• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Renaud Bouchard : élection présidentielle 2022. Appel et adresse à au moins (...)

Renaud Bouchard : élection présidentielle 2022. Appel et adresse à au moins 10 000 000 d’électeurs et 42000 élus de France

« La communication a toujours été de guerre. Elle est née dans ce cadre-là, elle n’a jamais servi qu’à cela, particulièrement en « temps de paix ». Sa vérité ne réside jamais dans ce qu’elle dit, mais dans les opérations qu’elle mène et qui sont aussi lisibles qu’un secret au milieu du visage. Tant pis pour ceux qui n’y voient rien. »

JPEG

Il existe une aporie entre une conception anthropologique qui part d’un homme essentiellement mauvais pour arriver à une notion du politique comme désignation de l’ennemi, et une conception humaniste, pacifique, qui tend à rendre l’espace public ouvert et libre à n’importe qui.

Finalement, le pouvoir politique doit se rappeler qu’il est (et devrait être) d’abord un pouvoir asymétrique, médiateur, et qu’il agit et exerce une contrainte. L’essentiel est d’assurer que ce pouvoir asymétrique, désirable, soit à la fois puissant mais aussi pouvant être exercé par quiconque, quelles que soient ses origines et ses convictions[i].

Voilà pourquoi exclure une communauté ou une religion est une impasse, et encore plus lorsqu'il s'agit d'une partie de la population, comme on le voit partout depuis deux ans avec la folie covidiste et notamment avec la France qui instaure désormais un système de ségrégation nationale pour punir les « non-vaccinés ».

Voilà pourquoi lorsque M. Emmanuel Macron, ce qu’il est, ce qu’il représente, ce qu’il aura été et ce qu’il aura représenté avec tous ceux qui l’entourent, l’auront entouré, lui auront obéi, aura enfin disparu après avoir été défectivement désavoué et chassé du pouvoir, personne ne le regrettera.

Voilà pourquoi il devra néanmoins rendre des comptes et être jugé pour ses actes comme tous ceux qui l’auront inspiré, lui auront donné des ordres, à l’instar de tous ses zélateurs, complices, exécutants, bénéficiaires de ses actions et politiques accomplies tout au long d’un mandat dévoyé de son obligation cardinale : assurer la cohésion, la prospérité, la protection, la sécurité, la souveraineté et l’unité de la nation Française toute entière et de ses citoyens qu'il ne saurait mépriser, violenter et désormais insulter.

J’invite donc ici les Français à reprendre en main leur vie et leur destin et faire en sorte d’éviter tant qu’il en est encore temps une fin tragique à toute cette histoire comme à ce comportement démentiel.l[ii].

Je les invite à cesser d’être soumis et apeurés et à décider enfin de conjurer et abattre les menaces comme les projets criminels et mortifères auxquels ils ne sauraient sérieusement consentir et qui sont en passe de les engloutir en un désastre désormais indiscutable.

M. Macron et ceux qui l’entourent nous ont littéralement volé deux années de vie.

Ils ont naufragé des millions d'existences.

Ils ont abîmé, violé et volé nos droits comme notre Liberté.

Ils n’ont aucunement l’intention de nous les rendre.

Il est temps pour nous de reconquérir ce qui nous a été confisqué.

 

Un chef d’Etat qui a en effet déclaré la guerre à son peuple et à ses concitoyens qu’il a brutalisés et qu’il entend aujourd’hui encore séparer en semant opprobre, zizanie et ségrégation n’est plus leur chef mais est devenu leur ennemi.

Or, en France, le peuple Français est avant tout une Nation. Se déclarer ennemi de la Nation française, la mépriser, la diviser, c’est donc fatalement perdre et inévitablement être condamné à subir en retour son châtiment exemplaire pour avoir commis cet acte impardonnable qu’est la trahison de son pays.

Or, sachez que nous gagnerons cette guerre.

J’annonce pour ce faire le retour de la Grande Nation Française.

 

  1. Voici les deux premières mesures d’urgence que je prendrais dans les premières heures qui suivraient mon élection

 

Elu, j’abrogerai immédiatement et proscrirai à jamais le « passeport vaccinal » ainsi que tout l’appareil de contrôle digital déjà en vigueur en France et en passe d’être installé en Europe dans tous les domaines de la vie quotidienne[iii].

Elu, je procèderai immédiatement à la mise en place d’un immense plan d’indemnisation, à la réparation financière et morale des atteintes physiques et psychologiques subies aussi bien par les soignants maltraités dans leurs activités professionnelles que par les familles de personnes décédées des suites vaccinales comme des infirmités subies par les survivants qui se seront prêtés volontairement ou non aux vaccinations, à l’image du processus de réparation mis en place par la Thaïlande.

Que l’on me comprenne bien.

Je lance ici un appel, une adresse à au moins Dix Millions d’électeurs ainsi qu’aux 42000 élus qui, en France, ont le pouvoir sinon l’obligation de permettre à l’un de leurs concitoyens, moi-même, de recevoir lui aussi préalablement le parrainage qui lui permettra d’exercer comme tout un chacun, hors barrage financier, coteries et mesures partisanes, le droit constitutionnel de concourir à l’élection présidentielle et de solliciter le suffrage de chacun en considération de ses seuls mérites.

10 000 000 d’électeurs et 42000 élus parmi lesquels devraient pouvoir se trouver au moins 500 d’entre-eux suffisamment courageux et conscients du pouvoir que leur confère le mandat temporaire qu’ils ont reçu et qui les invite légalement à parrainer à leur tour l’un de leurs concitoyens, sauf à comprendre que l’élection présidentielle au suffrage universel ne serait plus qu’un concept vide de toute substance.

J’annonce ainsi ma candidature à l’élection présidentielle de l’année 2022, disposant pour ce faire de toutes les qualités humaines, intellectuelles, professionnelles, citoyennes qui me donnent aussi bien le droit que l’obligation de m’inscrire dans ce mouvement politique, historique, économique, social et civique auquel je sais pouvoir et devoir contribuer en y prodiguant, aidé de tous, le meilleur de moi-même pour le bien commun de la France, autant que ces notions puissent encore réveiller comme je le crois les âmes, les consciences et l’énergie de chacun.

 

  1. Raisons

 

Les temps que nous vivons exigent lucidité, action, engagement et courage absolus.

Voici plus de dix ans que j’écris et que tout ce que j’ai prévu, analysé, perçu, senti, compris et annoncé s’est réalisé, sans erreur, sans faille. Nous sommes nous trompés ? Non, en aucun cas.

Un ouvrage vient de paraître, intitulé Le Manifeste conspirationniste[iv], que chacun interprètera comme il le souhaite mais dont on retiendra un propos difficilement contestable : « Nous sommes conspirationnistes, comme tous les gens sensés désormais. Depuis deux ans que l’on nous balade et que nous nous renseignons, nous avons tout le recul nécessaire pour départager ‘le vrai du faux’. Les ridicules auto-attestations que l’on a prétendu nous faire remplir avaient bel et bien pour but de nous faire consentir à notre propre enfermement et de faire de nous nos propres geôliers. Leurs concepteurs s’en félicitent à présent. La mise en scène d’une meurtrière pandémie mondiale, ‘pire que la grippe espagnole de 1918’, était bien une mise en scène (…) L’acharnement furieux à balayer tout traitement qui n’impliquerait pas d’expérimenter des biotechnologies sur des populations entières, réduites à l’état de cobaye, avait quelque chose de suspect. Une campagne de vaccination organisée par le cabinet McKinsey et un ‘pass sanitaire’ plus loin, la brutalisation du débat public prend tout son sens. C’est sans doute la première épidémie mortelle dont il faut convaincre les gens qu’elle existe. »

Chacun sera libre d’interpréter comme il le voudra la mise en exergue que j’effectue de cette extraordinaire image animée du talentueux créateur en art numérique qu’est Nicolas Monterrat[v].

Voici en réalité ce qu’évoquent pour moi à l’heure actuelle, et sans doute pour plus de 10 millions de nos concitoyens, l’agression physique et la violence d’Etat[vi] d’une pseudo-politique sanitaire qui se manifeste aujourd’hui en France comme à l’échelle mondiale par la mise en place d’un passeport vaccinal et, à très court terme, si le processus n’est pas immédiatement enrayé, l’instauration d’un passeport digital européen.

Comprenons bien qu’il s’agit bien là d’une horreur absolue qui a dépassé le stade de la menace hypothétique.

Et puisque chacun sait qu’une image vaut mille mots, voici encore une représentation particulièrement inquiétante de l’Europe telle que rêvée par le sculpteur Arno Breker[vii], en un choix de terreur potentielle et de violence contre tout ce qui pouvait alors lui résister, une représentation européenne plus que jamais actuelle dans la violence qu’elle inspire et qui ne saurait aujourd’hui convenir à tous ceux qui sont réellement attachés à ce principe de liberté, d’égalité et de fraternité porté par la France, principe et devise qui, bien que galvaudés, conspués et méprisés, représentent encore quelque chose d’intangible à mes yeux.

 

Sachez que nous sommes probablement plus de 10 millions de personnes en France (sans doute au moins autant en Europe) à partager les propos professeur Luc Montagnier, virologue français et lauréat du prix Nobel, qui a déclaré en un discours prononcé à Milan le 19 janvier 2022, que les non-vaccinés sauveront l'humanité[viii].

Puissent-ils déjà rallier tous ceux qui sont désireux de sauver la France et de la donner comme exemple.

Mes propos sont incisifs, directs et engagés. Ils ne peuvent être autres.

La communication a toujours été de guerre. Elle est née dans ce cadre-là, elle n’a jamais servi qu’à cela, particulièrement en « temps de paix ».

Sa vérité ne réside jamais dans ce qu’elle dit, mais dans les opérations qu’elle mène, et qui sont aussi lisibles qu’un secret au milieu du visage.

Je ne dirais pas pour autant « tant pis pour ceux qui n’y voient rien », car chacun, quand bien-même se serait-il volontairement fourvoyé, mérite d’être aidé après avoir reconnu son erreur.

Un monde qui proclame, à longueur de séries, de romans, de jeux télévisés, de manuels de savoir-être l’éminence, de la duplicité et les charmes de la tromperie veut qu’on le croie sur parole.

Mais cela est d’autant plus que grotesque que le grotesque ne se maintient que par la terreur et qu’une politique construite sur l’intimidation est par essence inacceptable et doit cesser, immédiatement, effectivement, définitivement.

Grâce au virus, comme l’explique l’essayiste Gianfraco Sanguinetti[ix], « la fragilité de notre monde apparaît au grand jour. Le jeu qui se joue actuellement est infiniment plus dangereux que le virus, et fera bien plus de morts. Pourtant les contemporains ne paraissent avoir peur que du virus…

Il semblerait que l’époque actuelle se soit donnée pour tâche de contredire ce que disait Hegel à propos de la philosophie de l’histoire : « L’histoire du monde est le progrès de la conscience de la liberté ». Mais la liberté elle-même n’existe que pour autant qu’elle est en lutte avec son contraire — ajoutait-il. Où est-elle aujourd’hui ? Lorsqu’en Italie et en France (partout ailleurs) les gens dénoncent ceux qui n’obéissent pas ? »

Voire même lorsque nous voyons qu’un pseudo chef de l’Etat qui a perdu toute légitimité déclare sans être immédiatement censuré et mouché qu’une partie de ses concitoyens doit désormais être proscrite, privée de sa qualité de citoyen, limitée dans toutes ses libertés, sauf à revenir dans « le droit chemin » en adoptant la qualité de « repenti », et cela pour tout simplement avoir exercé son droit imprescriptible de préserver sa liberté et sa santé, comme celle de ses enfants ?

S’il a suffi d’un simple virus pour précipiter notre monde dans l’obéissance au plus répugnant des despotismes, cela signifie que notre monde était déjà si prêt à ce despotisme qu’un simple virus lui a suffi.

« Le mal doit se faire tout à la fois, afin que ceux à qui on le fait n’aient pas le temps de le savourer », conseillait Machiavel. »

Comme les pervers ne conservent leur empire qu’en poussant plus loin leurs abus, cette offensive ne peut se croire victorieuse qu’à condition d’avancer toujours.

Mais il se pourrait bien qu’une toute autre réalité faite de réaction et de volonté de protéger et recouvrer ce qui nous a été subrepticement volé soit en train de surgir.

Voilà pourquoi je vous propose et demande à au moins 10 000 000 d’électeurs et au moins 500 des 42000 élus qui existent en France de me rejoindre immédiatement et de m’aider à enrayer cette offensive, à la réduire, à l’écraser en une contre-offensive victorieuse au nom du droit et de la volonté de vivre ensemble librement, souverainement, en bonne santé, en sécurité, en prospérité.

Car il s’agit de choisir et élire celui qui aura la charge de la France et des Français pour les cinq ans à venir.

Je suis prêt.Moi aussi.

 

III- Programme

 

Je propose ainsi aux Français, concitoyens, compatriotes, un programme construit et articulé sur quatre objectifs dont la réalisation conditionne le succès, sachant que l’un ne peut aller sans l’autre :

Le Tribunal de l’Histoire ne fait pas de cadeau à ceux qui démissionnent et qui laissent une oligarchie suivre une politique radicalement contraire à leur bien-être. Le principe de responsabilité vaut pour les nations autant que pour les individus.

Liberté, égalité, dignité, respect, confiance, responsabilité, équité, ouverture, transparence, confiance, tous ces éléments dont on n’entend jamais parler président aux thèmes programmatiques ci-après déclinés.

-Liberté.

-Prospérité.

-Sécurité.

-Souveraineté.

 

I- Liberté

Car il nous appartient, il vous appartient en ce contexte d’élection présidentielle d’obliger tous les candidats comme je le fais ici à se positionner sur l’arrêt de ce délire pervers qui nous est imposé. Les populations ont en effet un besoin imprescriptible de reconnaissance, de confiance, de respect et de dignité pour s’épanouir et vivre heureuses et libres dans un modèle de civilisation pérenne et magnifique plutôt que d’accepter de voir toutes générations confondues (jeunes et vieux, enfants, hommes, femmes) souffrir indéfiniment de violences successives qu’une camarilla de criminels en complète dérive a décidé de leur infliger de manière impitoyable, sans recours ni terme possibles, dans leurs modes de vie et leur être présent et futur.

Nous devons enrayer la course au désastre économique, politique, social, spirituel, humain, tout simplement.

Nous devons restaurer et imposer un programme digne et respectueux de la personne humaine : arrêt du passe sanitaire et désormais vaccinal, liberté de prescription des médecins, liberté thérapeutique, liberté de travail, liberté absolue de circulation, liberté d’expression mais aussi absolue transparence des gouvernants : audit des morts affectés Covid (comme en Angleterre), audits des dépenses publiques résultant de toutes les mesures sanitaires (confinements, tests, vaccinations), audits publics des contrats avec les laboratoires, audits des dispositifs de contrôle régulier des vaccins (conformité, composition). Nous devons tous ensemble remédier à ces blessures morales et physiques par notre engagement de peuple souverain et libre, dont les élus doivent garder à l’esprit qu’il sont les serviteurs et non des autocrates. Il est temps d’être libre et d’honorer notre hymne national dans nos actes.

 

II-Prospérité.

 

En ce sens qu’un ensemble de dispositions seront mises en œuvre pour permettre et assurer le retour de la richesse et de la prospérité matérielle, morale, individuelle, à l’échelle de la France en général et des Français en particulier, le mot d’ordre étant le suivant : « Enrichissez-vous et vous enrichirez la France. Enrichissez la France et vous vous enrichirez aussi. »

Chacun pouvant ainsi comprendre que la question n’est pas tant de travailler plus pour gagner plus mais déjà de disposer d’un vrai travail et d’avoir la possibilité de travailler mieux pour vivre mieux, en bonne santé, en exerçant une activité intéressante, rémunératrice, épanouissante, à même de permettre d’acquérir une réelle aisance ainsi que la capacité de réaliser les projets fondamentaux d’une vie agréable et réussie : famille, travail, logement, santé, éducation, selon les préférences, priorités et goûts de chacun, gardant à l’idée que dès lors que l’éthique et la morale sont les clés de la vraie prospérité, il n’y a aucune incompatibilité entre morale et profit.

La proposition sera déclinée selon divers moyens qui permettront non seulement de recueillir les fruits de son travail (intellectuel, manuel, libéral, artistique, entrepreneurial, artisanal, commercial), mais encore et surtout de recevoir la garantie comme les moyens de les protéger, d’en profiter, de les développer, de les accroitre et d’en assurer la transmission harmonieuse aux générations futures avec, au premier chef, la suppression entière et définitive des droits de succession et de mutation des biens meubles et immeubles comme de l’impôt sur le revenu et sur la fortune immobilière, sachant qu'il existe en effet -aussi surprenant que cela puisse paraître-, d'autres moyens d'assurer à la collectivité publique comme à l'Etat d'autres sources et ressources financières.

Il s’agira, de manière particulièrement énergique et efficace, de remédier à cette situation de déclassement de la France amplement décrite, entre autres contributions récentes, par Pierre Vermeuren dans son ouvrage intitulé La France qui déclasse. De la désindustrialisation à la crise sanitaire .[x]

 

III-Sécurité.

 

Sécurité des biens et des personnes mais aussi sécurité du territoire et de la nation toute entière, en ce sens qu’une activité quelle qu’elle soit (personnelle, industrielle, commerciale, professionnelle), ne peut être exercée et prospérer sans garanties ni protections solides, tant sur le plan fiscal qu’économique, dans un cadre juridique simple, efficace, compris de tous, fiable, reposant sur une confiance éprouvée dans des institutions et des administrateurs compétents et honnêtes, à la droiture irréprochable.

Sécurité personnelle, celle de la société toute entière, sûre de pouvoir compter sur des agents, des forces de l’ordre, une justice, une police, une armée réellement au service de la nation et de ses citoyens, non pas une justice faible avec les riches et les puissants et forte avec les faibles et les pauvres. Non pas une police crainte et méprisée mais au contraire une police solide, de valeur, républicaine, nationale, impitoyable avec la criminalité, digne d’une confiance citoyenne retrouvée et réelle, comme gardienne de la paix civique et sociale au bon sens du terme.

 

IV-Souveraineté.

 

Individuelle, nationale et internationale, en ce sens que la France devra impérativement se mettre en congé des règles et structures supranationales et internationales dont les contraintes, les coûts, les sujétions, les engagements réciproques non respectés ou devenus impossibles ou trop contraignants, se seront amplement révélés comme des menaces, des dangers, des entraves à son indépendance et à sa souveraineté.

Souveraineté industrielle, commerciale, financière, culturelle mais aussi souveraineté territoriale, citoyenne, civilisationnelle, diplomatique, géopolitique, géostratégique, militaire.

Souveraineté dans son identité nationale, dans la protection de ses structures sociales, dans ses choix relatifs à tout ce qui constitue les fondements comme les orientations de la France en matière de politique de santé, de natalité, d’éducation, de retraite, d’immigration.

Chacun aura compris que ces quatre points programmatiques ne vont pas l’un sans l’autre et sont étroitement liés et articulés :

-Pas de Liberté sans Prospérité, Sécurité et Souveraineté

-Pas de Prospérité sans Liberté, Sécurité et Souveraineté.

-Pas de Sécurité sans Liberté, Prospérité et Souveraineté.

-Pas de Souveraineté sans Liberté, Prospérité et Sécurité.

 

Voilà pourquoi il me semble qu’il appartient désormais à chaque Français, chaque citoyen, chaque compatriote, chaque Maire de France, chaque élu qui ont la lourde charge de donner en quelque sorte une investiture citoyenne préalable au candidat à la fonction présidentielle que je suis désormais - sous forme de parrainage et d’engagement signé -, de juger et accueillir favorablement et sans exclusive, non pas en fonction de sensibilités ou d’allégeances partisanes, mais bien et uniquement au regard de l’intérêt et du bien-être commun de la Nation toute entière, tout projet comme le mien construit au bénéfice du Bien Commun, de la Nation et donc de tous ceux qui sont, seront et feront la France et ses habitants dans les cinq ans à venir.

Voilà pourquoi je lance cet appel que je vous invite à diffuser comme à y répondre au plus tard le 4 mars 2022 en tenant compte du calendrier qui suit des dates qui jalonneront le scrutin d'ici au premier tour, prévu le 10 avril 2022.

 

------------------------

 

30 janvier 2022 : début du recueil des parrainages

Si les candidats s'attachent depuis plusieurs mois à récolter des promesses de parrainages, ces derniers ne sont pas encore officiels. En effet, les élus ne peuvent pas parrainer un candidat à n'importe quel moment. La période de recueil des parrainages des candidats débute avec la publication du décret de convocation des électeurs. Depuis la loi du 29 mars 2021, ce décret doit être publié "au moins dix semaines avant la date du premier tour", qui est fixé pour la prochaine élection présidentielle au dimanche 10 avril 2022, soit le 30 janvier. Les candidats doivent recueillir 500 parrainages d'élus d'au moins 30 départements ou collectivités d'outre-mer différents.

4 mars 2022 : date limite de dépôt des parrainages et d'inscription sur les listes électorales

La période de recueil des parrainages doit s'achever au plus tard le sixième vendredi avant le premier tour de l'élection, soit le 4 mars, à 18 heures. Le Conseil constitutionnel les publie au moins deux fois par semaine durant la période de réception des parrainages, puis l'intégralité au moins huit jours avant le premier tour.

 

Les électeurs ont quant à eux jusqu'au 4 mars 2022 pour s'inscrire sur les listes électorales afin de pouvoir voter au premier tour (18 mars pour le second). Lors des précédentes élections présidentielles, il fallait s'inscrire au plus tard le 31 décembre de l'année précédant le scrutin. Un nouveau décret, en date du 22 décembre 2021, étend la démarche jusqu'au sixième vendredi précédant le vote.

11 mars 2022 : publication de la liste des candidats

Après validation des signatures et des candidatures par le Conseil constitutionnel, le gouvernement doit publier la liste officielle des candidats au plus tard le quatrième vendredi avant le scrutin, soit le 11 mars 2022.

28 mars 2022 : début de la campagne officielle

La campagne officielle commence le deuxième lundi précédant le premier tour, soit le 28 mars. Elle s'interrompra le vendredi 8 avril à minuit. Les règles de temps de parole et d'antenne, changent : les candidats devront bénéficier d'une représentation égale - et non plus équitable comme depuis le 1er janvier - dans les médias.

10 et 24 avril 2022 : premier et second tours

Le 13 juillet 2021, le Conseil des ministres a en effet fixé les dates de la présidentielle, après concertation avec les partis politiques. Le premier tour aura lieu le 10 avril, le second le 24 avril 2022. En Guadeloupe, en Martinique, en Guyane, à Saint-Pierre-et-Miquelon, à Saint-Barthélemy, à Saint-Martin et en Polynésie française, les électeurs voteront les samedis 9 avril et 23 avril 2022 pour tenir compte du décalage horaire.

Le choix de la date de l'élection est restreint par l'article 7 de la Constitution qui dispose que l'élection du nouveau Président a lieu 20 jours au moins et 35 jours au plus avant l'expiration des pouvoirs du Président en exercice. La passation des pouvoirs entre François Hollande et Emmanuel Macron ayant eu lieu le 14 mai 2017, la fin du mandat est donc fixée au 13 mai 2022.

 

 

 

[i]Frédéric Spinhirny, L’inquiétant retour de Carl Schmitt pour penser la politique, Non Fiction, 24 décembre 2015, https://www.nonfiction.fr/article-7976-analyse-linquietant-retour-de-carl-schmitt-pour-penser-la-politique.htm

[ii] Anna Summer, Les derniers jours du culte du Covid, @ Adapart.TV, 19 janvier 2022, https://www.apar.tv/societe/les-derniers-jours-du-culte-du-covid/ et  The Consent Factory traduction par Aube Digitale

 

[iii] Eric Verhaeghe, Ursula accélère l’identité numérique européenne pour détruire les Etats-nation, Le Courrier des stratèges, 25 janvier 2022, https://lecourrierdesstrateges.fr/2022/01/25/ursula-accelere-lidentite-numerique-europeenne-pour-detruire-les-etats-nations/

 

Voir aussi : Une identité numérique pour tous les Européenshttps://ec.europa.eu/info/strategy/priorities-2019-2024/europe-fit-digital-age/european-digital-identity_fr

[iv] Manifeste conspirationniste , anonyme, éditions Seuil, janvier 2021, 384 p., 17 €.

 

[v] Nicolas Monterrat (UGDTG), The Tat(t)oo (2017). Art numérique. DIYer - Gif Maker

https://artpoint.fr/2021/05/27/rencontre-avec-nicolas-monterrat-2/ et https://www.behance.net/UGDTG

 

[vii] Arno Breker (1900-1991), Junges Europa (Jeune Europe), bronze, Herbert Schmäke, Fondeur, Düsseldorf, 1978. https://germanartgallery.eu/arno-breker-junges-europa

 

[ix] Gianfranco Sanguinetti, Le Despotisme Occidental, https://lundi.am/100-Le-despotisme-occidental-Gianfranco-Sanguinetti

 

[x] Pierre Vermeuren, La France qui déclasse. De la désindustrialisation à la crise sanitaire, Tallandier, 6 janvier 2022, https://www.apar.tv/societe/books/extrait-exclusif-la-france-qui-declasse-de-la-desindustrialisation-a-la-crise-sanitaire-de-pierre-vermeren/

 


Moyenne des avis sur cet article :  3.44/5   (18 votes)




Réagissez à l'article

77 réactions à cet article    


  • samy Levrai samy Levrai 27 janvier 12:18

    J’ai bien peur que sans une sortie préalable de l’UE de l’euro et de l’OTAN , parler de souveraineté soit juste un foutage de gueule.

    Le citoyen Bouchard serait il un nouveau candidat interchangeable qui ne comprendrait pas que notre pays ne soit plus souverain et qu’on ne peut l’être un petit peu... on est souverain ou on ne l’est pas ( comme avec les bébés on est pas un petit peu enceinte ). 

    Ce que tu dis est toujours très intéressant mais tu ne vas jamais au bout de tes analyses .


    • Renaud Bouchard Renaud Bouchard 27 janvier 14:42

      @samy Levrai
      Bonjour et merci pour ce commentaire.
      Deux observations :
      -L’OTAN a vécu. Le moment est venu non seulement de se retirer du commandement intégré de cette organisation mais encore de la remplacer par une organisation exempte de toute liaison et inféodation avec les USA, ce que la France peut et doit faire eu égard à son statut de puissance nucléaire.
      -Quant à l’Euro, je vous renvoie au papier de J. Sapir dont j’adopte l’analyse comme les conclusions.

      Cordialement,
      Renaud Bouchard

      https://francais.rt.com/opinions/93662-euro-a-20-ans-jacques-sapir

      20 ans après la mise en circulation de l’euro, Jacques Sapir dresse le bilan économique peu reluisant de la monnaie unique. Pour l’économiste, le choix de rester dans la zone euro est avant tout politique.

      Le 1er janvier 2002, il y a 20 ans de cela, nous faisions connaissance avec les premiers billets en euro. Ce dernier existait déjà depuis 1999 en réalité. Les comptes bancaires étaient déjà comptabilisés en euro et les parités des monnaies des pays de la zone euro étaient bloquées, afin de respecter leur valeur en euro. Mais c’est bien la date de 2002 qui est symboliquement restée dans les mémoires.

      Des promesses non tenues

      Bien des promesses entouraient la nouvelle monnaie. On annonçait l’unification des marchés. Il n’en fut rien. Même pour les actifs financiers, les écarts de taux d’intérêts entre les pays membres sont restés substantiels.

      Des dirigeants européens, Jacques Delors et Romano Prodi, avaient affirmé à l’époque que l’euro allait favoriser la croissance européenne. Certains avaient même prétendu que la monnaie unique devait engendrer, de par sa seule existence, un taux de croissance plus élevé de 1 % à 1,5 %. En fait, la croissance fut constamment plus faible dans la zone euro que dans les autres pays développés. Les écarts furent importants par rapport aux pays européens qui sont restés hors de la zone euro, comme la Norvège, la Suède et la Suisse ou le Royaume-Uni.

      Ce fut aussi le cas pour la France. Le statistiques de l’INSEE montrent bien le freinage important de la croissance, et ce dès avant la crise de 2008-2009. Ce freinage a été fort bien décrit dans l’ouvrage collectif publié par Biböw et Terzi en 2007 [1]. Les données disponibles montrent que la crise de 2008-2009 a de plus cassé la croissance, et que les politiques mises en œuvre à partir de cette crise ont eu un effet très délétère sur l’économie. Les pertes en richesse furent importantes. Si l’on calcule le PIB sans l’effet de l’euro, ce dernier était en 2017 plus élevé de 12,5% que le PIB « réel » obtenu avec l’euro. On constate aussi que l’écart s’est accru progressivement à partir de 2003 et qu’il avait atteint, en sommes cumulées, 2025 milliards d’euros en 2017, soit environ 94% de la valeur du PIB réel pour cette année. L’euro nous aurait donc, sur 20 ans, fait perdre l’équivalent d’une pleine année de PIB. Ce n’est hélas pas tout.

      L’euro, le chômage de masse et la balance commerciale

      L’euro a eu des conséquences funestes sur l’emploi. D’abord, lors de la période dite de « convergence » où la France, pour se « qualifier » pour l’euro, a dû mettre en place des politiques restrictives dont l’impact sur l’emploi a été dramatique.

      Ensuite, si la France était restée hors de l’euro et avait connu une plus forte croissance, le nombre de chômeurs serait passé de plus de 5 millions à 1,5 millions, autrement dit une réduction de 70% ! Bien entendu, ce calcul est théorique et ne tient pas compte des problèmes de formation professionnelle. Mais l’on peut penser que le nombre des « chômeurs » tel qu’estimé à travers les catégories A+B+D de Pôle Emploi se serait stabilisé autour de 1,8/2,0 millions et non de 5 millions comme aujourd’hui.

      Sur le commerce extérieur, les conséquences de l’euro ont été calamiteuses. Les études du FMI [2] le montrent bien. L’écart potentiel avec l’Allemagne apparaît bien dans ces études. L’économie française souffre d’une surévaluation liée à l’existence de l’euro que l’on peut estimer entre 26% et 43% avec l’Allemagne. Cela est dû à la fois à la surévaluation générale impliquée par l’existence de l’euro, mais aussi à la sous-évaluation qu’entraîne l’euro spécifiquement pour l’Allemagne. On voit que le montant de l’écart est tel qu’il ne peut être combattu par des changements dans la structure de la fiscalité (et de la parafiscalité) en France, car ces changements jouent au maximum sur 5% à 10% du coût. Ce décalage explique, dans une très large mesure, l’ampleur actuelle du déficit commercial de la France, alors que le pays était à l’équilibre, voire en léger excédent, au début des années 2000.

      L’euro peut-il évoluer ?

      L’euro a été en crise, de fait, dès sa naissance. Mais les évolutions actuelles, du fait de la pandémie de la Covid-19, sont-elles de nature à changer cette situation ?

      La Banque centrale européenne a mis sur pied un programme spécial de rachat des dettes publiques, le PEPP (Pandemy Emergency Purchasing Program). Les rachats de titres auxquels l’Eurosystème, soit le réseau des Banques centrales des pays de la zone euro, s’est livré dans le cadre de la lutte contre la crise sanitaire, soit 1 063 milliards d’euros en un an, portant ainsi les avoirs à 3 695 milliards d’euros contre 2 632 milliards en 2019 soit un accroissement de 40%, et en particulier les rachats au titre du PEPP pour un montant de 754 milliards, ont été techniquement faits par les Banques centrales de chaque pays, sous mandat de la BCE. Est-il imaginable que cette forme de décentralisation de la politique monétaire soit consolidée, voire approfondie ?

      De fait, la BCE ne peut soutenir les politiques économiques générales de l’Union que si cela ne porte pas atteinte ou n’entre pas en conflit avec l’objectif de stabilité des prix. La BCE est supposée se cantonner aux soutiens des politiques et n’a pas la compétence d’élaborer une politique de manière autonome dans le domaine de la politique économique [3]. Enfin, le soutien de la BCE aux politiques économiques générales de l’Union ne peut être accordé que conformément à ses missions fondamentales [4]. Les possibilités d’évolution apparaissent ainsi comme des plus limitées.

      Le choix de rester dans l’euro est un choix essentiellement politique, qui sous-tend un objectif implicite, jamais présenté aux Français, de dissolution de la Nation dans un cadre fédéral. Il est plus que temps de remettre en cause ce choix et de forcer le gouvernement à un débat honnête sur cette question, au nom de laquelle il sacrifie aujourd’hui la vie et le futur de millions de gens.

      Notes

      [1] Bibow J. et A. Terzi (dir.), Euroland and the World Economy : Global Player or Global Drag ?, New York (N. Y.), Palgrave Macmillan, 2007

      [2] Voir http://www.imf.org/en/Publications/Policy-Papers/Issues/2017/07/27/2017-external-sector-report et http://www.imf.org/en/Publications/Policy-Papers/Issues/2016/12/31/2016-External-Sector-Report-PP5057

      [3] Ioannidis M., Hlásková Murphy S.J., Zilioli C., « The mandate of the ECB : Legal considerations in the ECB’s monetary policy strategy review », Occasional Paper Series, n° 276, septembre 2021, Frankfurt am Main, European Central Bank, 2021, p. 17.

      [4] Article 127, paragraphe 2, TFUE et article 3 des statuts du SEBC et de la BCE


    • DACH 27 janvier 15:30

      @Renaud Bouchard=Bj. Sortir des 2 serait une erreur magistrale. C’est rester pour faire évoluer dans une meilleure direction qu’il faut engager. Si nous sortons, nous rejoindrons avec les autres pays européens le sort des cités grecques du temps de l’empire romain. Cités vassalisées aujourd’hui à ces pays continents qui nous entourent et qui ont pour objectifs de détruire plus ou moins l’UE pourtant sans armées mais si prospères et si libres en dépit d’imperfections, erreurs, conneries et manipulations. L’Euro nous a protégé de nos dévaluations répétées de nos rêves socialo-communistes, et l’OTAN par la solidarité qu’ll encourage nous a protégé des soviétiques, et nous protège des ambitions russes d’imposer des vassaux en Europe. Les peuples européens ont bien compris ce que signifiait être vassal des Russes. Donc rester et faire évoluer, c’est possible, le seul choix politique qui sert nos intérêts. 


    • Zolko Zolko 27 janvier 15:38

      @DACH

      Sortir des 2 serait une erreur magistrale [...] Si nous sortons, nous rejoindrons ...

       
      ... la Suisse. Ca me va.

    • DACH 27 janvier 16:02

      @Zolko= la Suisse est protégée par les pays qui l’entourent. La CH serait géographiquement en Arménie, elle ne serait plus la Suisse, cela ne lui serait pas possible !!!!!!


    • Lynwec 27 janvier 21:00

      @DACH
      Et revoilà un adepte du serpent de mer de la renégociation des traités européens et de la réforme de l’UE.
      Hilarant. Joli discours, très poétique, on a manqué de peu le sac de Troie et Carthage, mais c’était déjà très bien...

      Rappel pour les poissons rouges, à placer au bon endroit pour le tour de bocal :
      « les décisions importantes pour réformer l’UE se prennent à l’unanimité. »

      J’attends avec impatience l’arrivée du politicien capable de réussir à mettre d’accord 27 pays aux intérêts divergents voire contradictoires...

      L’euro m’a tellement protégé que j’en suis extatique....Je ne compte plus mes lingots d’or et il m’a fallu construire un bâtiment dédié,tellement j’ai pu thésauriser grâce à cette monnaie.

      D’ailleurs, il n’y a plus aucun pauvre, ni aucun SDF en UE, c’est connu, tous millionnaires, ils ont traversé la rue, c’était bien suffisant...

      Et puis on a évité les chars soviétiques, le panard intégral, d’ailleurs, quelques dizaines d’années en arrière, certains auraient bien voulu les éviter aussi, ces chars, et probablement avec des arrière-pensées proches..
      .
      Bon, on n’a pas en revanche évité la transformation en idiocratie préoccupée uniquement de la fesse, de ses genres et autres progressismes, mais on ne peut pas tout avoir, inculture anglo-saxonne oblige...


    • Zolko Zolko 28 janvier 00:19

      @Lynwec

      les décisions importantes pour réformer l’UE se prennent à l’unanimité

      ...

      L’euro m’a tellement protégé

       

      nous sommes en 2022, et vous n’avez toujours pas compris la différence entre l’UE et l’€uro ?

      A votre avis, que se passerait si la France décidait, souverainement, de quelque-chose, et qu’elle fermait ses frontières : combien de jours faudrait-il aux gouvernements Portugais, Espagnols et Allemands, devant le spectacle de milliers de camions bloqués à la frontière, pour être d’accord avec la France ?

       

      La souveraineté ne se quémande pas, elle se prend.


    • Ruut Ruut 31 janvier 08:56

      @Renaud Bouchard
      Concrètement quelle est la différence avec l’UPR, voir les patriotes, vos programmes sont proches...


    • Renaud Bouchard Renaud Bouchard 31 janvier 15:46

      @Ruut
      Certes, ces programmes sont très proches.

      Personne n’est propriétaire des bonnes idées, surtout si elles sont réalisables.
      J’ajouterais, surtout si elles sont susceptibles d’emporter l’adhésion de chacun car étant en mesure de répondre à des aspirations profondes.

      Tout dépend au surplus des modalités susceptibles d’entraîner leur mise en œuvre avec, chose capitale à mes yeux, la nécessité de suscicer préalablement comme condition fondamentale l’adhésion de la nation.

      D’où le recours à des méthodes faisant une large place au referendum d’initiative citoyenne, par exemple, même si dans d’autres domaines l’obligation de prendre des décisions doit se faire de manière plus régalienne, dans les domaines régaliens,précisément.

      Le temps et la place me manquent ici pour développer plus avant les détails.
      Video, entretien télévisé avec interlocuteurs de tous horizons seraient les bienvenus.

      N’hésitez pas déjà, en me faisant part de vos observations, à m’offrir la possibilité d’exprimer et échanger sur tous les thèmes que vous jugerez nécessaires.

      Je veillerai à y répondre précisément.

      Cordialement,
      Renaud Bouchard


    • Séraphin Lampion Schrek 27 janvier 12:33

      Il existe un précédent pour ce qui est de sanctionner quelqu’un pour ce qu’il n’a pas fait. Ça s’appelle « non-assistance à personne en danger », et c’est une loi qui a été promulguée pendant l’occupation de la seconde guerre mondiale pour punir les témoins de l’agression d’un soldat allemand qui se seraient abstenus de dénoncer l es « terroriste » (résistants) auteurs de l’action. Cette loi n’a jamais été abrogée (comme celle, datant de la même époque, qui rend responsable les riverains de la propreté du trottoir qui est devant leur immeuble).

      Mais bien sûr, ça n’a rien à voir avec le sujet de l’article ! La mentalité de Vichy n’est qu’un mauvais souvenir.


      • Zolko Zolko 27 janvier 15:29

        @Schrek : c’est dingue, en plus c’est vrai !!!
         

        Cette disposition légale a été instaurée par le régime de Vichy dans un acte dit « Loi du 25 octobre 1941 »

         
        Le régime de Macron est en bonne compagnie

      • DACH 27 janvier 16:03

        @Schrek=L’un de nos équipiers m’a fait passé ce que vous rappelez. Coïncidence sympa !!!!


      • Daniel PIGNARD Daniel PIGNARD 27 janvier 14:14

        N’avez-vous pas prévu d’arrêter les responsables de l’obligation vaccinale et les responsables des dégâts après vaccins ?


        • Renaud Bouchard Renaud Bouchard 27 janvier 14:34

          @Daniel PIGNARD

          Bonjour et merci pour votre question (N’avez-vous pas prévu d’arrêter les responsables de l’obligation vaccinale et les responsables des dégâts après vaccins ?

          )

          Bien évidemment.

          Les auteurs, instigateurs, complices, exécutants comme les bénéficiaires de ce qui va probablement apparaître comme un désastre sanitaire sont déjà parfaitement connus.

          Deux procédés n’attendent que d’être mis en place :

          -L’arrestation des « têtes de dragon », comme dans les triades.
          -L’attaque « au portefeuille », en interdisant la vente.

          Dans les deux cas et comme toujours le réseau tombera.
          Il conviendra de compléter les deux actions précédentes en annonçant la prise en charge officielle de l’indemnisation des victimes.comme celle de leurs soins.

          J’observe qu’à l"heure actuelle beaucoup de gens constatent que les doses de vaccins ne les ont pas mis à l’abri d’une, voire parfois plusieurs autres infections

          L’arrestation et le procès des criminels n’est qu’une question de détermination et de volonté.

          Bien à vous,
          Renaud Bouchard


        • DACH 27 janvier 15:14

          A l’auteur RB= Nous ajouterions l’unanimité de notre groupe pour affirmer dans le désordre : lucidité, courage, bienveillance. Et ainsi : efforts pour muscler un état d’esprit qui sache dire non même si une majorité dit oui. Combattre qui et comment ? Suite un peu plus tard si possible. 


          • cettegrenouille-là cettegrenouille-là 27 janvier 15:17

            Bonjour Renaud Bouchard

            le soin apporté à la présentaion de vos propositions

            Je suis d’accord avec l’observation faite par Sammy sur la nécessité impérieuse de la dictature de l’UE, de l’euro et de l’Otan, l’UE n’étant, à l’instar du conseil de défense sanitaire qui sert de paravent à la liquidation de toutes nos libertés individuelles et collectives, que l’un des pièges sophistiqués mis au point par l’oligarchie mondialiste (= les grandes sociétés capitalistes) pour organiser l’asservissement des peuples, surexploiter les travailleurs en se débarrassant de toutes les réglementations sociales, de toutes les protections acquises de haute lutte par les travailleurs et la population au fil des siècles dans le giron de la nation.

            Impossible de récupérer ces droits et de les défendre sans retrouver d’abord notre nation, notre indépendance, et la maîtrise par l’état des grands moyens de production et d’échange, sans oublier la monnaie avec le retour impérieux au franc.

            Vous écrivez, dans le paragraphe consacré à la récupération de notre souveraineté :

            "Individuelle, nationale et internationale, en ce sens que la France devra impérativement se mettre en congé des règles et structures supranationales et internationales dont les contraintes, les coûts, les sujétions, les engagements réciproques non respectés ou devenus impossibles ou trop contraignants, se seront amplement révélés comme des menaces, des dangers, des entraves à son indépendance et à sa souveraineté.

            Souveraineté industrielle, commerciale, financière, culturelle mais aussi souveraineté territoriale, citoyenne, civilisationnelle, diplomatique, géopolitique, géostratégique, militaire.

            Souveraineté dans son identité nationale, dans la protection de ses structures sociales, dans ses choix relatifs à tout ce qui constitue les fondements comme les orientations de la France en matière de politique de santé, de natalité, d’éducation, de retraite, d’immigration.« 

            Ce sont de belles paroles derrière lesquelles chacun peut mettre ce qu’il veut, comme c’est le cas avec les magnifiques programmes sociaux et les envolées lyriques de tous les candidats européistes qui ne pipent mot des contraintes qui sont imposées à la France et aux Français du fait de notre enfermement dans la dictature de l’UE.


            Si vous voulez entraîner le peuple derrière votre candidature, il faut jouer cartes sur table et dire clairement comment vous allez récupérer et exercer la »Souveraineté industrielle, commerciale, financière, culturelle mais aussi souveraineté territoriale, citoyenne, civilisationnelle, diplomatique, géopolitique, géostratégique, militaire« .

            Si vous voulez rassembler les Français derrière votre candidature, vous devez préciser dans le détail quelles sont »les règles et structures supranationales et internationales dont les contraintes, les coûts, les sujétions, les engagements réciproques non respectés ou devenus impossibles ou trop contraignants, se seront amplement révélés comme des menaces, des dangers, des entraves à son indépendance et à sa souveraineté« .


            L’UE, vous y maintenez la France embarbelée ou vous libérez le pays de ces entraves concoctées et pilotées par l’oligarchie derrière le paravent du TFUE et de la Commission Européenne ?


            Quelles sont très précisément les structures supranationales et internationales »dont la France devra se mettre en congé" ? une formulation qui conviendrait parfaitement à tous les faux opposants à la dictature de l’UE responsables de l’impasse politique dans laquelle notre pays se trouve désormais enfermé...

            Quels sont les traités internationaux que vous envisagez, vous aussi, de bouder ?

            ...................................................................... ......................................................

            Se mettre en congé de l’Otan, se mettre en congé de l’UE, ou de tout autre structure internationale ou multinationale, ce n’est pas la même chose qu’en sortir !

            Et vous devez également préciser comment vous comptez vous y prendre et sur quelles forces vous comptez vous appuyer pour aller de l’avant.

            Je peux manquer de m’interroger, et de m’inquiéter, sur le fait que vous ayez choisi de ne pas lever cette ambiguïté sur laquelle vous avez été préalablement interpelé à plusieurs reprises, par divers intervenants, y compris moi, dans les commentaires émis dans le sillage des articles que vous nous avez donné à lire sur agoravox. 

            J’observe par ailleurs que vous ne reprenez pas dans vos « thèmes programmatiques » celui de l’égalité , l’un des trois principes fondateurs de nos institutions républicaines qui sont affichés (pour combien de temps encore ?) aux frontons de nos mairies ? Et ces quelques lignes ont retenu mon attention :

            "La proposition sera déclinée selon divers moyens qui permettront non seulement de recueillir les fruits de son travail (intellectuel, manuel, libéral, artistique, entrepreneurial, artisanal, commercial), mais encore et surtout de recevoir la garantie comme les moyens de les protéger, d’en profiter, de les développer, de les accroitre et d’en assurer la transmission harmonieuse aux générations futures avec, au premier chef, la suppression entière et définitive des droits de succession et de mutation des biens meubles et immeubles comme de l’impôt sur le revenu et sur la fortune immobilière, sachant qu’il existe en effet -aussi surprenant que cela puisse paraître-, d’autres moyens d’assurer à la collectivité publique comme à l’Etat d’autres sources et ressources financières."

            J’ai cru comprendre dans ce que j’ai lu qu’aucun progrès dans ce domaine

            n’était à attendre des propositions que vous présentez ici, bien au contraire. Peut-être ai-je mal lu ?...

            Il y a un autre point qui m’interpelle :

            La situation géopolitique mondiale est, me semble-t-il, plus préoccupante aujourd’hui qu’elle ne l’était au moment ce que les occidentaux ont appelé « la crise des missiles de Cuba ».

            Vous n’en pipez mot alors que la France participe aujourd’hui activement à l’aggravation de cette crise, sous la conduite de Macron, en mettant notre pays à la remorque des plans de guerre nucléaire de l’impérialisme américain et du complexe militaro-industriel occidental contre la Russie et la Chine au mépris des intérêts de notre peuple...

            Cet enjeu-là, aussi important que celui de la récupération de nos libertés individuelles, (Qu’en ferons-nous quand nous serons tous morts ?) est lui aussi, me semble-t-il, lié à la récupération authentique, réelle, complète, effective, définitive, de notre souveraineté, donc à la sortie de la France de la dictature de l’UE, de l’euro et de l’Otan dans les plus brefs délais.


            Merci, en tout cas, par delà nos désaccords, pour votre vigoureux plaidoyer pour la défense et la récupération de nos libertés individuelles et collectives, et pour l’exposé des propositions que vous avancez pour sortir notre pays de l’impasse politique, économique, sociale, diplomatique et militaire dans laquelle il est présentement enfermé.

            GJ


            • cettegrenouille-là cettegrenouille-là 27 janvier 15:28

              @cettegrenouille-là

              « le soin apporté à la présentation de vos propositions »

              Cette ligne s’est égarée par mégarde.

              Il convient de l’insérer dans le dernier paragraphe :

              Merci, en tout cas, par delà nos désaccords, pour votre vigoureux plaidoyer pour la défense et la récupération de nos libertés individuelles et collectives, et pour le soin apporté l’exposé des propositions que vous avancez pour sortir notre pays de l’impasse politique, économique, sociale, (mais aussi diplomatique et militaire) dans laquelle il est présentement enfermé.


            • cettegrenouille-là cettegrenouille-là 27 janvier 15:36

              @cettegrenouille-là

              Autre correction

              Merci de bien vouloir me pardonner pour cette autre « coquille » fort malencontreuse :

              Je suis d’accord avec l’observation faite par Sammy sur la nécessité impérieuse de sortir de la dictature de l’UE, de l’euro et de l’Otan,

              .../...


            • DACH 27 janvier 15:20

              Protéger de la guerre + discriminer = paroles du président EM qui rappelle des discours pétainistes de 41 à juin 44 !!!= En 2022 Manque de lucidité au profit du calcul électoral pour accroître ses possibilités d’être réélu !!! Réaction naturelle d’un acteur politique qui joue à faire croire qu’il est président !!! L’intérêt de la France est de ce fait sous son bureau, non sur son bureau de président !!!!


              • Xenozoid Xenozoid 27 janvier 15:28

                @DACH

                on voit cela partout même en israel,avec de check point en plus pour sortire des ghettos, a ce propos dach, c’est un group de rock germanique ...lol


              • DACH 27 janvier 16:06

                @Xenozoid=Vous décrivez un pays où vous n’avez jamais vécu, car personne n’a encore trouvé de ghetto. Savez-vous au moins ce qu’est un ghetto ? 


              • Yann Esteveny 27 janvier 17:53

                Message à Monsieur Renaud Bouchard,

                Mr Macron n’est qu’un petit exécutant. Il y a bien peu d’élus qui vous accorderont leur parrainage. La majorité des élus comme la majorité des électeurs choisissent ou votent en fonction de leur intérêt particulier. Vous pouvez quand même essayer auprès de ceux-ci :
                https://www.giletsjaunes-coordination.fr/le-collectif-des-maires-resistants-cdmr

                Sans vouloir restreindre vos louables efforts, il faut un programme plus complet pour traiter les maux du pays.

                Respectueusement


                • Renaud Bouchard Renaud Bouchard 30 janvier 23:58

                  @Yann Esteveny

                  Bonsoir et merci pour votre commentaire.
                  Sans vouloir restreindre vos louables efforts, dites-vous, il faut un programme plus complet pour traiter les maux du pays.

                  Certes, mais le programme est déjà là, qui ne demande qu’à être développé avec des mesures que chacun connaît et ne demande qu’à voir mises en place par quelqu’un qui, comme moi, en a le courage et la volonté.

                  Si je vous parle de travail ; de chômage, de logement, de santé, de maladie, de retraite, de vieillesse, de jeunesse, d’insertion professionnelle, de rémunérations dignes et pérennes, de sécurité des biens et des personnes, de justice, de politique familiale, de développement et protection des territoires, de souveraineté nationale, de crédibilité militaire, de géopolitique, de finances publiques, de fiscalité personnelle, de suppression des droits de succession et de mutations, de préservation du patrimoine familial, aussi modeste soit-il, voilà déjà un bon programme.

                  Le pays tout entier est littéralement naufragé.

                  Les moteurs de la croissance ont besoin d’être redémarrés pour certains et relancés avant que de caler, pour d’autres.

                  C’est toute une société, un tissu social, économique, politique qui ne demandent qu’à revivre et qu’il convient de revivifier et reconstruire fondamentalement comme je le désire profondément et surtout comme je sais être capable de le faire avec ou aux côtés de gens qui ont montré et montreront encore la qualité et la solidité de leurs engagements.

                  Je pense ici à MM. Eric Zemmour et Florian Philippot.
                  Je pense encore à M. Jean-Frédéric Poisson, rencontré récemment.
                  Je pense aussi à moi, comme vous le voyez et constatez ici.

                  Car ill nous faut déjà et principalement de nouveaux véritables acteurs, des hommes honnêtes, intègres, capables, pour déjà restaurer des institutions qui ont été anéanties, devenues volontairement hostiles et incapables de protéger nos droits et libertés fondamentales, littéralement anéantis et saccagés, qui commencent par l’annonce que je fais ici de deux mesures immédiates, tangibles, cardinales, sans lesquelles rien ne pourra être fait, savoir :

                  -L’abrogation immédiate du pass vaccinal et de tout l’appareil de contrôle digital et informatique d’une population toute entière considérée comme ennemie et suspecte par le pouvoir dans son propre pays, la France.

                  -La prise en charge, de la réparation et des l’indemnisation en en faisant payer les responsables, de toutes les victimes déjà présentes et futures d’une politique vaccinale, d’une entreprise pseudo-sanitaire criminelle, mortifère, qui s’apparente à un véritable génocide et dont nous allons hélas découvrir les effets et l’horreur dans les mois et années à venir.

                  Toutes vos contributions, les vôtres comme celles de chaque lecteur, seront les bienvenues pour compléter, proposer, mettre en place ce dont le Bien Commun, le nôtre, celui de nos familles, amis, enfants, parents, de la nation toute entière, ont grandement besoin.

                  Cordialement,

                  Renaud Bouchard


                • Yann Esteveny 31 janvier 11:55

                  Message à Monsieur Renaud Bouchard,

                  Je vous remercie de votre longue réponse. Je suis d’accord avec vos deux premières mesures même si elle permettront de traiter qu’un effet symptomatique du problème.
                  Si vous n’indiquez pas dans votre programme les raisons de la déchéance de notre pays ainsi que les responsables nous perdons notre temps. On ne soigne pas une maladie sans définir la cause. Vient ensuite le remède qui traite le problème à la racine.

                  Respectueusement


                • jacques 27 janvier 18:08

                  Que vient faire la photo ?


                  • cettegrenouille-là cettegrenouille-là 27 janvier 18:13

                    @jacques

                    La réponse est dans le texte !


                  • Renaud Bouchard Renaud Bouchard 31 janvier 10:39

                    @jacques
                    La photo vient illustrer la violence absolue imposée à une population paradoxalement consentante.


                  • Durand Durand 27 janvier 21:06

                    @Renaud Bouchard

                    Tout programme présidentiel souhaitable – pour reprendre la main sur notre destin – s’oppose chaque jour d’avantage à la dictature communautaire découlant des traités européens. Ce matin, sur BusinessBourse, j’ai écouté Ursula qui vendait son identité euro-numérique... C’était la ”preuve du jour” de l’offensive mondialiste. Et chaque jour il y en a de nouvelles, toutes plus dictatoriales les unes que les autres.

                    Avec Asselineau et Philippot, les choses sont claires,... mais à la ramasse dans les sondages, bannis des médias et dans l’impossibilité de convaincre les masses sous hypnose depuis si longtemps, même si leurs programmes sont cohérents, penser qu’ils pourraient être élus n’est pas sérieux...

                    Et les autres, dont vous-même, aussi souverainistes se prétendent-ils, n’expliquent jamais comment ils géreront la crise que l’application de leur programme ne manquerait pas de déclencher entre la France et l’UE. Que doit-on comprendre..., « On improvisera, on vera bien » ?!!...

                    Vous voyez bien que n’est pas sérieux non-plus !

                    Je ne crois donc pas que ces présidentielles règleront le moindre problème. Je pense qu’une révolution nous sépare de toute élection capable de régler le moindre problème.

                    Mais merci pour ce texte et pour vos efforts.

                    ..


                    • Renaud Bouchard Renaud Bouchard 30 janvier 23:31

                      @Durand

                      Bonsoir et merci pour votre commentaire et vos encouragements.

                      Il n’y a aucune place pour l’improvisation.

                      Je pense effectivement comme vous qu’une révolution nous sépare de toute élection capable de régler le moindre problème.

                      Pour autant - il n’est pas interdit de retenir l’hypothèse -,imaginons que M. Zemmour décide, une fois élu, de prendre et imposer de facto et de jure, la remise en cause de l’existant.

                      Nul doute alors que la France ne serait pas seule et déclencherait alors une réaction salutaire, particulièrement au regard d’une politique européenne et d’une UE devenues invivables.

                      On aura beau retourner le problème dans tous les sens, rien n’y fera.

                      La question devra être abordée, traitée et le sera.

                      Bien à vous,
                      Renaud Bouchard


                    • Durand Durand 31 janvier 11:08

                      @Renaud Bouchard

                      Je suis d’accord et c’est pour cela que je soutiendrais le diable, au premier comme au second tour, du moment qu’il serait le seul, fut-ce à mots couverts, à proposer un programme dont l’application remettrait en cause les traités et les institutions de l’UE, déclenchant une crise qui serait d’une toute autre ampleur – s’agissant de la France – que la crise grecque ou l’actuelle crise polonaise. Et tant pis si le coq perd quelques plumes dans ce combat pour sa survie car comme vous l’écrivez, il y rencontrera aussi quelques amis de circonstance,... et pas seulement parmi les 27 !... « Le Monde est vaste » disait de Gaulle...

                      Pour pallier aux vicissitudes économiques et monétaires qui ne manqueront pas de se produire, il faudra impérativement se tenir prêt à exiger l’établissement rapide d’une Banque Nationale du Peuple Français (BNPF) en remplacement de l’actuelle Banque de France dont les statuts, de toute évidence, n’ont pas permis aux Français de rester maîtres de leur monnaie, ni de maîtriser leur endettement, public comme privé.

                      La seule stratégie électorale qui vaille, c’est de concentrer les votes sur le candidat ”désobéissant” le mieux placé dès le premier tour. Zemmour, pourquoi-pas, d’autant qu’il me semble le plus sincère et le plus déterminé de tous et que sa stratégie de rassemblement des droites nationales patriotes est celle que le ”système” craignait le plus...

                      Mais si aucun d’entre eux ne franchit ce cap, je voterai vraisemblablement pour Pecresse au second tour car je suis persuadé que sa nullité provoquera rapidement sa propre chute : elle me fait trop penser à Edith Cresson !... Mais je verrai ça le moment venu.

                      ..


                    • Renaud Bouchard Renaud Bouchard 31 janvier 15:34

                      @Durand

                      Bonjour et merci pour votre commentaire.
                      Je souscris à votre analyse.
                      Je dirais, pour vous faire sourire, que vous « avez tout bon » avec les trois premiers paragraphes.
                      Le quatrième et dernier paragraphe, en revanche, avec V. Pecresse dans le tuyau, me laisse plus circonspect.
                      Toutes ces candidates ne roulent que pour elles-mêmes, ne pensent qu’à elles et n’ont que faire de l’intérêt général (mocassin guyanais, vipère parisienne et autres crotales politiques sont à éviter).
                      V. Pecresse n’a rien à voir avec E. Cresson.
                      Elle a su mener une carrière politique particulièrement habile et intelligente en s’installant au poste idéal que représente la Région IDF, parfaitement opérationnel et inexpugnable.

                      Bien à vous,
                      Renaud Bouchard


                    • Durand Durand 31 janvier 19:22

                      @Renaud Bouchard

                      Je comprends votre remarque mais prouver son intelligence par une belle carrière politique est une chose et réorganiser un pays exsangue en est une autre, surtout après le quinquennat Macron et sans la moindre intention de faire bouger les traités. Dans son consentement à Bruxelles, son intelligence ne lui servira à rien : un singe savant pourrait occuper le poste... Par contre, côté communication, je doute qu’elle soit à la hauteur et je la vois mal gouverner longtemps avec la France dans la rue...

                      ..


                    • Sarah Juste 27 janvier 22:08

                      J’adhère. Malheureusement je ne suis pas une élue pour le parrainage. Bravo en tout cas du courage de choisir un rôle pas facile tant que les mondialistes ont les rênes du monde… 


                      • Renaud Bouchard Renaud Bouchard 30 janvier 23:33

                        @Sarah Juste

                        Merci beaucoup !
                        Nous ne sommes pas seuls, ce qui est rassurant.
                        Nous sommes au moins 10 000 000 d’électeurs.

                        Cordialement,
                        Renaud Bouchard


                      • troletbuse troletbuse 27 janvier 22:11

                        Ne regardant pas la télé savez vous si les chaines aux ordres passent cette info :

                        Bravo aux Canadiens, le Freedom Rally. La petite tapette Trudeau doit commencer à mouiller

                        https://www.thestar.com/news/gta/2022/01/27/freedom-rally-convoy-of-truckers-protesting-covid-19-vaccine-mandates-rolls-through-toronto-thursday.html


                        • Renaud Bouchard Renaud Bouchard 30 janvier 23:17

                          @troletbuse
                          Bonsoir.
                          Il y a ceci :
                          https://www.france24.com/en/americas/20220130-hundreds-of-truckers-block-ottawa-in-freedom-convoy-to-protest-vaccine-mandates

                          Qu’un dirigeant en soit réduit à se mettre à l’abri en dit long sur l’ambiance générale.
                          En réalité le voile est en train de se déchirer.
                          Ce personnage de peu d’intérêt et de maigre consistance est une catastrophe pour le Canada.
                          Comme l’on aimerait voir d’autres dirigeants être eux aussi contraints de se « planquer » pour échapper à la colère générale.

                          Imaginons 1 000 000 de manifestants descendant l’avenue des Champs-Elysées et 20 000 camions empêchant les approvisionnements en denrées alimentaires.

                          Le message serait clair.

                          Bien à vous,
                          Renaud Bouchard


                        • Durand Durand 31 janvier 11:33

                          @troletbuse

                          Hier, j’ai trouvé ça sur le net... Il s’agit quand-même de la prise de position du Premier Ministre du gouvernement de la province du Saskatchewan !

                          https://www.businessbourse.com/2022/01/30/canada-le-premier-ministre-de-la-province-de-saskatchewan-qui-defend-la-vaccination-mais-reconnait-quelle-ne-protege-pas-de-linfection-juge-illegitimes-les-obligations-vaccinales/

                          ..


                        • Renaud Bouchard Renaud Bouchard 31 janvier 15:22

                          @Durand
                          Bonjour et merci pour cette information !

                          https://www.businessbourse.com/2022/01/30/canada-le-premier-ministre-de-la-province-de-saskatchewan-qui-defend-la-vaccination-mais-reconnait-quelle-ne-protege-pas-de-linfection-juge-illegitimes-les-obligations-vaccinales/

                          Les jours de Trudeau sont comptés, avec tous les autres porte-seringues de son entourage.

                          Bien à vous,

                          Renaud Bouchard


                        • zygzornifle zygzornifle 28 janvier 09:00

                          Ces élections sont du bidon, il n’y a aucun suspens, Macron qui ne s’est pas encore présenté sait qu’il sera réélu, il connait même son résultat a quelques suffrages près et il a déjà certainement composé son futur gouvernement ....


                          • cettegrenouille-là cettegrenouille-là 28 janvier 10:22

                            @zygzornifle

                            Bonjour

                            Ce que vous dites là (« C’est râpé, Macron va gagner de toutes façons »), c’est ce que les médias s’appliquent à nous faire croire via le matraquage quotidien de la propagande du pouvoir et des affidés de la doxa européiste.

                            Mais, pour le scrutin présidentiel à venir, personne ne sait aujourd’hui quelle sera la distribution, qui sera effectivement candidat, et pour défendre quels intérêts.

                            On sait que le pouvoir en place, celui de l’oligarchie, s’appliquera à occuper le plus grand nombre de sièges possibles de l’orchestre avec l’aide des faux opposants qui piaffent en coulisse en attendant leur tour et les récompenses attendues pour les services rendus.

                            Bien des choses peuvent arriver d’ici l’élection (si elle a lieu...). Un sursaut patriotique n’est pas à exclure même si les médias aux ordres du pouvoir continuent à s’appliquer à rendre invisibles les candidats susceptibles d’ouvrir, en même temps que les yeux et les consciences des électeurs, le chemin de la sortie du cauchemar dictatorial dans lequel les Français sont enfermés.

                            Les groupes et les personnalités qui clament la nécessité de sortir de la dictature de l’UE sont de plus en plus nombreux même s’ils n’ont pas accès aux médias. Même si la coopération de tous ces groupes et de toutes ces personnalités semble être problématique, sa nécessité est perçue par toutes les forces patriotiques où qu’elles se situent sur l’échiquier politique qui sert habituellement de référence.

                            Il n’est pas exclu que les électeurs qui s’efforcent de tirer les leçons des errances des dernières décennies choisissent d’unir leurs forces derrière un candidat sérieux capable d’enfoncer un coin dans la dictature de l’UE au service du grand capital qui étrangle et détruit notre nation, même s’il n’y a pas de candidat unique au moment du scrutin. Il n’est pas exclu non plus que les forces patriotiques n’aient aucun candidat, mais ce serait surprenant. Les maires qui forment les gros bataillons des parrainages recherchés par les candidats sont aux premières loges pour comprendre la gravité de la situation et la nécessité de trouver rapidement une issue avant que l’effondrement ne soit irréversible.

                            C’est le peuple, dans sa diversité, qui doit s’emparer de cette affaire , et conduire sa bataille pour retrouver son droit à décider lui-même de ses affaires et de son destin, à défendre ses intérêts et ses libertés en utilisant tous les moyens à sa disposition, en conjuguant toutes ses luttes en même temps, aujourd’hui, demain et après-demain de façon à être plus fort, avec ou sans candidat valable à la présidentielle.

                            Après la présidentielle, après les législatives, quels qu’en soient les résultats, toutes les batailles, les petites et les grandes, devront se poursuivre et s’amplifier jusqu’au basculement du pouvoir et jusqu’à la sortie de la dictature.

                            Il n’y a pas d’autre option pour les travailleurs et pour la nation. Soit on retrousse ses manches et on mène les batailles nécessaires en travaillant dans le même temps au rassemblement nécessaire et fraternel de toutes les énergies et de toutes ces luttes, soit on se fait écraser et ce sont les plans destructeurs de l’oligarchie qui continuent de s’appliquer sous la houlette des politiciens de pacotille appliqués à poursuivre leurs sales besognes à nos dépens et aux dépens de la nation pour profiter autant qu’ils le peuvent des fruits de leurs trahisons.

                            https://www.initiative-communiste.fr/wp-content/uploads/2022/01/220123-casse-geante-macron-medef.pdf

                            https://www.initiative-communiste.fr/articles/prcf/les-30-mesures-durgence-du-prcf-pour-construire-de-nouveaux-jours-heureux-video/


                          • njama njama 28 janvier 11:35

                            @zygzornifle
                            Macron ... sait qu’il sera réélu

                            E. Macron se traîne l’affaire #JeanBri aux fesses, une sacrée peau de banane sous ses pieds pour briguer un second mandat, les stilettos de Bri ne sont pas des chaussures pour les premiers de cordée et n’opéreront aucun charme sur les électeurs...


                          • Renaud Bouchard Renaud Bouchard 29 janvier 11:06

                            @cettegrenouille-là

                            Bonjour et merci pour vos contributions que je lis très attentivement, comme toutes celles de ceux qui lisent et commentent cette tribune.

                            Ayant fait part à quelques interlocuteurs des liens que vous communiquez, ci-dessous rappelés, je ne puis que regretter leur répulsion instinctive dès lors qu’ils voient se profiler les simples mots « d’initiative communiste » alors que ces textes offrent beaucoup plus qu’une matière à réflexion.

                            Car il s’agit bien là d’action et il me semble effectivement nécessaire sinon urgent de souscrire à votre conclusion que je cite ici.

                            "Rassemblement nécessaire et fraternel de toutes les énergies et de toutes ces luttes,

                            « 

                            Qu’y a-t-il donc de si difficile à comprendre dans ces simples mots ?

                            Cordialement,
                            Renaud Bouchard

                             »Il n’y a pas d’autre option pour les travailleurs et pour la nation. Soit on retrousse ses manches et on mène les batailles nécessaires en travaillant dans le même temps au rassemblement nécessaire et fraternel de toutes les énergies et de toutes ces luttes, soit on se fait écraser et ce sont les plans destructeurs de l’oligarchie qui continuent de s’appliquer sous la houlette des politiciens de pacotille appliqués à poursuivre leurs sales besognes à nos dépens et aux dépens de la nation pour profiter autant qu’ils le peuvent des fruits de leurs trahisons."

                            https://www.initiative-communiste.fr/wp-content/uploads/2022/01/220123-casse-geante-macron-medef.pdf

                            https://www.initiative-communiste.fr/articles/prcf/les-30-mesures-durgence-du-prcf-pour-construire-de-nouveaux-jours-heureux-video/


                          • cettegrenouille-là cettegrenouille-là 29 janvier 17:23

                            @Renaud Bouchard

                            Bonjour

                             Merci pour cette réponse à mon commentaire.

                             Je vous rejoins quand vous déplorez les réactions de défiance que beaucoup de nos concitoyens expriment dès qu’ils rencontrent tel ou tel « gros mot » renvoyant à des références idéologiques, historiques ou philosophiques perçues comme des épouvantails, des pièges, des peurs savamment entretenues par le pouvoir en place, sans prendre le temps et la peine de lire, d’écouter ou de visionner les arguments qui étayent des analyses ou des propositions politiques pertinentes et raisonnables qui les concernent pourtant au premier chef.

                             Malheureusement, le travers opposé, celui qui consiste à accorder sa confiance a priori à des personnalités ou à des discours porteurs de la doxa européiste de laquelle nos médias interdisent de s’écarter, ou se réclamant de l’héritage historique d’un parti et d’un drapeau piétinés et trahis par depuis belle lurette par des dirigeants félons, fait lui aussi partie de notre paysage.

                             Ces deux travers, lourds de conséquences sur notre capacité collective à travailler ensemble pour mettre en échec le pouvoir politique totalitaire en place qui liquide nos libertés et sert de relais à l’UE et à l’oligarchie pour « mieux » asservir et exploiter notre peuple, pour « mieux » liquider notre nation et ce dont elle est porteuse, peuvent cependant être dépassés, être corrigés.

                            Les réflexions que vous partagez régulièrement avec les lecteurs d’agoravox y contribuent de façon notoire.

                             Il est possible de dépasser ces difficultés parce que la réalité des faits oblige à regarder les choses telles qu’elles sont, à confronter ces faits aux vérités établies et au bréviaire de chacun, et à opérer les corrections nécessaires, à se détourner des traîtres , des vendeurs d’illusions, des aventuriers et des politiciens de pacotille qui s’entendent aujourd’hui comme larrons en foire pour laisser la France aller au précipice aussi longtemps qu’on leur permet de continuer à se vautrer dans leurs turpitudes et dans les ors de la république.

                             Ou bien on tourne le dos à cette réalité, à ces mensonges, et à ces « dirigeants » abjects, ou alors, on sombre dans la misère, l’abjection, le déshonneur et le néant.

                            Ce sont toutes les énergies, ce sont toutes les forces vives du pays qu’il faut aujourd’hui rassembler pour empêcher notre pays de sombrer, pour que notre peuple se ré-approprie collectivement l’intelligence de ce qui lui arrive, pour qu’il ré-apprenne à identifier correctement ses ennemis et à les mettre hors d’état de nuire, pour faire correctement l’inventaire de toutes les forces, de toutes les énergies, de tous les atouts dont il dispose pour se libérer de la dictature et pour retrouver la nation porteuse de l’étendard de la liberté que nous enviaient autrefois tous les peuples opprimés.

                             De plus en plus nombreuses malgré la censure et la difficulté de la tâche, de nouvelles personnalités se lèvent, de nouvelles escouades se groupent, de nouvelles troupes s’organisent pour défendre notre nation contre les vampires de l’oligarchie qui la saignent chaque jour davantage derrière le rideau bien commode de l’Union Européenne. Des pans entiers de la population refusent de se soumettre et rejettent la clique politicienne discréditée qui cautionne la liquidation inacceptable de nos libertés derrière cet autre paravent bien commode qu’est « le conseil de défense sanitaire » que Macron pilote pour le compte des labos, et pour garder la main....sur chacun de nos mouvements.

                             L’enjeu de la sauvegarde, ou plutôt, de la récupération nos libertés individuelles et collectives, ne peut pas, ne doit pas être dissocié de l’enjeu de la récupération de notre nation, du rétablissement, dans tous les domaines,

                            de l’indépendance de la France, et donc de la sortie de la dictature de l’UE.

                             En effet, à la manoeuvre derrière le paravent de l’UE et de la Commission Européenne, sensées nous rendre plus compétitifs grâce à « la concurrence libre et non faussée » et à l’interdiction du contrôle des mouvements de capitaux, alors que c’est tout le contraire, il y a l’oligarchie qui dicte sa loi, qui piétine les nations et leurs réglementations contraignantes qui sont autant de freins à leur course aux profits jamais suffisants. Une oligarchie mondialiste qui s’applique à asservir les peuples et à liquider leurs nations pour exploiter à sa guise, sans la moindre contrainte, toutes les catégories de travailleurs. C’est à cela que sert l’UE, et à cela d’abord... (Il y a aussi, depuis le départ, les plans de guerre de l’oncle Sam contre la Russie et la Chine, auxquels l’UE est sommée de contribuer de toutes sortes de façons, mais il n’y a pas ici la place pour s’en expliquer).

                             Et, toujours à la manoeuvre, derrière le paravent bien commode du « conseil de défense sanitaire » mis en place par Macron, on retrouve encore les milliardaires des labos et les plans de l’UE, les contrats de l’UE avec ces labos, les diktats de l’UE et de l’oligarchie, ces mêmes milliardaires qui ont pris le contrôle de l’ensemble de nos médias, tout ce beau monde travaillant de concert à la mise en place d’un système de contrôle de tous les faits et gestes de la population, à travers l’instauration d’un climat de peur, de suspicion et de contrôles permanents érigé en système de gouvernement.

                             On ne peut gagner l’une de ces deux batailles en reportant l’autre à plus tard. Il faut mener les deux de front, contre le même ennemi. L’ennemi, c’est le pouvoir des grandes groupes capitalistes qui règnent en maîtres sur notre société et qui la détruisent pour préserver et accroître leurs profits avec la complicité de la clique politicienne en place, majorité et oppositions confondues.

                             Les batailles que notre peuple doit livrer -il y va de notre survie seront longues, difficiles et compliquées, vu la nature et la stature de l’ennemi et ses multiples complicités.

                             C’est pourquoi nous devons travailler ensemble, par delà les clivages politiques de l’ancien système devenus inopérants (la droite et la gauche s’enlaçant aujourd’hui dans l’ADN de l’européisme destructeur de la nation) pour sortir notre pays de la dictature de l’UE, pour libérer les Français de la toile d’araignée liberticide tissée derrière le paravent de la crise sanitaire, pour mettre hors d’état de nuire les mafieux qui pillent et enlaidissent chaque jour davantage notre pays et nos territoires, pour redonner espoir et courage à nos concitoyens, pour défricher les chemins d’un avenir plus serein.

                             Cordialement, par delà certains désaccords évoqués précédemment, 

                            GJ


                          • Renaud Bouchard Renaud Bouchard 30 janvier 22:44

                            @njama
                            Bonsoir.

                            Aussi sordide qu’elle puisse être, si elle est exacte (ce que j’ignore), comme souvent pour toutes les histoires provinciales familiales vénéneuses, cette histoire n’en existe pas moins.

                            Nul ne disconviendra que celle-ci retournera d’où elle vient : dans les égouts et les remugles d’une généalogie travestie que les media auxquels on a demandé de servir un conte de fées à la population ont donc complaisamment faussée et tordue pour la galerie.

                            Aucune information ne saurait être occultée, surtout si ceux qu’elle concerne au premier chef se sont attachés à en donner une version politiquement correcte , photos à l’appui, en une démarche obscène.

                            Car était-il bien nécessaire de montrer le couple présidentiel en maillot de bain, à la plage, et de raconter n’importe quoi qui ne venait que compléter une suite de transgressions magistrales dont la première est celle d’un détournement de mineur par ascendant disposant d’une autorité certaine ?

                            N’y avait-il pas de procureur de la République à cette époque ?

                            Comme si cette affaire et le travestissement généalogique qui lui sert de toile de fond n’était pas connu.

                            Où a-t-on vu des gens disposer de plusieurs actes d’état-civil inexacts ?

                            Comment quelqu’un de connu a-t-il pu disparaître des écrans radar au point qu’il n’en existe plus aucune trace sinon l’amnésie générale qui semble régner ?

                            Or il se trouve que les gens sont loin d’être idiots.

                            Ils ont compris que toute cette saga people était (mal) cousue de fil blanc.

                            Ils ont enquêté et n’ont pas été contredits, et pour cause.

                            Ce genre d’histoire est au fond ingérable, tant sur le plan judiciaire que sur le plan « sociétal ».

                            Tricher ne sert à rien. Les tricheurs se font toujours prendre.

                            Les jeux sont faits.

                            Rideau sur ce non-événement.

                            Renaud Bouchard


                          • Renaud Bouchard Renaud Bouchard 30 janvier 23:05

                            @cettegrenouille-là

                            Bonsoir et merci pour votre texte auquel je souscris pleinement.

                            Dans le fond, à bien y regarder, il n’existe aucun désaccord qui ne puisse être surmonter tant le fond du constat est difficilement contestable.

                            Vous n’imaginez pas la difficulté qu’il y a de pousser sinon inviter les gens à décider de prendre en main leur vie en tirant la conclusion de vos propos.

                            Cordialement,
                            Renaud Bouchard

                            Je vous cite :

                            "Ou bien on tourne le dos à cette réalité, à ces mensonges, et à ces « dirigeants » abjects, ou alors, on sombre dans la misère, l’abjection, le déshonneur et le néant.

                            Ce sont toutes les énergies, ce sont toutes les forces vives du pays qu’il faut aujourd’hui rassembler pour empêcher notre pays de sombrer, pour que notre peuple se ré-approprie collectivement l’intelligence de ce qui lui arrive, pour qu’il ré-apprenne à identifier correctement ses ennemis et à les mettre hors d’état de nuire, pour faire correctement l’inventaire de toutes les forces, de toutes les énergies, de tous les atouts dont il dispose pour se libérer de la dictature et pour retrouver la nation porteuse de l’étendard de la liberté que nous enviaient autrefois tous les peuples opprimés.

                             De plus en plus nombreuses malgré la censure et la difficulté de la tâche, de nouvelles personnalités se lèvent, de nouvelles escouades se groupent, de nouvelles troupes s’organisent pour défendre notre nation contre les vampires de l’oligarchie qui la saignent chaque jour davantage derrière le rideau bien commode de l’Union Européenne. Des pans entiers de la population refusent de se soumettre et rejettent la clique politicienne discréditée qui cautionne la liquidation inacceptable de nos libertés derrière cet autre paravent bien commode qu’est « le conseil de défense sanitaire » que Macron pilote pour le compte des labos, et pour garder la main....sur chacun de nos mouvements.

                             L’enjeu de la sauvegarde, ou plutôt, de la récupération nos libertés individuelles et collectives, ne peut pas, ne doit pas être dissocié de l’enjeu de la récupération de notre nation, du rétablissement, dans tous les domaines,

                            de l’indépendance de la France, et donc de la sortie de la dictature de l’UE.

                             En effet, à la manœuvre derrière le paravent de l’UE et de la Commission Européenne, sensées nous rendre plus compétitifs grâce à « la concurrence libre et non faussée » et à l’interdiction du contrôle des mouvements de capitaux, alors que c’est tout le contraire, il y a l’oligarchie qui dicte sa loi, qui piétine les nations et leurs réglementations contraignantes qui sont autant de freins à leur course aux profits jamais suffisants. Une oligarchie mondialiste qui s’applique à asservir les peuples et à liquider leurs nations pour exploiter à sa guise, sans la moindre contrainte, toutes les catégories de travailleurs. C’est à cela que sert l’UE, et à cela d’abord... (Il y a aussi, depuis le départ, les plans de guerre de l’oncle Sam contre la Russie et la Chine, auxquels l’UE est sommée de contribuer de toutes sortes de façons, mais il n’y a pas ici la place pour s’en expliquer).

                             Et, toujours à la manœuvre, derrière le paravent bien commode du « conseil de défense sanitaire » mis en place par Macron, on retrouve encore les milliardaires des labos et les plans de l’UE, les contrats de l’UE avec ces labos, les diktats de l’UE et de l’oligarchie, ces mêmes milliardaires qui ont pris le contrôle de l’ensemble de nos médias, tout ce beau monde travaillant de concert à la mise en place d’un système de contrôle de tous les faits et gestes de la population, à travers l’instauration d’un climat de peur, de suspicion et de contrôles permanents érigé en système de gouvernement.

                             On ne peut gagner l’une de ces deux batailles en reportant l’autre à plus tard. Il faut mener les deux de front, contre le même ennemi. L’ennemi, c’est le pouvoir des grandes groupes capitalistes qui règnent en maîtres sur notre société et qui la détruisent pour préserver et accroître leurs profits avec la complicité de la clique politicienne en place, majorité et oppositions confondues.

                             Les batailles que notre peuple doit livrer -il y va de notre survie— seront longues, difficiles et compliquées, vu la nature et la stature de l’ennemi et ses multiples complicités.

                             C’est pourquoi nous devons travailler ensemble, par delà les clivages politiques de l’ancien système devenus inopérants (la droite et la gauche s’enlaçant aujourd’hui dans l’ADN de l’européisme destructeur de la nation) pour sortir notre pays de la dictature de l’UE, pour libérer les Français de la toile d’araignée liberticide tissée derrière le paravent de la crise sanitaire, pour mettre hors d’état de nuire les mafieux qui pillent et enlaidissent chaque jour davantage notre pays et nos territoires, pour redonner espoir et courage à nos concitoyens, pour défricher les chemins d’un avenir plus serein.

                             Cordialement, par delà certains désaccords évoqués précédemment."


                          • Renaud Bouchard Renaud Bouchard 30 janvier 23:22

                            @zygzornifle

                            Ces élections sont du bidon, il n’y a aucun suspens, Macron qui ne s’est pas encore présenté sait qu’il sera réélu ; il connaît même son résultat à quelques suffrages près et il a déjà certainement composé son futur gouvernement ....

                            Mauvais rêve...

                            Le FN officiel s’effondre.

                            https://youtu.be/_q-juIdTJkQ?t=3

                            Good karma.

                            RB


                          • njama njama 28 janvier 10:57

                            D’un sondage l’autre il ne sort pas les mêmes résultats, les sondages commandés par de grands médias donnent Macron largement en tête, mais...

                            celui commandé par l’Association BonSens.org donne E. Macron et M. Le Pen à égalité 14,3 % devant E. Zemmour 8,5 %, suivi de « un candidat qui rassemblerait toutes vos idées dans un programme », 6,6%, ce qui offrirait une belle fenêtre à Renaud Bouchard -, puis Valérie Pécresse 6,5 % et JL Mélenchon 5,1 %, les autres candidats étant à la ramasse...

                            https://bonsens.info/intentions-de-vote-aux-presidentielles-et-evaluation-des-actions-gouvernementales-sondage-bonsens-org-1ere-partie/

                            Dans cette seconde partie du sondage, nous allons restituer les sujets importants sur lesquels les français aimeraient voir des changements ainsi que les détails associés.

                            https://bonsens.info/les-sujets-importants-sondage-bonsens-org-partie-2/


                            • Renaud Bouchard Renaud Bouchard 28 janvier 13:51

                               Vendredi 28 janvier 2022, 13h45

                              Aux lecteurs ainsi qu’à @njama que je remercie de son optimisme à tous crins que j’accueille avec beaucoup d’intérêt, (...suivi de « un candidat qui rassemblerait toutes vos idées dans un programme », 6,6%, — ce qui offrirait une belle fenêtre à Renaud Bouchard ).

                              Il existe officiellement 45 candidats, liste que j’ai désormais le plaisir et l’honneur de compléter.

                              Je lis bien évidemment toutes les contributions reçues auxquelles je répondrai pour certaines très précisément dans le cours du week-end.

                              Covid-19 : le seuil des 20.000 classes fermées dépassé, plus de 570.000 cas chez les élèves

                              E la Nave va, comme le disait Fellini.
                              https://youtu.be/axhETJzBpkM?t=50

                              Cordialement et à très bientôt,

                              Renaud Bouchard


                            • njama njama 28 janvier 12:11

                              Sans révéler sa (ses) source(s) Martine Wonner dit que Macron ne sera pas candidat à la présidentielle de 2022

                              https://www.facebook.com/100071225463365/videos/236767101956468/?t=23


                              • eau-mission eau-pression 28 janvier 12:26

                                @njama

                                Cette Martine ! Oserais-je lui proposer de la shampouinner ?
                                Depuis qu’elle a vampé la résistance en reprenant Véran qui touchait son masque (à lui, sacrebleu), je cherche de quel bibi la coiffer.


                              • njama njama 28 janvier 12:52

                                @eau-pression

                                L’intuition féminine vous décoifferait-elle ?


                              • eau-mission eau-pression 28 janvier 13:21

                                @njama
                                 A bien y regarder, je dois être jaloux de ses sources.


                              • eau-mission eau-pression 28 janvier 18:43

                                @eau-pression

                                Qu’on ne s’y trompe pas, j’ai un préjugé plus que favorable pour M.Wonner.

                                La prochaine fois, au lieu de dire Vamp, je dirai Wonder.


                              • I.A. 30 janvier 12:09

                                @njama

                                « Sans révéler sa (ses) source(s) Martine Wonner dit que Macron ne sera pas candidat à la présidentielle de 2022 »

                                En tout cas, moi je le déclare candidat à la Carcérale, pour perpète ! smiley


                              • Adèle Coupechoux 30 janvier 12:31

                                @njama

                                « Sans révéler sa (ses) source(s) Martine Wonner dit que Macron ne sera pas candidat à la présidentielle de 2022 »

                                Deux éléments qui n’auront pas été des mensonges ?
                                Le 16 mars 2020 « Nous sommes en guerre », celle qu’il nous a déclarée et en décembre 2020, « Peut-être que je ne pourrai pas être candidat. Peut-être que je devrai faire des choses dures dans la dernière année, dans les derniers mois, parce que les circonstances l’exigeront, et qui rendront impossible le fait que je sois candidat », avait déclaré le mari de Brigitte Macron.

                                Pour l’instant il n’est pas candidat. Même si la LREM a un site dédiée à sa prochaine campagne https://avecvous2022.fr/
                                C’est proprement hallucinant. ils sont capables de nous dire que rien n’a pu être mise en oeuvre à cause du Covid. Alors qu’ils se sont servis du Covid pour faire l’inverse de ce dont la population a besoin.


                              • Renaud Bouchard Renaud Bouchard 30 janvier 22:52

                                @Adèle Coupechoux

                                M. macron sera de la partie.
                                Nous risquons simplement de voir se dérouler une campagne présidentielle très bizarre.

                                Nous verrons peut-être en effet une campagne jouée en « blitz ».

                                Encore faudra-t-il avoir le talent et le soutien pour prétendre au succès.

                                Il n’est pas exclu que nous voyons se profiler une manœuvre de dernière minute qui consisterait pour le président, « eu égard aux nouvelles conditions sanitaires, à annoncer la suspension du pass vaccinal ».

                                Seule une suppression complète de cette mesure aurait un réel intérêt.

                                Mais qui sera dupe d’une telle duplicité ?

                                Bien à vous,
                                Renaud Bouchard


                              • I.A. 30 janvier 12:19

                                Bon, ça fait un peu « Rémy Ronald », votre truc, là...

                                Toujours est-il qu’il est bon de retenir ces vérités-là, que nombre de gens autour de nous ne semblent même pas avoir remarqué, alors qu’il s’agit effectivement de la disparition de nos libertés, totalement et/ou partiellement et/ou ponctuellement, comme vous le relevez si bien, et je vous cite :

                                "liberté thérapeutique, liberté de travail, liberté absolue de circulation, liberté d’expression«   parce que ça, si ce n’est pas du fascisme et/ou du totalitarisme, alors je mange mon chapeau !!

                                Un autre passage à méditer par les gogos :

                                 »se mettre en congé des règles et structures supranationales et internationales dont les contraintes, les coûts, les sujétions, les engagements réciproques non respectés ou devenus impossibles ou trop contraignants, se seront amplement révélés comme des menaces, des dangers, des entraves à son indépendance et à sa souveraineté."


                                • Adèle Coupechoux 30 janvier 12:47

                                  @I.A.

                                  Et la liberté d’accéder à l’éducation, elle n’est plus possible. Les écoles ferment pour des cas positifs ou contacts. Les universités fonctionnent sur des modèles hybrides quand elles ont ouvertes. Un coup de présentiel, un coup de distanciel..

                                  Quand l’enseignement est prohibé. J’ai pensé au début de cette crise aux enseignants accusés par les médias de coup d’état en Turquie quand Erdogan s’en est pris à eux. C’était tellement énorme que je n’en revenais pas que les médias français se soient fait avoir à ce point...


                                • Renaud Bouchard Renaud Bouchard 30 janvier 22:34

                                  @Adèle Coupechoux

                                  Bonsoir Adèle.
                                  Tous les moyens sont bon, les plus déloyaux, rarement dénoncés, sinon à quel prix.
                                  Tout cela se paiera.
                                  N’ayez crainte.

                                  "Et la liberté d’accéder à l’éducation n’est plus possible. Les écoles ferment pour des cas positifs ou contacts. Les universités fonctionnent sur des modèles hybrides quand elles ont ouvertes. Un coup de présentiel, un coup de distanciel.

                                  Quand l’enseignement est prohibé. J’ai pensé au début de cette crise aux enseignants accusés par les médias de coup d’état en Turquie quand Erdogan s’en est pris à eux. C’était tellement énorme que je n’en revenais pas que les média français se soient fait avoir à ce point..."

                                  Les media sont complices.

                                  Renaud Bouchard


                                • Renaud Bouchard Renaud Bouchard 30 janvier 22:31

                                  Aux Lecteurs


                                  Où l’on comprend la justesse comme la pertinence de ma proposition d’indemnisation des conséquences vaccinales, indemnisation prise en charge par l’État, ce qui permettrait de clarifier et accélérer une réparation de ce désastre sanitaire dont voici, hélas ! un remarquable exemple.

                                  Saluons la courageuse entreprise de cet avocat auquel je souhaite un succès rapide en espérant qu’il sera aidé.

                                  Renaud Bouchard

                                  "L’avocat Eric Lanzarone affirme qu’un adolescent de 13 ans est devenu quasiment aveugle quelques jours après avoir reçu la première dose du vaccin Pfizer. Il dénonce une clause rendant l’entreprise irresponsable dans ses contrats avec la France.

                                  Depuis plusieurs jours, l’avocat Eric Lanzarone fait le tour des médias pour alerter sur le cas d’un de ses clients, un enfant de 13 ans qui aurait été victime d’un grave effet secondaire après une injection du vaccin anti-Covid de Pfizer. Interrogé par France 3 le 29 janvier, Eric Lanzarone déclare ainsi avoir « été saisi avec une consœur parisienne par une famille dont l’enfant a perdu la vue à 90%, cinq jours après l’injection de sa première dose ».

                                  « Pour défendre notre client, nous avons dû nous retourner contre le fabricant de ce vaccin qui, en l’espèce, est la société Pfizer », ajoute-t-il avant de dévoiler qu’après avoir trouvé le contrat « sur le site officiel de la Commission européenne [...] est apparue une clause qui dédouane effectivement la société Pfizer de toutes responsabilités dans le cas de survenance d’effets indésirables potentiels ».

                                  Scandale d’Etat ? #Pfizer non responsable en cas d’effets indésirables, selon une clause du contrat signé avec l’Etat français. Me Lanzarone, attaque la société au nom de son client, un enfant de 13 ans qui a perdu 90% de la vue après sa première dose. pic.twitter.com/IiVuvqGIuW

                                  — France 3 Provence (@France3Provence) January 29, 2022

                                  L’avocat considère que cette clause a été « imposée par Pfizer qui [...] sans celle-ci, n’aurait absolument pas signé le contrat avec la France [et] les autres Etats membres ». « Je crois savoir que cette clause figure dans tous les autres contrats signés avec Pfizer et les pays européens », poursuit l’avocat.

                                  « La question qui se pose : "Qui va indemniser l’enfant ?" Je vous laisse imaginer la détresse de sa famille et de cet adolescent âgé de 13 ans », souligne-t-il.

                                  Sur Sud Radio le 28 janvier, l’avocat a déclaré que son client et lui allaient se retourner « contre le producteur du vaccin, la société Pfizer », mais a déploré la complexité de la procédure : « Mais c’est là où [...] c’est un drame, [...] la société Pfizer au regard de la clause d’irresponsabilité contenue dans le contrat [...] va se retourner contre l’Etat ».

                                  Il a ainsi annoncé que « juridiquement », Pfizer allait probablement ensuite « se retourner contre l’Etat, lequel va prétendre que la clause d’irresponsabilité ne lui est pas opposable, [et] la société Pfizer va répondre la même chose ».

                                  [#SudRadio]@andrebercoff

                                  🗣Maître Éric Lanzarone : « Le drame c’est que la société #Pfizer, au regard de sa clause d’irresponsabilité, va se retourner contre l’État »

                                  📺https://t.co/VbAAIwcgogpic.twitter.com/W8fhlmnqDN

                                  — Sud Radio (@SudRadio) January 28, 2022

                                  Auprès de la radio, Eric Lanzarone a d’autre part estimé que la procédure allait durer des années. Or, « mon client, jeune adolescent ne peut pas attendre 10 ans, il est dans un gros handicap et sa maison n’est pas adaptée », s’inquiète-t-il, affirmant que l’enfant est actuellement « déscolarisé ». S’il confesse que l’Office national d’indemnisation des accidents médicaux (Oniam) « aurait pu être une possibilité pour actionner une indemnisation beaucoup plus rapide [mais] moindre », l’Oniam dispose d’un budget d’environ « 15 millions d’euros ». Or, au vu des préjudices subis par son client, l’avocat a estimé l’indemnisation « entre 6 et 7 millions d’euros ».

                                  Au moment de la publication de cet article, ni Pfizer ni le gouvernement français n’ont réagi à l’annonce de cette procédure."

                                  Source : https://francais.rt.com/france/95285-covid-19-avocat-attaque-justice-pfizer-vaccin-aurait-rendu-adolescent-malvoyant


                                  • Ruut Ruut 31 janvier 09:04

                                    @Renaud Bouchard
                                    Puis Pfizer et Macron se retournerons contre les parents qui ont fait injecter leur enfant… Car c’est eux qui ont signé l’acte final d’injection....


                                  • Joséphine Joséphine 31 janvier 09:32

                                    @Ruut

                                    Bonne nouvelle ! Il y’a beaucoup moins d’enfants vaccinés que prévu. Les parents ne sont pas fous. 


                                  • Renaud Bouchard Renaud Bouchard 31 janvier 10:13

                                    @Joséphine
                                    Puissiez-vous avoir raison !
                                    Mais quelle est cette folie qui pousse des parents à risquer la vie de leurs enfants ?
                                    Dussé-je le répéter : je ne suis pas contre les vaccins. Je suis simplement radicalement opposé à l’administration d’une thérapie génique faussement qualifiée de « vaccin », dont on ne connaît pas l’efficacité sur le long terme, qui se trouve aujourd’hui imposée à des populations-cobayes auxquelles on a commencé à faire peur et dont une partie, légitimement réticente, se trouve aujourd’hui littéralement punie, ostracisée, pour la contraindre à accepter et se soumettre à quelque chose dont elle ne veut pas, sachant que tout ce processus s’inscrit dans une liberté faussée qui ne privilégie que des intérêts financiers d’une industrie pharmaceutique qui dirige désormais tout.

                                    Ce qui suit est terrifiant :

                                    https://www.linternaute.com/actualite/guide-vie-quotidienne/2542344-vaccination-des-enfants-les-regles-evoluent-l-academie-de-medecine-veut-aller-plus-loin/

                                    VACCINATION ENFANTS ET ADOS. Comment accélérer la vaccination des enfants ? Le gouvernement a « simplifié les choses » sur l’accord parental. "On connaît les réticences, mais la vaccination vaut la peine", a fait savoir le Monsieur vaccin de l’exécutif.

                                    Sommaire

                                    [Mis à jour le 26 janvier 2022 à 13h49] Le gouvernement ne se satisfait pas de l’avancée actuelle des la vaccination des enfants en France. L’exécutif, sous la demande du Conseil d’Etat, avait demandé à ce que l’accord des deux parents soit nécessaire pour la vaccination des enfants de moins de 12 ans. Le ministère du ministère de la Santé fait marche arrière : l’accord d’un seul parent suffit. « Nous simplifions les choses », a fait savoir le ministère, mardi 26 janvier, en point presse.

                                    Cette évolution a pour objectif de ne pas "dramatiser la vaccination", qui est considérée par le ministère de la Santé comme sûre, dans un contexte de circulation intense du Covid-19 dans les établissements scolaires, comme l’a signifié Alain Fischer sur LCI le 20 janvier. "On connaît les réticences, elles existent, mais la vaccination vaut la peine", a-t-il ajouté.

                                    Jeudi 20 janvier, le Premier ministre Jean Castex a annoncé avait annoncé que la vaccination des plus jeunes devait « progresser », ouvrant le rappel vaccinal pour les 12-17 ans.C’est sur la base du volontariat que cette vaccination peut être décidée par les parents, sans obligation et sans qu’un pass sanitaire ou vaccinal ne soit mis en place chez les enfants de moins de 12 ans.

                                    Des avis favorables à la vaccination des enfants

                                    Afin de rassurer les parents, l’ensemble de l’exécutif a rappelé avoir attendu les avis de plusieurs instances scientifiques et sanitaires, de celui du Comité consultatif national d’éthique (CCNE), à celui de la Haute autorité de santé, en passant par celui du Conseil d’orientation pour la stratégie vaccinale (COSV), avant d’ouvrir la vaccination aux enfants. Un moyen de rappeler que ce vaccin est sûr - ce qu’ont martelé les autorités susmentionnées à de nombreuses reprises. Autre fait rassurant : le fait que que l’Hexagone ait attendu les résultats en vie réelle des pays ayant déjà ouvert la vaccination aux enfants (notamment les Etats-Unis). Sans l’obligation vaccinale et la mise en place d’un pass sanitaire, nul doute qu’un laps de temps sera tout de même nécessaire avant de parvenir à convaincre les parents.

                                    La raison de cet élargissement de la vaccination ? Pour tous les scientifiques consultés, le rapport bénéfices/risques de la vaccination des enfants s’avère « favorable » sur le plan individuel, même chez les enfants en bonne santé. La HAS estime par ailleurs que la vaccination des enfants "pourrait potentiellement réduire l’impact de vagues ultérieures en réduisant la circulation du virus dans la population générale", et pointe qu’il est utile de prioriser la vaccination des collégiens, âges de moins de 12 ans.

                                    L’Académie de médecine veut des séances de vaccination à l’école

                                    L’Académie de médecine souhaite quant à elle aller encore plus loin. Dans un communiqué, l’instance écrit : "Afin de prévenir les risques individuels et collectifs liées à l’imprévisible évolution de la pandémie, les académies recommandent de hâter la vaccination des enfants âgés de 5 à 11 ans contre le Covid-19 pour atteindre le plus rapidement possible une bonne couverture vaccinale : en augmentant l’offre de vaccination, c’est-à-dire le nombre de centres proposant la vaccination pour les enfants (actuellement 300 contre 1500 pour les adultes) ; en diversifiant les personnes autorisées à vacciner les enfants ; en allégeant les obstacles administratifs qui limitent l’accès des enfants à la vaccination ; en favorisant les prises de rendez-vous de vaccination pour les enfants scolarisés ; en organisant des séances de vaccination à l’école, par des équipes mobiles, en concertation avec la médecine scolaire ; en « allant vers  » les enfants porteurs de comorbidités et non vaccinés pour convaincre les parents de la nécessité de les vacciner face au risque de formes graves ; en utilisant tous les moyens d’information et de communication dévolus à l’éducation pour la santé afin de convaincre et rassurer les parents hésitants.

                                    Lire la suite


                                  • Joséphine Joséphine 31 janvier 13:11

                                    @Renaud Bouchard

                                    Merci à vous Monsieur Bouchard. Même Delfraissy a reconnu de son propre aveu que cette substance n’était pas un vaccin mais un médicament devant les journalistes médusées des plateaux télé. Pourquoi donner des médicaments à des enfants sains qui respirent la joie de vivre ? 

                                    Un jour je me souviens lorsque j’étais une enfant j’avais trouvé des médicaments dans la salle de bain de mes grands-parents et je jouais à les donner à ma poupée comme si elle était malade. Quand mon grand-père m’a vue en train de jouer avec ses médicaments il m’a littéralement sauté dessus et m’a dit : « Tu ne refais jamais ça ! C’est dangereux, tu ne touches plus jamais à ces médicaments ». Il semblerait que les recommandations pleines de bon sens de nos aïeux n’aient plus cours. 

                                    Aujourd’hui certains parents sacrifient leurs enfants sur l’autel des laboratoires pharmaceutiques . On n’avait encore jamais vu des moutons tuer leurs agneaux, mais ne nous inquiétons pas, ces parents représentent moins de 50% . C’est déjà ça.... 


                                  • Renaud Bouchard Renaud Bouchard 31 janvier 16:19

                                    @Joséphine

                                    Merci Chère Joséphine.
                                    N’ayez crainte.
                                    Tous ces gens finiront d’une manière ou d’une autre par comprendre qu’ils se sont trompés parce qu’on les a trompés.

                                    Bien à vous,
                                    Renaud Bouchard


                                  • Joséphine Joséphine 31 janvier 18:18

                                    @Renaud Bouchard

                                    Merci à vous pour cet article !


                                  • Renaud Bouchard Renaud Bouchard 31 janvier 10:14

                                    Suite

                                    La vaccination des 5-11 ans est-elle obligatoire ?

                                    Non, la vaccination des moins de 12 ans n’est effectuée que sur volontariat et avec l’accord explicite, via formulaire et signature, d’un des parents. Un parent doit aussi être présent lors de l’administration de la dose de vaccin. Il est par ailleurs possible de demander un test sérologique pour savoir si l’enfant a déjà contracté le Covid-19, compte tenu du fait que les formes asymptomatiques sont nombreuses chez les 5-11 ans.

                                    Il n’est pas question pour le moment d’instaurer un pass sanitaire pour les 5-11 ans. L’avis du Comité consultatif national d’éthique (CCNE), en date du 16 décembre, martèle que "cette vaccination des enfants doit être une proposition et non une obligation, et ne doit pas être incluse dans un pass sanitaire".

                                    La vaccination présente-t-elle un danger pour les enfants ?

                                    [Cette section de l’article n’a pas été actualisée depuis le 22 décembre] Selon les données de sécurité extraites de l’étude de phase 3 du vaccin Pfizer, citées par la Food and Drug Administration américaine (FDA) et par le Conseil d’Orientation de la Stratégie Vaccinale (COSV) le 6 décembre dernier, le vaccin contre le coronavirus est "sûr et bien toléré" par les enfants. Sur un échantillon de 2268 enfants âgés de 5 à 11 ans (inclus en double aveugle, 2 vaccinés pour 1 placébo), "les effets indésirables les plus fréquents consistaient en une douleur et une réaction inflammatoire au point de piqûre, des maux de tête, des frissons ou de la fièvre« mais »aucune complication n’a été signalée, notamment aucun cas de myocardite", pouvait-on lire. Le document précisait toutefois, que l’effectif de cette étude s’avérait "trop réduit pour être en mesure de détecter des effets indésirables et sévères dont la fréquence serait de l’ordre de 1/1000 ou moins" et estimait "nécessaire de recueillir davantage de données sur les éventuels effets indésirables à partir des données en vie réelle qui proviennent des pays ayant déjà entamé la vaccination des enfants âgés de 5 à 11 ans". Des données qui ont depuis commencé à livrer des résultats.

                                    L’avis du Comité consultatif national d’éthique (CCNE), publié pour sa part à la mi décembre, indiquait en effet que "les données de sécurité « en vie réelle », autrement dit des statistiques sur les effets indésirables effectivement constatés après l’injection du vaccin dans les pays ayant déjà débuté la vaccination, s’avèrent "rassurantes après un schéma vaccinal complet« . Le tout en demandant, en France, »un suivi pharmaco-épidémiologique dans la tranche d’âge de 5 à 11 ans" par les services de l’Etat avec « une vision de moyen-long terme ».

                                    L’avis de la Haute autorité de Santé (HAS) publié le 20 décembre est venu détailler un nombre important de ces données sur les effets indésirables du vaccin sur les enfants. Rappelant l’’analyse des données cliniques de sécurité, elle s’est aussi penchée sur les données internationales de pharmacovigilance portant sur plus de 7 millions de vaccinations chez les enfants de moins de 12 ans aux Etats-Unis (plus de 2 millions de schémas vaccinaux complets à deux doses) et 107 500 environ réalisées en Israël. Deux pays qui ont débuté la vaccination des enfants dès le mois de novembre. Globalement, ce sont plus de 10 millions d’enfants de 0 à 14 ans dans le monde qui permettent d’afficher des conclusions "encore limitées mais rassurantes", indique la HAS. Sur ces millions d’enfants vaccinés, elle rapporte au total « 3233 évènements indésirables » selon les bases de données nord-américaines, "dont la majorité d’entre eux (97%) n’était pas grave« . Pour les 3% restants, on dénombre 2 décès survenus »chez des enfants qui présentaient de lourds antécédents médicaux« et »14 cas de myocardite", l’un des effets indésirables les plus redoutés.

                                    « Une trentaine d’évènements indésirables, tous graves », sont aussi remontés depuis le monde entier jusqu’à la base de données européenne (Eudravigilance) des suites "d’une vaccination avec le vaccin Pfizer entre le 16 novembre et le 12 décembre 2021« , précise la HAS qui liste »3 effets neurologiques, 2 myocardites, 1 réaction anaphylactique, 1 arrêt respiratoire et 1 décès« . Concernant ce décès survenu aux Etats-Unis,  »l’évaluation de l’association entre BNT162b2 (le vaccin Pfizer - NDLR) et les circonstances menant à l’issue fatale signalée est impossible", précise le document.

                                    Quels pays ont autorisé la vaccination des enfants de moins de 12 ans ?

                                    En Europe, le Danemark et l’Autriche ont déjà franchi le pas de la vaccination des enfants. En Allemagne, où les opposants à la vaccination restent mobilisés, plusieurs régions, dont la capitale Berlin et la Bavière, se sont lancés mercredi 15 décembre. La Hongrie a elle aussi lancé sa campagne pour les 5-11 ans, comme la Grèce ou l’Espagne, une des bonnes élèves de la vaccination en Europe. D’autres pays européens, comme l’Italie, la Pologne, les pays baltes ou encore la Slovaquie, la République tchèque, le Portugal et la Suisse ont débuté ou vont débuter leur campagne dans les prochains jours.

                                    Hors d’Europe, le Canada et les Etats-Unis ou encore Israël ont aussi autorisé la vaccination des enfants très tôt cet automne. La Chine, le Chili, l’Argentine, le Venezuela et la Colombie vaccinent les enfants à partir de 3 ans, Cuba et le Nicaragua à partir de 2 ans.

                                    Pfizer, Moderna... Quel vaccin et quelle dose pour les enfants ?

                                    Les enfants sont vaccinés en France avec le tiers d’une dose de vaccin Pfizer, d’ordinaire réservée à l’adulte (10 microgrammes, contre 30 pour les adultes). "Les flacons, qui comporteront dix doses, auront un bouchon orange pour les différencier des doses adultes (au bouchon violet) et éviter toute erreur", précise Le Monde du 15 décembre.

                                    Pfizer a été le premier vaccin a recevoir l’aval des autorités. Le comité d’examen de l’administration américaine des denrées alimentaires et des médicaments (FDA) a estimé mi octobre que les vaccins Pfizer-BioNTech présentaient plus d’avantages que de risques pour cette tranche d’âge. Pfizer a présenté au FDA les résultats d’un essai clinique ayant démontré une efficacité de 90,7 % du vaccin pour prévenir les formes symptomatiques de la maladie chez les 5 à 11 ans. Des résultats repris en France dans un avis du Conseil d’Orientation de la Stratégie Vaccinale le 6 décembre. Le vaccin Moderna pour sa part en est encore dans la phase III de son essai clinique mais les premiers résultats sont prometteurs et une demande d’autorisation a été formulée."


                                    • Francis, agnotologue Francis, agnotologue 31 janvier 11:13

                                      @Renaud Bouchard
                                       
                                       il faut arrêter de parler de vaccination : cela n’a rien à voir avec un souci de santé publique ou individuelle, c’est clair depuis déjà trop longtemps.
                                       
                                      La question posée concerne le marquage obligatoire pour conserver son statut de citoyen. Une personne qui refuse la marque n’a pas sa place dans le troupeau.
                                       
                                      La question n’est pas : «  L’injection va-t-elle être obligatoire ? »
                                      mais  : « Quand le décrêt de déchéance de citoyenneté frappant les réfractaires sortira-t-il du chapeau ?  »
                                       


                                    • Renaud Bouchard Renaud Bouchard 31 janvier 13:33

                                      @Francis, agnotologue

                                      Il faut arrêter de parler de vaccination : cela n’a rien à voir avec un souci de santé publique ou individuelle, c’est clair depuis déjà trop longtemps.

                                      / Exact.
                                       
                                      La question posée concerne le marquage obligatoire pour conserver son statut de citoyen. Une personne qui refuse la marque n’a pas sa place dans le troupeau.

                                      / Il s’agit effectivement de cela.
                                       
                                      La question n’est pas : «  L’injection va-t-elle être obligatoire ? »
                                      mais  : « Quand le décret de déchéance de citoyenneté frappant les réfractaires sortira-t-il du chapeau ? »

                                      / Réponse : dès la réélection de M. Macron, s’il est réélu.

                                      Souhaitons que les 10 000 000 de « réfractaires » comprennent ce qu’ils doivent faire dans deux mois.

                                      Enrayer ce processus et extraire la racine du mal.

                                      Bien à vous,
                                      Renaud Bouchard


                                    • Francis, agnotologue Francis, agnotologue 31 janvier 10:51

                                      « Un irresponsable n’est plus un citoyen » Macron dixit

                                       

                                      J’y vois un aveu : l’Elysée est aux mains d’un non citoyen, un ennemi qui nous fait la guerre.


                                      • Renaud Bouchard Renaud Bouchard 31 janvier 11:10

                                        @Francis, agnotologue
                                        Bonjour et merci pour votre observation :

                                        « Un irresponsable n’est plus un citoyen » Macron dixit J’y vois un aveu, dites-vous : l’Elysée est aux mains d’un non citoyen, un ennemi qui nous fait la guerre."

                                        Il s’agit très exactement de cela.

                                        Le chef de l’État, président de la République, a décidé et clairement annoncé qu’il faisait la guerre contre une partie de ses compatriotes et concitoyens.

                                        Chose surprenante, personne ne réagit à ce propos qui est fondamentalement scandaleux.

                                        Chose encore plus surprenante, la population ne voit pas, refuse de voir et s’interdit de réagir à l’ostracisation dont une fraction est désormais l’objet, désignée à la vindicte par un dirigeant politique qui a désormais perdu toute légitimité.

                                        A quand les lois de proscription ?

                                        Une proscription est une condamnation arbitraire annoncée par voie d’affiches, et qui donne licence à quiconque de tuer les personnes dont les noms sont affichés. L’exécutant reçoit une récompense, en général une partie du patrimoine du proscrit.

                                        De glissements en glissements, l’expérience politique a montré ce qu’il en était des dérapages que la conscience et l’intérêt public répugnent à enrayer.

                                        Bien à vous,

                                        Renaud Bouchard


                                      • Francis, agnotologue Francis, agnotologue 31 janvier 11:17

                                        @Renaud Bouchard
                                         
                                         ’’Le chef de l’État, président de la République, a décidé et clairement annoncé qu’il faisait la guerre contre une partie de ses compatriotes et concitoyens.’’
                                         
                                        Il ne fait pas seulement la guerre à une partie de la population, ça c’est ce qu’il dit : en réalité il fait la guerre à tous les citoyens de notre pays.


                                      • Renaud Bouchard Renaud Bouchard 31 janvier 13:28

                                        @Francis, agnotologue
                                        Oui.

                                        -M. Macron fait la guerre à toutes les composantes politiques, économiques et sociales de la France entière.

                                        Une France qui, pour une grande partie, se croit encore « à l’abri », assise sur un patrimoine qu’elle croit pérenne, persuadée de ne jamais pouvoir être remise en cause dans ce qu’elle est et ce qu’elle pense, simplement très attentive à...tracer son sillage sans faire de vagues.
                                        La couleur du gris, en quelque sorte, ce "champ chromatique défini par la faiblesse ou l’absence de l’impression de couleur, dont l’intensité lumineuse est moindre que celle du blanc et supérieure à celle du noir.« 

                                        -Mais il fait la guerre sans comprendre que ses jours sont désormais comptés en tant qu’acteur politique obsolète, déjà mis sur la touche par ses véritables »employeurs" et désormais en terrain nu face à tous ceux qui finiront par lui demander des comptes sur la conduite comme la gestion du pays durant son mandat.

                                        Bien à vous,
                                        Renaud Bouchard


                                      • Adèle Coupechoux 31 janvier 13:54

                                        @Renaud Bouchard

                                        « chose surprenante... »
                                        Tout dans cette crise est plus que surprenant. Tout est hallucinant, Cette partie de la population ostracisée va forcément évoluer, puisque Macron a décidé de faire la guerre aux « non-vaccinés » mais aussi aux « vaccinés », ces derniers ne seront jamais assez vaccinés.

                                        Cette dérive autoritariste ne fait que s’étirer dans le temps. Avec la complicité de la majorité de la classe politique. Depuis le 16 mars 2020, malgré les alertes sur les maltraitances et les humiliations subies par la population, ça continue. Avec encore plus de férocité.

                                        Une amie ex-restauratrice m’a confié que des restaurateurs dénonçaient ceux qui avaient de faux pass..


                                        Merci pour votre engagement même si je ne partage pas vos points de vue sur l’immigration, conséquence et victime de l’impérialisme mondialiste bête et méchant. Ce système est la cause de la destruction de la vie sur terre.


                                      • Adèle Coupechoux 31 janvier 13:58

                                        @Francis, agnotologue

                                        «  il fait la guerre à tous les citoyens de notre pays. »

                                        Le problème c’est que tous les citoyens de notre pays n’en sont pas encore vraiment conscients. Ou ont encore du mal à se l’avouer...


                                      • Renaud Bouchard Renaud Bouchard 31 janvier 15:19

                                        @Adèle Coupechoux

                                        Merci pour vos commentaires.
                                        Au risque de mobiliser votre temps, ce dont je vous prie de m’excuser, aurez-vous la gentillesse de développer vos propos ?
                                        Cela me permettrait, si vous l’acceptez, d’y répondre de manière plus précise et d’échanger, approfondir et compléter votre analyse comme votre point de vue sur l’immigration, par exemple.
                                        Cordialement,
                                        Renaud bouchard


                                      • Adèle Coupechoux 31 janvier 18:41

                                        Je vous en prie. 

                                        Sans l’immigration, nous n’aurions pas toute cette richesse. L’entre-soi sur une planète comme la terre aurait été terriblement frustrant. 

                                        La plupart des français ont bénéficié d’avancées majeures sans en être les auteurs et n’auraient pas été capables de les produire voire de les reproduire. Ce n’est pas une critique mais un constat d’autant que je fais partie de ces français. Français issus pour beaucoup de l’immigration. 

                                        Par exemple, le téléphone a été possible grâce à un américain, les chiffres romains comme les chiffres arabes ont permis à l’humanité de fonctionner.

                                        La musique et ses multiples origines aussi bien ethniques que temporelles, etc.

                                        Les immigrés ne dérangent plus quand ils sont exploités sur des chantiers avec des marteaux piqueurs, des routes à goudronner, du ménage à effectuer dans les entreprises, les hôpitaux, etc. Je sais que ce ne sont pas eux qui vous dérangent.

                                        En revanche, les réfugiés dérangent quand les médias font des focus sur eux pour bien terroriser et exciter la population sur un potentiel danger d’invasion. Ils deviennent de mauvais immigrés.

                                        Il est vrai que nous ne sommes pas capables de les recevoir dignement et que des personnes vivant déjà en France ne trouvent pas de travail et de logement

                                        Il est vrai que certaines pratiques peuvent déranger. Mais si l’égorgement des moutons est choquant, que dire de la tauromachie, de la chasse à la glue ou encore de la chasse à courre...

                                        Il est vrai que le port du voile dérange entre autres, nombres de féministes, mais que penser aujourd’hui du port obligatoire du masque ?

                                        Occupons-nous en priorité de virer ces politiques corrompus qui nous parlent d’ensauvagement de la société. Cela fait trop d’année qu’ils détruisent l’école, l’hôpital. Et incitent à la haine. C’est pour cela que nous en sommes là aujourd’hui. 

                                        Ce ne sera pas facile, l’unité étant quasi impossible. Je ne rejette pas votre candidature mais votre programme est très similaire à celui d’Asselineau, si je ne me trompe pas. Depuis le début, c’est l’unité qui nous fait cruellement défaut, et c’est ce qui fait la force de cette minorité qui nous défend de vivre.

                                        En tout cas, il nous faut sortir de cette Europe qui devient de plus en plus hostile aux peuples et à leur liberté. Europe manipulée et achetée par des groupes d’influence. Leur avidité ne laissera plus rien sur terre. 

                                        Cordialemement,

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON



Publicité




Palmarès



Publicité