• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Référendum 2022 : Faut-il interdire l’Islam dans la Constitution (...)

Référendum 2022 : Faut-il interdire l’Islam dans la Constitution européenne ?

Bonjour,

Permettez-nous par la présente de vous soumettre une tribune originale sur le sujet très délicat de l'Islam en Europe alors que la campagne présidentielle s'est radicalisée.

Il s'agit de proposer en 2022 l'organisation d'un Référendum avec la question suivante :

Faut-il interdire l'Islam dans la Constitution européenne ?

L'objectif est de clarifier définitivement le débat sur cette question sociétale hautement sensible, polluante et toxique à l'échelle du continent européen.

Bien à vous,

Cécile Le Roux (diplômée de littérature romane à Stanford - San Francisco)

et

Rachid Nekkaz  (diplômé d'Histoire à la Sorbonne)

_______________________________________
Référendum 2022 : Faut-il interdire l'Islam dans la Constitution européenne




En juillet 2010, nous avons créé ensemble "un fond privé de défense de la liberté et de la laïcité" pour défendre la liberté religieuse en Europe et dans le monde. Doté d'un million d'euros, il était destiné à payer, dans le respect de la loi, toutes les amendes des femmes portant librement le Niqab en Europe ainsi que toutes les contraventions de celles qui refusent de porter le voile dans les pays musulmans comme l'Iran et le Soudan. 11 ans après, force est de constater que c'était une erreurPourquoi ? A l'époque, nous pensions naïvement que notre initiative serait de nature à susciter un débat public et intellectuel contradictoire et apaisé sur le choix et les motivations réelles de ces femmes qui choisissent d'assumer un style vestimentaire à des années lumières des modes occidentales alors même qu'elles sont les purs produits de la République. Quand on observe que 66% des femmes en Niqab sont des enfants légitimes de Jeanne d'Arc et non des clandestines importées par Khedidja, le simple anathème ou l'expulsion ne sauraient être les solutions les plus efficaces pour traiter cette problématique sociétale devenue non seulement complexe mais empoisonnée.

En son temps, le philosophe déiste Voltaire avait défendu par son entregent et par ses écrits l'honneur et la dignité d'un sujet du Royaume de France, le protestant Jean Calas, victime de l'intolérance religieuse meurtrière après la révocation de l'édit de Nantes en 1685. C'est cette même attitude voltairienne, fidèle à son Traité sur la tolérance, que nous avons fait nôtre en défendant la liberté de toutes les femmes aussi bien en Occident qu'en Orient. Bien qu'à titre personnel, nous soyons tous les deux farouchement opposés au port du Niqab dans la société européenne pour des raisons d'intégration sociale. Au demeurant, Cécile ne porte ni le hijab, ni le niqab, ni le burkini. Et Rachid n'est pas le prototype du terroriste islamiste en puissance.

L'Amérique, terre des exilés protestants

Aux États-Unis, il ne viendrait jamais à l'esprit du gouvernement fédéral ou des 50 États d'interdire à une femme de porter un bout de tissu sur le corps ou sur la tête quand bien même il représenterait ou ferait référence à une idéologie honnie, repoussée et combattue sur d'autres contrées hostiles. Sauf si ces personnes franchissent la ligne rouge que tous les citoyens américains sont tenus de ne pas franchir : la loi, le respect de la liberté d'autrui et de l'ordre public. Ces limites étant posées, de New York à San Francisco, vous observerez qu'aucune association de consommateurs ne trouverait choquant de se promener dans les rayons d'un supermarché, happée par une campagne de publicité sur le hijab comme c'est le cas par exemple chez Target en ce moment. Dans un autre registre, vous ne risquez pas de découvrir qu'un groupe d'étudiants à l'université de Stanford a pris l'initiative de demander l'exclusion de l'assistante du professeur de notre fils Iskander au motif qu'elle porte un Niqab noir. Entre l'Amérique et la France, c'est non seulement un autre continent, une autre histoire mais aussi une autre philosophie des religions qui les distingue à défaut de les séparer. Les États-Unis ont été fondés principalement à cause de l'intolérance qui a frappé les protestants européens au 17ème et au 18ème siècle et qui les a obligés à trouver refuge sur des terres plus accueillantes de l'autre côté de l'Atlantique. La liberté religieuse y est sacrée. Et nul ne peut y être inquiété pour ses convictions spirituelles aussi bien dans sa sphère privée que dans l'espace public.

L'Europe, terre des autodafés abrahamiques

A la multi-dimensionnalité américaine s'oppose l'uni-dimensionnalité française et européenne. C'est une perception sectaire et unidimensionnelle héritée des concordats entre la Papauté et les Rois catholiques qui a abouti à trois autodafés abrahamiques. Lors de ce dernier demi-millénaire, personne n'y a échappé. Ni les Chrétiens protestants, ni les Juifs, ni les Musulmans.
Isabelle la Catholique a ouvert le bal en 1492 en procédant à l'expulsion systématique des Juifs d'Espagne pour fêter la Reconquista du pays dont les destinées étaient entre les mains des Sarrasins durant 781 longs hivers. Malgré la renonciation à leur culte mahométan suivie de l'adoption de la foi chrétienne, les Arabo-Berbères de la péninsule ibérique, dénommés les Morisques, connaîtront le même sort tragique en 1609 sous le Roi Philippe III. Ce même climat d'intolérance a aussi touché la minorité protestante chrétienne. On se souvient que 30 000 fidèles de Calvin et de Luther ont été massacrés lors de la funeste Saint Barthélémy le 24 août 1572 à Paris et en Province. Malgré la relative tolérance de l'édit de Nantes en 1598 sous le Roi Henri IV, ils ont fini par être encore victimes d'une extrême intolérance 87 ans plus tard sous le règne de Louis XIV après la publication de l'édit de Fontainebleau en 1685.

Comme l'histoire se répète souvent sous le signe du mal, les Juifs connaîtront un insidieux ostracisme pendant la seconde guerre mondiale derrière le rideau asphyxiant de la Shoah qui a coûté la vie à 6 millions d'enfants innocents de Moïse. Le gouvernement de Vichy du Maréchal Pétain procéda à une politique de dé-naturalisation systématique de 15 000 Juifs en juillet 1940 en France, de 100 000 Juifs en octobre 1940 en Algérie et à l'octroi d'un billet gratuit aller sans retour à 76 000 Juifs - sujets français depuis 1000 ans -qui ont fini dans les chambres à gaz du Reich allemand entre 1940 et 1945. Comme les Morisques avant eux, changer de nom ou de religion ne leur a été d'aucun secours.

L'Islam conquérant

Aujourd'hui, à la faveur d'une série continue d'attentats attribués à des groupes terroristes islamistes depuis deux décennies, la lune de miel de la tolérance intellectuelle de l'Europe à l'égard de l'Islam semble toucher à sa fin. Malgré les efforts certains de l'Église après Vatican II en 1963 pour neutraliser et désamorcer le lourd contentieux des Croisades dans la conscience collective chrétienne, l'Islam n'est plus considéré comme une religion monothéiste aux valeurs universelles comme le Christianisme ou le Judaïsme. Les différentes lois votées depuis 2004 sur le voile, le niqab ou le burkini ainsi que les débats houleux sur la viande halal à l'école, un créneau horaire réservé aux femmes dans les piscines ou l'interdiction faite aux mères voilées d'accompagner les enfants lors des sorties scolaires témoignent d'une crise sociétale aiguë et profonde au cœur même du corpus philosophique et moral du continent des Lumières. Les Européens reçoivent ces doléances décomplexées des Musulmans comme une agression sociétale, une remise en question de leur socle civilisationnel et l'émergence programmé à l'horizon d'un Islam politique qu'ils craignent plus que tout.

L'Islam, perçu comme un virus

L'Europe compte environ 10 millions de Musulmans. Leur présence est qualifiée par un nombre de plus en plus important de gouvernements, d'hommes politiques, d'intellectuels, de journalistes et de leaders d'opinion comme un élément étranger toxique qu'il faut extraire de l'identité judéo-chrétienne européenne et combattre sur le terrain intellectuel, idéologique et politique. Outre les Musulmans, l'Islam est davantage perçu, considéré et traité comme un virus qu'il faut éradiquer de l'espace public à l'image du COVID 19. Les différences religieuses, alimentées et exacerbées par la permanence du conflit entre les États Arabo-musulmans et Israël, font voler en éclat le fragile vivre-ensemble entre les différentes communautés dans l'espace européen.

L'identité de ce dernier se trouve d'une part écartelée et rongée par le doute spinoziste et d'autre part habitée par la quête de plus en plus revendiquée et assumée d'un retour à ses traditions judéo-chrétiennes ou par le volontarisme laïc. La rupture est profonde et presque consommée entre les deux pôles spirituels biblique et coranique. Que risque-t-il de se passer ?



L'histoire nous apprend que les parenthèses de tolérance ne durent jamais très longtemps, que ce soient en Europe, en Asie, en Amérique du Sud ou en Afrique. Deux exemples récents suffisent à illustrer notre propos. En janvier 2015, après l'attentat abominable contre Charlie Hebdo - dont j'avais proposé à feu Charb d'acquérir 51% des actions en 2013 - qui a coûté la vie à 12 journalistes et policiers innocents, j'avais annoncé sur la chaîne Russia TV que cette tragédie signifiait " le début de la fin de la communauté musulmane en Europe". L'onde de choc suscitée par ce drame n'a pas permis de dégager un front commun soudé contre le terrorisme islamique, ce qui a entraîné des fissures et des blessures profondes jamais cicatrisées dans la société française. Autre événement symptomatique tout aussi important à relever. En 2017, la petite Monarchie africaine nichée entre le Mozambique et l'Afrique du Sud du Swaziland a interdit l'enseignement de l'Islam et du Judaïsme à l'école. S'agit-il de cette même lame de fond d'intolérance et de rupture abrahamique qui semble secouer les fondamentaux de la liberté religieuse en Europe ?

Vertus du Référendum

Pour anticiper un cycle historique tragique avec son lot de violences incontrôlables et d'expulsions brutales touchant aux 10 millions de Musulmans vivant sur le Vieux continent, il est nécessaire de trouver une solution politique. Le célèbre constitutionnaliste allemand Carl Schmitt ne nous a-t-il pas déjà prévenu : " le politique est le plus haut degré d'intensité d'une crise".
L'idée est d'organiser un référendum sur l'Islam en 2022 à l'échelle des 27 pays européens. Qui mieux que l'organisation d'un vote, outil démocratique par excellence, pour lancer un débat ouvert sans tabous et tenter ainsi de dénouer définitivement cette grave crise sociétale et politique aiguë, jamais connue depuis l'arrivée du nazisme en Allemagne et la suprématie des ligues d'extrême droite en France dans les années 1930 ? Rappelons-nous que c'est le référendum sur la constitution instituant la 5ème République le 28 septembre 1958 qui a permis de sortir de la grave crise politique engendrée par la guerre d'Algérie et par la tentative de coup d'État des militaires à Alger en avril de la même année. L'objectif de cette consultation sera à la fois de clarifier pacifiquement la place de l'Islam en Europe et de mettre fin au climat nauséabond qui pollue depuis 20 ans la vie politique européenne à l'approche de chaque élection législative et présidentielle. Il sera aussi de désamorcer cette tension persistante au cœur de l'âme européenne déboussolée.

Ceci étant posé, nous proposons de consulter démocratiquement en 2022 les 450 millions d'Européens à l'occasion de l'organisation d'un référendum qui posera clairement la question de la place de l'Islam dans l'espace public à l'échelle des 27 pays :

" OUI ou NON, voulez-vous interdire l'Islam dans la Constitution européenne ? "

Si une majorité de OUI l'emporte, dans ce cas précis, les Musulmans n'auront plus le droit d'exprimer ou de revendiquer leurs doléances à caractère religieux dans l'espace public. Leur islamité n'aura droit de cité que dans leur sphère privée exclusivement. Celles et ceux qui considéreront alors que l'exercice de leur religion n'est plus compatible dans un cadre constitutionnel hostile à leurs convictions religieuses pourront envisager un retour programmé dans un des 57 États musulmans sur les 195 enregistrés à l'ONU. Ils pourront y vivre leur Islam sans entraves.

Nous sommes d'autant plus à l'aise pour envisager ce cas de figure qu'en août 2013, Rachid a renoncé à sa nationalité française de naissance. Cohérent dans sa démarche, il a fait le choix de s'installer dans son pays d'origine l'Algérie afin de contribuer modestement à l'émergence d'une démocratie et d'un État de droit. Étant placé en résidence surveillée illégale, il ne s'interdit pas de donner son avis sur ce sujet délicat qui lui tient à cœur. Pour ma part (Cécile), je suis retournée vivre aux États-Unis à San Francisco.

Pour que cette hypothèse du retour dans les pays d'origine soit réussie, l'Europe doit œuvrer à faire en sorte que ces contrées soient plus démocratiques, plus respectueuses des libertés publiques et plus développées. Elle doit favoriser un contrat win-win en s'engageant à lutter contre la mainmise des multinationales sur les richesses naturelles africaines et contre la corruption des élites dirigeantes. A défaut, la politique de Remigration positive échouera et produira l'effet inverse comme c'est le cas aujourd'hui. Car la Méditerranée n'a jamais constitué une frontière naturelle infranchissable. Bien au contraire, elle est aussi poreuse que le ciel azur ou orageux qui est dénué de toute frontière. Si en revanche une majorité de NON se dégage des urnes, dans ce cas concret, plus personne ne pourra remettre en question la visibilité et la protection de la liberté religieuse des Musulmans dans tout l'espace public du continent de Voltaire et de Goethe. 

En tout état de cause, le mérite de ce référendum démocratique sera de mettre fin définitivement à la dangereuse et lancinante hypocrisie et ambiguïté politique que les différents gouvernements et parlements européens entretiennent depuis trop longtemps à l'égard des Musulmans et de leurs propres populations. Cette même ambiguïté malsaine demeure à l'endroit de la problématique de l'entrée de la Turquie mahométane dans l'Union européenne de tradition judéo-chrétienne, reportée sine die malgré la reconnaissance officielle de la candidature turque en 1999.

Cécile Le Roux (diplômée de littérature romane à Stanford (San Francisco) :
auteure d'un ouvrage à paraître : " Un papillon en terres d'Islam " (Éditions MJC, septembre 2022).

Et

Rachid Nekkaz (diplômé d'histoire à la Sorbonne) :
Principal opposant algérien
443 jours en prison
En résidence surveillée depuis 2016

Auteur de : " Mon combat contre la dictature algérienne " (Ed. Max Milo, 9 mars 2022)
https://amzn.to/3u7ngSh
et d'un livre-entretien avec les Chefs d'Etat du G7 - Clinton, Chirac, Blair, etc. "Millenarium, quel avenir pour l'humanité ?, (Ed. Robert Laffont, 2000).
www.facebook.com/nekkaz2019 (1,8 million d'abonnés)

Sahara occidental: Un condominium algéro-marocain comme solution politique  au conflit cinquantenaire

 


Moyenne des avis sur cet article :  1.92/5   (13 votes)




Réagissez à l'article

73 réactions à cet article    


  • samy Levrai samy Levrai 2 avril 17:40

    Pourquoi en pays laïc toujours nous agiter les religions ? 


    • sophie 2 avril 17:43

      @samy Levrai
      pour provoquer et ainsi obtenir une crispation sociale.


    • Roberto Rastapopulos Kaa 2 avril 17:46

      @sophie

      technique de la «  »wedge issue"


    • Roberto Rastapopulos Kaa 2 avril 17:47

      @Kaa

      explication : pendant qu’on tape sur les arabes, on tape pas sur Coupinet et ses copains


    • SilentArrow 3 avril 03:36

      @Kaa

      pendant qu’on tape sur les arabes, on tape pas sur Coupinet et ses copains


      Taper sur l’un, c’est taper sur l’autre puisqu’ils sont complices dans le même projet mondialiste.

    • Roberto Rastapopulos Kaa 2 avril 17:44

      Combat d’arrière garde !

      Le rôle du méchant perdu par les Russes avec la disparition des écrans radars de l’Union Soviétique et qui avait été confié aux musulmans volontiers terroristes vient d’être récupéré par Poutine qui a tendance à la jouer un peu perso mais quia réussi à récupérer le ballon.


      • SilentArrow 2 avril 18:48

        @Rachdi NEKKAZ

         

        Quelques remarques :

         

        1) Si vous voulez parler de la religion islamique, il faut écrire « islam » sans majuscule.

        En français, le mot « Islam » avec majuscule existe aussi mais signifie autre chose que la religion.

        lien

        Mettre une majuscule à islam quand on parle de la religion, c’est déjà se soumettre un peu à l’idole des Bédouins et lécher les babouches des frères muzz.

         

        2) Porter le voile islamique ou autre accoutrement de Bédouins en Europe, c’est comme porter une chasuble de croisé dans un pays du Moyen-Orient : il s’agit d’une provocation. Rien à voir avec la liberté de religion.

         

        3) La laïcité, cela consiste pour l’état à ne privilégier aucune religion particulière. La loi sur la laïcité n’interdit cependant pas à l’état de considérer une association comme une secte plutôt que comme une religion. Dans toutes les religions reconnues comme telles en France avant l’arrivée massive de l’islam, il est plus difficile d’y entrer que d’en sortir. Dans l’islam, c’est le contraire : on y est admis en marmonnant quelques charabias, mais on risque sa vie si on veut en sortir.

        Rien que pour cette raison, l’islam devrait être considéré comme une secte malfaisante et se voir retirer son statut de religion. Les prêcheurs devraient être expulsés comme des agents d’une puissance étrangère hostile, et les mosquées réquisitionnées pour servir de logements provisoires aux demandeurs d’asile.

        Il est absolument inacceptable que les mahométans jouissent de plus de droits en Europe qu’ils n’en accordent aux adeptes des autres religions et aux athées dans les pays où l’islam s’est incrusté et a gangrené tout le pouvoir politique.

         

        4) L’islam ne s’arrête que là où on l’arrête. Les pays qui se sont laissés envahir par les mahométans se sont rapidement transformés en des espèces de planètes des singes dirigés par des primates poilus brandissant un livre idiot et où les insoumis sont traités comme du gibier. Exemple, la partie de l’Inde conquise par les islamiques.

        Les Européens doivent agir aujourd’hui pour que cela ne leur arrive pas. Demain, il sera trop tard.


        • Daniel PIGNARD Daniel PIGNARD 3 avril 10:14

          @SilentArrow

          La laïcité adoptée par l’UE qui a refusé de mettre dans sa constitution une référence au fondement chrétien de l’Europe, est l’origine du problème. Une référence à la chrétienté et l’affirmation que l’Europe est une terre chrétienne n’aurait été que justice et aurait permis de différencier les droits des autres peuples en Europe.


        • Pierre Régnier Pierre Régnier 3 avril 11:23

          @Daniel PIGNARD

          Les individus composant les peuples sont égaux. On ne doit pas accepter l’idée qu’il y aurait des droits à admettre pour certains peuples qui ne devraient pas être admis pour d’autres peuples.

          Le problème de l’acceptation des religions se pose partout pareillement pour toutes les religions.

          Ce qui doit être mis ouvertement en débat c’est le rapport entre la violence concrètement pratiquée par des croyants d’une religion et l’enseignement, par cette religion, de prétendus appels à massacrer et maltraiter qui auraient été prononcés par le Dieu auquel croient les adeptes de cette religion.

          Votre devoir, Daniel PIGNARD qui vous pensez chrétien, c’est d’exiger que les églises chrétiennes rejettent fermement l’enseignement selon lequel le Dieu des chrétiens a bien prononcé, lui aussi, de tels appels.


        • Daniel PIGNARD Daniel PIGNARD 3 avril 13:07

          @Pierre Régnier

          « Si quelqu’un n’aime pas le Seigneur, qu’il soit anathème » (1 Cor 16:22)

           

           « Toutefois, de même que le serpent séduisit Eve par sa ruse, je crains que vos pensées ne se corrompent et ne se détournent de la simplicité à l’égard de Christ. Car, si quelqu’un vient vous prêcher un autre Jésus que celui que nous avons prêché, ou si vous recevez un autre Esprit que celui que vous avez reçu, ou un autre Évangile que celui que vous avez embrassé, vous le supportez fort bien. » (2 Cor 11 :3-4)

           

          « Mais, quand nous-mêmes, quand un ange du ciel annoncerait un autre Évangile que celui que nous vous avons prêché, qu’il soit anathème ! » (Gal 1 :8)

           

          « le royaume de Dieu vous sera enlevé, et sera donné à une NATION qui en rendra les fruits. Celui qui tombera sur cette pierre s’y brisera, et celui sur qui elle tombera sera écrasé. » (Mt 21 :43-46)

           

          « Ce sont ces Juifs qui ont fait mourir le Seigneur Jésus et les prophètes, qui nous ont persécutés, qui ne plaisent point à Dieu, et QUI SONT ENNEMIS DE TOUS LES HOMMES, nous empêchant de parler aux païens pour qu’ils soient sauvés, en sorte qu’ils ne cessent de mettre le comble à leurs


        • Pierre Régnier Pierre Régnier 3 avril 16:31

          @Daniel PIGNARD

          L’ancien catholique fervent que je suis ne peut être déclaré anathème puisque je me suis moi-même excommunié il y a bien longtemps.

          Ne fuyez pas, une fois de plus, notre dramatique problème religieux contemporain : la mise en actes, une fois de plus (à Charlie Hebdo, au Bataclan et en de nombreux autres endroits) de la violence que vous croyez commandée par Dieu.

          Et ne prétendez pas aimer le Seigneur puisque, précisément, le Jésus que vous prêchez est celui qui est, aujourd’hui encore, trahi par les faux chrétiens. Lui a donné sa vie pour tenter de faire comprendre à ses coreligionnaires juifs que Dieu n’a jamais voulu que l’amour, la paix et la solidarité entre tous les êtres humains.

          Et ne replongez pas dans la haine des Juifs qui ne l’ont pas compris puisque ce fut, précisément, la très mauvaise manière “d’aimer”, durant 2000 ans, ce Jésus qui mourut pour l’amour universel.


        • Daniel PIGNARD Daniel PIGNARD 4 avril 09:58

          @Pierre Régnier

          Oui, il est des races plus bénies que d’autres :

          "Noé commença à cultiver la terre, et planta une vigne. Il but du vin et s’enivra, et se découvrit au milieu de sa tente. Cham, père de Canaan, vit la nudité de son père, et il le rapporta dehors à ses deux frères. Alors Sem et Japhet...Lorsque Noé se réveilla de son vin, il apprit ce que lui avait fait son fils cadet (Cham) . Et il dit :

          Maudit soit Canaan  !

          qu’il soit l’esclave des esclaves de ses frères !

          Il dit encore :

          Béni soit l’Eternel, Dieu de Sem, et que Canaan soit leur esclave !

           Que Dieu étende les possessions de Japhet, qu’il habite dans les tentes de Sem,

           et que Canaan soit leur esclave !"

          (Gen 9:20-27)

           

          Oui, Dieu exclut certains peuples :

          L’Ammonite et le Moabite n’entreront point dans l’assemblée de l’Eternel, même à la dixième génération et à perpétuité, parce qu’ils ne sont pas venus au-devant de vous avec du pain et de l’eau, sur le chemin, lors de votre sortie d’Egypte, et parce qu’ils ont fait venir contre toi à prix d’argent Balaam, pour qu’il te maudisse. Mais l’Eternel ton Dieu , n’a point voulu écouter Balaam ; et il a changé la malédiction en bénédiction parce que tu es aimé de l’Eternel ton Dieu. Tu n’auras souci ni de leur prospérité ni de leur bien-être, tant que tu vivras, à perpétuité.

          Tu n’auras point en abomination l’Edomite car il est ton frère, tu n’auras point en abomination l’Egyptien, car tu as été étranger dans son pays : les fils qui leur naîtront à la troisième génération entreront dans l’assemblée de l’Eternel. (Deu 23-3)

           

          Oui, il est des peuples plus nobles que d’autres :

          L’un d’eux, leur propre prophète a dit : Crétois toujours menteurs, méchantes bêtes, ventres paresseux. Ce témoignage est vrai. C’est pourquoi reprends les sévèrement, afin qu’ils aient une foi saine... (I Tit 1-12)

           

          Oui, Jésus favorise prioritairement son peuple :

          Cette femme était grecque, syro-phénicienne d’origine. Elle le pria de chasser le démon hors de sa fille. Jésus lui dit : Laisse d’abord les enfants se rassasier ; car il n’est pas bien de prendre le pain des enfants, et de le jeter aux petits chiens. (Marc 7-26)


        • lacerta CYRUS 3 avril 15:37

          @CYRUS

          Encore un auteur fantome qui publie facilement mais ne prend meme pas la peine de repondre .... depuis 2013...


        • ZXSpect ZXSpect 3 avril 15:51

          @CYRUS
          .

          « »CYRUS 3 avril 15:37

          Encore un auteur fantome qui publie facilement mais ne prend meme pas la peine de repondre .... depuis 2013… » »

          .

          C’est probablement l’avatar « Troll is life » qui l’a dissuadé de répondre !

           smiley


        • sylvain sylvain 2 avril 19:34

          je ne crois pas qu’un referendum règlerait la question .

          Si c’était oui, ce qui ne serait pas le cas avec une question posée comme ça, les musulmans ne partiraient pas comme ça dans des pays certes musulmans mais qu’ils ne connaissent pas et dont ils ne parlent bien souvent même pas la langue. De plus c’est préter a l’europe des pouvoirs qu’elle n’a pas que de rendre riches et prospères les pays musulmans

          Si c’était non, ça ne changerait rien au fait qu’Il y a des gens qui n’aiment pas l’islam en europe, les attentats n’ont certe pas aidés, mais c’est plus profond que ça .

          Il me semble qu’il n’y a pas spécialement de problèmes en pratique a être musulman en europe .Il y a des tas de mosquées, les gens qui s’affichent comme musulman ne se font pas agresser a tout bout de champ, on ne demande a personne de nier sa religion .Par contre je comprends que le climat soit anxiogène Il l’est pour tout le monde . Nos pays s’apprêtent a vivre de durs moments, et ça commence a négocier serré sur qui on va sacrifier et qui on va préserver . Beaucoup de musulmans fraichement arrivés retourneront de toute façons dans leur pays quand les choses empireront


          • Pierre Régnier Pierre Régnier 2 avril 20:43

            Encore un article à côté du problème religieux le plus important  : la violence enseignée comme commandée par Dieu reste sacralisée, comme elle l’a toujours été depuis qu’elle a été explicitement présentée comme divine il y a 3000 ans. Et ceci dans les trois religions monothéistes abrahamiques. 

            Alors, vouloir un référendum européen sur l’existence – essentiellement réduite à sa visibilité - de la plus concrètement violente des trois est une initiative dérisoire, et même choquante.

            Comme le dit l’article “les parenthèses de tolérance ne durent jamais très longtemps”. Mais il faut préciser : quand elles cachent le fond des problèmes.

            Pas plus que dans l’Islam les appels à massacrer attribués au Dieu du Judaïsme et au Dieu du (faux) Christianisme ne font partie de valeurs universelles comme l’article le laisse croire.

            Il est nécessaire et urgent de cesser tricher sur cette violence maintenue divine et sacrée par les trois religions.


            • SilentArrow 3 avril 03:42

              @Pierre Régnier

              Quand un cheval est aussi malade que l’islam, on ne cherche pas à le guérir, on l’achève.


            • Pierre Régnier Pierre Régnier 3 avril 08:14

              @SilentArrow

              L’islam n’est pas malade. Il est toujours en bonne santé, comme il y a 14 siècles lors de sa création.

              Ceux qui sont « malades » ce sont les observateurs de l’islam. Tout particulièrement ceux qui gouvernent notre pays et qui se rendent « malades » de négationnisme et de lâcheté pour n’avoir pas à appliquer leur devoir face à cette religion criminogène.


            • L'apostilleur L’apostilleur 2 avril 20:48

              « ...Faut-il interdire l’islam dans la Constitution européenne ?... »


              Pourriez-vous nous donner la référence de la Constitution dont vous parlez ?



              • L'apostilleur L’apostilleur 2 avril 20:54

                « ...L’objectif de cette consultation sera à la fois de clarifier pacifiquement la place de l’Islam... »


                Pourriez-vous nous faire connaître le pays islamique qui aurait proposé cette consultation pour clarifier la place des chrétiens ou des juifs ?

                Et le résultat de cette consultation que je suggère d’appliquer sans le connaître. Question de confiance. 


                • L'apostilleur L’apostilleur 2 avril 21:06

                  Votre liste des expulsions en Europe est une bonne idée, complétez la de celles des juifs et des chrétiens de tous les pays islamiques. 

                  Commencez par l’Algérie ce sera plus facile pour vous.

                  « ...Algérie. Les autorités doivent annuler la condamnation de l’homme converti au christianisme qui a été poursuivi en justice uniquement à cause de ses convictions religieuses... »


                  • L'apostilleur L’apostilleur 2 avril 21:16

                    Si vous êtes vraiment favorable à un meilleur vivre ensemble, pourriez-vous intervenir d’abord contre le racisme de vos correlioginnaires algériens ?

                    https://onenpensequoi.over-blog.com/2019/12/miss-algerie-excite-les-racistes-anti-noirs.le-racisme-au-maghreb-un-concept-a-deux-faces.html


                    • nemesis 2 avril 21:36

                      L’Islam !

                      Pourquoi pas, si le retour au mode de vie pastoral est la condition sine qua non pour sauver l’écosystème ?


                      • SilentArrow 3 avril 09:40

                        @nemesis

                        Pourquoi pas, si le retour au mode de vie pastoral est la condition sine qua non pour sauver l’écosystème ?

                        Un sauveur de la planète qui veut retourner à la vie pastorale alors que d’autres sauveurs de la planète réintroduisent le loup là où il y a des troupeaux.

                        Et puis on ne peut pas dire que des shitholes comme l’Égypte sont particulièrement soucieux de l’environnement.


                      • Claude Courty Claude Courty 2 avril 23:48

                        « L’objectif est de clarifier définitivement le débat sur cette question sociétale hautement sensible, polluante et toxique »

                        Clarifier quoi ?

                        La vérité n’est-elle pas que la question, avant d’être sociétale, est d’ordre religieux, et que le religieux ne peut connaitre le débat ?


                        • Pierre Régnier Pierre Régnier 3 avril 08:05

                          @Claude Courty

                          Vous ne dites pas si c’est vous qui pensez que « le religieux ne peut connaître le débat ».

                          Or, le scandale actuel en ce domaine c’est que le gouvernement, la (fausse) Gauche et la majorité des médias ont fait admettre que le religieux ne peut admettre le débat.

                          Ceci, même après de gigantesques massacres religieux comme ceux de Charlie Hebdo et du Bataclan, parmi beaucoup d’autres.


                        • Claude Courty Claude Courty 4 avril 00:12

                          @Pierre Régnier

                          C’est la foi qui le dit, puisque par définition elle est aussi inconditionnelle que indiscutable.
                          Combien de massacres et autres violences commis en son nom, de tous temps et sous tous les cieux ?


                        • L'apostilleur L’apostilleur 4 avril 09:15

                          L’islamophobie est autorisée. 

                          Les problèmes sont communautaires partout dans le monde.

                          Les fondements religieux ne sont pas débattus faute de combattants. 

                          Pour en parler cela suppose d’en connaître....


                          https://onenpensequoi.over-blog.com/2021/01/en-france-l-islamophobie-est-autorisee.html 




                        • Pierre Régnier Pierre Régnier 4 avril 09:22

                          @Claude Courty

                          Si la République laïque accepte cette idée selon laquelle la foi est par définition aussi inconditionnelle que indiscutable, ce qui fait que le religieux ne peut admettre le débat, alors il faut interdire l’expression de la foi et le regroupement de croyants dans des “églises” qui auraient le droit de l’exprimer “chez elles”, puisque c’est là que certains croyants acquièrent la conviction qu’ils doivent mettre en pratique, “pour de bonnes raisons”, la prétendue “juste et bonne criminalité”.

                          Je pense qu’il faut au contraire considérer la foi comme conditionnelle et discutable et ne combattre en elle que ce qui est criminogène et générateur de maltraitance. Mais il faut alors le faire très fermement, et pour cela abandonner l’ignorance volontaire ou/et la lâcheté faussement laïques. 


                        • Claude Courty Claude Courty 5 avril 03:33

                          @Pierre Régnier
                          La République n’a rien à accepter ou à discuter.
                          Que la foi soit par définition aussi inconditionnelle que indiscutable est un fait, que le religieux ne peut admettre de voir contesté, ce que nul n’a au demeurant le droit de faire, y compris la République, dès lors qu’à l’inverse son expression se limite à son espace réservé, sauf à en faire l’instrument d’une politique, qui alors devient discutable.

                          https://pyramidologiesociale.blogspot.com/2022/04/condition-humaine-demographie-pauvrete.html


                        • Pierre Régnier Pierre Régnier 5 avril 08:37

                          @Claude Courty

                          Décidément vous tenez à débattre à côté du vrai problème.

                          Que des individus soient convaincus qu’il faut croire en Dieu, et que celui-ci a commandé des « bons massacres », la République, effectivement, n’y peut rien. De même, elle ne peut empêcher que des individus pensent que la guerre est une bonne chose. Elle ne doit pas chercher à détruire ces convictions « à l’intérieur » des individus.

                          Le vrai problème c’est le droit d’enseigner ces convictions criminogènes, le droit de tenter publiquement de convaincre les autres que ces croyances sont bonnes, car le résultat est alors les massacres concrètement commis par certains de ces croyants.

                          La République laïque a le devoir d’empêcher la justification publique et l’enseignement de la prétendue « bonne criminalité ».


                        • Claude Courty Claude Courty 9 avril 09:22

                          @Pierre Régnier

                          Je serai moins péremptoire que vous et pense comprendre pourquoi.
                          Avec quelques années de plus, il se trouve que j’ai moi aussi milité à la JOC, dès 1947, étant entré très jeune dans le monde du travail. Mais il semble qu’ensuite nous n’ayons pas porté les mêmes lunettes, ayant pour ma part rapidement abandonné le syndicalisme plutôt que d’y faire carrière.

                          L’observation des plus libres à laquelle j’ai pu me livrer depuis, m’a mené à considérer le pouvoir syndical comme le troisième – après le religieux et le politique –, s’exerçant sur l’humanité en se partageant la gestion de ses angoisses, frustrations et autres problèmes existentiels – temporels et éternels –, dans la même ignorance, négligence ; voire négation, des réalités de la condition humaine, parmi lesquelles, le caractère structurel incontournablement pyramidal de toute société fondée sur l’interdépendance hiérarchisée de ses membres, au gré des hasards de la naissance et de l’existence de chacun.

                          Ce que vous désignez comme “le vrai problème” ne saurait en conséquence être le même pour nous deux.

                          Les quelques liens ci-après vous permettraient, le cas échéant, de vous faire une idée de ce sur quoi se fondent ma vérité ainsi que le fait que nous ne puissions donner le même sens à des mots comme république, liberté, laïcité, etc.

                          Cordialement

                          https://pyramidologiesociale.blogspot.com/2022/01/la-pyramidologie-sociale-quest-ce-que.html

                          https://pyramidologiesociale.blogspot.com/2018/01/pyramidologie-sociale-methodologie.html

                          https://pyramidologiesociale.blogspot.com/2020/10/le-syndrome-de-lautruche.html

                          https://pyramidologiesociale.blogspot.com/2015/03/schema-sans-commentaire.html

                          https://pyramidologiesociale.blogspot.com/2022/04/condition-humaine-demographie-pauvrete.html

                          https://pyramidologiesociale.blogspot.com/2018/01/cause-premiere-et-evolution-de-la.html

                          https://pyramidologiesociale.blogspot.com/2022/01/eradiquer-la-pauvrete-profonde.html

                          https://pyramidologiesociale.blogspot.com/2022/03/le-rumi-revenu-universel-minimum-et.html

                          https://pyramidologiesociale.blogspot.com/2021/05/lettre-ouverte-aux-partisans-de.html

                          http://economiedurable.over-blog.com/2022/01/surpopulation-toujours-d-actualite.html


                        • Pierre Régnier Pierre Régnier 10 avril 09:28

                          @Claude Courty

                          Votre évocation du syndicalisme m’amène à intervenir une fois encore.

                          J’ai été élu permanent à la CFDT de la radio-télé de service public, puis membre du bureau national et… souvent déçu. Mais je n’ai pas abandonné le syndicalisme, j’ai respecté les règles que nous nous étions données et que je continue de considérer comme bonnes, notamment la nécessité de “retourner au travail” après deux ans de permanence afin d’éviter une éventuelle sinécure.

                          Mais je vois à peu près comme vous (en pire) ce qu’est devenu le syndicalisme : un pouvoir réactionnaire. Une illustration bien actuelle : tous les candidats à la présidence de la République croient intelligent de mettre à leur programme l’augmentation du pouvoir d’achat alors qu’il est déjà trop élevé, ce qui contribue à la surconsommation détruisant les moyens naturels de vivre sur la planète. Ceci me conduit une fois de plus à exprimer notre divergence fondamentale sur la “fatale pyramide” même dans un monde surpeuplé (comme nous le voyons l’un et l’autre)  : pour moi le pouvoir d’achat des plus démunis doit bien augmenter mais celui des plus riches doit énormément diminuer.

                          Bien cordialement.


                        • Jonas Jonas 3 avril 01:20

                          Vous voulez réellement connaître la vérité sur l’islam ?
                          Alors regardez et écoutez les prédicateurs et imams dans les plus grandes mosquées de France endoctriner des centaines de milliers de musulmans au fondamentalisme islamique misogyne, antichrétien et antisémite, rejetant l’identité et la culture de la civilisation européenne


                          • Jonas Jonas 3 avril 02:03

                            « OUI ou NON, voulez-vous interdire l’Islam dans la Constitution européenne ? »
                            Il n’y a pas nécessité à organiser un référendum. L’islam n’est pas compatible avec la civilisation européenne, et n’a donc rien à faire sur notre continent.

                            Le choc des civilisations entre Christianisme et Islam dure depuis des siècles, avec des batailles en particulier sur le sol européen pour imposer la charia islamique (Espagne, Portugal, sud de la France, Italie, Sicile, Malte, Hongrie, Grèce, Serbie, Albanie,...avec des héros défenseurs du christianisme tels Pelayo, Ramiro I, Afonso Henriques, Jean III Sobieski, Jean Hunyadi, Skanderbeg, Mathurin Romegas, Jean de La Valette, Nikola Zrinski, Miklós Zrínyi...).


                            • SilentArrow 3 avril 04:16

                              @Rachdi NEKKAZ

                              Si je vous comprends bien, vous voulez éviter que les choses se gâtent au point que les migrants islamiques en Europe soient un jour traités comme l’ont été les Français d’Algérie lors de la guerre d’indépendance.


                              • malhorne malhorne 3 avril 08:43

                                il FAUT interdir l’islam qui est une religion de conquête et la Mére de tous nos maux dans toute l’europe , et lutter contre toute religion intégriste et toutes les sectes mortiféres


                                • nemesis 3 avril 08:48

                                  @malhorne

                                  l’islam qui est une religion de conquête

                                  Comme en Palestine ?..!

                                  PS : en toutes matières, il faut savoir garder mesure. « La paille et la Poutre »


                                • SilentArrow 3 avril 10:02

                                  @nemesis

                                  Comme en Palestine ?..!

                                  Merci de rappeler que les arabo-islamiques ont conquis cette région par les armes.

                                • sylvain sylvain 3 avril 10:31

                                  @SilentArrow
                                  toutes les régions du monde ont été conquises par les armes, et plusieurs fois


                                • SilentArrow 3 avril 12:51

                                  @sylvain

                                  toutes les régions du monde ont été conquises par les armes, et plusieurs fois

                                  C’est l’évidence même.
                                  Et pourtant, on reproche plus facilement aux Européens d’avoir envahi l’Amérique, qu’aux mahométans d’avoir envahi d’immenses territoire, y-compris la Palestine.

                                • SilentArrow 3 avril 09:51

                                  @Rachdi NEKKAZ

                                  Et si on faisait un referendum parmi les mahométans d’Europe pour savoir s’ils veulent adapter leur « religion » à la civilisation dans laquelle ils ont choisi de vivre ?

                                  Avec le résultat de ce referendum en main, on pourrait alors organiser votre referendum parmi les Européens non islamiques.


                                  • Daniel PIGNARD Daniel PIGNARD 3 avril 10:20

                                    « Aux États-Unis, il ne viendrait jamais à l’esprit du gouvernement fédéral ou des 50 États d’interdire à une femme de porter un bout de tissu sur le corps ou sur la tête quand bien même il représenterait ou ferait référence à une idéologie honnie, »

                                     

                                    Aux États-Unis, le Président jure sur la Bible et cela suffit à la mettre au centre du Pays et donner un prétexte pour évincer les autres religions et moeurs non bibliques.


                                    • SilentArrow 3 avril 10:20

                                      @Rachdi NEKKAZ

                                      Aux États-Unis, il ne viendrait jamais à l’esprit du gouvernement fédéral ou des 50 États d’interdire à une femme de porter un bout de tissu sur le corps

                                      La situation est différente. La liberté d’opinion protège également ce genre de discours.


                                      • I.A. 3 avril 17:04

                                        « Référendum 2022 : Faut-il interdire l’Islam dans la Constitution européenne ? »

                                        M’ouarf-arf, plus pourri comme référendum, je vois pas...

                                        D’abord, s’il doit y avoir une consultation sur ce sujet, alors que toutes les religions, sans exception, soient inclues.

                                        Ensuite, commettre un titre « accrocheur » pour attirer le chaland sur ses bouquins et les projecteurs sur sa personne, c’est bof, monsieur.

                                        Pourtant vous le dites vous-même, que ce sujet est « hautement sensible, polluant et toxique à l’échelle du continent européen ». Alors ? Z’avez pas mieux à nous proposer ? Tenez, je vais vous aider :

                                        Référendum 2022 : Faut-il interdire les cons dans la Constitution européenne ?

                                        Mais cette vraie « réponse » ne sera jamais proposée au vote, parce que vous savez comme moi que cela reviendrai à expédier plus de 50% des Européens sur la lune...


                                        • njama njama 3 avril 17:51

                                          L’auteur est vraiment mal renseigné !!!!!! est-il français, ou même citoyen d’un pas de l’Union €uropéenne ?

                                          Il a dû louper quelques épisodes... 

                                          Il n’y a pas de Constitution €uropénne, pour qu’il y en aurait eu une il eut fallu qu’elle émanerait d’une Constituante, ce qui ne fut jamais le cas.

                                          Il n’existe que le Traité de Lisbonne que l’on tente de faire passer pour une Constitution alors qu’il ne l’est pas.

                                          Revoyez votre copie cher monsieur...

                                          Le Traité de Lisbonne, qui impose ses Directives aux États membres : article 17 TFUE ( traité sur le fonctionnement de l’Union européenne) ...

                                          1. L’Union respecte et ne préjuge pas du statut dont bénéficient, en vertu du droit national, les églises et les associations ou communautés religieuses dans les États membres.

                                          2. L’Union respecte également le statut dont bénéficient, en vertu du droit national, les organisations philosophiques et non confessionnelles.

                                          3. Reconnaissant leur identité et leur contribution spécifique, l’Union maintient un dialogue ouvert, transparent et régulier avec ces églises et organisations.


                                          • Pierre Régnier Pierre Régnier 3 avril 18:31

                                            @njama

                                            L’Union Européenne ne doit pas respecter les églises qui, directement ou indirectement, continuent d’enseigner que le Dieu que, selon elles, il faut croire, a appelé à massacrer et maltraiter les êtres humains (sans préciser si ça concerne ou pas l’Europe).

                                            Le judaïsme et le (faux) christianisme continuent d’enseigner cette horreur indirectement mais bien réellement. L’islam continue de l’enseigner très directement.

                                            C’est cette horreur qu’il faut faire disparaître, en Europe et partout ailleurs.


                                          • véronique 4 avril 09:21

                                            @njama

                                            Tout-à-fait. Étonnant de constater que l’expression « constitution européenne » n’ait interloqué personne avant vous.


                                          • SilentArrow 4 avril 13:47

                                            @véronique

                                            Tout-à-fait. Étonnant de constater que l’expression « constitution européenne » n’ait interloqué personne avant vous.

                                            En fait, L’apostilleur avait déjà remarqué l’erreur il y a deux jours :
                                            L’apostilleur 2 avril 20:48

                                            « ...Faut-il interdire l’islam dans la Constitution européenne ?... »


                                            Pourriez-vous nous donner la référence de la Constitution dont vous parlez ?


                                          • cétacose2 3 avril 18:43

                                            Les religions sont comme la drogue ,elles avilissent les esprits faibles .Il faut donc les combattre énergiquement et efficacement et en particulier l’islam qui est la pire de toutes Par contre on peut tolérer la religion chrétienne car elle devenue pacifique et fait aussi partie de notre folklore national....


                                            • Pierre Régnier Pierre Régnier 3 avril 21:01

                                              @cétacose2

                                              OUI, l’islam est la pire des trois grandes religions présentes en Europe. Il est, très directement, criminogène par son enseignement.

                                              Mais NON, le christianisme n’est pas « devenu pacifique », et il est, depuis son origine, avec le judaïsme, l’une des religions qui ont contribué à la création de l’islam et à sa criminalité. C’est parce que ces deux religions ont enseigné que Dieu a appelé à commettre des prétendus « bon massacres » il y a 3000 ans que l’islam a pu, quelques siècles plus tard, relancer cette terrible croyance, la ré-actualiser et présenter son contenu criminogène comme valable pour l’avenir.

                                              Les massacres commis actuellement sont donc aussi, même si c’est indirectement, engendrés par le judaïsme et le (faux) christianisme.


                                            • Franchounet 3 avril 23:02

                                              La France s’est déchristianisée rapidement et sûrement depuis la fin de la 2nde guerre mondiale. A tort pour certains (matérialisme, consumérisme,...), à raison pour d’autres (influence religieuses trop forte), mais c’est un fait indiscutable : aujourd’hui, qui va à la messe ? qui se marie à l’église ? qui baptise ses enfants ? qui propose la cérémonie de la communion ? qui confirme ? qui ...demande l’extrême-onction ? Restent encore les obsèques religieuses de plus en plus concurrencées par des hommages civils. Donc, aujourd’hui, la religion se fait discrète et les français ont tourné la page d’une religion qui faisait la loi.

                                              La loi de la laïcité est mal foutue. Si elle pose bien le principe de la séparation de l’église et de l’état, elle remet insuffisamment les religions à leur place. C’est très bien de confirmer la liberté de culte pour les religions le dire dans l’article 1er, mais ne pas dire expressément que la religion doit respecter les règles de la démocratie.

                                              L’indication de la contrainte du respect de l’ordre public ne suffit pas. il faut détailler, être plus précis, plus clair sur l’esprit de la loi.

