• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Ar zen

Ar zen

De formation juridique, je me suis intéressé aux dispositions des traités européens depuis 2014. Auparavant je n'y avais pas porté atttention. Je suis allé de découverte en découverte, de désillusion en désillusion. Tous les médias dominants nous cachent et nous dissimulent la portée contraignante des traités européens sur notre droit national. Je m'attache, sur Agoravox, à traduire en langage du quotidien, des textes européens dont la portée est, non seulement méconnue par le grand public, mais aussi maquillée par les médias de grande diffusion. Les politiciens français appliquent, sans le dire à leurs électeurs, des réglements et des directives venus de la Commission européenne. J'accorde, en fonction du temps libre que me laisse mon activité professionnelle, une partie de celui ci à détricoter les médias mensonges concernant la main mise de l'UE sur notre pays aujourd'hui totalement vassalisé par des puissances extérieures. 

Tableau de bord

  • Premier article le 30/06/2016
  • Modérateur depuis le 09/03/2017
Rédaction Depuis Articles publiés Commentaires postés Commentaires reçus
L'inscription 8 3925 1235
1 mois 0 216 0
5 jours 0 30 0
Modération Depuis Articles modérés Positivement Négativement
L'inscription 52 46 6
1 mois 5 5 0
5 jours 1 1 0

Ses articles classés par : ordre chronologique











Derniers commentaires



  • Ar zen Ar zen 17 octobre 17:24

    @Fergus

    Vous devriez demander aux gens dans la rue ce que représente le drapeau bleu aux 12 étoiles d’or. 

    Je pense que pratiquement toutes les personnes répondront : le drapeau de l’Union européenne. Et pourquoi ? Qui connait l’existence du Conseil de l’Europe ? Pratiquement personne. A tel point que la majorité des personnes pensent que le Conseil de l’Europe est une institution de l’Union européenne. Faites le test Fergus !

    Le drapeau « européen » est le symbole de l’Union européenne et, plus largement, de l’identité et de l’unité de l’Europe. Quoi d’autre ?

    https://europa.eu/european-union/about-eu/symbols/flag_fr

    Ce drapeau bleu aux étoiles d’or, bien que sur le fond vous ayez tout à fait raison, est aujourd’hui le symbole de l’Union européenne et non celui du Conseil de l’Europe. Et si ce drapeau figure dans l’enceinte de l’assemblée nationale c’est pour montrer notre engagement à l’Union européenne, notre intégration à l’Union européenne, le contexte supranational dans lequel baigne la France. 

    Et je suis d’accord avec Alinéa qui indique que le symbole de l’UE dans l’enceinte de l’assemblée nationale est là pour rappeler aux députés que leur rôle de « représentants du peuple » se réduit aux questions sociétales. Les questions économiques et les affaires étrangères appartiennent à l’Union européenne. C’est simplement la réalité à laquelle nous sommes confrontés. D’ailleurs, Viviane Reading, en son temps, devant les parlementaires ébahis, a bien fait savoir qu’il n’y avait plus de politique nationale du tout. Qu’en pensez vous Fergus ? 



  • Ar zen Ar zen 17 octobre 15:40

    @Lugsama

    Si vous aviez un seule chose à retenir c’est que tous les dirigeants et personnalités politiques qui se sont prononcés pour l’indépendance de la Catalogne sont tous « européistes ». 

    C’est une indépendance pour rire au sein d’une entité supranationale que voulaient ces tristes sires.

    La Constitution espagnole interdisait ce genre de référendum catalan. Alors, je suis d’accord, la loi s’applique, la Constitution s’applique, le référendum est illégal sous cette forme. Il n’y a rien d’autre à dire. 


  • Ar zen Ar zen 17 octobre 14:57

    @Ar zen


    Vous devriez simplement réfléchir à ce que veut dire ’l’indépendance de la Catalogne" au sein de l’Union européenne. A vrai dire c’est rien ! Avez-vous fait cet effort ? 

    Une indépendance dans le cadre de l’Union européenne c’est de la poudre aux yeux, cela flatte ceux qui sont attachés à leur région, et cela se comprend. Et le pauvre peuple tombe dans le piège ignoble.

    Les Etats Nations, dans le système supra-national qu’est l’UE, ont transféré la plus grande partie de leur souveraineté, c’est à dire de leur pouvoir de décision, à l’Union européenne. C’est un fait mais qui n’est jamais expliqué dans les médias ce qui fait que la grande majorité des personnes pensent que les lois et règlements en France viennent d’idées et de débats en France. Que nenni !


    L’orientation des politiques européennes étant juridiquement fixée dans les traités, elle ne peuvent donc plus être discutées en tant que priorité communes. Ces politiques appartiennent désormais à la Charte constitutionnelle de l’Union européenne aussi sûrement que la Déclaration des droits de l’Homme et du Citoyen de 1789 est partie intégrante à la Constitution française depuis 1946. Il ne reste aux 27-28 Etats qu’à négocier chacun au mieux de ses intérêts propres, les modalités, conditions et calendrier d’application. 

    Cette consécration par les traités des politiques européennes, résultent, sur ces orientations programmatiques, de la ratification par les Etats de ces traités en toute connaissance de cause. Il reste que ces orientations politiques sont une contrainte juridique pour les Etats, tant au stade de l’exécution des normes qu’à celui de la conception dans le cadre des négociations préalables devant le Comité des représentants permanents – COREPER-, en Conseil et au sein des centaines de comités d’experts qui préparent les travaux de la Commission. Elles encadrent aussi l’activité législative et de contrôle, des 751 députés au Parlement européen, réduisant d’autant leur espace de délibération politique. Elles réduisent également l’intérêt, pour ce parlement, d’obtenir l’initiative de la proposition législative qui caractérise tout parlement démocratique. 

    Si dans le futur le droit d’initiative devait être partagé avec les eurodéputés, le Parlement devrait considérablement augmenter les effectifs de son service de la séance et recruter des juristes de haut niveau, rompus au droit constitutionnel européen, pour étudier la recevabilité, financière et législative, des propositions de loi émises individuellement par les eurodéputés afin de vérifier qu’elles n’empiètent ni ne contredisent les politiques fixées par les traités.


  • Ar zen Ar zen 17 octobre 14:48

    @Lugsama

    Avez vous pris connaissance du lien que contenait ma réponse ? 

    Une loi constitutionnelle fait maintenant partie de la théorie du complot ? Vous ne savez donc pas lire ? Vous avez trouvé très exactement le qualificatif qui vous sied le mieux : grotesque.

    Vous avez l’arme absolue que vous sortez lorsque vous êtes à cours d’argument : la théorie du complot. Avec ceci vous êtes certain de ne pas faire les mises en perspective qu’il conviendrait de faire. Vous ne savez donc pas réfléchir ? 

    Qui vous parle d’une Catalogne « hors de l’UE » ? Tous les leaders indépendantistes, sans aucune exception, sont « pro-européens ». Alors lorsque l’on agite le peuple pour une « Catalogne indépendante » dans le cadre de l’UE, qui est une entité « supranationale », cela s’appelle se moquer du monde !

    L’adjectif supranational qualifie ce qui se place au-dessus des nations, de leurs gouvernements, de leurs institutions. Est supranational ce qui dépasse les souverainetés nationales.
    Les organisations supranationales sont pourvues de pouvoirs de décision à l’égard des Etats membres et de leurs ressortissants. 

    Exemple : L’Union européenne édicte des normes (règlements et directives), dans ses domaines de compétence, qui ont primauté sur le droit national (droit interne) des États membres et s’appliquent automatiquement.






  • Ar zen Ar zen 17 octobre 13:23

    @Yanleroc

    Et bien c’est très simple. l’Union européenne, à travers la Commission européenne, ne tient absolument pas à opposer les peuples entre eux, les Catalans aux autres Espagnols, pas plus que les Bretons ou les Corses au reste de la France. C’est ainsi que la politique des euro-régions est une politique sournoise, qui prend pied sur du temps long selon la technique habituelle de l’UE, celle des petits pas ou celle du cliquet ou celle dite du « salami ». Un salami entier ne se mange pas. En revanche, découpé en rondelles, il est plus facile à faire passer.

    Il faut que les régions des pays membres de l’UE prennent progressivement plus d’autonomie jusqu’au moment où il sera facile de les « conduire », de les « diriger », depuis Bruxelles. Les Etats Nations disparaitront tout doucement, au profit d’une autonomie des régions pilotées depuis Bruxelles. Les régions devraient, plus ou moins, composer un bassin de 10 millions d’habitants chacune. 

    Après avoir été spoliée de sa souveraineté, la France aborde aujourd’hui la dernière étape de sa dislocation, préambule à sa disparition corps et biens. Il faut, en effet, lire avec une extrême application la loi constitutionnelle 2003-276 du 28 mars 2003 relative à l’organisation décentralisée de la République. Le contenu de cette loi est le poste avancé de la nouvelle carte des régions en France. Dans cette loi est inscrit le démantèlement de la France. Elle détermine une autonomie véritable des régions au détriment de l’Etat français. Ainsi, les 13 nouvelles régions de France sont prêtes à être pilotées depuis Bruxelles. Notre pays est englouti dans une nébuleuse dont presque personne ne comprend le fonctionnement. 

    l’Union européenne cherche surtout à ne pas affoler les populations. Cette affaire catalane vient contrarier le projet à long terme de l’UE. Pour l’UE les choses doivent se faire doucement et subrepticement. 

    Avez vous compris BA ?

Voir tous ses commentaires (20 par page)







Palmarès