• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Simone Veil : un héritage à consolider

 Simone Veil : un héritage à consolider

Si, pour la postérité, Simone Veil restera celle qui a dépénalisé l’avortement en France, il ne faudrait pas croire que cet acquis est irréfragable. Et d’autres combats, tout aussi ardus, attendent ses épigones.

 

 Simone Veil vient de mourir. Au terme d’une longue vie où elle côtoya souvent les abimes, elle s’est éteinte à son domicile parisien, minée par la maladie, le 30 juin dernier. La nouvelle de sa disparition a cristallisé, autour de son nom et de son action, un véritable consensus républicain. Car cette forte personnalité était, de son vivant, déjà entrée dans l’histoire nationale. Et c’est sans surprise que le président Macron a annoncé, au terme de son éloge funèbre, l’inhumation au Panthéon de celle qui restera à jamais associée à l’émancipation des femmes de ce pays. Quoiqu’elle eût l’honneur d’être la première femme à présider le Parlement Européen dès 1979 et d’œuvrer ainsi – tâche dont elle n’était pas peu fière – au rapprochement franco-allemand, Simone Veil est, bien plus encore, liée à la loi dépénalisant l’avortement du 17 janvier 1975- loi qui porte, bien sûr, son nom. Ce projet, à l’origine, n’était pourtant pas le sien mais celui de Valéry Giscard d’Estaing dont elle était alors la ministre de la santé. Elle devait néanmoins le défendre avec toute sa force de conviction face à une Assemblée Nationale composée à 99% de députés, les plus hostiles à cette proposition de loi étant bien sûr ceux de son bord politique.

Elles furent épiques, ces journées de débat, fin novembre 1974. Et que d’insultes Simone Veil essuya, certains de ses contradicteurs n’hésitant pas à la comparer à cette chiourme nazie qu’elle avait personnellement subie pendant près d’un an à Auschwitz. Oui c’était stupide et calomnieux que d’associer les fœtus avortés aux enfants juifs gazés puis brûlés dans les camps de la mort. Car ces vertueux représentants de la nation ne pouvaient, en ces années-là, ignorer la colère qui montait régulièrement de la rue, portée par des milliers de femmes qui revendiquaient simplement leur intime liberté. Ils ne pouvaient ignorer les trois cent mille avortements clandestins qui se pratiquaient chaque année en France et dans des pays limitrophes, souvent dans des conditions hygiéniques déplorables. C’est ainsi que s’écrit le droit positif, qui enregistre les avancées de la sensibilité collective, reléguant ceux qui s’y opposent à des rôles de figurants historiques.

Pourtant, en 2017, nous pouvons constater que les forces anti-progressistes sont toujours présentes dans le débat public, peut-être plus fortes que jamais. Ces gens-là ont la fatuité de penser que ce qui est bon pour eux doit l’être aussi pour l’ensemble du corps social, ignorant volontairement tant les différences humaines que les progrès de la médecine et de la science. J’en veux pour preuve les défilés protestataires qui ont accompagné la loi sur le mariage pour tous ou, présentement, les réticences concernant la PMA (procréation médicalement assistée) et son extension aux couples homosexuels. Et ne parlons même pas de la GPA (gestation pour autrui) que la loi française – qui l’associe à une forme de prostitution – ne reconnait toujours pas, même si la naturalisation des enfants nés ainsi à l’étranger est maintenant officialisée. Ce sont des réactions largement prévisibles quand le droit s’empare des questions liées à la vie, à la reproduction et à la mort, élargissant du même coup les modes traditionnels de transmission biologique.

Néanmoins les faits sont là et – n’en déplaise aux esprits chagrins – la société réclamera tôt ou tard comme un dû les possibilités bio-technologiques autorisées par la science de son époque. D’autres lois viendront les entériner qui porteront les noms de leurs concepteurs et leurs conceptrices. Et, tout comme Simone Veil en son temps, ils seront accueillis avec des cris de haine.

 

Jacques LUCCHESI 

 


Moyenne des avis sur cet article :  1.05/5   (19 votes)




Réagissez à l'article

5 réactions à cet article    


  • Séraphin Lampion Jeussey de Sourcesûre 8 juillet 2017 17:53

    Pour éviter que l’exemple des USA fasse tache d’huile,es défenseurs des accords de Paris (COP21) voudraient instituer le principe de non-régression.


    Avant d’être appliqué au climat, ce principe devrait être la règle pour les conquêtes sociales comme la couverture santé, l’assurance chômage et le contrôle des naissances sous toutes ses formes.

    • moderatus moderatus 8 juillet 2017 19:25


      Bonjour,

      Vous défendez bien vos conviction, mais
      désolé, vous ne pouvez vous servir du nom de Simone VEIL pour cautionner le mariage pour tous qu’elle ne voulait pas, ni la PMA et la GPA.

      je vais même plus loin , La loi sur l’avortement qui a été adopté Grâce a Madame VEIL a été complètement trahie au cours des années , et on a fait de cet acte un moyen de contraception,

      j’ai écrit il y a peu un article sur le dévoiement de cette loi magnifique si cela vous intéresse, je vous passe le llien

      http://www.agoravox.fr/tribune-libre/article/ivg-un-dossier-tabou-188463


      • Jonas Jonas 9 juillet 2017 01:21
        Simone Veil a fait adopter la loi sur l’autorisation de l’IVG.
        En France, plus de 220 000 avortements sont pratiqués chaque année, un véritable génocide à l’échelle industrielle.
        Comble du cynisme, ce programme d’extermination de masse est financé entièrement par vos impôts, à hauteur de 70 millions d’euros par an.

        Porter atteinte à la vie d’autrui n’est pas un droit, le foetus humain n’a pas le même ADN que sa mère, il est donc un corps étranger, un être unique, une identité à part entière, une vie en puissance.
        Y mettre fin volontairement est un crime.

        « C’est une pauvreté de décider qu’un enfant doit mourir pour que vous puissiez vivre comme vous le souhaitez ».
        Mère Teresa

        « L’avortement tue deux fois. Il tue le corps du bébé et il tue la conscience de la mère. L’avortement est profondément anti-femmes. Les trois quarts de ses victimes sont des femmes : la moitié des bébés et toutes les mères »
        Mère Teresa

        « Le plus grand destructeur d’amour et de paix est l’avortement qui est la guerre contre l’enfant. La mère n’apprend pas à aimer, mais tue pour résoudre ses propres problèmes. Tout pays qui accepte l’avortement n’enseigne pas à son peuple à aimer, mais à utiliser toute violence pour obtenir ce qu’ils veulent ».
        Mère Teresa

        L’institut de sondage Opinion Way dans une étude de 2013 révélait que 85 % des femmes déclarent avoir ressenti une souffrance au moment de l’IVG médicamenteuse, y compris une souffrance morale pour 82 % d’entre elles.

        Les responsables du »Planning familial« aux USA n’ont aucun scrupule à vendre les organes de foetus avortés pour se faire de l’argent, une déshumanisation et une désacralisation de l’homme, le réduisant au niveau d’un meuble ou d’une voiture.

        Quand un pays tue ses enfants en masse en refusant le « miracle qui sauve le monde » par lequel Hannah Arendt désignait la naissance, il finit soit par s’éteindre, soit par être submergé.
        L’extinction de la population française est programmée à grande échelle par l’ONU et l’UE pour être remplacée par une population extra-européenne (berbères, arabes, asiatiques, africains sub-sahariens), une »migration de remplacement" :
        L’individualisme, l’égoïsme rend aveugle ceux qui ont délaissé la communauté et abandonné Dieu au nom du bien-être personnel, ce qui à long terme, amènera en quelques décennies l’extinction de la communauté tout entière, laissant place à une tiers-mondisation du pays.

        • P.-A. Teslier P.-A. Teslier 9 juillet 2017 07:00

          J’aimais bien Simone Veil. Mais, pourquoi le Panthéon pour son mari ?

          La France est-elle reconnaissante à son mari ? NON !

          Par ailleurs, pour Simone, je rappelle que la loi sur l’IVG c’est V. D’Estaing qui l’a imposée. Sans lui pas de loi sur l’IVG. Pas de renommée pour S. Veil !

          Je rappelle aussi que Simone a manifesté contre le mariage pour tous. Elle était dans les manifs à côtés des cathos intégristes et des mecs d’extrême droite.

          Le Panthéon, c’est une erreur prise sur le coup de l’émotion. Attention, monsieur le Président, on ne dirige pas un pays avec l’émotion.


          • njama njama 10 juillet 2017 15:31

            La Gestation Pour Autrui n’est pas nouvelle, à la petite différence près qu’elle n’était pas médicalisée comme peut l’être la maternité aujourd’hui sous toutes ses formes ...

            Toutefois l’histoire montre que l’on peut avoir quelques réticences culturelles, morales, contre ce mode de reproduction programmée pour autrui
             https://fr.wikipedia.org/wiki/Lebensborn

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON



Publicité



Les thématiques de l'article


Palmarès



Publicité