                                              La loi est de 1905 : le contexte était essentiellement catholique, l’islam peu présent, l’immigration de confession musulmane faible. Le climat précédant la 1ère guerre mondiale a calmé les ardeurs des uns et des autres, et la remise en place de la religion s’est plutôt bien passée.

                                              Aujourd’hui, ce n’est plus çà. La France subit un excès d’immigration ( de type essentiellement familial, peu qualifiée) maghrébine, subsaharienne et turque, de confession musulmane. Les deux civilisations sont opposées. 

                                              Et, à ne pas oublier, beaucoup de ces pays sont d’anciennes colonies, motif de haine et de rancune pour un certain nombre, ce qui ne les empêche pas de vouloir venir chez nous et y imposer leurs règles.

                                              Tout cela dérive en une sorte de combat identitaire où l’islam sert de ciment et les signes vestimentaires et autres hallal servent de drapeau de ralliement.

                                              Il faut donc durcir la loi sur la laïcité pour remettre toute religion à sa place. Conçue pour cela, elles est habilement exploitée/interprétée par des musulmans à partir de son article 1er. Toute religion doit être « discrète » et surtout « désarmée » de son prosélytisme.

                                              En parallèle il faut réduire et diversifier l’immigration pour éviter ce « combat » identitaire calé (hypocritement ou pas) sur l’islam.


                                              • Franchounet 3 avril 23:27

                                                Annule et remplace

                                                La France s’est déchristianisée depuis la fin de la 2nde guerre mondiale. A tort pour certains (matérialisme, consumérisme,...), à raison pour d’autres (influence religieuses trop forte), mais c’est indiscutable : aujourd’hui, qui se confesse ? qui va à la messe ? qui se marie à l’église ? qui baptise ses enfants ? qui propose la cérémonie de la communion ? qui confirme ? qui ...demande l’extrême-onction ? Restent encore les obsèques religieuses de plus en plus concurrencées par des hommages civils. Donc, aujourd’hui, la religion se fait discrète et les français ont tourné la page d’une religion qui faisait la loi.

                                                La loi de la laïcité est mal foutue. Si elle pose bien le principe de la séparation de l’église et de l’état, elle remet insuffisamment les religions à leur place. Ok pour confirmer la liberté de culte pour les religions, mais le dire en priorité dans l’article 1er, et en plus, sans indiquer expressément que la religion doit respecter les règles de l’Etat est une erreur habilement exploitée en interprétant le principe de la liberté de conscience.

                                                L’indication de la contrainte du respect de l’ordre public ne suffit pas. il faut détailler, être plus précis, plus clair sur l’esprit de la loi.

                                                La loi est de 1905 : le contexte était essentiellement catholique, l’islam peu présent, l’immigration de confession musulmane faible. Le climat précédant la 1ère guerre mondiale a calmé les ardeurs des uns et des autres, et la remise en place de la religion s’est plutôt bien passée.

                                                Aujourd’hui, ce n’est plus çà. La France subit un excès d’immigration ( de type essentiellement familial, peu qualifiée) maghrébine, subsaharienne et turque, de confession musulmane. Les deux civilisations sont très différentes. 

                                                Et, à ne pas oublier, beaucoup de ces pays sont d’anciennes colonies, motif de haine et de rancune pour un certain nombre, ce qui ne les empêche pas de vouloir venir chez nous et vouloir y imposer leurs règles.

                                                Tout cela dérive en une sorte de combat identitaire où l’islam sert de ciment et les signes vestimentaires et autres hallal servent de drapeau de ralliement.

                                                Il faut donc durcir la loi sur la laïcité pour remettre toute religion à sa place. Conçue pour cela, elles est habilement exploitée/interprétée par des musulmans (ex : les Frères Musulmans, et autres islamistes) à partir de son article 1er. Toute religion doit être « discrète » et surtout « désarmée » de son prosélytisme.

                                                En parallèle il faut réduire et diversifier l’immigration pour éviter ce « combat » identitaire calé (hypocritement ou pas) sur l’islam.

                                                Mais, fondamentalement, l’islam n’est pas qu’une religion c’est aussi un système politique. Nombreux sont les pays majoritairement musulmans où les libertés individuelles ne sont pas respectées. Si çà peut en rassurer certains, l’islam n’a pas le monopole de telles situations.



                                                • Pierre Régnier Pierre Régnier 4 avril 12:22

                                                  @Franchounet

                                                  Oui, la loi de la laïcité est mal foutue et il faut la durcir, mais pas seulement pour remettre toute religion à sa place. Ça, elle le fait plutôt bien.

                                                  Victor Hugo, bien excusable en son temps, se trompait quand il voulait simplement « l’Église chez elle ».

                                                  Il faut, au sein des religions, détruire les enseignements divinisés et sacralisés qui sont, aujourd’hui encore, criminogènes.

                                                  Ce droit maintenu à la criminalité est l’oeuvre d’athées qui se croient supérieurs en cultivant leur ignorance des contenus religieux. En réalité ils sont paresseux et lâches.


                                                • zygzornifle zygzornifle 4 avril 08:27

                                                  OUI tant que la chrétienté ne sera pas incluse et reconnue dans les gouvernements arabes .....


                                                  • zygzornifle zygzornifle 4 avril 08:28

                                                    On devrait construire des édifices religieux mi mosquée mi église .....


                                                    • Pierre Régnier Pierre Régnier 4 avril 08:44

                                                      @zygzornifle

                                                      Une autre manière de dire la même chose : on devrait construire des édifices religieux mi criminogènes mi pacifiants.


                                                    • DACH 4 avril 10:55

                                                      @Pierre Régnier= ???? Concrètement ????


                                                    • Pierre Régnier Pierre Régnier 7 avril 18:59

                                                      @DACH

                                                      C’est à zygzornifle qu’il faut poser la question, puisque c’est lui qui fait la proposition. Moi je ne fais que dire autrement, pour en souligner la sottise, la même proposition.

                                                      Mais peut-être que zygzornifle ne fait que plaisanter. Avec lui c’est toujours ça le problème : il ne fait que s’amuser ?


                                                    • DACH 4 avril 09:19

                                                      RN@Bj=Bjour= Votre question est en miroir d’une autre question. L’Islam est-il compatible avec notre civilisation européenne, gréco-latine, judéo-chrétienne ? L’Islam est-il compatible avec nos valeurs occidentales bien identifiées ? La réponse se situe dans 3 étages. 1) Le contenu théologique : Coran, sourates, hadiths, et autres « oukases »....2)L’Histoire et ses enseignements des invasions, conquêtes musulmanes de l’Europe à l’Asie en plus de 10 siècles.3) Le comportement des musulmans en Europe, des islamistes aux musulmans bien intégrés. Les enseignements que nous cultiveront définiront les réponses que les Européens doivent assumer. Ainsi que les conditions pour rendre cela envisageable, sinon possible, puis souhaitable ou non souhaitable.


                                                      • eddofr eddofr 4 avril 11:19

                                                        La Foi est intime et indiscutable (de toute façon, comment empêcherait-on qui que ce soit de croire ce qu’il veut, à part en mettant fin à son existence).

                                                        Par contre, la Religion, qui prétend organiser, contrôler et diriger la société en vertu de la Foi, elle est parfaitement discutable.

                                                        Je me contrefiche que vous soyez Juif, Chiite, Sunnite, Catholique, Protestant, Orthodoxe, Animiste, Bouddhiste, Indouiste ou tout autre croyance qu’il vous sierra d’adopter.

                                                        Je consent bien volontiers à ce que vous puissiez vivre et pratiquer votre religion comme il vous convient.

                                                        Par contre, ne venez pas, de quelque manière que ce soit, contester ou tenter d’influer sur mon propre mode de vie en vertu « votre parole divine ».

                                                        Je ne crois pas en cette parole divine et je prendrait donc toute tentative de me l’imposer, directement ou indirectement comme une oppression. Non pas comme une oppression vague et impersonnelle, mais bien comme une oppression très personnelle, de votre fait à vous, individuellement.

                                                        Ainsi, quiconque, dans un débat sociétal, se met à citer la Bible en prétendant que la solution ou la voie à suivre s’y trouve et s’impose par nécessité divine, celui là m’agresse personnellement en ce qu’il nie mon droit inaliénable de décider pour moi et pour la société dont je suis membre.

                                                        Ainsi, quiconque prétend imposer la manifestation de sa pratique religieuse dans l’espace public m’agresse personnellement en ce qu’il nie mon droit inaliénable à ne pas croire et à n’être donc pas soumis à la démonstration et à la pression sociale du Dogme religieux.

                                                        Mais comme je suis républicain tolérant, avant d’être Athée, je tolère et je supporte toute manifestation religieuse, même lorsqu’elle m’agresse, dés lors qu’elle reconnait la préséance de l’ordre public républicain et s’y soumet.

                                                        J’ajoute, que si vous vous sentez visé dans votre pratique religieuse, c’est que vous devriez vous interroger sur l’intolérance et l’anti-démocratisme de votre pratique.


                                                        • Pierre Régnier Pierre Régnier 4 avril 12:03

                                                          @eddofr

                                                          Ne seriez-vous pas un peu trop égocentré ?

                                                          Vous vous sentez agressé si l’on vous cite la Bible, mais vous ne semblez pas avoir remarqué une forme d’agression très présente dans la France contemporaine :

                                                          Des croyants tuent parce que, dans leurs livres divinisés et sacralisés, leur Dieu leur commande de tuer.


                                                        • eddofr eddofr 4 avril 15:04

                                                          @Pierre Régnier

                                                          Bonjour d’abord,

                                                          Ce n’est pas parce que je ne les cites pas explicitement dans ce commentaire que je n’en ai pas conscience.

                                                          Je ne me sens pas agressé par un terroriste, je me sens menacé dans ma vie et dans mon intégrité physique. L’attaque d’un terroriste justifie que je l’abatte purement et simplement, en état de légitime défense. Fort heureusement, pas une citation de la Bible hors de propos.

                                                          Mais je me sens bel et bien agressé par une citation de la Bible en dehors du contexte religieux, en particulier quand il est question de comportement social ou de moralité.

                                                          Mais je suppose que vous l’aviez compris et que vous ne cherchiez qu’à détourner l’attention pour ne pas examiner le sujet de l’intrusion du fait religieux dans le fait social et sociétal.


                                                        • Pierre Régnier Pierre Régnier 4 avril 15:34

                                                          @eddofr

                                                          Bonjour

                                                          C’est vous qui détournez l’attention en réduisant à son comportement de terroriste un fidèle de l’islam (pour prendre les récents exemples de massacres islamistes en France) qui tue à la demande de son Dieu.

                                                          L’intrusion du fait religieux dans le fait social et sociétal est dans ce cas très nettement pire que si ce musulman veut seulement vous faire la morale, ce dont vous pouvez vous moquer et le ridiculiser sans qu’il ait le droit, actuellement, dans la loi française, de vous agresser physiquement.

                                                          C’est contre la réelle violence religieuse que cette loi doit être radicalement changée.


                                                        • eddofr eddofr 4 avril 15:56

                                                          @Pierre Régnier

                                                          Je détourne l’attention de quoi ?

                                                          En soit, la « motivation religieuse » d’un crime, quel qu’il soit, n’est ni une circonstance atténuante, ni une circonstance aggravante.
                                                          Considérer la Religion comme une circonstance, aggravante comme atténuante, d’un crime c’est déjà laisser la Religion s’immiscer illicitement dans le fait social.

                                                          Je dis que le vol s’est mal.
                                                          Le fait que le vol avec violence soit pire m’interdit-il de dénoncer spécifiquement le vol ?

                                                          Je dis que l’intrusion du religieux dans la société c’est mal.
                                                          Le fait que l’intrusion violente du religieux soit pire m’interdit-il de dénoncer l’intrusion du Religieux  ?


                                                        • eddofr eddofr 4 avril 15:59

                                                          @Pierre Régnier

                                                          A moins que vous ne considériez que tuer pour de l’argent, par stupre, ou par pur perversité soit plus (ou moins) grave que de tuer au nom d’une religion ?


                                                        • Désintox Désintox 4 avril 12:03

                                                          J’avais vu un article qui proposait de dissoudre l’église catholique pour pédophilie.

                                                          Ce serait tout aussi absurde !


                                                          • eddofr eddofr 4 avril 15:57

                                                            @Désintox

                                                            En Italie ce serait pour association de malfaiteurs ...


                                                          • SilentArrow 4 avril 17:04

                                                            @Désintox

                                                            J’avais vu un article qui proposait de dissoudre l’église catholique pour pédophilie.

                                                            Ce serait tout aussi absurde !


                                                            Et puis il faudrait aussi dissoudre bribri pour détournement de mineur.

                                                          • SilentArrow 4 avril 14:15

                                                            @Rachid NEKKAZ

                                                            En juillet 2010, nous avons créé ensemble "un fond privé de défense de la liberté et de la laïcité" pour défendre la liberté religieuse en Europe et dans le monde. Doté d’un million d’euros, il était destiné à payer, dans le respect de la loi, toutes les amendes des femmes portant librement le Niqab en Europe ainsi que toutes les contraventions de celles qui refusent de porter le voile dans les pays musulmans comme l’Iran et le Soudan.

                                                            Je serais curieux de savoir combien vous avez déboursé respectivement :

                                                            1) pour les niqabées d’Europe

                                                            2) pour celles qui refusent le sac à patates dans des pays comme l’Iran et le Soudan. Combien de coup de fouet avez-vous pu éviter à ces femmes ?

                                                            Si ce n’est pas trop vous demander, si ce n’est pas un secret d’état.


                                                            • docdory docdory 4 avril 18:54

                                                              @ Rachid Nekkaz

                                                              La déclaration des droits de l’homme et du citoyen, stipule ceci , je cite :

                                                              « Article 10 : Nul ne doit être inquiété pour ses opinions, même religieuses, pourvu que leur manifestation ne trouble pas l’ordre public établi par la Loi. »

                                                              Depuis 2012, en dix ans, les attentats musulmans ont fait 263 morts et des centaines de blessés . Il s’agit là d’un trouble tellement manifeste à l’ordre public que la religion qui en est directement à l’origine, l’islam, nécessite d’être totalement interdite sur le territoire national.


                                                              • Jonas 4 avril 19:12

                                                                A l’auteur , 

                                                                Je pense , que vous posez une mauvaise question , pour ne pas dire plus. L’islam est une religion monothéiste qui est pratiquée dans 57 pays qui représentent presque 30% de l’Assemblée générale de l’ONU et de surcroit elle est pratiquée par 1500 personnes. 

                                                                Si la Constitution européenne doit interdire l’islam , elle doit aussi interdire , le bouddhisme, le shintoïsme, l’ hindouisme , le judaïsme et toute la chrétienté. 

                                                                Non, cher Rachid Nekkaz la bonne question est : « Est-ce que l’islam est compatible avec la démocratie et la modernité ? » Pas seulement dans l’Union européenne , mais en Occident . L’islam fait ce qu’il veut dans les pays a majorité musulmane. 

                                                                Cela est possible si les musulmans européens ( les dirigeants religieux comme politiques) veulent bien créer une nouvelle forme d’islam qui adopte les valeurs politiques et sociales de l’Occident. 

                                                                1) Dans une démocratie c’est la loi des hommes qui prime et non celle de la transcendance. 

                                                                2) Revoir certaines sourates en s’appuyant sur les avancées des sciences humaines et en les situant dans leur contexte historique, en plus il faut mettre a la poubelle 90% des Hadhits . Cela est extrêmement difficile , mais l’islam , s’il veut épouser son époque, est obligé de faire son aggiornamento. Tout le reste n’est que bavardage. 


                                                                • racbel 5 avril 22:17

                                                                  Ce qui est sûr, c’ est que le Diable déteste l’Islam sinon il aurait fait l’impossible pour la faire aimer des pervers

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON



Publicité




Palmarès



Publicité