• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Recension de « Ceci n’est pas un complot » (2)

Recension de « Ceci n’est pas un complot » (2)

Pour suivre mes livraisons précédentes[1] je me réfère aux conversations, discussions, échanges de courriels et autres débats de vive voix que le documentaire « Ceci n’est pas un complot »[2] de Bernard Creutzen n’a cessé de susciter entre mes amis belges et moi-même. Il faut, d’emblée, préciser si nécessaire, que la Belgique étant un petit pays[3], on y observe l’actualité comme on étudie en soufflerie un « modèle réduit ». « Avec le vent du Nord, de l’Est, de l’Ouest et du Sud ... écoutez le « tenir, vouloir, craquer et chanter ce plat pays qui est le leur. » .... comme chantait Jacques Brel. Du Septentrion flamand à la Méridionale Wallonie, du Grand Est des sommets Ardennais à l’extrême Ouest maritime tous les ingrédients sont réunis ... et tout peut y être rapidement appréhendé comme sur une maquette. On peut les écouter « comploter » ces plats médias qui sont les leurs ... et « cela » aurait été vu .... un million de fois en une semaine .... !!!!! Tempête dans un verre d’eau ????

 

Manifestement non, car les réactions entendues sont justement passionnantes et c’est ce qui fait de ce documentaire un vrai document qui incite à réfléchir (du latin documentum « modèle, exemple », dérivé de docere « montrer, faire voir, instruire ») Elément par élément on peut donc disséquer cette « monstration » pour analyser un contenu pensé et exprimé sincèrement, spontanément, brut de décoffrage et parfois aussi naïvement mais certainement soigneusement et consciencieusement élaboré (« cum scientia » - application de la « science » à l’acte).

Bernard Creutzen donne très opportunément la parole à Anne Morelli[4]. Elle est l’auteur de « 10 Principes élémentaires de la propagande de guerre » :

« 1. Nous ne voulons pas la guerre. 2. Le camp adverse est le seul responsable de la guerre. 3. L’ennemi a le visage du diable. 4. C’est une cause noble que nous défendons et non des intérêts particuliers. 5. L’ennemi provoque sciemment des atrocités ; si nous commettons des bavures, c’est involontairement. 6. L’ennemi utilise des armes non autorisées. 7. Nous subissons très peu de pertes ; les pertes de l’ennemi sont énormes. 8. Les artistes et intellectuels soutiennent notre cause. 9. Notre cause a un caractère sacré. 10. Ceux qui mettent en doute la propagande sont des traîtres. ».

Il faut entendre par « traîtres » « camp adverse », l’« ennemi », « bavures » : le mixe à la fois du complexe « sarcov2 - Covi-19 » et des « vaccins-complotistes » de tous poils. Il était vraiment opportun de faire écouter Anne Morelli qui conclut son « intervention » avec ce conseil : « Comme dans toutes situations de guerre (tiède, sic !)...il y a une chose qu’on peut faire dans ce cas .... c’est douter, douter et encore douter...... »

 

Il ressort de mes discussions qu’il y a quelque chose qui évidemment assure le relais de la propagande de guerre « tiède » entre les médias. C’est, bien entendu, l’attitude prosélytiste (comme celle adoptée par les Missionnaires de l’Œuvre Pontificale de la Propagation de la Foi de l’Office ad hoc du Vatican à Rome) des différents « collaborateurs » de la mise en scène des mesures actuelles de certains « organes » et « protagonistes » des médias.

 

Mais plus que les techniques de propagande relativement bien connues telles qu’expose Anne Morelli et qui s’appliquent aux modes modernes d’information traditionnels, il y a quelque chose, actuellement, de bien plus effrayant dans les structures, les agencements, l’organisation des mesures, elles-mêmes, mises concrètement en place et qui sont, ces mesures, d’un extrême violence et particulièrement vicieuses, perverses, cyniques. Ce sont les mesures utilisées intentionnellement en « PSYOPS »[5]. D’une manière totalement détournée et indirecte : il s’agit de modification des codes sociaux nécessaires à une partie importante de la communication non verbale entre membre d’un groupe déterminé. Ils doivent être rendus incohérents, ces codes, en les inculquant d’une manière inconscientes et pernicieuses dans le « non-ressentis » et « non-signifiés » (mais immédiatement et irrémédiablement assimilés) des populations concernées. Bernard Creutzen parle, justement, de message subliminal.

Ci-dessous, deux exemples.

Premièrement et d’aspect (de premier abord) futile : les travailleurs de « contacts » : les tatoueurs, les masseurs, les manucures et les coiffeurs (les coiffeurs ? .... mais oui pourquoi les coiffeurs ?). L’interdiction faite à ces « artisans » d’exercer leur profession n’avait manifestement pas un aspect sanitaire occasionnel mais, plus que probablement, une fonction psychologique à long terme, car, en plus, potentiellement récursive et à la « discrétion de certains ». Elle revenait à supprimer une fonction sociale des plus signifiantes. Chez les chimpanzés et les gorilles le « grooming » ou « toilettage » est d’une très grande importance sociale. Chez l’homme aussi, le soin apporté au corps est important et, en l’occurrence, spécialement aux cheveux. Il suffit de voir le rôle symbolique extrême apporté aux coiffures : de la tresse de l’enfance dans l’Egypte ancienne, aux crêtes des Iroquois ou des Punks, aux tonsures des moines et des prêtres chrétiens, à Jeanne d’Arc et aux « femmes à boches » rasées, à la coiffure de Kim Il Sung, aux Beatles et aux Skinheads, etc. .... Il en est de même de la scarification, du piercing, du tatouage, du maquillage au henné, etc. ...

Deuxièmement et d’un aspect autrement plus tragique de ces PSYOPS : ce crime d’acculturation totale que sont les interdits liés aux funérailles .... Les anthropologues déterminent souvent le passage de l’animal à l’homme au moment où l’homme a instauré des rituels funéraires. Le culte des morts révèle la prise de conscience de la « vie de l’être, partie constitutive du temps » (Sein und Zeit – Etre et temps - Heidegger). C’est la première fois dans l’histoire du monde que de lamentables « homoncules » commettent, ce crime contre l’humanité. Il est évident que l’interdiction des rituels accompagnants le culte des morts est une horreur. La lecture, à ce sujet, des écrits de Jean-Claude Paye et Tülay Umay[6] [7] [8], tous deux sociologues, est extrêmement instructive, car œuvres d’une grande rigueur scientifique. Le temps et l’espace, propriétés intrinsèques et caractéristiques de l’être seraient dorénavant la possession d’une communauté exclusive de marché.

 

La situation actuelle, vis-à-vis de la suspension des vaccinations Astra Zeneca, dans certains pays, ne serait-elle pas révélatrice d’une META-PSYOP, une méta-rumeur d’Orléans, un méta-test de Milgram (soumission non à l’autorité mais bien asservissement au pouvoir ?). Confusion entre le contenu et le contenant, entre le mot et la chose ?

 

(A suivre ?)

 

[3] La France = 18 x la Belgique en superficie et 6 fois la population .... d’où la densité relative et/ou l’échelle du modèle réduit ....

[5] Various techniques are used, and are aimed at influencing a target audience's value system, belief system, emotions, motives, reasoning, or behavior.

Diverses techniques sont utilisées et visent à influencer le système de valeurs, le système de croyance, les émotions, les motivations, le raisonnement ou le comportement d'un public cible.


Moyenne des avis sur cet article :  3.71/5   (7 votes)




Réagissez à l'article

22 réactions à cet article    


  • Bendidon Bendidon 15 mars 22:48

    Ah NON pas à suivre Bertrand, ya person qui lit

    je te fais juste un commentaire pour meubler

    C’est pourtant pas con ce que t’écris mais ça n’accroche pas

    Faut revoir le style NOM d’UNE PIPE (et changer l’image)


    • Bertrand Loubard 16 mars 09:31

      @Bendidon
      Merci pour le commentaire. Il est vrai que je devrais sans doute être plus succinct. Mais ce qui se passe actuellement est si effrayant, si grave qu’il est difficile de choisir dans la phénoménologie de la crise, dans « ses objets et ses situations », les aspects qui se révèlent formellement et se manifestent significativement comme « décisifs ». J’essaye de mettre en exergue des choses dont j’apprends, dans « mon » entourage, qu’elles sont déjà passées du domaine des obligations observées à celui des devoirs d’obéissance et à celui des interdictions acceptées et subies. Je suis intimement convaincu qu’il faut un changement de modèle. Mais ce changement devrait être librement initié sur une base de conscience profonde et de consentements éclairés. Sans cela, je pense que les composantes « socio-culturelles et environnementales » seront, une fois de plus, inévitablement sacrifiées dans le nouveau paradigme au profit des contraintes économiques, financières et monétaires. Pour ce qui est de l’illustration, je voulais une miniature comme dans mon texte précédent (légèrement modifiée) ... mais cale n’a pas marché ... nom d’une pipe !.....j’essayerai de faire mieux la prochaine fois. Bien à vous.


    • Clocel Clocel 16 mars 08:45

      Le 9/11 avait déjà brillamment démontré que, ni la vérité, ni la vraisemblance du logos, ni la liberté n’étaient des valeurs cardinales pour les chimpanzés du futur.

      Ils peuvent tout sacrifier, tout nier, tout laisser corrompre pour garder leur place dans le trafic délétère d’une vie qui n’a plus aucun sens, plus aucune valeur, on peut tout sacrifier, tour à tour, les vieux, les enfants, les malades, ceux qui ne peuvent ou ne veulent plus suivre...

      Une corruption généralisée, tout est pourri, ce qui ne l’est pas encore est incommodant, dérangeant, le moindre surgissement de raison est traité comme hérétique, son auteur est banni, cloué au pilori, condamné à la mort « sociale »...

      La facilité avec laquelle s’installe le nouveau paradigme est à vomir, la peur, la perte de sens et de repères n’explique pas tout, il y a quelque chose de morbide dans notre « évolution », la fin de la société du spectacle va être tragique, une forme de suicide collectif assisté.


      • Bertrand Loubard 16 mars 10:20

        @Clocel
        Merci pour le commentaire. Il est vrai qu’on peut remonter loin dans l’histoire. Pulitzer et Hearst : « Souvenez-vous du Maine » (1898) ; « Remember the Lusitania Enlist To-Day » (1915) ; « Pearl Harbour » (1941) ; l’incident du Golfe du Tonkin (1964), les « couveuses du Koweit (1990), 9/11 (2001) ....etc....
        A Davos n’a-t-on pas déjà envisagé une « méga – cyber – attaque » des réseaux de production et de distribution d’énergie électrique ? .... Et il vaut toujours mieux prévenir que guérir .... ! Je pense aussi que le changement de paradigme sera aussi inévitable que douloureux....Car ceux qui ont les moyens « d’organiser le changement » ont aussi les moyens d’imposer leurs « nouveaux paradigmes ». Pour fabriquer des vaccins il faut des virus et...inversement ... Bonjour les variants .... CQFD ? Bien à vous.


      • Ben Schott 16 mars 08:57

        Si ma puce à l’oreille a raison, m’est avis qu’on ne devrait pas tarder à voir pointer la bande des anti-conspi citoyens, au premier rang desquels l’inénarrable troll à sa mémère... j’ai nommé... Clouzeaux (et son humour irrésistible) !

         


        • Clocel Clocel 16 mars 09:09

          @Ben Schott

          Pas assez de trafic, on ne verra même pas les ramasseurs de casquettes ! smiley


        • Ben Schott 16 mars 10:28

          @Clocel
           
          Houla ! Sans le mâle alpha, ils ne sortent même pas du bois !...
           



          • Francis, agnotologue Francis, agnotologue 16 mars 09:51

            @Clocel
             
             
             Dans ce lien que vous donnez on lit ceci :
             
            « nous transformons actuellement les vaccinés en porteurs asymptomatiques qui excrètent des variants infectieux ».
             
            Alors, tous ceux qui sont favorables à un passeport vert au nom de la contagiosité des asymptomatiques sont dans une erreur mortifère, une faute qui confinerait les personnes saines et autoriserait toutes libertés aux personnes dangereuses !


          • Francis, agnotologue Francis, agnotologue 16 mars 10:31

            @Francis, agnotologue
             

            Dans sa dernière intervention le Dr Henrion-Caude explique pourquoi, d’après elle, le vaccin ARNm est une campagne de reprogrammation génétique.

            « Ce n’est ni un vaccin, ni une thérapie génétique… C’est une injection de code génétique sur des gens sains qu’on veut reprogrammer… Moderna appelle ça le « software of life ». 

             

            On rappelle d’ailleurs qu’en novembre 2017, le médecin-chef de Moderna, le Dr Tal Zaks avait dit « Je suis ici aujourd’hui pour vous dire que nous sommes en train de pirater le logiciel de la vie. »

             


             MON OPINION :

             

            Cette modification génétique nécessitera des mises à jour régulières, qui ne pourront être administrées que par le propriétaire des droits.
             
             C’est le rêve de Bill réalisé.
             
            Je pense que les labos n’avaient pas prévu une apparition aussi soudaine et massive des variants contre lesquels bien des savants mettaient en garde.
             
             Je rappelle que les plus optimistes et prudentes estimaient un variant pour quelques millions d’injectés.
             
             Ce qui démontre au moins l’incompétence de ces malades.

            nb. Le biais cognitif du à la perspective d’un profit est une fonction exponentielle de son espérance.
             


          • Clocel Clocel 16 mars 10:41

            @Francis, agnotologue

            Souriez ! Vous êtes hackés ! smiley

            L’informatique est un modèle extraordinaire qui n’a pas encore dévoilé toutes ses ressources.


          • joletaxi 16 mars 10:41

            @Francis, agnotologue

            à ce stade, on ne peut que souhaiter que cela ne se termine pas en catastrophe

            https://www.francesoir.fr/opinions-tribunes/la-vaccination-risque-maintenant-dentrainer-une-catastrophe-mondiale-sans-egal

            cette théorie, pas plus farfelue que celle du rôle du CO2, fait froid dans le dos


          • Francis, agnotologue Francis, agnotologue 16 mars 10:50

            @Francis, agnotologue
             
             attention, je ne dis pas que nous allons tous mourir je ne dis pas qu’ils voulaient tous nous tuer.
             
            Ce que je dis, c’est que ces variants Covid 19, 21, 23, qui étaient prévus seraient exploités en leur temps, comme le premier : tests, déclaration de pandémie, vaccins, etc, en des vagues successives. Le vocabulaire est rodé.
             
             Leur projet était de nous contrôler tous, comme un cheptel. Chaque labo aurait eu son propre cheptel. Ils aiment la compétition. Ce sont des athlètes intellectuels de haut niveau.
             
            Mais le joujou est en train de leur péter dans les pattes, il dépasse les prévisions : j’en veux pour preuve ce coup de frein sur astrazeneca au motif du principe de précaution, et sur les autres vaccins pour des motifs aussi fallacieux !!!
             
             
            ps. Je ne peux m’empêcher de faire un parallèle avec le projet d’envoyer un Américain sur la lune vendu à Kennedy, à grands renforts de« yes we can » à tous les niveau de hiérarchie opérationnelle. On sait ce qu’il en a été.


          • Francis, agnotologue Francis, agnotologue 16 mars 10:52

            @Clocel
             
            vous pourriez m’en dire un peu plus ?



            • Francis, agnotologue Francis, agnotologue 16 mars 09:56

              @Clocel
               
               oui, comme dit au dessus, on transforme les gens sains en porteurs de variants terriblement dangereux.
               
              C’est Hiroshima + Nagasaki puissance dix.
               
              Cela ne peut être acté que par des ennemis de l’humanité.


            • Bertrand Loubard 16 mars 11:34

              @Clocel
              Merci pour ce lien. J’essayerai comme d’autres, sans doute, de le relayer et de le diffuser le plus possible. Non pas pour convaincre mais bien pour tenter de partager des avis qui ne sont (forcément) pas toujours les miens, mais qui me permettent d’avancer avec un peu moins de solitude, avec un peu plus de sérénité dans ce qui devient un désert atroce. Je persiste à penser qu’aucune personne ou groupe de personnes ne peut se revendiquer le droit de décider, à ma place, de ma vie et de ma mort. Le suicide serait-il la dernière étape ? Rappelons-nous les moines tibétains au Vietnam.... Où est la légitime défense ? Bien à vous.



              • I.A. 16 mars 18:46

                « [...] il y a quelque chose, actuellement, de bien plus effrayant dans les structures, les agencements, l’organisation des mesures, elles-mêmes, mises concrètement en place et qui sont, ces mesures, d’un extrême violence et particulièrement vicieuses, perverses, cyniques. »

                Très bien vu : c’est du sadisme à l’état pur. Rien d’autre, parce qu’ils ne savent rien faire d’autre.

                Quant aux gros gains, ils ne représentent — à leurs yeux — rien d’autre qu’une preuve de leur génie. Vouloir gagner énormément d’argent, revient implicitement à accepter énormément de souffreteux, de malades finissant par mourir, faute d’argent donc de soins, faute d’éducation, faute de lits...

                Bon. Sinon que dire de ces reporters ayant filmé ou photographié des mises à mort ?? Que dire de ces étudiants apprenant l’anatomie ou la suture chirurgicale avec d’authentiques corps humains  ?? ... De ces spectateurs qui regardaient en boucle les gens sauter des Twin Towers en 2001 ? De cette croix exposant un jeune homme cloué vivant, comme symbole d’une religion d’amour et de paix ??

                L’humain est dangereusement morbide : attiré par la souffrance et la mort des autres. L’Humanité est une grosse entreprise de forfaits & impostures en tous genres.


                • Bertrand Loubard 16 mars 22:48

                  @I.A.
                  Merci de votre réaction. La peur serait-elle orchestrée par des techniques hypnotiques, dont la mise en œuvre ne peut avoir été décidée que par un nombre assez restreint de personnes et pas du tout à l’insu de leur plein gré. Pourquoi les instances de décision sont-elles conseillées par un panel de personnages dont certains ne peuvent pas être connus : secret défense. ???? PSYOP ?
                  https://www.youtube.com/watch?v=pMkEhA4sYfg
                  Bien à vous.


                • En alchimie, cela s’appelle l’oeuvre au NOIR. et d’ailleurs 19 en hébreux signifie soleil de minuit ou noir. QOF. 

                  Habel/Saturne est ce soleil qui a son apogée à Minuit. Dans les Métamorphoses d’Apulée, ce dernier résume sa grande veillée au temple d’Isis de la façon suivante :. L’ordre par la chaos. qui en alchimie se dit SOLVE ET COAGULA. https://www.jepense.org/ordre-et-chaos-symbolisme-philosophie/  http://soleildelumiere.canalblog.com/archives/2013/01/27/26259300.html


                  • Bertrand Loubard 17 mars 23:44

                    @Mélusine ou la Robe de Saphir.
                    Saint Paul aurait dit : « Tout ce qui ne procède pas d’une conviction est péché » Hitler avait-il une conviction ? Une conviction est l’émanation d’une conscience. Les PSYOPS peuvent aller jusqu’à formater les consciences : non seulement psychologiquement (classiquement par la propagande) mais également et surtout par la « chimie » (lobotomie).
                    Bien à vous.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON



Publicité




Palmarès



Publicité