• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Querelle des investitures : quand les appareils partisans sacrifient (...)

Querelle des investitures : quand les appareils partisans sacrifient l’enracinement local

Ils se nomment Didier Peralta ou Manuel Valls. L’un est connu de tous, l’autre inconnu du grand public. Leurs étiquettes politiques diffèrent. Cependant, ils ont tous les deux en commun une volonté féroce d’accéder à la députation, malgré une défiance puissante de l’électorat local ou national à leurs égards.

Scandales locaux et nationaux des élections législatives 20107 {JPEG}

En obtenant l’investiture de leurs partis dans une circonscription, ils sacrifient d’autres candidats, plus petits, plus engagés et plus proches des électeurs. Parfois, ces querelles virent au psychodrame familial et à la tragicomédie la plus frustre. Tour d’horizon des épisodes les moins glorieux des prochaines élections législatives.

C’est en Seine-Maritime que la situation est, sans nul doute, l’une des plus désastreuses. Dans la 9ème circonscription, la querelle des investitures vire au psychodrame familial, tant trahisons et coups bas s’enchainent. A l’origine, Clarisse Coufourier (LR) devait représenter la droite dans la circonscription. C’était sans compter l’arrivée impromptue de Didier Peralta (UDI). Au nom de l’accord UDI – LR, Clarisse Coufourier est ainsi sacrifiée par son propre camp pour respecter un accommodement décidé en -très- haut lieu, sans considération des promesses faites à la candidate LR et surtout, des attentes des électeurs locaux. Selon Paris Normandie, l’ancien suppléant de Clarisse Coufourier, rallié à Didier Peralta, aurait même été « piégé » par l’UDI pour l’encourager à abandonner l’ex- candidate LR[1]. Les arrangements -purement mathématiques- entre appareils partisans devraient tout de même faire des heureux dans la circonscription. En effet, pour le Front National, dont les résultats électoraux détonent dans une région traditionnellement hostile à l’extrême-droite, ces querelles sont une aubaine, renforçant la défiance d’électeurs déboussolés par des partis déracinés des réalités locales. Clarisse Coufourier a finalement choisi de jeter l’éponge, malgré les nombreux soutiens qui souhaitaient sa candidature, tant au sein de son propre camp que chez les électeurs de la circonscription. Tombé par hasard sur cette triste affaire en scrutant la presse régionale, l’auteur de ces quelques lignes s’est ému du sort réservé à Clarisse Coufourier et a souhaité l’évoquer dans ce papier.

 

Dans l’Essonne, sans crainte du ridicule, Manuel Valls aura tout essayé pour rester en politique. En tentant de briguer –mendier ?- l’investiture « En Marche ! », il a définitivement rejeté son parti. La scène grotesque, décrite par « Valeurs Actuelles », frise le pathétique. Oserait-on, un seul instant, imaginer Maurice Couve de Murville, ancien Chef de gouvernement du Général de Gaulle, supplier une investiture ? Manuel Valls a finalement réussi à négocier l’absence de candidature « En Marche ! » face à lui, tout en créant un profond sentiment de défiance et de trahison au sein même de son propre camp. Comble du mépris populaire pour un ancien chef de gouvernement, le breton Nolan Lapie, connu pour avoir giflé l’ancien Premier Ministre pendant un de ses déplacements, a annoncé se présenter dans la même circonscription avec, en suppléant, le très controversé humoriste Dieudonné[2]. Si l’exemple malheureux de Didier Peralta en Seine-Maritime symbolise la déconnexion croissante entre les partis et les électeurs, l’épisode Manuel Valls représente l’honneur déchu des hommes d’Etat et la perte du sens public.

 

Ces deux exemples peuvent se décliner par dizaines. Très récemment, la guerre ouverte entre le Parti Communiste et la France Insoumise fut l’expression parfaite du sacrifice de l’espérance politique sur l’autel des intérêts particuliers. Alors même qu’ils partagent, notamment sur les enjeux locaux, une approche commune et une même vision de l’engagement politique, les deux mouvements se déchirent et présenteront des candidats distincts dans la plupart des circonscriptions. Si l’auteur de cet article est très loin d’adhérer à leur programme ou de souhaiter le triomphe de la gauche radicale aux élections législatives, il ne peut que déplorer l’abandon d’une grande partie des électeurs de cette mouvance politique au nom des intérêts privés de quelques cadres.

 

Loin des scandales financiers très largement relayés par les médias nationaux et la presse d’opinion, les affaires locales n’intéressent que trop peu les grands journaux. Cependant, ces problèmes concernent pleinement la vie quotidienne de nos concitoyens, qui demeurent les premiers sacrifiés par les querelles partisanes. Dénoncer les arrangements d’appareils, les parachutages et les coups bas dans les différentes circonscriptions, c’est œuvrer quotidiennement pour la défense des électeurs, qui doivent pouvoir choisir leurs représentants, librement et en conscience.

 

 



Moyenne des avis sur cet article :  4.43/5   (7 votes)




Réagissez à l'article

2 réactions à cet article    


  • Etbendidon 20 mai 11:27

    Très bonne initiative bravo
    Amusant de voir toutes ces candidatures. il y a des départements qui approchent les 100 candidats, quel foutoir !
    A lire le CV des candidats, ils proviennent majoritairement de la fonction publique (enseignants ou animateurs dits sociaux) à croire qu’ils n’ont que ça à foutre ?
    Très peu proviennent du privé (faut bosser) ou des chomeurs (ils n’ont pas de sous)
    Vive la démocrachie, vive macron
    Vive l’UPR (pour faire plaisir à fifine)
     smiley


    • Alren Alren 20 mai 13:01

      L’auteur qui ne partage pas les opinions de « gauche » s’étonne qu’à droite, on « se bouffe la rate » pour un poste de député !
      Quelle naïveté ! Cela a toujours été ainsi à droite : on ne se fait pas élire pour le bien du peuple mais par carriérisme avec quelquefois la volonté d’aller contre le bien du peuple.

      Quand à la gauche, la vraie, qu’il ne s’inquiète pas : elle aura plus que les sept députés communistes de l’assemblée sortante.
      Et les électeurs trancheront dans les circonscriptions où les communistes se présenteront en opposition avec les candidats qui proposent le programme l’Avenir en commun.

      Le score du (de la) candidat.e PCF sera le plus souvent tellement faible que cela n’empêchera pas le (la) candidat.e FI d’être présent.e au second tour.
      Je serai bien étonné qu’il y ait une seule circonscription où le candidat PCF soit devant le FI et tous les deux éligibles au second tour.
      Auquel cas, en cas de triangulaire potentielle qui favoriserait le candidat de droite, celui de la FI se retirerait, bien sûr.
      L’inverse n’est pas certain ...

      S’il y a eu une guerre verbale entre la FI et le PCF, c’est uniquement du fait de ce dernier, dont le programme diffère de l’Avenir en commun sur plusieurs points essentiels dont le nucléaire, tout en se réclamant de JLM en plaçant son portrait sur l’affiche de ses candidats ! Fallait oser !

      De même JLM et Hamon s’étaient promis de ne pas s’attaquer. JLM a respecté l’engagement, pas Hamon.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON








Les thématiques de l'article


Palmarès



Partenaires