• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Sauver Mayotte ?

Sauver Mayotte ?

Mais comment peut-on sauver une île qui est revendiquée par les Comores et qui a été poussée par le pouvoir central français à rester et devenir indépendante « démocratiquement » pour les seuls intérêts stratégiques (militaires et espaces maritimes) de la puissance coloniale française qui la gouverne depuis en 1841.

Alors maintenant que ce 101e département français est devenu un réservoir de pauvreté et d’inégalités locales et nationales, (un RMI qui est quatre fois inférieur qu’en métropole. Et un SMIC dérisoire également « adapté au sous-développement local ».) L’état français brille de sa tradition colonialiste du « deux poids, deux mesures ». Mais « l’honneur » est sauf car cela s’est fait en toute démocratie républicaine française ! 

Sans parler de ce nouveau paradis fiscal très favorable aux puissances financières pour les blanchiment… 

un « repères » de plus sur les paradis fiscaux, c’est évident : « Vous pouvez utiliser les niches fiscales d’outremer pour faire fuir les capitaux, mais ces niches posent aussi la question du blanchiment. Dès que vous ouvrez des portes qui permettent légalement de réduire l’imposition, vous tentez des gens qui ont acquis des fonds illégalement de les réinvestir dans un circuit légal ».

La départementalisation de Mayotte, a permis d’en légaliser un de plus et d’offrir la possibilité aux capitalistes frauduleux de continuer, en toute impunité, à magouiller. 

En fait, ce 101e département français devrait logiquement revenir (culturellement, sociologiquement et politiquement ! ) à l’état des Comores et cela éviterait de favoriser un cahot annoncé et prévu dans cette région, mais dont les pouvoirs centraux parisiens n’en ont cure car ils n’ont pas cherché à garder cette îles pour améliorer le sort de sa population, mais uniquement par intérêt stratégiques hégémoniques (comme on peut le lire dans le rapports du sénat et des députés). Tout comme les autres territoires français outre-mer… (Le PIB de Mayotte par habitant y est 13 fois plus important que celui des Comores et 23 fois supérieur à celui de Madagascar… mais restera 4 à 6 fois plus pauvre que la moyenne nationale française et cela n’est pas prêt de changer… Une île pour sous-français en toute légalité républicaine…)

Donc il n’y a pas à attendre de solution viable sans un retour de ce confetti d’empire aux îles des Comores…

Alors maintenant voudraient sauver une île d’une catastrophe annoncée ! 

Mais est-ce bien pour sauver une île ou pour sauver la puissance coloniale de la France qu’ils veulent par charité offrir à sa population une petite compensation ou aide qui restera d’un montant dérisoire, mais un montant incroyablement attractif pour les populations des îles environnantes qui favorisera un peu plus la problématique d’immigration… ?

Pour ma part, j’ai déjà répondu sur ce sujet des « colonies » françaises dans un article le 15 février 2017 : “Ma vision de la France !” “ La France telle que je la conçois pour son futur lumineux ! ”

à lire ici : https://www.agoravox.fr/tribune-libre/article/la-france-telle-que-je-la-concois-191668

 

Le colonialisme français déguisé démocratiquement n’a pas d’avenir pour les peuples…

 

Avec mes courtoises salutations citoyennes.

Pierre Sarramagnan-Souchier, le 13 mars 2018.

 

Note : Rappel : Le 11 avril 1976, à la suite d’un nouveau référendum statutaire où 79,6 % des Mahorais se prononcent en faveur de la départementalisation, solution non proposée au suffrage, la France érige Mayotte en collectivité territoriale de la République, en dépit des protestations internationales. En effet, le 21 octobre 1976, 102 États protestent à l’ONU contre le référendum de Mayotte, considéré comme une atteinte à la souveraineté de l’État comorien. Il n’y a qu’une voix contre et 28 abstentions. Le 13 mai 1977, les Comores, membre de l’ONU, se proclament « une république démocratique, laïque et sociale ». (Source : https://www.cairn.info/revue-outre-terre1-2005-2-page-515.htm)
 


Moyenne des avis sur cet article :  2/5   (9 votes)




Réagissez à l'article

69 réactions à cet article    


  • zygzornifle zygzornifle 14 mars 10:41

    Faut se débarrasser de Mayotte ? De toute façon dans une décennie il n’y aura plus que des « Comoriens a perdre tout a gagner » , ils crieront vive la république , vive la France et le gouvernement distribuera a la criée la nationalité Française , les cartes vitale , les allocs , la CMU et touti quanti .... 


    • leypanou 14 mars 11:03

      un RMI qui est quatre fois inférieur qu’en métropole. Et un SMIC dérisoire également « adapté au sous-développement local » : mais par contre, le salaire du député du coin n’est pas adapté au sous-développement local.

      C’est comme les députés européens : ils touchent tous la même chose, alors que le smic roumain ou grec ou bulgare n’est pas égal au smic français, allemand ou hollandais.

      On peut faire la même comparaison pour les médecins ou pilotes d’avions ou d’autres fonctions en fonction des pays respectifs.


      • gardiole 14 mars 11:40

        « un cahot annoncé » ? Un « chaos », plutôt, non ?
        « et cela n’est pas prêt de changer » : « près », plutôt.

        Si, au moins, la classe politique nous expliquait quel est l’intérêt de garder Mayotte pour que nous puissions juger de l’utilité d’y « mettre le prix » dans l’intérêt bien compris de l’ensemble des Français, Mahorais ou pas.


        • @gardiole
          Merci pour les remarques orthographiques !


        • Montdragon Montdragon 14 mars 13:15

          J’ai la solution c’est évident !
          Garder uniquement Petite Terre, pôle administratif du territoire, en en faisant un bastion fortifié, maintiendrait une présence française localement.
          Que les autres se démerdent ils chient sur la France.
          Les futuniens sont 10 fois moins riches et ne crachent sur personne, eux.


          • Aita Pea Pea Aita Pea Pea 14 mars 13:35

            @Montdragon

            Les polynésiens faut pas leur chier dans les bottes.Voir le débile salafiste qui voulait ouvrir sa mosquée à Papeete.Il est reparti la queue entre les jambes après des menaces de vie éternelle par 2000 mètres de fond .


          • Montdragon Montdragon 14 mars 14:25

            @Aita Pea Pea
            Oui, j’ai appris une certaine politesse là-bas^^, dans l’île des géants.


          • Aita Pea Pea Aita Pea Pea 14 mars 14:31

            @Montdragon Raiatea ?


          • Montdragon Montdragon 14 mars 19:24

            @Aita Pea Pea
            l’île des géants c’est Wallis, en Polynésie.


          • Aita Pea Pea Aita Pea Pea 14 mars 20:12

            @Montdragon Mythologie Polynésienne ...J’avais appris ça sur le grand marae de Taputapuatea ,a Raiatea . Au moins savons nous tous deux où est la terre des hommes,le fenua enana. Mais chut faut pas le dire ,s’eviter les cons ...


          • Montdragon Montdragon 14 mars 21:29

            @Aita Pea Pea
            Venus à Uvea sur la mythique pirogue géante Lomipeau, probablement des Tonga.
            Le fort tongien visible là-bas est prodigeux, lieu de mariages et sacrifices multiples !
            Une île étonnante.


          • Montdragon Montdragon 14 mars 21:30

            @Aita Pea Pea
            taputapu... ? Le genre de lieu plus que sacré...vous êtes veinard.


          • Aita Pea Pea Aita Pea Pea 14 mars 21:34

            @Montdragon

            Chut ... Et les Marquises ...mais chut ...lol


          • Aita Pea Pea Aita Pea Pea 14 mars 21:44

            @Montdragon Mon père habite à 10 bornes de là. Il y a des lieux encore plus exceptionnels aux Marquises. Rien qu’à Ua Pou ...des vies entières pour les archéologues.


          • Aita Pea Pea Aita Pea Pea 14 mars 22:07

            @Montdragon Deux fois tapu oui c’est du lourd .


          • bob de lyon 15 mars 09:40
            @Aita Pea Pea

            J’ai raté un épisode...

            Où pourrais-je trouver cette anecdote roborative ?

          • Jean Roque Jean Roque 14 mars 13:21

            Excellente filière de grand remplacement
             
            70% des naissances étrangères
            55% de la population
             
            « Des chances pour la France » qu’aiment bien Soros et son gocho-collabo Mélenchon


            • V_Parlier V_Parlier 14 mars 13:24

              @Jean Roque
              Pourtant même les locaux déplorent l’immigration illégale !
              Preuve absolue qu’elle est toujours nuisible, même quand les cultures sont les mêmes ! L’immigration illégale de masse appelle les envahisseurs à ce comporter en parasites.

              Ah, nos sacrés dirigeants du « phare du monde » qui ont décidé de l’annexion d’un territoire sans l’administrer, et qui donnent des leçons à la Terre entière !


            • mmbbb 14 mars 19:10

              @V_Parlier n est ce pas ce qui se passe en metropole  !


            • generation désenchantée 14 mars 13:53

              On fait quoi ?
              Changement du droit du sol ,par la loi du sang sur ce département ?
               pour que les immigrées enceintes venant des autres îles , une fois qu’ elles ont accoucher soient renvoyer sur leurs îles d’ origines avec leur bébés qui n’ auront pas droit a la nationalité française

              Ou interception des bateaux en pleine mer ?
              avec arrestations des immigrants et expulsion vers les îles d’ origines , confiscations et destructions des bateaux des passeurs 


              • Eric F Eric F 14 mars 19:43

                @generation désenchantée
                il n’y a tout simplement aucune solution pérenne dans le cadre totalement artificiel du rattachement à la France.


              • sls0 sls0 14 mars 16:55

                Les comoriens décident pour les Comores et les mayottais pour Mayotte.

                Le jour où une majorité de mayottais décide un retour au sein des Comores, ils y retournent.
                C’est la même chose pour tout les départements.
                Tout comme les habitants des autres départements ils préfèrent rester dans le giron français.
                Le RSA chez moi c’est le salaire d’une attachée de direction ou jeune ingénieur, le cout de la vie est différent.
                Je ne connais pas le cout de la vie à Mayotte, je suppose que les cerises sont chères comme chez moi mais ce midi, le repas pour 4 personnes c’est 3€ en produits locaux et mon budget chauffage est de 0€ annuel.
                Difficile de comparer à des lattitudes différentes.

                • Gvar 14 mars 20:10

                  @sls0
                  Les « Mahorais », pas les « Mayottais »


                • moderatus moderatus 14 mars 17:42

                  Bonjour monsieur ,Sarramagnan

                  Je vais essayer de vous faire certaines remarques sans vous froisser, Mais votre idéologie anti française et votre méconnaissance du problème de Mayotte sont si,importants que je vais avoir du mal.

                  Pour avoir vécu 20 ans dans l’océan indien y avoir travaillé , avoir de amis à ;Mayotte, je connais un peu la situation.

                  En fait, ce 101e département français devrait logiquement revenir (culturellement, sociologiquement et politiquement ! ) à l’état des Comores.

                  Donc pour vous la démocratie n’existe pas, les peuples n’ont pas le droit de choisir ,on doit leur imposer un avenir.

                  la réalité des faits

                  En 1974, trois iles comoriennes ont choisi l’indépendance.
                  La grande Comore, Anjouan et Moheli.

                  Mayotte a décidé de rester Française.

                  Le statut de département français a été obtenu en 2011 et approuvé par 95% des votants Mahorais.

                  Il était certain que le rattrapage du niveau de vie avec la métropole serait un processus lent. Tout le monde en était averti.

                  les évènement qui déstabilisent Mayotte , qui apportent le désordre ; la violence et l’insécurité viennent que cette Île est envahie par une immigration massive des populations des 3 autres îles indépendantes qui n’ont pas su assumer leur indépendance.

                  les femmes comoriennes arrivent tous les jours en bateau accoucher à Mayotte pour que les enfants soient français , et leurs maris suivent parce que sur ces iles indépendantes , ils crèvent de faim, le niveau de vie est 1O fois moins élevé.

                  Alors s’il vous plait , vos accusation contre la France sont sans objet et historiquement fausses.
                  Mayotte a choisi la France , et heureusement si on compare son sort avec celui des iles avoisinantes qui ont choisi l’indépendance.

                  Et je parle pas de Madagascar que je connais bien est qui est le quart monde.

                  Soyez cohérent et prenez vous en ç=à ce qui dirigent ces îles indépendantes pour le malheur de la population
                  Ne vous trompez pas de cible.


                  • Gvar 14 mars 22:06

                    @moderatus
                    « la violence et l’insécurité viennent que cette Île est envahie par une immigration massive des populations des 3 autres îles ». (sic)
                    Non, la délinquance ne vient pas des Mahorais. Les Mahorais sont de saintes colombes, des vierges effarouchées... ben voyons ! 
                    Et qui selon vous garnissent généreusement les bancs de nos tribunaux réunionnais ? Ce sont des Mahorais, pas des Comoriens et je sais de quoi je parle, j’y travaille tous les jours. 
                    Les mêmes causes produisent les mêmes effets, que ce soit à La Réunion ou à Mayotte, qu’ils soient Mahorais ou Comoriens : taux de fécondité élevé, milieux pauvres, parents démissionnaires et incompétents.


                  • bob de lyon 15 mars 09:56

                    @Gvar

                    Il y a quelques décennies, nous sommes allés, mon épouse et moi, sur l’île de la Réunion (bon souvenir, d’ailleurs !) et déjà nous entendîmes parler de ces immigrations malgache et comorienne clandestines…

                    Une petite réflexion du loueur de voitures :

                    Lui.— Prenez bien soin des pneus ! 

                    Moi.— Rassurez-vous je vais rester sur la route !

                    Lui.—Non-non ! Ne vous les faites pas piquer par les Malgaches, ils en font du trafic ! 

                    Pour le Réunionnais, vulgum pecus et plutôt bonne pâte, c’était déjà un problème.


                  • sls0 sls0 15 mars 15:36

                    @Gvar
                    Merci, j’aurais dû a minima aller me renseigner sur le web.


                  • bob de lyon 15 mars 17:05

                    @moderatus

                    Help !

                    Je cherche à comprendre le problème des naissances à Mayotte…

                    Le Droit du sol : c’est l’obtention d’une nationalité lorsque la naissance a lieu sur un territoire qui l’applique.

                    Mais pourquoi serait-ce automatique ?

                    Mon épouse qui exerça dans la santé recevait beaucoup de patientes venues du Maghreb et qui repartaient dans leur pays une fois l’accouchement terminé ; les enfants nés à la clinique ne repartaient pas avec la nationalité française !

                    Ma lanterne demande éclairage !


                  • @moderatus
                    Vous pourrez lire dans les autres réponses que j’ai faites, des commentaires pouvant aller vers vos interrogations.

                    Maintenant concernant les votes républicains que vous mentionnez, outre le fait que cette île soit revendiquée par l’Etat des Comores et que l’ONU ait condamné l’initiative française d’appropriation (la note citée en fin de mon billet, dont vous semblez en ignorer l’existence, je vous indique si vous l’avez oublié, que Illettrisme concerne 58 % de la population en âge de travailler !
                    Alors dites-moi si les personnes illettrés vivant pour une très grande partie d’entres-eux dans le bidonvilles, ont les moyens de se faire objectivement une opinion concernant les votes républicains à la française ? Car outre les médias audiovisuels qui ne rediffusent que ce que les puissants au pouvoir veulent que vous entendiez, comment une population complètement démunie peut se faire une réalité objective de son futur ?
                    Le conditionnement de ces votants est facile à faire… Mais l’éternel honneur de a France est sauf car ils ont voté ! 
                    Mais libre à vous d’avoir une opinion différente. C’est votre droit !
                    Cependant on constate depuis cette intégration manquée de cette population et volontairement oubliée des puissants de la république que la crise actuelle est la résultante de la politique française depuis cette « indépendance à la française » de prédation des territoires en se fichant éperdument des populations concernées.

                    Voilà pourquoi cette île aurait du rester dans la confédération de l’état des Comores pour un développement solidaire et non anarchique comme on le constate aujourd’hui…

                    Avec mes courtoises salutations citoyennes.



                  • Eric F Eric F 14 mars 19:32

                    Il ne faut pas réécrire l’histoire, lors du referendum d’indépendance des Comores, la France n’a absolument pas forcé la main aux habitants de Mayotte, les habitants ont confirmé à trois reprises par referendum de rester attaché à la France, notamment du fait des tensions entre les iles. Ce n’était absolument pas intentionnel de la part du gouvernement français dans les années 70, il a été pris de court, la décision du maintien a été prise suite à une mission parlementaire. Au niveau stratégique, la France a étudié par la suite -tant qu’à faire- la possibilité d’utiliser Mayotte pour une base navale, mais y a renoncé.
                    Donc aucun intérêt et plein d’inconvénients, ceux que l’on « découvre » aujourd’hui datent de longtemps. Le statut départemental a été une décision sarkosienne ubuesque, qui accentue les distorsions régionales, et instaure une dépendance économique totale, en créant de plus un sas d’immigration clandestine -le quart des habitants est en situation irrégulière- , qui est devenu en plus un facteur d’insécurité.
                    La fuite en avant vers « toujours plus d’assistance » (promesses de l’actuelle campagne électorale) est sans solution, et par ailleurs « particulariser » une législation spécifique sur le droit du sol serait anticonstitutionnel. Il est donc temps de prendre en compte les positions de l’Union Africaine et de la majorité de la communauté internationale (vote à l’ONU), et de mettre en place l’indépendance avec des garanties internationales, par exemple dans le cadre d’une confédération avec l’état comorien.


                    • Eric F Eric F 14 mars 19:41

                      Le rattachement de Mayotte à la France s’est effectué dans un contexte historique caduque, celui du colonialisme. Conserver un « comptoir » colonial sur un autre continent, à des milliers de kilomètres, avec une autre histoire et une autre culture, c’est un total anachronisme. « Acheter » l’adhésion de la population par l’assistanat est artificieux, mieux vaudrait une aide au développement profitant à l’ensemble de la région.


                    • Ruut Ruut 14 mars 21:28

                      Vue le programme de Macron sur la Ruralité au sein même de l’hexagone, les DOM TOM ont de gros soucis a se faire.

                      Car c’est une charge sans précédent anti ruralité et par effet boule de neige anti DOM TOM.


                      • jesaispas jesaispas 15 mars 00:24

                        Si vous êtes fonctionnaire vous êtes 100% responsable de cela, car vous êtes les administrateurs,
                        Pliez vos gaules, ou tout au moins fermez la, vive l ’indépendance, la liberté ou la mort (Nikos Kazantzakis), les jeux generations vous botterons le cul alleluia


                        • ZenZoe ZenZoe 15 mars 10:29

                          Ce que je comprends mal, c’est l’intérêt géostratégique de garder Mayotte. Pas loin, il y a l’Ile de la Réunion pour assurer la présence française dans cet endroit de la planète, alors pourquoi Mayotte ?


                          • Mmarvinbear Mmarvinbear 15 mars 10:40

                            @ZenZoe

                            Mayotte possède un des rares ports en eau profonde de la région et peut donc accueillir des navires de guerre facilement en cas de besoin.

                            De plus, l’île abrite une station d’écoute militaire.

                            Enfin, les habitants ont déclaré de façon massive leur volonté d’être Français. 

                            C’est si rare maintenant, on ne va pas faire la fine bouche...

                          • ZenZoe ZenZoe 15 mars 11:11

                            @Mmarvinbear
                            C’est clair, merci.


                          • @ZenZoe

                            Merci de votre question. Voici une réponse qui pourrait vous intéresser :
                            Outre les avantages stratégiques d’intervention militaire sur le sol africain, la France a toujours privilégié la domination maritime (et sous-marine) à l’échelon de la terre entière ! Elle est d’ailleurs la 2e puissance mondiale dans ce domaine ! (Une super puissance prédatrice qui ne s’embarrasse pas de droits de l’homme quand ses intérêts stratégique sont en jeux…)
                            Bref, pour faire simple, avec la notion d’espace autour de ces territoires, la Convention internationale sur le droit de la mer (adoptée en 1982), permet à la France d’être la seconde nation la plus étendue de la planète avec ses droits marins et surtout sous-marins (un cercle de 200 milles nautiques de rayon autour de chaque île !)

                            Comme en plus il se trouve que cette région a des sous-sol marins riches d’un tas de trucs… ça vaut le coup de la « franciser » pour se la garder pour mieux exploiter le fond des océans…

                            Espérant avoir pu répondre clairement à votre interrogation, recevez mes salutations citoyennes courtoises.

                          • Mmarvinbear Mmarvinbear 15 mars 10:35

                            Malgré ce qu’en disent les comoriens, l’archipel entier n’a jamais constitué une nation avant la colonisation car les 4 îles formaient des sultanats différents après leur occupation humaine.


                            La colonisation de l’ensemble s’est faite en deux temps, Mayotte ayant été achetée en premier, le reste de l’archipel ayant été annexé à l’empire colonial sous un autre statut 20 ans après.

                            Après sa constitution, la SDN a reconnu en 1919 la légalité de l’achat et de la possession par la France de Mayotte, ce qui excluait l’île du processus de décolonisation.

                            Lors du référendum de 1974, les Comores choisissent l’indépendance mais le taux de refus de Mayotte étant de plus de 60 %, le gouvernement organise un second scrutin 2 ans après, arguant auprès de l’ ONU que l’Union des îles des Comores ne datait que de 1946, ce qui n’en fait pas une ancienne nation, que la SDN avait validé la possession française et qu’en droit international, Mayotte et les Comores demeuraient deux entités séparées.

                            En 1976, les mahorais choisissent de rester Français à plus de 99 %, avec 82 % de participation.

                            Il faut tout de même reconnaitre que l’île n’a pas bénéficié des efforts nécessaires pour développer le commerce, le tourisme et l’éducation, même si sur ce dernier point les choses s’arrangent.

                            Devenue département, ce qui relie l’île plus étroitement et complètement encore à la France, la mise à niveau avec les critères métropolitains se fait de façon graduelle, sans doute pas assez rapidement.

                            Le gros problème de l’île est l’immigration illégale venue d’ Anjouan en particulier et qui pose la question de l’application du droit du sol.

                            Il ne semble pas possible de déroger à la loi de par la constitution.

                            En revanche, la destruction systématique des embarcations d’immigrants pour empêcher leur réutilisation serait un premier pas.

                            En ce qui concerne la question des femmes enceintes qui viennent accoucher pour que leur enfant puisse devenir Français à sa majorité, la seule solution consisterait à faire de la maternité un territoire comorien, ce qui limiterait grandement l’attraction exercée par l’île, tout en respectant la constitution : les exemples de dévolution à un autre Etat d’un espace limité pour des commodités diplomatiques ne manquent pas.

                            • Merci à vous chers internautes de toutes vos remarques.


                              Je remercie plus particulièrement l’internaute « Eric F » de m’avoir devancé dans les remarques que je comptais exposer suite à divers commentaires. Mais Comme il explique exactement le fond de ma pensée, je vous remets ses points de vues (1 et 2).


                              1 - * Le rattachement de Mayotte à la France s’est effectué dans un contexte historique caduque, celui du colonialisme. Conserver un « comptoir » colonial sur un autre continent, à des milliers de kilomètres, avec une autre histoire et une autre culture, c’est un total anachronisme. « Acheter » l’adhésion de la population par l’assistanat est artificieux, mieux vaudrait une aide au développement profitant à l’ensemble de la région.

                              (https://www.agoravox.fr/tribune-libre/article/sauver-mayotte-202327?pn=1000#forum5158821)


                              2 - (…)

                               Il est donc temps de prendre en compte les positions de l’Union Africaine et de la majorité de la communauté internationale (vote à l’ONU), et de mettre en place l’indépendance avec des garanties internationales, par exemple dans le cadre d’une confédération avec l’état comorien.

                              (https://www.agoravox.fr/tribune-libre/article/sauver-mayotte-202327?pn=1000#forum5158815)


                              —-


                              Plus généralement, j’ajouterai en plus qu’il serait grand temps que le continent Africain prenne lui-même en charge son destin pour éviter de continuer de se faire piller par les puissances occidentales et ces dernières décennies par l’Asie. Ce continent subissant les affres des guerres et famines dont les promoteurs et instigateurs sont extérieurs à ce continent.


                              S’il était une phrase pour résumer mon souhait pour ce continent, ce serait celle-ci : « Que dans tous les villages du monde, on entende les rires des enfants. » 


                              Pour ce faire, les pays du sud auraient tout intérêt à favoriser le monde rural et principalement les paysans, afin que leurs populations soient en auto-suffisances alimentaires et que le « Plaisir de vivre » revienne dans les villages. 


                              Il y a plus de 30 ans, un rapport de l’ONU faisait remarquer que le continent africain pouvait être le grenier à céréales du monde. Au lieu de cela nous avons assisté à une suite de conflits guerriers autodestructeurs qui ont apporté famines, misères et immigrations massives vers d’autres continents. Cela est déplorable et il convient de retrouver un minimum de bon sens pour éviter la continuation de toutes ces catastrophes.


                              Ce ne sont pas des militaires et de corrompus dont a besoin l’Afrique et les autres continents du sud, mais de citoyennes et citoyens issus du peuple et respectueux de la vie, qui soient éclairés par la joie de vivre des peuples.


                              Je me souviens qu’au début des années 1970, quand j’entrais dans les villages d’Afrique pour mes reportages, on entendait le rire des enfants heureux de vivre. “Que dans tous les villages du monde, on entende les rires des enfants.” Voilà un objectif qui vaut la peine que l’on s’en occupe… (cf. : http://pierre.souchier.free.fr/entretien.1000.villages_2010.html)


                              Hélas… nous sommes gouvernés par des lâches qui ont trahi l’idéal d’humanité des peuples…


                              Bien courtoisement ! Votre serviteur.

                              Pierre Sarramagnan-Souchier




                              • Jonas 15 mars 19:08

                                A l’Auteur 


                                Vous rendez la France responsable des deux référendums des Mahorais pour rester dans le giron de la France. Pourquoi ? 

                                Mais comme tous les tiers-mondistes retardataires , vous ne vous demandez pas , pourquoi les Mahorais ne veulent pas rester Comoriens , ni pourquoi tant de Comoriens fuient leur pays ? 

                                 Posez vous la question suivante : Pourquoi les habitants des pays qui ont combattu la France , les armes a la mains. Qui ont comme vous, traitez la France de colonialiste et d’impérialiste, cherchent à fuir leur pays au péril de leur vie, pour venir vivre et profiter des avantages sociaux des anciens colonisateurs et impérialistes ? 

                                Pourquoi sur 120 à 140 000 de demandes de naturalisations, plus de 80% viennent des habitants de ces pays qui ont recouvré leur indépendance ? 

                                Est-ce la faute de la France ?

                                Si je comprends bien , vous voulez que la France refuse l’Ile de Mayotte bien que ses habitants désirent rester Français et accueille tous ceux qui ont combattu la France comme au Maghreb ? 

                                Ps : Pour Votre Gouverne , les Comores , font partie de la Ligue Arabe qui soutient comme l’UA, les Comores , pour récupérer Mayotte. Mais que fait cette Ligue Arabe , pour dissuader les jeunes.des pays de son Organisation de 18 à 43 qui cherchent à fuir leur pays , et parmi eux se trouvent des Comoriens ? 

                                Pouvez-vous m’expliquer à quoi sert une indépendance , si pour que le pays qui la recouvrée devient un mendiant de l’aide internationale et fait des responsables politiques installés des millionnaires, en détournant l’aide fournie par les pauvres des pays riches ? 

                                Il n’existe pas , il n’a jamais existé un pays arabo-musulman ou musulman non arabe , laïc. C’est un abus de langage de beaucoup de tiers-mondistes. Je vous défie de me citer un seul. 


                                 

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès