• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Retraites : la contre-réforme

Retraites : la contre-réforme

Le gouvernement avait pour mission, donnée par le président E. Macron selon son engagement de campagne, de simplifier le système des retraites pour le rendre plus juste et plus lisible. Son slogan était d'une limpidité égalitaire : "un euro cotisé donne les mêmes droits à la retraite". Mais comme le diable est dans les détails...
 
Avec le dernier rapport du COR (Conseil d'Orientation des Retraites) annonçant un déficit dans la décennie prochaine, les cartes ont été rebattues ... par le gouvernement qui a lui-même en grande partie creusé ce déficit. D'où l'introduction de l'âge pivot à 64 ans, non prévu dans la réforme systémique. Le véritable bon sens pour rééquilibrer le système n'est pas que "l'espérance de vie augmentant, il est normal de travailler plus" (pour contenir la hausse démographique des retraités et la baisse des actifs), vu que personne n'est égale dans la santé, mais de chercher de nouvelles recettes (cotisations et fiscalité ad hoc) * . Le gouvernement affirme que "toutes les options sont sur la table", mais déjà la hausse des cotisations est balayée d'un revers de main, s'alignant ainsi sur la position du Medef.
 
En l'absence du plan gouvernemental sur la transition (officiellement la clause du "grand-père" est abandonnée), voici les grandes lignes de mon contre-plan, à appliquer dès juillet 2020, le temps jouant à creuser le déficit :
1) régime général :
- abandonner l'âge pivot d'équilibre et son système arbitraire et injuste du bonus / malus (pour rappel +/- 5% = +/- 8 trimestres validés),
- durant la période de transition vers la disparition totale et définitive de tous les régimes spéciaux (10 à 12 ans, voir plus bas), permettre d'accumuler jusqu'à cinq trimestres validés par an pour pallier les ruptures de carrière et prendre en compte une fraction de trimestre (par tiers soit 50 h cotisées), moyennant une faible hausse partagée des cotisations-retraite et/ou de la fiscalité * : "Un tiens ne vaut-il pas mieux que deux tu l'auras" ?
2) régimes spéciaux :
- retarder le départ à la retraite des régimes spéciaux de six mois par an, jusqu'à l'alignement sur les 62 ans,
- abaisser dès 50 ans pour tous les salariés avec compte de pénibilité / risque exposé, le temps plein des CDI à 80 %, pour soulager la charge de travail devenant insupportable selon certains grévistes, pour un passage en douceur vers l'inactivité et avec un salaire restant supérieur au montant d'une pension, mais surtaxe des charges patronales, jusqu'à ce que l'employeur offre un poste non pénible et/ou non exposé,
- pour les enseignants et autres fonctionnaires, chaque trimestre, allonger de six mois la prise en compte du salaire moyen : en douze ans, ce régime sera basé sur les vingt-cinq dernières années, proche des vingt-cinq meilleures années du régime général,
- négocier entre partenaires sociaux une durée maximale et/ou un âge limite de pénibilité / risque exposé dans une carrière, selon les branches professionnelles
3) - dans la gouvernance du nouveau régime universel, les partenaires sociaux, selon la situation financière de l'année (comme le budget pour une copropriété), proposeront au gouvernement au choix trois solutions pour maintenir l'équilibre et le niveau de pension : a) augmenter (ou baisser) le montant des cotisations retraite, b) augmenter (ou baisser) la fiscalité, c) jouer sur les deux *. Ainsi, le gouvernement n'aura plus jamais de prise paramétrique (l'âge de départ devient immuable) sur le dossier des retraites
- cumul emploi-retraite possible pour toute personne jusqu'à ses 70 ans ("jurisprudence Delevoye") où le temps de travail (avec cotisations) à mi-temps maximum et la retraite différentielle selon le principe appliqué aux chômeurs indemnisés.
 
Beaucoup de salariés et autres des régimes spéciaux poursuivront la grève pour conserver leurs acquis, dont une caisse excédentaire, mais cette grève est aussi une grève par procuration d'autres salariés, ceux du régime général, craignant encore le retour d'un allongement de la durée de cotisation et/ou le report de l'âge légal de départ à la retraite. Chaque corporation se bat pour conserver ses acquis selon le statut, la pénibilité, et au final y gagnera, soit comme jusqu'à présent au détriment du régime général, soit au détriment de tous les contribuables mais en différé (pour financer les "cadeaux distribués" à des régimes spéciaux) . Mais pense-t-elle aux "outsiders" du marché du travail, tels les chômeurs (dont des seniors), les contractuels de l'éducation nationale, etc. ?
 
Je ne suis plus naïf : ce contre-plan n'a aucune chance d'être suivi par nos dirigeants élus, faussement généreux, qui se moquent des avis de citoyens contributeurs, qui ne sont pas tous anonymes ou sous pseudonymes (cf. Grand Débat et autres Consultations numériques), comme des syndicats, d'autant plus que la plupart des salariés de ces régimes spéciaux se montrent franchement - et hélas pour des progressistes - égoïstes, "masochistes" ou vénaux, au choix. Mais il a le mérite d'exister et de faire débat, comme mon premier plan * aurait dû faire s'il était lu, alors que le déficit annoncé est nettement moins important que la dette publique, dont un déficit budgétaire récurrent *.
 
* cf. "Le Plan C" ou "A la recherche des équilibres perdus" (2014), contenant mes propositions chiffrées et détaillées par catégorie professionnelle pour un retour à l'équilibre
www.philippe-poinsot.monpetitediteur.com
 
Philippe POINSOT de Dijon

Moyenne des avis sur cet article :  2/5   (4 votes)




Réagissez à l'article

4 réactions à cet article    


  • ASTERIX 9 janvier 10:09

    CE n’est pas en faisant APPEL AUX FONDS DE PENSION qui semble pour la bande des pieds nickelés LA PANACEEde NOTRE EMPEREUR .... DELEVOYE PENICAULT BUZYN BORNE PHILIPPE PIETRASCNOCK qu’on aura une meilleure retraite des boites COMME BLOCK ROCK prennent 6% DE FRAIS DE GESTION ET AUTANT DE COMMISSIONS OFFERTES AUX LOBBYISTES CITES CI DESSUS !!! ET AUTES MARGOULINS

    vous placez 120000 EUROS SUR 10 ANS IL FAUDRA ATTENDRE 2031 POR FAIRE UN PETIT BENEFICE (avec un intéteret a 1%

    il vous restera vos yeux pour pleurer donc le simulateur toujours pas opérationnel « gonflera les bénéfices » et ne parlera pas des frais et commissions" de nos ELUS NATIONAUX ET DES INTERMEDIAIRES COMME TAKKIEDINE OU BEN ALLAH ET CIE LIBANAIS OU AUTRES §§§§§


    • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 9 janvier 10:18

      Le gouvernement avait pour mission, donnée par le président E. Macron selon son engagement de campagne, de simplifier le système des retraites pour le rendre plus juste et plus lisible.

      .

      Je n’ai pas lu plus loin, Macron ne décide de rien du tout.

      Il suit point par point les feuilles de route de Bruxelles, en application des Traités néolibéraux que la France a signés, en particulier le Pacte de stabilité et de croissance de la zone euro.

      .

      Feuille de route 2017/2018

      .

      Feuille de route 2018/2019

      .

      Feuille de route 2019/2020.

      .

      Point n° 15 : La réforme prévue du système de retraite pourrait aider à alléger la dette publique à moyen terme et réduire ainsi les risques pesant sur sa soutenabilité.

      L’équilibre budgétaire du système de retraite dépend fortement des hypothèses macroéconomiques.

      Selon le tout dernier rapport annuel du Conseil d’orientation des retraites, les dépenses de retraite représentaient 13,8% du PIB en 2017 ;

      Elles devraient en représenter 13,5% en 2022, avant d’évoluer dans une fourchette comprise entre 11,6% et 14,4% à l’horizon 2070, suivant le taux de croissance retenu pour l’évolution dans le temps du PIB et de l’emploi.

      Plus de 40 régimes de retraite coexistent en France. Ils concernent des catégories de travailleurs différentes et fonctionnent selon des règles qui leur sont propres.

      Un projet de loi, attendu avant la fin de l’année, devrait uniformiser progressivement les règles de ces régimes, en vue de simplifier le fonctionnement du système de retraite, notamment pour améliorer sa transparence, son équité et son efficacité."

      .

      PS : Macron n’a aucun compte à rendre aux français, par contre, il doit rendre des comptes aux Institutions européennes de la bonne application des ordres donnés.


      • Le421 Le421 9 janvier 18:11

        Demandez donc aux flics, même dans 10 ans, de travailler jusqu’à 62 ou 64 ans...

        Puisqu’on veut le même système pour tous.

        Pire, comment se fait-il qu’ils refusent ce nouveau système mirifique puisque « tout le monde y gagne ».

        Si même « la maison Royco » a compris l’embrouille et je ne pense pas qu’il n’y ait que des premiers de la classe dans leurs rangs cela veut dire que le gouvernement prends le reste des citoyens pour encore plus cons...


        • BA 10 janvier 08:16

          Vendredi 3 janvier 2020, le gouvernement a transmis le projet de loi sur la réforme des retraites au Conseil d’Etat. Le projet de loi est donc déjà écrit : les syndicats n’ont plus rien à négocier.


          Les réunions entre le gouvernement et les syndicats, c’est de la comédie : ça ne sert plus à rien. Tout est déjà écrit.


          Le journal LE MONDE a pu lire ce projet de loi : en 2027, l’âge pivot sera de 64 ans. Si un Français part à la retraite avant 64 ans, il subira une décote.


          Retraites : l’âge pivot figure dans l’avant-projet de loi instituant le système universel.


          Il entrera progressivement en vigueur à partir de 2022 pour atteindre 64 ans en 2027, sauf si les partenaires sociaux trouvent une solution alternative avant septembre 2021.


          La nouvelle ne va pas faire plaisir au secrétaire général de la CFDT, Laurent Berger. L’âge d’équilibre (ou âge pivot) figure en toutes lettres dans l’avant-projet de loi réformant le système de retraite, que le gouvernement vient d’envoyer au Conseil d’Etat, ainsi qu’à des caisses de Sécurité sociale, et que Le Monde a pu consulter.

          Conformément à ce qu’avait déclaré le premier ministre Edouard Philippe le 11 décembre 2019, devant le Conseil économique, social et environnemental, l’âge pivot, qui vise à faire travailler plus longtemps les actifs et à résorber le déficit du système de pensions, entrera progressivement en vigueur à partir de 2022 pour atteindre 64 ans en 2027.

          https://www.lemonde.fr/politique/article/2020/01/10/retraites-l-age-pivot-figure-dans-l-avant-projet-de-loi-instituant-le-systeme-universel_6025361_823448.html

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès