• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Sommet Trump-Kim. Pourquoi l’impossible dénucléarisation de la (...)

Sommet Trump-Kim. Pourquoi l’impossible dénucléarisation de la péninsule coréenne fait planer une guerre nucléaire aux USA, Asie et Europe ?

1ère Partie

 La dernière information sur l’évolution du réchauffement entre la Corée du Nord et la Corée du Sud et les États-Unis et les préparatifs en cours du sommet entre le président américain Donald Trump et le président nord-coréen Kim Jong-un est tombée le 15 mai 2018. Un nouveau message de la Corée du Nord « qui jette le doute sur la tenue du sommet avec Trump. » (1) Au moins, le message du premier vice-ministre des Affaires étrangères nord-coréen Kim Kye-gwan vient remettre les pendules à l’heure. Afin que tout soit clair pour tout le monde. Il balise désormais le contenu de la rencontre entre le président américain et le président nord-coréen, prévu le 12 juin 2018. Et on peut même se poser la question si la rencontre est vraiment utile pour régler le problème de la crise nord-coréenne. Tant il y une grande confusion dans ce rendez-vous historique. Quel sens donner à cette clarification que l’on relève dans cette déclaration du premier vice-ministre des Affaires étrangères nord-coréen Kim Kye-gwan ? Une déclaration qui s’assimile véritablement à une mise en garde adressée à Washington « et qui demande une réponse de la Maison Blanche. »

 

  1. Les clarifications de la Corée du Nord sur la dénucléarisation de la péninsule coréenne

 

 Ce qui nous apparaît en premier, et que le nouveau message de la Corée du Nord (1) vient à souligner qu’il ne faut pas confondre dénucléarisation de la Corée du Nord et dénucléarisation de la péninsule coréenne. Le message de Pyongyang est très explicite. Il n’y a dénucléarisation de la Corée du Nord que s’il y a une dénucléarisation vérifiable de toute la péninsule coréenne. Ce qui signifie pour une dénucléarisation de la péninsule, qu’il soit mis définitivement fin aux manœuvres militaires entre le la Corée du Nord et les États-Unis, et d’inclure le retrait des forces américaines stationnées en Corée du Sud. Retrait qui doit être effectif puisque ces forces perdent le sens de leur mission défensive de la Corée du Sud, n’ayant plus de rôle à jouer en Corée du Sud. Et ce sont ces deux conditions qui amèneront la Corée du Nord à renoncer définitivement à son arsenal nucléaire. Donc à procéder « au démantèlement complet, vérifiable et irréversible des programmes nucléaires et des missiles nord-coréens », comme le demande les États-Unis, le Japon et la Corée du Sud. Et la réunification des deux Corées pourrait suivre.

« MM. Trump et Abe, pour leur part, « ont réitéré la nécessité que la Corée du Nord abandonne toutes les armes de destruction massive et tous les programmes de missiles balistiques », a indiqué la Maison Blanche. Par ailleurs, le ministre américain de la Défense Jim Mattis a eu une conversation téléphonique avec son homologue sud-coréen Song Young-moo, auquel il a « réaffirmé l'engagement à toute épreuve des Etats-Unis à défendre la Corée du Sud en utilisant tout l'éventail des capacités américaines », a déclaré le Pentagone dans un communiqué. « Les deux parties ont promis de poursuivre leur coopération étroite pour appliquer les résolutions des Nations unies et pour soutenir les efforts diplomatiques visant à parvenir à une dénucléarisation complète, vérifiable et irréversible », ajoute le communiqué. » (2)

Sauf qu’aujourd’hui, une renonciation « unilatérale » par la seule Corée du Nord est inacceptable. Et c’est ce message qui est transmis à Trump par Kim Kye-gwan. « Si les Etats-Unis essaient de nous acculer pour forcer notre renonciation unilatérale au nucléaire, nous ne serons plus intéressés par ce genre de dialogue et ne pourrons que reconsidérer notre poursuite du sommet RPDC-USA », déclare Kim Kye-gwan.  » (1)

De même, ce message constitue une réponse à la déclaration du nouveau chef de la diplomatie Mike Pompeo – il s’est rendu deux fois à Pyongyang – selon laquelle «  les Etats-Unis accepteraient de lever les sanctions contre la Corée du Nord si elle accepterait de détruire complètement son programme d'armes nucléaires. » Le vice-ministre des Affaires étrangères nord-coréen est catégorique  : « La Corée du Nord n'abandonnera jamais son programme nucléaire en échange d'échanges économiques avec les Etats-Unis. » (1)

Il faut aussi rappeler la déclaration de Panmunjom, le 27 avril 2018, qui demandait à chaque partie, le Nord comme le Sud, d'éviter toute provocation, ou tout acte d'hostilité envers la partie adverse. Comme il est mentionné au point 2, et le point 1 qui s’y rattache. « 2. Le Nord et le Sud s’attacheront en commun à atténuer la grave tension militaire et à éliminer effectivement le danger de guerre dans la péninsule coréenne.

La réduction de la tension militaire et l’élimination du danger de guerre dans la péninsule coréenne s’avèrent particulièrement importantes pour le destin de la nation et cruciales pour une vie pacifique et stable des Coréens.

Le Nord et le Sud sont convenus de cesser sur tous les plans, notamment sur terre, sur mer et dans l’air, tous genres d’actes d’hostilité l’un à l’égard de l’autre de nature à provoquer une tension et un conflit militaire.

Dans l’immédiat, ils sont convenus de cesser à partir du 1er mai l’émission par haut-parleur et l’épandage de tracts et tous les autres actes d’hostilité dans les parages de la ligne de démarcation militaire, d’en supprimer les moyens correspondants et de transformer la zone démilitarisée en une zone de paix réelle. » (3)

Dès lors les manœuvres conjointes « Max Thunder », qui ont lieu du 14 au 25 mai 2018 à la base aérienne de Gwangju, et se poursuivront comme l’annonce le ministère sud-coréen de la Défense tout en précisant que ces manœuvres ne visent pas « à l'attaque d'une tierce partie » viennent contredire l’esprit et la lettre de la déclaration de Panmunjom du 27 avril. Peut-on accepter telle assertion de la part de Heather Nauert, la porte-parole du département d’Etat américain lors d’un point de presse.

« Kim Jong-un a dit précédemment qu'il comprenait la nécessité et l'utilité pour les Etats-Unis et la République de Corée de poursuivre leurs manœuvres conjointes », a souligné Heather Nauert, porte-parole du département d'Etat américain lors d'un point de presse. « Nous n'avons rien entendu de ce gouvernement ou du gouvernement de la Corée du Sud pour indiquer que nous ne continuerions pas ces exercices ou que nous ne continuerions pas à planifier notre rencontre entre le président Trump et Kim Jong Un le mois prochain », a-t-elle ajouté. » (1)

Dès lors, au regard de la Déclaration intercoréenne du 27 avril, il apparaît nettement que les exercices militaires conjoints entre les États-Unis et la Corée du Sud devaient être évitées, et donc ne pas avoir lieu. Et c’est le contraire qui s’est produit. La riposte nord-coréenne n’a pas tardé. « Quelques heures avant les déclarations de Kim Kye-gwan, la Corée du Nord avait critiqué les manœuvres militaires en cours entre les États-Unis et la Corée du Sud, les qualifiant de « provocation ». Elle annonçait dans la foulée l'annulation de la réunion de mercredi qui devait étudier la façon de mettre en œuvre la déclaration du sommet intercoréen de Panmunjom du 27 avril dernier qui prévoit de mettre fin officiellement à la guerre de Corée et de parvenir à une « complète dénucléarisation » de la péninsule. La Corée du Sud a qualifié la décision de la Corée du Nord de « regrettable ». (1)

Une autre précision a été apportée par le premier vice-ministre des Affaires étrangères de Kim Kye-gwan. Elle concerne la proposition du nouveau conseiller national à la Sécurité de Donald Trump, John Bolton, selon laquelle « la dénucléarisation de la Corée du Nord doit se faire suivant le modèle libyen par lequel le régime communiste de Pyongyang remettrait rapidement son arsenal nucléaire aux États-Unis ou à d'autres pays. » Et cette précision est de taille puisqu’elle tourne John Bolton dans l’absurdité. Comparer l’incomparable. Un pays qui menace les États-Unis d’une guerre nucléaire, et des menaces qui n’ont pas cessé dans la guerre des mots avec le président américain Donald Trump, et celui-ci depuis le 9 mars 2018 a accepté de rencontrer l’homme qui a menacé l’Amérique, le 12 juin 2018, démontre simplement l’insuffisante prise de conscience du nouveau conseiller américain à la sécurité du danger auquel face l’Amérique aujourd’hui. En cherchant à imposer une ligne dure à la Corée du Nord, le conseiller américain ne prend pas en compte l’imprévisibilité d’une guerre nucléaire qui peut éclater et faire des millions de victimes innocentes, qui n’ont rien à voir avec le conflit.

Aussi lit-on dans la déclaration nord-coréenne : « Le monde sait très bien que notre pays n'est ni la Libye, ni l'Irak qui ont connu un sort misérable », déclare le premier vice-ministre des Affaires étrangères. « Il est totalement absurde d'oser comparer la RPDC, un Etat ayant l'arme nucléaire, à la Libye qui en était au premier stade de son développement nucléaire. »

Ce message nord-coréen qui vient préciser les donnes pour le rendez-vous historique du 12 juin, et si celui-ci aura lieu ce qui n’est pas encore sûr, montre que les négociations seront très difficiles et complexes. Car les positions de chaque partie sont très éloignées, et malgré la déclaration intercoréenne du 27 avril 2018 pour la paix, la prospérité et la réunification de la péninsule coréenne, la situation n’est toujours pas très claire vu l’antagonisme des puissances régionales et mondiales sur les enjeux géostratégiques que renferme la péninsule coréenne. Et tout n’est pas dit sur ces enjeux, qui risquent de générer des tensions, rendant cette région encore plus explosive.

 

  1. La réponse non politique du président américain mais légère d’un milliardaire

 

 On peut se poser la question pourquoi la rencontre entre le leader nord-coréen Kim Jong-un et le président sud-coréen Moon Jae-in a été impressionnante, le 27 avril 2018. Et qu’on y lisait l’espoir d’une détente durable. Les deux peuples de Corée ne souhaitent-ils pas la paix, et vivre comme tous les autres peuples ? De la même façon, les peuples de Palestine et d’Israël ne souhaitent-ils pas la paix et partager cette terre qu’est la Palestine équitablement et vivre côte à côte en paix ? Les problèmes qui se posent ne sont pas les peuples, mais les enjeux géostratégiques, et ceux-ci se portent notamment sur des positions géographiques que se disputent les grandes puissances. Donc le seul reproche pour ces peuples est de se trouver là, dans ces régions géographiques à risque.

Israël, par exemple, cherche à s’imposer au Moyen-Orient, et constitue un poste avancé de l’impérialisme américain. Pourquoi ? Parce que le Moyen-Orient regorge de pétrole, les grands gisements de pétrole se trouvent dans cette région. Et les États-Unis ont besoin de cette région, elle est vitale pour eux. Pourquoi ? Toutes les transactions pétrolières dans cette région, sauf l’Iran, s’effectuent en dollar. Et ce pouvoir qu’offre le pétrole permet à l’Amérique d’émettre des dollars ex nihilo, autant que nécessaire pour financer ses déficits extérieurs, dont une part importante pour ses forces armées aux États-Unis et ses bases dans le monde.

On comprend alors la souffrance du peuple palestinien, et les sévices qu’il subit par Israël parce ce pays est soutenu par les États-Unis. D’autre part, non seulement la puissance américaine vise le pétrole qui joue comme contrepartie du dollar, mais aussi impose un « ordre américain » au monde. Et le nouveau président américain, un seul homme fort du pouvoir présidentiel que lui donne la Constitution de la première puissance du monde, milliardaire de surcroît, poursuivi par une enquête judiciaire pour collusion entre l’équipe Trump et la Russie au cours de la campagne électorale 2016, ne sachant pas comme s’en sortir, prend pour apparaître plus puissant encore des décisions malheureuses. En effet, Donald Trump, rompant avec ses prédécesseurs, décide le 6 décembre 2017 de reconnaître Jérusalem, la Ville sainte comme nouvelle capitale de l’État hébreu en lieu et place de Tel-Aviv.

« Donald Trump a reconnu mercredi « officiellement Jérusalem comme capitale d'Israël », marquant une rupture spectaculaire avec des décennies de diplomatie américaine et internationale symbolisée par sa décision de déplacer l'ambassade des États-Unis en Israël de Tel-Aviv vers la Ville sainte. Ce faisant, le président américain a revendiqué lors d'une allocution solennelle à la Maison Blanche « une nouvelle approche » sur le conflit israélo-palestinien, assurant tenir une promesse que ses prédécesseurs ont « échoué » à respecter.

« Il est temps d'officiellement reconnaître Jérusalem comme capitale d'Israël », a-t-il lancé, avec la volonté dit-il de reconnaître une simple « réalité ». « Après plus de deux décennies de dérogations » à une loi américaine de 1995 imposant le déplacement de l'ambassade, « nous ne sommes pas plus près d'un accord de paix entre Israël et les Palestiniens », a-t-il notamment justifié. « Les États-Unis restent déterminés à aider à faciliter un accord de paix acceptable pour les deux parties », a-t-il ajouté. « J'ai l'intention de faire tout ce qui est en mon pouvoir pour aider à sceller un tel accord », a martelé le milliardaire républicain, debout au pupitre devant un portrait de George Washington. » (4)

Si ses prédécesseurs ont échoué à appliquer cette loi, la réponse est simple, c’est une loi illégitime au sens du droit international. Le Congrès américain n’a pas le droit de se substituer au Conseil de Sécurité. Certes, il peut légiférer sur les problèmes externes qui touchent les États-Unis, mais jamais sur l’organisation internationale des États qui relève de l’Organisation des Nations Unies, à laquelle adhèrent les 192 États du monde. Et sceller un accord avec Israël en décidant Jérusalem, capitale d’Israël, a provoqué un massacre de 55 Palestiniens civils tués, entre hommes, femmes, vieux et enfants, et près de deux milliers de blessés. Alors que de l’autre côté, les autorités israéliennes et américaines fêtaient cet événement, le transfert illégitime de l’ambassade américaine à Jérusalem. Où est la détermination de Donald Trump « à aider et faciliter un accord de paix acceptable pour les Israéliens et les Palestiniens ? » N’est-ce pas mettre de l’huile au feu ? Et donc aggraver la situation ? Et faire diversion dans ses problèmes avec la justice, en ayant son nom dans tous les journaux, que l’on peut mettre au compte de son narcissisme, un excès d’admiration portée sur soi-même.

« La nouvelle saillie polémique de Donald Trump aux Nations Unis, « Rocket Man est en mission suicide pour lui-même et son régime », ne manquera sans doute pas de relancer la thèse de l’instabilité mentale du président américain. Depuis son élection, de nombreuses personnalités ont évoqué un possible déséquilibre mental du président. Parmi elles, on compte des membres du Congrès américain, mais aussi de nombreux psychiatres. En septembre 2016, une étude réalisée par des scientifiques de l’Université d’Oxford qui s’était penchée sur les traits psychopathiques de certains dirigeants, avait conclu que Donald Trump présentait plus de traits psychopathiques qu’Adolf Hitler, ce qui le classait juste derrière Idi Amin Dada, Saddam Hussein et Henri VIII. (Selon la même étude, Hillary Clinton se classait entre Napoléon et Néron). Les chercheurs avaient souligné que leur étude ne permettait en aucun cas de déterminer si les sujets étaient psychopathes, mais seulement de déterminer le degré de présence de certains traits psychopathiques dans leur personnalité. Depuis l’accession de Trump au pouvoir, le débat s’est intensifié. En avril, un colloque organisé à l’Université de Yale, dans le Connecticut, rassemblant des experts du monde entier pour examiner cette question, a abouti à diagnostiquer un « narcissisme malfaisant ». (5)

De même, la réaction du président américain au revirement spectaculaire de la Corée du Nord de ce même esprit. Il y a deux jours – le 6 mai 2018 –, la Corée du Nord a annulé une rencontre intercoréenne et évoquant la possibilité de remettre en cause le tête-à-tête très attendu, en Asie et ailleurs dans le monde, avec M. Trump. Certes, le président américain cherche à être rassurant sur le sommet prévu le 12 juin, et il se veut conciliant avec le leader nord-coréen Kim Jong-un. Mais il reste la forme et le fond de la réponse de Donald Trump qui n’est pas politique. Elle est commerciale alors qu’il existe un véritable danger de guerre avec la Corée du Nord, et c’est ce danger et l’arsenal nucléaire que détient la Corée du Nord – que l’on ne doit pas perdre de vue – qui a dicté à Trump d’accepter de rencontrer le leader nord-coréen Kim Jong-un.

Sans ce danger de guerre nucléaire pour les États-Unis, le président américain Donald Trump n’aurait jamais consenti de rencontrer un président d’un petit État du monde, ni donné une quelconque importance à ce pays.

 « Rien n'a changé sur la Corée du Nord à notre connaissance, on ne nous a rien dit », a-t-il déclaré depuis le Bureau ovale, en dépit des doutes que fait planer Pyongyang sur ce face-à-face historique prévu le 12 juin à Singapour. « Nos équipes sont en ce moment même en contact avec eux pour l'organisation », a-t-il ajouté en recevant le secrétaire général de l'Otan Jens Stoltenberg. « Tout accord se fera « avec Kim Jong Un  », a martelé le 45e président des Etats-Unis, évoquant de « très fortes protections » pour ce dernier ». « Il serait dans son pays, il dirigerait son pays, son pays deviendrait très riche  », a-t-il encore dit, évoquant la Corée du Sud comme modèle possible en termes de développement industriel pour le Nord. 

Jeudi, elle a assuré qu'elle n'engagerait pas de discussions avec Séoul dans l'état actuel des choses, qualifiant les responsables sud-coréens « d'ignorants et d'incompétents ». Pyongyang proteste contre l'exercice annuel Max Thunder, un entraînement militaire en cours entre Séoul et Washington dans la péninsule. Ce dernier implique une centaine d'avions des deux pays, dont des avions de chasse furtifs américains F-22 « Raptor », la bête noire de la Corée du Nord qui voit dans ces appareils la menace de frappes chirurgicales. [...]

« Si vous regardez ce qui s'est passé avec Kadhafi (...), nous sommes allés sur place pour le vaincre », a souligné M. Trump, faisant un raccourci historique entre différentes étapes, éloignées de plusieurs années, dans les relations avec la Libye.

« Cela pourrait probablement avoir lieu si nous ne trouvons pas d'accord, mais si nous trouvons un accord, je pense que Kim Jong Un sera très très heureux », a-t-il poursuivi. » (6)

Que constate-on dans la réponse de Donald Trump à la Corée du Nord ? Il évoque la protection pour Kim Jong-un, « il serait dans son pays, il dirigerait son pays, son pays deviendrait très riche ». Des promesses qui n’ont rien de politique sur le danger que représente la Corée du Nord pour les États-Unis et le monde. De même pour « Kadhafi, nous sommes allés sur place pour le vaincre ». Là encore, une menace parlante sur les extrêmes conséquences qui peuvent survenir dans ces mots du président américain que l’on pourrait qualifier d’inimaginable telle qu’elle risque d’être horrifiante, impossible à les croire. Et surtout Trump enfonce le clou en disant « Cela pourrait probablement avoir lieu si nous ne trouvons pas d'accord, mais si nous trouvons un accord, je pense que Kim Jong Un sera très très heureux ». Ce qui signifie que si un accord n’est pas trouvé avec Kim Jong-un, cela pourrait avoir lieu, en clair le leader coréen aurait le même sort que Kadhafi. Cette réponse éclaire d’un nouveau jour la rencontre entre les deux présidents. Aussi pose-t-on la question : « Le rendez-vous historique aura-t-il lieu ? Et Donald Trump changera-t-il de rhétorique pour donner une chance à la paix, et éviter aux millions de victimes une mort affreuse, impossible à se représenter. »

 

  1. Le risque que le monde encourt, une « Guerre Nucléaire Graduée Équilibrée »

 

 D’emblée doit répondre, le rendez-vous du 12 juin aura lieu. Ce n’est pas une prédiction c’est une « Nécessité historique. » D’autant plus que tant Donald Trump que Kim Jong-un ont intérêt à se rencontrer, il y va de l’intérêt de leurs pays et du monde. Le problème n’est pas que Kim Jong-un « sortira grandi » pour avoir rencontré le président de la première puissance du monde, ceci est évidemment acquis et même le président n’aura pas d’alternative, c’est une décision sage eu égard au risque de guerre que peut provoquer une « animosité et des invectives » entre les deux présidents. Ou la guerre d’un petit bouton nucléaire contre un gros bouton nucléaire et « et le mien fonctionne ! » (7), mais les millions de morts, et il faut le préciser, une guerre provoquée fera des millions de victimes innocentes, à travers le monde.

 

Et toutes les grandes puissances seront impliquées, comme nous le verrons, cela paraît de la science-fiction, mais ce n’est pas de la science-fiction. L’attaque terroriste du 11 septembre 2001 est bien survenue, pourtant l’effondrement des tours du World Trade Center paraissait incroyable, ressemblant à un film hollywoodien. Et cette attaque ne sera qu’une goutte dans un verre d’eau, i.e. par rapport à ce qui arrivera si des décisions sages ne seraient pas prises. Il faut encore préciser que l’Europe sera entraînée dans la guerre que l’on peut appeler une « Guerre Nucléaire Graduée Équilibrée ». « Graduée », en rappel du concept de Robert Mc Namara, ancien secrétaire à la Défense dans l’administration Kennedy, dans la stratégie de « Riposte Graduée ». Aucune puissance n’échappera à cette « Riposte Graduée » puisqu’elle émanera des deux camps adverses. Et donc « Équilibrée », en regard de la « Nécessité conceptuelle que toutes les puissances doivent subir plus ou moins le même sort. » En clair, une « Troisième Guerre Mondiale Graduée » et donc « non totale ».

Dans ce qui va suivre, dans la deuxième partie, l’auteur cherche simplement à montrer les forces géostratégiques peu lisibles, souterraines qui n’apparaissent pas très bien dans les relations internationales. En particulier entre les grandes puissances nucléaires qui ont le droit de veto au Conseil de sécurité de l’ONU. Et parmi les cinq, trois pays sont prépondérants – les États-Unis, la Chine et la Russie –, et par eux peut venir une « Guerre Nucléaire Graduée Équilibrée », par des « moyens détournés ».

On verra que la proposition « revue et restructurée » de l’ancien Premier ministre français Dominique de Villepin et paradoxalement la proposition aussi « revue et restructurée » du président américain Donald Trump d’« enrichir la Corée du Nord par le commerce, par la remise à niveau de l’économie nord-coréenne » participeraient à éviter la guerre. En clair, il y a des solutions à la crise nucléaire qui, si rien n’est fait, pourraient avoir des conséquences catastrophiques pour le monde.

Et c’est à cela que l’auteur cherche à prévenir, à avertir en regard de cette guerre nucléaire qui peut se produire et qu’il y a des « moyens pacifiques » pour l’éviter, et éviter des destructions apocalyptiques et des pertes humaines qui se chiffreraient entre 100 millions et 200 millions morts en quelques heures. La deuxième partie traitera plus profondément ce qui n’est pas dit dans les médias, et les risques qu’encourent les États-Unis, l’Asie et l’Europe.

 

Medjdoub Hamed
Chercheur spécialisé en Economie mondiale
Relations internationales et Prospective.
www.sens-du-monde.com

 

Notes :

 

1. « La Corée du Nord jette le doute sur la tenue du sommet avec Trump », par Reuters. Le 16 mai 2018
https://fr.news.yahoo.com/la-cor%C3%A9e-du-nord-jette-le-doute-sur

2. « Rencontre avec Kim : « les choses se passent très bien », dit Trump  », par AFP. Le 29 avril 2018
https://fr.news.yahoo.com/rencontre-kim-choses-passent-tr%C3%A8s-bien-dit-trump

3. « Panmunjom Declaration for Peace, Prosperity and Unification of the Korean Peninsula », Apr 27,2018. En français : « Déclaration pour la paix, la prospérité et la réunification de la péninsule coréenne », 27 avril 2018
http://www.korea.net/Government/Current-Affairs/National-Affairs/view?subId=641&affairId=656&pageIndex=1&articleId=3354

4. « Donald Trump reconnaît Jérusalem comme capitale d'Israël », par Le Figaro. Le 6 décembre 2017
http://www.lefigaro.fr/international/2017/12/06/01003-20171206ARTFIG00293-donald-trump-reconnait-jerusalem-comme-capitale-d-israel.php

5. « Trump est-il un « narcissique malfaisant » comme l'affirment des psychiatres ? », par l’Express. Le 20 septembre 2017
https://fr.express.live/2017/09/20/trump-sante-mentale/

6. « Rassurant sur le sommet, Trump se veut conciliant avec Kim Jong Un », par AFP Le 17 mai 2018
https://fr.news.yahoo.com/rassurant-sommet-trump-veut-conciliant-kim-jong-201719754.html

7. « La guerre des boutons perturbe le rapprochement entre les deux Corées », par le journal Libétation.fr Le 3 janvier 2018
http://www.liberation.fr/planete/2018/01/03/la-guerre-des-boutons-perturbe-le-rapprochement-entre-les-deux-corees_1620148

 


Moyenne des avis sur cet article :  3.83/5   (12 votes)




Réagissez à l'article

71 réactions à cet article    


  • Hecetuye howahkan 19 mai 19:07


    Salut je résume ma compréhension du texte

    terriens ayez peur puisque on vous le dit , le maître adore cela smiley

    cela évite de voir les causes réelles de notre...comment dire ?? crétinerie comme dans crétins des Alpes, par manque d’iode ..

    ben oui, on coopère et on partage volontairement pour assurer par et pour tous les nécessités vitales et là , fini la guerre et toute le tintouin...parce que à 7 milliards unis contre disons 25 millions, y a pas photo ,bon etc c’est ultra simplifié ici mais de mon avis que je partage : VRAI 


    le manque d’iode qui a fait de nous des crétins fait que chacun cherche à avoir ses propres nécessités vitales par la compétition qui élimine, donc sur le dos des autres...

    ceci bien sur est guerre toute toute la merde derrière


    mais attention, ceci n’est pas l’origine du problème humain, on en est loin 

    vous avez vu The Lord of the Ring...

    et bien l’anneau de Sauron , ah tiens y’ a usa dans Sauron, , l’anneau de Sauron pour être détruit doit revenir la ou il a été forgé..Sauron et Saruman essayent d’ empêcher cela, tiens il y a usa dans les deux mots, deux usa,qui ça peut bien être ????? j’ai beau chercher non je ne vois pas, mais donc pour détruire notre mal profond nous devons nous aussi retourner là ou tout à commencé...à la racine du mal

    Mais là j’ai une bonne et une mauvaise nouvelle

    la mauvaise d’abord, et bien la racine est en chacun de nous

    la bonne, et bien al racine est en chacun de nous

    Paradoxe apparent seulement

    aide toi et le « ciel » t’aidera, bon je file on mange, ratatouille maison et, poulet basquaise...

    • Hecetuye howahkan 20 mai 00:03

      @Hecetuye howahkan


      bon toutes reflexions faite dans Sauron il y a usa et nor....comme north america...comme Saruman est le premier « usa » a disparaitre, faut suivre , voir les deux tours, ah tiens les deux tours , + 1 = 3....de qui saruman est le symbole...comme vous j’ai ma petite idée...mais comme dirait de funes : c’sst enorme

      est ce un hasard, est ce rien, est ce un message de L’Origine, est ce un message d"initié visionnaire non partisan de quelque pouvoir que ce soit ??

      là je ne sais pas.


    • Hecetuye howahkan 20 mai 10:26

      @Meshuggah


      Well that is a sort of master piece in its way, one thing about « I don’t speak human, » , so says the wolf , good for him actually , I know by some impossible yet factual experiences that there is a common language to all of us, we know it ,we can speak it potentially , but we do not hear it or use it anymore because we have killed what is sacred in human’s life...sacred means absolute here, the absolute is not human of course it is of the Origin and somehow I know that this Origin does not compare, all is at the same level...no hierarchy so ..yes exactly, problems solved..

      well a very interesting song indeed..could have been inspired by some old Indian words..

      cheerio smiley

    • Hamed 20 mai 10:58

      @Meshuggah

      Thank you for this text which unfortunately does not reflect very much the man

    • Hecetuye howahkan 20 mai 11:24

      @Meshuggah


      Hello hamed, well in fact it seems to me that the words perfectly fit us..

      It is about something that the creator of the human disaster, namely the thinking process so us, all of us, , the mental, refuses to see so far, apart from a few exceptions , not enough of them ...as when it finds itself in the position of having a deep glimpse into all that problem of mankind or more of it, it sees its defeat...its sees that « it » is the problem,

      if one stays with that , there will be transformation which will not come from thought of course, this is practically never done , fear which is a movement of running away generated by the thinking process when meeting what it refuses to see or meeting what is unknown to itself, this fear generated by the thinking process prevents this Universal and global transformation to take place...thought runs away from that, because it has no place in it, yet it keeps it place in its field of competency which is to organise under control of ??? all our practical needs in togetherness and cooperation then, and so all this fear so running away operated by thought prevents mankind to awake from his far too long nightmare ,

      we actually may be vanished from earth, well simply destroyed if we keep going on that way...that is one clear obvious option ...in other words we are just on the verge of a collective suicide out of suffering and nonsense..

      long topic..

      cheerio

    • Ouallonsnous ? 20 mai 20:07
      @Hecetuye howahkan et hamed ;

      Merci de poster en français, Avox est un média français et on y pratique la langue de la République !

    • Spartacus Spartacus 19 mai 22:11

      Très fort ce Trump, amener a une table ce con de Nord Coréen et obliger de l’autre les Palestiniens a revenir à la table des négociation ou se faire carboniser...

      Dans les 2 cas ceux qui ne veulent pas discuter vont devoir ramper.

      Rassurons l’auteur, le Kiminou fait de l’esbroufe. Il cherche juste a faire pression sur la Corée du Sud qui veut absolument le sommet et espère que cette dernière fera pression sur lui..
      Kim n’a rien a négocier, il ira voir Trump et abandonnera tout.
      Les sanctions lui font mal au cul, et il n’a pas le choix.
      Trump a clairement dit qu’il ira jusque des mesures militaires..
      Il a perdu les Chinois.

      Pareil pour les Palestiniens qui refusent tout dialogue depuis des années. Soit ils viennent à la table des négociations, soit ils verront le monde se faire sans eux au profit des Israéliens.....

      Trump il y a 30 ans a fait un Best seller vendu a des milliers d’exemplaires..
      « The art of the deal.  » (l’art de la négociation)
      Parti d’une fortune certes élevée il l’a monté pour être le 392eme mondial.
      Il a créé 500 sociétés quasi toutes bénéficiaires.
      Il a créé une émission de TV, devenu un prime time pendant des années « the apendice ».
      Il a été élu président face à Clinton.

      Et tous les comiques le prennent pour un con.
      Kim, comme un animal coincé rugit, précisément parce qu’il est coincé.

      • CoolDude 19 mai 22:14

        @Spartacus


        Très fort ce Trump, amener a une table ce con de Nord Coréen et obliger de l’autre les Palestiniens a revenir à la table des négociation ou se faire carboniser...

        Dans les 2 cas ceux qui ne veulent pas discuter vont devoir ramper.

        Ils n’ont jamais ramper, pourquoi ça devait changer ?

      • kalachnikov kalachnikov 19 mai 22:57

        @ Spartacus

        Et c’est quoi le concept de cette émission de téloche ? La crise d’appendicite ? Ca parle de la bite, du pif ?...

        Le nom du programme est ’the apprentice’.

        Spartacus, you’re fired.

        Ps ’quasi toutes bénéficiaires’ lire l’onglet ’faillites’ ici.

        ’Le « génie » de l’homme d’affaires a consisté en premier lieu à créer une mythologie autour de sa personne et de son nom.’


      • Hamed 19 mai 22:58

        @Spartacus

        Puisque est « Très fort ce Trump, amener a une table ce con de Nord Coréen et obliger de l’autre les Palestiniens a revenir à la table des négociation ou se faire carboniser...

        Dans les 2 cas ceux qui ne veulent pas discuter vont devoir ramper. »

        Prenons le cas pour une raison ou une autre, le 12 juin 2018, ça ne fonctionne pas et une guerre éclate quelques mois après. Trump écrase de la puissance militaire des USA la Corée du Nord, mais qui Kim efface quelques villes américaines, dont Washington, New York avec le feu nucléaire. 

        N’at-il pas dit Kim Jong-un « Je vais assurément et définitivement dompter par le feu ce radoteur américain mentalement déséquilibré », a-t-il déclaré.« Lire http://www.france24.com/fr/20170922-coree-nord-kim-jong-donald-trump-discours-onu-desequilibre-mental-insulte-nucleaire

        Une Amérique privée de Washington et New York avec plus de 10 millions de morts, que sera-t-elle ? Que deviendra-t-elle l’Amérique face à la Russie, face à la Chine, à l’Europe ? Sera-t-elle finie ?

        Sera-t-il toujours »Très fort ce Trump ?" Evidemment la Corée du Nord voit aussi quelques de ses villes détruites, mais reste toujours debout.



      • Doume65 20 mai 11:11

        @Spartacus

        « Pareil pour les Palestiniens qui refusent tout dialogue depuis des années »
        Oui, un peu comme ces minables noirs d’Afrique du Sud du temps de l’apartheid se refusaient à tout dialogue, mus par leur seule imbécilité.
        Quant à Israël, toujours prêt au dialogue, n’a pas besoin de respecter les résolutions de l’ONU, ni des traités internationaux qu’il ne signe jamais, vu qu’il est par nature (divine) au-dessus des lois.

      • Spartacus Spartacus 20 mai 19:43

        @Hamed


        Vous n’avez rien compris.
        Dans le monde des bisounours et de la presse de gauche y’en a qui y croient a sa puissance.
        Tout est bluff dans sa puissance militaire, et démonstration pour bobos. 
        Tout juste bon par le passé a faire du chantage. 

        Aujourd’hui avec Trump, c’est que ça ne marche plus. (sauf dans les médias bobos ouvertement anti-Trump comme vos références systémiques.)

        Cherche pas, il ira à la table des négociations...
        A moins d’être un con, il ne peut pas faire autrement...
        Il est acculé. 
        Les sanctions sont terribles, et il a tout a gagner a recevoir de l’investissement Americain ou des baffes...

        Le choix est binaire. Ses atermoiements actuels sont juste des gesticulations pour faire croire qu’il a quelque chose a négocier et ça marche chez le bobos.

      • Ouallonsnous ? 20 mai 20:02
        @Spartacus Je constate que le con d’animal coinçé, c’est toujours toi !

        Pour débloquer la situation, ce n’est pas un accord de dénucléarisation qu’il faut, tant que la menace nucléaire otano sioniste anglo-yankee subsistera, mais un accord de réunification avec éviction des militaristes yankees !!

      • Christian Labrune Christian Labrune 20 mai 22:32
        @Spartacus

        L’article que j’ai parcouru à toute vitesse m’a fait beaucoup rigoler aux endroits où me suis un peu attardé.

        Je suis bien d’accord avec votre analyse : le Coréen, les Palestiniens, et tout aussi bien les mollahs de Téhéran, sont désormais en face de quelqu’un que leurs jérémiades ou leurs menaces ne sauraient impressionner. Si ça ne passe pas, ça cassera. En ce sens, les imbéciles qui parlent d’une « imprévisibilité » de Trump se mettent le doigt dans l’oeil jusqu’au coude lorsqu’ils espèrent qu’il pourrait ne pas faire exactement ce qu’il a annoncé. Il le fera parce que sa stratégie consiste à prendre toujours le taureau par les cornes. Quand on a affaire à des excités plutôt lâches qui n’ont pas du tout les moyens d’aller jusqu’au bout de leurs délires totalitaires, c’est la seule manière de réussir.

        Si la Corée du Nord ne cède pas, ou l’Iran (les deux cas sont assez proches) l’intervention militaire sera à peu près certaine. Au Moyen-orient, si les Palestiniens ne veulent pas négocier - et ils ne voudront pas ! - Il ne leur restera plus qu’à accepter ce qu’on voudra bien leur donner et à fermer leur gueule. Leur sort est directement lié à celui d’un islamo-fascisme irano-turc dont les jours sont désormais comptés.

      • Spartacus Spartacus 21 mai 10:23

        @Christian Labrune

        C’est assez affligeant de voir que les gens n’ont pas compris qu’il y avait une rupture complète avec l’arrivée de Trump.

        Le Coréen fait peur à tout le monde avec un petit arsenal nucléaire réalisé avec des clous rouillés, un marteau et des pièces détachées de vielles carcasses de missiles soviétiques et du bruit de ses bombes qui exploses sous ses montagnes..
         
        Qu’est ce qu’il a peur Trump !
        Trump c’est même foutu de sa gueule en disant qu’il avait un « plus gros bouton ». 
        Les USA c’est l’armée la plus moderne du monde, le plus gros budget militaire du monde, la technologie la plus aboutie et une armée habituée aux conflits.
        Rappelons que les USA ont réussit a contrer une invasion de son grand père qui a lâchement déclaré la guerre à la Corée du Sud.

        Kim était habitué a obtenir des aides économiques astronomiques en échange de chantage à la bombe face a des démocraties frileuses qui préféraient ne pas rentrer en conflit pour des raisons électorales.
        Avec 3 milliards d’aides du PAM, (aide alimentaire Mondiale) c’est 50% du PIB de la Coréee du Nord. 
        C’est dire si le Kiminou maintenant que c’est remis en cause a les moyens de négocier en force.  smiley
        Il lui reste que le chantage à la venue d’un sommet pour faire du bruit.
        Soit il condamne à la misère son peuple déja miséreux, soit il obtien l’aide des USA et de la Corée du Sud (24% du PIB Mondial + 9% du PIB mondial)

        On passe d’un type comme O’Bama qui voulait un accord a tout pris pour des gains politiques et médiatiques, avec l’argent des autres, à un type qui veut un accord concret de démentellement définitif ou donner des baffes.


        Les Iraniens avaient signé un accord sans démentellement des infrastructures nucléaires. Il dénonce l’accord.

        Mahmoud Abbas le président élu pour 4 ans et qu’est là depuis 10ans (cherchez l’erreur) refuse de dialoguer et négocier. Trump fait avancer les chose pour l’acculer a se mettre autour d’une table.

        Mais les gens n’ont pas compris que le monde avait tourné !



      • Ben Schott 21 mai 11:42

        @Zinzin
         

        « l’intervention militaire sera à peu près certaine »
         
        On sent bien le neuneu frustré à lunettes derrière son clavier qui piaffe d’impatience de voir la planète à feu et à sang !
         
        Si ça devait arriver, ne te fais pas d’illusion ! Les Nord-Coréens – qui ont magistralement botté le cul à tes maîtres, que toi tu lèches – ainsi que les Palestiniens, ont un courage et une détermination auxquels tu ne peux être que parfaitement étranger.
         


      • Onecinikiou 21 mai 12:46

        @Ben Schott


        Il faut en effet être le dernier des dingos ou un suppôt du malin pour souhaiter un conflit ouvert entre deux puissances nucléaires. Ce discours pue la mort.

      • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 21 mai 19:03
        @Spartacus
        Bolton a beau s’agiter pour empêcher tout accord, comme vous dites, le monde a tourné. La Corée du nord est sous la protection de la Chine, puissance nucléaire itou, laquelle est alliée de la Russie et de l’ Iran..., bouoooo, quelle horreur !

        De plus, tous ces pays sont en train de mettre fin au dollar, enfer et damnation !

        « Les Seigneurs de l’anneau », voilà ce qui fait faire des cacas nerveux à Washington.

      • Eric F Eric F 21 mai 23:45
        Il y a manifestement des bellicistes qui trépignent dans l’espoir d’une bonne guerre faite par les USA à la Corée du Nord ou à l’Iran ...comme celle qu’ils ont mené en Afghanistan avec l’immense succès que l’on sait.
        En fait Kim a réussi à se faire reconnaître comme quelqu’un qui compte aux yeux du président américain, il n’a pas la puissance d’écraser les USA, mais de lui nuire ou à ses alliés, même avec une bombinette.

      • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 22 mai 06:17
        @Eric F
        Trump fait exactement ce que comptait faire la folle de guerre Hillary Clinton. Elle aussi pendant la campagne électorale promettait d’envahir l’ Iran !

        Comme quoi, aux USA, les Présidents ne sont que des marionnettes d’intérêts qui sont toujours les mêmes : ceux de l’ Etat profond : la finance, le pétrole et la guerre perpétuelle.

      • Spartacus Spartacus 22 mai 11:28

        @Fifi Brind_acier

        Ma pauv’ fille jamais sortie de son statut et de son pays....

        La Chine, faudrait au moins que t’aille y faire un tour pour te rendre compte a quel point tu dérailles...
        La Russie ne produit rien, a part des militaires.

        Le fanatisme anti-Américain, tellement con, tellement élevé que t"en ai à prendre tes désirs pour des réalités....

        Va demander à Total si ta connerie que le dollar est sur le déclin et plus indispensable....
        Total vient de cracher sur un contrat Iranien, pour cause de dollar indispensable et dans quelques semaines, ce sera Airbus...


      • Doume65 27 mai 19:24

        @Spartacus

        « La Russie ne produit rien, a part des militaires. »
        Même pas du blé ? Pourtant c’est le premier exportateur monial. Je suppose qu’elle doit le voler grâce à Castro au peuple cubain ?

        Quant aux militaires produits par la Russie, ils ont l’avantage de coûter dix fois moins cher que ceux des USA.

      • Xenozoid Xenozoid 27 mai 19:41
        @Doume65

        a mon avis les amerloque sont chers car ils ont le pentagone. qui fabrique l’étoile de la mort, ilsmanque assez de milliers de milliards,pour au moins en construire dix...dixit le nombre de planètes qu’ils ont besoins pour survivre

      • sls0 sls0 19 mai 23:38

        Une bonne analyse étant assez impartial.

        Oui il y est décrit le profil psychologique de Trump et il est pas flatteur. C’est un des paramètres et c’est sourcé.

        • Paul Leleu 20 mai 01:38

          je me demande si la Corée du Nord est un véritable objectif en soi pour les USA... il me semble que le but est simplement de tirer prétexte pour créer une zone de tension à proximité de l’adversaire chinois... La Corée du Nord, régime « vintage » mais qui ne menace personne avec ses bombinettes, correspond tout à fait à ce qu’il faut pour occuper les beaufs, et faire de la com’ . 


          Les USA ont un but multiple : 

          - mettre le bazar sur Terre et faire du bruit, aller vite : ça évite à tout le monde de réfléchir plus profondément sur leur fragilité grandissante. 

          - éventuellement trouver une opportunité « diplomatique » de justifier d’installer des nouveaux matériels militaires en Corée du Sud (à proximité de la Chine). 

          - essayer de garder leur « maitresses infidèles », Corée du Sud, Taïwan et même Japon, qui commencent à regarder vers le fringant voisin chinois (qui n’est plus vraiment communiste). Le gros matou américain essaye de se rendre indispensable dans cette région du monde, et de ressouder ses vieilles conquêtes. 

          - éventuellement, tout cela baigne dans la poursuite aveugle de vieilles haines idéologiques aussi. 

          Mais je doute que la Chine laisse les USA faire trop les malins à leurs frontières. Ils vont aider aux négociations et faire durer les choses... rien de tel que de gagner quelques années, ou même quelques décennies, en faisant trainer les choses. La Chine a le temps (elle monte), et le « coréen fou » a 34 balais, et peut rester encore 50 ans a faire des défilés sur la Place du Peuple à Pyong-Yang. Peut-être que la « réunification » coréenne se fera sous les auspices de Pékin en 2050... On sait pas... 

          • Hamed 20 mai 02:22

            @Paul Leleu


            Excellente réponse. Vous avez très bien compris l’enjeu entre les Etats-Unis et la Chine et la Russie de l’autre. Bien sûr, la partie la plus intéressée, et la plus « affectée » par la crise nucléaire nord-coréenne est la Chine. 

            Pour la Chine, la Corée du Nord constitue un enjeu pratiquement vital pour son avenir de grande puissance du monde. Actuellement, les Etats-Unis lui font de l’ombre dans le monde et surtout en Asie. Il faut que cela cesse. Tout doit être fait pour que cela cesse car, deuxième puissance économique mondiale aspirant à devenir première puissance du monde, il faut à tout prix regagner ce qui lui manque. Sans cela, le régime politique chinois sera condamné à moyen ou long terme. Il ne pourrait pas survivre avec une évolution telle qu’elle se déroule aujourd’hui. 

            Ce sera les Etats-Unis ou la Chine dans les décennies à venir. La Corée du Nord est en somme un instrument détourné pour rebattre les cartes du monde. Et dans toute cette distribution de forces, il y a un hic. C’est le risque qu’une guerre nucléaire graduelle éclate et pour s’équilibrer, ferait probablement plus de 100 millions de morts. avec des dommages collatéraux dont des capitales européennes.

            Et la partie 2 explicitera mieux les enjeux dans cette région explosive qu’est la péninsule coréenne, lieu de croisement des trois plus grandes puissances du monde, et les risques d’une de guerre nucléaire..


          • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 21 mai 19:07
            @Hamed
            Bonjour, merci pour cet article.
            La Corée du nord est une réserve de terres rares, aussi indispensables aux nouvelles technologies que le pétrole.

          • Eric F Eric F 21 mai 23:49

            @Hamed
            je suis peu convaincu par l’hypothèse d’un embrasement qui impacterait le reste du monde,


          • Cyrus K’Go=חכם 22 mai 00:18

            @Eric F
            Dans quel sens le dit tu ? 

            Personne ne tirera l’ arme atomique OU Les armes miniaturisées ne seront pas plus polluantes qu’ Hiroshima , Nagasaki , Tchernobyl , Fukushima ....

          • Hamed 22 mai 11:33

            @Eric F

            Je le suis autant que vous. Il est presque impossible qu’une guerre nucléaire éclate en Corée du Nord, en Asie, aux Etats-Unis et ailleurs. Et ce presque impossible est égale à une probabilité de 99,9999999999....%. Mais en probabilité, les hommes ne peuvent tirer des mathématiques que des probabilités. Ils n’ont aucune certitude de ce qui peut se passer demain. 

            Pourquoi ? Simplement parce que l’avenir n’appartient pas à l’homme, il APPARTIENT A DIEU.

            Je pense que je me suis expliqué et je pense comme vous, avec cependant 0, 000000000...1% qu’il y aura une guerre nucléaire.

          • Eric F Eric F 22 mai 15:26

            @Hamed
            Un conflit « classique » lié à l’Ukraine ou à la contagion du Moyen Orient a davantage de probabilité de toucher l’Europe.


          • Hamed 22 mai 17:08

            @Eric F


            « Un conflit « classique » lié à l’Ukraine ou à la contagion du Moyen Orient a davantage de probabilité de toucher l’Europe. »

             

            Non. Justement c’est là le paradoxe. Parce qu’il semble que l’Europe apparaît en dehors du conflit USA-Corée du Nord, que l’Europe serait inévitablement touchée par une guerre nucléaire si elle venait à se déclarer. Cependant, il y a très peu de chance que cela arrive.

             

            Dans une Guerre Nucléaire Graduée Equilibrée, l’Europe sera touché inévitablement parce qu’elle constitue le prolongement de l’Axe occidental. Et disons-le, bien qu’elle ne figure pas dans une guerre nucléaire, elle subirait ce que l’on pourrait appeler des « dommages collatéraux ». Et donc des villes seraient probablement touchées. Et le paradoxe est que l’Europe n’a aucune possibilité de riposter, parce qu’elle pourrait subir encore plus de destructions. 

             

            Je ne sais pas si vous pouvez réaliser que Paris, Londres et Berlin pourraient être touchés par trois missiles nucléaires non pas de la Corée du Nord, mais d’un autre adversaire.

             

            Dans le Scénario qui sera développé dans la deuxième partie, il n’est pas dicté par l’absurde par la logique de guerre si elle venait à se déclarer, et la logique de guerre va avec chaque destruction évaluée à sa juste mesure.

             

            Prenez, par exemple, un accident qui n’a rien à voir avec un déclenchement d’un conflit, comme en 1914, un assassinat ou en 1939, l’agression contre la Pologne le 1er septembre, qui ont provoqué deux Guerres mondiales.

             

            Qui pouvait penser qu’un l’assassinat va amener 5 années de guerre entre les grandes nations. De même l’invasion de la Pologne 6 années de guerre. Le Premier Conflit mondial personne n’y pensait, le Second conflit mondial, il y avait un précédent, donc une crainte.

             

            Aujourd’hui, tout le monde pense que ce n’est qu’une guerre de mots entre Trump et Kim, deux fous de la guerre. Puis en 2018, l’apaisement. Mais un accident grave, un missile tombe sur un pays allié, et les USA ne pourraient plus reculer. Déjà, il menaçait de guerre préventive. S’ils ne feront rien, c’est fini, ils seront tout simplement finis. Et plus personne de leurs alliés ne croiraient en eux. Un petit pays qui a l’arme nucléaire qui les nargue.

             

            Et commencera la guerre et on ne sait plus où cela finira. Pensez-vous si elle prend de l’AMPLEUR, les autres puissances ne seront pas touchées. Et si la Corée du Nord a véritablement des missiles intercontinentaux et la Corée du Nord subit de plus en plus de destruction, et qu’elle décide et envoie des missiles sur les villes américaines. Washington est détruit. Que va-t-il se passer sur la poursuite de la guerre.... Et c’est là une situation complexe qui va se poser pour la première puissance du monde. ??????


             

          • Eric F Eric F 23 mai 14:38

            @Hamed

            Kim sait que s’il lance le premier une bombe nucléaire contre les USA, son pays sera vitrifié en retour, ayant attaqué un "sanctuaire national, et la Chine ne viendra pas à sa défense dans cette hypothèse, car elle ne pourra cautionner le principe d’une agression.
            Il est infiniment peu probable que les USA tirent le premier feu nucléaire contre la CDN , la cible ne valant pas le cout de prendre ce risque car alors la Chine protégerait son filleul.
            Et même dans cette hypothèse (infime) on ne voit pas pourquoi la Chine serait amenée à bombarder des pays européens, ceux-ci n’iront pas se mêler au conflit asiatique. Ou alors le conflit aurait déjà dégénéré avec participation notamment de la Russie.

          • Hamed 23 mai 16:09

            @Eric F


            Non vous n’êtes pas. Vous me forcez à anticiper parce que cela sera mieux compréhensible lorsque vous lirez la deuxième partie. Cependant je vais essayer de vous répondre. 

             

            Tout d’abord Kim ne va pas tirer des missiles intercontinentaux que s’il se trouve forcé. Donc il n’est pas fou de se lancer dans une guerre pour se voir ensuite «  vitrifiée ». C’est comme si vous vous allez vous battre combien même vous êtes fort avec le champion du monde des poids lourds. Je dis bien des poids lourds. Donc vous allez être massacré voire même tué par les coups en supposant que c’est un combat à mort. Et je dis bien un combat à mort. I.e pas d’arbitre.

             

            C’est pareil pour Kim Jong-un. Et peu importe les causes qui ont provoqué la guerre et le plus probable, la guerre commencera «  conventionnelle », et évidemment la tactique du faible au fort va dégénérer et pousser le Nord-Coréen à utiliser son arsenal nucléaire. Postulons qu’il tient à la vie, et qu’il ne frappe par un tir nucléaire qu’une cible proche et où la population est faible et réparti, et en plus abrite des bases militaires américaines. Par exemple, l’île de Guam. 

             

            La cible touchée, en supposant que le missile nucléaire est doté aussi de leurre, la riposte américaine est immédiate. Et c’est normal. Et une attaque nucléaire aussi calibrée, choisissant des cibles d’égale puissance, et cherchant à éviter au maximum les zones de grande agglomération. Ni la Chine, ni la Russie, ni l’Europe ne peuvent s’interposer. Une guerre conventionnelle et nucléaire est engagée..

             

            Et les Américains décident d’en finir avec le régime dictatorial nord-coréen et prendre possession de son arsenal nucléaire. Il faut souligner que seuls les Etats-Unis sont dans le viseur nucléaire d’un petit pays très agressif, et qui cherche à imposer ses conditions grâce à l’arsenal nucléaire qu’il détient. Et non la Russie et la Chine qui ne sont pas menacés, bien plus ces deux puissances s’accommodent plutôt avec la Corée du Nord. Et ces deux pays cherchent aussi à ce que les forces américaines évacuent la Corée du Sud.

             

            Et dès lors, devant la menace américaine d’en finir avec le régime nord-coréen, l’état-major comme le gouvernement n’aurait plus d’alternative que de passer aux grands moyens. Ces grands moyens, ce sont les missiles intercontinentaux pouvant pousser l’Amérique. Supposons que le premier tir sera pour une cible de moindre importance (petite ville où se trouvent des bases militaires importantes). Alors là, la situation s’embrase. Les Américains vont opter eux aussi pour les grands moyens. La guerre entre les Etats-Unis et la Corée du Nord se transforme en « guerre totale ».

             

            Supposons que les Nord-Coréens ne veulent pas rendre, et ni la Chine ni la Russie ne peuvent ni ne veulent intervenir dans la crainte que la guerre devienne mondiale. Et donc il n’ont plus rien à perdre. Ils vont aller jusqu’au bout. Et que, par conséquent, la guerre nucléaire s’étend à eux. Mais le plus grave qui va arriver, une ligne rouge dans les destructions va être franchie. 

             

            Washington est touché par un missile, la ville est détruite. Les Américains sont pris dans une spirale de violence nucléaire et qu’une autre grande ville américaine est touchée. N’en parlons pas de la Corée du Nord, ce sont de nombreuses villes qui sont touchées.

             

            Evidemment, cela paraît un film de science-fiction. Mais une guerre conventionnelle qui commence et se transforme en guerre nucléaire, tout peut arriver. La question que je pose quelle sera la réaction des Etats-Unis quand ils arrivent à un point de non-retour. Et quelle sera leur stratégie vis-à-vis de leurs adversaires ? 

             

            Et là, je rejoins votre raisonnement qui est juste. « La Chine ne viendra pas à sa défense dans cette hypothèse, car elle ne pourra cautionner le principe d’une agression.  »

             

            Et elle ne le peut pas, sinon c’est une déclaration de guerre. Ce que la Chine ne voudrait en aucun cas. 

             

            Comme vous le dîtes, « Il est infiniment peu probable que les USA tirent le premier feu nucléaire contre la CDN , la cible ne valant pas le cout de prendre ce risque car alors la Chine protégerait son filleul. »

             

            Là je suis d’accord à moitié avec vous. Oui, les USA ne peuvent tirer le premier sinon à provoquer une guerre nucléaire. Cela n’a pas de sens. Mais dire que la Chine va protéger son filleul en s’opposant aux USA, la Chine ne le voudra jamais car c’est s’exposer à une guerre mondiale qui la décimera et décimera les USA. Pour quelle cause, protéger la Corée du Nord qui n’est pour elle en fait qu’un « fusible ».

             

            Quant à ce que vous dîtes : « Et même dans cette hypothèse (infime) on ne voit pas pourquoi la Chine serait amenée à bombarder des pays européens, ceux-ci n’iront pas se mêler au conflit asiatique. Ou alors le conflit aurait déjà dégénéré avec participation notamment de la Russie.  », je ne vous réponds pas.

             

            Je vous laisse réfléchir. 

             






          • Eric F Eric F 23 mai 18:06

            @Hamed
            je ne crois pas à l’hypothèse de nucléaire tactique à petite échelle, car même l’envoi d’une bombinette sur un ilot perdu constitue une agression nucléaire, je pense que nul ne s’y aventurera. Dans une telle hypothèse, la riposte US viserait simultanément tous les sites de lancement de missiles nord coréens


          • Hamed 23 mai 20:59

            @Eric F

            Je crois que vous m’avez mal compris. Je ne parle d’armes tactiques à petite échelle. Ce sont des armes de destruction massive, et non tactique pour viser des bases militaires ou sites de lancement. 
            es 
            Les armes tactiques font partie des arsenaux américains. Pour la Corée du Nord, ce sont des bombes nucléaires fission ou à fusion thermonucléaire. Donc de forte puissance. Si l’agression américaine provoquera des ravages en Corée du Nord, et l’armée nord-coréenne se trouverait submergée par les bombardements américains, la seule riposte pour la Corée du Nord sera nucléaire.

            Et vous pensez que personne ne s’y aventurera, alors pourquoi toutes ces menaces de guerre nord-coréennes et américaines ? Et le rendez-vous du 12 juin pour les deux présidents ? C’est surtout pour éviter la guerre. Mais si les négociations ne donnent rien, et chacun reste sur ses positions, et la Corée du Nord reprendra ses essais nucléaires et balistique, et qu’un accident d’un tir balistique tombe, par exemple, sur le Japon ou l’île de Guam, les USA se trouveront dans l’obligation d’opérer une riposte qui mènera à une guerre probablement après une guerre conventionnelle à une guerre nucléaire.

            Comme vous dîtes, « Dans une telle hypothèse, la riposte US viserait simultanément tous les sites de lancement de missiles nord coréens ». Mais pour la plupart des sites sont soit cachées soit mobiles jamais sur place. Si les USA décident d’en finir avec la Corée du Nord, et les Nord-Coréens ne veulent pas se rendre comme l’a fait le Japon en 1945, en capitulant sans condition, après Hiroshima et Nagasaki, et la Corée du Nord passe à une offensive nucléaire.Imaginez les destructions que feraient les missiles nucléaires nord-coréens au début dans l’aire asiatique qui viseront l’île de Guam, le Japon et la Corée du Sud. Et il ne faut pas des milliers de missiles. Avec une quinzaine de bombes nucléaires, la Corée u Nord ferait des destructions apocalyptiques.


            Il est évident que la situation va se transformer en « guerre totale » entre les USA et la Corée du Nord. Les villes qui seront touchées  de part et d’autre seront probablement , Pyongyang, Séoul, Tokyo, l’île de Guam, Washington, et d’autres villes encore aux USA ou en Asie. 

            Il ne faut pas oublier que ce que je décris là est un scénario extrême, Et je pense que les Etats-majors américain, nord-coréen, sud-coréen, japonais, chinois, russe ont tous étudié ce cas de figure extrême. C’est leur job. Je ne fais que me représenter la dynamique d’une guerre nucléaire si elle venait à éclater. Sans plus.

            Et surtout mon objectif est d’éclaire ce qu’il en résultera si les grandes puissances sont aveuglées par leur désir maladif de domination.
            Qu’en sera-t-il des dommages collatéraux qui concernera les autres puissances qui n’ont pas prix part au conflit nucléaire, dont bien sûr l’Europe. Sortiront-ils indemnes de cette guerre nucléaires ? Ou seront-ils aussi touchées ?

            Je vous laisse réfléchir. Mais ne soyez pas trop sûr de vous avec ce « je pense que nul ne s’y aventurera. ». C’est un peu ne pas prendre la réalité au sérieux. Alors pourquoi les menaces coréennes et américaines ? Pour se faire peur ?





          • Eric F Eric F 24 mai 10:34

            @Hamed
            Merci de ces développements qui explorent les hypothèses extrêmes. En final on est d’accord qu’un engagement initial nucléaire même a petite échelle conduirait à une grosse déflagration.


          • Hamed 24 mai 11:30

            @Eric F

            Cordialement

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON

Auteur de l'article

Hamed


Voir ses articles






Les thématiques de l'article


Palmarès