• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Poutine : Pas un général d’opérette...

Poutine : Pas un général d’opérette...

JPEG

C’est lui qui l’a dit en parlant des cérémonies du 6 juin, et qu’il avait d’autres choses plus importantes à faire en Russie. Ce 75ème anniversaire du débarquement en Normandie a vu l’aréopage habituel : reine d’Angleterre, Trump le grand, macron le petit, Merkel... Merkel ? Qu’est ce qu’elle fabriquait là l’Angela ? Poutine pas invité, et elle oui ? Ce ne serait pas un peu réécrire l’histoire non ? Il est vrai, que depuis un certain temps on essaye de faire avaler au bon peuple que ce sont les américains qui ont libéré la France... Mouais... En obscurcissant le fait que les russes tapaient fort sur les armées allemandes à l’est et avançaient à la vitesse blitzkrieg sur Berlin, ayant pour effet un éclaircissement des troupes défensives sur le mur de l’atlantique, et aussi, les anglais, ayant joué rusés en ayant réussi à faire croire à Hitler que le débarquement aurait lieu plus au nord vers Calais.

6 juin 2019 : « un sujet qui a fait couler beaucoup d'encre : la question de la non-invitation du président russe Vladimir Poutine à ces cérémonies et, à travers elles, la vision de l'histoire de la Seconde Guerre mondiale, notamment en raison de l'importance du rôle joué par l'URSS dans la défaite de l'Allemagne nazie. Vladimir Poutine a réagi à ce sujet : « Nous n’invitons pas non plus tout le monde à tous les événements. Pourquoi devraient-ils m’inviter toujours partout ? Je suis un général d’opérette, ou quoi ? J’ai suffisamment de choses à faire en Russie. Ce n’est pas du tout un problème ». Selon le chef de l'Etat russe, ce qui importe, c'est la vérité historique. « C’est ça qui ne doit jamais être oublié, nous ne devons pas trahir cette histoire et nos ancêtres, nos pères et nos grands-pères. Ça, nous ne devons jamais le faire », a-t-il expliqué ».[1] Sacré Vladi, ex-lieutenant colonel du KGB refusant d’être général d’opérette. Il oublie de mentionner que l’Histoire, avec un gros H ne s’embarrasse pas de nuances... Les russes, ils faisaient quoi entre septembre 39 et juin 41 ? Du tricot ? Le pacte Molotov de non agression signé avec cet idiot utile de Ribbentrop, ça doit lui parler ? Ce qui permit à son prédécesseur un dénommé Staline, petit père des peuples de croquer la moitié de la Pologne, d’avaler les pays baltes et un bout de la Finlande, pendant que les français/belges/hollandais prenions l’armée allemande en pleine déculottée... Il oublie aussi, le crime de guerre que fut l’extermination de Katyn et des 10000 officiers et intellectuels polonais... Comme chantait Jeanne Moreau « j’ai la mémoire qui flanche, j’me souviens plus très bien, comment... », pas grave cher Vladi, car de l’autre coté aussi, celui des vainqueurs U.S il en va de même : En fait, les « libérateurs » voulaient rien de moins de vouloir coloniser et prendre le contrôle total de la France, si, si ! Ils avaient même débarqué avec une liste de nomination de maires pour chaque ville libérée ; villes d’ailleurs totalement rasées suite aux bombardements de l’US Airforce et de la RAF. Des billets de banque avaient été imprimés par la banque d’Amérique afin de créer une nouvelle monnaie nationale, en bref, les « libérateurs », (je ne parle pas des pauvres gars massacrés sur les plages), étaient là pour mettre la main sur le pays non pas libéré mais conquis. Churchill ne pipait mot, car, le caractère ombrageux du général de Gaulle l’agaçait au plus au point. Heureusement, le grand Charles, prit un coup de sang et menaça pas moins d’appeler le peuple français « libéré » à se soulever contre ses « libérateurs », si les menées conquérantes ne prenaient pas fin immédiatement. Il fut entendu, et ainsi, naquit le jour le plus long et tout le saint frusquin de la panoplie qui rend l’Histoire si belle, si glorieuse, allons zenfants d’la patrie ! On peut aussi théoriser sur le fait, que les américains avaient pressenti le coup : qu’après la « libération » de Berlin, les territoires « libérés » par les soviets... Deviendraient terres d’influence du communisme international et qu’il fallait pousser par l’ouest en allant daredare vers l’est en 5eme vitesse des chars Sherman – à souligner que la libération de Paris n’était même pas dans les plans américains et qu’il fallut faire des pieds et des mains pour que le général Leclerc fasse sont entrée triomphale dans la capitale, car, le plan initial prévoyait de filer tout droit sans s’arrêter sur un tel « détail » ; Droit sur les Ardennes et sa bataille sanglante. 

A l’époque, le grand méchant loup était le parti communiste, d’ailleurs fort de 800 milles adhérents fin 46. Sur le plan électoral, second derrière le MRP aux élections de juin 46, il prit la première place en novembre de la même année, avec 28,6 % des suffrages.[2] Les américains avaient une peur bleue de cette idéologie du diable qui voulait partager la propriété privée. Ils firent et défirent des gouvernements européens, tel entre autre, la tristement célèbre Démocratie Chrétienne italienne qui durera jusqu’en 1994.[3] Churchill qui avait le sens de la formule, en mars 46, n’inventera-t-il pas le terme de « rideau de fer », ce qui résumera de manière laconique la future guéguerre des deux blocs.

Il y a l’HISTOIRE et les histoires, j’aurais tendance à prêter l’oreille à celles en minuscule/pluriel, celles des gens, des témoins de l’époque qui n’ayant pas une vue générale des événements les subissent, car, oui, l’HISTOIRE est faite d’êtres qui sont écrasés par la chose... De quelle manière est-elle racontée, cette Histoire ? J’suis dubitatif, ça dépend de quel coté d’où on vient... Et puis ce « devoir de mémoire », m’escagasse car, je sens bien derrière ces deux mots, toute l’idéologie d’une industrie mémorentielle, revancharde et guerrière... Et ce n’est pas un macron qui déposant une gerbe sur un monument aux morts, accompagné comme en Normandie par sa Brigitte, confondant un défilé de mode de son manteau Balmain à 3000 euros, avec un instant qui se devrait d’être solennel... Toute cette clique indécente réunie sous les spotlights, les cameras, les photographes, qui se moque comme une guigne de cette page historique, tout en invoquant la grandeur des anciens, le passé glorieux, l’HISTOIRE... Vue par des histrions...

Je suis guéri des « vérités historiques » depuis que jeune, tombais-je sur le livre de Erich Maria Remarque « à l’ouest rien de nouveau »[4]  : vue d’un jeune soldat volontaire allemand d’une guerre, au ras des tranchées. Les livres d’Histoire certainement racontent les grands déploiements cogités par les ganaches galonnées, Joffre, Foch, Pétain. « La science, la morale, l’histoire se passent très bien de dieu. Ce sont les hommes qui ne s’en passent pas »[5]...Et les généraux sont là pour dérouler le récit historiographique. Mais, loin de tout ça, une vérité : Ce fut un jour sans date où il n’eut rien à signaler, sauf, pourtant, une vie de 23 ans, s’acheva, comme ça... Pour rien.

Georges Zeter/juin 2019



Moyenne des avis sur cet article :  3.56/5   (27 votes)




Réagissez à l'article

66 réactions à cet article    


  • Pseudo Victor 7 juin 15:25

    Histoire réécrite par un yankee d’opérette....


    • George L. ZETER George L. ZETER 7 juin 15:51

      @Pseudo Victor
      ...et lu par un commentateur totor ! 


    • V_Parlier V_Parlier 7 juin 21:02

      @George L. ZETER
      Des pactes germano-truc, quasiment tout le monde en avait signé, y compris la France et la Pologne. Chacun a espéré gagner du temps, c’est tout.


    • rogal 7 juin 18:18

      Pour mémoire : AMGOT = Allied Military Government of Occupied Territories..


      •  C BARRATIER C BARRATIER 7 juin 18:33

        Tres bon article
        Aujourd’hui encore l’Histoire est tronquée
        Voir sur ce sujet 39/45

        France Terre de Résistance, Agoravox


        • Jonas 7 juin 18:50

          Je n’approuve pas la politique de Poutine, mais , je trouve scandaleux , que le représentant d’une des nations qui ont contribué a la victoire sur le nazisme, ne soit pas invitée a toutes les cérémonies comme les autres chefs d’Etats. Le peuple Russe , qui a consenti tant de sacrifices et de souffrances pour l’anéantissement de la bête immonde , mérite , respect , considération et déférence. 


          • George L. ZETER George L. ZETER 7 juin 18:56

            @Jonas
            « mérite , respect , considération et déférence. »...mots inconnus dans le bréviaire macronien


          •  C BARRATIER C BARRATIER 7 juin 19:39

            @Jonas
            Tout à fait d’accord avec Jonas

            L’Europe de Macron reste à la remorque des USA


          • izarn izarn 10 juin 22:35

            @Jonas
            Faut dire qu’en effet,même si la victoire sur le nazisme échoit à l’URSS sans contestation possible, aucun russe n’a foulé du pieds la France...
            Il ne s’agit donc pas de la victoire contre le nazisme, mais de la libération du territoire français par les alliés anglo-saxons.
            La victoire sur le nazisme, ça se passe à Moscou, OK ?


          • Nowhere Man 7 juin 22:18

            Hollande a boycotté en 2010 l’anniversaire de la victoire russe contre la nazisme.

            Pourtant environ 11 millions de soldats soviétiques ont péri pendant cette guerre.

            Président abjecte.

            Moins de 200 000 militaires américains sont morts en Europe.

            Un rapport de 60 contre 1 !

            Macron président caniche.

            Récemment échangeant avec un pote pas franchement politisé (donc représentant la majorité des français) il me dit « tu sais Poutine, le communisme ... »

            La Russie ultra-libérale lorsqu’elle fut gouvernée par une éponge fut méprisée, humiliée par l’Occident qui conserva pourtant une attitude bienveillante vis à vis des ravages de la corruption contrôlée par le clan Etsine.

            Poutine a changé la donne, L’Amérique et tous ses vassaux mènent désormais une guerre de propagande à mon avis plus intense que pendant la période soviétique (que j’ai vécue aussi) contre le « régime » russe. 

            Une constante totalement occultée depuis des décennies : Le Kremlin intervenait dans nos campagnes électorales toujours en faveur du candidat de droite.

            Le PCF dérogea à la règle durant une courte période (74/78).

            Qui veut bien se souvenir de la campagne de Marchais en 81, constate que sa cible favorite était Mitterand et non pas Giscard : pour son dernier meeting à Marseille futur-Tonton fut davantage hué que Giscard.

            Ce n’est pas l’Union de la gauche qui a porté Mitterand et les socialistes au pouvoir.


            • izarn izarn 10 juin 22:37

              @Nowhere Man
              Le Débarquement ce n’est pas la victoire contre la nazisme.
              Seuls les soviètiques étaient à Berlin.


            • Julien S 7 juin 23:00

              L’auteur a écrit : les Russes..............arrivaient à vitesse blitzkrieg sur Berlin. 

              .

              Pas précisément. A la vitesse du rouleau compresseur je veux bien, mais à celle de l’éclair sûrement pas.

              Malheureusement nono le simplet ayant renoncé à finir sa campagne de Russie, nous ne serons pas départagés. 


              • Julien S 7 juin 23:03

                pardon : ..........avançaient à la vitesse blitzkrieg


              • nono le simplet nono le simplet 8 juin 02:55

                @Julien S
                avançaient à la vitesse blitzkrieg ... ou rouleau compresseur ...
                les russes utilisaient la même technique que les allemands pour percer le front en un éclair ... soit un ou deux jours pour la première ligne de défense ... avec une variante, une concentration majeure d’artillerie sur un front de 4-5 km, entre 200 et 400 au km en moyenne ... le record étant de 700 canons au km (de mémoire) ...
                artillerie, puis fantassins pour nettoyer et envoi massif de chars soutenus par l’aviation ... les chars contournant les nids de résistance, nettoyés par l’infanterie ... de plus, les russes coordonnent les attaques des différents « fronts » pour paralyser les réserves allemandes ...
                à partir de mi 44 la progression est plus lente ... le front rétrécit et est donc plus facile à défendre avec moins de troupes et les distances de ravitaillement s’allongent pour les russes et diminuent pour les allemands ...
                « rouleau compresseur » est certainement assez adapté pour cette période et « ruée » pour les périodes post Stalingrad et surtout Koursk dans le sud et le centre ...


              • Alexis 8 juin 05:30

                @nono le simplet

                « le record étant de 700 canons au km (de mémoire) ... »

                donc des canons de 1,4 m de large ?


              • nono le simplet nono le simplet 8 juin 06:05

                @Alexis
                donc des canons de 1,4 m de large ?

                lol, les canons n’étaient pas alignés les uns à côté des autres ... mais sur plusieurs km en profondeur ... les plus gros ayant une portée de plus de 30 km ...


              • nono le simplet nono le simplet 8 juin 06:43

                @nono le simplet
                je rajoute que les russes en plus d’avoir des unités d’artillerie divisionnaire avaient des régiments d’artillerie autonomes, puis des brigades, des divisions et même des corps d’armée comprenant 3 divisions d’artillerie ...
                et aussi que les BM 13, les célèbres Katioucha ou « orgues de Staline » montées sur des camions avaient une portée de 8 km


              • zolpan 8 juin 08:17

                @nono le simplet

                Je rajoute qu’au lieu de faire le malin et le singe savant sur cet article , vous auriez mieux fait comme le dit Julien S de finir le dernier volet de vos articles sur la guerre faites par les Russes.Seulement comme vous avez pu rejoindre la modération avec 4 micro articles pour aller fouiner sur les articles à paraître , vous n’aviez plus besoin de le faire ,on appelle ça un fouille merde. Tout bien réfléchi , c’est mieux comme ça , ne plus lire d’inepties agrémentées de cartes géographiques pour élevé de 7eme , nous épargne d’assister à vos misérables gribouillages.


              • nono le simplet nono le simplet 8 juin 08:52

                @zolpan
                vous auriez mieux fait comme le dit Julien S de finir le dernier volet de vos articles

                 smiley


              • hgo04 hgo04 8 juin 10:50

                @Julien S
                Le front de l’EST occupait les plus grandes forces de l’allemagne.. et pourtant les soviétiques furent devant le blockaus du furher deux mois avant les alliés.. 

                Certes les américains ont fourni du matériel aux soviétiques, mais quand même...

                Quant au débarquement, il n’était pas la pour libérer la france, mais empécher que l’URSS ne soit du étalé Portugal à l’Oural.

                Comme disait chrucill, entre la france et le grand large, il choisissait le grand large. Ils ne nous ont pas libérés, ils se sont juste occupés de leurs intérêts. 

                Ceci dit, je ne parle que des politiques, pas des soldats...


              • Alexis 8 juin 12:05

                @nono le simplet
                C’est donc plutôt 700 canons au kilomètre carré (à la louche).


              • nono le simplet nono le simplet 8 juin 12:12

                @hgo04
                pourtant les soviétiques furent devant le blockaus du furher deux mois avant les alliés.. 

                les erreurs de Monty à Arnhem et surtout à Anvers ainsi que la contre attaque allemande dans les Ardennes ont beaucoup retardé les alliés ...


              • Aita Pea Pea Aita Pea Pea 8 juin 12:12

                @Alexis

                700 canons au km2 c’est a Moscou pour un amateur de blondes .


              • nono le simplet nono le simplet 8 juin 12:14

                @Alexis
                C’est donc plutôt 700 canons au kilomètre carré

                non, non ... lol ... au km ... de front ... les canons tiraient tous au même endroit


              • nono le simplet nono le simplet 8 juin 12:15

                @Aita Pea Pea
                700 canons au km2 c’est a Moscou pour un amateur de blondes

                 smiley


              • Julien S 9 juin 14:32

                @hgo04
                .
                Quant au débarquement, il n’était pas là pour libérer la France, mais empêcher que l’URSS ne soit étalée du Portugal à l’Oural
                .
                Evidemment.
                Mais tant que cela peut nous être avantageux, on fait semblant de ne pas s’en douter. 


              • izarn izarn 10 juin 22:40

                @Julien S
                On ne peut pas dire que l’opération Barbarossa fut à la vitesse de l’éclair !
                Déjà les observateurs, fin 1941, pensaient que l’Allemagne nazie était foutue !


              • Julien S 7 juin 23:15

                Les Américains étaient en effet arrivés avec leur administration et leur monnaie française. De Gaulle les grilla en plaçant immédiatement ses propres fonctionnaires, et les francs made in USA n’eurent qu’un usage minime. A voir le peu de suite donné par les Américains à cette question, il est logique de penser qu’ils croyaient simplement la France réellement hors de mesure de se débrouiller seule au début. 

                .

                Ou alors ils ont redouté que les 800 000 membres du PCF leur tombent sur le dos en les empêchant en plus de gagner la course à Berlin. 


                • Odin Odin 8 juin 11:32

                  @Julien S

                  Bonjour,

                  « avec leur administration et leur monnaie française ».

                  De Gaulle était loin d’être un imbécile, il savait ce que cela signifiait.

                  « Donnez moi le contrôle sur la monnaie d’une nation,et je n’aurai pas à me soucier de ceux qui font ses lois. Mayer Amshel Rothschild (1743-1812)  »

                  « Si les gens de cette nation comprenaient notre système bancaire et monétaire, je crois qu’il y aurait une révolution avant demain matin. » Henry Ford

                  Pour les US, ce ne fut que reculer pour mieux sauter. Voir la loi du 03/01/1973 d’un ancien directeur de chez Rothschild, devenu Président, avec l’aide d’un piètre accordéoniste (Rose-Croix)..


                • Eric F Eric F 8 juin 15:15

                  @Odin
                  En réalité la loi de 73 est très fortement surinterprètée, elle visait à encadrer les avances de la BDF, non de les supprimer, et du reste les prêts de la BDF à l’état ont continué jusqu’au début des années 80, ce sont les attaques répétées contre le franc qui ont conduit à les abandonner
                  Référence (issu d’un site pro Frexit, mais qui rectifie les fantasmes sur la loi de 73)


                • Odin Odin 8 juin 19:53

                  @Eric F

                  La réalité sur cette loi scélérate est toujours minimisée.

                  Au final, on oublie les taux d’intérêts versés aux banques privées depuis cette période et ce système ploutocratique a commencé avec la FED (1913) aux mains de banquiers apatrides avec l’accord de ce renégat de Wilson..

                  Dette publique de la France =      2.382.000.000.000 €

                  Intérêts versés aux banques privées : 1.500.000.000.000 €.

                  Le montant de ces intérêts est une réalité pas un fantasme.



                • Eric F Eric F 8 juin 22:02

                  @Odin
                  Non, on attribue faussement à cette loi des effets qui sont intrinsèquement liés à la crise, AVANT 73, les budgets étaient à peu près équilibrés et l’état empruntait peu à la BDF, il y avait même des emprunts publics comme le Pinay ou le Giscard. La loi de 73 entérine des règles proches de celles pratiquées jusqu’alors, Giscard et Mitterrand ont continué d’emprunter une partie à la BDF, mais pas trop du fait de l’affaiblissement du franc. Le vrai problème, c’est l’incapacité des gouvernements successifs à équilibrer un budget et réserver l’emprunt à des investissements tangibles, non pour boucler les fins de mois. L’effet cumulatif est ce que vous indiquez, surtout que le capital n’est jamais remboursé, donc les intérêts font boule de neige.
                  C’est le traité de Maastricht qui interdit formellement l’emprunt à la banque centrale (la dette était de 35% du PIB en 1992 lors de la ratification, cela a quasiment triplé depuis).
                  A ce stade, il faudra inévitablement un « coup d’accordéon », cela s’est déjà pratiqué -au passage, rappelons que les Allemands n’ont versé que 17% des « réparations » du traité de Versailles, c’est donc une légende de prétendre que ce traité l’ait ruinée entre les deux guerres.


                • Odin Odin 9 juin 12:17

                  @Eric F

                  Bonjour,

                  Vous faites fausse route, la réalité est beaucoup plus simple :

                  « le déficit de l’État a donc eu pour principale explication le financement des intérêts versés annuellement par l’État. »

                  "Ainsi la dette de l’État n’a globalement pas permis de financer ni des dépenses de fonctionnement de l’État, ni des investissements quelconques. Elle a permis de financer avant tout les intérêts de sa dette"

                  http://comptespublics.fr/article/tag/charge-de-la-dette/


                • victormoyal victormoyal 8 juin 07:49

                   6 Juin 2019, le débarquement revisité par les nains de jardins...MDR


                  • J.MAY J.MAY 8 juin 09:01

                    Tout compte fait, en termes d’objectivité, il me semble préférable de m’informer sur l’HISTOIRE, et notamment sur les péripéties héroïques ou dramatiques du D.Day à partir des données rapportées sur le site Herodote.net <herodote@herodote.net>

                    [...] Le Débarquement soulagea incontestablement les Soviétiques, qui avaient rejoint trois ans plus tôt les Britanniques dans la guerre contre Hitler et en supportaient l’effort principal. Il hâta sans conteste de plusieurs mois la capitulation de l’ennemi commun. Mais les véritables tournants de la Seconde Guerre mondiale furent les batailles d’El-Alamein, Stalingrad et Koursk, au demeurant beaucoup plus meurtrières que le Débarquement lui-même. Après ces victoires des Britanniques et des Soviétiques, la chute du nazisme ne fut plus qu’une question de temps.


                    • Eric F Eric F 8 juin 09:47

                      @J.MAY
                      L’ouverture d’un deuxième front (en fait un troisième, en comptant celui du sud déjà ouvert, Rome a été prise le 4 Juin) fut absolument déterminant pour diviser les forces nazies qui ne pouvaient alors plus se concentrer sur le front Est, les soviétiques ont pu lancer l’opération Bagration le 22 aout. La victoire provient bel et bien de la prise en tenaille de l’Allemagne nazie.
                      Poutine avait été invité au 70ème anniversaire du débarquement, c’est une faute historique et diplomatique de l’avoir snobé pour le 75ème anniversaire, les bisbilles présentes devraient passer au second plan.


                    • J.MAY J.MAY 8 juin 10:17

                      @Eric F

                      Je me suis contenté de signaler une contribution relativement « modérée » par rapport au D.DAY.

                      Une version plus « engagée » ou plus « partisane » aurait été celle de Philippe Migault dans RT France : " Libération de l’Europe : le devoir de mémoire ne saurait être sélectif ".

                      Je me propose d’ailleurs de la transcrire sur : https://www.kalinka-machja.com/

                      Cordialement



                      • Eric F Eric F 8 juin 10:04

                        @phan
                        De Gaulle voulait ostensiblement entretenir le « mythe refondateur » de la France libérée par elle-même. Mais en fait, il avait eu de bonnes relations avec le général Eisenhauer commandant en chef des forces alliés et haut responsable du débarquement, qui était bien plus ouvert que Roosevelt vis à vis de la « France Combattante » (c’est du reste lui qui a renoncé à appliquer l’AMGOT, et autorisé la 2è DB à aller sur Paris), il a été fait Compagnon de la Libération.


                      • JulietFox 8 juin 12:15

                        vc@Eric F
                        De Gaulle était avant tout un politique, et pas un général de terrain.
                        Il n’a jamais pardonné aux Américains d’avoir voulu jouer ,Giraud, contre lui, et de ne pas être convié à Yalta..
                        Si on réfléchit bien, les Allemands avec l’aide massive des USA, s’en sont sortis plus vite que les Français.


                      • vesjem vesjem 8 juin 10:14

                        excellent article, bien sûr incomplet vu l’ampleur et la complexité de cette période ;

                        article qui fait la part des choses


                        • lloreen 8 juin 11:31

                          Poutine a bien fait de se passer de cette invitation tellement ces cérémonies ont été dégradées par les guignols appointés par une bande de psychopathes en simulacres et transformées au fil du temps en événements festifs avec moult petits fours et embrassades hypocrites.

                          Bien sûr, cela ne diminue en rien le souvenir-d’ailleurs malheureusement toujours entretenu des décennies plus tard à cause des conflits s’étalant aux quatre coins de la planète, au plus grand bénéfice de tous les marchands d’armes et d’ autres opportunistes dont le commerce de l’horreur est devenu une source quasi intarissable de revenus.

                          Monsieur Poutine essaie de garder son sang froid dans ce numéro d’équilibriste entre les gesticulations des uns et des autres dont le seul but est de faire émerger leur « nouvel ordre mondial » et d’opposer les continents les uns aux autres.

                          Monsieur Macron a prouvé qu’il est la marionnette parfaite de ces pervers psychopathes car il suffit de considérer sa politique morbide pour le territoire qu’il maltraite depuis qu’il usurpe les fonctions présidentielles.
                          Comment a présence d’un tel individu pourrait-il rehausser la moindre prestation ?
                          Que du contraire !
                          C’est tout à l’honneur de monsieur Poutine de ne pas s’abaisser à paraître à côté d’un tel pervers.

                          Assister aux commémoration des boucheries passées, continuer à éborgner et à maltraiter la population en lui opposant ses mercenaires et sa garde prétorienne tout en sabotant l’économie du territoire c’est prouver son indignité et sa malfaisance.
                          Paraître à côté d’un tel pantin c’est s’amoindrir et c’est sans doute la dernière des intentions de monsieur Poutine.


                          • Jean J. MOUROT Jean J. MOUROT 8 juin 15:32

                            Poutine n’est pas LA Russie ; de même que Macron n’est pas LA France !

                            Il y avait une époque, pas très lointaine, où l’on pouvait voir des films russes (ou soviétiques) à la télé. Où l’on pouvait lire des livres traduits du russe...

                            Aujourd’hui, on est submergé de feuilletons et de films américains ; on a réintégré l’OTAN et même si on vitupère Trump, on s’aplatit devant les USA et la France est devenue peu ou prou une colonie américaine !

                            Alors, pourquoi inviter le Président de la Russie à une commémoration de la 2° guerre mondiale ?


                            • michel maugis michel maugis 8 juin 16:54

                              @Jean J. MOUROT

                              « Alors, pourquoi inviter le Président de la Russie à une commémoration de la 2° guerre mondiale ? »

                              Ce n’est pas une commémoration de la 2º guerre mondiale, mais du commencement de la 3ième, qu’était cette tentative finalement réussie de l’asservissement de l’Europe.


                            • michel maugis michel maugis 8 juin 16:08

                              Je pense que la non-invitation de Poutine est une décision commune entre Poutine et Macron.

                              Et c’est bien vu. Qu’avait à faire Poutine dans cette galère ? Dans le contexte actuel d’une flopée de provocations des USA un peu partout dans le monde.

                              En accord avec Macron, il a pris la décision d’agir comme de Gaule et de ne pas participer à cette commémoration de tentative d’occupation de la France par les anglo-saxons. C’est plutôt une belle claque sur la gueule de Trump.

                              Quant à la répartition de la Pologne, c’est une récupération de territoires données par Lenine pour forcer la paix que ne voulait pas la France, un peu comme pour la Crimée donnée illégalement par Khrouchtchev et récupérée légitimement par Poutine.

                              Quant à l’oeuvre stratégique de Katin , c’est un acte de guerre fabuleux qui sauva des millions de vie puisque ces officiers polonais envisageaient la partition de la Russie à la faveur de guerre. Je ne vois pas où est le crime contre l’Humanité de tuer une bande de fascistes.

                              Il semble que l’auteur fait malhonnêtement commencer la guerre avec le pacte de NON INTERVENTION, alors qu’elle commença avec le pacte belliqueux franco-anglais-germanique de Munich qui donna à Hitler son accord pour détruire l’URSS.

                              on détecte la crapulerie à ne pas préciser de « non intervention » dans un pacte germano soviétique. 


                              • George L. ZETER George L. ZETER 8 juin 16:29

                                @michel maugis
                                « on détecte la crapulerie »...pourquoi pas même de la complicité ? mais je n’étais pas née...faut se calmer mon vieux !!!


                              • michel maugis michel maugis 8 juin 16:47

                                @George L. ZETER

                                Et pourquoi ne pas préciser ? Le qualificatif s’impose, sinon on pourrait penser que l’URSS était complice d’Hitler ?

                                C’est bien cela votre idée, n’est ce pas ? C’est bien pratique n’est ce pas ?


                              • George L. ZETER George L. ZETER 8 juin 17:02

                                @michel maugis
                                je dis qu’en Histoire rien n’est blanc ou noir, imaginez pour le citoyen soviétique : avant août 39 il devait huer et détester les nazis, puis soudain, fin août il doit applaudir ces allies, qui, en juin 41 il devra huer à nouveau... tres bon livre qui raconte cette époque « j’ai choisi la liberté » de Victor-Anatoli Kravchenko


                              • michel maugis michel maugis 8 juin 17:23

                                @George L. ZETER

                                « je dis qu’en Histoire rien n’est blanc ou noir »

                                Formule facile qui se veut dédouanante d’une hypocrisie certaine pour ne pas prendre partie dans ce qu’est réellement l’histoire : LA LUTTE DES CLASSES !.

                                Évidemment, nier son évidence implique quelques problèmes pour ceux qui y participent toujours en faveur d’une certaine classe tout en mettant l’autre dans le même panier.

                                « J’ai choisi la liberté ». Belle formule hypocrite et lâche.

                                Il voulait certainement dire,« j’ai choisi l’égoïsme, l’individualisme », comme Trump, Clinton, les ordures US etc.. et faire des guerres, des massacres au non de cette « liberté ».

                                Ce qu’est réellement l’histoire, rien ne démontrerait le contraire.

                                ps : je voulais dire pacte germano soviétique de non agression dans mes commentaires antérieurs, et non pacte de non intervention.

                                En fait, tant Hitler et la France que l’URSS intervinrent dans ce début de 2GM, l’un pour la déclencher, l’autre pour s’y préparer et résister.

                                C’est clair. Mais il faut toujours certaines personnes hypocrites pour essayer de brouiller l’histoire avec des formules toutes faites et particulièrement stupides.


                              • michel maugis michel maugis 8 juin 17:25

                                @George L. ZETER

                                « je n’étais pas née »

                                vous êtes une femme, comme Sand ?


                              • Jean J. MOUROT Jean J. MOUROT 8 juin 18:55

                                @michel maugis
                                Kravtchenko avait surtout choisi de sauver sa peau ! Dénoncer l’impérialisme américain n’oblige pas à absoudre Staline de ses crimes...
                                Certes l’Union soviétique a eu un rôle déterminant dans l’écrasement du nazisme, mais à quel prix ! Par exemple, quand le commissaire politique Krouchtchev faisait abattre ceux qui faisaient mine de se mettre à l’abri lorsque les troupes hitlériennes bombardaient les ruines de Stalingrad...


                              • michel maugis michel maugis 8 juin 19:59

                                @Jean J. MOUROT

                                Qui parle d’absoudre des crimes ? VOUS !!!

                                Excusez moi, mais ce n’est pas un crime de tuer des criminels.
                                Vouloir rester les mains propres c’est de l’hypocrisie.

                                Qu’attendez vous pour nous dire ce qu’il aurait fallu faire ? et que ça réussisse !!

                                l’URSS à sauver le monde, et ce n’est pas un crime, c’est une actions héroïque.
                                Maintenant vous pouvez toujours sortir une argumentation hypocrite de droitsdel’hommiste, pour éviter de passer pour un commmmuniiste.
                                C’est à la mode.

                                En attendant Poutine sauve le monde ! Le vôtre ?


                              • George L. ZETER George L. ZETER 8 juin 20:12

                                @Jean J. MOUROT
                                merci. sincèrement ! enfin un commentateur qui lit. merci !!!!


                              • michel maugis michel maugis 9 juin 01:16

                                @George L. ZETER

                                En l’occurence, e ne parlais pas de vous, car vous aviez bien dit « pacte de non agression »


                              • julius 1ER 9 juin 09:39

                                Quant à l’oeuvre stratégique de Katin , c’est un acte de guerre fabuleux qui sauva des millions de vie puisque ces officiers polonais envisageaient la partition de la Russie à la faveur de guerre.

                                @michel maugis

                                Tu as des preuves de ce que tu avances camarade ????
                                et les pays baltes ???? d’odieux fascistes aussi ....et la Finlande, aussi réactionnaire que les autres ETC....


                              • julius 1ER 9 juin 09:44

                                En attendant Poutine sauve le monde ! Le vôtre ?

                                @michel maugis
                                là il faut arrêter la fumette camarade.... surtout il se sauve lui-même !!!


                              • Julien S 9 juin 14:26

                                @michel maugis
                                .
                                Poutine sauve le monde !
                                .


                              • Julien S 9 juin 14:28

                                @Julien S
                                .
                                Zut !
                                J’avais trouvé ailleurs un smiley excellent pour souligner cette citation ; il s’affichait très bien dans le cadre de rédaction des commentaire, mais ne veut pas paraître sur le texte définitif ! 


                              • michel maugis michel maugis 9 juin 15:31

                                @julius 1ER

                                Je ne vois pas ce que vous voulez dire avec vos questions.
                                Pourquoi tout cela selon vous ?
                                Parler sans rien dire c’est facile


                              • George L. ZETER George L. ZETER 9 juin 15:47

                                @michel maugis
                                ahah ! monsieur le donneur de leçon, pas mal votre « Parler sans rien dire c’est facile » au contraire essayer donc de parler sans rien dire cela est impossible, d’ailleurs ça se nomme "le silence ou être silencieux...ce que vous feriez bien de faire car je vous trouves assez agressif avec tout le monde.


                              • michel maugis michel maugis 9 juin 16:08

                                @George L. ZETER

                                parler sans rien dire signifie sans rien dire de compréhensible. (c’est sous entendu).
                                comme poser des questions sans donner sa propre réponse.
                                c’est reconnaitre quelles sont stupides (les questions)

                                comme faire de l’ironie, votre spécialité, sans donner son explication plausible

                                comme dire : ( il, Poutine, a oublier de parle de...-

                                Dans l’histoire, il faut voir l’essentiel du moment.
                                Et l’essentiel est que l’URSS s’est sauvé de la destruction voulue par la France, la GB, l’Allemagne, les USA.


                                Et bien sûr Poutine a oublié de parler de..... que vouliez vous dire exactement, sans être agressif ? N’est ce pas parler sans rien dire ?




                                • Julien S 9 juin 14:23

                                  Refaisons l’histoire sans débarquement. 

                                  Ou bien les Russes eussent lentement grignoté l’armée allemande en continuant à se faire tuer à plusieurs contre un, et eussent atteint Brest et Gibraltar, ou bien Berlin se serait pris une bombe A. 


                                  • nono le simplet nono le simplet 10 juin 05:09

                                    @Julien S
                                    je suis encore obligé d’être d’accord avec toi ... et ça ne me pose pas de problèmes, d’ailleurs ...
                                    la variante au débarquement en Normandie, proposée par Churchill, par l’Italie, la Grèce et les Balkans n’aurait pas permis une progression rapide vers l’Allemagne et la première bombe A serait tombée sur une grande ville allemande, comme c’était conçu au départ ... à moins que les russes aient dèjà écrasé l’Allemagne ... bon, peut être pas jusqu’à l’Atlantique mais jusqu’à la mort d’Hitler ... pas facile de savoir exactement où en aurait été la situation en août 45 ... on peut seulement dire qu’en mai 44 l’issue de la guerre était inéluctable en Europe comme dans le Pacifique


                                  • Monika Karbowska 10 juin 14:23

                                    Renseignez vous s’il vous plait auprès de sources polonaises. Il n’y a pas eu de 10000 officiers polonais à Katyn, tout au plus 3000. Il y a eu des exhumations depuis 1992, on a compté tous les cadavres... Et il n’y avait pas d’intellectuels, à moins de considérer chaque officier puisque « ’lettré » comme intellectuel. Et les fameux territoires « polonais » étaient et sont habités par des Biélorusses et des Ukrainiens que la Pologne Pilsudskistes avaient conquis en 1919 et qui n’avaient pas envie d’être Polonais. Poutine n’en parle pas parce que la Russie s’est déjà abondamment excusée, a livré les archives etc. 

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès