• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Pourquoi tous les parlements du monde sont-ils des parlements-godillots (...)

Pourquoi tous les parlements du monde sont-ils des parlements-godillots ?

Je crois que tout le monde a maintenant largement compris que le Parlement Français , comme tous les parlements, ne sert strictement à rien, qu'à enregistrer les décisions d'un gouvernement fait de Ministres nommés et non élus, sous la houlette d'un président de la république élu par la presse et les puissances d'argent bien plus que par les citoyens, et qui peut faire strictement tout ce qui lui passe par la tête. Ce qui fait de la France au mieux une monarchie, au pire une dictature, ce qui est d'ailleurs le cas pour tous les pays d'Europe et du Monde, en dehors de la Suisse, peut-être. Tout repose sur la qualité supposée de celui qui est arrivé en haut de l'échelle tout à fait par hasard ou par manigances. "Qualité" (ou son absence) qu'on ne découvre que trop tard le plus souvent.

Mais pourquoi en est-il ainsi, pourquoi aucune voix dissidente ne se lève-t-elle pour tenter de contrer la moindre décision gouvernementale ? Pourquoi ces centaines de soi-disant représentants des Français ne sont-ils qu'un ramassis de bénis-oui-oui, qui nous imposent des mesures dont nous ne voulons pas, et ne sont même pas foutus de nous éviter des guerres ?

Pour le comprendre, il faut revenir cent ans en arrière, et étudier ce texte anarchiste qui nous explique comment sont élus nos députés, non pas sur leur valeur politique ou morale, ou sur une compétence quelconque en dehors de savoir se faire élire (la seule utile, en fait), mais selon tout un tas de critères qui font qu'ils n'ont aucune légitimité ni aucune qualification, en dehors de quelques exceptions ponctuelles et bien trop rares.

En voici un extrait tout à fait édifiant : 99 ans, et pas une ride....

(J'ai glissé deux illustrations qui montrent qu'on peut changer d'avis en fonction des circonstances, quand on est député ou quand on ne l'est plus)

Electeur, écoute

Sébastien Faure

Bureau anti-parlementaire 1919, réédition 1924

(...)

De qui est composée la Chambre ?

Électeur, aurais-tu la naïveté de croire que le Parlement rassemble l’élite de la nation ? penses-tu que la Chambre réunit les gloires de la Science et de l’Art, les illustrations de la Pensée, les compétences de l’Industrie, du Commerce et de l’Agriculture, Les probités (?) de la Finance ? Estimes-tu que le redoutable pouvoir de gouverner un peuple de quarante millions d’habitants (1919, ndDx) est, dévolu aux plus honnêtes et aux plus méritants ?

Si oui, détrompe-toi. Promène tes regards sur les travées de la Chambre et vois par quels gens elles sont occupées : avocats sans cause, médecins sans clientèle commerçants douteux, industriels sans connaissances spéciales, journalistes sans talent, financiers sans scrupules, désœuvrés et riches sans occupations définies.

Tout ce monde intrigue, bavarde, marchande, agiote, fait des affaires, se démène, se bouscule et court à la recherche des plaisirs, de la richesse et des sinécures grassement rétribuées.

Cela t’étonne, électeur candide ? Une minute de réflexion dissipera ta surprise. Demande-toi comment il se fait que X, Y ou Z soient députés.

Leur siège est-il la récompense des mérites manifestes, des actions d’éclat, du bien accompli, des services rendus, qui les ont recommandés à l’estime et à la confiance publiques ?

Est-il le salaire équitable des connaissances spéciales qu’ils ont acquises, des hautes études dont ils ont parcouru le cycle brillant, de l’expérience que leur vaut une existence toute de labeur ?

A-t-on exigé d’eux, comme des professeurs, des pharmaciens, des ingénieurs, des examens, des diplômes, l’admission dans certaines écoles, le stage réglementaire ?

Regarde celui-ci doit son mandat à l’argent ; celui-là à l’intrigue ce troisième à la candidature officielle ; ce quatrième à l’appui d’un journal dont il a engraissé la caisse ; cet autre au vin, au cidre, à la bière ou à l’alcool dont, il a empli le gosier de ses mandants ; ce vieux aux coquetteries complaisantes de sa jeune femme ; ce jeune aux promesses éblouissantes qu’il a prodiguées de palmes, de bureaux de tabacs, de places et de recommandations ; tous à des procédés plus ou moins louches qui n’ont aucun rapport avec le mérite ou le talent ; tous, de toutes façons, au nombre de suffrages qu’ils ont obtenus.

Et le nombre, n’a rien à voir avec le mérite, le courage, la probité, le caractère, l’intelligence, le savoir, les services rendus, les actions d’éclat. La majorité des suffrages ne consacre ni la valeur morale, ni la supériorité intellectuelle, ni la Justice, ni là Raison.

On serait autorisé à dire que c’est plutôt le contraire.

Soyons justes : quelques hommes supérieurs se sont, de temps à autre, fourvoyés dans ces mauvais lieux ; mais c’est le très petit nombre, ils n’ont pas tardé à s’y trouver dépaysés et mal à 1’aise et à moins qu’ils n’aient insensiblement condescendu à jouer leur rôle dans le choc des coteries, à s’inspirer des passions des partis, à tenir leur place dans les intrigues de couloir et à faire le jeu du gouvernement ou de l’opposition, ils ont été rapidement mis en quarantaine et réduits à l’impuissance.

Parlementarisme est synonyme d’incompétence, d’irresponsabilité, d’impuissance, de corruption.

Au surplus, quel que soit l’homme, l’incompétence du parlementaire est une Fatalité.

Étant donné, d’une part, la complexité des rouages so­ciaux et, d’autre part, le développement des connaissances humaines, il n’est personne qui soit a même de faire face aux exigences du mandat législatif.

À notre époque, on ne peut être compétent qu’à la condi­tion de se spécialiser. Nul ne peut tout connaître ; il n’y a pas de cerveau qui puisse tout embrasser.

Et pourtant, un député devrait être marin, guerrier, diplo­mate, juriste, hygiéniste, éducateur, commerçant, industriel, financier, agriculteur, administrateur, puisqu’il est appelé à formuler son sentiment et à se prononcer par un vote précis sur toutes les questions : marine, guerre, affaires étrangères, législation, santé publique, enseignement, commerce, indus­trie, finance, agriculture, administration, etc., etc., etc.

S’il connaît bien une ou deux de ces questions – et ce serait déjà beaucoup – il ignore certainement toutes les autres. Il en résulte que neuf fois sur dix, il vote à l’aveuglette, au doigt mouillé.

Parlement est donc synonyme d’incompétence.
Synonyme aussi d’irresponsabilité.

Ici, la démonstration n’est plus à faire. Dire que le Parle­ment est irresponsable, c’est une proposition devenue si évidente qu’elle a cessé d’être en discussion.

Synonyme encore d’impuissance  ; car obligé de se can­tonner dans les limites étroites d’une Constitution politique et d’un régime économique déterminés, le Parlement est l’image exacte d’un lac entouré de montagnes qui peut, de temps à autre, être agité et même tempétueux, mais qui reste toujours enfermé dans le cadre que les hauteurs envi­ronnantes tracent autour de lui.

Les bouillantes colères, les explosions d’indignation, les en­thousiasmes délirants, les serments solennels, les engagements sacrés ont tout juste, au Parlement, la valeur de ces agita­tions périodiques d’une vaste mare stagnante qui font remon­ter la vase à la surface et empuantent l’air, mais qui ne tar­dent pas à laisser retomber la boue et la puanteur dont la minuscule tempête a révélé l’accumulation dans les profon­deurs.

Synonyme, enfin, de corruption. Les brigandages avérés et plus encore, les scandales à demi étouffés ont fixé l’opinion à tel point qu’il est banal de dire d’un Parlement qu’il est pourri !

Les meilleurs se putréfient en un tel milieu, à moins qu’ils n’en sortent de temps en temps et le plus vilain tour qu’on puisse jouer à un ami c’est de l’y envoyer.

Aussi électeur, si tu as un bon camarade, garde-toi de l’inciter à être candidat ; s’il le devient, garde-toi de favoriser sa candidature et, si tu veux conserver aux idées qui sont les tiennes et qu’il prétend vouloir défendre à la Chambre, un caractère, une intelligence, un dévouement, refuse-lui ton suffrage.

(...)

Edifiant, n'est-ce pas ?

Cet extrait figure au milieu d'un texte anarchiste, ce qui ne lui enlève rien, même si on se refuse à l'anarchie (qui n'est pas le bordel, comme certains le croient) :

https://resistance71.wordpress.com/2018/05/23/resistance-politique-mascarade-electorale-et-illusion-democratique-sebastien-faure/

 


Moyenne des avis sur cet article :  4.21/5   (19 votes)




Réagissez à l'article

24 réactions à cet article    


  • Hecetuye howahkan 24 mai 2018 10:54
    Salut Doctorix, à propos d’anarchie , pour résumer, c’est quand je ne suis pas servi le premier ....

    cette image est piquée dans un film de Coline Serreau : Saint Jacques La Mecque

    Sinon confier le règlement de ce qui est finalement la survie pratique matérielle ensemble a de purs intellectuels est totalement absurde, ces gens sont totalement hors sol , c’est d’ailleurs pour cela que c’est ainsi...

    pognon et pouvoir sont leurs seules motivations.....oh ceci sera nié par certains bien sur..ayant bien observé la vie dans mon petit village en Bretagne quand j’y étais et bien je sais que il ne s’agit que de cela...

    cela dit ce ne sont pas les seuls une grande parti de la planète est sur cette longueur d’onde...

    ce qui me gène, entre autre, dans tout cela c’est que nous créons nous mêmes les conditions du désastre humain par ce que nous sommes devenus et en sommes surpris ensuite en venant se plaindre sans arrêt de ce que cela provoque tout en refusant absolument de changer, car nous n’y serions pour rien ce qui est FAUX...

    plus con tu ....

    je te salue

    • doctorix doctorix 24 mai 2018 15:03

      @Hecetuye howahkan
      Le texte que j’ai transmis est assez désespérant.

      99 ans plus tard, et plusieurs guerres après, on constate que rien n’a vraiment changé, et que les mêmes incapables et corrompus sont aux manettes.
      L’oligarchie a placé aux commandes un paillasson, et du coup, toute l’équipe est servile.
      Un seul homme pouvait changer la donne, Asselineau, et on s’est arrangé pour qu’il ne soit pas entendu. Son programme était la réplique inversée de tout ce qu’on peut voir aujourd’hui.
      Programme que j’invite à lire ici :
      Que de regrets, que de temps perdu...
      Si quelqu’un a une critique à faire sur un seul paragraphe de ce programme, je l’invite à s’exprimer ici.
      Mais je sais qu’on se contentera de manoeuvres dilatoires pour discréditer bassement le personnage, parce que son programme est parfait, et conforme à l’attente de tous les citoyens.
      Il ne leur reste plus qu’à en prendre conscience.
      Une fois que la France aura quitté l’UE, l’euro et l’OTAN, une fois mis en place le contrôle des flux de capitaux, une fois les renationalisations mises en place, une fois les media libérés des caprices et de la main-mise des milliardaires, tout pourrait devenir possible.


    • Hecetuye howahkan 24 mai 2018 15:28

      @doctorix


       smiley..

      salutations..

    • doctorix doctorix 24 mai 2018 15:39

      @Hecetuye howahkan
      Voilà à quoi ils s’occupent, nos députés : faut-il dire chocolatine ou pain au chocolat ?

      Voilà un sujet qui passionne les foules, sans doute...

    • Hecetuye howahkan 24 mai 2018 16:09

      @doctorix


      r.e...oui effectivement..cela laisse coi...

      Un de mes textes favoris en cycle littéraire fut Madame Bovary De Gustave Flaubert bien sur..entre autre dedans à part la désespérance de l’insatisfaction permanente qui mène au suicide, il y avait l’épisode des comices agricoles , qui n’a pas pris une ride....et que çà y va les élus et potentats locaux..

      A un moment étant dans une association artistique d’une petite ville, j’ai pu admirer de prés les élus locaux, et leurs pseudo activités , du sous préfet aux brigadier de gendarmerie , du maire au conseiller régional etc

      le moins con et même mieux que cela de loin était l’ adjudant de gendarmerie qui lui visiblement n’était pas dupe mais faisait avec, il avait d’ailleurs une allure adjudant Gerber.....la retraite n’était pas loin , mais alors les autres tous sortis du roman si réaliste de Flaubert c’était faux cul de première et compagnie , arrangements entre amis etc etc...avec le sommet pour le maire du coin qui s’arrêtant au sommet de la motte de terre de la plaine s’élança dans uns tirade dont la motte de terre locale doit encore s’en rappeler : quand je pense que tout ceci est à moi.....

      ce n’était même pas le pire..

      je crois que le pouvoir rend con, très con, sans oublier le reste qui va avec bien sur..sauf exceptions bien sur..


    • doctorix doctorix 24 mai 2018 21:03

      @Hecetuye howahkan
      Un exemple entre cent de la grande farce que représente l’assemblée.

      Les députés ont décidé d’imposer 11 vaccins obligatoires.
      Ils l’ont fait parce que Macron et Buzyn, tous deux largement compromis avec Sanofi (Mme Buzyn étant l’épouse de Pierre Weill, directeur du CNRS financé par les laboratoires, et Macron étant copain comme cochon avec Sanofi), en ont décidé ainsi.
      Que connaissent-ils aux vaccins, que connaissent les députés des vaccins, que j’ai mis près de dix ans à connaître ?
      Rien.
      Rien de rien, que de la pub de labo.
      Et pourtant ce projet est passé, et va empoisonner nos enfants pendant des lustres, sans aucun apport à la santé, et avec des effets secondaires qu’on mettra des années à mettre au grand jour.
      Où sont la rigueur scientifique, la rigueur politique ?
      Pourquoi ces jean-foutre sans culture scientifique ont ils le droit de prendre des décisions aussi graves ? Parce qu’ils ont posé leur nom sous deux initiales sur une affiche ?

    • sirocco sirocco 25 mai 2018 00:46

      @doctorix

      « Pourquoi ces jean-foutre sans culture scientifique ont ils le droit de prendre des décisions aussi graves ? »

       
      Dans une société capitaliste, la recherche du profit (personnel ou collectif) explique la plupart des décisions et des actions. Toutes les autres considérations deviennent secondaires.

       
      « Agnès BuzyNess, ministre de la santé des groupes pharmaceutiques » s’attaque au remboursement des produits homéopathiques. Boiron n’a pas dû lui faire le versement qu’elle attendait sur son compte offshore...


    • lloreen 24 mai 2018 11:33
      C’est l’’aïeul de la dynastie sataniste qui s’est accaparé le contrôle monétaire qui répond directement à votre question« .
       »Donnez-moi le pouvoir de créer la monnaie et je me moque de qui fait les lois !". Mayer Amshel Rothschild.

      • Hecetuye howahkan 24 mai 2018 12:09

        @lloreen


        salut ah oui l’ami D’ Adam Weishaupt ..

      • lloreen 24 mai 2018 11:51
        Un rappel historique est souvent salutaire ainsi que la sauvegarde de certains écrits. Cet extrait de Morpheus (revue N° 40) est désormais inaccessible...Il faut croire que certaines réalités ne gagnent pas à être connues du grand public, surtout depuis l’installation de l’associé-gérant de la dynastie bancaire des Rothschild à la tête de leur corporation républicaine suite au coup d’état du 5 décembre 2016.


        " La révolution nous fit perdre deux tiers des richesses du pays, mais il faut croire que ce ne fut pas assez. Napoléon rétablit l’esclavage et fit vaciller toutes les couronnes d’Europe. Or, l’or qui permit de lever des millions d’européens en arme finit dans les coffres de la Rothschild. La célèbre phrase de l’Empereur n’a rien d’anodin : « Lorsqu’un gouvernement est dépendant des banquiers pour l’argent, ce sont ces derniers, et non les dirigeants du gouvernement qui contrôlent la situation, puisque la main qui donne est au-dessus de la main qui reçoit. L’argent n’a pas de patrie ; les financiers n’ont pas de patriotisme et n’ont pas de décence ; leur unique objectif est le gain. » La Rothschild finança, en effet, aussi bien Wellington que Napoléon, mais les fonds accordés à ce dernier furent inférieurs à ceux accordés à la coalition. Ainsi, les banquiers purent jouer sur l’issue de la guerre et mettre un terme à l’Empire tout en s’en mettant plein les poches. Nous ne connaîtrons jamais exactement quelles furent les garanties offertes à ces banquiers. Mais une chose est certaine, que l’on soit victorieux ou non dans un conflit, ensuite il faut passer à la caisse et laisser les créanciers gérer les affaires fiscales et politiques du pays d’une manière ou d’une autre…

        Waterloo, un véritable Jackpot Comme la plupart des banquiers, les Rothschild disposaient d’un réseau de renseignement. Dès que l’issue du combat à Waterloo fut certaine, un agent partit pour Londres via Ostende. Informé dès le 20 juin dans la matinée, Nathan Rothschild vendit ostensiblement ses titres à la Bourse, laissant croire que Napoléon avait gagné la bataille de Waterloo. Puis après avoir provoqué un krach, il racheta ces mêmes titres au dernier moment, alors que les cours s’étaient effondrés. Le rapport que Wellington rédigea après la bataille n’arriva dans la capitale britannique que le 21 dans la soirée. Une autre manière de s’en mettre plein les poches est d’avoir un service de renseignement bien plus efficace que tous les services de renseignements des états…

        Alors que reste-t-il des richesses du Royaume de France après la révolution et l’Empire ? Une peau de chagrin qui mit la France à la merci des banquiers jusqu’à aujourd’hui. Nous n’eûmes pas beaucoup de répit, la guerre de 1870 nous asservit un peu plus. La première guerre mondiale mit à contribution chaque citoyen tenu de remettre son or à l’état pour l’effort de guerre. La seconde guerre mondiale n’arrangeant rien, il fallut attendre 1973 pour que notre souveraineté monétaire nous soit intégralement retirée. Nous devons cette infamie à Georges Pompidou, agent des Rothschild. Dans l’obligation d’emprunter l’argent mis en circulation à des banques privées, nous sommes depuis 1973 rentrés dans une spirale infernale de dette qu’il est, c’est le but, impossible de rembourser. Sur 2000 milliards d’euros de dette, plus de 90% sont les intérêts cumulés imposés par nos créanciers. En clair, que vous votiez ou non, quel que puisse être le parti politique au pouvoir en France, ce sera toujours l’oligarchie financière qui décidera de la politique du pays. Fiscalité, orientation industrielle ou technologique, culture médiatique, politique économique, retraite à 72 ans (programmée), salaire moyen, libertés citoyennes etc… ne dépendent en rien des vœux pieux des partis politiques qui paradent. Si vous avez des doléances sérieuses faites-les à la Rothschild !

        Que reste-t-il de la France ? L’état que constituait la France a été dissous, il n’en reste qu’une vague idée, un évanescent souvenir. Il n’y a pas pire esclave que celui qui croit être libre. L’idée de la Révolution française dans l’inconscient collectif français fait de l’ouvrier français le plus performant au monde, le plus productif. Il est bon de savoir que les chaînes de montages usine les plus rapides au monde sont précisément les chaînes françaises. L’idée fantomatique de liberté a du bon pour le productivisme et l’asservissement. Cette liberté de pacotille a été insufflée par les assassins du roi afin que cet idéal fantomatique les servent toujours mieux jusqu’à aujourd’hui. Nous sommes un peuple asservi par l’oligarchie financière qui se croit libre, en référence aux articles constitutionnels d’une révolution conçue par cette même oligarchie. Quelle ironie du sort !


        • lloreen 24 mai 2018 11:51

          Sans faux semblants, il nous faut voir la réalité en face. Nous sommes des esclaves qui bénéficient de quelques libertés matérielles qui peuvent à tout moment nous être retirées. La paupérisation des peuples européens se fait par des subtilités à marche forcée. L’orientation est indéfectible, les richesses vont aux réseaux intégrés du Nouvel Ordre Mondial, tandis que les dettes sont supportées par l’ensemble des populations. La visée est claire, il s’agit de forger deux classes :

          1°) une classe qui a le pouvoir mondial de création monétaire, qui ainsi pilote absolument tout, son idéal étant une monnaie exclusivement électronique qu’il est aisé de truquer à sa guise.

          2°) une classe sans aucun pouvoir qui se contente de croire aux idéologies, aux lubies fantomatiques d’une économie s’auto régulant, aux délires de choix politiques possibles, aux illusions du pouvoir législatif, exécutif et judiciaire. « Donnez-moi le contrôle sur la monnaie d’une nation, et je n’aurai pas à me soucier de ceux qui font ses lois. » Mayer Amshel Rothschild

          La nouvelle lutte des classes n’a plus rien à voir avec le marxisme, le communisme, ou l’anticapitalisme, idéologies d’ailleurs intégrées aux réseaux du Nouvel Ordre Mondial. Rappelons que la révolution bolchévique fut financée par le « banquier de la Révolution mondiale ». Il s’agit de Olof Aschberg, de la banque Nya Banken de Stockholm qui servait d’intermédiaire entre les élites de Wall Street, de la City d’un côté, et les dirigeants bolcheviques de l’autre. L’analyse marxiste est désuète et tronquée. La seule véritable lutte des classes existe entre ceux qui ont le pouvoir de créer de la monnaie ex-nihilo et ceux qui n’ont pas ce pouvoir. Or, parmi ceux qui n’en créent pas, il y a des chômeurs, des ouvriers, des cadres, des chefs d’entreprises, des fortunés et des infortunés. Tous sont exposés aux mêmes dangers, celui de perdre leurs biens s’ils en ont et de perdre toute liberté.

          Le système est conçu pour vampiriser les revenus, détruire les services publics et faire flamber les impôts jusqu’à une incontournable implosion sociale. Sans doute en viendra-t-on à des prélèvements directement opérés par votre propre banque, destinés au déficit public. Le fisc finira par être privatisé, précisément racheté par les banques chargées de recouvrir la dette. A ce propos, dans une toute dernière interview sur TV5, le Président de la Cour des Comptes, Philippe Séguin, affirmait : « Quand vous payez vos impôts, ce n’est pas la peine de vous consoler en vous disant, ça va servir pour embaucher des gardiens de prison, pour embaucher des infirmières, faire des routes, des stades, que sais-je... Ça partira en priorité au remboursement de la dette ! » Nous faisons face à une dictature financière éclairée qui s’est octroyée le droit de créer de la monnaie ex-nihilo afin de se bâtir un Empire mondial sans partage. Puisque les gouvernements et les politiques de tout poil ont vendu notre souveraineté à des cohortes de banques privées sans vergognes, qui aujourd’hui, peut restituer cette souveraineté, sinon les peuples eux-mêmes ? Par ailleurs, la grande question de notre époque charnière consiste à savoir si nous pouvons raisonnablement laisser 0,2% de la population mondiale voler l’intégralité des richesses planétaires ?"



            • UnLorrain 24 mai 2018 12:28

              https://www.audiocite.net/livres-audio-gratuits-documents/zo-daxa-vous-netes-que-des-poires.html

              Dix minutes cette Feuille audio. La Feuille date de fin dix neuvième siècle. Recherches sur son auteur sur le Web me mène a découvrir son biographe qui écrira a son propos qu’il fût le plus grand écrivain de cette époque....Zo écrivait essentiellement des Feuilles. Le nom de son biographe ? Euuh...Meric. Je « cerne » certains de ces rebelles,les antimilitaristes..je suppose qu’ils invectivaient l’armée a cause de « l’encasernement » qui faisait que l’homme avec ses instincts voyait une femme chez la recrue effemminée ( la ritournelle où il y a ce passage « la folle du régiment la préférée du capitaine des Dragons » s’est chanté et peut-être bien conçue a cette époque ) Zo d’Axa connaissait Mirbeau Octave. Allez écouter,ou lisez le,le dixseptieme chapitre du livre de Mirbeau Les 21 jours d’un neurasthénique,a ce chapitre le parlementaire est dans le collimateur de Mirbeau. Mon impression après avoir écouter ce passage ?...Prostration fut un mot qui me vint...peut-être que je ne connais pas le sens précis de cet adjectif,a ma décharge..


              • Jason Jason 24 mai 2018 14:18

                Ce qui se passe dans les autres parlements ne m’intéresse pas. Cependant, j’ai observé un certain nombre de choses ici-bas, depuis le toit de mon pigeonnier.


                Quelques-uns de mes aphorismes favoris :

                La démocratie, c’est les avantages de quelques-uns sous le prétexte du bonheur pour tous.

                Pendant la Révolution française, il ne fallait pas choisir la devise actuelle de la République, mais afficher :« Changement de propriétaires ».

                Montesquieu, Les Lettres Persanes (1721) : « Qu’il faut de personnes pour rendre un seul homme heureux ».

                Le mandat électoral est un contrat de dupes. C’est le seul contrat dans lequel une des parties (l’élu) ne doit rien à l’autre. Bien sûr, on objectera qu’aller se faire prendre en photo devant des vaches, ou se pavaner dans un hall d’usine peut avoir son utilité.

                La démocratie est un régime politique dans lequel on peut dire tout ce qu’on veut, pourvu qu’on ne change rien. Sinon à la marge.

                Les députés usent abondamment du seul pouvoir qu’ils ont, celui de garder le silence devant les problèmes des populations. 

                 Voulez-vous qu’un projet soit enterré ? Envoyez-le à la Chambre ou à un ministère. On ne le reverra jamais.

                Ah, mais, rassurez-vous, il existe bien deux ou trois « honnêtes gens ». Comme le soulignait un homme politique, si les dégoûtés partaient, il ne resterait que les dégoûtants.

                Des élections : si mettre un petit bout de papier dans une boîte le jour des élections changeait quoique ce soit, ça se saurait.

                Hors de la finance, point de salut.

                L’espérance est la fontaine du bonheur, et les carottes alimentent l’euphorie des ânes.

                • Jason Jason 24 mai 2018 14:27

                  Erreur : Des élections... quoi que ce soit et non quoique. Désolé.


                  • zygzornifle zygzornifle 24 mai 2018 14:46

                    Parce qu’aucun ne connait le prix d’un pain au chocolat , d’un ticket de métro et n’a jamais nettoyé le cul plein de chiasse d’un de ses gosses , ces donneurs d’ordres et de leçons sont des assistés tout juste capables de se laver eux meme ....


                    • Le421 Le421 24 mai 2018 18:44
                      La proposition de l’UPR d’établir la révocabilité des élus à mi-mandat avec un nombre suffisant d’électeurs le réclamant était quelque chose de très intelligent à mon avis.
                       smiley


                      • doctorix doctorix 24 mai 2018 21:05

                        @Le421
                        Mais tout est sage et intelligent dans ce programme. Il n’y a rien à jeter, sinon je vous le dirais, faites moi confiance.


                      • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 25 mai 2018 06:57
                        @Le421
                        Remplacer en cours de mandat un bourricot par un autre bourricot, n’est pas forcément une idée aussi lumineuse que vous l’imaginez...

                        Le Référendum d’Initiative Populaire proposé par l’ UPR, comme en Suisse, permettra aux citoyens d’intervenir dans le processus législatif.

                        De plus, l’ UPR propose toute une série de changements dans la Constitution :
                        - Reconnaissance du vote blanc.
                        - Réforme du statut des élus, fin du cumul des mandats, 1 seul renouvellement, interdiction de se présenter aux élections à vie pour condamnation pour corruption.
                        - Examen périodique des conflits d’intérêts.
                        - Interdiction des lobbies.
                        - Équité dans le financement public des Partis politiques dès la 1ere voix.
                        - Interdiction de tout transfert de souveraineté.
                        - Rétablissement du crime de Haute trahison etc

                      • Odin Odin 25 mai 2018 11:19

                        Cette réalité décrite justement par Sébastien Faure ne date malheureusement pas de son époque mais elle est bien antérieure. 

                        Dans le descriptif de cette fonction il aurait été encore plus réaliste d’ajouter que pour entrer dans cette « carrière » ainsi que pour son évolution, la cooptation par « les frères la truelle » a toujours été une condition sine qua non d’une grande importance ainsi que pour perdurer dans ce « métier »..


                        • INsoMnia INsoMnia 6 janvier 00:03

                          @ doctorix

                          Vous aviez prévenu que vous quitteriez AV, revenez avec d’autres articles, éclairer un peu les lanternes de vos semblables. 


                          • Yanleroc Yanleroc 6 janvier 00:46

                            @INsoMnia

                            Pale Rider : « Les derniers chercheurs d’or indépendants de LaHood, bourgade minière de Californie, sont harcelés par la bande de Coy LaHood, fondateur de la ville qui veut s’approprier leur concession. Au moment où les mineurs pacifiques sont prêts à abandonner la lutte, surgit de la montagne un cavalier solitaire tout de noir vêtu. Nul ne connaît son nom, son passé, ses origines.... »

                            Clint Eastwood est familier des héros, qui, après avoir aidé et donné les outils à « ceux qui ne sont rien »,
                            pour se défendre face à l’ exploiteur,
                            font le choix de les laisser seuls,
                            afin qu’ ils se prennent en main et assument totalement leur destin...

                            Assumez,
                            tout comme le font les Citrons qui refusent toute idée d’ homme providentiel, de sauveur ou de guide !
                            S’ il va bien...
                            tout va bien !


                          • INsoMnia INsoMnia 6 janvier 13:02

                            @Yanleroc

                            Je n’attends pas d’« homme » providentiel ni sauveur ou guide ! Cependant, j’apprécie certains auteurs sur AV. 

                            Cdt


                          • Yanleroc Yanleroc 6 janvier 14:36

                            @INsoMnia, ceci étant dit, je m’ interroge aussi sur la « disparition » de DocX et suis d’ accord pour dire qu’ il manque..

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès