• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Retraites : solidarité, équité et volonté politique... le compte n’y (...)

Retraites : solidarité, équité et volonté politique... le compte n’y est pas !

 

Retraité en colère

 

Cher(e) ami(e) ,

 

je m'adresse à toi afin de partager un « détail » qui me semble assez important concernant la réforme des retraites et plus précisément le « déséquilibre des cotisations entre les actifs et les retraités ». Plus clairement, les cotisations des actifs n'arrivent plus à financer les très « nombreuses retraites »...

D'où le besoin de corriger cette « anomalie ». Le gouvernement veut créditer une retraite par points, rejetée par les actifs et non sans raisons, car dans un système prôné par « L'Europe libérale », tout est bon quand 'il s'agit de dépouiller les actifs afin d'augmenter les profits des plus riches.

Effectivement, il existe une anomalie clairement observée au quotidien. Il suffit d'emprunter une autoroute pour s'apercevoir que le péage automatique a remplacé l'être humain et ce dernier a disparu dans une bonne quantité de banques, de supermarchés, de pompes à essence, etc...Le compteur Linky fera disparaître un bon nombre de contrôleurs, suivi bientôt par celui du gaz, de l'eau, etc...

Ceci implique évidemment moins de cotisations car les machines, en travaillant jour et nuit, ne sont pas assujetties à cotisations, pour le grand bonheur des actionnaires, de ce fait de plus en plus riches...Bien sûr le progrès est là, mais il devrait profiter à tous.

Une grande partie de la solution pour parvenir à un équilibre consisterait donc à faire payer à ces grosses entreprises les sommes équivalentes aux cotisations perdues afin de rétablir l'équité et donner des solutions à ce gouvernement « si soucieux des déséquilibres ».

En ce qui concerne les régimes spéciaux de retraites, là aussi il y a omerta sur les vrais objectifs de cette confrontation entre travailleurs, bruyamment présentée par ce gouvernement comme injustice entre retraités jouissant de privilèges et d'autres démunis de ceux-ci.

Bien entendu, cette « action égalitaire » n'a rien de tel. Il s'agit tout simplement de supprimer toute conquête sociale afin de rendre attractifs des secteurs publics (dont celui des cheminots) afin de procéder à une privatisation bradée à des prix plus qu'intéressants pour la finance internationale, tout en respectant les consignes d'une Europe ultralibérale. Tout ça en dépit de l'expérience anglaise catastrophique concernant la privatisation du rail.

L'égalité entre secteurs « privilégiés » et les autres n'aura jamais lieu car les députés, sénateurs et autres « serviteurs de l’État » n'accepteront jamais une retraite à points...Comme quoi il s'agit bien de privatisations…

L'argent dans ce pays coule à flot, il suffit également d'aller le chercher chez les fraudeurs... Juste un exemple, plus d'un tiers des filiales étrangères des banques françaises est situé dans des paradis fiscaux et ce n'est pas pour profiter du soleil... Plus de 14 milliards d'euros génèrent ces placement, sans compter l'optimisation fiscale et autres arguties mensongères permettant de détourner de la fiscalité des sommes faramineuses. Celles-ci, sciemment et équitablement utilisées, pourraient améliorer la vie de tous.


Moyenne des avis sur cet article :  3.82/5   (11 votes)




Réagissez à l'article

4 réactions à cet article    


  • JL JL 14 décembre 2019 16:39

    ’’« L’Europe libérale », tout est bon quand ’il s’agit de dépouiller les actifs afin d’augmenter les profits des plus riches ’’

     

    En vérité, il existe deux sortes de revenus : les revenus du travail et les revenus de la rente. Or, excepté pour les happy fews qui sont au monde du travail ce que les stars du sport ou du spectacle sont à tous leurs collègues besogneux, le travail n’a jamais permis de faire fortune : aussi large que soit devenu l’éventail des salaires, celui de la rente est incomparablement plus monstrueux.

     

    ’’Une grande partie de la solution pour parvenir à un équilibre consisterait donc à faire payer à ces grosses entreprises les sommes équivalentes aux cotisations perdues afin de rétablir l’équité et donner des solutions à ce gouvernement « si soucieux des déséquilibres » ’’

     
     N’y pensez pas ! Ce aurait pour conséquence d’impacter à la baisse les dividendes, et cela, les gros actionnaires ne le permettront jamais. Et pas non plus possible d’appauvrir par l’impôt les petites rentiers : ils constituent la base électorale des politiques en faveur des riches, en même temps que leurs bataillons d’activistes, lobbyistes et trolls en tous genres qui grouillent, grenouillent et scribouillent, quand ils ne font pas le coup de poing dans la rue.
     
     
     « préoccupés du seul soin de faire fortune, les hommes n’aperçoivent plus le lien étroit qui unit la fortune particulière de chacun d’eux à la prospérité de tous  » Tocqueville.
     
     Voilà pourquoi tout fout le camp : c’est la politique du « Après nous le déluge »


    • Spartacus Spartacus 14 décembre 2019 18:54

      Quand des gauchistes sont habituées à des régimes spéciaux préférentiels, l’égalité de traitement leur paraît une énorme discrimination.

      Triste France hypocrite.


      • nemo3637 nemo3637 15 décembre 2019 18:07

        Ce qui reste étonnant, chaque fois que l’on évoque le problème des retraites — en clair leur financement — c’est l’absence de questionnement venant des élites concernant LES RESSOURCES. Plutôt que d’avancer avec audace des idées d’investissements, d’enrichissement de la société, les gouvernements ne semblent penser que par des restrictions — pour les salariés — , d’économies « sur les dépenses publiques »...

        Le système n’aurait donc plus à nous proposer que le racornissement ?

        C’est vrai , quoiqu’on dise Macron, quelque soit l’état exangue des classes populaires,qu’ aucun avenir, aucune perspective ne se dégage pour le capitalisme.

        Mais ça c’est mon opinion.

        Le Pouvoir lui nous promettait toujours un meilleur futur.

        Alors où sont-ils les investissements de ces capitaines d’industrie ? Les nouvelles industries elles-mêmes ? Les grands travaux ?...

        Où est-il notre Roosvelt français ?

        Avec d’autres, aurions-nous, « hélas », raison ?


        • zygzornifle zygzornifle 16 décembre 2019 11:29

          Travailleur de l’amiante je finis en retraite a 1040€ mois , magnifique , heureusement je n’ai pas veauté Macron autrement je me serai pendu .....

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON

Auteur de l'article

valderrama


Voir ses articles






Les thématiques de l'article


Palmarès