• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Syrie-Hezbollah, cauchemar de l’impérialisme

Syrie-Hezbollah, cauchemar de l’impérialisme

“La guerre, disait Clausewitz, met fin par le sang à une divergence d’intérêts”. Contrairement à une idée reçue, les USA et leurs alliés n’ont pas tenté d’abattre la Syrie pour s’emparer de ses hydrocarbures. Les projets gaziers du Qatar expliquent peut-être son engagement au côté des insurgés, mais ils n’ont pas suffi à nourrir un conflit d’une telle ampleur. La rage destructrice des parrains de cette guerre meurtrière n’était pas davantage motivée par la défense des “droits de l’homme”. Seuls les esprits crédules ont pu croire de telles sornettes, accréditées il est vrai par un déluge de propagande sans précédent.

La véritable raison de cette guerre par procuration n’est ni économique ni idéologique. Déployant des moyens colossaux, l’impérialisme avait un autre objectif, beaucoup plus ambitieux : il entendait conjurer une menace stratégique. En détruisant la Syrie, Washington espérait liquider le seul Etat arabe qui soit resté debout face à Israël, et qui appuie sans réserve la résistance armée à l’invasion sioniste. Frapper à mort la Syrie devait permettre d’en finir avec le Hezbollah, et l’effondrement de l’Etat syrien mettre fin à l’anomalie d’un gouvernement arabe allié au “régime des mollahs” et à la Russie de Vladimir Poutine.

La preuve ultime de ce dessein géopolitique a été fournie par l’ex-secrétaire d’Etat Hillary Clinton dans son email du 30 novembre 2015 révélé par Wikileaks : “La meilleure manière d’aider Israël à gérer la capacité nucléaire grandissante de l’Iran, écrivait-elle, est d’aider le peuple syrien à renverser le régime de Bachar el-Assad”. En cas de réussite, cette tentative de “regime change” par le biais de la terreur milicienne aurait privé l’axe Téhéran-Damas-Beyrouth de son maillon central. Elle aurait laissé le Hezbollah orphelin de la Syrie et rejeté l’Iran dans l’arrière-cour d’un Moyen-Orient remis sur orbite occidentale.

Malheureusement pour Washington et ses séides, cette vaste opération a échoué. Malgré les milliers de mercenaires lobotomisés par le wahhabisme, malgré les milliards de dollars déversés par les monarchies du Golfe, le conglomérat takfiriste s’est brisé sur le mur d’acier d’une armée nationale appuyée par ses alliés russes, libanais, irakiens et iraniens. Même si elle n’a pas supprimé la capacité de nuisance américaine, cette défaite a infligé un coup d’arrêt à la politique du “chaos constructif” voulue par Washington afin de provoquer l’implosion du Moyen-Orient et le démembrement de ses Etats souverains.

L’année 2017 restera dans les annales comme celle d’un nouvel échec de l’impérialisme. Destinée à éliminer une pièce maîtresse de la résistance arabe, la guerre imposée à la Syrie entendait venger l’humiliation infligée à Israël en juillet-août 2006. Elle visait à repousser le cauchemar d’une force arabe victorieuse, capable de chasser la puissante armée sioniste d’un petit pays qu’elle croyait à sa merci. Rarement mentionnée, cette signification du conflit syrien est pourtant essentielle. Loin d’être séparés, les conflits du Proche-Orient sont intimement liés. La crise régionale a plusieurs dimensions, mais c’est la même crise.

Que serait devenu le Liban si les factions extrémistes avaient gangrené l’est du pays ? Le Hezbollah, rejoint par l’armée libanaise, les a extirpées. En supprimant ces nids de scorpions des deux côtés de la frontière, la résistance a joué son rôle de protecteur du Liban, et même ceux qui vilipendaient son intervention en Syrie sont contraints de l’admettre. Obsession d’Israël, le Hezbollah a payé le prix du sang, tirant du conflit syrien une expérience précieuse. L’impérialisme voulait l’abattre en le privant de son allié. Peine perdue. Cauchemar des sionistes, vainqueur d’Al-Qaida, protecteur des minorités, le Hezbollah est plus fort et plus respecté que jamais.

Ce n’est pas un hasard si l’armée israélienne a multiplié les agressions sur le territoire syrien au cours des derniers mois. Plusieurs responsables sionistes l’ont dit : la prochaine guerre opposera à nouveau Israël et le Hezbollah, et elle sera d’une rare violence. Mais il y a loin de la coupe aux lèvres, et l’agresseur devrait méditer les leçons du précédent conflit. Le 12 juillet 2006, prétextant l’enlèvement de deux soldats israéliens à la frontière libanaise, une impressionnante armada israélienne avait envahi le Liban avec l’objectif avoué “d'éradiquer le Hezbollah”. L’issue de cette opération a toutefois réservé bien des surprises à ses initiateurs.

Durant cette guerre de 33 jours, le déséquilibre des forces est énorme. Israël dispose d’une force militaire colossale, quasiment invaincue sur les théâtres d’opérations du Proche-Orient, et alimentée par les transferts technologiques de son puissant protecteur US. Infanterie mécanisée, artillerie lourde, blindés, aviation, marine de guerre et drones de combat s’abattent sur le Liban. Face à ce corps expéditionnaire de 40 000 soldats et 450 blindés lourds, se dresse le Hezbollah, parti politique minoritaire libanais qui dispose d’une milice courageuse, mais dépourvue d’armement lourd.

Pour accréditer la menace que ferait peser cette organisation détestée par les puissances occidentales, on orchestre alors une véritable dramaturgie autour des roquettes lâchées sur Israël. Psychologiquement, elle profite aux deux belligérants : elle permet au Hezbollah de défier Israël et à Israël de jouer la comédie de l’agresseur agressé. Mais elle masque surtout la disproportion des dégâts causés dans les deux camps. Alors qu’un millier de Libanais ont déjà péri sous les bombes de “Tsahal”, les médias braquent leurs projecteurs sur la dizaine de civils tués par les roquettes du Hezbollah.

Fascinés par leur propre puissance, les sionistes frappent les ponts, les usines, les ports, les aéroports, ils dévastent Beyrouth-sud, déploient un appareil de destruction sans précédent contre le pays. Mais cet avantage aérien ne préjuge pas de la victoire. Le Hezbollah, de son côté, dispose d’atouts indéniables : sa solide implantation au sein de la communauté chiite, sa cohésion interne et la valeur de ses combattants, le soutien d’une large majorité de la population libanaise. Soudant les Libanais autour du Hezbollah, la nouvelle invasion israélienne, de plus, a pour effet d’en montrer l’utilité militaire.

Encore confuse à la veille du conflit, l’idée que le Hezbollah constitue un rempart contre Israël s’impose avec l’évidence d’une force matérielle : si le Hezbollah cède, il n’y a plus de Liban, mais un nouveau bantoustan israélien. Simple prétexte, le double enlèvement du 12 juillet a fourni aux dirigeants israéliens, en effet, l’occasion rêvée d’une nouvelle guerre dont ils entendent toucher les dividendes. La résistance mise à genoux, le Liban pourrait retrouver son statut d’Etat-tampon, sans véritable souveraineté, ni cohésion nationale, ni force militaire.

Car Israël ne saurait tolérer à sa frontière nord qu’un Etat-fantoche. Il a détruit sa flotte aérienne civile en 1968, envahi son territoire en 1978 et poussé une offensive militaire dévastatrice contre Beyrouth en 1982. Envahi, occupé et bombardé durant des décennies, le Liban n’a vu le départ des troupes israéliennes du sud du pays qu’en 2000. Cette victoire tardive, il la doit au Hezbollah, qui a harcelé l’occupant pendant vingt ans, tuant 900 de ses soldats et le contraignant à un retrait unilatéral. La violente attaque israélienne engagée le 12 juillet 2006, manifestement, est un règlement de comptes.

Jouant les matamores, les dirigeants israéliens promettent d’infliger une correction magistrale à la résistance. Jugés indestructibles par les experts, 52 blindés de “Tsahal” sont pourtant transformés en passoires. 170 soldats sont tués, 800 blessés. Plus de 1 500 Libanais périssent dans les bombardements sionistes, et le Hezbollah reconnaît la perte de 200 combattants. Avec leurs lance-roquettes antichar, les combattants du Hezbollah ont contraint les forces israéliennes à lâcher prise. Inconcevable pour les admirateurs d’Israël, une dure réalité s’impose : la “plus puissante armée du Moyen-Orient” a reculé face aux miliciens d’un parti politique libanais.

Au lendemain du conflit, le Hezbollah est toujours debout et son potentiel militaire encore menaçant. Auréolé par sa résistance à l’envahisseur, il jouit dans le monde arabe d’un prestige inégalé qui transcende le clivage artificiellement entretenu entre sunnites et chiites. En voulant donner à cette guerre un caractère punitif, Israël s’est puni lui-même. Ses soldats ont été incapables de prendre une poignée de villages frontaliers et son principal fait d’armes fut une campagne aérienne dévastatrice. Israël voulait éradiquer le Hezbollah. Tout ce qu’il a réussi à faire est de massacrer des civils. Vaincue, son armée a repassé la frontière la queue entre les jambes.

Le souvenir de cette victoire arabe emportée à 1 contre 10 ne cesse de hanter les dirigeants israéliens et occidentaux. C’est l’une des raisons essentielles de leur acharnement contre la Syrie, et l’agression contre Damas en 2011 était en germe dans la défaite d’Israël en 2006. Mais les événements n’ont pas suivi le cours espéré par leurs brillants stratèges. Avec la déroute de la piétaille wahhabite en Syrie, le plan a déraillé, et l’échec a nourri l’échec. En 2006, Israël a subi la défaite face au Hezbollah soutenu par la Syrie. En 2017, l’impérialisme a perdu la partie face à la Syrie soutenue (entre autres) par le Hezbollah. Les tentatives désespérées pour rompre cette alliance se sont brisées comme du verre sur la résistance des peuples frères, syrien et libanais. 


Moyenne des avis sur cet article :  4.44/5   (32 votes)




Réagissez à l'article

165 réactions à cet article    


  • Massada Massada 26 décembre 2017 09:28

    Le bonjour de Jérusalem, capital de l’état d’Israël


    • samy Levrai samy Levrai 26 décembre 2017 10:12

      @Massada
      Ca t’excite les uniformes portés par des fascistes ? on a les fantasmes que l’on peut...


    • phan 26 décembre 2017 11:31

      @Massada

      A gut gezunt yor ! Gut yontev ! Gut shabes !
      Gut vokh, khodesh, kvitl, purim, tog, nakht, morgn, fast gring, happy birthday, a kosheren paysseh, mazl tov, Un itzt , loz mikh tsuruen a gantz yor !!!
      Une bonne et heureuse année ! Bonne fête ! Bon shabbat !
      Bonne semaine, mois, supplique, purim, jour, nuit, matin, jeune léger, bon anniversaire, un pessah casher, mazl tov et maintenant, laissez nous en paix toute une année !!!

    • Pilule Rouge Pilule Rouge 26 décembre 2017 18:58

      @TOUT LE MONDE ! MESSAGE URGENT !

      Macron nous fait un magnifique cadeau pour Noël !

      La chaîne RT France contrairement à ses excellentes consoeurs RT America et International, serait passée entre les mains du système, de l’ennemi :

      Plusieurs choses confirment mes dires :

      1. Le co-directeur du CRIF, Gilles-William Goldnadel était présent le jour de son lancement avec Michaël Darmon et d’autres soutiens virulents du régime Israélien. > lire l’excellent article de Panamza à ce sujet : http://www.panamza.com/201217-russia-today-goldnadel/

      2. Propagande anti Bashar et pro-israélienne dans les JT

      3. Les thèmes des documentaires sélectionnés font étrangement penser à ceux de la chaîne pro-israélienne américaine : « VICE » > violence, criminalités, drogue, etc.

      Question : Comment Russia Today a-t-elle pu obtenir l’aval du CSA en France ainsi que des studios flambants neufs comparables en taille à ceux de TF1 ou de Canal+ à Boulogne-Billancourt ? C’est impossible sans qu’un compromis n’ai été signé. Rapelez-vous de l’hostilité de Macron des médias et de tout le système envers la « propagande » russe !

      Réfléchissez, ne tombez pas dans le panneau, RT France n’a rien à voir avec RT America, c’est la version française de VICE, un mélange indigeste entre BFMTV et l’idéologie Zémourienne.

      Sa présidente, Xenia Fedorova, s’est curieusement engagée à « ne pas donner la parole aux conspirationnistes ».
      Lesquels ? À quel prétendu « conspirationnisme » Xenia Fedorova -qui rêve d’embaucher Éric Zemmour (le promoteur/affabulateur du mythe du « grand remplacement » islamique de la France)- fait-elle allusion ?


    • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 26 décembre 2017 19:32

      @Pilule Rouge
      Zen, cela peut vouloir dire que la Russie fait de la diplomatie, à sa manière. Poutine a l’habitude de ne pas humilier les perdants... 
      Ou qu’il veut neutraliser Israël, alors que se décide l’avenir de la Syrie...


      Poutine discute aussi avec l’infréquentable Erdogan...
      On verra à l’usage...

    • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 27 décembre 2017 17:45

      @Pilule Rouge
      Le ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Lavrov répond en direct aux questions de journalistes sur les actualités russes et internationales.

      La vidéo dure 1 heure, je n’ai pas encore eu le temps de la regarder, mais il y a peut-être les réponses à vos questions... ?


    • Syracuse Syracuse 27 décembre 2017 18:13

      @Pilule Rouge

      Lesquels ? À quel prétendu « conspirationnisme »

      C’est pourtant simple, les gros mongoliens dans ton genre qui sortent des conneries grosses comme ça :

      L’oligarchie éclairée par la lumière de Lucifer (illuminati) qui contrôle presque tout aujourd’hui est en train d’oeuvrer dans l’ombre plus que... blablabla de la merde en branche !

      Et vous bande de de gogolvoxiens vous plussez ce cas social ! Ce site est vraiment perdu.


    • McGurk McGurk 27 décembre 2017 18:22

      @Syracuse

      Ne prête pas attention aux cliqueurs fous, ils appuient sur ce bouton pour toi et surtout n’importe quoi.


    • leypanou 26 décembre 2017 09:30

      Heureusement que l’auteur ne répond jamais aux commentaires, ainsi le sioniste de service, qui est interdit de commentaires chez le « pote » de Jancovic, peut débiter son fantasme de nazislamisme iranien.

      Sur l’article lui-même, l’empire n’a pas dit son dernier mot : les SDF, ainsi que la dizaine de bases militaires, sont encore là. Pire, j’ai lu que des combattants d’ISIS ont été exfiltrés pour pouvoir combattre ultérieurement.


      • keiser keiser 26 décembre 2017 09:52

        @ L’auteur

        Vous ranimez en moi le souvenir de mon inscription sur AV en 2006.
        En pleine intervention israélienne au Liban.
        Tous les sionistes de France et de Navarre étaient remontés comme des horloges atomique.
        Les insultes fusaient dru sur AV.
        Certains diront que c’était de bonne guerre mais il n’y a pas de bonne guerre.
        Alors j’espère que vous n’allez pas aussi ranimer cela. 


        • Clocel Clocel 26 décembre 2017 09:56

          Quand sunnites et chiites auront enfin compris leurs intérêts, on commencera à respirer un air moins dégueulasse de ce côté-là du globe...


          • JBL1960 JBL1960 26 décembre 2017 10:56

            @Clocel C’est bien ce qu’on veut nous faire croire ; Extrait de l’article de Georges Stanéchy « Régime Saoudien : Kleptocratie en décomposition » de janvier 2016

            En premier, écoutons, avec respect et émotion, les propos du saoudien Chiite Nimr al-Nimr avant sa décapitation, s’adressant aux Saoud (16) :
             « Nous ne voyons aucun problème entre les sunnites ou les chiites, entre les différents pays sunnites et l’Iran.

            Le seul problème c’est vous, et vous vous moquez du monde [en instrumentalisant cette prétendue rivalité sectaire].
            Il n’y a pas de problèmes entre les sunnites et les chiites, ce ne sont que des mensonges et des falsifications dont vous vous servez pour tromper les ignorants d’entre vos partisans et les brutes qui se prétendent ‘salafistes’ :

            – les ‘salafistes’ de Nayef,

            – les ‘salafistes’ des Saoud, qui n’accordent aucune considération à la religion,

            – le ‘salafisme’ qui se base sur le meurtre, le viol de l’honneur, la trahison, le collaborationnisme avec les États-Unis, tel est leur ‘salafisme’.

            Tels sont les Saoud. »

            Que j’avais, pour ma part relayé dès janvier 2016 par ce billet : Non, toujours pas en mon N.O.M. et que j’ai rappelé dans ce billet du 21/12/2017 : Déclaration de Balfour 2.0.

            Et pour en avoir discuté avec Stanéchy, même si nous ne sommes pas d’accord sur tout, c’est terrifiant de constater combien le formatage des esprits via les Merdias aux ordres fonctionne au-delà de leur espérance.

            Georges Stanéchy a publié ce nouvel article hier ; Noël en Palestine, GS a produit de nombreux billets sur la Corée du Nord, qu’il connait bien. Nous apportant un éclairage bien différent de ce que les Merdias conventionnels propagent.


          • JBL1960 JBL1960 26 décembre 2017 10:44

            S’il est vrai que les Israëliens comme les Zuniens sont plus préoccupés par le retour en flamme du Hezbollah que jamais, c’est bien parce que Trump le nouveau con(servateur) a (sur ordre) déclaré Jérusalem capitale de l’Israël biblique.
            L’ancien comique, Jimmy Morales, devenu Président du Guatemala et ayant voté contre la résolution onusienne a même choisi le 25 décembre pour lui emboiter le pas, et gageons que le tripatouillage des élections au Honduras, par le gouvernement Zunien itself, qui avait promis de voter contre aussi, va prolonger le bouzin...
            Mais quoi de plus normal puisque la seule et vraie nature de l’empire est la guerre perpétuelle, et ce n’est ni être antiaméricain, ni gauchislamiste que de le démontrer.
            Ou alors Mike Prysner, ex vétéran de guerre US qui dès 2008 a appelé ces concitoyens à dire NON à la guerre au terrorisme l’est bien plus que n’importe qui.
            Comme Vincent Emanuele qui en décembre 2015 confessait qu’il avait contribué, comme ex-soldat US, a créer EIIL/DAESH/ISIS...
            Surtout lorsqu’on sait que Blackwater/Academi sous-traite la torture en Arabie Saoudite, Comme Dyncorp au Yémen dès mars 2016. Alors Dyncorp une autre société de mercenaires est propriété de Cerberus Capital Management (Cerberus Global Investment) dont le CEO est Dan Quayle un ancien vice-président de Yankland, le VP de Bush père lui-même ancien patron de la CIA et John Snow, un ancien ministre des finance yankee… que du beau monde hein ?
            Plus on avance, plus on recule, comment voulez-vous qu’on soit crédule ?
            Avec Trump le nouveau con(servateur) on est entré dans un nouveau Balfour 2.0 et je dirais plutôt un nouveau Pacte du Quincy 2.0... Il a ouvert en grand les portes de l’enfer démontrant qu’il n’y avait pas de solutions au sein du Système (Totalitaire Marchand) dont le Plan a toujours été, et en un mot anéantir tout ce qui ne rampera pas à leur pied, hier comme aujourd’hui...


            • Doume65 26 décembre 2017 10:51

              « Washington espérait liquider le seul Etat arabe qui soit resté debout face à Israël »

              L’Iran un État arabe ? Il semble pourtant que l’iranien lambda ne sache pas qu’il est arabe. Bon, c’est vrai après tout que ce sont les occidentaux qui décident pour le monde entier qui est qui.


              • phan 26 décembre 2017 11:28

                @Doume65
                La Syrie est arabe et debout face à Israël ! Le Hezbollah au Liban, pays arabe a mis 2 raclées mémorables à l’armée la plus couche culottée du monde ! 


              • KALAM KALAM 26 décembre 2017 19:14

                @Doume65 Même moi,qui suis à moitié illettré,niveau,cm2 j avais compris que l’auteur parlait de la Syrie ; en écrivant«  »seul état arabe reste debout face à israheil".


              • Parlez moi d'amour Parlez moi d’amour 26 décembre 2017 22:39

                @KALAM

                Ah si tous les CM2 écrivaient à moitié aussi bien que vous !


              • Doume65 28 décembre 2017 11:37

                @KALAM et phan

                Vous avez parfaitement raison, l’auteur parle très clairement de la Syrie.
                Je ne comprends même pas comment j’ai pu croire qu’il s’agissait de l’Iran !
                Mes sincères excuses à l’auteur et aux internautes à qui j’ai fait perdre du temps.


              • symbiosis symbiosis 26 décembre 2017 11:09

                La déclaration du père Trump aura eu au moins le mérite de faire prendre conscience au continent arabo-musulman de la nécessité de s’unir pour faire front à un siècle sioniste finissant. La Oumma prend lentement forme envers et contre tous.
                La grande et fatale erreur du sionisme aura été, sans parler de la barbarie néo-coloniale de son activisme, d’assimiler l’anti-sionisme à l’anti-sémitisme, ainsi que de s’allier à la Saoudie. Cela démontrant la supercherie idéologique de la construction sioniste contre nature et de la vraie nature de son idéologie terroriste. Qui se ressemblent s’assemblent.
                Cet amalgame et cette maladresse stratégique fait son chemin au sein même de la communauté juive accélérant et dévoilant ainsi la manipulation gigantesque qu’aura été cet artifice colonialiste.
                Nous assistons au chant du cygne du sionisme et du wahhabisme.


                • Julyo 26 décembre 2017 13:59

                  Super petit texte qui remet les pendules à l’heure (si elles avaient été éventuellement déréglées).

                  Merci à l’auteur.

                  « …le Hezbollah (…) il jouit dans le monde arabe d’un prestige inégalé qui transcende le clivage artificiellement entretenu entre sunnites et chiites.  »

                  Oui, comme en Syrie où les gens cohabitent et où l’aide iranienne chiite à été acceptée.


                  • robert robert 26 décembre 2017 14:17

                    une autre raison de la guerre en Syrie passée sous silence est l’éviction de la Russie du port militaire de Tartus ; or le Kremlin ne l’acceptera jamais


                    • Massada Massada 26 décembre 2017 15:42

                      Ca fait peur ! 

                       
                      Il grand temps que je me convertisse à l’islam !
                      mais lequel ? chiite ou sunnite ?


                      • symbiosis symbiosis 26 décembre 2017 16:14

                        @Massada

                        Tu n’as aucune raison d’avoir peur Massada, une fois le sionisme et le wahhabisme passés en désuétude, tu n’auras rien à craindre.
                        C’est avec l’alliance machiavélique entre ces deux monstruosités que tu peux avoir toutes les raisons de t’inquiéter. 
                        Avant, musulmans, chrétiens et juifs vivaient fraternellement en Palestine, c’est bien depuis que le sionisme existe que le chaos règne, non ?
                        Abandonne ton sionisme et tu vivras en paix avec toi-même, comme les musulmans étrangers à l’extrémisme islamiste.
                        Et ne crois pas que le sionisme protège les juifs, c’est un leurre.


                      • phan 26 décembre 2017 16:52

                        @Massada

                        Pour la conversion, 50% de réduction, le petit zizi est déjà coupé !



                      • covadonga*722 covadonga*722 26 décembre 2017 18:30

                        @Massada
                        yep , allez arrete de déconner il bosse pour vous l’auteur  ? il est payé par la FDII ?


                      • QAmonBra QAmonBra 26 décembre 2017 15:53

                        Merci @ Bruno Guigue pour le partage.


                        La « guerre » de 2006 a été le Stalingrad des $ionistes locaux, celle de Syrie aura été le Koursk de leurs confrères occidentaux ainsi que leurs supplétifs, la décision de D. Trump n’étant que la cerise sur le gâteau de cette débâcle aussi stratégique qu’historique.



                        Hilarant ! On commence enfin a se marrer chez $ion avant que cela tourne en eau de boudin !! . . .

                        • blablablietblabla blablablietblabla 26 décembre 2017 16:04

                          Bonjour , je me demande si un jour il y aura la paix dans cette partie du monde , et le comble c’est que la plupart des pays arabe commerce avec l’état hébreux.
                          L’Algérie lui achète des médicaments et bouteflika pour faire passer la pullule avait dit je le cite « même le prophète avait un ami juif » c’est dire.
                          Le monde dit islamique est à la ramasse complètement , ils ont eu qu’un prix nobel de science, les juifs 300 cherchez l’erreur , d’après une étude de 2005 le monde islamique à traduit 1000 livres en mille ans c’est-à dire la traduction annuel de l’Espagne .
                          J’imagine si il y a un conflit généralisé c’est des millions de morts faute de médicaments et de soins.
                          Les musulmans ne veulent pas la paix ils sont raciste anti juif il suffit de lire le coran les juifs sont cités 60 fois et pas en bien .
                          Si je devais choisir entre un pays islamique ou en Israël pour vivre, je choisirai ce dernier sans problème
                          J’ai lu plusieurs articles de l’auteur si lui n’est pas antisémite je me lès coupent j’en ai .
                          L’auteur est très apprécié par l’autre tarée de Alger avec sa colonisation française à tout bout de champs Chems dine chitour pour ne pas le citer. 


                          • Vraidrapo 1er janvier 09:59

                            @blablablietblabla

                            Avant d’écrire des banalités (pousse-au-crime ?), chacun devrait lire ce survol d’Étude Génétique

                            https://fr.wikipedia.org/wiki/%C3%89tudes_g%C3%A9n%C3%A9tiques_sur_les_Juifs

                            Ceci fait, on peut se demander à quoi bon dépenser autant d’argent et d’énergie pour paramétrer les individus... Ça ne sert qu’à accorder de l’importance à la notion de « race » (alors qu’officiellement, il n’y a qu’une race humaine) et ensuite, les mêmes, de hurler au « racisme ». Pompiers et pyromanes...


                          • Claude Simon Claude Simon 26 décembre 2017 16:47

                            J’aime bien le titre.

                            Au moins il y en a qui s’en occupent.

                            Je vais te dire droit dans les yeux, Mr Guigue, pourquoi il a fallu la guerre israélo-palestinienne avant ça.

                            Car les russes n’étaient pas prêts.

                            Les russes sont de bons guerriers car orthodoxes avec des méthodes orthodoxes.
                            On ne pouvait pas laisser ces salopards d’américains polluer la région avec leurs armes atroces, y compris Israël.

                            La Syrie est pauvre, le réchauffement climatique l’a fait souffrir terriblement, mais elle reste fertile. Ce n’est pas l’Irak.

                            Trump vend des leurres, il mérite notre respect.

                            Si dans le texte, pour une fois, vous gommez l’Orient tel un terrain de jeu pour les marchands d’armadouille, ça m’irait.

                            Au plaisir de vous relire.

                            • McGurk McGurk 26 décembre 2017 17:15

                              Franchement, je trouve cet article minable.

                              On y fait l’apologie d’un groupe paramilitaire ayant à la fois des caractéristiques terroristes et mafieuses, qui fait sa loi sur des territoires entiers, a commis toute une série d’attentats et exerce le racket des communautés dans le monde entier.

                              Et là on nous dit « Oh mais heureusement que ces »gentils« étaient là pour protéger les Etats et la population ». Sérieusement, avant d’écrire sur un sujet quelconque il faudrait déjà s’informer plutôt que de raconter des conneries plus grosses que l’Himalaya.

                              L’auteur prend ses désirs pour des réalités et joue un jeu plus que dangereux en faisant de la publicité à des terroristes en puissance.


                              • pipiou 26 décembre 2017 17:49

                                @McGurk

                                Bien d’accord, l’auteur fait une telle fixation sur le conflit Israelo-palestinien qu’il dépasse fréquemment les bornes de ce qui est acceptable.

                                C’est un très bel idiot utile de la bande à Massada qui n’aura qu’à dire : « regardez ce que racontent les félés qui ne nous aiment pas ».

                                Mais comme il y a beaucoup de commentateurs qui cirent les pompes de Guigue quoi qu’il dise, cet « analyste politique » de pacotille a un melon énooooooorme et ne se remet jamais en question.


                              • McGurk McGurk 26 décembre 2017 18:15

                                @pipiou

                                C’est surtout qu’il ne lit pas les commentaires et continue sur sa lancée. Je le met dans le même sac que Fortin et sa bande d’hypocrites qui n’hésitent pas à casser du sucre sur le dos de « l’Occident toujours responsable » mais totalement imperméable à une contre-argumentation logique et prouvée.


                              • Olivier Perriet Olivier Perriet 26 décembre 2017 18:20

                                @McGurk

                                Ce qui me fait peur, c’est que cet énorme melon qui fait la propagande de l’Iran est un haut fonctionnaire, le produit de nos plus hautes écoles de la République.

                                D’autres font la même chose et remplacent l’Iran par Israël.

                                Tout ça pour en arriver là, c’est un sacré constat d’échec.


                              • McGurk McGurk 26 décembre 2017 18:30

                                @Olivier Perriet

                                J’ai pour habitude de dire que ce sont des usines à cons, la preuve en quelques images :
                                http://www.planet.fr/politique-tous-ces-hommes-politiques-qui-sont-passes-par-lena.944317.29334.html

                                Il n’y a pas pire qu’une élite bourgeoise déconnectée qui fait de la politique pour assurer son avenir. C’est l’équivalent de la royauté mais en pire.


                              • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 26 décembre 2017 18:46

                                @McGurk
                                Le début de la fin date de 2013, quand l’US Navy n’est pas arrivée à situer les radars syriens... « Echec et Obamat en Syrie ».


                                Quant à Trump, il fait ce qu’il peut ( et il peut peu), avec les fous furieux de l’ Etat profond US, ainsi qu’avec les 40 millions d’Évangélistes américains, qui défendent Israël, car ils croient que Jésus va revenir en Palestine...

                              • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 26 décembre 2017 19:38

                                @McGurk
                                Vous savez que la France est dans l’ Union européenne et dans l’OTAN depuis 1992 ?

                                Les énarques, pas plus que les politiques, ne décident plus de rien.
                                Ils gèrent la Province France, tandis que les décisions se prennent ailleurs...

                                Vous avez sans doute confondu les énarques avec les Mamamouchis, élus par personne, qui dirigent la BCE, le FMI, la Commission européenne et l’ OTAN, non ??


                              • McGurk McGurk 26 décembre 2017 19:53

                                @Fifi Brind_acier

                                Tant qu’on avait pas un parlement européen trop fort, on avait un minimum d’emprise sur notre destin. A partir du moment où on a supprimé les frontières et foncé tête baissée dans ’l’européisme, on a été capable de ne plus rien entreprendre.

                                C’est là que je situe la frontière entre la France que je connaissais capable de pas mal de chose et la loque que je déplore aujourd’hui.


                              • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 26 décembre 2017 20:21

                                @McGurk

                                Le Parlement européen n’a jamais été fort, son rôle est uniquement consultatif.


                                C’est la Commission européenne qui est à l’initiative des lois, qui les fait appliquer et qui est la gardienne des Traités.

                              • Olivier Perriet Olivier Perriet 26 décembre 2017 18:17

                                Bonjour,

                                Je suis sûr qu’il faut être converti musulman pour parler du « conglomérat takfiriste ».

                                Sinon, pas mal de contrevérités, choisissons-en une :
                                Israël ne tolère que des États fantoches à ses portes.

                                Je n’ai pas l’impression que l’Égypte ou la Jordanie soient des états fantoches.

                                Mais pour notre propagandiste iranien, tout ce qui n’est pas aligné sur les mollahs est une « erreur », un « takfiriste », un « fantoche », un « État colonial », un « croisé », un « sioniste », je vais arrêter là l’énumération.


                                • Claude Simon Claude Simon 26 décembre 2017 19:08

                                  @Olivier Perriet


                                  Un haut fonctionnaire qui nous débilite avec ses aneries claniques dans une région à tournante d’alliance ?

                                  Faut-il le remettre au RSA ?

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès