• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Traitements à base d’hydroxychloroquine et azithromycine face à la (...)

Traitements à base d’hydroxychloroquine et azithromycine face à la pandémie COVID-19 : réflexions épistémologiques pour une sortie du déni

La polémique sur les traitements à base d’hydroxychloroquine et azithromycine face à la pandémie COVID-19 : Quelques réflexions épistémologiques pour une sortie du déni

Jacques Pollini, PhD

Département d’Anthropologie, Université McGill

 

Résumé

Un débat intense a lieu en France et dans le monde concernant l’efficacité des traitements à base d’hydroxychloroquine (HCQ) pour soigner les patients atteints de COVID-19. Cet article propose une analyse épistémologique de ce débat, plus particulièrement concernant l’efficacité de la combinaison hydroxychloroquine/azithromycine (HCQ/AZI) en médecine ambulatoire. Le point de départ est le constat qu’il n’existe pas véritablement de controverse scientifique sur l’efficacité de ce traitement, dans le sens que toutes les études disponibles montrent un effet positif. La controverse porte sur l’efficacité de l’HCQ seule dans divers contextes thérapeutiques, un débat qui a occultée celui, plus important, de l’efficacité de la combinaison HCQ/AZI en médecine ambulatoire. A ce niveau, il y a seulement incertitude sur les conclusions, comme pour toute théorie scientifique, controversée ou pas. Souligner cette incertitude et débattre sur comment la résoudre est tout à fait légitime mais cela n’est pas ce que nous observons. Le débat prend plutôt la forme d’un déni des conclusions, alimentant des polémiques qui se situent en dehors du cadre de la science. Après avoir brièvement envisagé les causes de ce déni, l’article en examine une en particulier : la dominance de l’idéologie scientiste. Selon cette idéologie, toute chose ou processus dont l’existence n’est pas prouvée définitivement n’existe pas, ce qui a un effet destructeur sur la science puisque ne permettant par la reconnaissance de preuves partielles, et sur la société puisque remplaçant la connaissance incertaine par l’ignorance ou les préjugés.

Apres un bref rappel de ce qu’est le scientisme, j’analyserai les mécanismes du déni en faisant appel à des épistémologues et penseurs des sciences sociales : Hayek (1953), pour montrer comment le scientisme conduit à l’ingénierie sociale et à la dérive totalitaire par l’imposition d’une pensée unique ; Popper (1963), qui permet la sortie du scientisme en rappelant que l’incertitude est le corollaire de toute connaissance scientifique ; Bourdieu (2017), qui montre que l’action humaine n’est pas guidée uniquement par des calculs rationnels et conscients, car interviennent également des dispositions ou habitus historiquement et socialement constitués ; Latour (1987), qui montre que la « science en action » est loin de procéder selon son idéal d’objectivité et mobilise des réseaux sociaux qui déterminent fortement ce qui est accepté comme vrai ; et enfin Bhaskar (1975), qui démontre que le monde réel ne peut être réduit à ce qui est observé ou imaginé, et que pour que la science soit possible, elle doit se doter d’outils permettant l’étude de systèmes ouverts dans lesquels aucune régularité ne peut être observée. Chacun de ces penseurs apporte un éclairage sur la polémique HCQ/AZI et mis ensembles, ils permettent d’entrevoir l’impasse épistémologique dans laquelle la société actuelle est engagée. Sans doute des forces autres que l’idéologie scientiste, non analysées dans cet article, expliquent l’irrationalité des prises de position contre le traitement HCQ/AZI. Mais l’idéologie scientiste a été l’instrument permettant à ces forces de triompher et d’imposer une vision de la réalité qui ne se base pas sur les faits scientifiques.

Introduction

En mars 2020, alors que l’épidémie COVID-19, maladie provoquée par le virus SARS-CoV-2, démarrait en France, l’Institut Hospitalo-Universitaire Méditerranée Infection (IHU), dirigé par le Professeur Didier Raoult, publiait un article (Gautret et al 2020a) suscitant espoir pour le traitement de cette maladie. Selon cet article, parmi 42 patients diagnostiqués COVID-19 et reconnus éligibles pour inclusion dans une étude clinique à l’IHU, 20 ont reçu de l’hydroxychloroquine (HCQ) à raison de 600 mg par jour en 3 prises pendant 10 jours, 6 ont reçu le même traitement additionné d’azithromycine (AZI) pendant 5 jours, 16 n’ont reçu aucun traitement car ils l’ont refusé ou n’étaient pas éligibles, et 6 ont finalement été exclus de l’analyse car ayant cessé le traitement 4 jours au plus après inclusion et pour les raisons suivantes : 3 ont été transférés en soins intensifs, 1 est décédé, et 2 ont choisi de se retirer. Parmi les 36 restant et après 6 jours, le taux de patients testant positif au COVID-19 était de 88,5% pour les patients non traités, 43% pour les patients traités à l’HCQ, et aucun pour les patients traités à l’HCQ/AZI. Les patients du groupe contrôle étaient pourtant plus jeunes (37 contre 51 ans en moyenne), plus fréquemment asymptomatiques (dans 25 contre 10% des cas), et moins fréquemment infectés dans les voies respiratoires inferieures (dans 12.5 contre 30% des cas)

Certes cet article présente des faiblesses méthodologiques qui ont suscité d’importants commentaires (Bik 2020, Hulme et al 2020, Ingraham et al. 2020, Lover 2020 Machiels et al. 2020, Rosendaal 2020). L’état des patients est évalué sur la base d’analyses PCR[1] qui ne sont pas toutes conduites selon la même approche standard, qui donnent des résultats variables avec des patients testant négatif un jour et positif le jour suivant, et qui ont été omises dans les derniers jours de suivi pour plusieurs patients du groupe contrôle. Le fait que l’étude ne soit pas randomisée et porte sur un effectif réduit diminue aussi la probabilité que les résultats obtenus s’expliquent par l’effet du traitement, risque accentué par le fait que plusieurs patients du groupe témoin ont été traités dans d’autres hôpitaux, et que le profil moyen du groupe témoin diffère significativement de celui du groupe traité. Le fait que 6 patients ont été finalement exclus de l’analyse a également été très commenté.

Ces critiques, toutefois, montrent que les données sont insuffisantes et les conclusions incertaines. Elles ne montrent pas que les conclusions sont fausses et ne font pas pencher la balance en défaveur du traitement HCQ/AZI. Pour s’en rendre compte, il suffit de se mettre dans la même situation pratique que les médecins qui ont traité ces malades.

Supposez donc que vous recevez 6 patients atteints d’une infection virale, que vous leur donnez le traitement HCQ/AZI, et que le 5ème et 6ème jour, vous ne détectez plus de virus chez ces patients, ce qui s’accorde avec les connaissances médicales générales qui vous ont conduit à choisir ce traitement. Pendant ce temps, dans la pièce d’à côté, la majorité parmi 30 patients qui n’ont pas reçu ce traitement sont toujours porteurs du virus, et ceux qui ne sont plus porteurs ont pour la plupart reçus une partie du traitement (l’HCQ). Certes, il est possible que ceux qui sont toujours porteurs guériront aussi mais plus tard. Mais réduire la durée de la maladie, et donc son impact économique, le cout de son traitement, les risques de séquelles et la durée de contagiosité sont déjà des avantages en soit. Supposez maintenant qu’un septième patient atteint de la même infection vienne vous voir. Allez-vous lui dire que vous ne pouvez pas lui donner le traitement HCQ/AZI, bien qu’il ne présente pas de risque si administré sous suivi médical, car vous n’avez pas de preuve qu’il marche, et parce que chez les 6 patients précédents, le virus a pu disparaitre tout seul, par chance ? Ou allez-vous proposer ce traitement pour voir s’il continue d’avoir les mêmes effets, avec l’accord du patient ?

Toute personne raisonnable choisirait la deuxième option. Car ce n’est pas la question de la validité des méthodes statistiques employées qui doit être posée face à cette décision. C’est la question du mode de construction de la connaissance et de l’expérience humaine. C’est pourquoi les « méthodologistes », comme le Professeur Didier Raoult et d’autres les appellent, font fausse route même si toutes leurs critiques méthodologiques sont justes. Ils ont perdu leur bon sens, oublient que l’incertitude est le corollaire de la connaissance, et que les essais randomisés ne sont pas la seule manière de faire de la science (Frieden 2017) et de faire avancer les connaissances médicales (Bégaud et al 2017). Malheureusement, l’OMS et de nombreux gouvernements ont choisi d’écouter les méthodologistes et continuent de rejeter le traitement HCQ/AZI en ambulatoire, malgré la multiplication d’études et témoignages débouchant toujours sur le même résultat favorable (voir annexe 1). Le monde est devenu fou, en partie pour des raisons qui restent à découvrir, en partie pour des raisons qui peuvent être révélées par une analyse épistémologique et en faisant appel à son bon sens, ce que je tente de faire dans cet article.

J’analyserai donc non pas une controverse scientifique, mais les causes du déni d’un consensus (Annexe 2). Le point de départ est le constat qu’il n’y a pas de controverse sur l’efficacité du traitement HCQ/AZI pour guérir des patients COVID-19 en début de maladie, dans le sens que toutes les études testant l’efficacité de cette approche donnent des résultats positifs (Annexe 1). La controverse ne concerne que le domaine d’efficacité de l’HCQ seule, et c’est cette deuxième question qui, en se mélangeant avec la première, crée une fausse controverse. Ainsi le débat prend la forme suivante : quelqu’un dit « les abricots sont orange (HCQ/AZI est efficace en ambulatoire) », et quelqu’un d’autre répond « non ce n’est pas vrai, car j’ai vu que les citrons sont jaunes (HCQ seule n’est pas efficace sur des patients sévères à l’hôpital) ». Un tel débat ne se situe pas dans le champ scientifique, ni même dans un espace rationnel ou raisonnable. Si, et seulement si, une nouvelle étude montrait des résultats négatifs concernant l’efficacité du traitement HCQ/AZI sur des patients COVID-19 en début de maladie, alors une véritable controverse serait ouverte. En attendant, il y a incertitude sur l’efficacité du traitement HCQ/AZI, comme pour tout résultat de recherche, mais il n’y a pas véritablement controverse. Il y a cependant polémique, du fait du déni des résultats obtenus, et ce sont les causes de ce déni et de la polémique qui s’ensuit que j’analyserai ici.

L’influence des lobbies pharmaceutique, qui espèrent mettre sur le marché des nouvelles molécules source de profits élevés car non protégées par des copyrights, est la première explication qui vient à l’esprit pour expliquer ce déni (Annexe 2). Mais je n’analyserai pas cet aspect du problème. Faire passer des intérêts financiers ou autres avant la santé des malades est un acte criminel et des enquêtes internationales permettant d’identifier et de poursuivre les auteurs de tels actes doivent être lancées. Mais de telles personnes ne peuvent être qu’un petit nombre. La question reste donc ouverte de savoir ce qu’il s’est passé pour les autres : pourquoi rejettent-ils donc le consensus ? Comment ont-ils pu se laisser convaincre de l’inefficacité du traitement HCQ/AZI alors que toutes les études disponibles montrent qu’il est efficace au moins en médecine ambulatoire ?

Je vois trois explications agissant de manière emboîtée[2] : (1) le scientisme, qui conduit à n’accepter comme vrais que les faits pour lesquels il existe une preuve irréfutable ; (2) la dissonance cognitive, qui conduit à suivre inconsciemment l’opinion dominante et à ignorer les faits en dissonance avec cette opinion, afin de rester en phase avec la société et éviter une marginalisation douloureuse ; et (3) l’ignorance, qui conduit à se ranger derrière toute opinion affirmée par une autorité légitime, lorsque l’on n’est pas qualifié pour se faire une opinion personnelle ou que l’on a pas le temps de se documenter.

Cet article étudie le premier de ces trois éléments explicatifs du déni : le scientisme. Je commencerai par rappeler ce qu’est le scientisme, puis montrerai comment cette idéologie conduit à l’ingénierie sociale, la planification centralisée et le totalitarisme, en me basant sur les travaux de Hayek (1953). Puis je ferai appel à l’épistémologie de Karl Popper (1963) pour offrir une alternative permettant la sortie du scientisme et expliquant comment la croissance de la connaissance se déroule en pratique, et quel est le rôle joué par la « preuve » dans toute activité scientifique. J’utiliserai ensuite le concept d’habitus de Bourdieu (2017) pour contraster l’humain calculateur, qui pourrait être l’idéal du chercheur scientiste, avec l’humain raisonnable, qui s’accorde mieux avec une pratique réaliste et ouverte de la science. Puis j’introduirai la notion de « science en action » (Latour 1987), montrant que la science est pratiquée par des « machines » qui mobilisent des réseaux sociaux qui influencent fortement ses résultats. Je ferai enfin appel à l’épistémologie de Bhaskar (1975) pour montrer que dans ces « machines », le désir des agents pourrait plus influencer les conclusions que les faits eux-mêmes. Bhaskar permet de franchir l’étape ultime pour la sortie du scientisme. Il montre que la conception dominante de la science réduit le monde réel aux régularités observées ou imaginées, ce qui fait disparaitre de la connaissance humaine tout ce qui ne peut être imaginé ou décrit sous forme de régularités facilement observables. En montrant que l’observation de régularités n’est pas une condition nécessaire à la pratique de la science, Bhaskar permet d’envisager une science réaliste portant sur des systèmes ouverts dans lesquels des régularités ne peuvent pas toujours être observées. Dans une telle science, la production de connaissances porte sur la vie réelle, donc sur des systèmes ouverts, et nécessite plus que des essais randomisés, car ceux si ne peuvent découvrir que ce qui est générateur de régularités.

Dans chacune de ces sections, j’illustrerai mon propos par une analyse de la crise COVID-19, principalement au niveau du débat sur les traitements à base d’HCQ et AZI. Je montrerai que le débat entre pro- et anti-HCQ/AZI/Zn est en fait un débat entre personnes ayant ces différentes conceptions de la science, mais aussi des désirs différents révélés par leur habitus.

Définition du scientisme

Le scientisme (Robinson et al 2015), c’est la croyance que la science peut résoudre tous les problèmes humains. Il a pour corollaire la croyance qu’il n’y a de connaissance que scientifique. Le reste ne serait qu’opinion, affirmation gratuite, ou non-sens. Le scientisme s’ancre dans une définition normative de ce qu’est la méthode scientifique, et dans la croyance que seule cette méthode permet de produire des connaissances objectives. Le scientisme est donc associé à une métaphysique particulière, ce qui en fait une philosophie dont l’objet est de justifier une certaine manière de produire de la connaissance objective. Au lieu de postuler une métaphysique et définir un mode de production des connaissances (une méthode scientifique) qui s’accorde avec cette métaphysique, le scientisme définit d’abord la méthode et adopte ensuite la métaphysique qui s’accorde avec cette méthode. Etant donné que celle-ci est née ou tout au moins a réalisé ses plus grands succès dans le domaine des sciences de la nature, de la physique à la chimie et la biologie, le scientisme postule que les sciences humaines et sociales devraient adopter les mêmes méthodes et les mêmes postulats métaphysiques. Cela conduit à un optimisme démesuré dans les vertus de la science pour la résolution des problèmes sociaux, une arrogance des scientifiques qui ont adopté les méthodes et la métaphysique des sciences naturelles, et une redéfinition de ce que signifie être humain. Ainsi notre humanité même est en jeux lorsque le scientisme devient la nouvelle orthodoxie[3] (Robinson et al 2015).

La métaphysique scientiste est matérialiste et mécaniste (Robinson et al 2015). Elle envisage le monde, et l’humain, comme des machines régies seulement par des lois qui causent des effets. L’esprit humain, en utilisant la science, doit comprendre rationnellement ces machines pour contrôler son univers et améliorer sa condition. L’homme agit en ingénieur sur son monde et sur lui-même, utilisant la technologie pour réparer et améliorer la machine monde et la machine humaine. L’humain et son environnement sont ainsi réduits à ce qui est intelligible, discernable par le cerveau humain, ne laissant aucune place à la transcendance. Le monde réel est réduit à ce qui peut être formulé par l’intelligence humaine et représenté sous forme de mécanismes causaux, en se basant sur ce qui peut être observé, analysé et décrit objectivement. Ainsi cette métaphysique ignore l’éthique, la morale, et la possibilité de choix humains qui ne soient pas motivés par des calculs rationnels. Le monde n’aurait pas de finalité autre que celle que la rationalité humaine construit et projette sur lui (Robinson et al 2015). L’homme n’aurait pas de dessein autre que celui que ses calculs et sa raison permettraient de mettre à jour. Ses choix seraient dénués de sens dès lors qu’ils ne pourraient être justifiés par des calculs rationnels et des intentions conscientes.

Du scientisme à la planification centralisée

L’idéal scientiste dans les sciences sociales a conduit à l’ingénierie sociale, notamment aux utopies fascistes et au socialisme scientifique. Hayek (1953) ancre sa critique du système politique soviétique dans une critique du scientisme, qui est selon lui une « mentalité polytechnicienne », une attitude « caractéristique de l'ingénieur » et un obstacle à la science. Cette attitude serait particulièrement inappropriée dans les sciences sociales car celles-ci étudient les représentations des objets plutôt que les objets eux-mêmes, et il existe autant de représentations ou images mentales d’un objet donné qu’il existe de sujets produisant ces images. Pour les sciences naturelles, ce qui compte est la nature réelle de l’objet représenté. Les écarts d’une image mentale à l’autre sont donc du bruit qu’il faut supprimer en établissant une vérité objective acceptée par tous. Pour les sciences sociales, cette diversité des images est une réalité incontournable qui peut avoir valeur en soit, qui peut avoir une signification profonde et qui pourrait définir la condition humaine. Il est donc légitime de se poser la question de l’utilité de cette diversité et d’associer la subjectivité à quelque chose de positif, plutôt que de la réduire à un bruit parasite. Cela ne conduit pas à remettre en cause de la valeur de la science, mais seulement à reconnaitre les limites de la science et les risques que feraient encourir toute prétention d’annihiler totalement le « bruit » subjectif. Le plus grand de ces risques est la dérive totalitaire, c’est-à-dire l’effacement progressifs des subjectivités au nom d’une vérité objective qui serait établie scientifiquement. C’est ce qui explique le caractère totalitaire du fascisme et du socialisme scientifiques, qui sont les deux principaux projets d’ingénierie sociale du 20eme siècle. Vu que le scientisme n’a pas disparu, nous avons toutes les raisons de penser que le 21eme siècle connaitra aussi des dérives totalitaires. Contrairement au socialisme scientifique et au fascisme, ces dérives pourraient conduire à l’ingénierie de l’humain plutôt que de la société, à la croisée entre transhumanisme, eugénisme et malthusianisme.

Le fait que la subjectivité, et donc la diversité des représentations, jouent un rôle positif pourrait être la conséquence de l’impossibilité, pour un esprit humain, de comprendre son univers naturel et social avec un niveau de complétude et de certitude élevé. Si aucune représentation du monde ne peut être complète et certaine, autant s’en remettre à une somme de représentations incomplètes et incertaines mais qui, à travers leur dialogue, finissent par former un tout qui reflète le monde réel de manière plus juste que tout projet d’ingénierie. Pour Hayek, ces agents qui produisent chacun leur représentation sont les individus libres d’agir et d’entreprendre, et leur communication se fait sur le marché, les prix constituant les signaux essentiels permettant à ces agents de coordonner leurs efforts et d’optimiser leur efficacité collective dans la conduite de leurs affaires. La critique du scientisme dans les sciences sociales est donc le socle permettant à Hayek de critiquer l’économie planifiée ou « planisme ». Adoptant une attitude d’ingénieur, l’agent en charge du « plan » ne s’intéresse qu’à un but et il « contrôlera tous les efforts dirigés vers ce but » (Hayek 1953 : 152). Il ignorera les « circonstances particulières, fugitives » de tel lieu et tel moment car la connaissance de ces circonstances ne peut exister que « dispersée parmi de nombreuses personnes » (Hayek 1953 : 160). Ces personnes, que Hayek appelle « négociants », sont les agents libres d’échanger sur le marché. Ils « entreront en conflit avec les idéaux de l'ingénieur », … « interféreront avec ses plans » et « encourront par là son mépris” (Hayek 1953 : 161). Ainsi se développent la dérive totalitaire d’un côté et la dissidence de l’autre. Notons au passage qu’Hayek n’a pas vu que les utopies sociales, en s’effaçant, n’ont fait que permettre au scientisme de développer d’autres idéologies tout aussi rigides, au sein d’une science économique à laquelle il s’est malheureusement associé. La lecture de Bourdieu nous permettra de mieux comprendre cette autre dérive scientiste.

La pertinence de l’analyse de Hayek pour comprendre la crise COVID-19 apparait clairement. Dans la crise COVID-19 en France et ailleurs, l’ingénieur, c’est le Comité Scientifique, et les négociants, ce sont les médecins qui reçoivent les patients. Le Comité Scientifique, adoptant l’idéologie scientiste, a orchestré la gestion de la crise tout comme l’état soviétique planifiait le fonctionnement de l’économie. Il a refusé la décentralisation en contestant les initiatives de planification locales qui ne s’accordaient pas avec ses directives, à Marseille notamment. Le Comité a fait le tri entre ce qui est acceptable et ce qui ne l’est pas en termes de traitements, s’opposant aux initiatives individuelles prises par les médecins, et à des expériences qui pour lui s’apparentaient à un bricolage illégitime ne produisant que du bruit. Ce bricolage était pourtant la source d’une diversité de solutions qui auraient par la suite été gardées ou éliminées selon leur efficacité, de la même manière que des initiatives économiques privées prospèrent ou font faillite selon leur rentabilité. La médecine n’est pas une science exacte et les décisions médicales, tout comme les décisions économiques, sont prises en fonction d’une analyse des couts et des bénéfices qui est spécifique de chaque malade et ne peut être faite que par le médecin qui traite ce malade. Ainsi les médecins auraient dû être autorisés à prescrire, pour réaliser ces analyses des couts et bénéfices. Certains argumenteront que les patients ne pouvaient pas être les cobayes d’une multitude de médecins bricoleurs. Mais la médecine a toujours inclus une part de bricolage et celui-ci peut être encadré et s’autorégule si le cadre légal est approprié. Les médecins qui joueraient trop aux apprentis sorciers s’exposeraient au risque que leurs malades portent plainte, et seuls des médicaments déjà testés et mis sur le marché, utilisés dans d’autres contextes cliniques, pourraient être utilisés.

En refusant cette logique et décidant ce qui est acceptable de manière normative et pour tous, et en restreignant le domaine de ce qui est acceptable au domaine de ce qui est prouvé par un essai randomisé, en vertu de leur idéal scientiste, une poignée de décideurs ont donc conduit les politiques COVID-19 à la faillite selon les mêmes logiques qui ont conduit les économies planifiées à la faillite dans les pays du bloc soviétique. Il n’est donc pas surprenant que les mouvements sociaux libertaires aient été parmi les plus vocaux pour contester les positions prises par les gouvernements, et que les prises de position de médecins « dissidents » aient été censurées par les algorithmes des sites hébergeant les réseaux sociaux, premiers signes d’une dérive totalitaire.

La croissance de la connaissance et le rôle de la preuve

Il existe donc un savoir collectif, diffus, fragmenté entre une multitude d’acteurs, qui pourrait dans certaines circonstances avoir autant ou plus de valeur que le savoir scientifique formalisé et réducteur porté par les experts ou « ingénieurs ». De quoi est constitué ce savoir collectif ? Comment est-il produit et comment le faire croitre ? La lecture des travaux de Popper (1963) permet de répondre. Cet épistémologue montre que le savoir humain comporte, tout au moins en partie, du mythe, et que le rejet de tout ce qui est mythique est sans doute une des plus grandes erreurs commises par la science positiviste. Cette erreur serait causée par l’importance donnée à la vérification, notion que Popper ne rejette pas mais contraste avec la falsification ou « négativisme », montrant que la science requiert les deux notions mais que le curseur s’est déplacé trop loin du côté de la vérification positive.

Selon Popper (1963), les plus grandes avancées des sciences sont obtenues par la falsification des connaissance établies. Bien entendu, la vérification joue aussi un rôle important. Toute connaissance doit être vérifiée afin d’augmenter son degré de certitude. Mais la vérification n’augmente pas la quantité de connaissance vraie. Elle ne fait qu’augmenter le degré de certitude de ce que l’on croit déjà être vrai, alors que la falsification a pour effet de supprimer un contenu faux et ouvre ainsi un espace qui pourra être rempli par un contenu qui a plus de chances d’être vrai. Le mythe, c’est le matériau que l’on soumet à la falsification. C’est un matériau non vérifié formellement, qui peut être associé à des dogmes ou des biais idéologiques et qu’il faut donc manier avec prudence. Mais le mythe vient néanmoins de quelque part. Il a été produit collectivement par les hommes à travers une expérience accumulée dans le temps. Il est donc porteur de sens. Une partie de ses contenus sont vrais, et c’est justement pour cela qu’on se donne la peine de les soumettre au test de la falsification, par la méthode scientifique.

Certes, les mythes fondateurs de toute société contiennent des fantaisies qui reflètent l’imagination et les désirs des hommes, mais on sait qu’ils font également écho à des faits historique. Et dans un sens plus large, peut être considéré comme mythe toute théorie incertaine résultant de l’expérience collective des hommes, sur un sujet quel qu’il soit. Le mythe, c’est donc le fond commun du savoir disponible pour l’humanité. C’est le substrat de la science, mais aussi son produit car la falsification n’est jamais complète et définitive.

En reconnaissant la valeur positive et la permanence du mythe, il devient donc possible de sortir du scientisme car on reconnait alors que toute connaissance est incertaine, et que toute théorie contient un mélange de contenus produits par la méthode scientifique et de contenus hérités des mythes, qui attendent encore de passer le test de la falsification, et qui peut être ne le passeront jamais. Concernant ces contenus qui ne pourront jamais être falsifiés, Popper les met en dehors du champ de la science. I propose de distinguer les faits scientifiques des faits non scientifiques par le fait que les premiers sont falsifiables alors que les seconds ne le sont pas. Mais il insiste sur le fait que ce qui n’est pas falsifiable n’est pas forcement faux et dénué de sens. Il cite la psychanalyse comme théorie non scientifique car non falsifiable, mais pouvant néanmoins être correcte. Le mythe n’est donc pas forcement une entité négative même s’il contient des faits non falsifiables. Tout système de connaissance, qu’il s’agisse d’une mythologie ou d’une théorie scientifique, est un mélange de croyances justes et de croyance fausses, indépendamment du fait que ces croyances sont falsifiables ou pas, ce qui rend difficile la distinction entre mythologie et théorie scientifique et encore plus difficile, voire impossible, leur séparation.

L’humanité dispose donc à tout moment d’un fond commun de savoir, que j’appelle mythe, et la science est la meilleure méthode qu’elle a élaborée à ce jour pour corriger ce fond commun en falsifiant les contenus faux et en les remplaçant par des contenus vrais. Aucun contenu ne peut échapper au test de la falsification, car on ne peut jamais prouver à 100% qu’un contenu ou énoncé dans une théorie est vrai, c’est à dire qu’il s’accorde avec les faits, même s’il a été produit en utilisant les méthodes les plus rigoureuses. C’est pourquoi, dans les analyses statistiques associées aux essais randomisés, qui sont l’instrument privilégié au service de la vérification scientifique, on évalue la probabilité que l’essai montre que l’hypothèse testée est vraie, et cette probabilité n’est jamais 100%. Il est toujours possible d’imaginer qu’une conjonction de facteurs hautement improbable a conduit au résultat observé et que la cause des résultats n’est pas ce que l’on croit.

D’autre part, le remplacement des contenus faux ne sera jamais complet, et si l’on supprimait de ce fond commun tout ce qui n’a pas encore été prouvé par la science, on supprimerait aussi des contenus vrais, ainsi que des contenus qui font sens pour ceux qui y croient et qui ne pourront jamais être falsifiés, comme la croyance que dieu existe ou que l’amour, plutôt que le calcul ou l’intérêt, est le déterminant essentiel des relations humaines. Et on finirait par croire que la certitude absolue peut être acquise en science, puisque dans le paradigme scientiste, la connaissance incertaine est rejetée, ou tout au moins regardée avec une extrême méfiance. On oublierait ainsi que même les contenus considérés vrais doivent continuer d’être soumis à la falsification et pourraient finalement s’avérer être faux.

Enfin, face aux difficultés relatives à la falsification de théories complexes et à grand contenu, on se concentrerait à l’excès sur la vérification de théories secondaires et à contenus restreints, ce qui conduirait à l’ignorance de tout le reste, de tout ce qui est difficile à falsifier ou trop incertain. La démarcation qui compte n’est donc pas celle qui consiste à distinguer ou séparer ce qui est scientifiquement établi de ce qui ne l’est pas, ou ce qui est définitivement prouve de ce qui ne l’est pas. C’est, plutôt, la distinction entre le savoir qui joue un rôle social positif et celui qui ne joue pas ce rôle. C’est à travers l’expérience, plutôt que la discussion scientifique ou philosophique, que cette démarcation peut être faite, ce que l’on pourra comprendre en étudiant la notion de « sens pratique » développée par Bourdieu.

Le curseur dans la pratique de la science doit donc se déplacer du côté de la falsification, afin de produire des théories à plus grand contenu, quitte à ce qu’elles soient moins certaines. Les meilleures théories ne sont pas forcément celles qui sont les plus certaines. Ce sont celle qui sont le plus utiles socialement, qui « marchent », ce qui requiert qu’elles aient beaucoup de contenu, même si celui-ci n’est pas certain. Mais la vérification ne doit pas être abandonnée pour autant, car on a vu qu’elle permet d’augmenter le niveau de certitude des connaissances. Il faut donc opérer à la fois des falsifications et des vérifications si on veut avancer. Si on privilégie la falsification, on aboutit à des théorie à grand contenu mais peu certaines. Si on favorise la vérification, on aboutit à des théories à faible contenu mais ces contenus ont un niveau de certitude plus élevé. Popper (1963) a clairement identifié ce dilemme. Il propose la notion de verisimilitude comme moyen de mesurer la croissance de la connaissance et la valeur relative de théories concurrentes et fonction de ces deux critères. Une théorie à haute verisimilitude est une théorie disposant à la fois de plus de contenus et d’un niveau de certitude plus élevé que des théories concurrentes.

Pour illustrer ces idées Poppériennes avec la crise COVID-19, le mythe, ou, plutôt, le fond commun de savoir disponible pour traiter cette maladie, mélange de contenus vrais et de contenus faux, existait dès le début, car la médecine n’est pas née hier. Le SARS-CoV-2 appartient à une famille de virus auxquels les médecins et chercheurs ont déjà été confrontés. Dès que ce nouveau virus et les premiers malades COVID-19 ont pu être identifiés, la connaissance relative à cette famille de virus a pu être mobilisée. La science médicale dispose également d’immenses bases de savoir concernant des milliers de médicaments et leurs modes d’action. Les mécanismes physiologiques et divers symptômes de la maladie ont pu chacun être mis en rapport avec cette base de connaissance, et des idées ont forcément germé dans la tête des scientifiques et médecins à la recherche de solutions. On disposait donc dès le départ d’une théorie à grand contenu concernant les approches thérapeutiques disponibles pour soigner les malades COVID-19, mais à faible niveau de certitude car établie en soignant des pathologies voisines ou à partir de l’étude de mécanismes physiologiques in vitro. Il fallait donc passer à l’action pour faire le tri entre hypothèses justes et fausses et améliorer jour après jour cette théorie. C’est ce qu’on fait des scientifiques et médecins chinois, efforts qui ont été prolongés par des initiatives à l’IHU de Marseille et l’hôpital de Garches en France, par le Docteur Zelenko aux USA, une équipe brésilienne à Sao-Paulo, et des collectifs de médecins en France puis aux USA et partout dans le monde. Ensembles, il ont augmenté la verisimilitude de la théorie à grand contenu initiale concernant les moyens de traiter la maladie COVID-19, débouchant sur une théorie améliorée résumée par les synthèses déjà citées (Anonymous 2020, McCullough et al. 2020, Risch 2020). Si un plus grand nombre de personnes avait pu être mobilisé, et si une meilleure communication entre ces personnes avait été possible, on aurait débouché sur une théorie présentant une verisimilitude encore plus grande, c’est-à-dire ayant à la fois plus de contenu et plus de certitude sur les contenus. Malheureusement, les pouvoirs publics et des entités privées ont tenté d’entraver (Annexe 2), plutôt que de l’appuyer, le processus scientifique parfaitement légitime (Annexe 1) qui a permis la production et l’amélioration de cette théorie.

En effet, les autorités médicales ont choisi le vérificationnisme, afin de favoriser la certitude au détriment du contenu. Ignorant une grande part du savoir établi car le jugeant trop incertain, elle a produit sa propre théorie qu’elle a opposée, plutôt qu’intégrée, au savoir existant. L’essai randomisé, instrument privilégié du vérificationnisme, a sans cesse été invoqué comme s’il était le seul moyen de produire un savoir valide, conduisant à faire table rase de tout le savoir acquis. Toute connaissance n’étant pas certaines à 95% ou plus a été discréditée, parce qu’elle serait « non prouvée » ou « anecdotique »[4]. Les acteurs produisant de la connaissance par d’autre moyens, notamment les médecins, détenteurs du savoir médical accumulé pendant des générations et producteurs de nouveaux savoirs par leur expérience quotidienne avec les malades, ont été mis au banc. Leur droit de prescrire a été contesté ou des mesures ont été prises pour l’entraver. Des résultats scientifiques ont été étiquetées « fausses nouvelles »[5] tout simplement parce que le niveau de preuve n’atteignait pas le seuil critique de 95%. Une ignorance généralisée a ainsi été construite en opposition au savoir en train de se construire. Des moyens politiques, médiatiques, et technologiques ont été mobilisés pour effacer le savoir en formation ou tout au moins le rendre invisible au public, des lors qu’il était jugé « non prouvé ». Les collectifs engagés dans la production de ce savoir ont été entravés dans leur communication par les algorithmes des réseaux sociaux. Facebook, Google et Twitter se sont donnés le droit de décider quelle information a le droit de circuler en mobilisant des algorithmes de censure. Ces algorithmes n’ont validé que les contenus étroits acceptés par des experts occupant des positions institutionnelles élevées (à l’OMS ou dans des commissions scientifiques), et rejeté le vaste savoir établi par les chercheurs et médecins mobilisés dans la recherche et le traitement des malades. Ils ont donc entravée la conduite normale de la science et la production d’une théorie à haute verisimilitude sur la manière de traiter les patients COVID-19 (Annexe 2).

Les promoteurs de cette ignorance socialement construite ont alors pu prendre une feuille blanche et commencer à inscrire les signes d’un nouveau savoir présentant seulement les contenues « vrais » selon leurs critères. Ainsi nous avons pu « apprendre » que les traitements à base d’HCQ ne marchaient pas, que le remdesivir réduisait de 3 jours la durée d’hospitalisation des patients COVID-19, et que les corticoïdes sont utiles pour faire face à l’orage de cytokine aux stades graves de la maladie, chose que l’on savait déjà mais qui n’avait pas encore été prouvée par un essai randomisé.[6] Remettre ainsi les pendules de la connaissance à zéro pose des questions éthiques[7] pour lesquelles il faudra rendre des comptes, car cela a conduit à placer les malades dans une vide thérapeutique.

Autre problème révélant l’absence de sens pratique de l’approche vérificationnisme et le mépris de tout ce qui n’entre pas dans con cadre : il n’y a eu aucune tentative de falsifier le savoir acquis. La théorie à large contenu établie par les collectifs de médecins ne demandait qu’à être soumise au test de la falsification et mobilisant un collectif plus large de chercheurs. Sa principale conclusion, que la combinaison HCQ/AZI/Zn appliquée dès les premiers stades de la maladie réduit de manière très significative la durée de portage viral, les risques d’aggravation, et les taux de décès et d’hospitalisation, aurait pu être soumise à des tests supplémentaires. Des essais randomisés auraient été non éthique du point de vue des chercheurs qui ont mis au point ces traitements, car ils disposent déjà d’un niveau de preuve élevé que ce traitement est bénéfique et ils ne peuvent donc pas le refuser à leurs patients. Un observateur extérieur peut être sceptique à la lecture de leurs publications, mais leur expérience au contact de centaines ou milliers de patients COVID-19 va bien au-delà de ce qu’ils peuvent exprimer dans un article. Il est donc légitime que le niveau de certitude des auteurs des études soit plus grand que celui de ceux qui les lisent. Si des médecins et décideurs sont sceptiques à la lecture de ces articles, il leur revient donc de mettre en œuvre des essais cliniques. C’est en tout cas une approche préférable au déni des faits observés. Pourtant ils ne l’ont pas fait. Un seul essai randomisé testant ce traitement a été lancé et il a été arrêté après avoir recruté 20 patients.[8]

On peut s’étonner de cet acharnement à dénigrer toute conclusion qui aurait été produite sans utiliser les outils considérés comme permettant le niveau de preuve le plus élevé, c’est-à-dire sans conduire d’essais randomisés. Cette situation pourrait s’expliquer par le rôle joué par la preuve dans un autre domaine : le droit. En effet, si la preuve n’est pas une nécessité pour faire une affirmation dans le domaine scientifique, elle l’est lorsqu’il s’agit d’affirmer quelque chose qui a des conséquences juridiques. Une théorie scientifique est acceptée dès lors qu’elle s’accorde mieux avec les faits que toute autre, même si elle n’est pas prouvée. Sa fonction est de formuler l’état présent des connaissances afin de soumettre cette connaissance à la falsification pour l’améliorer. Mais dans un tribunal, la même théorie devra être prouvée si elle est utilisée pour justifier une accusation, car une accusation potentiellement fausse n’est pas moralement acceptable. Il semble que l’on ait fait glisser la logique de la pratique juridique vers la pratique de la science, ce qui pourrait s’expliquer par le fait que celle-ci est utilisée dans les procès, notamment quand les accusés sont des firmes dont les procédés industriels sont suspectés de conséquences écologiques ou sur la santé humaine. Si la science des firmes pétrochimiques, agro-alimentaires, ou pharmaceutiques les conduit à fabriquer des produits aux effets néfastes, elles exigent, lorsqu’elles sont accusées, que ces effets soient prouvés. Pourtant, dans une optique de réduction des risques et dans un contexte d’incertitude scientifique, et considérant que les firmes ne peuvent être mises en prison et qu’aucune question morale n’est donc directement posée par l’arrêt de leurs agissements, on devrait pouvoir règlementer leurs actions en se basant sur les théories qui s’accordent mieux avec les faits que toutes autres, sans attendre des preuves définitives qui ne pourraient jamais survenir. On entrevoit facilement que ces firmes feront tous pour éviter l’application d’un tel principe de précaution car de telles règlementations réduiraient leur liberté d’action et leurs profits. Les règles qui en découleraient les empêcheraient de faire ce qu’elles veulent dans l’espace des faits non définitivement prouvés, qui constitue l’essentiel du domaine du savoir pour des sujets comme les impacts environnementaux ou sur la santé de leur produits et procédés de production. Ainsi l’exigence de preuves définitives devient le nouveau standard de la science, justifié non pas par l’épistémologie, mais par l’utilisation de la science dans la pratique du droit.

Sens du jeu et raison pratique

Un des grands apports de la pensée de Bourdieu, pertinent pour notre discussion, est sa démonstration que l’être humain ne produit pas de la connaissance en inscrivant un à un les termes d’une équation sur une feuille blanche, comme le ferait un chercheur scientiste vérificationniste qui considèrerait que l’on ne sait rien tant que l’on n’a rien vérifié par un essai randomisé, ou comme le font les économistes lorsqu’ils développent des équation appelées fonction d’utilité pour exprimer les préférence des individus. Les êtres humains dans leur vie pratique, y compris les scientifiques les plus radicalement scientistes, ne limitent pas leur connaissance à ce qui a été prouvé. Il ne prennent pas leurs décisions en se basant exclusivement sur des calculs explicites ou conscients des couts et bénéfices, ou du niveau de satisfaction de leurs préférences selon les termes posés dans des équations. Dans son cours au Collège de France en 1992-1993, Bourdieu (2017) remet en cause la pensée économique qui fait ces postulats, et j’utiliserai ici ses conclusions pour renforcer cette critique du scientisme.

Certes les économistes sont de plus en plus d’accord pour dire que les êtres humains ne considèrent pas seulement les couts et bénéfices matériels ou monétaires lorsqu’ils prennent des décisions, et que leurs « calculs » n’impliquent pas seulement des chiffres. Les modèles individualistes des économistes permettent de représenter certaines formes d’altruisme, en postulant que bénéficier à l’autre peut contribuer à faire qu’on se sente bien et augmenter les options que l’on aura dans le futur, grâce à un accroissement du capital social. Il n’en demeure pas moins que les économistes orthodoxes ramènent toujours les décisions individuelles à des choix conscients et rationnels motivés par l’intérêt ou les préférences individuelles, et que tous leurs modèles sont basés sur ce postulat. Les économistes ont cette vision du monde car c’est la seule qu’ils ont été en mesure de produire dans un langage mathématique et qu’ils peuvent tester dans le monde réel en utilisant les méthodes dites « empiriques » de l’économétrie, ou par l’approche expérimentale, qui est de plus en plus en vogue. Ils n’ont inclus dans leur modèle que des variables qui peuvent être facilement mesurées et dont on peut faire varier la valeur afin de mesurer l’effet de ces variations. Ils limitent donc leur vision du monde à ce qui est mesurable. Il s’ensuit qu’ils postulent que le monde réel est à l’image de leurs modèles, que le comportement humain peut être prédit par ces modèles, et que la gestion des affaires humaines se réduit à jouer avec les variables présentes dans leurs modèles. Ainsi, tout ce qui est extérieur à leurs modèles, c’est-à-dire tout ce qui est extérieur à ce qui est objectivement connu, demeure invisible, voire n’existe pas. On reconnait bien là les traits du scientisme et on peut entrevoir le risque de dérive totalitaire comme dans le cas du socialisme scientifique. Si les choix individuels pénalisant l’individu ou la société s’expliquaient par des erreurs de calculs ou de logique, ou par un manque d’information, alors des observateurs externes mieux informés et se considérant meilleurs calculateurs pourraient se donner le droit de décider pour les autres, ou tout au moins d’orienter les choix des autres vers ce qu’ils jugent optimal.

Pour remettre en question cette vision, Bourdieu (2017) analyse les échanges de dons et contre-dons. Il montre que pour que le don joue son rôle social, qui est de cimenter des relations entre individus afin de constituer un tissu social sans lequel les humains ne pourraient survivre et s’épanouir, il doit être la négation de ce qu’il est, c’est-à-dire qu’il doit être authentiquement généreux car c’est cette générosité qui est la cause du lien social et de l’amour qui conduisent à la réciprocation. L’acte du don sert donc l’intérêt de celui qui donne mais si cet intérêt était calculé et conscient, alors le don ne pourrait plus jouer ce rôle. Si l’acte fondamental de la vie sociale est non pas le calcul mais la négation du calcul, on voit mal comment le calcul conscient de l’intérêt pourrait guider la société. Il pourrait, au contraire, la détruire.

Si, donc, l’être humain ne calcule pas ses actes de manière consciente, par quoi est-il guidé ? Bourdieu propose la notion d’habitus, qu’il définit comme une série de « dispositions » que chaque individu acquiert au cours de sa vie et dans le groupe social auquel il appartient. Contrairement au calcul qui est plus ou moins instantané, et dont le résultat ne dépend que de l’état d’un nombre fini de variables au moment où il est fait, l’habitus est donc historiquement constitué. Une décision motivée par l’habitus dépend de l’histoire de l’individu, pas seulement de la situation dans laquelle il se trouve. Elle est dépendante du passé, y compris de mythes vrais ou faux et qui pourraient en partie avoir été oubliés ou relégués dans le subconscient. L’habitus confère également à l’individu une identité sociale puisqu’il s’est constitué au sein d’un groupe particulier. Il permet une « distinction », autre concept bourdieusien majeur, entre groupes et entre individus. Cette distinction est cultivée car dans le cas contraire, l’individu se trouverait en dissonance au sein de son groupe, ce qui serait source d’anxiété car l’être humain est un être social qui ne peut s’épanouir dans l’isolement. Certes il est possible de changer de groupe, mais cela ne conduirait qu’à adopter un autre habitus, principe dont l’humain ne peut donc pas s’affranchir. Si cette élimination avait lieu, les humains deviendraient tels des atomes calculateurs, se trompant sans doute très souvent dans leurs calculs, et la société et l’amour disparaitraient. L’habitus peut donc être vu à la fois comme porteur d’imperfections, si on l’envisage dans un monde théorique ou tout pourrait être calculé afin de falsifier tout ce qui est faux, et comme une dimension nécessaire et inéluctable de la condition humaine, si l’on reconnait que tout ne peut être calculé et que remplacer l’incalculable par du vide viderait l’existence humaine de son sens.

L’habitus est donc ce qui permet à l’individu d’évoluer avec succès dans la société, dans un groupe social particulier et historiquement constitué, sans avoir à faire à chaque instant des calculs sophistiqués. C’est une sorte d’instinct propre à l’humain, un « sens du jeu » social qui permet à chaque individu d’être un agent autonome, contraint par les structures sociales mais libre néanmoins car pouvant développer des stratégies à condition qu’elles s’accordent avec les règles du jeu. Ainsi doté de son habitus ou de ses dispositions, l’être humain peut évoluer dans ce que Bourdieu appelle le champ social, ou tout simplement « champ ». Si l’on continue la comparaison avec les concepts clef de l’économie, le champ est le substitut du marché, tout comme l’habitus est le substitut du calcul. La différence principale entre champ et marché est que le premier n’est pas un espace neutre. Il est structuré par une distribution de pouvoir inégale entre individus et groupes sociaux, pouvoirs qui reflètent la distribution inégales de différentes formes de capital : humain, social, économique, naturel, et symbolique. Le capital symbolique, que l’on peut tout simplement appeler prestige, joue un rôle central dans la pensée de Bourdieu car toute forme de capital peut être convertie en capital symbolique et vice-versa. Chaque individu cherchera donc à accroitre son capital symbolique, en utilisant son habitus ou « sens du jeu » pour évoluer dans le champ. Chaque individu agira non pas en tant qu’agent rationnel, c’est-à-dire pas en tant que personne faisant des choix optimaux sur la base de calculs conscients réalisé dans l’instant en considérants seulement les variables du système au moment de la prise de décisions. Il agira plutôt en tant qu’agent « raisonnable », guidé par son habitus, qui est le « principe non choisi de tous ses choix », s’est constitué collectivement et historiquement, et a pour fonction principale de servir de guide pour l’accroissement du capital symbolique.

Bien entendu, tout ceci ne signifie pas que le calcul ne joue aucun rôle dans la prise de décision humaine. L’habitus n’est pas infaillible et le calcul est sans doute un des éléments qui permet de l’ajuster dans le temps, lorsqu’il devient inadapté car ne changeant pas aussi vite que la société ou l’environnement naturel, un décalage que Bourdieu appelle « effet Don Quichotte ». Le calcul est possible dans un grand nombre de situations et lorsque cette possibilité existe, il doit être utilisé. Mais le monde réel se prolonge au-delà de cet espace où le calcul est possible, et l’habitus nous permet de prendre en compte cet espace étendu, grâce au savoir constitué historiquement et collectivement qu’il véhicule. L’habitus est une sorte de routine inconsciente qui nous permet de prendre des raccourcis sur le calcul ; qui nous permet de ne pas répéter les calculs lorsque d’autres avant nous les ont déjà réalisés face à des situations similaires. Il permet ainsi de faire face à des situation complexes, quand on ne dispose pas du temps et des ressources nécessaires pour tout calculer, ou quand tout n’est pas calculable. Il est le meilleur substitut à l’ignorance lorsque celle-ci ne peut être remplacée par le résultat d’un calcul. L’habitus, c’est donc ce qui nous permet d’avoir raison dans l’action, par extrapolation de situations antérieures. C’est un principe qui dote les humains d’une raison pratique, malgré l’impossibilité d’une rationalité calculée, dans la majorité des situations auxquelles ils font face au quotidien. Seul Dieu pourrait s’en passer. Mais c’est aussi un principe porté par l’individu et s’inscrivant dans un champ social spécifique. Il n’a donc pas la portée universelle et l’idéal d’objectivité du calcul.

Pour en revenir au sujet de cet article, reconnaitre la valeur du calcul, c’est reconnaitre la valeur de la science et de ses méthodes les plus performantes. Et reconnaitre la valeur de l’habitus, c’est reconnaitre les limites de la science et ne pas tomber dans le piège du scientisme. Lorsqu’il s’agit de progresser dans la connaissance, l’habitus et le calcul sont donc des ressources indissociables et indispensables. Pour faire le lien avec les concepts de Popper, l’habitus s’inscrit dans le mythe tandis que le calcul est un outil au service de la falsification. Malheureusement, lorsqu’il s’agit de progresser socialement, les deux notions peuvent être antagonistes. La fonction principale de l’habitus est de guider les mouvements dans le champ pour accroitre le capital symbolique. Ceci peut se faire contre les résultats du calcul, si ceux-ci débouchent sur des conclusions qui ne sont pas celles permettant de se positionner favorablement dans le champ. L’habitus sera alors une force biaisant le calcul ou conduisant à ignorer ses résultats. Si la société était monolithique, constituée d’un seul groupe humain où tous avaient le même habitus, sans doute celui-ci pourrait-il mieux servir le bien collectif et être plus facilement révisé sur la base de l’expérience collective. Mais lorsque la société est divisée en groupes, chacun développe l’habitus qui lui convient pour gagner face aux autres dans le champ social. Ainsi l’habitus cesse de servir le bien public et entre en contradiction avec la connaissance objective. Il ne se contente plus de combler les vides dans les situations ou tout ne peut être calculé.

En ce qui concerne le débat sur le traitement du COVID-19, on voit en fait s’affronter deux groupes sociaux distinct constitués d’individus qui n’ont pas le même habitus, qui évoluent dans des champs différents, et qui instrumentalisent le calcul pour avancer dans leur champ au lieu de le mettre au service du savoir. C’est ce qui explique les déclarations contradictoires que l’on entend, mais aussi certaines déclarations irrationnelles ou illogiques sur le plan scientifique car reflétant une stratégie employée pour avancer dans le champ selon des critères sociaux, y compris politiques, plutôt que pour faire avancer la connaissance objective.

Je prendrai comme exemple deux articles qui ont eu une forte influence sur le débat. Le premier est l’article de Mehra et al (2020) publié par la revue The Lancet. Cet article a été retiré suite à des critiques (Watson 2020) restées sans réponses et associées à de très fortes présomptions de fraude.[9] Mais même s’il n’était pas une fraude, même si ses données étaient réelles et les analyses des auteurs correctes, cet article ne remettrait pas du tout en cause l’efficacités des traitements à base d’HCQ développés à l’IHU de Marseille comme certains le prétendaient. En effet, bien que les auteurs concluent que ces traitements ne devraient pas être utilisés en dehors d’essais cliniques,[10] ils écrivent également, quelques lignes avant cette affirmation, que leurs données ne portent pas sur l’utilisation de ces traitements en médecine ambulatoire.[11] Comment expliquer ces deux affirmations contradictoires ? Car si les conclusions de l’article ne s’appliquent pas au contexte ambulatoire, alors l’article ne dispose pas de l’autorité lui permettant d’affirmer que l’HCQ ne devrait pas être utilisée hors essais cliniques, puisque ceux qui proposent cette utilisation indiquent que c’est surtout en début de maladie, avant hospitalisation, que l’HCQ est efficace. Pourtant, c’est cette autorité qui a été donnée à l’article par les politiciens et les experts qui les conseillent, qui reprennent la phrase de conclusion en omettant de préciser qu’elle ne s’applique pas à la médecine ambulatoire. Cette attitude irrationnelle peut s’expliquer par leur habitus : ils ont tout simplement prélevé dans l’article la phrase qui leur permet d’avancer dans leur champ, et ignoré celle qui pourrait porter atteinte à leur capital symbolique en remettant en cause une rhétorique qu’ils ont déjà acquise (la rhétorique du déni de l’efficacité de HCQ/AZI).

Cet exemple de l’article de Mehra et al. (2020) n’est pas un cas isolé. On retrouve une logique similaire dans une méta-analyse publiée par des chercheurs affiliés à l’INSERM et portant sur les études relatives aux traitements à base d’HCQ (Fiolet et al 2020). Dans cette étude, les auteurs affirment que l’HCQ utilisée seule n’est pas effective pour le traitement des patients COVID-19, que la combinaison HCQ/AZI augmente le risque de mortalité, et qu’il n’est nul besoin de conduire des études supplémentaires pour évaluer ces molécules.[12] Là encore, on trouve une conclusion qui va au-delà de ce que les données peuvent dire. A nouveau, les auteurs agissent comme s’ils ignoraient que les traitements à base d’HCQ sont préconisés essentiellement pour le traitement de la maladie COVID-19 dans ses premiers stades, le plus vite possible dès la déclaration des premiers symptômes, en médecine ambulatoire et pour réduire les risques d’aggravation et d’hospitalisation. Ils affirment que sur les 29 études qu’ils ont analysées, toutes sauf une (Skipper et al 2020), qui en outre porte sur l’HCQ non associée à l’AZI, concernent des patients COVID-19 hospitalisés. Ils indiquent également que leur méta-analyse n’établit pas de sous-groupes selon le stade ou le niveau de gravité de la maladie. Comme pour l’étude Mehra et al (2020), l’étude de Fiolet et al (2020) n’a donc aucune autorité pour affirmer quoi que ce soit sur l’efficacité du traitement HCQ/AZI en médecine ambulatoire. Malheureusement, leur habitus les conduit à se donner cette légitimité car fidèles à la logique scientiste, ils considèrent que le savoir qui n’est pas supporté par le niveau de preuve le plus haut n’existe pas. Ils comblent ensuite le vide ainsi créé avec des contenus qui leur permettent d’avancer dans leur champ, et gonflant une théorie étroite et juste (l’HCQ et l’AZI ne fonctionnent pas en milieu hospitalier, en moyenne, dans le contexte des 29 études passées en revue) pour en faire une théorie plus large mais fausse (l’HCQ/AZI ne fonctionne pas quel que soit le contexte).

La conclusion que Fiolet et al (2020) devraient formuler n’est donc pas qu’il n’est pas utile de conduire des nouvelles recherches sur l’HCQ et l’AZI. C’est, plutôt, qu’il faudrait enfin se décider à conduire de telles recherches pour tester les traitements à base d’HCQ/AZI ou HCQ/AZI/Zn sur des patients COVID-19 non hospitalisés, puisque leur étude confirme, justement, qu’aucun essai testant cette approche n’a été conduit. Fiolet et al (2020) sont donc allés plus loin que Mehra et al, qui avaient au moins le mérite d’appeler à la conduite d’études complémentaires. En déclarant que de telles études sont inutiles, Fiolet et al. (2020) jouent un jeu qui ne se situe pas dans le cadre de la science mais qui s’inscrit pleinement dans le champ politique. Ce jeu a pour effet de faire taire une dissonance, et donc de clore un débat qui est une nécessité scientifique pour tout le monde mais une nuisance politique pour certains. Sans doute les auteurs n’ont-ils pas fait ce calcul politique, et sans doute n’ont-ils pas l’intention d’obscurcir le débat en prétendant qu’une controverse est close. Mais leur sens du jeu ou habitus les a conduits à agir selon cette logique, afin de s’accorder aux attentes du champ social auxquel ils appartiennent, champ qui est plus préoccupé par la nécessité de gagner une bataille qui mêle politique, egos, et idéologies, que par la nécessité de révéler une vérité scientifique.

Qu’en est-il maintenant du camp adverse, qui a en son centre le Professeur Raoult et l’IHU de Marseille en France, et le Docteur Zelenko aux USA ? Bien sûr Didier Raoult et ceux qui le soutiennent cherchent aussi à augmenter leur capital symbolique et d’avancer dans le champ social. Mais Raoult dispose d’outils pour cela : des vidéos qu’il poste sur internet et qui lui permettent de conquérir son espace social. A côté de cela, l’univers social dans lequel il construit son habitus de chercheur est celui des malades. Cet univers le met face à ses responsabilités ; il le met à l’épreuve de faits qui dépendent directement des résultats de sa recherche. Il n’a pas le droit de se tromper médicalement car alors ses patients mourraient et son capital social à Marseille serait perdu. On ne peut en dire de même des chercheurs qui se contentent de manipuler des données sans voir de malades, et qui ne seront évalués que sur la cohérence interne de leur rhétorique ou de leurs modèles, c’est-à-dire selon des critères méthodologiques.

Raoult dispose aussi d’une vision de la pratique de la science qui a échappée aux pièges scientistes. Il reconnait certes la valeur de l’expérimentation mais ne considère pas que les essais randomisés sont le seul moyen d’obtenir des preuves scientifiques sur l’efficacité d’un médicament. Il ne peut être scientiste car s’il n’utilisait que la connaissance prouvée par des essais randomisés pour traiter ses malades, il ne lui resterait que très peu d’options. Et s’il donnait des placebos à la moitié des malades dans le cas de traitements non validés par de tels essais, il les exposerait à des risques accrus de ne pas guérir. C’est donc la pratique, dans son cas, qui trace la ligne de démarcation entre savoirs valides et non valides. Il sait aussi que l’inférence ne se fait pas que par l’analyse statistique. Tout être humain infère au quotidien en observant des régularités et cette inférence dans l’action est source de l’essentiel des connaissances que nous utilisons dans notre vie quotidienne et professionnelle. Elle fait de chacun de nous un expert dans des domaines spécifiques, y compris dans des disciplines scientifiques. Une expérience célèbre (Dreyfus et Dreyfus 1986) a montré que les experts les plus performants, dans la réanimation cardiaque par exemple, agissent à l’instinct et pas seulement selon des procédures scientifiquement calculées et optimisées. C’est en brisant les règles pour parer à l’imprévisible dans l’urgence qu’ils augmentent le taux de ressuscitation de leurs patients. C’est dans un tel univers pratique, où les décisions doivent être prises rapidement, que Raoult mobilise sa connaissance. Dans cet univers, il fait l’expérience, comme des milliers d’autres médecins, que comparer l’état des malades avant et après traitement permet d’avancer plus vite et donc de sauver plus de gens que comparer des malades traités et non traités en suivant des protocoles rigides. Son approche est en outre plus éthique dès lors que l’on a de fortes présomptions sur l’efficacité d’un traitement que l’on ne pourrait donc pas refuser aux patients. Ainsi, l’habitus de Raoult et des médecins qui, comme lui, prescrivent des traitements sans preuve définitive de leur efficacité, aux yeux de ceux qui n’ont pas fait l’expérience directe de leur pratique médicale, cet habitus donc, mobilise l’intelligence humaine dans ce qu’elle a de plus large, au-delà du calcul, parce qu’il est resté ancré dans la pratique. Il est la raison pratique de la médecine et permet de développer une expertise au-delà de la connaissance scientifique calculée.

Enfin, au-delà de l’IHU et des scientifiques et médecins qui suivent ses recommandations, le camp adverse face au scientisme, c’est aussi l’opinion publique. On entend souvent dire que trop de gens qui n’ont pas de compétences médicales et scientifiques ne devraient pas prendre position dans le débat. Pourtant, ces gens traitent aussi de l’information, se documentent, font confiance aux scientifiques sur les questions auxquelles ils ne peuvent pas répondre eux-mêmes, et surtout, font directement ou indirectement l’expérience de la maladie, en tombant malades ou à travers leurs proches qui tombent malades, et par le changement de leurs modes de travail, de leurs relations familiales, de leur revenu, de leur état psychologique. Ils font l’expérience complète de la crise COVID-19 et s’ils pouvaient calculer les couts et bénéfices de telle ou telle manière de gérer l’épidémie, ils se baseraient sur tous ces aspects de leur expérience. Ils ne se limiteraient pas à compter le nombre de morts selon que l’on adopte tel ou tel traitement, tel ou tel règle de distanciation sociale, et tel ou tel mode de réorganisation du travail. Ils savent très bien que même si une politique A réduit de x% le taux de décès par rapport à une politique B, cela ne signifie pas que la politique A est meilleure que B, tout simplement parce que la réduction du taux de décès COVID-19 n’est pas son seul effet.

Les décideurs semblent avoir oublié cette évidence. Personne n’est en mesure de calculer le bénéfice d’une politique COVID-19. Car pour y arriver, il faudrait calculer les suicides additionnels, les dépression et pertes de bien être causés par l’isolement, le chômage, et les pertes de revenus causées par le ralentissement ou l’arrêt temporaire de l’économie. Il faudrait aussi mesurer les décès additionnels causés par la peur de se rendre à l’hôpital pour se faire soigner au plus haut de la crise, ou par les retards pris dans le suivi de malades graves. Et il faudrait mesurer tout cela dans le long terme. Ni les décideurs ni les citoyens ne sont en mesure de faire ces calculs, mais tous ont leur idée sur la question, idée qui se manifeste dans leur habitus. Cet habitus est également le reflet de leur agenda, de leurs objectifs, de leur stratégie pour avancer dans le champ, stratégie qui est politique pour le décideur, et qui reflète les soucis et espérances de l’existence quotidienne pour les citoyens. L’habitus du décideur le conduira donc à prendre des décisions qui maximisent son capital politique. Vu que le seul élément calculable de la crise est le nombre de personnes décédées directement du COVID, et que ce nombre est médiatisé à outrance, le politicien prendra donc les mesures qui selon lui minimisent ce chiffre, ignorant tous les autres critères. Le citoyen, de son côté, regardera ce chiffre mais évaluera aussi les autres impacts, même s’il ne peut les calculer. Son habitus se substituera au calcul pour l’orienter vers un mode de vie qui maximise son bien-être selon cet ensemble de critères, et lui fera préférer des politiques qui s’accordent avec ce mode de vie. C’est pourquoi il exprimera son scepticisme face aux mesures de confinement.

Pour revenir à la question des traitements, le citoyen, faisant l’expérience des multiples impacts de la crise COVID-19, percevra que quelque chose ne va pas dans cet acharnement à rejeter tout traitement dont l’efficacité n’est pas prouvée par un essai randomisé. Il sera réceptif aux traitements qui donnent espoir car il fait l’expérience au quotidien des conséquences de ne pas avoir de traitement. Cela pourrait le biaiser en faveur de traitements qui ne marchent pas. Mais cela abaissera également, à juste titre, le niveau de preuve minimal qui peut le convaincre d’accepter un traitement, par rapport au décideur. Dans le champ du politicien, le cout de l’utilisation d’un traitement qui ne marche pas est plus élevé que celui de la non-utilisation d’un traitement qui marche, si personne ne sait qu’il marche. Mais pour le citoyen, c’est le cout de la non-utilisation d’un traitement qui marche qui est le plus élevé. Il est donc légitime de se demander quel est l’habitus porteur de plus de sens même lorsqu’il s’agit de prendre des décisions médicales : celui du citoyen, du médecin praticien, du politicien, ou du scientifique ? Une chose est sure en tout cas : tous révèlent une dimension de la réalité qui compte.

Pour éviter tout risque de malentendu, j’insiste sur le fait que je ne dis pas ici que le citoyen a toujours raison. L’habitus peut se tromper, d’un côté comme de l’autre. Mais lorsque le calcul ne peut pas apporter une réponse claire sur les questions qui comptent (sur les cout et bénéfices de telle ou telle politique), il ne faut pas le remplacer par le seul calcul que l’on sait faire (la mesure du nombre de cas et décès COVID-19 selon la politique adoptée). On peut faire ce calcul mais il n’est qu’un élément dans un débat qui doit être élargi par la prise en compte des désirs des uns et des autres exprimés dans leur habitus.

La science médicale en action

La science est donc une activité sociale, comme toute activité humaine, et elle n’est pas objective, car elle implique des choix qui sont fait par des sujets. L’objectivité est son idéal mais cet idéal ne peut être réalisé, imparfaitement, qu’à certaines étapes. Quand un chercheur dit « cette molécule réduit de x% le risque de mourir sur ce groupe de malade dans le cadre de cet essai et on peut être sûr à 95% que cette conclusion est juste », il ne fait qu’exprimer le résultat d’un calcul. Le chercheur est objectif et on peut le croire, s’il est compétent et honnête. Mais le choix de la molécule testée (nouvelle et à haute valeur marchande plutôt que repositionnée et source de profits quasi-nuls), du contexte thérapeutique (hospitalier plutôt qu’ambulatoire) et social (un hôpital disposant de toutes les ressources nécessaires ou moins bien doté), ainsi que de la méthode (comparaison avec placebo ou comparaison avant/après traitement) sont des choix subjectifs, déterminés par le sens du jeu ou habitus du chercheur et qui ne peuvent être guidés simplement par des calculs. Or ces choix ont autant et même plus d’influence sur la capacité à trouver une solution thérapeutique que la rigueur employée dans la mise en œuvre de l’étape ultime de ce processus que peut être l’essai randomisé.

Si l’on veut avoir un avis critique sur une théorie scientifique, il faut donc regarder l’ensemble des processus qui ont conduit à son élaboration, et non pas se limiter à lire les conclusions de l’essai. Il faut s’intéresser à la « science en action » (Latour 1987), c’est-à-dire chercher à comprendre le contexte social dans lequel cette théorie est construite. C’est ce qu’a fait Bruno Latour (Latour et Woolgar 1979), en s’installant dans un laboratoire de recherche biomédicale et en observant une « société » de chercheurs avec le même regard distancié que s’il s’agissait d’une tribu exotique. Ce qu’il a vu à l’œuvre, c’est une « machine » qui fait des « inscriptions », qui « produit » des « faits scientifiques » et les théories qui en découlent. Plus cette machine est puissante, plus elle est capable de produire des faits et de les faire accepter comme vrais, ainsi que les théories qui en découlent, par le reste de la communauté scientifique, contre des théories concurrentes. Cette puissance, la machine la tire de ses réseaux sociaux, de son influence sur des institutions clef comme les comités éditoriaux des journaux, de son ancrage politique et financier, qui lui permettent d’acheter des équipements, de recruter des scientifiques toujours plus nombreux et plus performants et de les mettre à son service. Cela conduit, mais je formule ici une interprétation personnelle inspirée de la lecture de Latour, à ce que malgré son idéal d’objectivité qui est bien réel, la science n’échappe pas aux forces sociales régies par des intérêts particuliers et subjectifs. Elle devient redevable envers ses clients politiques et ses financiers plutôt qu’envers la « réalité » ou la « nature », puisque celle-ci crée les inscriptions que lisent les chercheurs, mais seulement celles qu’ils veulent bien lire, et n’a ensuite rien à « dire » puisqu’elle n’a pas d’existence sociale au sein de la machine, ou n’a que l’existence sociale que les humains veulent bien lui donner.

La « vie de laboratoire » a été publié en 1979 et Bruno Latour est devenu depuis l’un des sociologues les plus écoutés dans le monde. Pourquoi donc les sociologues des sciences ne disent rien ou pratiquement rien sur les « machines » qui actuellement produisent des résultats scientifiques sur le COVID-19 ? Je pense que c’est parce qu’il y a eu une étrange inversion dans la pensée critique, par rapport à ce que l’on aurait pu attendre ou espérer suite à la publication de la « science en action ». Ce travail a montré que la science ne suit pas le canon ou idéal qu’elle s’est donnée. Des processus sociaux très puissant l’en écartent et ils sont incontournables puisque l’homme vit forcement en société. Ceci aurait dû conduire à tenter tout ce qu’on peut pour sauver l’idéal de la science, non pas pour le garder pur, ce qui est une mission impossible, mais pour s’en écarter le moins possible. Mais au lieu d’inspirer des travaux qui auraient permis de redresser la situation en identifiant les causes sociales de biais scientifique et en imaginant des moyens de les réduire, l’œuvre de Latour a en fait conduit à ériger la « science en action » en nouveau canon de la science. On a remplacé l’idéal de la pratique scientifique par la pratique elle-même alors que celle-ci est corrompue. Ce n’était sans doute pas ce que Latour souhaitait, mais c’est ce qui s’est produit. Une des conséquences est que le relativisme ontologique, c’est-à-dire l’idée qu’il existe autant de vérités qu’il existe de points de vue, est devenu omniprésent dans de nombreuses branches des sciences sociales. Toutes les théories sont mises à égalité en vertu du fait qu’elles sont le produit de processus sociaux légitimes. Le critère permettant de discerner le vrai du faux s’est déplacé du champ objectif vers le champ subjectif. La chose existant objectivement est confondue avec l’idée subjective que l’on a de cette chose, comme si les deux étaient égales.

L’explication de cette inversion pourrait être une règle méthodologique posée par Latour (1987) dans « La Science en Action » et acceptée depuis comme norme méthodologique en sociologie des sciences : la règle selon laquelle dans une controverse scientifique, les points de vue opposés doivent être analysés de manière symétrique, sans prise de position en faveur d’une position ou de l’autre. Cette règle étant posée, l’analyse d’un certain nombre de processus clefs dans la pratique de la science ne peut plus avoir lieu. En effet, le principe de symétrie conduit à postuler, consciemment ou inconsciemment, que tout débat scientifique est une controverse au sens d’un affrontement entre explications différentes d’un phénomène dont l’explication définitive n’est pas encore connue. Comment alors analyser sociologiquement le déni, puisque pour postuler qu’il y a déni, il faut établir au préalable qu’il y a une position correcte et une position incorrecte ? Et comment analyser le négationnisme ou révisionnisme ? Ainsi on ne peut plus faire la sociologie de la biologie de Lyssenko, du climato-scepticisme, du créationnisme, ou du négationnisme sur la shoah, à moins d’attribuer le même sérieux et la même légitimité à toutes les formes de révisionnisme ou négationnisme que les théories qu’ils remettent en cause, au nom du principe de symétrie. Si on fait le choix de la symétrie, il ne faudra pas s’étonner que révisionnistes et négationnismes s’empareront des analyses de la sociologie des sciences pour justifier un relativisme ontologique et donc leur position. Pour s’opposer à cela, il est urgent de développer une sociologie du déni, du révisionnisme et du négationnisme en science. Si cette sociologie est une sous-branche de la sociologie des sciences, cela remettrait en question la validité des postulat méthodologiques de cette dernière. A noter que cette sociologie du déni ne conduira pas à ériger en certitude définitive la théorie qui fait l’objet du déni. Car le déni en science, ce n’est pas le rejet d’une vérité absolue, puisque celle-ci ne peut jamais être connue avec 100% de certitude. C’est, plutôt, le rejet d’une théorie qui s’accorde avec les faits, en faveur d’une théorie contredite par les faits.

L’erreur très commune qui consiste à confondre la chose et l’idée de la chose, conduisant au relativisme ontologique, et qui permet à chaque « machine » d’imposer sa représentation des faits sans avoir à se confronter au monde réel, peut être comprise par la lecture de l’épistémologue Roy Bhaskar. Selon Bhaskar (1975), trois domaines ontologiques distincts existent qui tous jouent un rôle dans la démarche scientifique. Nous avons le domaine empirique, qui est le domaine des observations. Puis vient le domaine de l’ « actual », qui est constitué de régularités ou formes pures que le chercheur conceptualise à partir de ses observations. Puis vient le domaine du réel, qui est celui des mécanismes génératifs de ces régularités, c’est-à-dire des lois naturelles. La plupart des chercheurs progressent en réalisant des observations et en identifiant ou imaginant des régularités à partir de ces observations, mettant ensuite en œuvre de nouvelles expérimentations pour tenter d’observer celles qu’ils ont imaginées. Il font donc des vas et viens entre seulement les deux premiers niveaux, l’empirique et l’ « actual ». Les chercheurs des sciences naturelles découvrent les régularités grâce aux procédures de contrôle qu’ils appliquent aux objets étudiés, et grâce aux méthodes statistiques d’analyse des données. Ils ferment le système étudié par le contrôle des conditions de l’expérience, afin d’éliminer les bruits qui feraient disparaitre toute régularité et rendraient l’analyse statistique trop complexe ou impossible. Les chercheurs des sciences sociales découvrent les régularités en utilisant un cadre analytique qui concentre leur regard sur une dimension ou aspect de la réalité sociale. Ce cadre analytique joue le même rôle que la procédure de contrôle. Il ferme également le système, permettant de s’éloigner des questionnements qui remettraient en cause la rhétorique en train de se former. Simplement, la fermeture se fait dans la tête du chercheur au lieu de se faire dans le monde matériel. La régularité n’est pas produite en supprimant le bruit dans le monde réel. Elle est imaginée en supprimant le bruit dans l’image mentale produite à partir des observations, grâce au cadre théorique dans lequel cette image mentale est construite. Dans les deux cas, la fermeture du système empêche d’accéder au troisième niveau ontologique qui est celui du réel en tant que système ouvert. La conséquence est que tout aspect du réel qui n’est pas observable et ne produit pas de régularités, dans l’expérience ou dans la tête du chercheur, disparait de son champ de vision.

Ainsi, le chercheur des sciences naturelles confond la réalité avec ses observations, puisqu’il élimine de son savoir tout ce qui ne prend pas la forme de régularités observables, tandis que le chercheur des sciences sociales confond la réalité avec son imagination ou ses désirs, puisqu’il choisit son cadre théorique en fonction de ses désirs concernant ce que le monde devrait être. L’influence croissante du relativisme ontologique observé dans les sciences sociales est donc le miroir du scientisme qui prévaut dans les sciences naturelles, le produit de la même fallacie épistémique. D’un côté, il y a ceux qui ne croient que ce qui est prouvé par une occurrence régulière, prédictible et observable. De l’autre, il y a ceux qui disent que comme rien n’est prouvé et rien n’est régulier, il est non seulement légitime d’imaginer et de croire ce que l’on veut, mais toute chose crue ou imaginée est aussi vraie que toute autre. Dans les deux cas, on n’envisage pas la possibilité qu’il puisse exister des choses au-delà de ce qui est régulier et observé, imaginé, ou désiré. On ignore le bruit parce qu’il est indéchiffrable ou inimaginable. Pourtant ce bruit est bien réel et il pourrait influencer les décisions prises par les humains et l’effet de ces décisions. Des actions guidées seulement par la connaissance qu’ont les hommes des régularités observable ou par leur imaginaire et leurs désirs pourraient être vouées à l’échec du fait de l’ignorance de ce bruit. C’est pourquoi l’habitus, véhicule d’une expérience collective et historique faite dans le bruit et qui pourrait donc dépendre de plus que ce qui est observable, imaginable, ou désirable, est essentiel au sens du jeu et à la raison pratique dans toute activité sociale, y compris dans la pratique de la science.

Ou cela nous mène-t-il concernant notre analyse de la crise COVID-19 ? Clairement, la confrontation de deux habitus que nous avons décrite est soutenue par la confrontation de deux machines, qui chacune cherchent à accroitre leur puissance afin d’imposer leur version des faits. La première se situe dans le paradigme scientiste. Elle tente d’identifier des traitements en réalisant des essais randomisés, en conduisant des méta-analyses des données existantes sans être au contact des malades, en en excluant toute conclusion scientifique qui ne serait pas issue d’essais randomisés ou qui serait produite selon des méthodes qui ne sont pas conformes à ses standards. Elle privilégie la nouveauté scientifique et la spécialisation, et donc les médicaments nouveaux et spécifiques, qui permettent de générer des profits élevés et justifient donc des investissements pour renforcer la machine. La deuxième machine agit directement auprès des malades en se basant sur une connaissance médicale historiquement constituée, et augmente pas à pas ses connaissances en se basant sur l’expérience acquise dans ses agissements. Elle privilégie les médicaments génériques et le fond commun de connaissance et d’expérience déjà accumulé par la médecine, car ceci lui permet de trouver des solutions plus rapidement et à moindre frais.

Clairement, la puissance de ces deux machines n’est pas égale. L’une dispose des ressources financières virtuellement illimitées des laboratoires pharmaceutiques, puisque ceux-ci ont intérêt à ce que de nouvelles molécules sources de profits soient promues. Mais ces ressources financières ne viendront que si les solutions concurrentes non profitables que pourraient être les médicaments génériques sont discrédités, car cette concurrence pourrait annihiler les profits des laboratoires. La focalisation sur l’essai randomisé et les arguments méthodologiques sont l’instrument de cette exclusion, puisque la machine adverse ne dispose pas des ressources pour mettre en œuvre les plus hauts standards méthodologiques, ou considère que les essais randomisés ne sont pas éthiques. La première machine bénéficie également du soutien des gouvernements, des institutions internationales comme l’OMS, et des médias, car elle a réussi à imposer son idéologie scientiste auprès de ces institutions. La deuxième machine gagne son influence sociale par les réseaux sociaux. C’est là pratiquement sa seule sphère d’influence mais la censure par les algorithmes de Facebook, Google ou Twitter réduit fortement cette influence. Mais elle bénéficie de la reconnaissance de ses résultats par les pairs, à travers des publications scientifiques. Lorsqu’un dialogue est établi en confrontant et synthétisant les publications produites par les deux machines, un consensus émerge et faveur du traitement HCQ/AZI/Zn défendu par la deuxième machine, mais la puissance médiatique de la première est mobilisée à plein régime pour rendre ce consensus inaudible en dehors des membres de la communauté scientifique.

En ce qui concerne la fallacie épistémique, il apparait clairement que la machine scientiste est peu disposée à voir au-delà des régularités observables dans les données. Un malade est beaucoup plus qu’une série de donnée mais cette machine non seulement n’est pas au contact des malades, mais elle balaie d’un revers de main tout connaissance produite par ceux qui sont à leur contact, dès lors que cette connaissance ne prend pas la forme de régularités visibles et prouvées par un jeu de données. La possibilité de produire des connaissances par l’expérience dans le bruit de la vie réelle est niée, alors que même les politiques publiques soulignent cette importance (Bégaud et al 2017). La machine scientiste comble ensuite le vide créé, l’espace entre ce qu’elle observe et ce qui existe réellement, avec ce qu’elle a observé, dès lors que cela s’accorde avec son désir. Elle étend ce qu’elle observe dans le cadre précis de ses essais à ce qui existe dans un cadre plus large. Elle confond la notion de validité interne avec celle de validité externe des résultats de l’expérience. L’exemple le plus frappant est l’étude de Fiolet et al (2020) déjà citée. En déclarant qu’aucune recherche supplémentaire sur HCQ et AZI n’est nécessaire, les auteurs attribuent une validité externe (donc valable dans tout contexte) à une conclusion dont la validité n’est qu’interne, c’est-à-dire située dans le cadre des 29 essais qu’ils analysent (qui sont tous conduits en contexte hospitalier, sauf un).

La deuxième machine, par le fait qu’elle apporte des soins aux malades, ancre forcement son analyse dans la vie réelle. Elle accède donc au troisième niveau ontologique et produit un capital de connaissance qui ne se réduit pas à la description de régularités observées. Elle véhicule et produit une raison pratique qui ne peut se résumer à un calcul statistique. Pour un observateur extérieur adoptant le scientisme, le seul moyen d’évaluer les protocoles thérapeutiques utilisés à l’IHU de Marseille est d’étudier les publications et les données disponibles, de se documenter sur les régularités observées, et de mesurer le niveau de certitude acquis concernant les mécanismes causaux de ces régularités, en faisant appel au calcul statistique. Pour cet observateur extérieur, il faut donc fermer le système pour le rendre intelligible. Cet observateur ne peut écouter le bruit qui entoure les données, ou s’il entend ce bruit, il n’y verra que des sources de confusion et d’incertitude. Ce bruit ne produira pour lui que de l’ignorance et à cause de cette ignorance, il ne prescrira pas l’HCQ/AZI au 7ème malade, malgré le succès obtenu sur les 6 premiers (voir introduction). Mais pour les médecins et les patients dont l’interaction a produit les données, le bruit constitue une grande part de l’expérience quotidienne à partir de laquelle des décisions sont prises. Le bruit est donc connaissance, incertaine certes, mais connaissance néanmoins. Le bruit contribue à l’interprétation des résultats car il fait partie de ce qui a conduit aux résultats. Le système ne peut être fermé, car la vie réelle dans laquelle l’action se fait est un système ouvert. Ainsi le médecin, avec l’accord du patient, traitera le 7ème malade à l’HCQ/AZI, suite au succès qu’il a obtenu sur les 6 premiers et en considérant le contexte dans lequel ces résultats ont été obtenus.

Conclusion

La crise COVID-19 et la manière dont elle est gérée sont donc en train de démontrer que le scientisme détruit la science. Et quand il est adopté comme idéologie dominante, il détruit la société. On sait cela depuis longtemps. Les écrits de Hayek, Popper, Bhaskar, Bourdieu, ne datent pas d’hier. On aurait pu également faire référence au travail de Joel De Rosnay (1977), qui souligne la nécessite de disposer de « macroscopes » pour comprendre le monde, idée à rapprocher de la nécessité de produire des théories à grand contenu. Ou Edgar Morin (1977), qui propose une « méthode » nous préparant mieux à l’étude des objets complexes, en regardant les principes prétendus contraires comme étant unifiés dans les objets et phénomènes du monde, à travers des relations « dialogiques ». Il nous rappelle ainsi la nécessité de favoriser les débats dialectiques entre parties adverses et d’être animé par un idéal de fusion plutôt que d’opposition. Ou encore Jacques Ellul (1977), qui décrit comment l’état s’est transformé en un système technicien qui prive les individus de leur autonomie en définissant selon ses termes les problèmes qu’il est nécessaire à résoudre, et en se donnant le droit de définir ce qui serait la seule manière de les résoudre. Ces intellectuels semblent oubliés, de même que les nombreux acquis de de la sociologie et l’anthropologie et des sciences cognitives réalisés depuis. Ils ne sont pas présents dans le débat public, ou le sont seulement à la marge, car ils sont absents des instances gouvernementales et gouvernantes. A leur place, ou trouve des ingénieurs, administrateurs, économistes, hommes d’affaire, et juristes. Le savoir accumulé par les humains est immense, mais il est fragmenté et seulement certains fragments ont droit de cité dans nos institutions gouvernantes. De plus en plus, des sociétés privées définissent le type d’expertise nécessaire en apportant leur propre expertise, et instrumentalisent l’idéologie scientiste pour exclure tout ce qui est incertain et entrave leurs intérêts. Elles ne se contentent pas d’imposer leur idéologie, elles imposent maintenant leur agenda, et leurs experts et employés se retrouvent souvent dans les instances gouvernementales et vice-versa du fait de leur mobilité, ce qui multiplie les risques de liens et conflits d’intérêt.[13] Ainsi on peut compter sur les doigts d’une main les sociologues, anthropologues, ou philosophes dans les instances gouvernementales. On gouverne donc sans la connaissance de la société, sans la connaissance de l’homme, et sans questionnement éthique. La crise COVID-19 aura fait la démonstration que cela ne peut mener qu’à une faillite scientifique, sociale, et morale.

Annexe 1 : Le vrai consensus et la fausse controverse sur l’efficacité du traitement HCQ/AZI pour traiter les patients COVID-19 en médecine ambulatoire

La première étude de l’IHU (Gautret et al. 2020a), citée dans l’introduction de cet article et publiée dans l’urgence, n’est qu’une étape mineure dans une démarche scientifique qui a démarré des mois plus tôt, se poursuit encore aujourd’hui, et n’a jamais débouché sur des résultats contradictoires. Les résultats obtenus sur ces 36 premiers patients s’accordaient avec ce que les données médicales et scientifiques déjà disponibles prévoyaient. Les propriétés antivirales de l’HCQ et la chloroquine, molécule voisine, étaient connues depuis longtemps (Savarino 2003, Vincent et al. 2005) et de nombreux chercheurs se sont mis à étudier les mécanismes physiologiques impliqués (Fantini et al. 2020a and 2020b, Hu et al. 2020, Sinha and Balayla 2020, Wang et al. 2020, Zhou et al. 2020). Des essais conduits en Chine avaient vérifié l’efficacité de l’HCQ et la chloroquine in vitro (Cortegiani et al 2020) et in vivo (Gao et al. 2020). L’efficacité de l’AZI pour traiter les pneumonies était également établie (Mortensen et al. 2014), et ses propriétés antivirales ont été décrites (Damle et al 2020). Il était donc naturel d’espérer une efficacité de ces molécules. L’HCQ et l’AZI sont en outres produites sous forme de médicaments génériques depuis des dizaines d’années et sont parmi les médicaments les plus prescrits dans le monde. On connait donc très bien leurs effets secondaires et ils sont minimes (Hache et al. 2020). Quand ces molécules sont utilisées ensemble, une synergie provoquerait une augmentation de ces effets, ce qui invite à la prudence dans leur utilisation (Lane et al. 2020). Mais l’IHU a continué d’utiliser la combinaison HCQ/AZI sur plusieurs milliers de patients COVID-19, publiant de nouvelles études (Gautret et al. 2020b, Million et al. 2020, Lagier et al 2020) qui, en plus de confirmer les résultats de la première, montrent que les effets secondaires peuvent facilement être gérés. D’autres praticiens ont appliqué ce traitement avec le même succès, aux USA (Scholz et al. 2020), au Brésil (Esper et al. 2020), en Corée du Sud (Kim et al. 2020) et ailleurs en France (Davido et al. 2020, Guerin et al. 2020), pour ne citer que ceux ayant publié ou diffusé leurs résultats. Ils ont amélioré le traitement, variant les posologies et ajoutant le zinc (Carlucci et al. 2020), pratique que l’IHU a également adopté. Enfin, dans de nombreux pays, des médecins et hôpitaux traitant des patients COVID-19 avec la combinaison HCQ/AZI ont confirmé son efficacité en l’appliquant sur leurs malades, partageant leurs résultats grâce à des vidéos diffusées sur internet.[14] Certains se sont contentés de prescrire l’AZI et ont suggéré qu’elle pourrait être la molécule clef dans la combinaison HCQ/AZI, et pourrait être remplacée par d’autres antibiotiques[15].

Etrangement, malgré ces résultats encourageants en faveur de l’utilisation de la combinaison HCQ/AZI pour traiter les patients COVID-19 en médecine ambulatoire, aucun essai randomisé permettant de tester cette approche n’a été conduit. Un seul (NCT04358068) a été lancé, aux USA, mais il a ensuite été annulé[16], et la recherche s’est concentrée sur l’utilisation de l’HCQ en milieu hospitalier. Cette molécule a été testée dans des contextes très variés, seule ou associée à d’autres traitements, avec ou sans AZI, avec ou sans Zinc, pour traiter des malades plus au moins sévères et à différents stades de la maladie, parfois en usage compassionnel. Cette diversité des contextes thérapeutiques conduit à des résultats ambigus ou contradictoires. Certaines études montrent un effet bénéfique de l’HCQ (Arshad et al. 2020, Ayerbe et al. 2020, Bernaola et al. 2020, Catteau et al. 2020, D’Arminio Monforte 2020, Hong et al. 2020, Ladapo et al. 2020, Lammers et al. 2020, Mikami et al 2020, Sulaiman et al. 2020, Yu et al. 2020), tandis que d’autres montrent une absence de bénéfice avec parfois une augmentation du risque de décès[17] (Borba et al. 2020, Cavalcanti et al. 2020, Geleris et al. 2020, Horby et al. 2020, Magagnoli et al. 2020, Mahevas et al. 2020, Pathak et al. 2020, Rosenberg et al. 2020, Sbidian et al. 2020, Siemieniuk et al. 2020). Les quelques études randomisées fournissent également des résultats contradictoires, l’une détectant un effet (Chen et al. 2020), d’autres n’en détectant pas (Abd-Elsalam et al. 2020, Mitja et al. 2020, Tang et al. 2020). En ce qui concerne les tests réalisés hors milieu hospitalier, ils ont généralement pour but de mesurer l’efficacité de l’HCQ en traitement prophylactique, et cette molécule n’est jamais associée à l’AZI. Les résultats sont également contradictoires. Selon certaines études l’HCQ serait bénéfique (Chatterjee et al. 2020, Ferreira et al. 2020, Zhong et al. 2020), tandis que d’autres (Boulware et al. 2020, Skipper et al. 2020) ne détectent pas d’effet, ce qui pourrait toutefois s’expliquer par un nombre trop faible de patients inclus dans ces études (Garcia-Albeniz et al. 2020).

Grace à toutes ces études[18], un consensus médical et scientifique s‘est progressivement établi : les combinaisons HCQ/AZI ou HCQ/AZI/Zn, quand administrées sur des patients COVID-19 dès les premiers symptômes de la maladie et donc avant hospitalisation, réduisent très fortement les taux d’hospitalisation et de décès, permettant un taux de létalité très au-dessous des taux de létalités enregistrés lorsqu’on laisse l’état des patients s’aggraver avant de les traiter, en n’offrant que des traitements symptomatiques comme le paracétamol. Le taux de létalité sous traitement HCQ/AZI serait nul pour les moins de 60 ans, ce qui rendrait le confinement déraisonnable pour cette catégorie de population. Lorsqu’un traitement à base d’HCQ est administré dès admission en milieu hospitalier, le taux de décès pourrait être divisé par deux sur certains types de patients, tandis qu’il n’y aurait pas effet sur d’autres, voire aurait un impact négatif sur certains patients parmi les plus gravement atteints, ce qui conduit à rejeter un usage compassionnel. Pour les patients transférés vers des unités de soins intensifs, d’autre approches thérapeutiques, notamment l’usage de corticostéroïde (Singh et al. 2020) ou d’anti-coagulants (Anonymous 2020) apparaissent préférables. Ce consensus, qui bien entendu n’exclut pas que d’autres approches thérapeutiques soient également possibles, a été résumé dans quelques publications récentes (Anonymous 2020, McCullough et al. 2020, Risch 2020). Il n’est pas reflété par les méta-analyses qui ne considèrent que les essais randomisés (Siemieniuk et. Al 2020), puisqu’aucun essai randomisé n’a été conduit pour tester le traitement HCQ/AZI en ambulatoire. Le fait que la plupart des études, y compris observationnelles, sont conduites en milieu hospitalier (Fiolet et al. 2020) contribue également à le rendre invisible.

Comme toute théorie scientifique, ce consensus n’est bien entendu pas une vérité définitive, mais plutôt le modèle s’accordant le mieux avec les faits connus, et donc donnant le plus de chances aux malades de guérir dans l’état actuel des connaissances. Aux lecteurs qui ne seraient pas d’accord avec ce consensus, je suggère donc non pas de montrer qu’il n’est pas prouvé définitivement et que les études disponibles ont des faiblesses méthodologiques, car là-dessus nous sommes tous d’accord, mais de révéler des faits qui le contredisent, notamment concernant l’effet bénéfique de la combinaison HCQ/AZI ou HCQ/AZI/Zn administrée dès les premiers symptômes COVID-19 en médecine ambulatoire.

Annexe 2 : Le déni de l’efficacité du traitement HCQ/AZI

On peut observer le déni de l’efficacité du traitement HCQ/AZI en ambulatoire au niveau des autorités médicales et des principaux médias. Aux USA, au Canada, en France, au Royaume Uni et dans d’autres pays, les médecins reçoivent l’instruction de ne pas utiliser l’HCQ pour traiter les patients COVID-19[19], dont les effets secondaires sont présentés comme étant dangereux[20] alors que l’expérience a déjà montré qu’ils sont minimes et peuvent être parfaitement gérés (Lagier et al. 2020). Les recommandations nationales en France sont de se faire tester et de s’isoler 7 jours en cas de symptômes COVID-19,[21] et de ne prendre qu’un traitement symptomatique tel le paracétamol[22], sauf en cas d’aggravation des symptômes. Il est également demandé aux pharmacies de ne pas délivrer d’HCQ pour des patients COVID-19.[23] Parfois l’utilisation de l’AZI est également découragée.[24] Tout ceci cause une prolifération de blogs critique sur le sujet[25] et parfois des levées de bouclier dans l’opinion publique[26]. Les médecins peuvent braver ces directives en prescrivant des médicaments en dehors du cadre posé par leur Autorisation de Mise sur le Marché (AMM), mais risquent alors d’être pénalisés par leur ordre professionnel[27]. Et lorsqu’ils diffusent les résultats qu’ils obtiennent sur internet, ils sont souvent censurés par les algorithmes des réseaux sociaux.[28]

Une des forces à l’origine de ce déni est sans doute l’industrie pharmaceutique. Il est en effet très facile, si l’on dispose de grands moyens financiers, d’influencer la recherche en lançant de nombreuses études et ne publiant que celles montrant des résultats positifs.[29] La corruption dans l’industrie pharmaceutique est également bien connue (Rodwin 2013) et les conflits et liens d’intérêts entre chercheurs et laboratoires pharmaceutiques sont indéniables.[30] L’influence de l’industriel GILEAD, producteur de l’antiviral Remdesivir qui pourrait réduire de quelques jours la durée d’hospitalisation des patients COVID-19 mais n’a pas encore montré de bénéfice clinique (Beigel et al. 2020, Wang et al. 2020), est bien documentée (Roussel et Raoult 2020)[31]. Ce médicament est déjà recommandé par l’Organisation Mondiale de la Santé[32] et l’Union Européenne[33] pour traiter les patients COVID-19. Les laboratoires produisant des vaccins n’ont pas intérêt non plus à ce qu’un remède soit trouvé. D’autres acteurs peuvent également bénéficier de la crise engendrée par le COVID et donc alimenter le déni. Les banques, notamment, vont pouvoir créer de la monnaie pour financer la reprise économique, ce qui pourrait plus profiter aux acteurs de la finance qu’à ceux de l’économie réelle.[34]

Références

Abd-Elsalam, S., Esmail, E. S., Khalaf, M., Abdo, E. F., Medhat, M. A., Abd El Ghafar, M. S., . . . Alboraie, M. (2020). HCQ in the Treatment of COVID-19 : A Multicenter Randomized Controlled Study. The American journal of tropical medicine and hygiene. doi:10.4269/ajtmh.20-0873

Anonymous. (2020). Natural history of COVID-19 and therapeutic options.

Arshad, S., Kilgore, P., Chaudhry, Z. S., Jacobsen, G., Wang, D. D., Huitsing, K., . . . Henry Ford, C.-T. F. (2020). Treatment with HCQ, azithromycin, and combination in patients hospitalized with COVID-19. International journal of infectious diseases : IJID : official publication of the International Society for Infectious Diseases, 97, 396-403. doi:10.1016/j.ijid.2020.06.099

Ayerbe, L., Risco-Risco, C., & Ayis, S. (2020). The association of treatment with HCQ and hospital mortality in COVID-19 patients. Internal and Emergency Medicine. doi:10.1007/s11739-020-02505-x

Bégaud, B., Polton, D., & von Lennep, F. Les données de vie réelle, un enjeu majeur pour la qualité des soins et la régulation du système de santé - L’exemple du médicament. Retrieved from

Beigel, J. H., Tomashek, K. M., Dodd, L. E., Mehta, A. K., Zingman, B. S., Kalil, A. C., . . . Members, A.-S. G. (2020). Remdesivir for the Treatment of Covid-19 - Preliminary Report. The New England journal of medicine. doi:10.1056/NEJMoa2007764

Bernaola, N., Mena, R., Bernaola, A., Lara, A., Carballo, C., Larranaga, P., & Bielza, C. (2020). Observational Study of the Efficiency of Treatments in Patients Hospitalized with Covid-19 in Madrid. medRxiv, 2020.2007.2017.20155960. doi:10.1101/2020.07.17.20155960

Bhaskar, R. (1975). A realist theory of science. [York] : Books.

Bik, E. (2020, 2020). Thoughts on the Gautret et al. paper about HCQ and Azithromycin treatment of COVID-19 infections. Retrieved from https://scienceintegritydigest.com/2020/03/24/thoughts-on-the-gautret-et-al-paper-about-HCQ-and-azithromycin-treatment-of-covid-19-infections/

Borba, M. G. S., Val, F. d. A., Sampaio, V. S., Alexandre, M. A. A., amp, uacutejo, . . . Lacerda, M. V. G. (2020). Chloroquine diphosphate in two different dosages as adjunctive therapy of hospitalized patients with severe respiratory syndrome in the context of coronavirus (SARS-CoV-2) infection : Preliminary safety results of a randomized, double-blinded, phase IIb clinical trial (CloroCovid-19 Study). medRxiv, 2020.2004.2007.20056424. doi:10.1101/2020.04.07.20056424

Boulware, D. R., Pullen, M. F., Bangdiwala, A. S., Pastick, K. A., Lofgren, S. M., Okafor, E. C., . . . Hullsiek, K. H. (2020). A Randomized Trial of HCQ as Postexposure Prophylaxis for Covid-19. The New England journal of medicine, 383(6), 517-525. doi:10.1056/NEJMoa2016638

Bourdieu, P., Champagne, P., Duval, J., Poupeau, F., Rivière, M.-C. s., & Boyer, R. (2017). Anthropologie économique : cours au Collège de France (1992-1993). Paris : Raisons d'agir.

Carlucci, P., Ahuja, T., Petrilli, C. M., Rajagopalan, H., Jones, S., & Rahimian, J. (2020). HCQ and azithromycin plus zinc vs HCQ and azithromycin alone : outcomes in hospitalized COVID-19 patients. medRxiv, 2020.2005.2002.20080036. doi:10.1101/2020.05.02.20080036

Catteau, L., Dauby, N., Montourcy, M., Bottieau, E., Hautekiet, J., Goetghebeur, E., . . . Willems, E. (2020). Low-dose HCQ therapy and mortality in hospitalised patients with COVID-19 : a nationwide observational study of 8075 participants. International journal of antimicrobial agents, 56(4). doi:10.1016/j.ijantimicag.2020.106144

Cavalcanti, A. B., Zampieri, F. G., Rosa, R. G., Azevedo, L. C. P., Veiga, V. C., Avezum, A., . . . Coalition Covid-19 Brazil, I. I. (2020). HCQ with or without Azithromycin in Mild-to-Moderate Covid-19. The New England journal of medicine. doi:10.1056/NEJMoa2019014

Chatterjee, P., Anand, T., Singh, K., Rasaily, R., Singh, R., Das, S., . . . Panda, S. (2020). Healthcare workers & SARS-CoV-2 infection in India : A case-control investigation in the time of COVID-19. Indian Journal of Medical Research, 151(5), 459-467. doi:10.4103/ijmr.IJMR_2234_20

Chen, Z., Hu, J., Zhang, Z., Jiang, S., Han, S., Yan, D., . . . Zhang, Z. (2020). Efficacy of HCQ in patients with COVID-19 : results of a randomized clinical trial. medRxiv, 2020.2003.2022.20040758. doi:10.1101/2020.03.22.20040758

Cortegiani, A., Ingoglia, G., Ippolito, M., Giarratano, A., & Einav, S. (2020). A systematic review on the efficacy and safety of chloroquine for the treatment of COVID-19. Journal of Critical Care, 57, 279-283. doi:10.1016/j.jcrc.2020.03.005

d’Arminio Monforte, A., Tavelli, A., Bai, F., Marchetti, G., & Cozzi-Lepri, A. (2020). Effectiveness of HCQ in COVID-19 disease : A done and dusted deal ? International Journal of Infectious Diseases, 99, 75-76. doi:10.1016/j.ijid.2020.07.056

Damle, B., Vourvahis, M., Wang, E., Leaney, J., & Corrigan, B. (2020). Clinical Pharmacology Perspectives on the Antiviral Activity of Azithromycin and Use in COVID-19. Clinical pharmacology and therapeutics, 108(2), 201-211. doi:10.1002/cpt.1857

Davido, B., Lansaman, T., Lawrence, C., Alvarez, J.-C., Bouchand, F., Moine, P., . . . De Truchis, P. (2020). HCQ plus azithromycin : a potential interest in reducing in-hospital morbidity due to COVID-19 pneumonia (HI-ZY-COVID) ? medRxiv, 2020.2005.2005.20088757. doi:10.1101/2020.05.05.20088757

dos Santos, W. G. (2020). Natural history of COVID-19 and current knowledge on treatment therapeutic options. Biomedicine & Pharmacotherapy, 129, 110493. doi:10.1016/j.biopha.2020.110493

Dreyfus, H. L., Dreyfus, S. E., & Athanasiou, T. (1986). Mind over machine : the power of human intuition and expertise in the era of the computer. New York : Free Press.

Ellul, J. (1977). Le système technicien. Paris : Calmann-Lévy.

Esper, R. B., Souza da Silva, R., Teiichi Costa Oikawa, F., Machado Castro, M., Razuk-Filho, A., Benedito Batista Junior, P., . . . Fagundes Parrillo, E. Empirical treatment with HCQ and azithromycin for suspected cases of COVID-19 followed-up by telemedicine. Retrieved from

Fantini, J., Chahinian, H., & Yahi, N. (2020). Synergistic antiviral effect of HCQ and azithromycin in combination against SARS-CoV-2 : What molecular dynamics studies of virus-host interactions reveal. International journal of antimicrobial agents, 56(2), 106020. doi:10.1016/j.ijantimicag.2020.106020

Fantini, J., Di Scala, C., Chahinian, H., & Yahi, N. (2020). Structural and molecular modelling studies reveal a new mechanism of action of chloroquine and HCQ against SARS-CoV-2 infection. International journal of antimicrobial agents, 55(5), 105960. doi:10.1016/j.ijantimicag.2020.105960

Ferreira, A., Oliveira, E. S. A., & Bettencourt, P. (2020). Chronic treatment with HCQ and SARS-CoV-2 infection. Journal of medical virology. doi:10.1002/jmv.26286

Fiolet, T., Guihur, A., Rebeaud, M. E., Mulot, M., Peiffer-Smadja, N., & Mahamat-Saleh, Y. (2020). Effect of HCQ with or without azithromycin on the mortality of coronavirus disease 2019 (COVID-19) patients : a systematic review and meta-analysis. Clinical microbiology and infection : the official publication of the European Society of Clinical Microbiology and Infectious Diseases. doi:10.1016/j.cmi.2020.08.022

Frieden, T. R. (2017). Evidence for Health Decision Making - Beyond Randomized, Controlled Trials. The New England journal of medicine, 377(5), 465-475. doi:10.1056/NEJMra1614394

Gao, J., Tian, Z., & Yang, X. (2020). Breakthrough : Chloroquine phosphate has shown apparent efficacy in treatment of COVID-19 associated pneumonia in clinical studies. Bioscience trends, 14(1), 72-73. doi:10.5582/bst.2020.01047

Garcia-Albeniz, X., Del Amo, J., Polo, R., Morales Asencio, J. M., & Hernan, M. A. (2020). Brief communication : A meta-analysis of randomized trials of HCQ for the prevention of COVID-19. medRxiv, 2020.2009.2029.20203869. doi:10.1101/2020.09.29.20203869

Gautret, P., Lagier, J. C., Parola, P., Hoang, V. T., Meddeb, L., Mailhe, M., . . . Raoult, D. (2020). HCQ and azithromycin as a treatment of COVID-19 : results of an open-label non-randomized clinical trial. International journal of antimicrobial agents, 56(1), 105949. doi:10.1016/j.ijantimicag.2020.105949

Gautret, P., Lagier, J.-C., Parola, P., Hoang, V. T., Meddeb, L., Sevestre, J., . . . Raoult, D. (2020). Clinical and microbiological effect of a combination of HCQ and azithromycin in 80 COVID-19 patients with at least a six-day follow up : A pilot observational study. Travel Medicine and Infectious Disease, 34. doi:10.1016/j.tmaid.2020.101663

Geleris, J., Sun, Y., Platt, J., Zucker, J., Baldwin, M., Hripcsak, G., . . . Schluger, N. W. (2020). Observational Study of HCQ in Hospitalized Patients with Covid-19. The New England journal of medicine, 382(25), 2411-2418. doi:10.1056/NEJMoa2012410

Guerin, V., LARDENOIS, T., LEVY, P., REGENSBERG de ANDREIS, N., SARRAZIN, E., THOMAS, J.-L., & WONNER, M. (2020). COVID-19 - Etude rétrospective chez 88 sujets avec 3 approches thérapeutiques différentes (traitement symptomatique / AZI / AZI + HCQ) : Rapport d’expérience de médecins de terrain - Recommandations diagnostiques et thérapeutiques à l’usage de leurs consoeurs et confrères. Retrieved from

Hache, G., Rolain, J. M., Gautret, P., Deharo, J., Brouqui, P., Raoult, D., & Honoré, S. (2020). Combination of HCQ plus azithromycin as potential treatment for COVID 19 patients : pharmacology, safety profile, drug interactions and management of toxicity. Retrieved from Marseille :

Hong, K. S., Jang, J. G., Hur, J., Lee, J. H., Kim, H. N., Lee, W., & Ahn, J. H. (2020). Early HCQ Administration for Rapid Severe Acute Respiratory Syndrome Coronavirus 2 Eradication. Infection & Chemotherapy, 52(3), 396. doi:10.3947/ic.2020.52.3.396

Horby, P., Mafham, M., Linsell, L., Bell, J. L., Staplin, N., Emberson, J. R., . . . Landray, M. J. (2020). Effect of HCQ in Hospitalized Patients with COVID-19 : Preliminary results from a multi-centre, randomized, controlled trial. medRxiv, 2020.2007.2015.20151852. doi:10.1101/2020.07.15.20151852

Hu, T. Y., Frieman, M., & Wolfram, J. (2020). Insights from nanomedicine into chloroquine efficacy against COVID-19. Nature Nanotechnology, 15(4), 247-249. doi:10.1038/s41565-020-0674-9

Hulme, O. J., Wagenmakers, E.-J., Damkier, P., Madelung, C. F., Siebner, H. R., Helweg-Larsen, J., . . . Madsen, K. H. (2020). A Bayesian reanalysis of the effects of HCQ and azithromycin on viral carriage in patients with COVID-19. medRxiv, 2020.2003.2031.20048777. doi:10.1101/2020.03.31.20048777

Ingraham, N. E., Boulware, D., Sparks, M. A., Schacker, T., Benson, B., Sparks, J. A., . . . Tignanelli, C. J. (2020). Shining a light on the evidence for HCQ in SARS-CoV-2. Critical Care, 24(1). doi:10.1186/s13054-020-02894-7

Kim, M. S., Jang, S.-W., Park, Y.-K., Kim, B.-o., Hwang, T.-H., Kang, S. H., . . . An, M. H. (2020). Treatment Response to HCQ, Lopinavir/Ritonavir, and Antibiotics for Moderate COVID 19 : A First Report on the Pharmacological Outcomes from South Korea. medRxiv, 2020.2005.2013.20094193. doi:10.1101/2020.05.13.20094193

Kome, G., & Kerstin, F. (2020). Should chloroquine and HCQ be used to treat COVID-19 ? A rapid review. BJGP Open, 4. doi:10.3399/bjgpopen20X101069

L, P., de Rosnay, J. l., & de Rosnay, J. (1977). Le macroscope. Vers une vision globale. Population (French Edition), 32(6), 1319. doi:10.2307/1531419

Ladapo, J. A., McKinnon, J. E., McCullough, P. A., & Risch, H. (2020). Randomized Controlled Trials of Early Ambulatory HCQ in the Prevention of COVID-19 Infection, Hospitalization, and Death : Meta-Analysis. medRxiv, 2020.2009.2030.20204693. doi:10.1101/2020.09.30.20204693

Lagier, J. C., Million, M., Gautret, P., Colson, P., Cortaredona, S., Giraud-Gatineau, A., . . . force, I. C.-T. (2020). Outcomes of 3,737 COVID-19 patients treated with HCQ/azithromycin and other regimens in Marseille, France : A retrospective analysis. Travel Medicine & Infectious Disease, 36, 101791.

Lagier, J.-C., Million, M., Gautret, P., Colson, P., Cortaredona, S. b., Giraud-Gatineau, A., . . . Zandotti, C. (2020). Outcomes of 3,737 COVID-19 patients treated with HCQ/azithromycin and other regimens in Marseille, France : A retrospective analysis. Travel Medicine and Infectious Disease, 36. doi:10.1016/j.tmaid.2020.101791

Lammers, A. J. J., Brohet, R. M., Theunissen, R. E. P., Koster, C., Rood, R., Verhagen, D. W. M., . . . Groeneveld, P. H. P. (2020). Early HCQ but not Chloroquine use reduces ICU admission in COVID-19 patients. International Journal of Infectious Diseases. doi:10.1016/j.ijid.2020.09.1460

Lane, J. C. E., Weaver, J., Kostka, K., Duarte-Salles, T., Abrahao, M. T. F., Alghoul, H., . . . Prieto-Alhambra, D. (2020). Safety of HCQ, alone and in combination with azithromycin, in light of rapid wide-spread use for COVID-19 : a multinational, network cohort and self-controlled case series study. medRxiv, 2020.2004.2008.20054551. doi:10.1101/2020.04.08.20054551

Latour, B. (2005). La science en action : introduction à la sociologie des sciences. Paris : La Découverte / Poche.

Latour, B., Woolgar, S., & Biezunski, M. (1996). La vie de laboratoire : la production des faits scientifiques. Paris : La Découverte.

Lover, A. A. (2020). Quantifying treatment effects of HCQ and azithromycin for COVID-19 : a secondary analysis of an open label non-randomized clinical trial (Gautret et al, 2020). medRxiv, 2020.2003.2022.20040949. doi:10.1101/2020.03.22.20040949

Machiels, J. D., Bleeker-Rovers, C. P., Ter Heine, R., Rahamat-Langendoen, J., de Mast, Q., Ten Oever, J., . . . Wertheim, H. F. (2020). Reply to Gautret et al : HCQ sulfate and azithromycin for COVID-19 : what is the evidence and what are the risks ? International journal of antimicrobial agents, 56(1), 106056. doi:10.1016/j.ijantimicag.2020.106056

Magagnoli, J., Narendran, S., Pereira, F., Cummings, T., Hardin, J. W., Sutton, S. S., & Ambati, J. (2020). Outcomes of HCQ usage in United States veterans hospitalized with Covid-19. medRxiv, 2020.2004.2016.20065920. doi:10.1101/2020.04.16.20065920

Mahevas, M., Tran, V.-T., Roumier, M., Chabrol, A., Paule, R., Guillaud, C., . . . Costedoat, N. (2020). No evidence of clinical efficacy of HCQ in patients hospitalized for COVID-19 infection with oxygen requirement : results of a study using routinely collected data to emulate a target trial. medRxiv, 2020.2004.2010.20060699. doi:10.1101/2020.04.10.20060699

Martin, J. V., Eric, B., Suzanne, B., Bobbie, R. E., Pierre, E. R., Thomas, G. K., . . . Stuart, T. N. (2005). Chloroquine is a potent inhibitor of SARS coronavirus infection and spread. Virology Journal, 2(1), 69. doi:10.1186/1743-422X-2-69

McCullough, P. A., Kelly, R. J., Ruocco, G., Lerma, E., Tumlin, J., Wheelan, K. R., . . . Risch, H. A. (2020). Pathophysiological Basis and Rationale for Early Outpatient Treatment of SARS-CoV-2 (COVID-19) Infection. The American journal of medicine. doi:10.1016/j.amjmed.2020.07.003

Mehra, M. R., Desai, S. S., Ruschitzka, F., & Patel, A. N. (2020). RETRACTED : HCQ or chloroquine with or without a macrolide for treatment of COVID-19 : a multinational registry analysis. Lancet (London, England). doi:10.1016/S0140-6736(20)31180-6

Meyer, H., & Foucault, M. (1970). L'archéologie du savoir. Books Abroad, 44(2), 263. doi:10.2307/40124342

Mikami, T., Miyashita, H., Yamada, T., Harrington, M., Steinberg, D., Dunn, A., & Siau, E. (2020). Risk Factors for Mortality in Patients with COVID-19 in New York City. Journal of general internal medicine. doi:10.1007/s11606-020-05983-z

Million, M., Lagier, J. C., Gautret, P., Colson, P., Fournier, P. E., Amrane, S., . . . Raoult, D. (2020). Early treatment of COVID-19 patients with HCQ and azithromycin : A retrospective analysis of 1061 cases in Marseille, France. Travel Medicine and Infectious Disease, 35, 101738. doi:10.1016/j.tmaid.2020.101738

Mitjà, O., Corbacho-Monné, M., Ubals, M., Tebe, C., Peñafiel, J., Tobias, A., . . . GROUP, B. P.-C.-R. (2020). HCQ for Early Treatment of Adults with Mild Covid-19 : A Randomized-Controlled Trial. Clinical infectious diseases : an official publication of the Infectious Diseases Society of America. doi:10.1093/cid/ciaa1009

Morin, E. (1977). La nature de la nature. Paris : Seuil.

Mortensen, E. M., Halm, E. A., Pugh, M. J., Copeland, L. A., Metersky, M., Fine, M. J., . . . Anzueto, A. (2014). Association of azithromycin with mortality and cardiovascular events among older patients hospitalized with pneumonia. JAMA, 311(21), 2199-2208. doi:10.1001/jama.2014.4304

Pathak, D. S. K., Salunke, D. A. A., Thivari, D. P., Pandey, A., Nandy, D. K., Harish V K Ratna, D., . . . Menon, D. V. (2020). No benefit of HCQ in COVID-19 : Results of Systematic Review and Meta-Analysis of Randomized Controlled Trials”. Diabetes & Metabolic Syndrome : Clinical Research & Reviews, 14(6), 1673-1680. doi:10.1016/j.dsx.2020.08.033

Popper, K. R., & Hudson, G. E. (1963). Conjectures and Refutations. Physics Today, 16(11), 80-82. doi:10.1063/1.3050617

Risch, H. A. (2020). Response to : "Early Outpatient Treatment of Symptomatic, High-Risk Covid-19 Patients" and "Re : Early Outpatient Treatment of Symptomatic, High-Risk Covid-19 Patients that Should be Ramped-Up Immediately as Key to the Pandemic Crisis". American journal of epidemiology. doi:10.1093/aje/kwaa152

Robinson, D. N., & Williams, R. N. (2016). Scientism : the new orthodoxy (Paperback edition. ed.). London ; : Bloomsbury.

Rodwin, M. A. (2013). Institutional Corruption and the Pharmaceutical Policy. The Journal of Law, Medicine & Ethics, 41(3), 544-552. doi:10.1111/jlme.12062

Rosenberg, E. S., Dufort, E. M., Udo, T., Wilberschied, L. A., Kumar, J., Tesoriero, J., . . . Zucker, H. A. (2020). Association of Treatment With HCQ or Azithromycin With In-Hospital Mortality in Patients With COVID-19 in New York State. JAMA, 323(24), 2493-2502. doi:10.1001/jama.2020.8630

Rosendaal, F. R. (2020). Review of : "HCQ and azithromycin as a treatment of COVID-19 : results of an open-label non-randomized clinical trial Gautret et al 2010, DOI:10.1016/j.ijantimicag.2020.105949. International journal of antimicrobial agents, 56(1), 106063. doi:10.1016/j.ijantimicag.2020.106063

Roussel, Y., & Raoult, D. (2020). Influence of conflicts of interest on public positions in the COVID-19 era, the case of Gilead Sciences. New Microbes and New Infections. doi:10.1016/j.nmni.2020.100710

Ruiz-Irastorza, G., Ramos-Casals, M., Brito-Zeron, P., & Khamashta, M. A. (2010). Clinical efficacy and side effects of antimalarials in systemic lupus erythematosus : a systematic review. Annals of the Rheumatic Diseases, 69(01), 20. doi:10.1136/ard.2008.101766

Savarino, A., Boelaert, J. R., Cassone, A., Majori, G., & Cauda, R. (2003). Effects of chloroquine on viral infections : an old drug against today's diseases ? The Lancet. Infectious diseases, 3(11), 722-727.

Sbidian, E., Josse, J., Lemaitre, G., Mayer, I., Bernaux, M., Gramfort, A., . . . Audureau, E. (2020). HCQ with or without azithromycin and in-hospital mortality or discharge in patients hospitalized for COVID-19 infection : a cohort study of 4,642 in-patients in France. medRxiv, 2020.2006.2016.20132597. doi:10.1101/2020.06.16.20132597

Scholz, M., Derwand, R., & Zelenko, V. (2020). COVID-19 Outpatients – Early Risk-Stratified Treatment with Zinc Plus Low Dose HCQ and Azithromycin : A Retrospective Case Series Study. Retrieved from https://www.preprints.org/manuscript/202007.0025/v1?fbclid=IwAR1iDR7y6uxagMdJj9HpZs-LEZdmDGvZleGqr1GfZ-aH8y9EZWKhLgXPGw4

Sekhavati, E., Jafari, F., SeyedAlinaghi, S., Jamalimoghadamsiahkali, S., Sadr, S., Tabarestani, M., . . . Ghiasvand, F. (2020). Safety and effectiveness of azithromycin in patients with COVID-19 : An open-label randomised trial. International journal of antimicrobial agents, 56(4). doi:10.1016/j.ijantimicag.2020.106143

Siemieniuk, R. A., Bartoszko, J. J., Ge, L., Zeraatkar, D., Izcovich, A., Kum, E., . . . Brignardello-Petersen, R. (2020). Drug treatments for covid-19 : living systematic review and network meta-analysis. BMJ (Clinical research ed.), 370, m2980. doi:10.1136/bmj.m2980

Singh, A. K., Majumdar, S., Singh, R., & Misra, A. (2020). Role of corticosteroid in the management of COVID-19 : A systemic review and a Clinician's perspective. Diabetes & metabolic syndrome, 14(5), 971-978. doi:10.1016/j.dsx.2020.06.054

Sinha, N., & Balayla, G. (2020). HCQ and COVID-19. Postgraduate medical journal, 96(1139), 550-555. doi:10.1136/postgradmedj-2020-137785

Skipper, C. P., Pastick, K. A., Engen, N. W., Bangdiwala, A. S., Abassi, M., Lofgren, S. M., . . . Boulware, D. R. (2020). HCQ in Nonhospitalized Adults With Early COVID-19 A Randomized Trial. Annals of Internal Medicine. doi:10.7326/M20-4207

Sulaiman, T., Mohana, A., Alawdah, L., Mahmoud, N., Hassanein, M., Wani, T., . . . Alrabiah, F. (2020). The Effect of Early HCQ-based Therapy in COVID-19 Patients in Ambulatory Care Settings : A Nationwide Prospective Cohort Study. medRxiv, 2020.2009.2009.20184143. doi:10.1101/2020.09.09.20184143

Tang, W., Cao, Z., Han, M., Wang, Z., Chen, J., Sun, W., . . . Xie, Q. (2020). HCQ in patients mainly with mild to moderate COVID-19 : an open-label, randomized, controlled trial. medRxiv, 2020.2004.2010.20060558. doi:10.1101/2020.04.10.20060558

von Hayek, F. (195). Scientisme et sciences sociales, essai sur le mauvais usage de la raison : Pocket.

Wang, M., Cao, R., Zhang, L., Yang, X., Liu, J., Xu, M., . . . Xiao, G. (2020). Remdesivir and chloroquine effectively inhibit the recently emerged novel coronavirus (2019-nCoV) in vitro. Cell research, 30(3), 269-271. doi:10.1038/s41422-020-0282-0

Wang, Y., Zhang, D., Du, G., Du, R., Zhao, J., Jin, Y., . . . Wang, C. (2020). Remdesivir in adults with severe COVID-19 : a randomised, double-blind, placebo-controlled, multicentre trial. Lancet (London, England), 395(10236), 1569-1578. doi:10.1016/S0140-6736(20)31022-9

Watson, J. (2020). Open letter to MR Mehra, SS Desai, F Ruschitzka, and AN Patel, authors of “HCQ or chloroquine with or without a macrolide for treatment of COVID-19 : a multinational registry analysis”. Lancet. 2020 May 22:S0140-6736(20)31180-6. doi : 10.1016/S0140-6736(20)31180-6. PMID : 32450107. Retrieved from

Yu, B., Li, C., Chen, P., Zhou, N., Wang, L., Li, J., . . . Wang, D.-W. (2020). Low dose of HCQ reduces fatality of critically ill patients with COVID-19. Science China Life Sciences, 63(10), 1515-1521. doi:10.1007/s11427-020-1732-2

Zhong, J., Shen, G., Yang, H., Huang, A., Chen, X., Dong, L., . . . Science University, P. O. R. U. S. A. (2020). COVID-19 in patients with rheumatic disease in Hubei province, China : a multicentre retrospective observational study. The Lancet Rheumatology, 2(9), e557-e564. doi:10.1016/S2665-9913(20)30227-7

Zhou, D., Dai, S.-M., & Tong, Q. (2020). COVID-19 : a recommendation to examine the effect of HCQ in preventing infection and progression. Journal of Antimicrobial Chemotherapy, 75(7), 1667-1670. doi:10.1093/jac/dkaa114

 

[1] Polymerase Chain Reaction, une méthode d’analyse biologique permettant de vérifier si le patient est porteur du virus en détectant son code génétique.

[2] Une fois qu’un petit groupe malveillant produit une fausse « vérité » (du type : « le traitement HCQ/AZI est inefficace en toute circonstance »), il peut discréditer toute affirmation contraire auprès d’une partie de la communauté scientifique en s’appuyant sur le scientisme, c’est-à-dire en refusant ces affirmations contraires dès lors qu’elles ne se basent que sur des preuves partielles, tout en se gardant de tester plus rigoureusement ces affirmations. Si le scientisme est l’idéologie dominante dans la communauté scientifique, il sera facile de convaincre une masse critique de chercheurs de l’absence de preuve solides en faveur des théories concurrentes, et ainsi d’imposer une théorie fausse en se basant sur des preuves tout aussi partielles mais que l’on médiatise à outrance ou que l’on revêt des habits de la science pour faire illusion. Les indécis se trouveront vite en dissonance cognitive s’ils n’acceptent pas la fausse conclusion, et les autorités finiront par adopter ce faux consensus. L’opinion publique suivra, par ignorance puisqu’elle n’a pas la capacité ou le temps d’analyser elle-même les sources primaires d’information (les publications scientifiques et rapports médicaux), et à cause d’une peur inconsciente de se trouver en dissonance cognitive si elle n’accepte pas les messages adoptés par les autorités et relayés par les principaux médias.

[3] “What is at stake as scientism becomes the new orthodoxy is our humanity itself” (Robinson et al 2015 : 8).

[4] On retrouve très souvent les termes « anecdotical » et « unproven », associés à des efforts de discréditation qui suivent toujours une même logique, bien décrite sur ce post de blog (http://covexit.com/the-definitive-guide-to-discrediting-HCQ-based-treatments-to-covid-19-part-1/), sur les sites gouvernementaux et dans les bulletins de presse relatifs à l’utilisation de l’HCQ pour traiter les patients COVID-19, notamment aux USA.

[5] On observe une prolifération des sites de débusquage des « fausses nouvelles » dont les conclusions sont souvent douteuses et certainement pas fiables car ne faisant que s’accorder à l’orthodoxie dominante. Nous conseillons au lecteur de les éviter et de rechercher l’information à la source, dans les publications scientifiques : http://libgen.rs/.

[10] Texte original en anglais : « These findings suggest that these drug regimens should not be used outside of clinical trials and urgent confirmation from randomised clinical trials is needed” (page 9).

[11] Texte original en anglais : “These data do not apply to the use of any treatment regimen used in the ambulatory, out-of-hospital setting” (page 8-9).

[12] Texte original en anglais : “This meta-analysis clearly shows that HCQ alone is not effective for the treatment of COVID-19 patients and that the combination of HCQ and azithromycin increases the risk of mortality.” “Our results suggest that there is no need for further studies evaluating these molecules.”

[14] Ces vidéos sont souvent censurées par google, facebook, twitter et youtube mais certaines peuvent être trouvées néanmoins, notamment en utilisant des moteurs de recherche plus neutres comme duckduckgo.com ou qwant.com. Voir par exemple, pour la France, le collectif COVID-19 - Laissons les médecins prescrire » (https://france3-regions.francetvinfo.fr/occitanie/coronavirus-collectif-medecins-reclame-retablissement-du-droit-prescrire-HCQ-1831362.html) ; Pour la suisse, sur situation dans les hôpitaux (https://www.qwant.com/?q=HCQ%20COVID%20prescrire%20medecins&t=videos&o=0:d51a2877e0504469718e59c28b596f04) ; pour les USA, Docteur Brian Tyson en Californie (https://www.youtube.com/watch?v=PE3QfTnIazU&feature=emb_logo&fbclid=IwAR31qK44pGkjO6RciY4UWJL63hN0JZgjZp-VzpfsAAfMLn2cD2mB4Y00pQg) et le collectif « America’s Frontline Doctors » (https://newyorkcityguns.com/americas-frontline-covid-19-doctors-summit-full-3-hours/) ; pour le Sénégal, le Dr Moussa Seydi (https://www.france24.com/fr/afrique/20200420-lutte-contre-le-covid-19-le-professeur-moussa-seydi-en-premi%C3%A8re-ligne-au-s%C3%A9n%C3%A9gal). Voir également les nombreux témoignages rassemblés sur les sites covexit.com et https://blog.gerardmaudrux.lequotidiendumedecin.fr/.

[17] Concernant l’augmentation du risque de décès, il pourrait s’expliquer par un biais de sélection introduisant un facteur de causalité inverse, en lien avec l’usage compassionnel de l’HCQ. En effet, s’il existe un décalage entre le moment de récolte des données de base (qui en général se fait dès l’admission) utilisées pour contrôler les facteurs de covariance, et le choix du traitement des malades (qui peut être déterminé par une aggravation quelques jours après admission), alors l’aggravation est la cause de la prise de HCQ (si celle-ci est donnée à titre compassionnel) et non pas le contraire. Plusieurs études montrant un effet négatif de HCQ n’offrent aucune garantie qu’une telle causalité inverse n’intervient pas, car elles n’indiquent pas le temps écoulé entre la récolte des données de base et le démarrage du traitement, et ne contrôlent pas l’effet de ce décalage.

[18] Pour une bibliographie avec liste complète des études réalisées, voir https://hcqmeta.com/ et https://hcqtrial.com/

[30] Voir ce post de blog (https://jdmichel.blog.tdg.ch/archive/2020/04/03/HCQ-le-bal-des-ignares-305545.html) qui donne de nombreuses références sur le sujet.

[31] Comme point de départ pour vous documenter, explorez les sources en ligne suivantes concernant le lobby de GILEAD en France, sans vous arrêter la : https://blogs.mediapart.fr/laurent-mucchielli/blog/080520/comment-le-remdesivir-traverse-l-atlantique-un-efficace-traitement-mediatique et http://www.francesoir.fr/societe-sante/top-13-des-revenus-annuels-recents-verses-par-lindustrie-pharmaceutique ; aux USA : https://www.npr.org/sections/health-shots/2020/05/02/849149873/gilead-lobbying-rose-as-interest-in-covid-19-treatment-climbed ; les supports de GILEAD dans la recherche de traitements COVID-19 : https://www.gilead.com/purpose/advancing-global-health/covid-19/remdesivir-clinical-trials ; les liens entre GILEAD et les auteurs de l’étude Mehra et al (2020) : https://lecourrierdesstrateges.fr/2020/05/24/HCQ-les-auteurs-de-letude-publiee-par-le-lancet-ont-tous-un-conflit-dinteret/ ; les profits que GILEAD peut réaliser si le traitement qu’il propose pour le COVID-19 était adopté : https://www.fiercepharma.com/marketing/gilead-s-covid-19-therapy-remdesivir-worth-4-460-per-course-says-pricing-watchdog ; la corrélation entre le cours des actions de GILEAD et les résultats de recherches sur les traitements COVID-19 : https://markets.businessinsider.com/news/stocks/gilead-stock-price-remdesivir-potential-covid19-coronavirus-treatment-trial-results-2020-4-1029145352# ; plus d’autres sources : https://khn.org/morning-breakout/remdesivir-was-fated-to-join-antiviral-drug-graveyard-but-its-getting-another-shot-at-success/.

[34] Pour entamer une réflexion sur comment la crise COVID-19 pourrait bénéficier la finance mondiale, vous pouvez consulter ce blog : https://brunobertez.com/2020/10/12/editorial-la-politique-mondiale-de-gestion-de-la-crise-se-fait-a-la-corbeille/.


Moyenne des avis sur cet article :  4.24/5   (21 votes)




Réagissez à l'article

321 réactions à cet article    


  • Attila Attila 26 octobre 09:42

    L’hydroxychloroquine à elle seule n’était pas associée à une réduction de la mortalité chez les patients hospitalisés atteints de la COVID-19, mais la combinaison d’hydroxychloroquine et d’azithromycine a considérablement augmenté la mortalité.

    Méta analyse Thibaud Fiolet

    .


    • pissefroid pissefroid 26 octobre 10:03

      @Attila
      D’après ce que j’ai compris de l’action de ces médicaments, il me semble que, en réalité, l’hydroxychloroquine et d’azithromycine est à utiliser en ambulatoire, donc avant hospitalisation.
      Quand la maladie est déclaré le traitement est nocif.


    • leypanou 26 octobre 10:21

      @Attila
      All studies except one were conducted on hospitalized patients and evaluated the effects of hydroxychloroquine with or without azithromycin  : apprenez déjà à bien lire une étude avant de poster.
      Une fois de plus, preuve bidon.


    • phan 26 octobre 10:41

      @Attila

      Thibault Fiolet, Inserm Epidémiologie et santé de la Population Health,est un thésard de Paris-Sud (1ère année) sur l’alimentation et les polluants et les cancers.
      Souvenons-nous aussi que Gilead a été à une époque dirigé par Donald Rumsfeld, le ministre va t-en guerre de George Bush dont nous payons encore aujourd’hui les conséquences avec Daech. 
      Je comprends mieux pourquoi le site les-crises.fr est pour la VO du 11 septembre 2001 et contre l’HCQ+AZT.

    • Attila Attila 26 octobre 12:10

      @leypanou
      Preuve bidon pour un pauvre neuneu d’Agagavox mais cette méta analyse vient conclure une série d’études cliniques randomisées qui n’ont trouvé aucune efficacité pour l’HCQ.
      Pour l’ensemble des médecins, l’HCQ et l’AZT c’est du passé.
      «  Avec la Covid, les intuitions barrées de Didier Raoult, à la tête de son IHU bien loti en conflit d’intérets masqués par une fondation, épaulé par Douste-Blazy qui fait semblant d’être lanceur d’alerte chez Onfray alors que Servier l’a arrosé pendant des années »
      Lien

      .


    • leypanou 26 octobre 13:55

      @Attila
      citez une seule étude randomisée en double aveugle avec le protocole HCQ+AZT+ZINC en phase 1 de la maladie au lieu de parler dans le vague du type de « pour l’ensemble des médecins ».
      L’« ensemble des médecins » est aussi responsable de la situation catastrophique de la France en termes de résultats.


    • phan 26 octobre 18:23

      @leypanou

      Le taux de guérison pour l’Indonésie où l’HCQ est autorisée : 80,85 % ; pour la France où l’HCQ est interdite : 9,16 % - La médecine française ne guérit plus ?
      La censure de Facebook frappe : un groupe de 482 000 followers supprimé et Bébé Gilead (Nathan Peiffer-Smadja) se réjouit !

    • Eric F Eric F 26 octobre 18:48

      @Attila
      « la combinaison d’hydroxychloroquine et d’azithromycine a considérablement augmenté la mortalité. »
      Il y a un biais méthodologique de simple bon sens dans ce genre d’étude a posteriori, car on peut facilement démontrer qu’il y a davantage de gens morts du cancer qui ont reçu des médicaments contre le cancer, que de gens morts d’une autre maladie. Ce ne sont pas les médicaments en question qui les ont tué, mais ils sont morts malgré les soins, lesquels soins ont néanmoins guéri qu’autres gens.


    • I.A. 26 octobre 20:00

      @Attila

      Ah, t’es là... ?


    • greenspirit 26 octobre 20:14

      @Attila
      Christian Lehmann, sans doute un membre fakemed, un pote à Barraud, Gaudry, Smajda, Wargon.... ces gens là ne s’expriment que par l’agressivité et l’insulte et dénigrent toutes les médecines alternatives. A fond la chimie ! A fond Bigpharma ! 
      pour eux il n’y a que leur vision qui est bonne, ils sacralisent l’EMB... 


    • Jacques Pollini Jacques Pollini 26 octobre 20:26

      @Attila
      La meta-analyse de Fiolet porte sur les patients hospitalises et ne discerne pas les stades de la maladie. Or le consensus dont je parle porte sur l’efficacite de HCQ/AZI en milieu ambulatoire. Pas une seule etude parmi les 29 analysees par Fiolet ne porte sur cette situation therapeutique. Donc Fiolet est hors sujet par rapport au debat sur l’approche IHU et au point central que je fais dans cet article.


    • Attila Attila 26 octobre 20:39

      @pissefroid
      L’association HCQ+AZT est dangereuse pour le cœur. Elle ne pouvait être prescrite que sous surveillance stricte en milieu hospitalier. Donc, les patients à qui il était prescrit cette association de médicaments ne pouvaient être qu’hospitalisés.
      Le traitement est nocif pour le cœur que la maladie soit déclarée ou pas.

      .


    • Jacques Pollini Jacques Pollini 26 octobre 21:02

      @Attila
      A l’IHU, 430 hospitalisations sur 3119 patients COVID ayant recu HCQ/AZI plus de 3 jours, soit 13.8%. Les autres sont suivis en ambulatoire. On peut dire « hopital de jour » et donc dire qu’ils sont « hospitalises » mais c’est jouer sur les mots. Le traitement n’est pas dangereux, il faut juste faire des ECG et ne pas le donner si contre-indication. Avec 3119 patients, on peut tirer des conclusions.


    • Attila Attila 26 octobre 21:23

      @Jacques Pollini
      "la combinaison d’hydroxychloroquine et d’azithromycine a considérablement augmenté la mortalité.

      Méta analyse Thibaud Fiolet"

      Le traitement n’est pas dangereux ???

      .


    • Jacques Pollini Jacques Pollini 26 octobre 21:34

      @Attila
      On ne peut pas comprendre une situation en se basant sur quelques phrases ici et la. Il faut lire les articles. Si vous donnez de l’HCQ en compassionnel, ce qui etait la recommendation au depart, les gens vont recevoir de l’HCQ parce qu’ils meurent et non pas le contraire. Et vu que les donnees de base qui servent a corriger les biais potentiels peuvent etre recoltees avant cette decision, ce biais n’est pas forcement corrige par le traitement statistique. Ensuite, il peut y avoir une categorie de malade qui est rendue plus vulnerable par HCQ/AZI. C’est au medecins de savoir discerner. Il ne faut pas prescrire la meme chose a tout le monde. A la fin, si vous voulez une conclusion, il faut demander aux medecins qui ont administre ce traitement HCQ/AZi a des centaines ou milliers de patients. Ils disent tous que c’est OK. Il ne faut pas demander de conclure a des statisticiens qui n’ont vu et traite aucun malade. 


    • Legestr glaz Legestr glaz 26 octobre 21:49

      @Attila

      Ne vous laissez pas détourner par des analyses biaisées. Examiner sur quels malades porte cette étude : 

      Je copie colle : «  All studies except one were conducted on hospitalized patients and evaluated the effects of hydroxychloroquine with or without azithromycin ».

      La chloroquine est un ionophore du zinc. Elle permet donc au zinc d’entrer puissamment dans la cellule et d’y empêcher la réplication virale. Il faut donc administrer chloroquine (et zinc) dès les premiers symptômes.

      Comprenez alors, que si le virus s’est déjà répliqué dans la cellule, toute la chloroquine du monde (ni tout le zinc) ne pourra rien faire puisque la réplication virale aura déjà eu lieu. Les débats dans l’organisme devront être combattus par d’autres moyens que la chloroquine. 

      L’administration de chloroquine n’est d’aucune utilité chez la majorité des malades hospitalisés. Parce que, en effet, s’ils sont hospitalisés c’est qu’ils n’en sont plus aux premiers symptômes et que leur état de santé requiert, malheureusement, une hospitalisation. La réplication virale a eu lieu. L’étude citée présente donc un biais méthodologique rédhibitoire !

      De la même manière, il serait totalement inutile d’administrer une chimiothérapie à un cancéreux en phase terminale. 


    • bubu123 26 octobre 22:33

      @Jacques Pollini

      heu vous êtes vraiment en train de nous parler de ce torchon de l’ihu ?


    • Jacques Pollini Jacques Pollini 26 octobre 22:43

      @bubu123
      Je parle de ce que ferais une personne raisonable sur le 7eme patients apres qu’elle ai constate que son traitement a fait disparaitre le virus sur les 6 premiers patients traites. Que feriez vous ?
      On peut formuler autrement : Vous mangez 6 fois du poisson et 6 fois vous etes malades. La 7eme fois, allez vous changer de poissonerie, ou allez vous acheter le meme poisson en vous disant que vous n’avez pas eu de chance ?
      Ou allez vous faire une analyse statistique pour guider votre decision, puis constatant que ces analyses ne sont pas concluantes, manger le meme poisson ?


    • bubu123 27 octobre 00:15

      @Jacques Pollini

      ce papier est mauvais, il ne prouve rien. Votre démonstration non plus. 

      https://twitter.com/T_Fiolet/status/1306218902867894272
      je pense que le professeur Kienny dans cette vidéo répond bien à vos interrogations


    • hocagi@1shivom.com 27 octobre 05:35

      @Attila
      vous devriez avoir honte, et encore il n’y aurait pas assez d’une éternité pour vous condamner


    • phan 27 octobre 10:06

      @I.A.
      C’est A poil (nu) t’es là ?


    • Attila Attila 28 octobre 18:07

      La méta-analyse conclut à une mortalité relative augmentée comprise entre 2 % et 20 % pour les personnes qui ont reçu de l’HCQ. Qu’est-ce que cela veut dire ? En substance, cela signifie que : si on avait généralisé la prescription d’HCQ en France, à tous les malades comme l’ont conseillé certains scientifiques, en adaptant les doses des protocoles proposés qui étaient dénués de toute considération pharmacocinétique, on aurait assisté à une augmentation du nombre de décès absolu compris entre 700 et 7.003 (2 % et 20 % de 35.018 décès respectivement). "

      Une récente méta-analyse prépubliée des essais randomisés réalisés à travers le monde conclut que l’hydroxychloroquine augmente la mortalité relative des patients atteints de Covid-19 de 2 à 20 %. 

      .


    • Jacques Pollini Jacques Pollini 28 octobre 18:28

      @Attila
      Merci pour ce commentaire mais vous decrivez un monde de robots ou des machines decideraient de maniere normative comment soigner des patients en fonction du resultat d’une meta-analyse. Ce monde n’existe pas, dieu merci ! D’autre part, dans plusieurs etudes, l’HCQ a ete donnee en usage compassionnel, ce qui etait decrit comme innaproprie des le debut, et introduit en outre un biais de selection dans certaines etudes. Car si on fait la baseline a l’entree a l’hopital, et qu’ensuite on ne donne l’HCQ qu’aux patients dont l’etat s’aggrave, en compassionnel, alors les gens prennent l’HCQ parce qu’ils meurent et non pas le contraire (causalite inverse). L’analyse des facteurs de covariance ne peut corriger cela car elle se base sur des donnees baseline prises avant l’aggravation et la decision de donner HCQ. En tout cas c’est une possibilite qui pourrait expliquer en partie les resultats negatifs dans certaines etudes. Pour corriger ce biais, il faudrait introduire les variables « delai entre recolte des donnees baseline et demarrage du traitement » et « changement de l’etat du malade pendant cette periode, » ce que personne n’a fait a ma connaissance. Ou bien faire une analyse de sensibilite avec des donnees baseline prises a different moments, chose qu’une seule etude a fait a ma connaissance (A New York, je ne me souviens plus laquelle). Je decris ici des choses qui font partie de l’experience des medecins qui prescrivent et qui influencent leurs decisions, mais ne font pas partie de l’experience des statisticiens qui font des meta-analyse. C’est pourquoi il n’y aurait que les fous pour considerer une decision normative comme prendre ou ne pas prendre HCQ pour l’ensemble de la population en fonction des resultats d’une etude baseline. Cordialement, 


    • pemile pemile 28 octobre 18:54

      @Jacques Pollini

      Il y a eu plusieurs études sur les personnes prenant de l’HCQ depuis plusieurs années pour d’autres pathologies, qui ont démontrées que même en préventif cela n’apportait aucun bénéfice, non ?


    • pierrot pierrot 1er novembre 10:34

      @Attila
      C’est aussi ce que j’ai lu dans de nombreuses revues faisant le bilan de ces essais cliniques.

      Mais le Dr Raoult prétend toujours que les échecs sont dus au fait d’un protocole inadapté !

      Je pense qu’il a tord mais comme les essais se poursuivent actuellement, laissons du temps au temps et à la fin un bilan sera établi de façon rationnelle.


    • pierrot pierrot 1er novembre 10:37

      @Jacques Pollini
      Bonjour Jacques Pollini,
      les essais cliniques continuent actuellement.
      Attendons l’ensemble des résultats.
      Cordialement.


    • JC_Lavau JC_Lavau 1er novembre 10:56

      @pierrot. ah ? Tu as déjà vu des escrocs « établir un bilan de façon rationnelle », toi ? Je ne les ai jamais vu faire ainsi.


    • Jacques Pollini Jacques Pollini 1er novembre 16:54

      @pemile
      Bonjour et merci pour votre commentaire. Ces etudes, portant par exemple sur des patients qui prenent de l’HCQ pour traiter le lupus, montrent souvent un effet benefique. Dans la liste des 131 etudes sur l’HCQ disponible sur ce site (https://hcqmeta.com/), elles sont considerees dans la categorie PrEP (Pre-exposure prophylaxy) dans la figure 5. Cette figure montre l’effet de HCQ en PrEP et vous verrez que la plupart des etudes montrent un effet positif. Cordialement,


    • Jacques Pollini Jacques Pollini 1er novembre 16:55

      @Attila
      La meta-analyse de Fiolet porte sur les patients hospitalises et ne discerne pas les stades de la maladie. Or le consensus dont je parle porte sur l’efficacite de HCQ/AZI en milieu ambulatoire. Pas une seule etude parmi les 29 analysees par Fiolet ne porte sur cette situation therapeutique. Donc Fiolet est hors sujet par rapport au debat sur l’approche IHU et au point central que je fais dans cet article.


    • pemile pemile 1er novembre 17:13

      @Jacques Pollini "Ces etudes, portant par exemple sur des patients qui prenent de l’HCQ pour traiter le lupus, montrent souvent un effet benefique. Dans la liste des 131 etudes sur l’HCQ disponible sur ce site (https://hcqmeta.com/), elles sont considerees dans la categorie PrEP (Pre-exposure prophylaxy) dans la figure 5"

      Sur 3 études seulement ?

      Dans les faits, plusieurs études ont montré que les patients prenant de l’HCQ depuis plusieurs années sont quand même infectés par le CoV-2, que signifie le commentaire sur ces cas dans votre document :
      Les études négatives sont toutes des études portant sur des patients atteints de maladies auto-immunes systémiques qui soit ne tiennent pas du tout compte du risque de base différent de ces patients, soit ne tiennent pas compte du risque très variable chez ces patients.


    • Jacques Pollini Jacques Pollini 1er novembre 17:21

      @pemile
      Bonjour et merci pour votre message. Il y a en fait 24 etudes PrEP dans la figure 5 sur hcqmeta.com. Les 3 etudes dont vous parlez sont les etudes PEP (post Exposure Prophylaxy) et ne concernent donc pas les patients traites pour le lupus. Sur les 24 etudes PrEP, qu’importe qu’il s’agisse de patients traites pour le lupus ou pas. Ce qui compte, c’est que ce sont des patients traites en pre-exposure prophylaxy, et la majorite des etudes montrent un effet positif. Mais il est facile pour un esprit mal intentione (je ne dis pas vous, mais je parle des experts ou conseillers en communication travaillant pour GILEAD par exemple) de ne citer que les etudes montrant un resultat negatif. 


    • pemile pemile 1er novembre 17:40

      @Jacques Pollini "Il y a en fait 24 etudes PrEP dans la figure 5 sur hcqmeta.com. Les 3 etudes dont vous parlez sont les etudes PEP (post Exposure Prophylaxy)"

      Exact, désolé, j’ai interprété la présentation des totaux comme entête smiley

      Mais dans cette liste je ne vois aucune des études dont parle par exemple la SFPT ?



    • pemile pemile 1er novembre 18:33

      @Jacques Pollini

      Dans votre document, j’ai aussi un peu du mal avec la déclaration péremptoire pour les PEP :

      Post-Exposure Prophylaxis. 100% of PEP studies report positive effects,

      Sur les trois études citées, apparaît celle de Boulware publiée dans le NEJM dont ce n’est pas vraiment la conclusion !


    • eau-pression eau-pression 1er novembre 18:59

      @pemile

      Dans sa conclusion, la SFPT invite à être très prudent avant de conclure à l’inefficacité de l’HCQ pour prévenir de la covid à partir des observations chez des gens atteints du lupus. Idem pour l’autre étude.
      De quelles études parlent-ils dans leur dernier paragraphe ?

      Néanmoins, il faut garder en tête que ces pathologies fragilisent les patients vis-à-vis des infections, malgré un éventuel traitement préventif.
      Par ailleurs, la majorité des patients atteints de lupus et traités au long cours par HCQ atteignent des concentrations en médicament dans le plasma (liquide composant le sang) plus faibles que celles qui ont été prouvées efficaces in vitro (en laboratoire) contre le SARS-CoV2 (4).
      Ainsi, l’éventuel rôle préventif de l’hydroxychloroquine, lorsque le médicament a été administré de façon chronique dans le lupus ou la polyarthrite rhumatoïde est donc peu probable.
      Enfin, plusieurs études sont toujours en cours pour évaluer l’effet d’un traitement préventif par hydroxychloroquine chez les personnels soignants fortement exposés


    • Jacques Pollini Jacques Pollini 1er novembre 21:18

      @pemile
      Oui leur tableau prete a confusion. Certaines des etudes SFPT y sont, au moins une : l’etude de Konig. En principe, hcqmeta.com liste toutes les etudes qui permettent une comparaison entre HCQ et un groupe controle, qu’elles soient randomisees ou pas. S’ils en ont oubliees, il faut le leur signaler en leur envoyant un message (en bas de leur article). Merci.


    • Jacques Pollini Jacques Pollini 1er novembre 21:23

      @pemile
      Merci. je vous suggere de communiquer a hcqmeta.com la reference de cette etude.


    • Jacques Pollini Jacques Pollini 1er novembre 21:39

      @pemile
      Merci pour votre commentaire. Les resultats sont positifs en faveur de HCQ dans les 3 etudes PEP mais ces differences ne sont pas significatives pour 2 d’entre elles (Boulware et Mitja). J’aurais du le preciser et suis desole de ne pas l’avoir fait. Mais il est bon egalement de rappeller que « pas de difference significative » ne signifie pas « pas de difference ». Et ce qui est interessant avec les meta-analyses, c’est que si on a 3 etudes avec effet positif mais non significatif, ca devient souvent significatif lorsqu’on considere les 3 etudes ensembles. Voire par exemple l’exercice fait pas ces auteurs : https://www.medrxiv.org/content/10.1101/2020.09.29.20203869v3.full.pdf . 


    • Jacques Pollini Jacques Pollini 1er novembre 21:42

      @pemile
      Si vous etes feru de statistiques (je ne le suis pas donc n’ai pas d’avis la dessus), vous pouvez aussi voir cette tentative de re-analyse des donnes de l’etude de Boulware : https://www.researchgate.net/publication/344369617_Hydroxychloroquine_as_Pos t-Exposure_Prophylaxis_for_Covid-19_Why_simple_data_analysis_can_lead_to_the_wrong_conclusions_from_wel l-designed_studies 


    • Philippe Huysmans Philippe Huysmans 1er novembre 21:49

      @Jacques Pollini

      Si vous etes feru de statistiques

      Pemile s’y connaît autant en stats que moi en danse classique smiley 

      Notez que chez lui c’est une constante, on serait en peine de lui trouver un domaine de compétence.

      C’est juste un troll, autant discuter avec un moulin à café.


    • eau-pression eau-pression 1er novembre 22:26

      @pemile

      Sur les trois études citées, apparaît celle de Boulware publiée dans le NEJM dont ce n’est pas vraiment la conclusion* !

      La principale conclusion de l’étude Boulware, c’est : There was no significant difference in the incidence of the disease between the groups : 11.8% for the hydroxychloroquine group versus 14.3% for the placebo group
      Cette faible différence en faveur de l’usage de l’HCQ est considérée non significative avec un échantillon de 821 individus.

      Alors, effectivement « ce n’est pas vraiment la conclusion* », mais ça l’est sur le sous-échantillon des gens de 59 ans ou moins après réexamen par notre Argentin adepte de Benzécri (référence donnée par J.Pollini)

      *conclusion d’effet positif de l’HCQ


    • pemile pemile 1er novembre 22:52

      @eau-pression « mais ça l’est sur le sous-échantillon des gens de 59 ans ou moins après réexamen »

      Un preprint pas encore validé qui inverserait le conclusion et démontrerait un effet positif chez les moins de 50 ans (sur 414 sujets avec une moyenne d’âge de 40 ans) ?


    • eau-pression eau-pression 1er novembre 23:07

      @pemile

      qui inverserait la conclusion ??? Non  : qui permettrait de conclure (90%) sur un sous-échantillon.
      Où as-tu vu une conclusion défavorable à l’usage de l’HCQ dans l’article original ? Il disent juste que l’avantage constaté n’est pas statistiquement significatif.

      nb : faute de frappe de ma part, c’est bien 50 ans et non 59.


    • pemile pemile 2 novembre 08:51

      @eau-pression « Non : qui permettrait de conclure (90%) sur un sous-échantillon. »

      A la Raoult ? Plus l’échantillon est petit, plus c’est significatif ?

      « Où as-tu vu une conclusion défavorable à l’usage de l’HCQ dans l’article original ? »

      Après 8 mois de polémique, toujours à faire des confusions entre « défavorable » et « sans avantage constaté » ! smiley


    • eau-pression eau-pression 2 novembre 09:13

      @pemile

      Tu fournis à l’auteur un bel exemple de manipulation du langage. Je l’invite à s’en servir en dehors d’Avox. Ici, ton honnêteté intellectuelle est évaluée depuis longtemps.

      Laisse donc aux héritiers de Benzécri la charge de valider l’analyse sur les moins de 50 ans. Oublie une minute que t’es spécialite en tout (faut bien rêver).

      La question est : où trouve-t-on une conclusion défavorable à l’usage de l’HCQ dans l’article original ?

      Ne pas répondre serait malhonnête, après avoir écrit : qui inverserait le conclusion


    • pemile pemile 2 novembre 09:17

      @eau-pression « La question est : où trouve-t-on une conclusion défavorable à l’usage de l’HCQ dans l’article original ? »

      Où trouve-t-on une preuve de l’inexistence de dieu ?


    • pemile pemile 2 novembre 09:19

      @eau-pression « Ne pas répondre serait malhonnête, après avoir écrit : qui inverserait le conclusion »

      Donne moi l’inverse de la proposition : pas de différence significative ?


    • Aristide Aristide 2 novembre 09:24

      @pemile

      Où trouve-t-on une preuve de l’inexistence de dieu ?

      Et voilà le petit neuneu a essayer de démontrer que les études en double aveugle ou observationnelles n’auraient donc aucune validité !

      L’inexistence d’avantages n’est pas démontrable ?


    • pemile pemile 2 novembre 09:34

      @Aristide « L’inexistence d’avantages n’est pas démontrable ? »

      On peut se poser la question après 8 mois de polémique sur l’HCQ !


    • eau-pression eau-pression 2 novembre 09:43

      @pemile

      Proposition : l’HCQ a un effet préventif.

      Conclusion initiale Boulware : la proposition ne peut être validée par notre expérimentation

      Conclusion (pre-print) de JM.Luco : la proposition est vraie (seuil 90%) pour les individus de moins de 50 ans

      Affirmation @pemile : JM.Luco inverse la conclusion initiale

      L’affirmation de @pemile est-elle correcte ?


    • pemile pemile 2 novembre 09:46

      @eau-pression « L’affirmation de @pemile est-elle correcte ? »

      Ne peut être validée versus est validée à la condition de ..  ?


    • pemile pemile 2 novembre 09:50

      @pemile « à la condition de .. »

      Face au Cherry picking toute étude peut être invalidée ?


    • eau-pression eau-pression 2 novembre 10:29

      @pemile

      On avance ; pour @pemile, dire « la proposition est vraie » c’est l’inverse de dire « la proposition ne peut être validée »

      Soit, quand @pemile dit « JM Luco inverse la conclusion initiale, » il ne sous-entend pas que la conclusion initiale était « l’HCQ est inefficace ».

      (Pour rappel JM Luco affirme que l’HCQ est efficace en préventif chez les moins de 50 ans)

      Va falloir vous habituer au langage paradoxal, les gars !


    • pemile pemile 2 novembre 10:38

      @eau-pression « On avance ; pour @pemile, dire « la proposition est vraie » c’est l’inverse de dire « la proposition ne peut être validée » »

      Non, ne peut être validée versus validée en faisant du cherry picking !


    • pemile pemile 2 novembre 10:45

      @eau-pression « Va falloir vous habituer au langage paradoxal, les gars ! »

      Puisque tu sembles lancé sur un chipotage d’un mix de logique booléenne et d’école de Palo Alto :

      NE PEUT être validée versus PEUT être validée


    • Francis Francis 2 novembre 11:09

      @eau-pression « Va falloir vous habituer au langage paradoxal, les gars ! »

       
       Mais ils y sont habitués, puisqu’ils en sont les apôtres.
       
       « L’inspecteur du travail Anthony Smith est sanctionné pour avoir dit la vérité avant tous les autres. Il a appuyé les élues du personnel qui demandaient, pour elles et leurs patients, des équipements de protection individuelle et notamment des masques, dans une période où le gouvernement expliquait que les masques étaient inutiles !  »

       
       Aujourd’hui, les masques sont obligatoires même en extérieur, en été, et ça ne choque pas ces drôles.


    • eau-pression eau-pression 2 novembre 11:29

      @pemile

      Tu écris « JM Luco inverse la conclusion initiale »

      En langage de base, l’inverse de « ça marche » c’est « ça ne marche pas ».

      Ceux qui pratiquent le langage de base comprennent que, d’après @pemile, l’étude Boulware concluait « ça ne marche pas ».

      Ils ne comprennent donc pas « aucune conclusion possible ».

      Mais si pour toi c’est pareil de dire « je conclus que ça ne marche pas » et « je ne peux pas conclure » ...


    • eau-pression eau-pression 2 novembre 11:33

      @Francis

      M’habituer au globbish, ce sera donc n’avoir aucune confiance dans mon interlocuteur.

      En parallèle, j’essaierai d’entretenir mon français. Et même le gaulois : quand on me parlera de Cherry Picking, j’imaginerai qu’il s’agit de piquer la chéri(e) de l’autre.


    • eau-pression eau-pression 2 novembre 11:34

      @eau-pression
       en langage inclusif pas galant : le chéri-la chérie


    • pemile pemile 2 novembre 12:29

      @eau-pression « En langage de base, l’inverse de « ça marche » c’est « ça ne marche pas » »

      wiwi, et en « langage de base », l’inverse de NE PEUT être validée c’est pas PEUT être validée.

      « Mais si pour toi c’est pareil de dire « je conclus que ça ne marche pas » et « je ne peux pas conclure » »

      Mais si tu veux me faire dire ce que je n’ai pas dis, essaye encore ? smiley


    • eau-pression eau-pression 2 novembre 13:18

      @pemile

      Tu as bien dit que la conclusion de JM Luco était l’inverse de la conclusion
       initiale *

      T’essaierais pas de le nier ?

      Prétendrais-tu avoir dit que JM Luco concluait et alors que Boulware ne conclue pas ?

      * Un preprint pas encore validé qui inverserait le conclusion et démontrerait un effet positif chez les moins de 50 ans (sur 414 sujets avec une moyenne d’âge de 40 ans) ?




    • pemile pemile 2 novembre 13:34

      @eau-pression « Tu as bien dit que la conclusion de JM Luco était l’inverse de la conclusion initiale »

      Oui, et c’est bien comme ça que l’auteur de l’article le présente : « can lead to the wrong conclusion »

      Tu n’as pas un chat chez toi à chatouiller plutôt que polluer les commentaires de cet article avec tes attques puériles sans fin ?


    • eau-pression eau-pression 2 novembre 13:49

      @pemile

      Je ne suis plus à l’âge du lapin blanc, comme Alice.

      Tu m’apprends le langage de base de la télé, faut être patient quand on est pédagogue.

      De quel article parles-tu ?


    • pemile pemile 2 novembre 14:00

      @eau-pression « De quel article parles-tu ? »

      C’est une blague ???!!! smiley

      « Tu m’apprends le langage de base de la télé »

      Tes délires me saoulent smiley

      « faut être patient quand on est pédagogue. »

      Autant que toi pour noyer le poisson ?


    • eau-pression eau-pression 2 novembre 14:19

      @pemile

      Tu te veux pas pédagogue ? Avant de poser la question, j’ai fait 2 ou 3 ctrl-F. Pas trouvé.


    • pemile pemile 2 novembre 14:27

      @eau-pression « Tu te veux pas pédagogue ? »

      Si, mon excellence dans le domaine a même été reconnue, mais pas avec l’élève qui joue au con et me cherche des noises !

      « Avant de poser la question, j’ai fait 2 ou 3 ctrl-F. Pas trouvé. »

      Le post auquel tu réponds te donne la réponse et il me semblait que c’était le fond de nos trop nombreux échanges : l’article de JM Luco  ! smiley


    • Philippe Huysmans Philippe Huysmans 2 novembre 14:57

      @pemile

      Le post auquel tu réponds te donne la réponse et il me semblait que c’était le fond de nos trop nombreux échanges : l’article de JM Luco ! 

      Un Preprint, coco ? Pourquoi pas aller le chercher sur un blog ou l’autre, tant que tu y es ?

      Parce que des études montrant l’efficacité clinique de l’HCQ, il y en a 132 à ce jour. Et dans des revues à comité de lecture, hein, pas dans le supplément « vacances de Toussaint » de Spirou.

      Le niveau de tes sources est un peu à la ramasse.


    • eau-pression eau-pression 2 novembre 16:11

      @pemile

      T’étais un peu ambigü, professeur, aussi j’ai vérifié avec mes ctrl+F. Mais dans le titre de JM Luco, conclusion est au pluriel.

      Je joue pas au con : j’ai enfin une télé qui me répond, je vais pas la lâcher avant de comprendre. Si on reconnu tes qualités pédagogiques, a priori je m’inquiète : si tu servais un discours Palo Alto, ça volait haut. Pour moi le cancre, tu serais plutôt Bruno Basso.

      Trêve de plaisanterie de radiateur : tu reconnais que l’étude Boulware, la seule que tu exhibes comme contraire à l’affirmation de J.Pollini, ne dit pas : l’HCQ en préventif, ça ne marche pas ?


    • pemile pemile 2 novembre 16:16

      @eau-pression « Si on reconnu tes qualités pédagogiques, a priori je m’inquiète »

      Tes a priori, tu sais, je commence à connaitre leurs valeurs smiley

      « tu reconnais que l’étude Boulware, la seule que tu exhibes comme contraire à l’affirmation de J.Pollini »

      Non, pour le préventif, j’en ai posté une dizaine, non ?

      Et tu veux prétendre que cette liste est exhaustive et n’a pas comme base un peu de cherry picking ?


    • pemile pemile 2 novembre 16:18

      @Philippe Huysmans « Parce que des études montrant l’efficacité clinique de l’HCQ »

      L’est pas bien réveillé le canard belge ? Tu nous reposte la liste qui est à la base de l’article ??!! smiley


    • pemile pemile 2 novembre 16:21

      @Philippe Huysmans « Un Preprint, coco ? »

      Eh oui, pour tenter de « corriger » une des études de ta fameuse liste, qui conclue qu’il n’y a pas de différence significative entre HCQ et placebo smiley

      « Le niveau de tes sources est un peu à la ramasse. »

      Essaye plutôt de suivre au lieu de te ridiculiser ?


    • Philippe Huysmans Philippe Huysmans 2 novembre 16:27

      @pemile

      Eh oui, pour tenter de « corriger » une des études de ta fameuse liste

      Malheureusement, un preprint, c’est pas de la science, coco. Les études mentionnées, si. Tu comprends la différence ou t’as un peu de mal ?

      Donc tu reviens quand ton document sera publié dans une revue à comité de lecture et d’ici là, ça vaut rien.


    • Philippe Huysmans Philippe Huysmans 2 novembre 16:28

      @pemile

      L’est pas bien réveillé le canard belge ? Tu nous reposte la liste qui est à la base de l’article ??!

      Bah oui, parce qu’apparemment pour toi, un preprint de merde vaudrait plus qu’une bonne centaine d’articles scientifiques...

      Alors on tape un peu sur le clou.


    • Jacques Pollini Jacques Pollini 2 novembre 16:32

      @Philippe Huysmans
      Bonjour. Je vois que la discussion est animee ! Toute personne qui fait du peer review ou soumet des articles a des revues scientifiques sait bien qu’un mauvais article peut etre publie. La preuve, l’etude de Mehra qui a ete retractee, mais il y a beaucoup d’autres exemple deriere ce cas extreme. Donc il vaut mieux un bon preprint qu’une mauvaise publication, et qu’il s’agisse d’un preprint ou d’un article publie, il faut toujours lire l’esprit critique. Merci pour votre interet pour mon article.


    • eau-pression eau-pression 2 novembre 16:32

      @Philippe Huysmans

      Hum ... L’étude en preprint reprend les données de l’étude Boulware, la seule que @pemile ait trouvé pour dire qu’on ne peut pas affirmer que l’HCQ en préventif n’a pas d’effet positif. Et cette étude en preprint dit qu’en traitant mieux les données, on cnclut que l’HCQ en préventif, c’est bon pour les moins de 50 ans.


    • Philippe Huysmans Philippe Huysmans 2 novembre 16:35

      @Jacques Pollini

      Bonjour. Je vois que la discussion est animee ! Toute personne qui fait du peer review ou soumet des articles a des revues scientifiques sait bien qu’un mauvais article peut etre publie. La preuve, l’etude de Mehra qui a ete retractee,

      D’accord mais cela ne nous dit rien sur les qualités d’un preprint non plus, sauf que lui n’a pas reçu le soutien d’un comité de lecture. Donc pour moi c’est de moindre valeur par la force des choses.

      Si c’est un bon article, il sera peer-reviewed et publié et puis pipile pourra venir nous le représenter, d’ici là c’est juste un article, et pas de la science.


    • eau-pression eau-pression 2 novembre 16:37

      Bonjour @Jacques Pollini

      J’ai l’impression d’être dans le sujet de votre article en cherchant à comprendre le langage @pemilien. Je lui pose les questions que j’aimerais poser à un journaliste des MMS.

      L’autre jour, il m’a éclairé sur la logique defakakrice, je vérifie.


    • Jacques Pollini Jacques Pollini 2 novembre 16:45

      @eau-pression
      OK.
      Bon, je vous laisse a vos debats ; ou devrais je dire vos ebats smiley

      Merci.


    • pemile pemile 2 novembre 16:48

      @Jacques Pollini « Bonjour. Je vois que la discussion est animee ! »

      Mea culpa, je réponds systématiquement à toutes les attaques.

      Pour le preprint de JM Luco, Huysmans l’attaque car il pense que c’est une de mes sources et n’a pas vu que c’est vous qui l’avez posté smiley


    • pemile pemile 2 novembre 16:50

      @eau-pression « la seule que @pemile ait trouvé pour dire qu’on ne peut pas affirmer que l’HCQ en préventif n’a pas d’effet positif. »

      NON, bis repetita, pour le préventif j’en ai posté une dizaine et ce n’est pas exhaustif smiley


    • VY-rus T Le chat paumé 2 novembre 17:01

      @eau-pression
      @philipe

      la seule que @pemile ait trouvé pour dire qu’on ne peut pas affirmer que l’HCQ en préventif n’a pas d’effet positif.

      Je vois meme pas pourquoi vous vous faite chier , pemile n’ as aucune expertise ni credibilté , meme en propagandiste il est tres mauvais.

      il édifie une pile de mensonge et s’ étonne quand il se la prend sur la gueule ...


    • pemile pemile 2 novembre 17:20

      @Le chat paumé « Il édifie une pile de mensonge »

      J’ai déjà dû te le réclamer une dizaines de fois, je retente voir si tu te défiles encore, source quelques exemples de mes soi-disant mensonges ?


    • VY-rus T Le chat paumé 2 novembre 17:21

      @Jacques Pollini

      Bonsoir , article tres interessant , ne serais que par les querrelle de chapelle qu’ il génère ... en tant qu’ anthropologue , je pense que vous devez beaucoup vous amuser a nous regarder nous battre entre fourmilière idéologique .

      Nos amis chinois se marre également beaucoup , il sont pourtant confronter a l’ hiver comme nous autre , mais il ont acquis en 9 mois 20 ans d’ expreience sur le covid , il soignent massivement a l’ HCQ , a l’ azithromicine , mais aussi au zinc , a l’ artemissine , a la nicotine , au canabis , a la cortizone , au ains , ou meme avec cette bonne vielle aspirine ...

      le confinement est total labas , et assez « militaire » , mais il est aussi tres localisé la ou les cas emerge ...

      leur resultat plaide pour eux , il ont des perte , mais bien moins qu’ avec notre strategie de masque placebo fabriqué avec du PQ censé faire peur au petite bete ...

      Leur resultat parle pour eux , ils ont presque eradiqué l’ epidemie .
      Si c’ est bien une « guerre » biologique , qu’ elle soit voulu ou fortuite , 
      ce qui est sur c’ est qu il l’ ont gagné et que nous somme en train de la perdre .

      A+ et au plaisir de vous lire .


    • pemile pemile 2 novembre 17:22

      @Philippe Huysmans « Bah oui, parce qu’apparemment pour toi, un preprint de merde vaudrait plus qu’une bonne centaine d’articles scientifiques... »

      CQFD pour Jacques Pollini smiley


    • VY-rus T Le chat paumé 2 novembre 17:26

      @pemile

      Pas besoin d’ aller tres loin smiley

      ce message , m’ accuse de ne jamais avoir sourcer tes conneries ...
      ce qui est evidement faux , puisque je ne fait que ca te foutre le nez dans ta merde 
      tout mes commentaire sur la page de moderatus , sont clair edifiant , et je ne suis pas le seul , phillipe ouam , ou meme nono , on demontrer que ton article etait du vent ...

      Ton appelle a temoignage en ta faveur , a fait que meme moderatus ne t’ as pas laisser le benefice du doute .

      Tu as fait l’ unanimitee pour constater ta mythomanie galopante ...


    • eau-pression eau-pression 2 novembre 17:28

      @pemile

      quelques exemples de mes soi-disant mensonges

      Celui qui lit « Luco inverse la conclusion de Boulware », sachant que Luco dit « l’HCQ marche pour les moins de 50 ans », que comprend-il ?

      A celui qui comprend que pour Boulware ça ne marche pas, tu mens ... sans le savoir bien sûr.

      Car Boulware dit qu’il ne peut rien affirmer.


    • Jacques Pollini Jacques Pollini 2 novembre 17:32

      @Le chat paumé
      Bonjour et merci pour vos commentaires. Oui, nous nous enfermons dans nos querelles et oublions que la moitie du monde qui utilise l’HCQ s’en tire mieux que celle qui ne l’utilise pas : https://c19study.com/countries.html
      Codialement,


    • pemile pemile 2 novembre 17:38

      @Le chat paumé « phillipe ouam , ou meme nono , on demontrer que ton article etait du vent ... »

      Ben non, il s’est surtout « envolé » à cause de vos manips, de toi et de Huysmans smiley


    • pemile pemile 2 novembre 17:40

      @eau-pression « A celui qui comprend que pour Boulware ça ne marche pas, tu mens ... sans le savoir bien sûr. »

      Rhhhooo, et c’est toi qui déclare « en cherchant à comprendre le langage @pemilien. Je lui pose les questions que j’aimerais poser à un journaliste des MMS. » smiley


    • pemile pemile 2 novembre 17:42

      @Jacques Pollini « oublions que la moitie du monde qui utilise l’HCQ s’en tire mieux que celle qui ne l’utilise pas »

      Reste à démêler causalité et corrélation ?


    • eau-pression eau-pression 2 novembre 17:42

      @pemile

      Si tu veux, on peut aussi se demander ce que comprend un téléspectateur qui entend ton affirmation à la télé, sans pouvoir vérifier ce que dit vraiment Boulware


    • Jacques Pollini Jacques Pollini 2 novembre 17:46

      @pemile
      Oui bien sur.


    • Philippe Huysmans Philippe Huysmans 2 novembre 17:47

      @pemile

      Ben non, il s’est surtout « envolé » à cause de vos manips, de toi et de Huysmans 

      De plus en plus fort, pipile, à c’theure il prétend qu’on aurait le pouvoir de faire disparaître des articles de la modération.  smiley

      Tiens j’en profite pour t’envoyer une tof du chaton alors qu’il était en train de pirater ton ordinateur, hiers soir.


    • pemile pemile 2 novembre 17:48

      @eau-pression "on peut aussi se demander ce que comprend un téléspectateur qui entend ton affirmation à la télé, sans pouvoir vérifier ce que dit vraiment Boulware"

      Si, si, en pouvant vérifier puisque c’est moi qui est donné le lien vers l’étude de Boulware alors que la liste de hcqmeta la cite, elle, sans aucun détail, comme plutôt positive.


    • pemile pemile 2 novembre 17:50

      @Philippe Huysmans « De plus en plus fort, pipile, à c’theure il prétend qu’on aurait le pouvoir de faire disparaître des articles de la modération »

      Non, des comptes.


    • VY-rus T Le chat paumé 2 novembre 17:52

      @Jacques Pollini

      De rien , et désolé pour cette pollution du aux querelle stériles .

      Il y a un aspect psychosocial , qui m’ amuse enormement , on as reussit a faire peur avec un medicament vieux de 40 ans , présentant tres peut de contre indication ...

      mais les medicament vraiment dangereux , comme ceux contre le rhume , presentant des effet secondaire tres frequent tel que AVC , crise cardiaque , maladie neurale induite ....cf https://www.capital.fr/entreprises-marches/rhume-digestion-ces-celebres-medicaments-en-vente-libre-mais-potentiellement-dangereux-1383331 reste eux en vente libre sans aucun soucis .

      La psychose du virus et de son traitement semble donc avoir un autre but que de reduire le nombre de mort ...

      J’ y vois moi plutot , une tentative de destabilitation et de revolution mondiale , dans une logique , cherchant a unir capitalisme et communisme totatlitaire dans un gourvernement planetaire dominé par les multinationale qui souhaite remplacer les nation . 

      certe cela peut passer pour du complotisme , mais si j’ etait un VIP de ces multinational c’ est exactement la solution logique qu’ il me viendrais a l’ idée pour permetre a ces entité supranational d’ acquerir un pouvoir au dela de l’ argent .

      Souhaitons tous que je me trompe et que ce ne soit qu’ un fantasme de mon esprit tordu .


    • VY-rus T Le chat paumé 2 novembre 17:59

      @pemile

      Ton monde n’ est fait que de certitude batit sur du vent ...
      Tout le monde complote contre toi ce genie meconnu .

      Et tu as l’ énorme culot de nous faire passer pour des complotiste ...
      Puis la fois suivante pour des comploteur ...

      tu peut pas vivre dans cette dichotomie permanente , ta nevrose est deja bien galopante , tu vivrais bien plus serainement si tu faisait le point et te faisait aider par quelqun de competent en dehors de ton cercle familiale .

      ta copine si elle existe vraiment devrait savoir que la premiere regle en psychotherapie est de ne pas traiter quelqun avec qui on entretient la moindre relation personelle .

      il est grand temps que tu fasse le point sur toi meme et que tu te fasse aider , 
      car au stade ou tu est la phase suivante c’ est la folie furieuse et peut etre violente .


    • Philippe Huysmans Philippe Huysmans 2 novembre 18:05

      @Le chat paumé

      Souhaitons tous que je me trompe et que ce ne soit qu’ un fantasme de mon esprit tordu .

      Moi je crains exactement la même chose, le pire du communisme et du néolibéralisme tout à la fois, soit la dictature d’inspiration communiste pour les gueux et au sommet, un pouvoir régi par le néolibéralisme pour l’élite.

      Est-ce que c’est viable, je ne sais pas, mais c’est bien ce qui est en train d’être imposé au moyen de la dictature sanitaire pour une épidémie qui n’existe plus.


    • Philippe Huysmans Philippe Huysmans 2 novembre 18:10

      @pemile

      Non, des comptes.

      Oh, pauvre petit poussin, comme je suis triste que ton (double) compte ait subitement disparu : coronavirus, j’imagine ? J’espère qu’il n’a pas trop souffert, et puis il y a un point positif, ça vient gonfler les stats smiley


    • Francis Francis 2 novembre 18:10

      @Philippe Huysmans
       
       ’’le pire du communisme et du néolibéralisme tout à la fois,’’
       
       C’est en même temps « 1984 » d’Orwell et « Le Meilleur des mondes » d’Huxley.


    • pemile pemile 2 novembre 18:20

      @Le chat paumé « Ton monde n’ est fait que de certitude batit sur du vent »

      Du tout, et bien moins que tous les allumés de ce forum !

      "ta copine si elle existe vraiment devrait savoir que la premiere regle en psychotherapie est de ne pas traiter quelqun avec qui on entretient la moindre relation personelle"

      J’va’l’dire à ma femme, ça va l’amuser smiley


    • VY-rus T Le chat paumé 2 novembre 18:21

      @Philippe Huysmans

      Moi je crains exactement la même chose, le pire du communisme et du néolibéralisme tout à la fois, soit la dictature d’inspiration communiste pour les gueux et au sommet, un pouvoir régi par le néolibéralisme pour l’élite.

      Est-ce que c’est viable, je ne sais pas, mais c’est bien ce qui est en train d’être imposé au moyen de la dictature sanitaire pour une épidémie qui n’existe plus.


      >Tu as raisons , dans cette hybride , il y aura certainement aussi des aspect religieux , et fasciste eugenique pour viabiliser ce grand ecard .

      Si je devais construire ce type de systeme , je provoquerais une guerre de religion , puis ensuite , une nouvelle revellation , un nouveau messie qui unirait toute les religions pour en faire un syncretisme destiné a programmer les gens par la foie aveugle .


      L’ eugenisme , lui serait fait de facon a donner l’ impression au peuple que les meilleurs peuvent rejoindre le sommet , que le syteme est juste , et il servirais egalement a diminuer la popullation de maniere progressive mais efficace ...


      La premiere mesure serais donc d’ interdire la reproduction a l’ ancienne pour la confier a la PMA/GPA .Cette mesure , sevrais venir pour etre bien cimenté d’ un dogme religieux nouveaux pour etre incontestable .


      Heureusment que je ne suit pas un dictateur et que je refuse le chemin d’ une logique diabolique aussi implacable et inhumaine ...



    • VY-rus T Le chat paumé 2 novembre 18:27

      @pemile

      @Le chat paumé « Ton monde n’ est fait que de certitude batit sur du vent »

      Du tout, et bien moins que tous les allumés de ce forum !

      « ta copine si elle existe vraiment devrait savoir que la premiere regle en psychotherapie est de ne pas traiter quelqun avec qui on entretient la moindre relation personelle »

      J’va’l’dire à ma femme, ça va l’amuser 

      He bien je suis bon prince , tu va nous sourcer tout ca , 
      les bilan psychologique ne sont pas dur a avoir il te suffit de demander a ton medecin generaliste qu’ il t’ oriente ...

      Ensuite , tu nous scan cette feuille prouvant que tu est tout a fait apte a mener une vie normale .Tu vois rien de compliqué ...

      Et la je te promet de t’ expedier 3kg de bon saucisson d’ ardeche et une cote de boeuf de premiere qualité ....et si t’ est vegan ca sera des chataigne et du miel de premier choix ...

      PS : ne prend pas l’ excuse du confinement ca ne marchera pas :)
      et bien sur il faut un vrai psychologue ou psychiatre inscrit a l’ ordre des medecin , pas ta copine qui fait du psychosocial au debotté smiley


    • pemile pemile 2 novembre 18:43

      @Philippe Huysmans « pour une épidémie qui n’existe plus. »

      Mantra à répéter 123 fois par jour en se tapant la tête par terre ?

      Y’a des citations de Kant et de Russel pour toi plus haut dans les comms.


    • Philippe Huysmans Philippe Huysmans 2 novembre 18:45

      @pemile

      Mantra à répéter 123 fois par jour en se tapant la tête par terre ?

      Pour moi l’importance, ou l’impact d’une épidémie s’évalue avant tout sur le nombre de personnes qu’elle tue quoditiennement. 

      Bizarrement, cette seconde vague ne tue personne, ça se verrait sur les statistiques comparées aux autres années.

      Conclusion logique : plus d’épidémie.


    • Jacques Pollini Jacques Pollini 2 novembre 18:46

      @Le chat paumé
      Il est tout a fait legitime d’envisager cette possibilite et il ne faut pas se laisser intimider par les accusation de complotisme. Il faut simplement rester prudent et considerer que c’est la une hypothese a tester. Personnellement, si j’etais un tyran en soif de pouvoir, je chercherai a controller l’economie et l’information. Et la crise COVID en court m’aiderait a realiser cela, car l’endettement des etats permettra de controler leur economie a partir des institutions bancaires dont nous allons devenir encore plus dependants, tandis que les controverses sur les traitements permettent d’identifier un ennemi interieur que l’on denomme « complotiste » et qui « justifie » la mise en oeuvre de la censure par les algorithmes des reseaux sociaux.


    • The White Rabbit The White Rabbit 2 novembre 18:51

      @ mon petit philou

      Un article que vous ne lirez pas mais qui explique objectivement les biais dans votre raisonnement tronqué sur les chiffres des deces et vos fumeuses comparaisons :

      https://www.liberation.fr/checknews/2020/10/29/les-donnees-de-l-insee-montrent-elles-vraiment-qu-il-n-y-a-pas-eu-de-surmortalite-liee-au-covid_1803730


    • pemile pemile 2 novembre 18:53

      @Philippe Huysmans « Conclusion logique : plus d’épidémie. »

      bis repetita, la courbe des décès depuis le 11 mai, fin du premier confinement.


    • pemile pemile 2 novembre 18:55

      @The White Rabbit

      Une photo pour envisager qu’il ne se crashe pas en bout de ligne ! smiley


    • VY-rus T Le chat paumé 2 novembre 19:03

      @Jacques Pollini

      Oui tout a fait la maîtrise de l’ économie et de l’ information est un outils essentiel et incontournable dans ce type de procédé .
      Si on détaille plus avant , cette maîtrise de l’ économie et de l’ information doit se baser sur un despotisme hydraulique .... 

      Pour avoir du pouvoir , il ne suffit pas d’ etre riche et de controler les ressource , il faut en priver les autre pour qu’ ils soient dependant de nous dans tout les aspect de leur vie .Si des gens reste autonome , il y aura toujours des rebel ou des insoumis et le pouvoir n’ est donc pas totale .

      être riche au dela de 25 million d’ euro , ne permet rien de plus , ce qui compte c’ est d’ appauvrir les autres pour régner sans concurrence .

      Bien sur ce n’ est qu’ une theorie , mais que je vois evoluer sans cesse depuis le debut des année 90 ...et elle me parait de plus en plus probante .

      d’ un autre coté , le fait q’ on puisse la deviner si facilement ce type de stratégie me laisse pensée que ce n’ est que le sommet de l’ iceberg et que des chose bien plus pernicieuse nous sont caché soigneusment et qu’ on nous jette du faux complotisme expret pour noyer le poisson ...


    • Philippe Huysmans Philippe Huysmans 2 novembre 19:05

      @pemile

      bis repetita, la courbe des décès depuis le 11 mai, fin du premier confinement

      Tiens je te remets les stats de l’Insee (comparaison 2018 2019 2020), et tu vas me dire où est la surmortalité 2020.

      Les mêmes affirmations oiseuses appellent les mêmes réponses factuelles, escroc smiley



    • Philippe Huysmans Philippe Huysmans 2 novembre 19:11

      @The White Rabbit

      Les données de l’Insee montrent-elles vraiment qu’il n’y a pas eu de surmortalité liée au Covid ?

      T’es à la ramasse, lapinet, on parle des données de mortalité concernant la seconde vague, et le graphique que je donne pointe directement vers l’Insee.

      Et tout comme pour la Belgique, circulez, y a rien à voir : nada, zéro, peau d’zob.


    • pemile pemile 2 novembre 19:19

      @Philippe Huysmans « et le graphique que je donne pointe directement vers l’Insee »

      Et s’arrête AVANT la deuxième vague, quel charlot !


    • Philippe Huysmans Philippe Huysmans 2 novembre 19:21

      @pemile

      Et s’arrête AVANT la deuxième vague, quel charlot !

      Je t’ai donné un lien vers un commentaire de nono dans lequel il nous disait le 15 octobre qu’on était en plein dedans, que les services étaient saturés, etc.

      Vous nous prenez pour des cons ? Tout est archive, escroc.


    • pemile pemile 2 novembre 20:17

      @Philippe Huysmans « Je t’ai donné un lien vers un commentaire de nono »

      Le fameux Nono qui nous annonçait plus de 350 morts en hopital pour cette semaine (416 décès aujourd’hui), bien plus fiable que toi l’escroc !


    • Philippe Huysmans Philippe Huysmans 2 novembre 20:25

      @pemile

      Le fameux Nono qui nous annonçait plus de 350 morts en hopital pour cette semaine (416 décès aujourd’hui), bien plus fiable que toi l’escroc !

      Ah s’il est fiable alors la deuxième vague était déjà BIEN présente au 15 octobre, mais alors... où sont les morts smiley

      Tu ne peux pas sortir de tes contradictions qui t’écrasent entre la réalité et ce que vous avez écrit...


    • pemile pemile 2 novembre 20:56

      @Philippe Huysmans « Ah s’il est fiable alors la deuxième vague était déjà BIEN présente au 15 octobre, mais alors... où sont les morts »

      Ils arrivent 15 à 20 jours plus tard, Nono te l’a déjà expliqué une dizaine de fois, t’as le cerveau en panne ?

      « Tu ne peux pas sortir de tes contradictions qui t’écrasent entre la réalité et ce que vous avez écrit... »

      Je t’en pris, source, par contre, pour ton cas, l’écrasement, là, ..... smiley


    • Philippe Huysmans Philippe Huysmans 2 novembre 21:05

      @pemile

      Ils arrivent 15 à 20 jours plus tard, Nono te l’a déjà expliqué une dizaine de fois, t’as le cerveau en panne ?

      Non non, petit crabe, on nous a déjà, sur cette période, et par ex pour la Belgique, fait état de 1069 morts « covid ». C’est beaucoup sur la période pour notre petit pays.

      Seulement voilà, sur les graphiques comparés, il n’y a rien, que dalle. Et les graphiques sont corrects, et le chiffre de 1069 est officiel.

      Tu vas pouvoir nous expliquer ça ?

      La seule explication possible est : ce sont des petits vieux qui sont morts, comme chaque année, et qu’on a étiquetés « covid ».

      De la putain de propagande de la peur, mais avec seulement quelques personnes comme moi, elle ne tiendra plus bien longtemps, crois-moi.

      Je te l’avais dit en mars : vos petits mensonges vont s’effondrer le jour où l’on disposera des chiffres de mortalité toutes causes confondues, impossibles à trafiquer, remember ?

      Bisou smiley


    • pemile pemile 2 novembre 21:09

      @Philippe Huysmans "De la putain de propagande de la peur, mais avec seulement quelques personnes comme moi, elle ne tiendra plus bien longtemps, crois-moi."

       smiley


    • pemile pemile 2 novembre 21:12

      @Philippe Huysmans « Seulement voilà, sur les graphiques comparés, il n’y a rien, que dalle »

      Rien du tout, la courbe de mortalité de la deuxième vague en Belgique se rapproche juste de celle de la première vague en France ! smiley


    • Philippe Huysmans Philippe Huysmans 2 novembre 21:15

      @pemile

      De la putain de propagande de la peur

      Et pendant que tu te marres, j’ai chaque jour un peu plus de visiteurs sur mon propre média. Eh oui, le bouche à oreille, les médias sociaux, toussa.

      Ca se voit à différents indicateurs : mon indexing sur google (excellent depuis peu), les stats Matomo, bien sûr, et puis le nombre de personnes qui me contactent soit par les commentaires soit directement via mon formulaire de contact. Ah oui, j’aurais dû ajouter le nombre de personnes qui se sont inscrites à ma newsletter, souhaitant être informées de tous les nouveaux articles : ce nombre a plus que doublé depuis le début de la crise.

      Merciki ? Merci les médiamenteurs et le gouvernement !


    • Philippe Huysmans Philippe Huysmans 2 novembre 21:18

      @pemile

      Rien du tout, la courbe de mortalité de la deuxième vague en Belgique se rapproche juste de celle de la première vague en France !

      Oui, les diagnostiqués covid, en somme ? Problème, cela ne génère absolument aucune différence sur les courbes de mortalité comparées, escroc.

      Donc ces diagnostics sont BIDONS.


    • pemile pemile 2 novembre 21:20

      @Philippe Huysmans « mon indexing sur google (excellent depuis peu) »

      Grace à tous les liens qui tu sèment sur Avox, t’as les stats sur les referer ?

      « Et pendant que tu te marres, j’ai chaque jour un peu plus de visiteurs sur mon propre média »

      Plus que pour une vidéo de chatons ?


    • pemile pemile 3 novembre 00:12

      @Philippe Huysmans « Donc ces diagnostics sont BIDONS. »

      Les majuscules donnent plus de poids à l’argument ridicule ?


    • Philippe Huysmans Philippe Huysmans 3 novembre 00:22

      @pemile

      Les majuscules donnent plus de poids à l’argument ridicule ?

      Tu es vide, pemile. Je ne sais pas le dire autrement. J’imagine que peut-être, dans un monde parallèle ou en d’autres temps tu aurais pu être rempli, mais là, force est de constater que t’es simplement vide.

      Ca ne me touche pas, ne me fait ni bien ni mal, c’est juste ma lecture.

      T’es un pauvre homme.


    • pemile pemile 3 novembre 00:30

      @Philippe Huysmans « Tu es vide, pemile. Je ne sais pas le dire autrement. »

      Ne dit rien, alors, tes attaques ad personam ne servent à rien.

      Parle nous plutôt de l’absence de deuxième vague en Belgique, ton pays au top mondial de la gestion de la pandémie ?


    • Philippe Huysmans Philippe Huysmans 3 novembre 00:35

      @pemile

      Ne dit rien, alors, tes attaques ad personam ne servent à rien.

      Je te dis ce que je pense, tu le prends comme tu veux, pupuce. N’imagine pas une seule seconde que tu me diras ce que je dois faire et quand je devrais le faire.


    • pemile pemile 3 novembre 00:44

      @Philippe Huysmans « N’imagine pas une seule seconde que tu me diras ce que je dois faire et quand je devrais le faire »

      wiwi, on a tous lu que tu « fais partie de cette infîme partie de la population que la dictature ne pourra pas circonvenir » smiley


    • VY-rus T Le chat paumé 3 novembre 00:47

      @pemile

      t’ en as pas marre de faire le gluon dutrou ...

      Va voir , un psy , desabonne toi d’ internet , mais fait quelquechose tu peut pas rester comme ca ... 

      on aime pas te voir souffrir ... snifff

      Le seule que tu arraive a ridiculiser c’ est toi ...

      Aller une camomille , tu met ta couche et au lit .


    • Ouam Ouam 3 novembre 01:23

      @Philippe Huysmans
      pour une fois je proteste énergiquement confrere volatile diustingué et avec le respect que je te dois
       
      c’est « creux » le terme le plus exact !

      sans charisme, pret a vendre son juif ou son migrant, s’alliant aux puissants pour esperer quelques miettes, sans personnalité etc...
       
      Meme si vide peut s’en rapprocher, mais « vide » parfois peut etre synonyme de bien (une plage vide)
       
      Sauf si chez toi (en Belgique) son equivalent est « vide » ne connaissant pas les subtilitées « locales » de ton plat pays et de ses habitants smiley
      la ok, dans ce cas je n’ai rien dit .... mes protestations seronts vaines et infondées

      (mais le fond du raisonnement reste bien le meme, je te rassure concernant tes remarques et analyses du cas pré-cité)


    • Ouam Ouam 3 novembre 01:27

      @Philippe Huysmans
      "Je te dis ce que je pense, tu le prends comme tu veux, pupuce. N’imagine pas une seule seconde que tu me diras ce que je dois faire et quand je devrais le faire."
       
      C’est rigolo ca , sur un autre fil un autre intervenant qui ne CONNAIS PAS p1000 viens de lui dire exactement la meme chose...
       
      Meme causes, memes effets...
      C’est démontré la smiley


    • VY-rus T Le chat paumé 3 novembre 01:33

      @Ouam

      Non meme le vide , est trop sympa pour lui , 
      le vide quandtique peut subir des fluctuation , changer , evoluer ...
      le vide spatial , permet a nos vaiseaux , plus vite , plus loin ....

      l’ adjectif pour pemile ? j’ en ais plein ...

      fat , vil , egotiste , insignifiant , nuisible , sociopathe , non-compassionnel , mesquin , mythomane ... etc 

      En gros c’ est une baudruche finit a l’ urine ... ca regroupe un peut tout .


    • VY-rus T Le chat paumé 3 novembre 01:38

      @Le chat paumé
      https://www.linternaute.fr/dictionnaire/fr/definition/egotiste/
      https://www.linternaute.fr/dictionnaire/fr/definition/vil/
      https://www.linternaute.fr/dictionnaire/fr/definition/mesquin/

      je lui met la definition , sinon il va penser que fat concerne sa consomation de plat tout pret marie smiley ... faut l’ aider a comprendre un peu le pauvre .

      il aurais même crier « Y A UNE FAUTE TU AS MAL ECRIT EGOÏSTE » <MDR²>


    • Ouam Ouam 3 novembre 01:51

      @Le chat paumé
      Ben c’est ce que je viens de dire a notre volatile concernant le mot vide
      Donc cela s’adresse a Phillipe pas à moi smiley

      Sinon il est habillé pour l’hiver dis moi smiley (mimile) entre nous ici et l’autre seul la bas, plus ce qu’il se passe, c’est pas son jour à lui (lol)

      A fricotter avec le diable, soit on se brule, soit si on le maitrise c’est que l’on est devenu pire que lui...
      Que cela lui serve de lecon smiley


    • Ouam Ouam 3 novembre 01:59

      @pemile
      T’a raison de causer dictature toi envers les autres smiley

      C’est sur que toi ca t’arrangerais une bonne dictature
      tu pourrai vendre ton voisin pour y recuperer quelques subsides smiley
      Et continuer ton petit traffic bien morbide avec l’appui des « zautoritées »
      Puis eventuellement tes chars aux portes de paris comme tu le préconisais, et t’enfermer derriere tes miradors avec tes clebs et ta comment tu disais déja ?
      « Colonelle »
      On vois le genre...

      Plus ca va plus t’est gerbax mimile, meme mort je filerai pas un bout de ta carcasse à mon chat, j’aurai peur qu’il devienne enragé et malfaisant  smiley


    • VY-rus T Le chat paumé 3 novembre 01:59

      @Ouam

      he encore je n’ ais pas mit toute ma pensée negative , faut qu’ il digere doucement l’ opinion que nous somme nombreux ici as avoir de lui ...

      J’ ais pas envie qu’ il se pende ce vieux bonhomme , je preferais que dans un instant de lucidité il entame une psychotherapie salvatrice pour devenir quelqun de sain ...

      <le psy me dit dans l’ oreille que la c’ est du gros oeuvre pas un simple ravalement de facade >


    • Ouam Ouam 3 novembre 02:06

      @Le chat paumé
      je lui en veut pas j’ai meme pas de haine mais il me gave avec ses conneries incessantes qu’il distilles ici.
      puis j’aime pas les négriers, je vais pas non plus lui faire des bizous ..

      <le psy me dit dans l’ oreille que la c’ est du gros oeuvre pas un simple ravalement de facade >

      je suis pour que le pauvre type qui s’en occupe(ra) soit au moins payé double,
      vu le boulot et les risques le deal parrait correct smiley
      puis vu la gueule du trou de la sécu (et du déficit et de la dette)
      on est plus à ca près smiley


    • Ouam Ouam 3 novembre 02:12

      @Le chat paumé

      bon je vous salure bien tous les 2 (toi et le volatile)
      bonne nuit et bon courage pour demain ^^ avec l’autre « machin » qui ne risque pas de s’ameliorer...
       
      Au fait t’est opitimiste qd meme...
      Puisque tu est la tu connais la difference entre un optimiste et un pessimiste ?
       
      Un pessimiste, c’est un optimiste qui a de l’expérience !
       smiley smiley
      A plus smiley


    • VY-rus T Le chat paumé 3 novembre 02:19

      @Ouam

      J’ ais pas de haine non plus ... c’ est juste un gros malade , j’ aimerais pas etre dans sa peaux , il doit bien savoir qui il est , il est pas encore assez psychopathe pour l’ ignorer dans son delire ...

      Mais c’ est une bombe a retardement , et s’ il est au concat des mome , il va former une armée de mini-moi  c’ est exponentiel ce genre de truc , c’ est peut etre pour ca qu’ il met tant de falenews sur le covid , ... il faut cacher la vrai epidemie ...

      La boboite fato-mesquino pemilienne voila le mal du siecle ...
      appellé aussi orthomixoviridaé du dindon bleu glougloutant ..

      c’ est pas mortel ... c’ est pire meme la possesion demoniaque n’ est pas aussi terrible smiley


    • VY-rus T Le chat paumé 3 novembre 02:20

      @Ouam

      A+ ouam et n’ attrape pas la boboite smiley


    • nono le simplet nono le simplet 3 novembre 03:46

      @Philippe Huysmans
      tiens ! j’ai une réponse de l’INSEE ! je ne m’y attendais plus ...
      extrait du mail

      Vous serez donc prochainement contacté(e) par cette société pour vous expliquer plus avant le protocole qui sera suivi (notamment les entretiens auront lieu par vidéoconférence).

      Nous vous remercions par avance pour votre participation active à ces tests.

      Bien cordialement,

      Christine LAGARENNE
      Cheffe du département de l’Offre éditoriale


    • pemile pemile 3 novembre 09:16

      @Philippe Huysmans, @Cyrus, @Ouam

      Un peu limitées et répétitives vos psychiatrisations à deux balles ! smiley


    • pemile pemile 3 novembre 09:19

      @nono le simplet « une réponse de l’INSEE »

      Lourde de tâche qui t’attend pour leur expliquer que des citoyens belges ont du mal à comprendre les mises à jours tardives ! smiley


    • Philippe Huysmans Philippe Huysmans 3 novembre 12:25

      @nono le simplet

      tiens ! j’ai une réponse de l’INSEE ! je ne m’y attendais plus ...

      Ah oué quand même... Dis, t’es bien sûr que c’est le département anti-terroriste/kommandantur que t’as contacté parce qu’à vue de nez, ça ressemble plus au service com, voire carrément qu’ils t’auraient renvoyé à un institut de sondage smiley

      Nous vous remercions par avance pour votre participation active à ces tests.

      Lis bien tout quand même avant de signer, des fois qu’ils t’enroleraient pour tester un vaccin, n’ayant plus assez de lapins vivants pour le faire (en raison des précédents tests).

      Lagarenne, eh ? C’est vrai qu’en parlant de lapins...

      Bref, t’es sérieusement atteint, vieux. Chez nous on a une expression pour ça on dit « avoir une poque à s’thermos ». Tu peux traduire ça par « fêlé ».


    • Francis Francis 3 novembre 14:45

      @pemile à nono :
       
       ’’Lourde de tâche qui t’attend pour leur expliquer que des citoyens belges ont du mal à comprendre les mises à jours tardives ! ’’
       
      Le mieux serait peut-être de leur envoyer la liste des récalcitrants ?


    • VY-rus T Le chat paumé 3 novembre 15:39

      @Philippe Huysmans

      Cheffe du département de l’Offre éditoriale

      Il se pourrait bien que ce soit a cause du non respect des droit d’ auteur , 
      on peut pas citer l’ Insee a sa sauce et déformer les donnée pour générer la peur sans sa permission smiley

    • Philippe Huysmans Philippe Huysmans 3 novembre 15:53

      @Le chat paumé

      Il se pourrait bien que ce soit a cause du non respect des droit d’ auteur

      Il n’y a pas de droit d’auteur sur des chiffres, chaton smiley Et ces chiffres sont publics, entièrement financés par le contribuable et de ce fait on est parfaitement en droit de les citer.

      À noter qu’en Belgique, le droit de citation est l’un des plus étendus au monde, je dis ça...

      Non c’est juste que ces pauvres tonnes de l’Insee n’ont même pas réussi à comprendre où nonosse voulait en venir et l’ont balancé au service com comme tu jettes un vieux mouchoir à la poubelle.


    • VY-rus T Le chat paumé 3 novembre 16:10

      @Philippe Huysmans

      La c’ est toi qui m’ as spoiler smiley 

      il est assez con pour y croire et nous faire une belle trace de pneu smiley


    • nono le simplet nono le simplet 3 novembre 16:11

      @Philippe Huysmans
      chez moi on dit « cause toujours »
      s’il y a une suite, elle suivra son cours ... je ne suis pas pressé ...

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON



Publicité



Les thématiques de l'article


Palmarès



Publicité