciné ?


                • Nicole Cheverney Nicole Cheverney 20 août 21:12

                  @Spartacus

                  Eh bien continuez à consommer sottement puisque pour vous la quantité est supérieure à la qualité.


                • Spartacus Spartacus 21 août 01:09

                  @Nicole Cheverney

                  Et bien continuez a délirer sottement, puisque vous êtes incapable d’argumenter et que pour vous l’idéologie fantasmée collectiviste est supérieure au bien être des gens.


                • lloreen 20 août 11:59

                  Vous n’avez apparemment toujours pas compris le système et donc les escrocs ont encore de beaux jours devant eux...

                  Pour passer à la vitesse supérieure permettant d’enrichir véritablement à la fois le débat et la société entière, je vous invite à prêter l’oreille aux paroles d’un homme très intéressant.

                  https://www.youtube.com/watch?v=oWARtJ6NvFo


                  • moi29 moi29 20 août 13:43

                    Ar nault obtient l’entreprise BOUSSAC avec le concours de l’État et du gouvernement Fabius qui apporte 745 millions de francs sous conditions de ne pas démanteler le groupe et de ne pas licencier.

                    Il licencie et démantèle. Des régions sinistrées, des usines ferment. Il ne garde que la partie luxe. 
                    Il fait fortune.


                    • Claudec Claudec 20 août 16:31

                      Habituel vomitorium des frustrés ...

                      Pour devenir riches :

                      En avoir envie

                      En avoir l’intelligence

                      En avoir l’énergie

                      En avoir les moyens, qu’offriront tous ceux que vous saurez convaincre d’acheter ce que vous leur offrirez.

                      Ce qui n’est pas donné à tout le monde.


                      • tashrin 20 août 16:55

                        Pourquoi Bernard ARNAULT est-il si riche ?

                        Au delà du caractère visionnaire du bonhomme et de son réel talment pour les affaires (qu’on aime ou qu’on n’aime pas on peut pas nier qu’il est plutot doué), il faut surtout jeter un oeil à l’histoire familiale...
                        Son pere est ingenieur. Et il epouse la fille de son employeur PDG d’une grosse boite de BTP
                        Boite qu’il reprendra, revendra, et qui lui servira de pied à l’etrier pour la suite. Sans démériter, ca donne quand même un sacré coup de pouce...
                        Quand on enleve le marketing procapitalisme du selfmademan à l’americaine tout ça, il reste surtout des fils à papa...


                        • titi 20 août 17:53

                          @tashrin

                          Une de mes amies a hérité d’une grosse société de jouets avec son frère…
                          Société qu’ils ont planté en 10 ans.

                          Partout dans le landerneau elle se faisait tailler des costards pour son incompétence.

                          Reprendre l’entreprise « de papa » ce n’est pas si simple. La plupart de ceux qui s’y essaient se plantent.
                          On dit que ca se passe en 4 générations…
                          La génération du fondateur : il crée une petite boutique
                          La génération du visionnaire : il transforme la petite boutique en grosse.
                          La génération du(des) profiteur(s) : il(s) vive(nt) sur la bête
                          La génération du(des) fossoyeurs(s) : tout est dans le nom

                          La vérité c’est que tout le monde ne peut pas être « capitaine » et encore moi « général ».


                        • tashrin 21 août 10:02

                          @titi
                          C’est exactement ocette raison que j’ai mentionné le talent du bonhomme dans mon commentaire au dessus
                          Mais si vous prenez un autre gars tout aussi doué mais qui n’a pas bénéficié du même contexte, ben...


                        • Le421 Le421 20 août 19:24

                          Pourquoi B.Arnault est-il si riche ?

                          Parce que les riches se font vivre entre eux et uniquement entre eux*.

                          Ils dépenses des fortunes gagnées sur le dos des misérables avec la certitude d’un retour de manivelles.

                          Des dizaines de millions pour acheter une horreur permettra de défiscaliser à bon compte en se donnant l’air d’être un bienfaiteur...

                          Et pas un centime pour le loufiat qui cire les bottes. Je l’ai vécu dans les soirées de friqués dans les châteaux de Dordogne... Des dizaines de milliers d’euros pour les mariés, 300 balles max pour la sono. Et si tu coupes à 3H du mat’, t’es pas sûr d’être payé. D’ailleurs, c’était règlement à l’installation, sinon, bye bye !!

                          Non mais sans blague !!

                          *Démonstration évidente de la qualité de légende de la fumeuse « théorie du ruissellement ».


                          • Jean-Paul Foscarvel Jean-Paul Foscarvel 20 août 23:13

                            Une fois de plus, merci pour les commentaires. Tous les commentaires.

                            Pour être précis dans ce que je dis, la plus-value dont je parle est bien issue du travail, mais d’un travail immatériel, que j’appelle « qualité d’information ». Le terme qualité est à utiliser sans jugement.

                            Ici, la qualité d’information incluse dans le produit consiste à faire passer celui-ci pour un objet de luxe. C’est en fait de la manipulation. Et ceux qui peuvent faire jouer cela ont une grande capacité de manipulation. C’est au fond de la plus-value symbolique (à la différence du logiciel, l’information consiste ici dans le marketing, alors que dans le logiciel elle est bien incluse dans le produit).

                            Le marché n’établit pas les prix et ne crée pas de plus-value, il permet l’échange, et les prix du marché oscillent autour de la valeur incluse dans le produit.

                            Lorsqu’une entreprise établit les prix de ses services, elle part bien de ce qu’elle appelle les coûts de production avec ses marges et non d’éventuels prix du marché. La main invisible du marché reste celle d’un fantôme. Mais cette fable permet d’effectuer une pression idéologique dont le but est justement la diminution des salaires, donc de la plus-value, et la privatisation des services, qui crée également un surcroit de plus-value, via ce qu’ils appellent la concurrence libre et non faussée inexistante dans la réalité.

                            Les chefs d’entreprise sont donc marxistes lorsqu’ils calculent leurs prix, et libéraux lorsqu’ils veulent faire pression sur les salaires, ou orienter des politiques globales.

                            Par ailleurs, je n’ai parlé là que d’un mécanisme, sans analyser les montages financiers qui peuvent également créer de la richesse, ni les mécanismes, par exemple, de reprise-restructuration-revente qui créent de la valeur via les licenciements massifs, par exemple (d’aucuns pourraient appeler cela de la destruction créatrice : on détruit des êtres et on crée des dividendes). Mais ceux-là sont connus par ailleurs.


                            • Jean Keim Jean Keim 21 août 08:14

                              Donc le problème est l’argent tout au moins dans sa nature actuelle, alors voilà le blême est clairement identifié, bon quand je sème cette idée j’ai souvent des commentaires stupides du genre : c’est pas l’argent le problème mais l’usage qu’on en fait, mais dans les faits l’usage est en rapport avec les possibilités offertes, s’il n’était pas possible de thésauriser, de spéculer, de détourner, de prêter avec interêts, bref de gagner de l’argent sans travailler, alors il perdrait tout son attrait n’est-ce pas, il le perdrait d’autant plus si périodiquement, au bout d’un certain temps, TOUT l’argent non utilisé était détruit.

                              Dans cette perspective nombre de fléaux qui sévissent sur notre merveilleuse planète disparaîtraient telles la guerre économique (simplifions elles sont toutes économiques), la drogue, la prostitution, la spéculation, la politique professionnelle, la religion organisée, et à terme une modification des consciences.


                              • perlseb 21 août 20:38

                                @Jean Keim
                                Il y a 2 problèmes qui sont les mamelles de l’exploitation de l’homme par l’homme : l’argent et la propriété privée.
                                L’argent ne représente absolument rien (l’auteur le montre d’ailleurs : le prestige, c’est du vol). L’argent permet le vol indolore.

                                Une « monnaie » qui aurait la valeur d’une heure de travail (normalisée) empêcherait le vol dans les échanges, mais elle nécessite également l’absence de propriété privée (des moyens de production au minimum). Mais avec une telle monnaie, il n’y a plus de riches possibles. Ceux qui travaillent plus s’en sortent mieux mais pas de manière scandaleuse. Cette monnaie nécessite également une connaissance précise des procédés de fabrication (pour une fixation des prix en temps de travail) : c’est la base des échanges non basés sur le vol.

                                Grâce à une monnaie qui fixe les prix avec la loi de l’offre et de la demande, des commerçants peuvent vivre sur le dos des travailleurs : on achète des produits au meilleur prix pour les revendre plus chers sans aucune valeur ajoutée. De même, des produits apparemment identiques (emballage ou aspect identique) peuvent être très différents à l’usage ou à la consommation. Mais si les procédés ne fabrication sont secrets, seul compte l’aspect lors de l’achat, peu importe la qualité. Pour contrer ces vols permanents dûs au problème d’une monnaie qui ne représente rien, on invente des labels, des normes ... tout un tas de trucs qu’il faut contrôler mais comme on ne peut pas payer trop cher tous ces contrôleurs largement corruptibles, tout est plus ou moins bidon.

                                De même, la propriété privée permet aux possédants de voler de manière scandaleuse. Pourquoi des locataires ne peuvent pas acheter leur logement (salaire trop bas, le banquier dit non pour un crédit), mais payent plusieurs fois la valeur de leur logement au cours de leur vie ?

                                L’investissement n’a pas besoin de capitaux, d’argent : c’est un simple calcul de rentabilité de temps de travail passé. Si on faisait tout de manière artisanale, on passerait beaucoup trop de temps sur des produits courants (qui coûteraient donc cher en monnaie-travail). Augmenter la productivité sur les produits les plus demandés est l’évidence de la bonne gestion économique.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès