• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Quand Josef Breuer affronte le point de butée de l’hystérie : la (...)

Quand Josef Breuer affronte le point de butée de l’hystérie : la mort

La « première soirée » du Livre d’images sans images de Hans Christian Andersen était remarquable par sa mise en scène d’une jeune fille qui, sur les rives de Gange, se laissait emporter par une rêverie digne de l’amour courtois le plus pur.

Nous savons, par ailleurs, que, selon Josef Breuer, ce livre peut servir de référence à ce qu’ils entendaient, lui et les proches d’Anna O…, dans les moments où saisie par un endormissement vespéral profond la jeune fille évoquait les multiples « tourments » dont elle était la victime…

Passons maintenant à ce que contient la « trente-troisième soirée  », c’est-à-dire le tout dernier texte du livre en question. C’est toujours la Lune qui raconte :
« Ce soir, j’ai regardé par une fenêtre où l’on n’avait pas tiré le rideau, car il n’y a personne qui demeure vis-à-vis. J’ai vu là toute une bande de petits enfants, tous frères et sœurs, parmi lesquels il y avait une petite fille ; elle n’est âgée que de quatre ans, mais elle sait dire son oraison dominicale aussi bien que personne. La mère s’assoit tous les soirs à côté du lit de la petite fille et lui entend dire sa prière […]. » (page 148 du livre cité)

Si Anna O… chérit passionnément son père, Josef Breuer ne nous dit rien de la mère qui, cependant, est bien là… Quant à la petite fille du conte d’Andersen, elle ne dit pas à sa mère tout ce qu’elle a à dire à Dieu… et tout ce qu’elle dit à celui-ci en ne faisant que le « marmotter », pour reprendre le terme que le médecin applique à certains moments des élucubrations de sa patiente :
« « Mais qu’est-ce donc ? dit la mère en l’interrompant au milieu de la prière ; quand tu as dit : « Donne-nous notre pain quotidien !  » tu ajoutes toujours quelque chose que je ne puis pas comprendre ; il faut me dire ce que c’est. » La petite se tut et regarda sa mère d’un air embarrassé. « Qu’est-ce que tu dis de plus que : Donne-nous notre pain quotidien ! – Ne te fâche pas, chère maman, je disais : Avec beaucoup de beurre dessus.  » » (Idem, pages 149-150)

Évidemment, si maman n’était pas là, la petite fille ne craindrait pas de dire bien en face à Dieu-le-père ce qu’elle a à lui dire…

Mais revenons, avec Josef Breuer, sur la terre des hommes et des femmes, des parents et des enfants, et d’Anna O… C’est qu’un phénomène tout à fait significatif se produisait sitôt qu’elle avait réussi à vider ce que nous pouvons considérer ici comme un abcès :
« Quelques instants après avoir terminé son récit, Anna se réveillait, visiblement rassérénée ou, comme elle disait, « bien à son aise ». » (page 873 du PDF)

Personne n’y était pour rien, qu’elle-même… Faut-il cependant croire qu’elle n’avait trouvé aucune oreille pour l’entendre ? Tout au contraire, car voici la surprise qu’elle aura réservée à Josef Breuer :
« S’il arrivait qu’elle fût empêchée de me raconter son histoire, elle ne retrouvait pas son calme vespéral et, pour provoquer ce dernier, il fallait, le jour suivant, qu’elle racontât deux histoires au lieu d’une. » (Idem, pages 873-874)

« Raconter » à lui, Breuer, et rien qu’à lui… Mais alors, ne se sera-t-il agi que d’un feu de paille ? Que nenni !
« Pendant les dix-huit mois que dura cette observation, jamais les manifestations essentielles de la maladie ne manquèrent, à savoir : accumulation et condensation des absences allant, le soir, jusqu’à l’autohypnose, action excitante des productions fantasmatiques, soulagement et suppression de l’excitation par expression verbale sous hypnose. » (Idem, page 874)

Mais la délicatesse et le caractère plus ou moins lunaire des trente-trois soirées d’Andersen auront disparu sitôt le père d’Anna O…décédé (5 avril 1881) :
« […] les narrations du soir perdirent leur caractère plus ou moins libre et poétique pour se transformer en séries d’hallucinations horribles et terrifiantes ». (Idem, page 874)

Josef Breuer nous le disait quelques lignes plus haut :
« Ses absences hallucinatoires étaient remplies de figures terrifiantes, de têtes de mort et de squelettes. » (Idem, page 871)

Pire :
« D’intenses compulsions au suicide apparurent ; c’est pourquoi nous trouvâmes qu’il ne convenait pas de la laisser plus longtemps loger au troisième étage de sa demeure. » (Idem, page 872)

Et voici qu’insensiblement Anna O… glisse tout simplement vers la mort… dont on ne doit jamais se dissimuler qu’elle est la grande image tutélaire de l’amour courtois en tant que tel… et du désir qui le porte.

NB. Pour comprendre dans quel contexte politique de fond se situe ce travail inscrit dans la problématique générale de l'amour courtois...
https://freudlacanpsy.wordpress.com/a-propos/


Moyenne des avis sur cet article :  1.8/5   (5 votes)




Réagissez à l'article

36 réactions à cet article    


  • Mélusine ou la Robe de Saphir. Mélusine ou la Robe de Saphir. 22 janvier 2018 17:19

    Lire : Femmes qui dansent avec les loups de Clarissa Pinkola Estès. Certaines mort ne sont pas nécessairement bassement terre à terre (poussière tu,...) mais symboliques,...


    • Mélusine ou la Robe de Saphir. Mélusine ou la Robe de Saphir. 22 janvier 2018 17:21

      Amour court toi vers le grand SOI(R).


      • Mélusine ou la Robe de Saphir. Mélusine ou la Robe de Saphir. 22 janvier 2018 17:25

        Parlons de la névrose obsessionelle qui n’était qu’un père pet tue-elle combat contre la « petite mort » avant la granche faucheuse. Quant à la perversion elle maintient souvent longtemps envie : Eichmann


        • Mélusine ou la Robe de Saphir. Mélusine ou la Robe de Saphir. 22 janvier 2018 17:32

          Le désir sexuel n’est pas un flot continu comme le mouvement sphinctériel. C’est l’HAMSA. INSPIR-EXPIR.....et comme les vagues marines que nous pouvons associer à l’inconscient. Va et vient. Peu de personnes sont capables de supporter ce temps entre chien et loup. Il leur faut d’emblée combler l’absence,...l’entre-deux. L’Antre-d’eux.


          • kalachnikov kalachnikov 23 janvier 2018 16:37

            @ Mélusine ou la Robe de Saphir

            Laisse-moi deviner... bien sûr, tu es une de ces rares élu(e)s capable de supporter.

            C’est un de tes points communs avec le Dr Vergnes que l’élection basée sur la pure autoconviction ; c’est un symptôme criant de ce qu’on appelle le narcissisme. Un autre est cette façon de considérer le monde comme divisé entre moi/nous et les autres. Il vient encore de s’adonner à ce gimmick sur l’article de Foucart.


          • Mélusine ou la Robe de Saphir. Mélusine ou la Robe de Saphir. 23 janvier 2018 16:45

            @kalachnikov, c’est tout le contraire du narcissisme (lisez le site sur Louis XIV et l’élite qui garde pour elle les secrets de leur savoir). 

            Au contraire de Freud qui aurait aimé étendre la psychanalyse à tous les niveaux de la société. Ce n’est pas de sa faute si la majorité des individus a une psychologie à tendance philistine (autrement dit rationnelle, petite bourgeoise et carrée,....-)

          • kalachnikov kalachnikov 23 janvier 2018 16:55

            @ Mélusine ou la Robe de Saphir

            Laisse-moi deviner... tu es de la minorité à tendance radieuse, toi, évidemment.

            Tu vois, tu recommences. Ou plutôt tu es.


          • Mélusine ou la Robe de Saphir. Mélusine ou la Robe de Saphir. 23 janvier 2018 17:01

            @kalachnikov


            Tendance radieuse. Non ma lune est en cancer et domine dans mon thème. Tendance ombre et lumière selon les phases. Cela évite de se consummer trop vite comme RIMBAUD. HAMSA.

          • kalachnikov kalachnikov 23 janvier 2018 21:27

            @ Mélusine ou la Robe de Saphir

            Rimbaud a compris que ce que vous appelez oeuvre artistique est en fait une autoanalyse. La poésie est un rêve éveillé, le poète a la faculté d’accéder à ce que - sans rire - vous appelez l’inconscient (il l’appelle l’Inconnu, lui)

            La différence avec Freud, c’est que le poète est dans une logique extramorale de connaissance pure. Il n’y a pas de malades à ses yeux, pas de thérapie, pas de vélléité d’améliorer le monde et les autres, etc. Individualisme et anarchisme forcenés.

            *en fait, il distingue les ’habiles’, ceux capables de faire des belles choses (esthétique) et ceux qui ’voient’ (vérité) et qui font des choses belles et/u terribles*. Il prône le ’connais-toi toi même’ empirique. Le ’je est un autre’ révèle l’existence en soi de différentes entités psychiques. ’J’assiste au bondissement de la pensée’ = il a accès à la mécanique du psychisme. Etc

            *’Car le Beau n’est rien moins que le premier degré du Terrible’ [Rilke]


          • Mélusine ou la Robe de Saphir. Mélusine ou la Robe de Saphir. 23 janvier 2018 16:47

            Le site en question est celui de Frank Abed qui m’a clairement exclue dès mon premier commentaire.


            • kalachnikov kalachnikov 23 janvier 2018 16:57

              @ Mélusine ou la Robe de Saphir

              Ce qui naturellement prouve par a + b que tu as la vérité. Pourquoi ? Parce tu le vaux bien, bien sûr.


            • Mélusine ou la Robe de Saphir. Mélusine ou la Robe de Saphir. 23 janvier 2018 17:04

              @kalachnikov


              Justement pas parce que je le vaux bien. Mais plutôt parce qu’assumant mes nombreuses imperfections, j’ai toujours eu à coeur de m’améliorer. Contrairement au narcissique qui se croit sorti direct de la cuisse de JUPITER HIMSELF.

            • Gollum Gollum 23 janvier 2018 18:17

              @Mélusine ou la Robe de Saphir.



              « L’astre constitue la donnée à l’état le plus pur de la composante maternelle. Cette composition représente la partie de l’être issue de l’identification à la mère ou de l’introjection de la mère (ou de son substitut).

              Le propre de ce genre d’insertion maternelle au sein de la psyché est d’infantiliser sinon de féminiser la personnalité. Cette composante s’érige en »complexe maternel«  ; à la moindre dissonance lunaire (surtout en cas de dissonance saturnienne). On assiste alors à une sorte d’attardement à l’enfance, à un refus de grandir. Le côté végétatif l’emporte et l’âme tend à être fixée en même temps qu’au sein maternel, au repos, au calme, à la sécurité, au passé, à un »ailleurs« et à un »autrefois« ...

              Nous assistons surtout à un processus d’intériorisation de d’être avec cette lunarisation sur le mode cancérien. Ce processus prend, suivant les cas, un caractère d’introversion, de narcissisme ou de schizoïdie, ou souvent un aspect où l’on retrouve un mélange de ces trois dispositions, l’être subissant vivement l’image qu’il a de lui-même et ne se dégageant pas d’une sensibilité tournée vers sa personne et qui l’isole du milieu ambiant.

              Naturellement, comme il en est de toute tendance, nous avons tous les niveaux qualitatifs d’expression.

              Un même produit psychique s’étale sur tout le clavier : la prédominance de l’imaginaire. Au stade élémentaire, la substance de l’être est faite de vain destin d’un rêve qui ne s’achève jamais, d’un sentiment qui s’étale à perte de vue et en marge du réel, du vécu. : buée encore, imagerie informe, songerie vagabonde, âme errante... 

              Le cas d’onirisme, n’est pas à exclure : l’être vit de ses rêves et fait de sa nuit son jour. Au niveau supérieur, celui-ci tire, au contraire, le meilleur parti d’un »esprit de finesse« qui donne son plein emploi au rêve, à l’imagination, à la mémoire, à la sensibilité, à la fantaisie, à la poésie, que cette âme soit lyrique, romanesque ou fantasque, et elle peut être d’une fécondité inépuisable.

              Il n’y a pas de position de cette Lune/Cancer qui puisse mieux représenter les valeurs de ce moi : (par opposition au Moi social) dont a parlé Bergson ( qui avait cette même position ) quand il invite l’homme à regarder en soi, à découvrir les données immédiates de la conscience, être avant tout attentif au cours spontané de notre durée, de la durée qui coule, de la mélodie ininterrompue de notre vie intérieure. Cette conscience signifie d’abord mémoire, et Bergson veut le tableau de notre vie écoulée, à la recherche du passé, du temps perdu.. C’est sur cet arrière-plan psychique, nocturne, silencieux et profond, essentiellement intimiste et éminemment subjectif, que s’exprime le jeu d’une telle disposition. »



            • Mélusine ou la Robe de Saphir. Mélusine ou la Robe de Saphir. 23 janvier 2018 18:22

              @Gollum


              Oui, mais avec Saturne-Vénus-Neptune conjoint au MC en scorpion et Noeud nord en Capricorne. Mars en poisson. Ce qui fait un beau Trigone, aquatique certes,... mais qui va de l’avant et ne recule que pour mieux sauter,....Feu sagittaire pour l’énergie.

            • Mélusine ou la Robe de Saphir. Mélusine ou la Robe de Saphir. 23 janvier 2018 19:11

              @Gollum


              Pour les freudiens, Jung, c’est justement une forme de régression narcissique dans une vie qui n’est vécue qu’à travers le sentiment océanique de l’inconscient collectif (Romain Rolland). Freud à ce niveau était plus proche du principe de réalité : paternel. Il faut tenir compte aussi de la lune progressée. Et actuellement la mienne est en verseau (ajoutez un degré par année de vie,...)

            • Gollum Gollum 23 janvier 2018 19:29

              @Mélusine ou la Robe de Saphir.

              J’ai pas bien le temps de répondre sur Jung ce soir. Mais avoir une Lune à 7° Cancer environ et l’envoyer en Verseau avec un degré par an cela vous fait un âge vénérable d’au minimum 203 années…

              Bravo ! Vous ne faites pas votre âge. smiley


            • Gollum Gollum 23 janvier 2018 19:40

              @Mélusine ou la Robe de Saphir.

              Je suis incapable d’avoir accès à votre lien.

              Quoi à partir du Soleil ? C’est le Soleil qui est progressé alors, pas la Lune ?

              Quoi qu’il en soit ça ne semble pas bien cohérent.

              Quant à faire progresser la Lune (originellement en Cancer) à partir de la position solaire on ne voit pas sur quelle base cela repose.

            • Mélusine ou la Robe de Saphir. Mélusine ou la Robe de Saphir. 23 janvier 2018 19:47

              @Gollum


              taper sur google : L’actualité de Lunesoleil (elle est un peu bizarre, mais super intéressante). Extrait :Je vais vous initié a un petit exercice tout simple, pour évaluer votre cycle de la Nouvelle lune progressé. En partant de votre date de naissance, munissez-vous d’un calendrier cartonné et recherchez votre jour de naissance et à partir du jour suivant vous allez commencer à comptez. Un exemple, vous êtes né(e) un 23 janvier, le 24 sera le 1er jour, le 25 le 2ème jour ect …et si vous avez 23 ans comptez 23 jusqu’au 15 février et ajouté l’année de votre naissance où l’année suivante si vous êtes né(e) un décembre et que vous devez continuer de comptez sur le mois de janvier. Toujours dans notre exemple si vous êtes né€ en 1983, il faudra noter : 15 février 1983 et correspondra à une évaluation de votre lune progressé. Ensuite il suffit de sélectionner la date et de relever à quel niveau du cycle de la Lune progressé vous êtes actuellement. C’est un exercice très simple à réalisé. Vous pourrez repérer la position de la Lune en signe et dans quelle maison cela correspond dans votre ciel de naissance. D’un rapide coup d’œil vous pourrez voir le chemin parcourut de la Lune progressé vis-à-vis de la Nouvelle lune progressé, visible par la position du Soleil progressé.

            • Gollum Gollum 24 janvier 2018 10:11

              @Mélusine ou la Robe de Saphir.


              D’accord. Donc en fait vous parliez, des directions secondaires et non pas des directions symboliques. smiley 

              Où une journée de naissance équivaut à une année. Et non pas, dans l’autre cas, un degré équivaut à une année.

              En fait, vous vous êtes quelque peu mélangé les pinceaux..

            • Gollum Gollum 24 janvier 2018 10:21

              @Mélusine ou la Robe de Saphir.

              c’est justement une forme de régression narcissique dans une vie qui n’est vécue qu’à travers le sentiment océanique de l’inconscient collectif 

              Ben non. C’est confondre le stade du Cancer (celui de la régression, raison pour laquelle ce signe fut symbolisé par une écrevisse, animal qui marche à reculons) avec celui des Poissons, qui est le stade terminal, donc le plus évolué, en théorie (parce qu’en pratique bien évidemment interviennent d’autres facteurs) et qui est celui du dieu Neptune.

              Freud n’était pas plus proche du principe de réalité (concept flou d’ailleurs car il y a plusieurs réalités) mais plus proche du principe d’adaptation à la collectivité, qui est donc une autre forme du collectif, celui de l’homme moyen.

              Jung, en bon Verseau, visait une adaptation, non pas à l’homme moyen et collectif, celui de la fourmilière humaine, mais à son Soi profond, autrement dit à ce qui fait notre spécificité propre, ce pourquoi nous sommes nés.. d’où l’idée d’un mythe (mythe au sens réel du terme et non pas au sens moderne de fable ou d’illusion) personnel, propre. On est très loin, mais vraiment très loin, d’une dissolution dans l’inconscient collectif...


              Il faut tenir compte aussi de la lune progressée. Et actuellement la mienne est en verseau 

              Oui ? Et alors ?

            • Gollum Gollum 24 janvier 2018 10:46

              @Mélusine ou la Robe de Saphir.


              le sentiment océanique de l’inconscient collectif (Romain Rolland).

              C’est marrant de citer Romain Rolland pour illustrer la régression narcissique dans l’inconscient collectif, car le bonhomme a quasi les mêmes astralités que les vôtres : Lune Cancer avec un Saturne Scorpion angulaire… comme vous. smiley

              C’est du lapsus freudien révélateur si je ne me trompe… smiley

            • Mélusine ou la Robe de Saphir. Mélusine ou la Robe de Saphir. 24 janvier 2018 12:55

              @Gollum


              et oui, petite déjà, tout le temps dans mon jardin avec une baguette de notre cerisier. je faisais danser les épis de blé du voisin. Longs échanges entre Romain Rolland et Freud. Ainsi qu’avec Yvette Guilbert (prénom de ma mère, morte en 2014, dont le du jour est le même que son nom de famille). Mais aussi fascinée par : Le grand Meaulnes

            • Mélusine ou la Robe de Saphir. Mélusine ou la Robe de Saphir. 24 janvier 2018 13:00

              @Gollum
              Romain Roland :

              Né le :29 janvier 1866 à 02h00à :Clamecy (58) (France)Soleil :9°00’ VerseauAS :20°06’ ScorpionLune :16°40’ CancerMC :6°20’ ViergeDominantes :CapricorneScorpionCancer
              PlutonLuneSaturne
              Maisons 283 / EauTerre / FixeNumérologie :chemin de vie 6

              et en plus si ma numérologie est 8-7-1. Mon chemin de vie est le 6. Merci,.... Ma dominante est lune saturne neptune-pluton. Lui est eau terre. Perso : eau-feu.


            • arthes arthes 23 janvier 2018 17:41

              Anna O c’est Emma Bovary livrée aux soins de tortionnaires psycho/sexuels en blouse blanche , sans son consentement smiley


              • Mélusine ou la Robe de Saphir. Mélusine ou la Robe de Saphir. 23 janvier 2018 17:47

                @arthes


                Avec Anne Frank, ils y sont allés FRANCO.

              • arthes arthes 23 janvier 2018 18:21

                @Mélusine ou la Robe de Saphir.

                Oh le joli point Goldwin

                Oui, sauf que les prétextes à séquestre et tortures n’étaient pas les même, les méthodes non plus.

                Mais dans le fond, ce qui devait être soigné pour être éliminé, c’était ce qui était pointé du doigt et décrété à tous comme étant impur.

                Je trouve cela dégueulasse , pas vous ?


              • Mélusine ou la Robe de Saphir. Mélusine ou la Robe de Saphir. 23 janvier 2018 18:30

                @arthes


                je pense que vous n’avez pas bien lu Freud. Au contraire, il clame entre chaque ligne que toutes ces pulsions (surtout chez le petit enfant) sont NORMALES,...Ce sont les bourgeois de l’époque qui ont crié : AU SCANDALE !!!!

              • arthes arthes 23 janvier 2018 20:23

                @Mélusine ou la Robe de Saphir.

                Je ne reproche pas à Freud d’avoir mis à jour qu’il y ait des pulsions auxquelles les âmes des humains sont soumis et qu’il est primordial de les étudier pour se connaitre soi même, je ne conteste pas qu’il a fallu du courage aux chercheurs à cette époque pour poursuivre en ce sens....ça s’arrete la.
                 le principâl repproche que je fais à Freud, , ce que je n’accepte pas c’est son énorme postulat, qu’il a fait accepter à tous, ou presque,  selon lequel la sphère sexuelle reste l e fondement universel qui expliquer la psychopathologie...Le fameux « tout est sexuel » !!!

                Non, non et non.
                Tout est esprit...Et cela n’empêche pas le sexe.

                Ce n’est pas la sublimation sexuelle qui mène à la vie du spirituel, mais c’est le monde du spirituel qui se manifeste dans la sexualité corporelle et celle de l’âme.



              • Mélusine ou la Robe de Saphir. Mélusine ou la Robe de Saphir. 23 janvier 2018 20:38

                @arthes


                Nous rentrons dans les arcanes et subtilités du psychisme et des concepts qui sont très complexes. il est évident que dans une thérapie (j’en ai pratiqué), il n’est pas du tout judicieux de ramener au sexuel d’emblée. Ce qui serait très violent et de nombreuses personnes n’y sont pas préparé(e)s. Mais, pour prendre un exemple que vous comprendrez si une personne vient se plaindre chez vous que ses charges sont trop élevées et que vous lui n’avez qu’à lui proposer d’aller voir un comptable, il manque un peu de mayonnaise dans le travail thérapeutique. Il convient à un moment de se détacher du factuel (quotidien matérialiste ou même politique : style je déteste Hollande,....) et ramener la personne après un certain élagage et mise en sécurité à des zones plus créatives avec l’aide de l’huile sexuelle ou la spiritualisation qui confronte la personne à elle-même et la mène vers plus d’individualisation (le sexe en prime,,,,). Comme la plongée sous-marine, le Graal suppose un peu de perte en sécurité...narcissique de type maternant (social et sein-dical) pour reconquérir son féminin « sauvage ».

              • arthes arthes 24 janvier 2018 00:22

                @Mélusine ou la Robe de saphir


                Mais vous ramenez tout de meme tout au sexuel, meme si ce n est pas d emblee...

              • Ouam Ouam 24 janvier 2018 01:14

                @arthes
                une analogie avec le sport.... ?

                certains pédalent sec ...
                 
                D’autres connaissent tous les coureurs du tour de france devant leurs tvs et t’expliquent comment monter une cote ou faire un sprint d’arrivée et ce à toutes les sauces.....
                 
                A voir qui tens le mieux sur le vélo.... smiley


              • Mélusine ou la Robe de Saphir. Mélusine ou la Robe de Saphir. 23 janvier 2018 18:39

                Au contraire Freud pensait que ces pulsions devaient au mieux être sublimées et civilisées pour rendre la vie en commun possible. Hier, j’ai regardé un film qui illustre bien mes propos : Mise à mort du Cerf Sacré. Je conseille. A force de refouler ses pulsions, celles-ci vous reviennent en pleine gueule de la manière la plus barbare. 


                • kalachnikov kalachnikov 23 janvier 2018 21:36

                  @ Mélusine ou la Robe de Saphir

                  Sous l’hitlérisme, il y a une vie en commun ou non¨ ? Une société ou non ? Je ne vous demande pas de me dire que l’hitlérisme, c’est mal, je vous invite à comprendre que Freud en fait se livre à une propagande, il délivre toute une Weltanschauung qui n’est certainement pas par delà le bien et le mal mais qui est également une idéologie. Et tout cela sous le couvert du progrès, du mieux être à venir, de la médecine,de la science, de la Connaissance, de l’objectivité, etc, etc.


                • Mélusine ou la Robe de Saphir. Mélusine ou la Robe de Saphir. 23 janvier 2018 21:43

                  @kalachnikov


                  La propagande, c’est surtout son beau-frère Bernays qu’à mon avis, il ne devait pas beaucoup aimer (détestant le modèle américain et sa soumission au dollars), mais le problème, c’est qu’il dépendait de lui pour ouvrir son cabinet (les Freud n’étaient pas riches). Freud était royaliste et rêvait de la « Jérusalem céleste » (un peu comme le Maât, où les esprit les plus "élevés décidaient du bien commun, avec un ascenseur social). 

                • kalachnikov kalachnikov 23 janvier 2018 23:09

                  @ Mélusine ou la Robe de Saphir

                  Il fallait répondre ceci, très chère : la vie en commun sous Hitler existe, aussi haïssable soit-elle, aussi la sublimation des pulsions qui élève, c’est du foin.

                  L’idéologie freudienne, c’est la partouze intégrale sauf pour lui et les siens.

                  Il y a un autre possible qui est que tout est sublimation ds pulsions et qu’en fait ce qu’on appelle le conscient n’est qu’une déformation de ce qu’on appelle l’inconscient. Et que partant l’inconscient n’existe pas, il n’est pas caché, il est là, toujours, en toutes choses, facilement accessible. 

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès