• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Taxer les robots ?

Taxer les robots ?

Ce n'est pas idiot.
             La question du développement de la robotique n'est pas un problème technique comme un autre.

     Son développement accéléré, même en Chine, ne représente pas seulement une nouvelle force productive, qui n'est plus marginale, mais constitue un tournant décisif à nul autre pareil dans le monde socio-économique et dans celui du travail, de sa nature et de répartition.
  Un bel avenir est promis pour l'industrie de la robotique qui sera elle-même...robotisée.
    Le gain de productivité parfois spectaculaire qu'entraîne son développement concurrentiel et la réduction de l'emploi qu'il induit nécessairement, surtout dans certains secteurs de production hautement concurrentiels, invite à se poser la question de la nécessité de taxer ces nouveaux acteurs de la vie économique, dont le développement ne semble plus avoir de fin assignable, étant donné le spectaculaire développement informatique et cybernétique. 
  Amazon donne le ton.
    Les spécialistes, industriels et économistes, en débattent régulièrement sans avoir toujours des avis convergents, souvent confinés dans une vision à court terme et à courte vue, certains estimant que les pertes d'emplois liées à la robotisation vont pouvoir être compensées par la création de nouveaux, inédits encore, et que le phénomène facilitera à grande vitesse la relocalisation de certaines productions
   Récemment, la Banque mondiale  a sonné le tocsin : invité à une conférence à Los Angeles par le Milken Institute ce lundi premier mai, le président de la Banque mondiale Jim Yong Kim a déclaré que "deux tiers des emplois pourraient être détruits à cause de l'automatisation dans les pays en développement".
  Même si les projections établies pour le proche avenir peuvent être contestées et nuancées, le péril dénoncé ne doit pas être écarté.
    Même en Chine, où, dans certains secteurs, on tend à nous dépasser, la robotique pourrait bien être son tendon d'Achille.
         Taxer les robots n'est donc pas une idée saugrenue et l'intervention de l'Etat paraît tout à fait justifiée :

...L'idée de taxer les robots vient d'un projet de rapport de l'eurodéputée Mady Delvaux, vice-présidente de la Commission des affaires juridiques du Parlement européen. Soulignant que les robots pourraient accroître les inégalités, elle écrit qu'il y a lieu "d'envisager la nécessité de définir des exigences de notification de la part des entreprises sur l'étendue et la part de la contribution de la robotique et de l'intelligence artificielle à leurs résultats financiers, à des fins de fiscalité et de calcul des cotisations de sécurité sociale...".Les réactions à sa proposition ont été surtout négatives, à l'exception notable de celle de Bill Gates qui la soutient...
        La religion naïve de la robotique à tout va est un leurre qui ne tient pas compte des conséquences considérables que son développement massif entraînera dans les toutes prochaines décennies. Si les cochers durent jadis se reconvertir avec le développement de l'automobile, ce fut un processus long et limité. La "révolution robotique" aurait d'autres conséquences, extrêmement rapides et profondes, à l'échelle planétaire. L'urgence de réfléchir et de légiférer sur cette question s'impose, de manière concertée.
     En Belgique, l'idée fait aussi son chemin. Paul Jorion signale la nécessité de trouver des solutions à ce problème qui hante certains esprits avertis. En Suisse, on cherche des pistes...
               Affaire à suivre. Forcément.


Moyenne des avis sur cet article :  4.07/5   (28 votes)




Réagissez à l'article

80 réactions à cet article    


  • Antoine 15 mai 2017 08:51

    Bof, on installera les robots là où ils sont pas taxés.


    • Decouz 15 mai 2017 09:01

      Un robot pour établir les taxes qui se taxera lui-même !


      • JL JL 15 mai 2017 09:38

        Il n’y aurait pas de nécessité à taxer les robots si l’on taxait convenablement les profits qu’ils permettent.



        • Gasty Gasty 15 mai 2017 10:48


          Il faudrait créer un coefficient correspondant au temps d’un homme face à la machine et de ce fait le nombre de suppressions réalisées par cette machine.
          A commencer par définir ou situer cette valeur dans le temps, l’an zéro de l’avènement des robots. Le tracteur a largement participé à la désertification des campagnes, la machine outil les usines. Vont-ils échapper à cette dénomination de robots ?
          Le but premier était de réduire la pénibilité, la réduction du temps de travail en était un des éléments mais c’était compter sans la cupidité de quelques uns qui aujourd’hui encore en veulent toujours plus. Comme de supprimer l’ ISF et revenir à 45 H.

          Taxé la cupidité... autrement dit le profit oui !


        • CN46400 CN46400 15 mai 2017 12:03

          @Gasty
          « Le but premier était de réduire la pénibilité, »

          Désolé, c’est d’abord de booster les profits du capital...


        • Armelle Armelle 15 mai 2017 12:21

          d@Gasty
          Il faudrait aussi créer un coefficient correspondant au temps d’un homme face à la connerie et de ce fait le nombre de nuisibles pour notre société engendré par cette connerie !!!

          Retour de la trouvaille lumineuse !!! ...La taxation des robots !!!
          L’état et son troupeau d’incapables n’étant pas en mesure de faire respecter la loi fiscale pour les « gros », ces derniers ne payant pas l’impôt qu’ils devraient payer ni les charges dont ils sont redevables chaque année, nos technocrates, ont trouvé le moyen d’imaginer la connerie la plus con qui soit ; taxer le progrès, celui qui pourrait permettre de supprimer la pénibilité, les tâches fatigantes et rébarbatives ! pour se livrer à des activités intelligentes et enrichissantes et puis taxer encore plus les petits et moyens qui eux paient plein pot !!!
          En effet c’est intelligent tout ça !!!
          L’intensité de la course au pognon pratiquée par l’état est inversement proportionnelle au bon sens et à l’intelligence...
          « Le tracteur a largement participé à la désertification des campagnes »
          Je vous suggère d’aller proposer à l’agriculteur du coin de pousser son tracteur dans la décharge et d’acheter une centaine de pioches et embaucher, vous pleurerez quand vous irez acheter vous légumes banane !
          Ce qui est rassurant, c’est que la grande majorité des Français est lucide !!! Tant mieux, c’est pour cette raison que le pôv gars Hamon, la pelure de gôche et son épaisse connerie de taxation des robots et autre revenu universel a fait ce joli score de 6% !!! 


        • rocla+ rocla+ 15 mai 2017 13:12

          @Armelle


          On pourrait taxer la déficience mentale  de ceux qui veulent des taxes . 

          On serait le pays le plus riche du monde .

        • Armelle Armelle 15 mai 2017 14:36

          @rocla+
          Bah on le sais, ceux qui défendent la taxation sont pour la plupart les adeptes de la gamelle, la soupe y est bonne au club med...
          Bon déjà Macron va nous en virer 120.000. C’est un bon début. Ensuite il y aura la mise à la poubelle des régimes « spé-ciaux », vous savez ces gars genre fatigués de naissance qui eux partent à la retraite à 50 ans !!! vu l’allongement de la durée de vie, leur période de retraite est plus longue que leur période de « travail »... Après on s étonne !!!
          ça promet du rififi dans les rues en septembre tout ça !!! Le pavé des rues de Paris va briller en décembre, non pas par le verglas mais après 3 mois de polissage intensif par les chaussures CGT et autres branquignoles jeanfoutres 
          En espérant que le Macron tienne bon, peut être enfin un chef dans ce pays, un vrai, qui ne baisse pas son froc indéfiniment devant la horde de fous furieux, les attardés du bulbe


        • Lugsama Lugsama 15 mai 2017 15:35

          @Armelle

          Amen

        • Gasty Gasty 15 mai 2017 18:13

          @Armelle

          C’est une constatation pas un reproche aux agriculteurs. La machine réduit la main d’œuvre et le coût. La réduction du coût de production, s’il est répercuté sur les prix d’achat,il est réalisé par des machines, pourtant il reste un profit fait sur le dos de ceux qui se sont fait éjectés.

          Le progrès qui permet de supprimer la pénibilité ne supprime pas que cela ! Le progrès qui aurait dû vous enrichir culturellement et vous livrer de l’intelligence n’est pas au rendez-vous.

          Dites moi Armelle,qu’allez-vous faire de tous ces gens viré ? N’auriez-vous pas une solution ?


        • JL JL 15 mai 2017 18:44

          @rocla+
           

           pauvre naze : c’est pas demain que les robots boufferont du pain.

        • mmbbb 15 mai 2017 20:09

          @JL et demain les robots pourront faire du pain selon un process industriel ( robot couple a l intelligence artificielle )


        • Armelle Armelle 15 mai 2017 23:57

          @Gasty
          « Dites moi Armelle,qu’allez-vous faire de tous ces gens viré ? N’auriez-vous pas une solution »

          C’est marrant comme question, à la période de l’industrialisation, des milliers d’emplois "pénibles ont disparu, de nouveaux métiers sont apparus, et ce serait une même transformation. C’est terrible de tenir de façon entêtée à l’industrialisation qu’on a connu, c’est fini, il faut penser autrement et à autre chose.
          Et puis début de réponse à votre question par une autre question ? Qui concevra, fabriquera, pilotera et entretiendra les robots ? Le pape ?
          Dans les années 80, 20% des métiers actuels n’existaient pas !!!.......etc etc etc etc ...........


        • Gasty Gasty 16 mai 2017 08:20

          @Armelle

          Ben voyons ! Si un robot supprime 10 emplois, il en créer 10 autres pour s’occuper de lui.


        • Claude Simon Gandalf 16 mai 2017 08:51

          C’est clair que c’est de la destruction créatrice, au sens Schumpeter.


          Par sûr que ce soit d’égal à égal en nombre, mais à priori, s’occuper (élaboration, entretien, surveillance, etc) du robot est plus rémunérateur.
          De ce fait, un des membres du couple peut rester à la maison s’occuper de la famille, ce qui neutraliserait l’effet sur la sociabilisation du marché du travail.

        • sweach 15 mai 2017 10:34

          Avec un robot, un employeur ne paye que le prix d’achat et l’entretien

          Avec un employé, il paye tout les mois et doit l’augmenter avec l’évolution du coût de la vie

          Quand un employeur à le choix, il compare ces deux options et prend la plus rentable pour lui

          Moi je pense que l’état doit intervenir pour que l’humain en sorte gagnant.

          Je pense que l’impôt devrait être calculer en fonction des gains mais également en fonction du nombre de personne que fait vivre une entreprise.

          1) Sur la TVA
          Plus le produit vendu fait travailler de monde « en France » et moins la TVA est forte

          2) Sur l’entreprise
          L’impôt doit être calculer à parti du rapport, chiffre d’affaire sur le nombre d’employé
          Donc deux mécanisme qui s’oppose :
          - plus le chiffre d’affaire est important, plus l’impôt est important
          - plus le nombre d’employé est important, moins l’impôt est important

          3) Sur le chômage
          C’est pourtant une évidence, les entreprises sont responsable, donc plus il y a de chômeur et plus les entreprises sont taxé et inversement si ça diminue.


          Plus largement je suis pour une réforme totale de notre system de taxation et d’aide, pour le remplacer par un system beaucoup plus claire
          - Soit on paye des impôts
          - Soit on touche des aides

          Mais on arrête de faire les deux en même temps, si l’état veut aider un secteur, il a la TVA pour cela, rien n’empêche l’état de retirer la TVA sur les matériaux de construction et d’isolation, pourquoi faire une niche fiscal pour cela qui ne profite qu’aux riches ?

          Mais bon nous avons maintenant l’Europe et on ne maîtrise absolument plus rien en matière de taxation, vous avez des vases communiquant qui vont vers les zones les moins taxés.

          • Frédéric Van der Beken Frédéric Van der Beken 17 mai 2017 12:21

            @sweach
            Évidemment, il faut simplifier, différencier, mesurer les conséquences, mesurer l’efficience, etc ...
            Mais le gros problème est que cela ne passionne personne ... L’emploi ne passionne personne. La préoccupation n°1 a été très absente des débats et aurait nécessité un débat à elle toute seule. On a préféré débattre de plans sur la comète alors que vous n’aurez jamais l’unité d’un pays avec autant de chômeurs/précaires et pauvres. Vous n’aurez jamais un pays en marche avec autant de chômeurs/précaires et pauvres. Vous n’aurez jamais une éducation au niveau avec autant de chômeurs/précaires et pauvres. Etc, etc ...
            J’avais fait ça, à une époque.
            http://www.vedex.com/1000000emplois/
            Brouillon mais ça rejoint vos idées. C’est plus logique que politique et ça ne passionne personne. J’ai essayé de le faire lire, d’avoir une réponse directe de certains politiques. Un seul a discuté, c’est Laurent Grandguillaume, député (21) et qui en même temps était sur le projet avec ATD quart monde et les territoires 0 chômeurs.
            http://www.zerochomeurdelongueduree.org/


          • La Dame à la licorne Jélaniac 15 mai 2017 11:21

            Le travail aux robots la vie aux humains
            le forum Changer d’ère le 13 juin 2017
            http://www.forumchangerdere.fr/


            • La Dame à la licorne Jélaniac 15 mai 2017 11:27

              Palais de la découverte 24 avril 2017

              1. Introduction de Bruno Maquart
               2. Robots, big data, intelligence artificielle : libération ou aberration ?
               3. Éclairage de Pascal Picq : « L’Homme est-il en train de changer ? »
               4. Débat avec Pascal Picq
               5. Conclusion par Joël de Rosnay
              .
              http://vod.jdcarre.fr/2017_04_fce/replay.html


              • MagicBuster 15 mai 2017 11:30

                En oubliant volontairement le rôle social d’une entreprise on arrive nécessairement aux plus mauvaises solutions.

                Vous allez taxer les robots virtuels aussi ?


                • Frédéric Van der Beken Frédéric Van der Beken 17 mai 2017 12:41

                  @MagicBuster
                  En oubliant volontairement le rôle social d’une entreprise on arrive nécessairement aux plus mauvaises solutions.
                  Aujourd’hui : OUI et plus que hier et moins que demain. 11 candidats et qui en a parlé ?


                • pierre 15 mai 2017 11:54

                  de toutes façons, il faudra bien y venir, merci Zen.


                  • MagicBuster 15 mai 2017 11:57

                    @pierre

                    Vous allez avoir l’air bête quand il y a aura une taxe sur les PC.

                    Un PC - c’est aussi un robot


                  • MagicBuster 15 mai 2017 11:58

                    Un téléphone - c’est aussi un robot


                  • Armelle Armelle 15 mai 2017 15:17

                    @pierre
                    Tous les rêves sont permis, puisque ce sont justement des rêves...
                    Même les plus idiots !
                    L’important est qu’ils restent à l’état de rêve, ce qui sera bien évidemment le cas quant au présent sujet


                  • Bernard Lermite Bernard Lermite 17 mai 2017 11:46

                    @pierre
                     
                    Taxer les robots aurait le gros désavantage d’en réduire l’utilisation, ce qui est une mauvaise idée car les robots sont merveilleux car ils produisent sans que l’Homme ait besoin de se « fatiguer » !
                     
                    Il est bien + intelligent de taxer ce qui est néfaste, comme le tabac, l’alcool, la pollution, etc ...

                     


                  • adeline 17 mai 2017 11:54

                    @Bernard Lermite
                    bonjour Bernard, votre post ne s’adresse pas à moi mais je pense que tabac alcool s’adresse à une population déja précarisée. Si on imagine ( on en est très très loin mais imaginons...) un monde ou toutes tâches sont effectuées par des robots, qui sera l’acheteur ? eux même ?


                  • Bernard Lermite Bernard Lermite 17 mai 2017 12:12

                     @adeline
                    « qui sera l’acheteur ? »
                     
                    Ne pas taxer les robots n’implique pas ne pas redistribuer ce que les robots fabriquent. Un revenu de base me semble être la solution incontournable à moyen terme. Ce revenu de base pourrait être financé par l’impôt sur le revenu et sur la fortune.
                     
                    Bref, plutôt que de taxer les robots il me semble plus « neutre » de taxer leurs propriétaires.


                  • Frédéric Van der Beken Frédéric Van der Beken 17 mai 2017 12:51

                    @MagicBuster
                    Le pc a mis des milliers d’administratifs sur le carreau. Il fait partie de l’automatisme au sens large . Chaque automatisme a pris une part des opérateurs, d’abord la tête ou le contrôle et maintenant les bras. Demain (10 ans), les jambes avec les véhicules autonomes (taxis automatiques, livraisons automatiques, moins d’accidents, plus de carrossiers, plus de permis et plus d’auto-école, etc ...). C’est un sans fin qui remonte au métier à tisser, peut être à l’invention de la roue. C’est une courbe exponentielle. Les progrès arrivent de plus en plus vite et mettent de moins en moins de temps à être accepter. Les gosses ont empoignés plus vite le smartphone que vous n’aviez mis de temps à programmer votre premier enregistrement en VHS.
                    Mondialement, il faudrait une interrogation mais là, c’est beaucoup demandé malheureusement ...


                  • pallas 15 mai 2017 12:08

                    Bonjour,

                    Je suis de prêt l’évolution de la robotique et en parallèle de ça, l’intelligence artificiel.

                    Taxer les robots et ensuite ?.

                    Je pencherai que la robotique va remplacer les métiers de type magasinier, technicien, médecine, cuisinier etc.
                     
                    L’intelligence Artificiel, commence à remplacer d’autres secteurs, le conseil téléphonique, le journalisme.

                    En Chine elle est rentrée déjà dans le conseil d’administration et sa performance surpasse l’humain.

                    Sans compter sur l’assistance journalière, voir notre élection présidentiel, auquel c’est l’IA qui prend la main sur l’humain, sur tel ou tel analyse et réaction à prendre.

                    La bourse mondial est géré quasi exclusivement par des machines, c’est peut etre le meilleur exemple.

                    Il y aussi le domaine militaire, auquel l’IA et la robotique font cause commune.

                    Salut


                    • mmbbb 15 mai 2017 20:28

                      @pallas il y aura une accélération dans 10 15 ans avec l’arrivé des nouveaux processeurs ( peut etre quantique ) et les nouvelles memoires Quoi qu il en soit , Dassault dans les 1970 construisait une maquette en bois comme tous les avionneurs afin de visualiser le passage des cables et d’optimiser la construction d un avion La planche a dessin etait encore utilise Désormais le dernier Falcon FX 8 est entierement numerise et la maquette numérique sert a affiner la performance de l avion. C’est un exemple parmi d’ autre mais quelle evolution. La robotique n’est que l image de cette evolution technique . 


                    • Dom66 Dom66 15 mai 2017 12:37

                      Merci pour l’article..

                      En grandes surface je passe toujours aux caisses avec caissières, même si je suis obligé de faire la queue. Si l’homme arrêtait de ce chier sur les pieds, la vie serait meilleur.


                      • rocla+ rocla+ 15 mai 2017 13:08

                        Une idée de fonctionnaire  d’ ajouter des taxes . 


                        À un fonctionnaire ne viendrait pas l’ idée de créer quoi que ce soit 
                        en dehors de taxes . 

                        On est le pays avec déjà le plus grand nombre de taxes . 

                        Et que propose le benêt  ? 

                        Des taxes  !

                        • foufouille foufouille 15 mai 2017 13:15

                          @rocla+
                          c’est pareil pur ton RSI qui encaisse des taxes ?


                        • Armelle Armelle 15 mai 2017 14:41

                          @foufouille
                          Bientôt caput le RSI, cette sangsue qui prend mais ne redonne jamais sera mourue d’ici peu, et tout le monde au régime général. Et hop circulez y a rien à voir


                        • foufouille foufouille 15 mai 2017 21:23

                          @rocla+
                          le RSI te verse ta retraite de cassos du RSI en déficit depuis des dizaines d’années.


                        • Armelle Armelle 16 mai 2017 00:04

                          @foufouille
                          Le RSI n’a jamais été en déficit !!!! Vous avez vu ça de votre fenêtre vous, comme tout le reste qui manifestement vous échappe !!! c’est une habitude chez vous
                          Vous avez du mal, n’est ce pas ? j’ai presque de la peine


                        • jjwaDal jjwaDal 16 mai 2017 04:57

                          @rocla+
                          La moitié de nos « taxes » sont redistribuées sous forme d’allocations aux moins fortunés, ce qui leur donne du pouvoir d’achat dont profitent les entreprises privées surtout.
                          L’autre moitié à la louche sert à rémunérer des services rendus par des fonctionnaires. On pourrait les privatiser à l’américaine et donc diminuer la taxation. On a tous les indices (éducation et santé par ex) que cela coûterait globalement plus cher au citoyen. Donc la question est simple : Quel système (profitable au citoyen lambda) proposez-vous ?


                        • foufouille foufouille 16 mai 2017 08:39

                          @Armelle
                          le RSI et ses ancêtres ont toujours été en déficit comblé par les salariés, par manque de cotisants. grosse mytho.
                          actuellement avec les auto entrepreneurs, le RSI a un cotisant pour un retraité.
                          la pension moyenne de retraite étant de 600€ environ, il faudrait que chaque cotisant du RSI cotise 600€ en moyenne juste pour la retraite. ce qui est très loin de la cotisation mensuelle réelle juste pour la retraite. on ne va pas parler de la branche maladie avec un déficit aussi énorme.


                        • Lugsama Lugsama 15 mai 2017 13:16

                          Les taxes pour sauver le monde, ça a tellement bien marché avec Hollande..


                          • zzz999 15 mai 2017 14:00

                            @Lugsama
                             Sauf que dans ce problème mondial pour l’humanité c’est la taxe ou la mort, c’est en ces termes que ça se posera prochainement.


                          • Armelle Armelle 15 mai 2017 14:46

                            @zzz999
                            Chez les gens qui vivent de la taxe, oui, pas pour les autres. Eux sont rodés, ils savent ce qu’est de se bouger le cul pour vivre...car leur salaire n’est inconditionnel


                          • Lugsama Lugsama 15 mai 2017 15:33

                            @zzz999

                            « La taxe ou la mort » vous en avez d’autres des comme ça ? Génération apéro ?

                          • zzz999 15 mai 2017 16:14

                            @Lugsama

                            Ben Oui gros malin, il arrivera un moment où il sera plus avantageux économiquement de se débarrasser des individus que de les garder à ne rien faire ou à perturber le système, ça parait fou, mais combien de choses folles sont devenues réalités ?


                          • Lugsama Lugsama 15 mai 2017 19:16

                            @zzz999

                            Sauf que taxer les robots c’est aussi ralentir leurs développement. On le fait déjà avec les entreprises avec les succès que l’on connait.. ça suffit. Les robots partiront également entrainant encore plus de délocalisations, c’est la même débilité que l’ISF, on préfère taxer du vide par jalousie que d’être pragmatique. Donc les riches vont en Suisse et en Belgique y dépenser leurs fortunes.. peut on sortir du perdant-perdant ?

                          • zzz999 15 mai 2017 13:59

                            Quand on atteint les stades de remplacements par des machines des humains auxquels on est confrontés, non seulement ça n’est pas idiot, mais il est vitalement indispensable de les taxer et en parallèle tout aussi vital de remplacer la valeur travail par autre chose comme par exemple l’utilité sociale :

                            Tout le monde aurait un revenu universel équivalent à un smic et si il veut plus il lui faudra démontrer qu’il est socialement utile selon des critères qui restent à déterminer.


                            • Armelle Armelle 15 mai 2017 15:07

                              "Quand on atteint les stades de remplacements par des machines des humains auxquels on est confrontés, non seulement ça n’est pas idiot, mais il est vitalement indispensable de les taxer"
                              Abolir la connerie aussi c’est vital
                              Vu le niveau de taxation sur l’heure travaillée, vous verrez l’augmentation des prix à la consommation !!! ça vous ferait tout drôle. ça ne dégrèverait en rien les profits des grosses boîtes, ces taxes étant une charge pour l’entreprise, celles-ci se retrouveraient dans les prix de revient donc dans les prix de ventes, et les profits seraient les mêmes... et vous, le dindon de la farce achèteriez plus cher !!!
                              Vous ne savez donc pas comment fonctionne une entreprise ? En tout cas ne savez nullement comment elle établit ses prix de vente !!!
                              Bah oui, l’ignorance fait dire un tas de connerie


                              • ecophilopat 15 mai 2017 15:39

                                @Armelle

                                Je constate que pour la critique et l’insulte vous êtes bien équipé mais que proposez vous de concret et de réaliste pour remédier au problème que pose le remplacement des humains par des IA ou des robots.


                              • zzz999 15 mai 2017 16:18

                                @Armelle

                                Vous me parlez profits, charge des entreprises là où je vous parle de survie de l’humanité, je ne raisonne pas au niveau bac à sable, mais bien plus haut : pas de taxe sur les robots quand vous aurez 50% des humains à la rue c’est un aller simple vers une guerre civile à côté desquelles toutes celles qu’on a connu auront l’air d’algarade entre bambins.


                              • rocla+ rocla+ 15 mai 2017 18:59

                                @zzz999


                                En Suisse ça bosse , pas de guerre civile en vue . 

                                La guerre civile c’ est pour les handicapés du cerveau  , des mains et des pieds . 

                              • Armelle Armelle 15 mai 2017 23:44

                                @zzz999
                                Si vous n’avez pas encore compris que la paix sociale passe par l’équilibre économique, si vous ne comprenez pas que taxer les robots engendre une augmentation des prix à la consommation, donc un appauvrissement, alors je suis inquiète, « la sur vie de l’humanité » !! Vous ne pensez pas que vous exagérez juste un peu non ? Seriez-vous du style « bisounours », Vous souhaitez avec ce genre de propos, passer pour le genre « humaniste » mais je crains que vous n’ayez pas tout compris. D’ailleurs si nous Français, ratons ce virage de la robotisation et du numérique, là pour le coup je donne pas cher à cette pauvre nation déjà rétrograde, conservatrice, et restée sur ses réussites des grandes glorieuses.
                                Essayez de PENSER autrement !!! Si les robots remplacent les hommes, ces derniers pourraient espérer faire des choses plus intéressantes et enrichissantes dans leur vie, NON ?
                                Mais sans doute êtes vous du genre à espérer voir tous ces gens s’abêtir devant des machines pour juste avoir de quoi survivre !!! Et c’est VOUS qui me parlez d’humanisme ???
                                Vous allez bien ?


                              • jjwaDal jjwaDal 16 mai 2017 04:43

                                @Armelle
                                La robotisation n’a pas attendu 2017, elle est en cours depuis des décennies. Et donc aucun lien bien entendu avec la montée en puissance du chômage et donc d’une énorme masse de temps libre dont les citoyens profitent pour s’enrichir (enfin plutôt intérieurement que financièrement...).
                                On tenait ce genre de discours quand les premières machines sont apparues au début de la révolution industrielle. Le vrai soucis actuel c’est l’association de l’IA avec ces machines qui décuple leur pouvoir de phagocyter l’emploi humain. Je vous rassure, on ne va pas rater ce virage avec le pied au plancher du véhicule et sans même savoir ce qui nous attend après ce virage. Tout doit disparaître un jour ou l’autre après tout...


                              • Lugsama Lugsama 16 mai 2017 09:34

                                @jjwaDal

                                En réalité à l’antiquité, déjà, on avait des artisans apeurés par la mécanisation du travail.

                                Mais jusqu’à présent la mécanisation me concernait que la force, pas l’intelligence.


                              • Claude Simon Gandalf 15 mai 2017 15:40

                                Le robot ne créé pas de valeur comme mère nature.Si le capitaliste espère des profits, il se fourre un doigt dans l’oeil.Les prix devront baisser, sinon il perdra des parts de marché vitesse grand V.


                                • rocla+ rocla+ 15 mai 2017 18:08

                                  En Suisse pays riche et développé  on travaille  on taxe pas .


                                  Il y a des pays comme la France où le mot d’ ordre c’ est TAXES . 

                                  Pourtant en Suisse ils ont plein de robots . 

                                  Mais allez  dire ces choses à des branleurs pros .

                                  • julius 1ER 17 mai 2017 09:22

                                    @rocla+


                                    à mon avis tu ne connais rien à la Suisse ... 

                                    on paye des tas de taxes en Suisse autant qu’ici et il y a même la TVA et même le CT sur les autos et c’est tous les ans......donc c’est même plus de taxes qu’ici .....

                                    et même sur la plus petite remorque que tu accroches à ton véhicule, tu dois la présenter au CT chaque année, ce qui ferait bondir n’importe quel con comme Rocla !!!

                                    Pov Rocla et ses images d’Epinal ... tu ferais mieux de la fermer avant de l’ouvrir .... ta gueule !!!!

                                  • rocla+ rocla+ 17 mai 2017 10:55

                                    @julius 1ER


                                    Regardez ce classement sur la compétitivité ! Sept ans qu’on est en tête ! Sept ans ! Et celui-là, sur la qualité de vie ? Pas mal, hein ?  » Devant les journalistes français en visite, Marco Taddei, dirigeant de l’Union patronale suisse (UPS) à Lausanne, enchaîne les « slides » laudateurs. Il joue sur du velours : avec son PIB de 81.300 dollars par tête, son salaire mensuel brut médian de 6.200 francs suisses (5.600 euros), son budget à l’équilibre et ses impôts bas, la petite Suisse a de quoi bomber le torse. 

                                    Un chiffre, livré la veille par Boris Zürcher, chef de la Direction travail au secrétariat d’Etat à l’Economie (Seco), avait déjà convaincu l’assistance que, en passant la frontière pour ce voyage de presse, elle avait changé de monde : 4,2 % de chômage (au sens du BIT). Encore moins que les Allemands ou les Norvégiens. La crise n’a pas altéré le plein-emploi dans un pays dont les 8,2 millions d’habitants semblent avoir dit non au chômage. 

                                    « Très forte culture du dialogue social décentralisé »

                                    Leur secret n’est pas caché à la banque mais dans leur culture  : « Le consensus. C’est dans nos gènes : le fédéralisme politique y pousse », insiste Boris Zürcher, avec une « très forte culture du dialogue social décentralisé » et un droit confédéral du travail limité à la portion congrue. Réduire le Code du travail, donner la main aux entreprises, faire confiance aux partenaires sociaux de terrain ? La voie suisse est d’autant plus intéressante qu’elle fait écho au débat sur la loi travail qui enflamme la France . Tour d’horizon d’un pays maison témoin de l’ultrasocial-libéralisme, « quelque part entre les Etats-Unis et l’Allemagne », résume Bassem Zein, expert du travail à l’Office fédéral de la justice. 

                                    Souvent cité en contre-exemple de son homologue français, le Code du travail suisse boxe en poids plume : pas de SMIC, pas de durée légale du travail (mais un plafond de 45 ou 50 heures selon les métiers), quatre semaines de congés, une médecine du travail centrée sur les postes pénibles... Le Code helvétique n’existe même pas formellement - il est réparti entre l’équivalent du Code civil et plusieurs lois - et se borne à définir de grandes règles d’ordre public (hygiène, sécurité, etc.) et à encadrer certaines formes de travail (détaché, à domicile, etc.). 



                                    Liberté de licencier

                                    Cerise sur le gâteau patronal, sauf cas précis (maladie, grossesse, etc.), « le principe est celui de la liberté de licencier », explique Bassem Zein. Pas d’entretien préalable, pas de motif à avancer, pas d’indemnités obligatoires - sauf pour les plus de 50 ans présents depuis au moins vingt ans, qui touchent... deux mois de salaire. Les prud’hommes ? « Un licenciement ne peut pas être annulé et les indemnités sont plafonnées à six mois. »


                                    En savoir plus sur https://www.lesechos.fr/monde/europe/021903303005-la-suisse-le-pays-qui-a-dit-non-au-chomage-1221387.php#BxYUSp4uVloTP1uu.99


                                  • ZEN ZEN 15 mai 2017 18:25

                                    Bonjour,

                                    Merci d’être passé
                                    Je répondrai aux commentaires de ceux qui auront vraiment lu le texte, en argumentant à partir de ceux qui sont fournis, surtout dans les liens évoqués..
                                    Les rocla et Cie peuvent continuer à jouer dans le bac à sable...

                                    • ZEN ZEN 15 mai 2017 18:49

                                      @Robert Lavigue


                                      C’est vous qui voyez... smiley

                                    • Jacques_M 15 mai 2017 19:07

                                      Bonjour ZEN. et merci pour l’article.

                                      J’avais pensé à un moyen un peu différent : Le financement du revenu de base par la location des robots
                                      mais avec deux modifications :

                                      1) il ne s’agirait plus de financer un revenu de base, mais la sécurité sociale et tout ce qui est aide aux plus démunis (de plus en plus nombreux dans nos sociétés) ,

                                      2) les entreprises seraient donc obligés de louer tout ce qui est robot, l’achat devenant un monopole de l’état, donc des citoyens ; en contrepartie, les entreprises paieraient moins de charges sociales pour leur personnel.

                                      Ce qu’on ne dit pas assez, c’est que la recherche en robotique se fait principalement dans nos universités et est donc financée par les citoyens et c’est bien cela qui coûte cher et non pas la « quincaillerie ».

                                      Le prix des robots s’en trouverait diminué grâce à des achats massifs aux prix les plus bas du marché et prioritairement des achats dans le pays (en France, ce secteur ne se porte pas bien actuellement).
                                       
                                       

                                      • Claude Simon Gandalf 15 mai 2017 20:00

                                        @Jacques_M

                                        Ouais, ou alors laisser seuls les robots conduire des wouatures construites par des robots, de guerre d’hydrocarbures lasse. Autant redevenir piéton.

                                        Et puis, quand les bots seront à secs, ils z’iront faire la guerre aux zarabes, car c’est vraiment ingrat que des « zhumains » fassent ça.
                                        En plus, c’est rassurant, le bot ne ressent pas d’émotion, il est par nature psychopathe, comme d’autres « zhumains » avant lui.

                                      • jjwaDal jjwaDal 15 mai 2017 20:58

                                        Taxer les robots quand on n’arrive plus à taxer à nos frontières des objets fabriqués par des gens gagnant 20% d’un Smic français, avec une électricité issue du charbon, un respect de l’environnement minimaliste et une monnaie artificiellement sous-évaluée (quand la nôtre est surévaluée mais hors de notre contrôle) ? Bonne chance...
                                        L’ouverture des frontières en grand implique la course au moins-disant social et au plus grand bénéfice. On a à peu près autant de chance de se mettre d’accord à échelle planétaire que de respecter le protocole de Kyoto sur les émissions de CO2.
                                        La course à la productivité maximale partout (et celui qui arrête de courir est mort), c’est le chômage maximal partout.
                                        La cause de la crise actuelle n’est pas la baisse de la productivité, mais l’absence de consommateurs avec du pouvoir d’achat face à une surcapacité de production sans précédent.
                                        Produisez plus et mieux, vous ne donnerez aucun pouvoir d’achat suplémentaire aux consommateurs pour éponger cette production. Ne le faites pas vous terminerez le nez dans la poussière.
                                        On va continuer à rendre de plus en plus d’humains inutiles jusqu’à ce que ça casse. C’est inéluctable, sur la trajectoire où nous sommes.


                                        • Claude Simon Gandalf 15 mai 2017 21:18

                                          @jjwaDal


                                          C’est le nouvel épouvantail pour propager la casse sociale. C’est vrai, la mondialisation, c’est déjà là. Enfin bon, sinon c’est être cassé au travail.


                                        • novo12 16 mai 2017 09:38

                                          Il y a en France 4 fois moins de robots industriels qu’en Allemagne et deux fois plus de chômage.

                                          La robotisation permet de maintenir des industries dans les pays à haut salaires.
                                          On ne peut pas à la fois se plaindre qu’il y ait des travaux pénibles et répétitifs et ne pas vouloir les automatiser. 

                                          • robert 16 mai 2017 11:51

                                            @novo12
                                            oui mais on peut tout de même créer une taxe no ?


                                          • Frédéric Van der Beken Frédéric Van der Beken 17 mai 2017 12:37

                                            @robert
                                            Le problème, c’est le partage de la richesse et non la taxation de l’outil de production.
                                            Vous devez partager les bénéfices réalisés par les outils de production.
                                            Le problème est que les portes sont ouvertes pour fabriquer où on veut et transporter où on veut. C’est un problème au niveau mondial et quelques individus ou un pays, ça ne pèse pèse pas. Voir les difficultés pour arriver à la COP21 en ignorant les problèmes de démographie mondiale. Et j’ajouterais, avoir eu la conférence, ce n’est pas avoir eu la réalisation des engagements. Donc sur la marche économique du monde, avoir un engagement ....
                                            Si vous consultez la pyramide des ages, c’est très facile le plein emploi avec une vraie pyramide et c’est difficile avec une pyramide qui ressemble à un champignon et qui n’est donc plus une pyramide ou pour 1 qui part, 10 entrent.
                                            Nous devons donc utiliser des solutions intermédiaires, adaptées à la vieille Europe car notre pyramide, nos besoins sont très différents de la Chine ou de l’Inde et que la Chine ou l’Inde ne sont pas prêtes à se réguler pour nous.
                                            Et dans les solutions intermédiaires, nous avons des oeuillères à commencer par refuser d’accepter que le plein emploi ou la croissance style 30 glorieuses est terminée. Le jour où ce constat sera avoué publiquement, vous pourrez imaginer des solutions autres. Elles existent mais elles sont différentes ou déroutantes (partage, comptabilité différente, revenu universel, rôle social de l’employeur, etc ...).


                                          • ppazer ppazer 17 mai 2017 00:28

                                            Je serais plutôt d’avis de supprimer l’argent.
                                            On s’épargnerait bien des problèmes.


                                            • Remosra 17 mai 2017 00:46

                                              @ppazer

                                              J’espère que vous ne croyez pas au troc  !!??


                                            • bouffon(s) du roi bouffon(s) du roi 17 mai 2017 11:00

                                              Nous sommes les robots ^^


                                              • rocla+ rocla+ 17 mai 2017 11:02

                                                Les tocards inventent des taxes . 


                                                Les genies inventent  du travail . 

                                                • Bernard Lermite Bernard Lermite 17 mai 2017 13:17

                                                  @rocla+
                                                  « Les genies inventent du travail . »
                                                   
                                                  Non. Les « génies » inventent comment produire des biens avec, au contraire, le minimum de travail.
                                                   
                                                  Inventer comment produire des biens avec le maximum de travail, c’est on ne peut + stupide !


                                                • ZEN ZEN 17 mai 2017 11:58

                                                  Ainsi parlait le génial rocla....


                                                  • rocla+ rocla+ 17 mai 2017 12:13

                                                    @ZEN


                                                    Vous devriez essayer l’ intelligence  cher Monsieur  , il n’ est jamais trop tard .

                                                  • ZEN ZEN 17 mai 2017 12:25

                                                    @rocla+

                                                    Hélas ! Jamais je n’égalerai le génial boulanger, dont toute la presse parle... smiley

                                                  • rocla+ rocla+ 17 mai 2017 12:29

                                                    @ZEN


                                                    Lisez plutôt de quoi parle l’ article de presse que j’ ai mis plus haut .

                                                    La réalité pourrait  peut-être  prendre le pas sur vos fantasmes de taxes .

                                                  • Gavroche 17 mai 2017 12:48

                                                    Comme beaucoup de ses confrères industriels le patron de l’usine de machines à laver a viré les 500 salariés et les a remplacés par des robots.


                                                    Plus de salaires à payer.

                                                    Au bout d’un an le stock de machines à laver est resté invendu, plus personne n’avait les sous pour les acheter.

                                                    Idem pour ses confrères industriels qui régnaient seuls sur leurs stocks de marchandises invendues, que 60 millions de français n’avaient plus les salaires pour les acheter.

                                                    Pas possible d’exporter car les salariés étrangers étaient aussi tous devenus chômeurs.

                                                    Tout a rouillé, les marchandises et les robots avec. Les patrons aussi, devenus SDF..



                                                    • Frédéric Van der Beken Frédéric Van der Beken 17 mai 2017 16:08

                                                      @Gavroche
                                                      Et ils ont inventé le crédit


                                                    • rocla+ rocla+ 18 mai 2017 08:59

                                                      @Gavroche


                                                      les industriels sont en train de fumer le cigare sur leur yacht  , ils seront 
                                                      toujours moins cons  qu’ une bande d’ énervés code du travail à la main qui 
                                                      échafaudent  des phrases pour débiles mentaux .

                                                    • ZEN ZEN 18 mai 2017 09:06

                                                      @rocla+


                                                      rocla as usual...

                                                    • wald 21 mai 2017 15:54

                                                      Je suis franchement pas convaincu du tout. Faire porter la taxation d’un problème considérable (un taux de chômage en Occident en le concentrant sur des investissements destinés à améliorer la productivité du système économique. La productivité technique doit au contraire être encouragée. Franchement, qui va regretter les métiers remplacés du point de vue de l’intérêt du poste ? Livrer des pizzas, conduire un fenwick dans un entrepôt, faire de la saisie, employé de banque.... paaaassionnant. 


                                                      Et comment définir un robot ? Un distributeur automatique de billets ? Un guichet d’autoroute automatisé ? 

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès