• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Pyramide sociale et Revenu Universel

Pyramide sociale et Revenu Universel

Lettre ouverte à tous ceux que préoccupe le Plan Pauvreté

La pauvreté affecte particulièrement l’espèce humaine, du fait que ses représentants se distinguent de ceux des autres espèces animales par la conscience qu’ils ont de leur condition, même si cette conscience est souvent insuffisante. C’est ainsi que les hasards de sa naissance et de la distribution des facultés qui permettent à chacun de faire face aux aléas de l’existence, s’ajoutent au fait que la pauvreté existe inéluctablement par la richesse et réciproquement. Chacun n’est-il pas le pauvre ou le riche, de plus riche ou de plus pauvre que lui-même ?

Non seulement il s’agit là d’une vérité fondamentale dont devraient tenir compte tous ceux que préoccupe la pauvreté, qu’il s’agisse de la leur ou de celle d’autrui, mais cette condition peut faire l’objet d’observations et de calculs en rapport avec une population distribuée pyramidalement, telle que l’est incontournablement celle de l’humanité. L’application de la loi de Pareto à cette structure caractéristique, confirme que les pauvres sont condamnés à être plus nombreux que les riches. 14 % de la population (les riches) se partagent en effet 50 % de la richesse collective, alors que les autres 50 % vont aux 86 % restant de la population, pauvres (dont pauvres profonds).

Dans le cas d’une partition de la population en 3 catégories sociales, 3,7 % de la population – les riches – se partagent le tiers de la richesse collective, pendant que les représentants des classes moyennes qui en représentent 26,7 % se partagent le deuxième tiers et les pauvres – dont les pauvres profonds – soit 70 % de la population, se partagent le tiers restant. :

L’étude de la pyramide sociale permet par ailleurs de constater que si la richesse n’a pas d’autres limites que l’appétit et les facultés de ceux qui la convoitent ainsi que les ressources dont ils la tirent, la pauvreté a la sienne, qui est le niveau zéro de cette même richesse. Au-dessous, nul être humain ne peut descendre, sauf à y perdre ce qui précisément le distingue des autres espèces animales, ce qui est humainement inacceptable.

C’est à partir de ces constats que peut être indiquée la meilleure marche à suivre pour réduire la pauvreté autant que faire se peut et éradiquer la pauvreté profonde, tout en se gardant de confondre ces deux états, une telle confusion ne faisant que contribuer à augmenter le nombre des plus démunis et à les maintenir dans leur sort. En bref, il est nécessaire de tenir compte de ces réalités fondamentales pour mettre fin à une archaïque lutte des classes qui n’a fait qu’exacerber les frustrations sans rien changer au fond du problème pendant des millénaires, quels qu’aient été les arguments et les efforts déployés – à droite comme à gauche – depuis les premières révolutions serviles dont Spartacus fut l’un des meneurs, jusqu’aux théoriciens modernes, y demeurant plus ou moins obstinément attachés.

La misère, ou pauvreté profonde1 dont sont victimes les pauvres vivant au plus près de la base de la pyramide sociale est une plaie ouverte depuis toujours au flanc de l’humanité, qu’il s’agit de panser et guérir sans plus attendre, en y consacrant une partie de la richesse considérable créée et accumulée par les hommes au cours des siècles, sans que cela ait modifié en rien – bien au contraire – le sort des plus pauvres. Ne suffit-il pas pour s’en convaincre de considérer que le nombre de miséreux est de nos jours plusieurs fois ce qu’était la population humaine totale il a deux millénaires ? Quel que soit le nombre de ceux qui connaissent aujourd’hui les heureux effets du progrès scientifique et technique, 250 millions d’êtres humains peuplaient la Terre en l’an 1 de notre ère, alors que 1,5 à 2 milliards souffrent de pauvreté profonde de nos jours, sur une population qui en compte près de 8 milliards.

Le présent raisonnement faisant référence à la pyramide sociale et à l’échelle de richesse collective lui étant associée2, conduit à préconiser le relèvement de la base de la pyramide sociale par rapport au niveau zéro de cette échelle, par instauration de ce revenu universel (RU) ayant déjà fait couler beaucoup d’encre. Une littérature importante existant sur le sujet, le lecteur est invité à s’y reporter et les adresses de quelques sites internet en traitant de manières contradictoires sont proposées ci-après3

En résumé :

« Il s’agit de remplacer un enchevêtrement compliqué de dispositifs fiscaux, sociaux et familiaux, sans oublier diverses dispositions du droit du travail, par un seul outil redistributif intégré. » - Marc de Basquiat - AIRE, Association pour l’Instauration d’un Revenu d’Existen

« … des expérimentations de revenu de base se concrétisent en France et en Europe, c’est le moment de créer une véritable force citoyenne pour peser dans le débat et aboutir à l’instauration d’un revenu réellement inconditionnel, individuel et universel ! » - MFRB, MOUVEMENT FRANÇAIS POUR UN REVENU DE BASE.

 

Reste donc à tout faire pour que la raison triomphe sans tarder de la misère partout dans le monde, sachant que ce triomphe ira bien au-delà de celui escompté ; il sera alors possible de venir à bout du premier des maux de l’humanité qu’est une surpopulation dont les besoins dépassent désormais largement les ressources que lui offre sa planète.

Toujours pour des raisons liées à la structure incontournablement pyramidale de la société, les pauvres s’y multiplient en effet d’autant plus vite que leur pauvreté est profonde. Le relèvement de leur niveau de vie par le RU devrait donc entraîner un alignement de leurs taux de fécondité sur celui des catégories sociales pour lesquelles une descendance nombreuse n’est pas le seul moyen de lutter contre les aléas de l’existence et en particulier de la vieillesse. C’est ainsi que le revenu universel contribuera dans une mesure déterminante à la régulation indispensable de la démographie humaine, telle que la réclame de toute urgence la nature, sans compter la nécessité de répondre à un transhumanisme avançant à grand pas et dont les conséquences sur la valeur et le marché du travail seront considérables.

 

 

1 - Entre autres définitions de la pauvreté et de la richesse, voir :

https://docs.google.com/document/d/1BbASDu5L5egCF3rV41DMzpmXXI2dHyI9jN8kF5XdAvI/edit

2 - Pour la définition de ce qui est nommé ici richesse collective, ainsi que pour tous détails d’ordre méthodologique concernant le raisonnement proposé, voir :

https://claudec-abominablepyramidesociale.blogspot.fr/

https://pyramidologiesociale.blogspot.fr/

et/ou lire "Précis de pyramidologie sociale"

3 - Sélection de sites traitant du Revenu universel :

https://www.alternatives-economiques.fr/liber-une-proposition-concrete/00079289 https ://votreargent.lexpress.fr/consommation/revenu-de-base-universel-quel-montant-quels-avantages_1760801.html

https://fr.wikipedia.org/wiki/Revenu_de_base

https://www.revenudebase.info/decouvrir/

https://www.capital.fr/economie-politique/bientot-un-revenu-de-base-en-france-1291752

http://dessinemoileco.com/le-revenu-universel-est-ce-une-bonne-idee/

https://www.grazia.fr/news-et-societe/societe/pourquoi-la-finlande-met-fin-a-l-experience-du-revenu-universel-886080

 


Moyenne des avis sur cet article :  1.35/5   (20 votes)




Réagissez à l'article

24 réactions à cet article    


  • generalchanzy generalchanzy 16 juillet 2018 14:19
    « Toujours pour des raisons liées à la structure incontournablement pyramidale de la société... »
    C’est du scientisme qui ne sert qu’à justifier des préjugés en réduisant les problèmes à des formules mathématiques, des camemberts et pyramides bidons.

    Quant au revenu universel :
    Quand je vends quelque chose, la référence c’est le zéro (zéro euro).
    Si je fixe un revenu universel, par exemple 800 euros, la référence passe à 800 !
    A cette nouvelle référence, pourquoi vendre 1 euro la baguette de pain ?
    Autant passer à 2 euros.
    Le kilo de fruit de 2,50 à 4 euros,
    Le loyer de 400 à 700,
    etc.

    Méfions nous des solutions « simples ». C’est un peu plus compliqué qu’une formule ou une forme géométrique.

    • keiser keiser 16 juillet 2018 17:43
      @generalchanzy

      « A cette nouvelle référence, pourquoi vendre 1 euro la baguette de pain ?
      Autant passer à 2 euros.
      Le kilo de fruit de 2,50 à 4 euros
      Le loyer de 400 à 700,
      etc. »

      Ben !? ...
      Ce n’est pas déjà le cas ? smiley

    • Jean Roque Jean Roque 16 juillet 2018 16:42

      « Le développement de la marchandise [pour nous la mondialisation oligarchique] ne supprime pas ses contradictions [1% = 50% des richesses] mais crée la forme en laquelle elles peuvent se mouvoir [les contradictions]. Ceci constitue d’une manière générale la méthode par laquelle se résolvent les contradiction réelles [Hegel : Absolu (forme) = identité de l’identité et de la non-identité (contradictions)].
      C’est par exemple une contradiction qu’un corps tombe continuellement vers un autre et s’en écarte tout aussi continuellement. L’ellipse est une des formes du mouvement en laquelle cette contradiction tout à la fois se réalise et résout [elle garde ses termes contradictoires tout en les unifiant dans un nouveau concept]. Il en est de même pour le Seigneur Mondialiste accumulant la richesse matérielle comme une planète accumule les poussières prolétariennes de l’espace, les glands spécieux gogocchons qui voudraient aussi se branler continuellement dans l’Espace Comique. Ces chiures bien rondes et bien lisse seront satellisées autour du Seigneur local (qui lèvera l’impôt), et leurs heures-bites s’appellera RU, Roulage Universel. »

       
      Karl Marx, Le Capital
       smiley


      • Nicolas_M bibou1324 16 juillet 2018 17:10

        La pauvreté est un indicateur complètement moisi. Il ne sert à rien, n’est représentatif de rien, ne doit pas servir de base pour prendre la moindre décision politique.


        Prenons deux pauvres. 

        Un petit paysan maraîcher bio au fond de la Lozère qui arrive à faire 600€ par mois sur les marchés. Le paysan ne paye pas la nourriture vu qu’il la produit, ne paye pas de loyer car il a hérité d’une grande maison, ne paye pas l’eau grâce à sa source, n’a quasiment pas besoin de carburant vu qu’il cultive une petite surface à la main et ne se déplace qu’au marché voisin de quelques kilomètres une fois par semaine. Il a un service de remplacement gratuit qui lui permet de partir 3 semaines en Espagne tous les ans avec ce qu’il met de côté, bricole au black 1 à 2h par jour chez les voisins pendant les 4 mois de l’année quand il n’y a rien à faire au jardin.

        Un pauvre smicard parisien qui touche deux fois plus mais a un loyer de 800€ par mois pour un bout de cave humide, qui n’arrive pas à nourrir convenablement et qui passe 3h chaque jour en transport.

        Qui est le plus pauvre ?

        On s’en fiche de l’argent. Il ne faut pas luter contre l’inégalité de la répartition des richesses. Il faut luter pour l’accès universel à la dignité. Contre la misère. Ce qui n’a absolument rien à voir avec la pauvreté ou même l’argent. 

        Le revenu universel est une absurdité. La nourriture de base, le logement, l’eau gratuits pour tous coûteraient moins cher au contribuable et aiderait mieux ceux qui en ont besoin.

        • zygzornifle zygzornifle 17 juillet 2018 10:35

          @bibou1324


           Ouais quand on a vu il y a 1 ou 2 mois un député se plaindre d’être obligé de manger des pâtes .....

        • Claudec Claudec 17 juillet 2018 11:54

          @bibou1324

          Il y a bien pire que le pauvre smicard à la Zola.
          Et avec le RU, plus de smicards. Réjouissez-vous, si toutefois c’est véritablement leur sort qui vous inquiète.

        • Jean Roque Jean Roque 17 juillet 2018 12:50

           

          « VIVE LE BÉTON ! VIVE L’IMMIGRATION !  »
           
          bibou1324
           
           
          « Avec l’hiver démographique européen, l’immobilier booba devrait être 3 fois moins cher. Heureusement, négrier gocho a sauvé le marché ! »
           
          agent immobilier anonyme


        • Claudec Claudec 17 juillet 2018 13:30

          @zygzornifle

          Même avec le RU il y en a qui se plaindront de manger trop souvent des pâtes, peut-être parce qu’ils préféreront dépenser leurs ressources en billets pour des matchs de foot, aller au ciné ou s’offrir le dernier smartphone. Chacun son truc, c’est ça aussi la liberté ; et ça s’assume.

        • Claudec Claudec 17 juillet 2018 13:44

          @Jean Roque

          Patience ! Nous ne sommes pas encore en hiver, à peine au début de l’automne.

        • Claudec Claudec 17 juillet 2018 08:16

          Face à des arguments aussi convaincants, dictés par une intelligence aussi limpide, que faire d’autre que se taire, en laissant aux puissants le soin de protéger les pauvres, y compris contre eux-mêmes.


          Combien parmi ceux qui prétendent lutter contre la pauvreté ignorent de quoi il s’agit et sont seulement animés de leur refus de la richesse – pas seulement d’ordre matériel – oubliant ce qu’ils lui doivent.


          • Jean Roque Jean Roque 17 juillet 2018 12:58

            sont seulement animés de leur refus de la richesse – pas seulement d’ordre matériel – oubliant ce qu’ils lui doivent.
             
            veut dire quoi ???
             
             
             
            LA PAUVRETÉ, QUE VOUS SOYEZ COLON OU SOUCHIEN :
             
            dessin humoristique
             
             
             
            « Il ne faut jamais céder à une indignation morale » Karl Marx


          • Claudec Claudec 17 juillet 2018 13:50

            @Jean Roque

            « veut dire quoi ??? »
            Par exemple, que sans la richesse et le profit qui financent (entre autres) le progrès scientifique et technique, nous ne serions pas à pianoter sur un clavier d’ordinateur, pour nous réjouir ou nous morfondre, selon l’humeur de chacun. 

          • Jean Roque Jean Roque 17 juillet 2018 15:03

            @Claudec
             
            La science n’a pas besoin d’argent juste de cerveau.
             
            Une société « scientiste » spartiate, pourrait avoir une monnaie de fer qui servirait juste à jouer aux dés, et des gardiens-philosophe de la Cité, scientifiques. Et tout le monde roulerait en Traban,
             
            Ce n’est pas le PC qui a fait la découverte de son principe, l’effet tunnel, mais une craie !
            Ce n’est pas le profit qui a fait la théorie de la relativité, la bombe A, la loi de la gravité, les lois de Kepler, le boson de Higgs, le profit a fait l’Iphone crétin doudou pour rassurer le bobo et pour l’aidee à dormir comme vous faites.
             
            Pour raisonner aussi benêtement, vous êtes de gôôôche. smiley
             
            « L’Argent est la vie de ce qui est mort, se mouvant en soi-même. » Hegel


          • Claudec Claudec 17 juillet 2018 16:49

            @Jean Roque

            Et avec quoi ont été payés la craie, le tableau sur lequel ont écrit ceux qui ont étudié et ont été rémunérés pour cela ?


            balivernes, fariboles, sornettes, billevesées !!!

            Le RU n’est plus une utopie, grâce au progrès scientifique et technique qui, lui-même comme ses résultats ont dû être depuis bien longtemps, financés plutôt qu’échangés contre des carottes ou des navets.

            La suppression de ce vulgaire facilitateur des échanges qu’est la monnaie (première invention de l’homme, lui-même consommateur donc “économiste”, avant toute autre considération) est encore et pour longtemps un idée qui ne mérite pas ce qualificatif tant elle est fumeuse.

          • Xenozoid Xenozoid 17 juillet 2018 16:53
            @Claudec
            roque comme spartacus essaie de dire que les crayons ,sont des outils

          • zygzornifle zygzornifle 17 juillet 2018 10:33

            Les politiques a environs 10 000€ net mensuel sont déjà au revenu universel .... 


            • Claudec Claudec 17 juillet 2018 11:33

              @zygzornifle

              Tous ceux dont le revenu est égal ou supérieur au revenu universel en bénéficient déjà ; reste à l’étendre à ceux dont le revenu est inférieur, et particulièrement ceux qui n’ont rien.

              Etre plus contrarié par la richesse des uns que par la pauvreté des autres n’y change rien.

              Moins de riches = davantage de pauvres et davantage de riches = moins de moins de pauvres, mais les uns et les autres existeront toujours dans leur différence ; d’autant qu’il n’y a pas d’autres limites à la richesse que l’ambition de ceux qui la convoitent..

            • Claude Simon Claude Simon 17 juillet 2018 11:33

              Le revenu universel, quel modèle économique ?


              Et bien, cela garantit une surface financière, sauf que cela ne garantit pas la disponibilité des biens. Soit l’on s’en passe, soit on se débrouille pour le faire, le créer.
              Cela implique d’optimiser sa connaissance, sa créativité, sa propriété.

              J’aime bien la conclusion.
              Cependant, laissez-moi sceptique concernant la réduction de la pression sur la nature.

              Idéalement, j’admire certains esprits animés de la légèreté propre à inspirer la poésie, la créativité.

              Il va bien falloir recycler les déchets-systèmes, en coopération avec la nature dont nous sommes partie, et une seule. 

              • Claudec Claudec 17 juillet 2018 11:48

                @Claude Simon


                Si le RU ne garantit pas la disponibilité des biens, il garantit leur accès, au moins pour ce qui est du minimum vital ; là est l’essentiel. Au-delà, libre à chacun de faire jouer son ambition, sa connaissance, sa créativité, sa propriété. NON ? Certains sauront faire fructifier leur RU, il sera insuffisant à d’autres ... qui devront faire avec.

                La pression sur la nature est d’ordre avant tout démographique, car même dans la frugalité la plus stricte, nous nous trouvons dans un monde fini ... à moins que nous sachions en sortir. Mais là encore la démesure finira toujours par rattraper ses limites, et toujours plus au détriment des uns davantage qu’à celui des autres.

              • kalachnikov kalachnikov 17 juillet 2018 11:59
                @ Claudec

                ’Certains sauront faire fructifier leur RU, il sera insuffisant à d’autres ... qui devront faire avec.’

                C’est déjà ce qui s’est passé et ils ne feront pas avec.

                Au vu de l’expérience passée, ne conviendrait-il pas de redéfinir la masse (en tant qu’ensemble) selon une nouvelle typologie : les créatifs, les stériles, etc, etc.

                Ps : stérile n’est pas vraiment un bon terme mais bref ; Quoiqu’il en soit, à titre personnel, je considère la masse comme parfaite et que le stérile a sa nécessité. et qu’il doit donc être préservé et même chéri au même titre que quiconque et même son envers.

              • Claude Simon Claude Simon 17 juillet 2018 13:19

                @kalachnikov

                En économie, il est le volant de sécurité de surproduction du capital, au détriment de la qualité.

              • Claudec Claudec 17 juillet 2018 13:40

                @kalachnikov

                « C’est déjà ce qui s’est passé et ils ne feront pas avec. »
                Le RU n’a jamais existé que je sache. Voyez bien ce dont il s’agit. Rien à voir avec les multiples allocations distribuées au gré des courants politiques du moment.

                « Au vu de l’expérience passée, ne conviendrait-il pas de redéfinir la masse (en tant qu’ensemble) selon une nouvelle typologie : les créatifs, les stériles, etc, etc. »
                Ça n’engage que moi, mais je ne pense pas que la typologie que vous évoquez puisse conduire à une segmentation de la société : stérilité, créativité, par exemple, étant des marques de pauvreté ou de richesse immatérielles (sujettes à variations naturelles) donc autrement difficiles à quantifier que la richesse matérielle, dont en particulier le revenu.

              • kalachnikov kalachnikov 17 juillet 2018 14:22
                @ Claudec

                Le RU ou n’importe quoi d’autre, ce n’est qu’une circonstance à laquelle la nature humaine va réagir. Avant tout cela il y a des constantes, comment l’homme est en soi et comment il est en compagnie d’autres hommes.

                Vous ne voulez pas sortir de l’économie.Capitalisme et socialisme, c’ est différent dans la mise en oeuvre, mais c’est la même matrice : il s’agit de penser, suer et chier travail.

              • Claudec Claudec 17 juillet 2018 16:32

                @kalachnikov

                Je crois que vous devriez étudier plus sérieusement ce qu’est le RU et le contexte dans lequel il se situe désormais et qui n’a jamais été aussi favorable à son instauration.
                Il permettra précisément à ceux qui refusent le travail, soit parce qu’il n’ont pas le goût de l’effort, soit parce qu’il n’y trouvent pas d’intérêt, de se donner simplement la peine de recevoir ce que la société leur offrira pour satisfaire leurs besoins vitaux (ce qui ne garanti pas qu’ils s’en contenteront).

                À l’heure où le marché du travail est en train de subir une transformation sans précédent, du fait des nouvelles technologies, ce sera de toutes façons une obligation pour les hommes de s’y adapter, leurs tâches les plus rebutantes étant appelées à être accomplies autrement que par eux-mêmes.
                Le danger le plus à craindre est de la part des politiques, de ne pas comprendre cette profonde mutation pour en rester à des revendications archaïques dont ils sont prisonniers, telle que la lutte des classes, à droite comme à gauche.

                Une autre contrainte existe, celle de surpopulation. Si l’humanité avait à mi-année consommé la totalité de ce que son habitat peut lui offrir pour vivre une année entière, c’est qu’en bonne logique elle consomme à peu près le double de ce qu’elle devrait être. Avec notre consommation, notre démographie doivent donc être réduites d’urgence et contrôlées pour s’ajuster aux ressources de notre planète, en attendant d’en trouver d’autres ailleurs, le cas échéant. Or là encore le RU joue un rôle éminent ; c’est par lui que les plus pauvres, qui sont les plus prolifiques et ont l’envie légitime de bénéficier du niveau de vie dont bénéficient moyennement plus favorisés qu’eux, pourront se passer du bâton de vieillesse que constitue leur descendance, ce qui est le premier motif de leur multiplication. Lire à ce sujet cet article.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès