• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Tous otages des agences immobilières

Tous otages des agences immobilières

 

 Au fil des ans, il devient de plus en plus difficile de louer un logement. Les loyers sont très chers, les agences exigent de gagner plusieurs fois le montant du loyer, les salaires sont faibles, surtout pour les jeunes, il est donc très difficile de rentrer dans les critères des agences immobilières.

Alors celles-ci exigent des "garants". Les jeunes sont donc obligés de demander à leurs parents de se porter "garants" et ces derniers n'ont pas d'autre choix qu'accepter.

Être garant, c'est une monstruosité juridique. On se retrouve obligé d'écrire de sa main, puis de signer un texte comme ceci :

" Je soussigné(e) ... reconnais avoir reçu toutes informations sur la nature et l’étendue des obligations que je contracte. Je déclare me porter caution solidaire pour la durée du bail initial, éventuellement reconduit ou renouvelé, dans la limite de 9 ans à compter de la signature du bail initial et m’engage à rembourser sur mes biens et revenus si le Preneur n’y satisfait pas lui-même sans bénéfice de discussion ni de division, les redevances, prestations annexes, accessoires, taxes, impôts, dégradations, réparations locatives, frais de procédure, intérêts et indemnités d’occupation, dommage et intérêts dus par ... ( Le Preneur ) en vertu du contrat de location .... En renonçant au bénéfice de discussion défini à l’article 2298 du Code civil et en m’obligeant solidairement avec le Preneur, je m’engage à rembourser le créancier (c'est à dire la bailleur) sans pouvoir exiger qu’il poursuive préalablement le Preneur ... je soussigné(e) (...) , prends connaissance du fait que lorsque le cautionnement d’obligations d’un contrat de location sans indication de durée ou lorsque la durée de cautionnement est stipulée indéterminée, la caution peut le résilierunilatéralement. La résiliation prend effet au terme du contrat initial ou d’un contrat reconduit ou renouvelé au cours duquel, le bailleur reçoit notification de la résiliation. La présente mesure ne s’applique pas à mon engagement qui est stipulé à durée déterminée."

Il s'agit de l'exemple-type du texte qu'il ne faut jamais signer et dont l'application peut vous mener dans une situation catastrophique. On vous répète partout qu'il ne faut pas prendre ce genre d'engagement à la légère ... Mais que pouvez-vous faire d'autre ?

Vous n'avez pas le choix. si vous avez un enfant, vous serez garant une fois. si vous en avez deux, ce sera deux fois et ainsi de suite.

La durée de cet engagement étant extrêmement longue, vous avez donc toutes les chances de voir vos revenus diminuer au cours de celui-ci : retraite, divorce, maladie, perte d'emploi, etc. Qu'importe, vous resterez garants. Il est totalement impossible de s'en défaire. Si vous prenez votre retraite, le total de vos engagements dépassera sans peine votre pension. Même la mort ne vous en délivrera pas, puisque l'obligation sera transmise à vos héritiers !

Mais il y a encore pire. Les loyers sont tellements chers et les salaires des jeunes tellement faibles, que ceux-ci tentent de se loger tant bien que mal en recourant à la co-location. Comme il se doit, l'agence exigera un garant par colocataire. Quoi de plus normal, me direz vous, que chaque colocataire ait une personne qui cautionne sa part du loyer ? Eh bien non ! Chaque garant doit se porter caution pour l'ensemble de la colocation. Et comme les colocataires changent avec le temps, vous vous retrouverez caution de personnes que vous ne connaissez pas. De plus, si la personne que vous avez cautionnée quitte la co-location, il est préférable qu'elle trouve un remplaçant, sinon votre engagement se prolongera encore pendant six moix, durant lesquels, bien sûr, vous vous serez encore porté garant ailleurs.

Face à de telles pratiques, indignes d'un état de droit, des alternatives ont été mises en place, afin d'éviter les prises d'otages par les agences immobilière :

  • La CLÉ, caution locative étudiante
  • Le Pass'logement
  • La garantie "Visale"
  • Enfin, les bailleurs peuvent s'assurer contre les loyers impayés.

Peine perdue ! Les agences refusent systématiquement tous ces dispositifs, faisant ainsi un véritable bras d'honneur aux pouvoir publics qui poussent ces solutions alternatives.

Pour conclure, cette affaire révèle deux scandales. Le premier est constitué par le pouvoir exorbitant que se donnent les bailleurs et les agences immobilière. Le second, c'est que l'État laisse faire. Il ne serait pourtant pas difficile de faire entendre raison à la bureaucratie immobilière. Une loi pourrait interdire le recours aux garants physiques pour les locations de logements, ou bien permettre au locataire de substituer, après la signature du bail, un garant institutionnel à un garant physique.

 


Moyenne des avis sur cet article :  4/5   (16 votes)




Réagissez à l'article

68 réactions à cet article    


  • foufouille foufouille 18 juin 14:29
    personne ne t’oblige à passer par une agence dont certaines acceptent un garant non physique.
    mais le bailleur peut refuser.


    • Désintox JPB73 18 juin 18:03
      @foufouille,

      Le bailleur peut refuser. C’est le problème, en effet.
      Et tous ceux qui n’ont pas de garant solvable, doivent-ils coucher sous les ponts ?

    • foufouille foufouille 18 juin 18:39

      @JPB73

      il me semble qu’il existe le CROUS ou le coup de bol sans garantie.


    • Désintox JPB73 18 juin 22:17

      @foufouille

      Oui, le CROUS pour les étudiants, c’est bien. Le problème, comme pour les HLM, c’est qu’il n’y a pas assez de logements universitaires.

      Au lieu de construire des HLM et des cités universitaire, l’État finance les riches propriétaires via des exonérations d’impôts et paie des APL.

      En fait, toutes ces aides destinées aux locataires sont empochées par les bailleurs via les hausses de loyers qu’alimente le manque de logements sociaux.

    • Alren Alren 19 juin 16:06
      @foufouille

      Si la location intéressante se fait par l’intermédiaire d’une agence, le locataire ne peut pas la squeezer. Ce n’est pas lui qui décide.

    • Doume65 19 juin 18:53

      @foufouille

      « personne ne t’oblige à passer par une agence dont certaines acceptent un garant non physique. »

      Personne ne t’oblige à passer par une agence tout court.
      Il se loue tout un tas de biens par leboncoin.fr, par exemple, mais y’a d’autres sites.

      Le titre « tous otages des agences immobilières » est tout simplement faux.

    • foufouille foufouille 19 juin 19:22

      @Doume65

      si c’est une exclu et que le logement te plaît, si.
      les agences sont aussi sur leboncoin.


    • carolucem 18 juin 16:14

      Je suis a la fois bailleur et locataire, et je peux vous dire que les deux situations sont aussi penibles. Plus l’État s’en mêle, plus c’est le bordel. Dans les 2 cas le mieux est effectivement de fuir les agences. Après en tant que bailleur il faut avoir du nez, et en tant que locataire, il faut dénicher un bailleur pas trop con. Ce n’est pas toujours facile, mais il y en a. Bonne chance !


      • Désintox JPB73 18 juin 18:01

        @carolucem


        Dans cet article, je ne fais pas de procès aux bailleurs. Je dénonce juste le refus de garanties institutionnelles et raisonnables.

      • eddofr eddofr 18 juin 16:14

        Bonjour,


        En réalité, si vous vous mettez, une seconde, du côté des bailleurs, l’appel à un garant semble tout à fait logique.

        En tant que bailleur, vous mettez un bien à disposition d’un client, le locataire, contre une rémunération librement consentie.

        Pourtant, si le client ne paie pas, il conserve la disponibilité du bien jusqu’à l’aboutissement d’une procédure connue pour durer, au minimum deux ans (dans le meilleur des cas).
        Si le locataire vous verse un somme, même minime à chaque commandement de payer, il prolonge son séjour de deux mois, sans coup férir, et ce quasi indéfiniment. Et vous payez des frais d’huissier à répétition que vous ne récupérerez, peut-être, qu’à la fin d’une éventuelle procédure d’expulsion.
        Si le locataire est non solvable vous assumez seul le défaut qui lui incombe.
        Si l’expulsion est prononcée en hivers, vous assumez seul la délai supplémentaire pendant lequel le bien est occupé illicitement.
        Dans la majorité des cas litigieux vous récupérez un logement endommagé, quand il n’est pas carrément réduit à l’état de « taudis ».

        A noter ici que le fait pour le bailleur de souscrire une assurance impayé revient bel et bien à prendre à sa charge le risque du client (puisque c’est le bailleur qui paie l’assurance en question).
        Qui plus est, toutes les assurances impayés sont assorties de périodes de carence (où l’assurance ne paie pas, et d’un montant maximum d’indemnisation, souvent égal aux deux ans de loyers ... la durée minimum d’une procédure d’expulsion).
        Il semblerait plus logique que ce soit le locataire qui souscrive une assurance, comme dans le cas d’un crédit par exemple.

        Si, par chance, votre locataire est solvable, il faudra encore le retrouver, une fois qu’il aura quitté le logement (expulsé ou à la cloche de bois) pour pouvoir intenter une action en vue de récupérer votre créance. Action qui sera de nouveau « entravée » par tout un tas de mesures de protection (part du revenu insaisissable, action en justice, reports, délais, frais d’huissiers, ...).

        Au final, en multipliant les garants on peut espérer (c’est même pas sur) qu’au moins une personnes concernées aura les moyens et la volonté de payer le loyer ... qui est du, au termes d’un contrat on ne plus régulier je le rappelle !

        Pareillement, je trouve anormal qu’un locataire puisse, en justice, obtenir une réduction du loyer du ou même un effacement d’une partie de sa dette au prétexte qu’il ne peut pas payer.
        En la matière, le loueur n’a rien caché au locataire (il ne s’agit pas d’un crédit revolving ou d’une vente abusive) et si l’état veut vraiment soulager le malheureux locataire, qu’il assume lui-même la charge dont il souhaite le soulager au lieu de l’imposer au propriétaire.

        Alors non, les garants, cela ne me choque pas ... on se protège comme on peut.

         

        • foufouille foufouille 18 juin 16:30

          @eddofr

          "Dans la majorité des cas litigieux vous récupérez un logement endommagé, quand il n’est pas carrément réduit à l’état de « taudis »."
          c’est totalement faux. tous les travaux ne sont pas à la charge du locataire.
          la justice est lente pour tout le monde, si le toit fuit ce seras pareil pour le locataire qui pourras toujours attendre des travaux si le bailleur ne veut pas les faire. il perdra en plus tout ce qui est moisi.


        • Désintox JPB73 18 juin 17:50
          @eddofr

          Bonjour,

          Comment justifie-t-on le fait que les investisseurs perçoivent des revenus sans travailler  ? La réponse tient en un mot : le « risque » qu’ils prennent en investissant. Comme ils risquent de perdre leur argent, il est normal de rémunérer ce risque par des intérêts, des dividendes etc ... Les français modestes ne peuvent pas prendre de risque avec leur épargne, celle-ci est donc rémunérée à un taux très bas, voire négatif si on tient compte de l’inflation.

          Revenons donc au propriétaire bailleur. Son capital, c’est son logement. La rémunération du capital, c’est le loyer. Ce dernier est donc l’équivalent du dividende ou de l’intérêt, c’est à dire, la rémunération du risque.

          Quel risque, au fait ? Le risque, c’est que le locataire perde son emploi et se retrouve dans l’incapacité de payer.

          Oui, c’est un vrai risque ... Sauf que celui-ci est intégralement supporté par le garant, et non par celui qui reçoit la rémunération du capital. Le bailleur encaisse donc la rémunération du risque ... tout en faisant porter celui-ci à une tierce personne. Le beurre et l’argent du beurre !

          Ceci dit, mon article ne remet pas en cause l’existence de garanties pour les propriétaires bailleurs, mais dénonce le scandale constitué par le refus systématique des garanties institutionnelles, comme dans la Caution Locative Étudiante. Je propose que l’acceptation de celles-ci soit la règle et non l’exception.

        • Et hop ! Et hop ! 19 juin 14:05

          @JPB73 


          Cette théorie selon laquelle l’argent que gagne l’investisseur serait le dédommagement d’un risque est courante, mais elle est fausse, elle n’est valable que pour des investissement spécumatifs, elle repose sur l’idée que le monde est un casino.

          Un investissement pour faire construire un logement est comme un investissement pour construire une usine de chaussure, il y a une production de valeur d’usage, et c’est cette valeur d’usage qui est vendue et dont une partie revient au propriétaire de l’usine ou du logement.

          Ce que paye le locataire, c’est la valeur d’usage du logement que le propriétaire renonce à habiter.

          Il pourrait parfaitement exister des baux locatifs de logements sans qu’il y ait de risques d’impayés, comme dans les autres secteurs économiques.

          Le problème est qu’il y a une agravation de l’insolvabilité due au chômage, à la précarité du droit du travail et à des loyers qui sont beaucoup trop important en raison des charges très importantes fiscales ou autres, ainsi que de la spécuation immobilière qui fait monter le coût des logements.

          Il y a de nombreuses sociétés financières qui achètent des logements à Paris dans l’intention de les revendre plus cher quelques années plus tard à une autre société financière, ce qui augmente la demande et fait monter les prix qui deviennent inabordables pour des particuliers.


        • Désintox JPB73 19 juin 19:36

          @Et hop !

          La notion de « rémunération du risque » est celle que mettent en avant les libéraux pour justifier le partage inégal des richesses. Je n’y adhère pas vraiment, mais j’aime bien retourner les arguments des néo-libéraux pour combattre leur idéologie.

          Si on ne risque rien, comment peut-on justifier qu’on prélève plus de la moitié des ressources des salariés modestes pour (mal) les loger ?

          Ce que je pense, c’est que le logement est un besoin fondamental. Le seul moyen valable de combattre le mal-logement est de construire massivement des habitations à loyer modéré et des résidences universitaires tout en supprimant TOUTES les aides dont bénéficient les bailleurs privés.

          Actuellement le prix des logements est excessif. Ils ont plus que doublé dans la décennie 2000-2010. La seule cause est une offre insuffisante par manque de mise en chantiers de logements sociaux.

          En attendant, il ne faut pas laisser les agences immobilières faire la loi. C’est une pratique de république bananière. Il y aurait aussi beaucoup à dire sur l’hypertrophie de la bureaucratie immobilière dans notre pays. J’aimerais bien connaître le ratio entre ceux qui travaillent dans les agences et ceux qui travaillent sur les chantiers ...

        • Et hop ! Et hop ! 23 juin 09:16

          @JPB73 : 


           Je suis d’accord que les loyers sont trop cher, la cause est qu’on a fait de l’immobilier un secteur marchand, un marché, un secteur spécultif, alors que cela avait toujours été en France un domaine relevant du domaine civil, du droit civil.

          Tous les Français devraient avoir la possibilité d’être propriétaires ou attributaires d’un logement dès leur majorité, de même qu’ils devraient tous avoir la possibilité d’avoir un emploi à la fin de leurs études.

          Le gouvernement aurait dû suivre depuis longtemps l’Allemagne nazie qui a mis en place une réelle politique de plein emploi et de logement pour tous, par exemple elle fournissait un logement à prix coûtant à tous les jeunes couples, avec crédit presque gratuit et cadeau de 25 % du crédit pour chaque enfant, c’est-à-fdire une maison gratuite pour les familles de 4 enfants

          Louis XIII avait imposé une remise de paiement de tous les arriérés de loyers de logements à cause de la disette et de la crise, avec comme argument que les logements sont un bien public, le Parlement de Paris (constitué de bourgeois propriétaires) avait tenté de s’y opposer mais dû enregistrer l’Édit.

        • Désintox JPB73 23 juin 11:38
          @Et hop !
          L’Allemgane nazie assassinait les juifs et redistribuait leurs biens aux « aryens ». C’est ça votre référence ? Ce sont vraiment vos idées ?

           smiley

        • mmbbb 24 juin 11:02

          @Et hop ! Pres de Lyon les ROMS ont ete installes d office sur ordre du Prefet Logements restaures et mis a disposition ! Quand les francais sont devenus assez con


        • Désintox JPB73 24 juin 18:27

          @mmbbb

          Il n’y a pas de rapport entre le sujet de l’article et votre commentaire.

          L’article ne porte pas sur les roms que je sache ! Il porte sur les garanties données au bailleurs dans le cadre des locations.

        • Et hop ! Et hop ! 7 juillet 11:47

          @JPB73 : 


          Vous parlez de Juifs, c’est hors sujet concernant la politique de logements à cette époque qui va de 1933 à 1938, il est question d’un programme massif d’accession à la propriété et de construction de logements pour toutes les familles allemandes populaires (les familles juives n’étaient pas exclues).

          Ce n’est pas parce que quelque chose a été fait par les nazis que c’est forcément mauvais, la Volkswagen était une bonne voiture, les autoroutes une bonne invention, leur programme pour résoudre la crise du logement, l’inflation et le chômage ont été efficaces, le ministre des finances d’AH était juif.


        • Désintox JPB73 7 juillet 13:32

          @Et hop !


          C’est quand même incroyable.

          Même quand vous faites un article sur l’immobilier, il y en a qui viennent faire l’apologie du nazisme sur le forum.

        • Et hop ! Et hop ! 12 juillet 22:28

          @JPB73


          Je ne vois pas où est le problème, l’Italie fasciste, l’Allemagne nazie et la Russie soviétique ont eu un proramme de logement, ils méritent autant d’être étudié avec leurs résultats bons ou mauvais que l’absence de programme de logement de Roosevelt. Vous êtes vraiment du genre sectaire borné.

          Le contraire du mondial-libéralisme, c’est le national-socialisme.

          Le principal objectif d’une politique de logement est de permettre à toutes les familles d’être propriétaires de leur logement dès le début de l’âge adulte. Le but doit être l’accession de tous les citoyens français à la propriété de leur logement, et si possible de leurs moyens de production.

          Les logements sociaux sont comme les hospices ou les hôpitaux psychiatriques, un pis aller, ils doivent être limités aux cas qui ne peuvent pas être des habitants propriétaires autonomes.

          Les moyens d’accès à la propriété d’un logement doivent être facilités : dotation, héritage, auto-construction, et crédit. 

          La question du logement est intimement liée au retour au plein emploi (pas nécessairement salarieé, mais procurant un bon revenu), et encore plus à l’urbanisme.






        • Et hop ! Et hop ! 12 juillet 22:59

          @JPB73 : «  L’Allemagne nazie assassinait les juifs et redistribuait leurs biens aux « aryens ». C’est ça votre référence ?


          J’ai écrit que 

           » l’Allemagne a mis en place une réelle politique de plein emploi et de logement pour tous, par exemple elle fournissait un logement à prix coûtant à tous les jeunes couples, avec crédit presque gratuit et cadeau de 25 % du crédit pour chaque enfant, c’est-à-fdire une maison gratuite pour les familles de 4 enfants. "

          Où voyez-vous qu’il s’agissait de redistribuer les logements pris aux juifs ?

          Il y a eu un énorme programme de construction de nouveaux logements en accesion à la propriété, avec un financement et des aides de l’État. Il y a un aspect qu ne vous plaira peut-être pas, c’est que l’aide au logement faisait partie d’une politique familiale qui favorisait les couples mariés, et que l’État prenait entièrement à sa charge le remboursement du crédit au 4e enfant.

          Vous ne préférez pas être propriétaire d’un appartement ou d’une maison, plutôt que locataire avec une caution mutuelle que vous serez obligé de payer comme une assurance et qui vous coûtera très chère si beaucoup de gens y recourent pour payer leur loyer ? 

          L’État ne peut pas être caution du paiement du loyer, il ne peut que mettre en place une caisse de cautionnement, et faire payer aux locataires qui en bénéficient une cotisation en plus du loyer. C’est pas terrible et ça rique d’être très onéreux.

          Il vaut mieux que l’État favorise l’accession à la propriété, que de favoriser la location qui engraisse des parasites.

          Le coût d’un logement est extrêment faible, c’est autour de 1 000 eu / m2 (40 000 eu pour 40 m2), si on ne compte que le coût de la construction (main d’oeuvre, matériaux, architecte), sans le foncier, ni les frais de commercialisation, ni les frais d’agence, ni les impôts, TVA, ni les multiples assurances et garanties, frais de notaire, frais de crédits pour le promoteur, pour les entrepreneurs, pour l’acquéreur. L’État n’est pas obligé de payer tous ces frais et impôts, ni le foncier. Il pourrait donc doter tous les jeunes qui se marient en leur offrant un 4 pièce, avec un tout petit crédit qui serait payé par les allocations familiales au 3e enfant. 




        • Albert123 18 juin 16:16



          Le garant physique est juste une astuce qui permet à des jeunes de se loger dans autre chose qu’un immeuble pour cassos,

          D’autre part une agence ne fait que répondre aux exigences du bailleurs,

          Et la seule conséquence dans le fait de contraindre par des lois des bailleurs à valider des dossiers non solvables est la raréfaction des logements dits non sociaux,

          Par ailleurs Il n’y a aucun pouvoir exorbitant à rejeter un dossier bancal, c’est de laisser un mauvais payeur occuper un logement au détriment du bailleur qui génère la situation actuelle et rien d’autre.

          Bref plutot que de responsabiliser l’individu vous vous plaignez des contraintes qui sont la suite logique de ce que le gauchisme débilitant à mis en place, 

          Vous etes peut être un type bien mais dans tous les cas vous payez pour tous les parasites qui ont tirés sur la corde avant vous.

          • Désintox JPB73 18 juin 17:54
            @Albert123

            Je ne propose pas que les bailleurs se retrouvent sans garantie. Je veux seulement leur enlever le pouvoir de prendre des gens en otage pour louer un logement. J’ai cité dans mon article des solutions alternatives qui sont promues par les pouvoirs publics et qui sont fort raisonnables.

          • Perceval 18 juin 17:09

            Un client est donc otage d’un commerçant, c’est vrai qu’en URSS ou derrière le rideau de fer c’était tellement mieux et confortable pour le consommateur


            • Désintox JPB73 18 juin 18:00
              @Perceval

              Ce n’est pas le client, mais le garant qui est otage. Le garant n’est client de rien.

              En tant que locataire, j’ai logé en HLM et dans le privé, et il n’y a pas photo : les HLM sont bien mieux que les locations dans le privé. Le seul défaut des HLM, c’est qu’il n’y en a pas assez.

              La référence à l’URSS trahit votre âge canonique. Mettez vous à la page avec la Corée du Nord, l’amie de votre ami.

            • foufouille foufouille 18 juin 18:44

              @JPB73

              j’ai vécu dans les deux et c’est pareil sauf pour le loyer.


            • troletbuse troletbuse 18 juin 20:21

              De nombreuses agences ne cherchent pas à louer votre immeuble. Elles vous conseillent de le remettre aux normes en vous donnant l’adresse de leurs copains. Si vous trouvez cela trop onéreux, elles ne loueront pas mais essaierons de vous acheter ce bien à bas prix. Une fois le bien leur appartenant, elles trouveront un locataire immédiatement.


              • eau-du-robinet eau-du-robinet 18 juin 21:47

                Bonjour,
                .
                Il y à environ 20 ans j’avais cherché un appartement à Bordeaux et je suis tombé sur une agence immobilière qui avait même exigé une copie de la carte grise de mon véhicule !!!
                .
                sur un site web j’ai trouvé cette information :
                Cela permet d’immobiliser le véhicule tant que les loyers impayés n’ont pas été régularisés.
                https://www.generation-nt.com/reponses/agence-immobiliere-me-reclame-carte-grise-mon-vehicule-entraide-2811631.html
                .
                Puis sur le site web
                https://www.capital.fr/immobilier/location-comment-eviter-les-abus-des-agents-immobiliers-607603
                est marque :
                .

                Ce que dit la loi :
                Selon la loi du 6 juillet 1989, modifiée par la loi Boutin de 2009, les agents immobiliers et les bailleurs sont uniquement autorisés à demander les pièces suivantes :
                - carte d’identité,
                - livret de famille,
                - ancien bail,
                - bulletins de salaire des trois derniers mois (et contrat de travail),
                - dernier avis d’imposition,
                - dernière facture EDF ou de téléphone,
                - RIB,
                - extrait de jugement de divorce,
                - carte grise du véhicule.
                - pour les commerçants et travailleurs indépendants, les deux derniers avis d’imposition et un extrait de Kbis d’au moins trois mois peut être demandé.
                .
                Mon conseil : Fuyez les agences immobilières qui vous demandent votre carte grise !!!
                .

                • Désintox JPB73 18 juin 22:20

                  @eau-du-robinet

                  Oui. Mais imaginez que toutes les agences se mettent à exiger les cartes grises : où fuirez vous ?
                  La rapport de force entre les agences et les gens qui recherchent un logement est très déséquilibré, seule la loi peut le corriger.

                • alberto alberto 19 juin 09:45
                  @eau-du-robinet : ils ont dû oublier le certificat de vaccination et le N° de Sécurité sociale !
                  Dantesque...

                • eau-du-robinet eau-du-robinet 20 juin 22:55

                  @JPB73

                  .
                  Imaginez vous, que la personne qui cherche un appartement n’a pas de voiture.
                  .
                  Soyez réaliste parfois on demande un peu trop aux locataires.
                  .
                  De mon coté j’ai eu un copain propriétaire qui c’est porté garant et c’est déjà plus que suffisant.
                  .


                • Désintox JPB73 20 juin 23:06

                  @eau-du-robinet

                  Vous vous en sortez grâce à votre copain, mais il a pris une trop lourde responsabilité, et ça, ce n’est pas normal.

                • ruben ruben 19 juin 09:28

                  Idéalement le mieux est effectivement de fuir les agences. Sur Lyon j’arrive toutefois à distinguer le travail et le service effectués par les agences en comparaison à celui effectué et proposé par les régies, certainement plus scrupuleuses. Mais c’est vrai comme dit plus haut ce n’est pas simple non plus de s’émanciper des agences en tant que propriétaire. On en voit tellement des vertes et des pas mures !


                  • zygzornifle zygzornifle 19 juin 10:03

                    Et du gouvernement Macron et de l’Europe et de la mondialisation et de la migration etc .... On est otage de tout ....


                    • ppazer ppazer 19 juin 10:46

                      Une fois de plus, on ne parle pas de la cause source de cet immobilier trop cher : la trop importante pression démographique.

                      Population française :
                      1800 : 29 Millions
                      1900 : 40 Millions
                      1950 : 41,6 Millions
                      1970 : 50,5 Millions
                      1990 : 56,5 Millions
                      2010 : 62,7 Millions
                      2017 : 65 Millions

                      Et la tendance n’est pas près de s’inverser, au contraire. Donc bon...
                      Vous n’avez pas fini de pester sur le coût du logement et sur ses conditions d’accès délirantes.


                      • ppazer ppazer 19 juin 10:51

                        @ppazer
                        Ceci amplifié par une concentration urbaine toujours plus forte, et une décentralisation qui ne se concrétise jamais malgré les beaux discours qu’on a déjà pu entendre par le passé.

                        A l’heure des voies de communications routières et ferroviaires rapides, et des réseaux numériques haut débit, force est de constater qu’on a vraiment un très mauvais aménagement du territoire.


                      • Désintox JPB73 20 juin 09:27

                        @ppazerBonjour,La population a augmenté parce que l’espérance de vie a augmenté. Plus de vieux donc plus de population. À ce problème, il existe deux solutions :

                        •  L’euthanasie systématique à 70 ans
                        •  La construction massive de logements sociaux.
                        Quelques éléments de réflexion (Source : le bâtiment en chiffres)

                        a) Il y a en France 763000 ouvriers du bâtiment., dont un peu plus du quart travaillent à la construction de logements neufs, soit seulement 200000 personnes. En comparaison 241000 personnes travaillent dans le secteur immobilier

                        .b) La surface de plancher livrée en logement individuels est désormais nettement plus importante que dans le collectif. Si on veut résoudre la crise du logement, il faut donc mettre en chantier de nombreux logements collectifs, ce qui suppose de construire moins de maisons individuelles, car le nombre d’heures de travail qui peuvent être fournies par les ouvrier est forcément limité. Pour obtenir ce résultat, le seul moyen est de restreindre les permis de construire de maisons individuelles tout en mettant en chantier de nombreux logements sociaux.

                        Il est vraisemblable qu’il faudrait aussi fabriquer des logements un peu plus petits en demandant aux architectes de travailler leur agencement.

                      • ppazer ppazer 20 juin 11:11

                        @ppazer

                        Donc vous préconisez le logement précaire généralisé, persuadé que vous êtes que cela stoppera les pratiques douteuses des agences immobilières et les loyers délirants.

                        Le monde idéal que vous imaginez me laisse drôlement songeur...


                      • Désintox JPB73 20 juin 12:47

                        @ppazer

                         ???
                        Je ne vois pas le rapport avec le logement précaire.

                        Dans mon article, je propose que l’acceptation des garanties institutionnelles soit la règle et non l’exception (par exemple, « Visale » , pour laquelle il y a une campagne de pub actuellement). Loin de précariser le logement, une telle mesure permettrait à ceux qui n’ont pas de garant solvable de pouvoir se loger.

                        Dans ma réponse, je propose qu’on mette en chantier de nombreux logements sociaux, afin d’accroître l’offre de logements locatifs, ce qui fera baisser les loyers. Les logements sociaux ne sont absolument pas précaires, bien au contraire.

                        Le salaire médian en France est de 1700€ (de mémoire). Vu le montant délirant des loyers du secteur privé, la moitié de la population a besoin de HLM.

                        Et que dire des copropriétés, qui tombent en ruine les unes après les autres, faute d’entretien ? Les HLM sont entretenus, eux.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON

Auteur de l'article

Désintox

Désintox
Voir ses articles






Les thématiques de l'article


Palmarès