• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > « République Catalane » : Premier et dernier jour... Bilan... (...)

« République Catalane » : Premier et dernier jour... Bilan... !

 

 

Le seul résultat tangible de l’ « indépendantisme » catalan, c’est le réveil du nationalisme, et surtout du nationalisme espagnol le plus réac…

Loin d’avoir affaibli le pouvoir monarchiste de Rajoy, ce réveil nationaliste le renforce et divise encore davantage le prolétariat, ce qui était manifestement l’un des buts recherché, tant par les uns que par les autres, sinon le seul !

Les « contre-manifestations unionistes » massives des 8 et 29 Octobre en sont l’aboutissement concret.

Et la Kollaboration d’une partie de l’ « extrême-gauche » était tout aussi manifestement bienvenue dans cette manœuvre…

Certains continueront sans doute, par naïveté et idéalisme, pour quelques uns, par intérêt, décidément, pour les autres…

Le leitmotive de ces vrais-faux illuminés est le « double-pouvoir » que la situation aurait créé, selon eux, en Catalogne…

On ne sait trop si ce songe éveillé tient du théâtre de Calderon ou de la Comedia dell’arte, mais on cherche en vain quelle peut en être la base…

Les principaux partis indépendantistes ont d’ores et déjà décidé de participer aux élections organisées par Madrid en Décembre prochain. Il était donc difficile de capituler plus rapidement…

Leur OPA politicienne ayant raté, ces partis veulent d’abord et avant tout sauvegarder leur gagne-pain parlementaire…

D’ici là, le seul « pouvoir alternatif » doté d’un embryon de légitimité suffisant pour avoir proclamé l’ « indépendance » se saborde donc de lui-même…

La « CUP » d’ « extrême-gauche », encore incapable de prendre une décision sur sa propre participation à la prochaine mascarade électorale, en appelle à « réunir l’exécutif » de la « Generalitat », un exécutif qui a semble-t-il tout à fait disparu, peut-être à Bruxelles, avec le pantin Puigdemont dont il semble que les maitres ont décidé de l’évacuer dans les coulisses de l’UE en tirant assez délicatement sur ses ficelles archi-usée pour ne pas le briser tout à fait.

Dans ces conditions dire que le prolétariat va prendre le « relai » de cette histoire pour la transformer en révolution socialiste, cela tient également du songe éveillé le plus dogmatique et coupé du réel qui soit…

La « grande bourgeoisie » catalane a certes évacué ses sièges sociaux de l’endroit, sans pour cela renoncer à ses propriétés sur les moyens de production locaux, comptant manifestement sur la « classe moyenne » bureaucratique pour les affaires courantes, sur place…

En effet, on a nullement vu que Puigdemont ait jamais émis la moindre velléité de « nationalisation » à l’encontre des « fuyards »…

On n’a pas vu non plus que les prolétaires concernés se soient empressés d’occuper ces lieux prétendument « désertés » selon nos « rêveurs » embrumés par leurs dogmes de chapelles pseudo- « marxistes », « maoïstes » et autres…

L’ « autogestion » nationaliste catalane n’a pas surgit dans cette « zone libérée », dont les seules forces armées, les « Mossos », ont aussitôt appliqué les consignes de « neutralité », c’est à dire de soumission à Madrid, en fait, décrétées par leurs propres chefs, soucieux de ne pas « aggraver » leur cas en vue d’une probable amnistie d’ici à la prochaine mascarade électorale déjà en gestation, pour le 21 Décembre.

Joyeux Noël à tous, serait-on tentés de conclure… Le Père-Noël « indépendantiste catalan » repassera, peut-être, plus tard, quand tout le monde aura à nouveau oublié que la couleur de l’habit ne suffit pas à faire le « révolutionnaire »…

A moins que la leçon n’ait été mieux apprise, cette fois-ci, ce qui serait le seul véritable cadeau de l’histoire !

Luniterre

.

**************

Source :

https://tribunemlreypa.wordpress.com/2017/10/31/republique-catalane-premier-et-dernier-jour-bilan/

 

**********************************

 


Moyenne des avis sur cet article :  2.5/5   (10 votes)




Réagissez à l'article

61 réactions à cet article    


  • Xenozoid Xenozoid 31 octobre 2017 17:30

    @Ouallonsnous ?


    manipulation, il y a

  • jaja jaja 31 octobre 2017 11:55

    « Et la Kollaboration d’une partie de l’ « extrême-gauche » était tout aussi manifestement bienvenue dans cette manœuvre… »

    Et si on parlait de la Kollaboration du « marxiste » tendance Felipe VI qui ajoute ici sa voix au concert des Trump, Merkel, May, Juncker, Macron, Valls, Jean-Marie le Pen... tous vent debout contre la République catalane...

    La « manoeuvre » ici sert manifestement la monarchie franquiste... par naïveté ou par intérêt ? ...et bien sûr pas un mot pour dénoncer la répression que subit le peuple catalan... et qui va s’amplifier...


    • oncle archibald 31 octobre 2017 13:01

      @jaja : pffff ..... Ça va Jaja, arrête d’aboyer, à la niche !


    • jaja jaja 31 octobre 2017 13:26

      @oncle archibald

      La profondeur de tes arguments me sidère... Tu ferais mieux de la fermer et de poursuivre tes occupations de bourge !


    • Lugsama Lugsama 31 octobre 2017 14:55

      @jaja

      La monarchie de 78 est anti-franquiste et ses Loi anti-franquistes les plus sévère pèsent sur.. Puidguemont, amusant.

      Après reste la literrature pour défendre une république imaginaire défendu par moins d’un tier des catalan..

    • Xenozoid Xenozoid 31 octobre 2017 13:39

      je suis persuadé que depuis le départ de cette histoire,il y a manipulation,mais je suis sceptique de nature,n’empêche ,ce sentiment de manipulation ne semble pas s’estomper,malgré mes doûtes...la bourgeoisie est manipulée aussi


      • jaja jaja 31 octobre 2017 13:41

        « Dans ces conditions dire que le prolétariat va prendre le « relai » de cette histoire pour la transformer en révolution socialiste, cela tient également du songe éveillé le plus dogmatique et coupé du réel qui soit… »

        Ce qu’en disent les organisations syndicales de Catalogne :

        « Communiqué commun de la CNT, de la CGT et de Solidaridad obrera sur la situation en Catalogne

        30 octobre 2017

        Les organisations signataires, agissant sur le territoire national, partagent une même inquiétude quant à la situation en Catalogne, la répression opérée par l’État, la perte de droits et de libertés que cela suppose et va supposer, et la montée d’un nationalisme rance qui apparaît à nouveau dans une grande partie de l’État.Nous défendons l’émancipation, en Catalogne et dans le monde entier, de toutes les personnes qui travaillent. Dans ce contexte, peut-être est-il nécessaire de rappeler que nous ne comprenons pas le droit à l’autodétermination comme l’entendent les partis et les organisations nationalistes, mais comme le droit à l’autogestion, pour notre classe, sur un territoire déterminé.
        Comprise de cette manière, l’autodétermination passe davantage par le contrôle de la production et de la consommation par les travailleurs et les travailleuses, et par une démocratie directe de bas en haut, organisée selon les principes fédéralistes, que par l’établissement d’une nouvelle frontière ou la création d’un nouvel État.

        En tant qu’internationalistes, nous pensons que la solidarité entre travailleurs ne doit pas être limitée aux frontières d’un État, raison pour laquelle il nous importe peu de savoir où ces frontières se situent. Ce qui nous paraît vraiment préoccupant, c’est la réaction vécue dans le reste de l’État, avec l’exaltation d’un « espagnolisme » rance, qui rappelle des temps passés, encouragé par les médias et en phase avec la dérive autoritaire du gouvernement, patente depuis l’emprisonnement de personnes ayant appelé à des actes de désobéissance ou avec l’application de l’article 155 de la Constitution. Il ne nous échappe pas que cette poussée nationaliste pose les bases pour de prochaines limitations de droits et de libertés, contre lesquelles nous devons nous prémunir. La honteuse unité des prétendues « forces démocratiques » dans la justification de la répression annonce un sombre panorama pour toutes les futures dissidences. Il semblerait que le régime post-franquiste qui nous gouverne depuis quarante ans resserre les rangs pour assurer sa continuité.

        Ce régime, qui a existé et qui existe encore, tant en Catalogne que dans le reste de l’État espagnol, sent que sa propre survie est en jeu. Grandement remis en question et soumis à une profonde crise de légitimité, il observe avec inquiétude l’accumulation des fronts de lutte ouverts. La menace sur l’intégrité territoriale de l’État s’ajoute aux scandales de corruption, au discrédit de la monarchie, à la remise en question des restrictions appliquées à la population, au mécontentement dû à l’esclavagisme au travail qu’ont entraîné les dernières réformes, l’allongement de l’âge du départ à la retraite, la baisse du montant des pensions, etc. Les appels constants à défendre la Constitution doivent être compris comme une alerte pour mettre fin à cette véritable crise existentielle qui tenaille cet Etat. Le danger est que dans ce processus les comportements répressifs comme ceux auxquels on a assisté récemment dans plusieurs villes catalanes deviennent la norme. Ou pire.

        Nous ne savons évidemment pas quel sens vont prendre les événements. Nos organisations resteront attentives à ce qui se passe, prêtes à défendre les intérêts des travailleurs. Nous nous opposerons de toutes nos forces à la répression et à la normalisation des comportements ultradroitiers, qui déjà se perçoivent. Nous ne nous laisserons évidemment pas non plus manipuler par les stratégies des partis politiques dont les objectifs nous sont étrangers. Dans le même temps, nous ne cesserons d’appuyer les mobilisations de la classe ouvrière quand celle-ci décidera que le moment est enfin venu de se défaire du diktat des élites politiques et économiques qui depuis trop longtemps gèrent le contrôle du territoire pour servir exclusivement leurs propres intérêts. En tant qu’organisations syndicales de classe, libertaires et combatives, nous serons présents dans la rue, dans les mobilisations, comme nous l’avons montré en de nombreuses occasions, contre la répression, les restrictions des droits et des libertés, et contre la corruption.

        Il est possible que la crise en Catalogne soit le coup de grâce pour un modèle d’État qui agonise. Que ce changement s’oriente dans un sens ou dans un autre dépendra de notre capacité, en tant que classe, à faire prendre à ce processus la direction opposée à la répression et à l’essor des nationalismes. Ayons confiance en l’obtention d’un résultat final qui aille vers plus de libertés et de droits, et non le contraire. Nous jouons gros.
        Pour les droits et les libertés ! Contre la répression des classes laborieuses !

        Confederación general del trabajo, Solidaridad obrera,
        Confederación nacional del trabajo.
        (Traduction : Floréal Melgar)


        • Luniterre 31 octobre 2017 14:19

          @jaja
           
          Si tu relis attentivement ce communiqué, tu peux voir qu’il confirme en tous points l’analyse résumée dans mon article !!

          Il y est évidemment question de la solidarité internationaliste des travailleurs contre la répression par la droite réactionnaire, mais qui est bien le résultat d’une poussée de nationalisme le plus réac, tour comme indiqué dans mon article.

          Il y est fait allusion à l’autodétermination des travailleurs autour de leurs revendications sociales, et non de l’établissement de nouvelles frontières...

          "Comprise de cette manière, l’autodétermination passe davantage par le contrôle de la production et de la consommation par les travailleurs et les travailleuses, et par une démocratie directe de bas en haut, organisée selon les principes fédéralistes, que par l’établissement d’une nouvelle frontière ou la création d’un nouvel État."

          Nulle part il n’y a de soutien à la cause indépendantiste, ce qui est du reste, la position de la véritable gauche ouvrière catalane depuis le début du conflit :

          https://solydairinfo.wordpress.com/2017/10/11/catalogne-espagne-jaune-et-rouge-ou-bien-rouge-ou-jaune/

          Luniterre


        • Xenozoid Xenozoid 31 octobre 2017 14:36

          @Luniterre

          jaja a pas compris,c’est désolant

          luniterre je te plus+

          Il y est évidemment question de la solidarité internationaliste des travailleurs contre la répression par la droite réactionnaire, mais qui est bien le résultat d’une poussée de nationalisme le plus réac, tour comme indiqué dans mon article.

          Il y est fait allusion à l’autodétermination des travailleurs autour de leurs revendications sociales, et non de l’établissement de nouvelles frontières...


          aussi je remet un commentaire a jaja, mais qui est le peuple ?


          sans défendre ,j’ai du mal a situer le peuple dans l’histoire, et la il me semble qu’une faction bourgeoise qui se rebelle contre une autre ne sera jamais l’affaire d’un peuple,sauf organisation tiers et déja prete pour en découdre avec les 2 protagonistes .....le fractionement de l’’état en fiefs,n’a aucun avantage sans un pouvoir locale surdimensionné,donc de maffia ,comme maintenant en fait...lol



          ou est l’émancipation ?,l’expropriation des moyens de production ? le tourisme ?, les armes ?les guerres, qu’offre une petite nation bourgeoise contre les corporations ?...



        • oncle archibald 31 octobre 2017 14:36

          @jaja : « il est possible que la crise en Catalogne soit le coup de grâce pour un modèle d’état qui agonise » ...... nous y voilà .....


          Un mec qui ne se sent plus pisser viole sans vergogne la constitution Espagnole approuvée avec une majorité écrasante par les catalans, organise un référendum qu’il sait parfaitement être contraire à la dite constitution, dépouille le résultat de ce scrutin illégal dans des conditions qui ne garantisse en rien la veracité du « résultat » et au vu de ces chiffres plus que douteux dont il sait parfaitement qu’ils ne représentent pas la volonté des Catalans il proclame l’indépendance de la Catalogne...

          Ou est la démocratie ? Ce mec bouffi d’orgueil est sorti de son pays, son pays c’est l’Espagne, pas une prétendue République de Catalogne, et sauf à se résigner à passer un très mauvais moment devant un Tribunal plus quelques années en prison, il n’est pas prêt d’y revenir dans son pays ! Et il. n’y a guère que les habitués du coup d’état par la force genre Jaja et ses potes pour y voir une anomalie !

        • jaja jaja 31 octobre 2017 14:55

          @Luniterre

          CGT, CNT sont de toutes les manifestations indépendantistes sur leurs revendications propres tout comme l’est la CUP... Il est évident qu’aucune de ces organisations n’a les mêmes objectifs que la droite catalane représentée par Puigdemont...

          En attendant ce sont aussi les militants de ces organisations qui ont protégé les bureaux de vote le 1er octobre et qui ont lancé la grève du 3 octobre pour « lutter contre la répression policière et pour les libertés » après le scrutin...


        • Xenozoid Xenozoid 31 octobre 2017 14:59

          @jaja


          j’ai du mal a voir un avantage pour le peuple, tu n’a pas l’impression que c’est de la « démocratie »en boîte,cette « indépendence »

        • Ar zen Ar zen 31 octobre 2017 15:00

          @oncle archibald

          Un résumé implacable de la situation. En quelques phrases vous posez la véritable question du respect de la Constitution. 

          Jaja, effectivement, voudrait faire passer ses idées par la force, celle qu’il dénonce par ailleurs. Paradoxe ? 

          Merci. 

        • Xenozoid Xenozoid 31 octobre 2017 15:05

          @Ar zen

          un légaliste ne peux pas se contredire , n’est ce pas ? Ar zen 

        • jaja jaja 31 octobre 2017 15:26

          Avec les Ar zen la Bastille serait toujours debout et le Roi aurait plein pouvoir.... Tant les sans-culottes étaient illégaux aux yeux des tyrans...
          Luniterre nous a ramené un sacré paquet de progressistes sous son article !

          Notez aussi que la légalité internationale prévoit le droit à l’autodétermination des peuples comme vous le rappelle ici Alfred de Zayas, nommé en 2012 Premier Expert Indépendant pour la promotion d’un ordre international démocratique et équitable par le Conseil des droits de l’homme des Nations Unies et professeur de Droit international à l’Université de Genève. :

          « Je déplore la décision du gouvernement espagnol de suspendre l’autonomie catalane. Cette action constitue une violation de la protection des droits de l’homme, incompatible avec les articles 1, 19, 25 et 27 du pacte international relatif aux droits civils et politiques. Conformément à l’article 10, paragraphe 2, et à l’article 96 de la Constitution espagnole, les traités internationaux constituent la loi du pays et, par conséquent, la loi espagnole doit être interprétée conformément aux traités internationaux.

          Refuser à un peuple le droit de s’exprimer sur la question de l’autodétermination, en refusant la légalité d’un référendum, en recourant à la force pour empêcher sa tenue et en annulant l’autonomie limitée d’un peuple par la répression constitue une violation de Article 1 du Pacte international relatif aux droits civils et politiques et du Pacte international relatif aux droits économiques, sociaux et culturels.

          Le droit à l’autodétermination est un droit des peuples et non une prérogative des États de l’accorder ou de la refuser. En cas de conflit entre le principe de l’intégrité territoriale et le droit à l’autodétermination, c’est ce dernier qui prévaut. »


        • Xenozoid Xenozoid 31 octobre 2017 15:28

          @Xenozoid

          jaja tu parle du peuple ?

        • Xenozoid Xenozoid 31 octobre 2017 15:29

          @Xenozoid

          c’est une coporation ?

        • Ar zen Ar zen 31 octobre 2017 15:31

          @Xenozoid

          Dans une démocratie « représentative » comme en France ( différente de celle existant en Suisse par exemple, de type semi-directe), le peuple élit ses représentants lesquels prennent les décisions à leur place, étant supposé que c’est l’intérêt général qui sera prôné par ceux-ci.

          La Constitution donne le cadre général d’intervention des institutions. Si l’on veut modifier celles-ci il suffit d’élire des représentants pour le faire. La Constitution peut être modifiée, elle l’a été à de très nombreuses reprises. Elire un Président de la République c’est lui donner le pouvoir de modifier les choses, dont la Constitution. Par référendum ou par la procédure dite du « Congrès ». 

          Ce que je dis Xenozoid, c’est que la loi fondamentale d’un pays ne peut pas être violée. Elle peut être modifiée mais pas bafouée. Qu’en pensez vous ? 

        • Luniterre 31 octobre 2017 15:32

          @jaja

          Avec leurs propres revendications et par solidarité, comme indiqué dans leur communiqué...

          Ce qui n’empêche pas que certains nationalistes catalans puissent être syndiqués, également.

          Il n’y a pas non plus de sectarisme de la part des syndicats à ce sujet, comme affirmé dès le départ du conflit, également :

          https://solydairinfo.wordpress.com/2017/10/11/catalogne-espagne-jaune-et-rouge-ou-bien-rouge-ou-jaune/

          Luniterre


        • jaja jaja 31 octobre 2017 15:46

          @Luniterre : « Avec leurs propres revendications et par solidarité, comme indiqué dans leur communiqué... »

          Et heureusement encore ! Si les syndicats s’alignaient sur la droite catalane qui leur a imposé l’austérité où irait-on ?


        • Xenozoid Xenozoid 31 octobre 2017 15:46

          @Ar zen
          c’est que la loi fondamentale d’un pays ne peut pas être violée. Elle peut être modifiée mais pas bafouée. Qu’en pensez vous ? 


          que ceux qui on écrit la loi étaient au pouvoir, sinon elle ne serait pas la

        • Luniterre 31 octobre 2017 15:59

          @jaja

          En acceptant, et pour cause, de participer aux élections organisées sous l’égide du pouvoir madrilène, Puigdemont admet de facto le manque de légitimité de sa démarche antérieure, y incluant le référendum du 1er Octobre.

          L’opposition catalane à l’indépendance reste trop forte pour imposer un nouvel Etat sur la base d’une majorité relative, qui reste donc une minorité réelle, concrètement.

          La situation aurait pu être différente si la « majorité silencieuse » était restée passive, selon le principe « qui ne dit mot consent »... Mais ce n’est pas le cas.

          Puigdemont a 7 semaines pour renverser la donne... Improbable, sauf très grosse bévue de la part de Madrid...

          Et tout sera encore à refaire, après, pour arriver à un nouveau référendum...

          Doublement improbable...

          Là encore, sauf série de bévues...

          Luniterre

           


        • Ar zen Ar zen 31 octobre 2017 16:43

          @Xenozoid

          C’est juste. Aussi, pour changer la donne, il vous suffit de voter pour un candidat qui propose « l’initiative populaire » et qui imposera, dans la Constitution, que seul le peuple a autorité pour modifier « ’sa » loi fondamentale. 

          Il existe au moins un candidat qui fait cette proposition. Maintenant, si le peuple souhaite continuer à être berné, il lui suffit de voter pour des représentants qui modifient eux même la loi fondamentale qu’ils sont supposés respecter. 

          Les solutions existent, il suffit de les saisir. Mettez donc à la porte celles et ceux qui peuvent encore modifier la loi fondamentale dans leur propre intérêt et non dans celui du peuple. Supprimez la « procédure du congrès » et vous verrez les résultats. C’est au peuple et à lui seul, qu’il appartient de pouvoir modifier sa loi fondamentale.

        • Xenozoid Xenozoid 31 octobre 2017 16:52

          @Ar zen

          ne me vend personne


          Les solutions existent, il suffit de les saisir. Mettez donc à la porte celles et ceux qui peuvent encore modifier la loi fondamentale dans leur propre intérêt et non dans celui du peuple.

          revenire a la nation qui vous a mis dans cette merde , n’est qu’un pansement
          j’ai comme l’impression que sade avait raison,mais que le bisnesse s’en fout,il fournit les cordes

        • Ar zen Ar zen 31 octobre 2017 17:34

          @Xenozoid

          Je n’ai cité aucun nom. Et si vous cherchez vous trouverez au moins 2 candidats qui proposent l’initiative populaire et la suppression de la procédure du Congrès. 

          Je vois les choses comme ça. Vous citez le divin marquis mais, quant à vous, que proposez vous ? Le statut quo ? 

        • Xenozoid Xenozoid 31 octobre 2017 17:44

          @Ar zen

          la loi étant ecrite par le pouvoir,je ne vois un status quo
           que dans une collaboration avec le capital,le mien est sans choix, en hollande ou en france , les banques sont obligatoire, les compte aussi
          revenire aux banques francaise,sans s’e n prendre aux memes c’est de la catolanisasion(nouveau mot),de la merde

        • oncle archibald 31 octobre 2017 18:43

          @jaja : pauvre âne ! Qui a convoqué les états généraux ?

          Les États généraux de 1789 seront donc les seuls où la représentativité des députés assurée par la « liberté des suffrages » sera posé comme un impératif incontestable. Ainsi, il n’y aura malgré les sollicitations aucun membre de droit, le roi renonçant contre la tradition à son « droit d’exclusion » des députés qu’il jugerait indigne. Cet impératif sera confirmé et explicité dans le Règlement royal du 24 janvier 1789 et les décisions qui suivront jusqu’à l’ouverture des états ; nombreux étant ceux qui chercheront dans les faiblesses des textes plutôt que de leur esprit à dévoyer les instructions royales.

          https://fr.wikipedia.org/wiki/Convocation_des_%C3%A9tats_g%C3%A9n%C3%A9raux_de_1789


        • Ar zen Ar zen 31 octobre 2017 18:49

          @Xenozoid

          Si les représentants du peuple étaient « vraiment » leur représentants, ils prendraient en permanence des décisions allant dans le sens de l’intérêt général, de l’intérêt commun, de l’intérêt collectif. Ils prendraient des décisions favorisant, au mieux, une plus juste répartition de la richesse produite. 

          En présence de banques, en présence de comptes, si « nos » représentants prennent les décisions allant dans le sens du peuple, les banquiers seront muselés. Quelques lois et règlements s’’en chargeraient rapidement. 

        • jaja jaja 31 octobre 2017 19:22

          @oncle archibald

          Pauvre crétin ! Qui est à l’origine de la Révolution française sinon le petit peuple de Paris ?

          N’oublie pas la révolte complètement illégale et sévèrement réprimée par la justice royale des ouvriers de la Manufacture Réveillon au faubourg Saint Antoine, tout près de la Bastille... fin avril 1789...
          Cet évènement est considéré par les historiens comme un élément avant-coureur de la prise de la Bastille, le 14 juillet 1789 et, à plus grande échelle, de la Révolution française...


        • Xenozoid Xenozoid 31 octobre 2017 19:47

          @Ar zen

          donc le pouvoir a raison d’écrire des lois,que tous le monde vote

        • Ar zen Ar zen 31 octobre 2017 21:58

          @Xenozoid

          Dans un démocratie semi-directe, comme en Suisse, « tout le monde » peut, à travers l’initiative populaire, proposer des lois qui sont adoptées à la majorité des votants. 

          « Tout le monde » peut aussi, à l’aide du référendum « facultatif » dénoncer une loi votée par les « représentants ». 

          Ce système se rapproche le plus de la démocratie, c’est à dire le pouvoir du peuple, pour le peuple, par le peuple. 

          « Le pouvoir », comme vous l’écrivez, s’il écrit des lois que ne souhaite pas le peuple, ou que celui-ci réprouve, se fait rembarrer par le référendum facultatif. 

          Avec ce système le peuple est le souverain mais cela lui impose de s’exprimer très souvent à travers les urnes. 

          Il n’y a rien d’inéluctable. La pédagogie peut amener le peuple à prendre ses responsabilités et son destin en main. 

        • Ar zen Ar zen 31 octobre 2017 22:11

          @jaja

          Jaja, avant de traiter les autres de « crétins » il faudrait réviser vos bases. Vous avez tout faux !

          Vous en êtes donc resté à la « révolution » française menée par le peuple ? Vous ne savez donc pas qu’il s’agissait d’une révolution de « bourgeois » qui disputaient le pouvoir aux aristocrates ? 

          Vous avez du retard à l’allumage et de sacrées lacunes. 

          1°) « Faîtes attention à l’histoire que l’imposture se charge d’écrire » 

          2°) Croire à l’histoire officielle c’est croire des criminels sur parole". 


          Révisez votre sujet en suivant le lien.


        • oncle archibald 31 octobre 2017 22:12

          @jaja : qui a écrit une grosse connerie au sujet de « l’infortné monarque » vous ou moi ? Pour une fois qu’on avait un roi correct ! On aurait pu finir comme les anglais, avec un roi « vieux sage » mais non. Il fallait qu’il meure. Comme si les morts faisaient jamais avancer quelque chose que ce soit ! Utilises par les Bourges, les seuls qui avaient quelque chose à gagner et contents de s’être faits enc ... 


        • oncle archibald 31 octobre 2017 22:15

          @jaja : utilisés, baisés, et contents de s’être faits enclumer .....


        • jaja jaja 31 octobre 2017 23:02

          @Ar zen qui remarque encore une fois que je réponds par l’insulte mais fait semblant de ne pas voir que ce n’est qu’une réponse à un insulteur...

          Sur le fond je parlais des débuts de la Révolution accomplie par le petit peuple mais non menée et dirigée par lui... Qui ignore dans ce pays que la Bourgeoisie avait la totale maîtrise de la direction politique de la RF ? Dans le cas contraire ça se saurait...

          D’ailleurs comme ce ne sera pas la dernière fois dans l’histoire que dans les plis du drapeau tricolore se cachera la Bourgeoisie exploiteuse qui aura raison du révolutionnaire le plus avancé, de l’époque Gracchus Babeuf, et à nouveau, en 1830, comme en 1848, flouera les gens du peuple...

          Donc ce que vous appelez « mes lacunes » ne sont chez vous que polémique idiote... plutôt que vous occuper de mes bases essayez plutôt de quitter la sphère complotiste... Ce qui vous permettrait d’analyser vos contradicteurs beaucoup plus lucidement que vous ne le faites !


        • jaja jaja 31 octobre 2017 23:22

          @oncle archibald : « Il fallait qu’il meure. Comme si les morts faisaient jamais avancer quelque chose que ce soit ! »

          Vous avez raison... Donc les crimes du Roi et de sa justice exécutant les leaders de l’émeute Réveillon sont aussi condamnables non ? Au nom d’une mort qui ne fait jamais avancer quoi que ce soit, comme vous le dites si bien !
          Et ceci explique la volonté de vengeance des gens du Faubourg Saint Antoine contre le tyran meurtrier...


        • oncle archibald 1er novembre 2017 00:02

          @jaja : mais la vengeance est toujours un signe de faiblesse, les vrais vainqueurs peuvent se permettre d’être magnanimes... relisez Cinna : une tête coupée en fait renaître mille et le sang répandu de mille conjurés ont rendu mes jours plus maudits mais non plus assurés ....


          Si la révolution Française a eu le succès qu’on lui connaît , y compris auprès de moi et plus geralement dans le monde entier, c’est parce que un fine elle a permis l’avènement de la démocratie, pas parce qu’elle a coupé la tête d’un roi qui s’en serait accomodé.

        • jaja jaja 1er novembre 2017 00:32

          @oncle archibald

          C’était aussi l’avis de Gracchus Babeuf qui était contre la terreur... Terreur qui d’ailleurs avait pour but de faire oublier aux masses populaires qu’elles étaient tout aussi exploitées qu’auparavant... Alors que Babeuf prônait lui le partage des fruits du travail et l’égalité de fait...


        • Ar zen Ar zen 1er novembre 2017 07:47

          @jaja

          Je vous signale que vous êtes en train de vous contredire. 

          Je sais qu’il est difficile pour vous d’admettre que le « peuple » a été manipulé lors de la révolution française. C’était, en quelque sorte, une des premières révolutions de couleur. 

          Admettre que les révolutions ne sont pas le fait du peuple c’est comprendre, pour vous, que votre château de cartes s’écroule. Tout votre discours ne tient que sur l’utilisation de la « révolution » mais derrière celle-ci se cache toujours une tentative de prise de pouvoir, et pas celui du peuple. 

          Et vous terminez votre commentaire en utilisant l’argument « massue »’, l’argument suprême, comme dans les meilleurs « merdias » : le complotisme. Décidément Jaja, votre réflexion ne pisse pas bien loin ! Vous êtes la terreur des mises en perspective. 

          Je pourrais être d’accord avec vous si vous envisagiez de me dire dans quelles circonstances vous avez lu sous ma plume des réflexions « complotistes » ? 

          Vous n’avez pas l’air bien malin maintenant avec votre « révolution française » du peuple. Dîtes moi Jaja, vous croyez toujours au Père Noël ? 



        • jaja jaja 1er novembre 2017 09:01

          @Ar zen

          Je crois que vous avez un gros problème de compréhension... J’ai écrit plus haut que dans les plis du drapeau tricolore se cachait la Bourgeoisie. Ce fut le cas en 1789, 1830, 1848 et à chaque fois cette dernière a floué le petit peuple... Hélas vous avez du mal à comprendre ce qui est écrit... De plus parler de « peuple » fait référence à une conception interclassiste de la société qui n’est pas la mienne. Mieux vaut utiliser les termes de Bourgeoisie et prolétariat pour être plus clair...

          Dire que derrière les tentatives de prise du pouvoir par les masses se cachent des forces travaillant dans des buts qui leur sont propres et pour dévoyer les révolutions à leur profit n’est pas une découverte... Je ne vais pas aborder ici avec vous ce qu’en disait Makhaïski mais les dernières expériences socialistes en date portent toutes la marque...

          C’est en 1848, après la répression « républicaine » du prolétariat, puis en 1871, lors de l’écrasement de la Commune, que cela fut compris le plus largement par le prolétariat, qui abandonna à cette occasion le drapeau tricolore, le drapeau des massacreurs..... Ce n’est pas ce qui a empêché les mouvements sociaux d’être ensuite manipulés par une bureaucratie dont les intérêts sont bien loin d’être ceux des travailleurs mais coïncident toujours avec ceux des oligarques au pouvoir...

          Donc pour résumer ma pensée, l’étincelle qui met le feu à la plaine part des soulèvements populaires et la direction politique qui se dégage ensuite porte en germe des intérêts qui lui sont propre... Pour les dirigeants leur révolution est faite, ils sont au pouvoir et ne subissent plus l’exploitation qui les avait jadis motivés... Ils s’octroient ensuite des salaires et des conditions de vie de privilégiés... Pour aller vite et schématiser ce processus mène à la restauration de l’ordre ancien, comme on l’a vu en URSS où les enfants de la Nomenklatura se sont assurés la plus large part du gâteau lors des privatisations et de la restauration du capitalisme privé...

          Complotiste ne fait référence qu’à votre appartenance à la secte UPR, l’extrême droite du repli nationaliste, qui voit des complots et des révolutions oranges partout... ce qui vous mène à vouloir faire entrer dans vos schémas d’analyses viciées les positions politiques de vos contradicteurs...

          Voilà, voilà..

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON

Auteur de l'article

Luniterre


Voir ses articles






Les thématiques de l'article


Palmarès