• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Réponse de l’Élysée à l’Appel des 100 pour refuser la dictature (...)

Réponse de l’Élysée à l’Appel des 100 pour refuser la dictature du tout-anglais

Dans l'article Appel des 100 pour refuser la dictature du tout-anglais paru sur Agora Vox le 17 juin 2019, nous présentions la copie du manifeste adressé la veille à M. Macron. Il nous semblait en effet que ce manifeste, paru également dans Le Parisien, devait être porté à la connaissance des lecteurs du média citoyen.

Nous vous rappelons que ce manifeste a été signé par cent personnalités, dont Boris Cyrulnik, Pierre Perret, Tahar Ben Jelloun, Vladimir Fédorovski, Jean-Marie Rouart, Jeannie Longo, Didier Van Cauwelaert, Anna Maria Campogrande, Michel Feltin-Palas, Alain Borer, etc. 

La réponse vient de nous parvenir le 17 juillet 2019 par le biais du Chef de Cabinet du Président de la République.

Du côté du collectif des 100 signataires, une réaction est à l'étude. Pourtant, sans attendre et en qualité de signataire parmi les 100 nous proposons aux lecteurs le texte de cette réponse élyséenne, le tout assorti de commentaires, un peu comme une copie d'élève corrigée. Lesdits passages étant mis en caractères gras, avec un commentaire qui suit en rouge.

Et si nous devions mettre une appréciation générale à l'élève, ce serait :

Beaucoup de texte pour ne rien dire et surtout réponse générale hors sujet. Il faut être un peu plus attentif aux points soulevés dans l'énoncé du problème. Peut mieux faire.

Tous ces commentaires n'engagent, bien entendu, aucun des autres signataires du manifeste.

 

Monsieur Louis MAISONNEUVE

Porte-parole du collectif Langue Française   Paris, le 16 JUIL. 2019

 

Monsieur,

Le Président de la République a bien reçu la correspondance que vous lui avez adressée conjointement avec Monsieur Philippe CARRON, porte-parole du collectif Langue Française, et m’a confié le soin de vous en remercier.

Soyez certain que le Chef de l’État a pris connaissance avec la meilleure attention du manifeste par lequel vous lui faites part de vos préoccupations et propositions relatives à la préservation et à la valorisation de la langue française. (Tu parles !)

À cet égard, je puis vous indiquer que, afin d’assurer la protection de notre patrimoine linguistique, la loi du 4 août 1994 relative à l’emploi de la langue française, dite loi TOUBON, continue de s’appliquer pleinement. (faux - voir, par exemple, la loi qui n'est pas appliquée au niveau du Parquet : https://www.francophonie-avenir.com/fr/L-anglomanie-traitee-sur-le-plan-juridique/326-PORTONS-PLAINTE-CONTRE-LES-ANGLOMANES)

Lors du XVIIe Sommet de la francophonie à Erevan, le Président de la République a souligné l’importance de la francophonie, qui est un outil plus précieux que jamais. Avec ses quatre-vingt-quatre États membres présents sur cinq continents, l'Organisation internationale de la francophonie (OIF) est la plus grande organisation internationale à vocation universelle après l’Organisation des Nations unies (ONU). (blablabla)

Comme le souligne votre manifeste, le Président de la République a tenu à mettre en avant le français comme « langue de la création » et proposé, à cet égard, l’organisation d’un Congrès des écrivains de langue française qui réunirait les auteurs, les éditeurs et tous ceux dont le métier est en rapport avec la langue. (peut-être bien, mais c’est hors sujet. Et que dire de la "French Tech", du "Choose France", du "Choose Africa", de la "French-African foundation", etc, des appellations toutes lancées avec l'aval de la présidence ?)

Monsieur Emmanuel MACRON n’a par ailleurs pas manqué de rappeler, dans son discours à l’université de Ouagadougou, combien la langue française avait échappé à la France, et combien elle s’enrichit du lexique et de la pensée que lui apportent ses locuteurs venus d’univers culturels si pluriels. Il a dit toute la puissance émancipatrice que porte la francophonie, ce concept profondément multiculturel et multilatéral. Tournée vers l’universel, rayonnante, conquérante, proposant au monde la vision humaniste qui la définit, la francophonie est appelée à devenir un extraordinaire instrument culturel au service de la liberté politique et du développement économique.  (Il est vrai que Monsieur Emmanuel Macron dit beaucoup de choses…)

Le rayonnement de la langue et de la culture françaises est une des priorités de l’action du Président de la République et, dans ce combat pour la valorisation de la francophonie, vous pouvez être certain de son engagement déterminé. (Le manifeste portait exclusivement sur la défense de la langue française EN France)

Je vous prie d’agréer, Monsieur, l’expression de mes sentiments les meilleurs.

 François-Xavier LAUCH

 

Référence à rappeler : PDR/CP/BEAR/C063354

 

Thierry Saladin (un ces cent signataires)

 


Moyenne des avis sur cet article :  4.93/5   (14 votes)




Réagissez à l'article

26 réactions à cet article    


  • Séraphin Lampion Séraphin Lampion 24 juillet 08:52

    En effet, «  (Il est vrai que Monsieur Emmanuel Macron dit beaucoup de choses…) »


    • devphil30 devphil30 24 juillet 08:58

      @Séraphin Lampion

      Toujours fausse et parfois en anglais ....


    • troletbuse troletbuse 24 juillet 09:24

      @Séraphin Lampion
      Oui, comme en Australie et en anglais non maîtrisé. Un cancre prétentieux dans tous les domaines
      http://www.lefigaro.fr/politique/2018/05/03/01002-20180503ARTFIG00012-macron-depeint-en-pepe-le-putois-dans-la-presse-australienne.php


    • troletbuse troletbuse 24 juillet 09:26

      @Séraphin Lampion
      Il utilise aussi le latin.. en souvenir de son dépucelage  smiley


    • Le421 Le421 24 juillet 21:02

      @Séraphin Lampion
      Trop busy à brainstormer en open space avec les coworkers.
      OK !! Il doit switcher son bizness-plan, mais later...


    • Paul Leleu 25 juillet 00:39

      @Le421

      d’un autre côté, il n’est pas beaucoup plus hypocrite que ces dizaines de millions de français qui biberonnent 24/24 à la sous-culture américaine... la plupart sont simplement des américains francophones...


    • HELIOS HELIOS 24 juillet 10:08

      ... ce qui m’étonne le plus, c’est que les « 100 » en soient étonnés !

      C’est au quotidien qu’il faut agir et ne rien attendre de Macron ou de qui que ce soit d’autre. Il s’agit d’un combat permanent, SURTOUT sur les petits détails qui s’insinuent comme des poisons au sein de nos esprits.

      Hélas, quand le 10 de chaque mois on est a découvert, l’usage abusif de l’anglais n’est pas d’actualité.

      J’insiste encore et encore sur ce fait, et cela s’appelle toujours la « dignité », et je continue, je continuerai a protester sur tout ce qui est mis en oeuvre pour écraser cette dignité de citoyen qui nous est de plus en plus rognée par des limitations de vitesse abusives, des contraintes administratives inconsidérées, des soumissions économiques, culturelles, sociétales.... des abus politiques... bref tout ce qui fait qu’une société ne peut que se déliter et disparaître à court terme en se fondant dans un univers sans règle si ce n’est celle du plus fort.

      Le dernier vote du CETA en est encore un exemple (de mensonge entre autre) car il n’est pas obligatoire de se mettre des menottes pour vendre du fromage outre-atlantique, un simple accord commercial est largement suffisant. Ce CETA aboutira immanquablement sur une autre perte de dignité des agriculteurs français mais aussi de tous les consommateurs qui vont perdre le choix, appâtés comme des petits poissons par des produits a très bas coûts (rappel : le 10 du mois... etc).

      Voila, désolé pour la diversion, vous ne pouvez isoler cet appel comme sa réponse, du contexte global que j’essaie de vous rappeler par ces détails.

      Rappelez vous, la liberté ne se négocie pas. Si vous acceptez demain le 30 km/h en ville (c’est un exemple qui vous touchera peut être et qui peut être utile selon les rues) vous acceptez de fait que demain le panneau indicateur sera écrit en anglais (SLOW), comme le sont déjà tous les panneaux STOP, parce c’est plus court et que « tout le monde » saura ce que ça veut dire !!!!!!

      Réagissez bon sang, réagissez, notre société se meurt et ce n’est pas le climat qui la tue................


      • rogal 24 juillet 11:19

        Le problème n’étant pas à l’Élysée, cessons de gaspiller temps et énergie dans des actions inutiles. La question est de savoir ce que le peuple français entend devenir, sur ce plan comme sur quelques autres.


        • Paul Leleu 25 juillet 00:41

          @rogal

          sur le plan culturel, le peuple français entend devenir un sous-ensemble amerlok vaguement francophone...

          je suis d’accord avec vous... c’est au fond le peuple français qui entérine ces grandes évolutions... et la défait culturelle est presque totale...

          la perte de la langue est une conséquence, et non une cause du renoncement


        • L'Astronome L’Astronome 24 juillet 15:24

           

          Que n’avons-nous une Jeanne d’Arc pour bouter l’anglois hors de France !

           


          • Eric F Eric F 24 juillet 16:07

            La loi Toubon visait à utiliser le français dans la communication publique. Or prenons un exemple simple : le slogan des constructeurs automobiles français est désormais en anglais même en France : Peugeot « motion and emotion » (assonance intraduisible), Citroen : « inspired by you » (avant, c’était « creative technology »)...
            Voyons le site Citroën.com (en français) : rubriques Business, Jobs, Racing... il y a bien un lien vers « citroen.fr » mais en « internal error »...

            Quant aux pubs télévisées, absolument toutes (toutes marques et tous produits) sont accompagnées de chansons anglo-saxonnes (on trouvera au mieux un ou deux contre-exemples). On voit certaines pubs directement américaines à peine traduites (celles de KFC culminent au sommet du ridicule).

            Certains termes notamment liés aux affaires n’ont pas ou plus d’équivalent français : management (il y a des écoles pour ça), business (la chaine radio BFM business en est même redondante), etc.

            Par contre, lorsqu’il y a des personnalités anglo-saxonnes aux actus, on ne les entend jamais parler en anglais, c’est immédiatement recouvert par la traduction simultanée, alors que là il serait préférable d’entendre l’original et de fournir en sous titre la traduction, pour améliorer notre déplorable niveau d’anglais à l’international.


            • Pasagenoux Pasagenoux 24 juillet 19:43

              @Eric F  « Par contre, lorsqu’il y a des personnalités anglo-saxonnes aux actus, on ne les entend jamais parler en anglais, c’est immédiatement recouvert par la traduction simultanée, alors que là il serait préférable d’entendre l’original et de fournir en sous titre la traduction, pour améliorer notre déplorable niveau d’anglais à l’international. », écrivez-vous.
              Mais pourquoi ces personnalités anglo-saxonnes ne parleraient-elles pas français ? Pourquoi tout le monde doit être condamné à apprendre leur langue parce qu’ils ont décidé de ne plus en apprendre aucune ? Les plus nuls en langues étrangères se sont les Anglo-saxons, et non les Français comme aiment tant à le dire nos chers merdias, alors obligeons les anglophones à apprendre les langues, cessons de nous soumettre à l’anglais, et évitons en cela de le parler autant que possible. 


            • Eric F Eric F 24 juillet 23:24

              @Pasagenoux
              Je voulais surtout parler de déclarations prononcées par ces personnalités dans leur propre pays ou lors d’assemblées internationales. Il ne faut pas se faire d’illusion, si on est dans un milieu international (entreprises, conférences, etc.) la langue véhiculaire est l’anglais. Un jour j’ai entendu dans un train deux belges nouer la conversation en anglais, avant de se rendre compte qu’ils étaient tous deux wallons.
              Par contre, lorsqu’il s’agit de Danois ou de Portugais qui répondent en anglais à une interview pour la télé française, mieux vaudrait employer leur langue d’origine. J’admire le fait que nombre d’Italiens parlent français, la réciproque est rare.


            • Paul Leleu 25 juillet 00:45

              @Eric F

              mais cela est vain, car la loi Toubon n’a réussi qu’à changer les étiquettes d’emballage, le contenu restant le même... hors, il ne suffit pas de traduire de la culture américaine en français, pour faire de la culture française...

              nous somms devenus des américains francophones...

              (mais, sans faux semblants, le français ordinaire est bien content d’être « cool », et il est le premier complice)


            • Pasagenoux Pasagenoux 25 juillet 10:52

              @Paul Leleu  Les jeunes Français ont été abrutis à l’anglais depuis leurs premières couches Baby Dry Pampers, Blum-Byrnes, le Congrès pour la Liberté de la culture s’étaient déjà chargés de coloniser ses parents à l’American way of life, alors, pour se sortir de là, ce sera difficile, un peu comme le Gaulois qui ne voulait pas se faire romaniser ; le Berbère, arabiser ; le franco-manitobien, angliciser.
              Il faudrait qu’il y ait en France une vraie politique de la langue, mais pour cela, il faudrait que notre pays soit gouverné par de vrais politiciens, et non, comme avec Mycron aujourd’hui, par des agents de l’oligarchie anglo-mondialiste.


            • Pasagenoux Pasagenoux 25 juillet 12:07

              @Eric F  Il n’y a aucune raison que l’anglais soit la seule langue internationale lors d’assemblées internationales. Accepter cela, c’est se soumettre au diktat anglo-américain, c’est l’esprit capitulard, voire collaborationniste français, qui ressort.
              François Mitterrand a dit : « La France ne le sait pas, mais nous sommes en guerre avec l’Amérique. Oui, une guerre permanente, une guerre vitale, une guerre économique, une guerre sans mort apparemment. Oui, ils sont très durs les Américains, ils sont voraces, ils veulent un pouvoir sans partage sur le monde. C’est une guerre inconnue, une guerre permanente, sans mort apparemment et pourtant une guerre à mort. »
              Alors, « Do you speak English ?  Ben, ça dépend : « et vous, vous parlez français ?


            • Eric F Eric F 25 juillet 15:25

              @Paul Leleu
              Vous avez raison que la pression de l’américanisation culturelle est forte, mais le principe d’utiliser en France des termes et slogans en français permettait d’en amoindrir les effets. Ces directives ont été battues en brèche, nous sommes devenus des franglophones domestiques ...mais toujours aussi nul en anglais à l’international.


            • Eric F Eric F 25 juillet 15:34

              @Pasagenoux
              Je pense aussi que les représentants officiels français devraient s’exprimer en français sur les tribunes internationales. Mais il ne faut pas se faire d’illusion, dans les réunions de travail, si on veut parler « en direct » sans traduction simultanée, l’usage de la langue anglaise est devenu le standard, et qui ne la maîtrise pas ne fera pas passer son point de vue. Le problème commence aussi à se poser pour l’accueil de touristes. Pour autant « en interne », il est légitime de faire prévaloir le français (noms de produits, slogans, etc.).


            • Thierry SALADIN Thierry SALADIN 25 juillet 16:22

              @Eric F
              Vous dites :
              "Mais il ne faut pas se faire d’illusion, dans les réunions de travail, si on veut parler « en direct » sans traduction simultanée, l’usage de la langue anglaise est devenu le standard, et qui ne la maîtrise pas ne fera pas passer son point de vue. "

              Exact. Et c’est le résultat de ce qu’on appelle la politique du laisser faire.

              Voilà pourquoi la France se serait honorée si elle avait promu l’usage de l’espéranto à l’international. Mais nos politicards ont préféré jouer une carte exclusivement francophone (de Gaulle également, hélas), et on voit ce qui en a résulté soixante ans après.
              Face à la volonté des Anglo-ricains d’imposer l’anglais, et aux moyens qu’ils avaient pour ce faire, il n’y avait après la Seconde Guerre mondiale que l’espéranto pour contrer leurs vues.
              La France aurait dû jouer cette carte. Elle aurait ainsi sauvé le français, saboté le plan diabolique des EUA dont nous ne voyons aujourd’hui que le début des conséquences fâcheuses : en effet, nous n’avons pas fini de payer le prix de ce renoncement.
              Enfin, en agissant ainsi elle restait fidèle aux valeurs universelles qu’elle prétend défendre depuis la Révolution, et nul doute qu’elle aurait obtenu de solides appuis.
              Las.
              Je ne connais pas l’avenir, mais franchement je ne vois pas comment on pourrait désormais enrayer le processus d’américanisation actuel sur la planète entière.

              D’autant que de nos jours combien n’hésitent pas à continuer à se moquer de l’espéranto, affichant ainsi leur méconnaissance complète, à la fois de la dynamique des langues et aussi de l’espéranto : la langue internationale par excellence. Née en 1887 et parfaitement adaptée à la communication internationale, la vraie : la communication équitable. Ce que ne peut donner une quelconque langue ethnique, l’anglo-américain inclus.

              Mesdames et Messieurs les ignorants (et ou adversaires de l’espéranto) vous avez désormais la parole. Pour contrer tout ce que je viens d’écrire. Et ne vous gênez pas, surtout ! Si cela peut vous soulager...

              Cordialement à tous.

              Thierry Saladin


            • Eric F Eric F 25 juillet 22:43

              @Thierry SALADIN
              La France n’avait en réalité pas l’influence suffisante pour enrayer le phénomène d’anglicisation mondialisée, juste défendre par principe la référence linguistique multiple dans les institutions internationales (de plus en plus théorique, car la version anglaise est systématiquement utilisée par défaut). Ainsi, les pays nordiques n’ayant pas de langue à vocation extérieure à défendre se sont ralliés à l’anglais par opportunisme (plus familier pour eux que le français), les asiatiques également puisque LA puissance économique mondiale était étasunienne, l’Amérique du Sud est ibérisante, reste l’Afrique en partie francophone mais de peu d’influence mondiale. 
              On aurait certes pu promouvoir une langue artificielle « neutre », mais ç’eut été une n+unième langue à enseigner, alors que l’anglais était déjà langue véhiculaire dans le commonwealth et l’Amérique du Nord. La « marge de manoeuvre » aurait pu être de le promouvoir dans la CEE à l’origine, puisque les anglophones n’en faisaient pas partie, mais les dirigeants français avaient encore l’espoir de faire prévaloir leur langue.


            • Et hop ! Et hop ! 24 juillet 16:38

              « ... toute la puissance émancipatrice que porte la francophonie, ce concept profondément multiculturel et multilatéral. Tournée vers l’universel, rayonnante, conquérante, proposant au monde la vision humaniste ... »


              Autrement dit la langue française ne serait pas un outil neutre de communication de la pensée, de la volonté, des émotions, des idées et des sentiments, à la fois logique, précis, concret, nuancé, léger et spirituel, une langue à la fois scientifique, juridique, technique et poétique de première qualité, mais un outil de propagation de l’idéologie jacobine et révolutionnaire de l’émancipation, de l’universalisme.


              • Paul Leleu 25 juillet 00:47

                @Et hop !

                bien d’accord avec vous... je n’aime pas du tout cette idée de donner un contenu idéologique à notre langue... c’est bizarre... et faux


              • Désintox Désintox 25 juillet 10:27

                Population de l’UE : 446 millions d’habitants

                ... dont 5.3 millions d’anglophones (Irlande + Malte)


                • Eric F Eric F 25 juillet 15:39

                  @Désintox
                  peu d’anglophones natifs dans l’UE, mais plusieurs centaines de millions de bilingues maîtrisant à peu près l’anglais. Giscard avait trouvé, pensait-il, la parade : le trilinguisme, mais d’ici à ce que tout le monde parle 3 langues, c’est une illusion, et du reste la français ne serait pas systématiquement la troisième langue (l’italien est plus harmonieux pour l’oreille smiley )


                • Eric F Eric F 25 juillet 15:42

                  Du reste, hélas, le français recule en Europe. Il y a vingt ans il était encore courant en Roumanie (anti-russe et anti-anglosaxon), mais il a disparu dans les dernières générations. Idem chez les flamands qui boycottent délibérément l’utilisation du français alors que les belges étaient tous bilingue il y a quelques décennies.


                • Emohtaryp Emohtaryp 28 juillet 14:02

                  @Désintox

                  ... dont 5.3 millions d’anglophones (Irlande + Malte)

                  Irlande= paradis fiscal

                  Malte=paradis de la mafia

                  Et il y a des connards pour venir encore dire que « l’ue » serait la paix smiley

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès