• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Un ignoble faux en écriture raciste salit la mémoire d’Yvon (...)

Un ignoble faux en écriture raciste salit la mémoire d’Yvon Bourges

Ce discret mais efficace serviteur de l’Etat français sous les Présidences de De Gaulle et de Valéry Giscard d’Estaing est mort à 87 ans le 18 avril dernier. Il a eu droit aux honneurs oratoires convenus de la République sous la forme de diverses déclarations officielles saluant sa mémoire. Ne connaissant rien de ses œuvres, j’ai lu sa très brève bio sur Wikipédia. A part la liste de ses fonctions parlementaires et gouvernementales, pas grand chose à se mettre sous la dent… sinon la mention d’un article intitulé “Conseils d’un colon à ses successeurs avant son départ pour la France”. Intrigué, j’ai essayé de retrouver ce texte, ce qui n’a pas été trop difficile mais qui m’a quand même pris pas mal de temps pour dénicher l’unique source. Il s’agit d’ignobles propos racistes qu’il aurait tenus lorsqu’il était Gouverneur général de l’Afrique Equatoriale Française entre 1958 et 1960. J’ai alors mené une petite enquête pour savoir s’il avait vraiment écrit ça. Et je me suis aperçu que c’était quasiment impossible.

Un Gaulliste historique passionné par les colonies et la chose militaire

Il n’entre pas dans le cadre de cet article de récapituler la biographie d’Yvon Bourges : cela n’aurait aucun intérêt. Sachez seulement que, né en 1921 dans une famille de militaires et après avoir fait des études de droit puis participé à la Résistance (ce Gaulliste historique ne fait par contre pas partie des Compagnons de la Libération), il est entré dans l’administration d’Outre-mer en 1948. Dix ans plus tard, il était nommé Gouverneur général de l’Afrique Equatoriale Française juste avant la période de décolonisation et des Indépendances. A la suite de cela, il a été plusieurs fois secrétaire d’État et ministre, conseiller général, député et enfin sénateur UDR ou RPR. En plus d’avoir été un ardent patriote de droite, il a aussi été un grand européen, actif partisan de la construction de l’Union Européenne.

Bref, le parcours prestigieux d’un grand commis et serviteur de l’Etat, pas du tout porté aux déclarations tapageuses et outrancières, d’un tempérament et philosophiquement plutôt humaniste et modéré. Comment se fait-il alors qu’il ait écrit un tel brûlot lorsqu’il gouvernait l’A.E.F. ? Cela paraît tout bonnement impensable, in croyable. Mais avant d’essayer de comprendre d’où peut venir une telle très probable désinformation, un tel très probable odieux mensonge, il faut d’abord prendre connaissance de cet article qu’il aurait signé de sa plume coloniale.

“Conseils d’un colon à ses successeurs avant son départ pour la France”

Selon l’unique (je dis bien unique) source que j’ai pu retrouver, ce texte ignoble serait paru dans La Roue, un organe de presse indépendant qui serait paru au Mali, sans mention de date de parution (voir PDF joint). La typographie et la présentation générale de ce document laissent à penser qu’il a été édité et imprimé au début des années 1960. Il aurait été écrit à Paris le 12 novembre 1958, soit au tout début de la prise de fonction d’Yvon Bourges en tant que Gouverneur général. Il est constitué de 17 commandements dont voici la liste :

“1) Ne jamais se saluer avec un homme noir, en se serrant la main.
2) Ne pas le considérer tout à fait comme un être humain, il est parfois stupide, farouche, d’une mentalité bestiale.
3) Il faut le surveiller strictement, le manoeuvrer à coup de fouets, au point de vue travail.
4) Pour toutes correspondances, il ne faut jamais employer les formules de politesse si vous les adressez aux nègres.
5) Il est formellement interdit de prendre le repas avec eux, hommes noirs.
6) Ne pas être en rapport ou du moins en relation avec une négresse, car celle-ci crache une source microbienne de surcroît.
7) Tâchez d’écrire à moi, si besoin utile et tous les renseignements vous seront fournis sur les maudits fils de CAÏN.
8 ) Extrait de bréviaire d’un colonialiste qui colonise.
9) Ne laissez pas mourir de faim les colonisés, car ceux-ci se révolteraient.
10) Mais ne pas les engraisser surtout ils deviendraient dangereux.
11) Ne donner l’économie progressive en contradiction avec nos objectifs qui sont notre présence incontestable et incontestée.
12) Donc faire tout pour qu’ils ne s’enrichissent, faire d’eux des petits fonctionnaires et des employés inférieurs, afin que l’autorité dans ces domaines demeure toujours à nous.
13) Pas de traitement uniforme, sinon : groupement, division, opposition et ils risqueraient de nous dominer.
14) Utiliser la force publique telle que la Gendarmerie, la Police et l’Armée, chaque fois que besoin est utile. Pour toutes les fêtes un défilé constituant toutes les forces publiques afin que ces nègres se replient sur eux.
15) Décorer ceux qui sont les plus dévoués en nous, ceux qui prennent notre part.
16) Les évangéliser jusqu’à la mœlle, les écraser jusqu’aux os, afin de s’assurer de leurs docilités.
17) Les laisser aller chez les Prêtres pour qu’ils puissent dire leurs secrets et les Prêtres viendront nous les communiquer.

Pour le Ministre de la France d’Outre-Mer
Le Gouverneur Général de I’AEF - Yvon BOURGES”.


Ce texte immonde est selon toute probabilité un faux grossier. Deux raisons à cela :

- Ce genre de texte a pu être écrit par des racistes colonialistes au XIXe, voire au début du XXe siècle, cela ne fait aucun doute. Mais pas en 1958 par le Gouverneur Général de l’Afrique Equatoriale Française, surtout en se référant à son supérieur hiérarchique, le Ministre de la France d’Outre-Mer. A cette époque en effet, Yvon Bourges travaillait en étroite collaboration avec les élites Africaines des pays concernés afin d’essayer de faire en sorte que les décolonisations et accessions à l’indépendance. Voici d’ailleurs ce que dit Bourges quand on l’interroge sur cette époque en 1980 : “Je sais le travail que nous avons engagé lorsque j’ai été amené à servir en Afrique avec des français de ma génération et la manière dont nous avons vécu nos rapports avec les cadres africains pour préparer ensemble l’avenir de ces pays et de ces hommes. Le souvenir en reste vivace dans un climat serein. J’en garde le souvenir d’années riches d’enseignements vécues en confiance avec des hommes travaillant pour leur pays et auxquels des liens d’amitié se sont ajoutés aux relations de travail. Ils m’ont aidé à comprendre et aimer leur pays, leur culture. Nous savions qu’un jour viendrait où ils prendraient en main leur propre destin et dans la confiance et l’amitié qui étaient la marque de nos relations”.

- Le style raciste, maladroit, ordurier, agressif, excessif de ces 17 commandements ne saurait être imputé à un homme ayant une formation d’avocat et dont la fonction à l’époque où il les aurait écrits demandait de déployer des trésors de diplomatie afin que la séparation des colonies d’avec la métropole se passe dans les meilleures conditions possibles. Comment imaginer qu’un homme qui tient le genre de discours ci-dessus ait pu écrire ce genre de brûlot raciste, débile et improductif ?

Mais alors… qui a écrit ce texte si ce n’est pas Yvon Bourges ?

Faute de sources fiables bien datées et documentées, il est impossible d’identifier le ou les auteurs ce ces ignominies. On peut néanmoins raisonnablement penser que pendant la période des Indépendances africaines, nombre d’esprits étaient sérieusement surchauffés par l’imminence de ces événements si longtemps et ardemment souhaités et attendus. Dans cette optique il n’est pas impossible qu’il ait été produit, sur la base de textes plus ou moins identiques, et authentiques, eux (la littérature racisto-colonialiste en abonde) par un indépendantiste malien extrémiste soucieux de chauffer à… blanc les esprits de ses compatriotes et hâter ainsi le processus de décolonisation. De ce point de vue, il est intéressant de noter que c’est sur des sites Internet tenus par d’ex-colonisés (exemple ici) ou des anti-colonialistes que j’ai retrouvé la trace de ce document dont la véracité est vraiment très, très douteuse… mais qui semble toujours enflammer les esprits trop influençables.

Que dire de plus ? Je n’ai entrepris cette petite enquête historique sur un sujet encore brûlant qu’aiguillé par une pure curiosité et par méfiance de ce qui est écrit dans Wikipédia quand ça n’est pas strictement sourcé de manière crédible. En plus, Yvon Bourges ne fait même pas partie de ma famille politique. Mais finalement, si cette poussée impromptue de curiosité de ma part, transformée en article que chacun pourra désormais consulter, peut servir à dépolluer la mémoire d’un homme désormais mort, ça n’aura pas été complètement inutile.

Et d’une manière générale, cette affaire nous rappelle à tous, internautes que nous sommes, qu’il faut nous méfier comme de la peste des rumeurs, complots, citations et documents d’origine douteuse ou inconnues qui circulent sur la Toile. Ce texte soit-disant d’Yvon Bourges, ça a toutes les caractéristiques d’un hoax de première !
 
PDF - 119.9 ko
Conseils d’un colon à ses successeurs avant son départ pour la France

Moyenne des avis sur cet article :  3.71/5   (28 votes)




Réagissez à l'article

114 réactions à cet article    


  • Voltaire Voltaire 27 avril 2009 15:24

    Effectivement, le style suffit à disqualifier l’information (personne n’écrivait comme cela en 1958, et encore moins un haut responsable administratif).
    Mais on voit aussi mal à qui profite le crime, bien qu’il puisse s’agir d’une basse vengeance personnelle.


    • Marsupilami Marsupilami 27 avril 2009 16:34

      @ Voltaire

      La rédaction a enfin mis le document-source en pièce jointe PDF. En en analysant le style et la présentation, il paraît plus que probable que c’est un document tiré d’une petite publication militante africaine du début des années 60. Mais il peut aussi s’agir d’un faux fabriqué de toutes pièces par des colonialistes pour mettre des bâtons dans les roues à Yvon Bourges. On ne le saura probablement jamais.

    • brieli67 27 avril 2009 20:45

      sous YB

      in http://www.radio-universfm.com/agenda15.07.htm
      Celui qui vous cause avait animé dans sa caserne d’Epernay en 1975 ce qui fut appelé l’un des "comités de soldats", pseudo-syndicat au sein de l’armée. L’acte de révolte s’étant limité à une revendication d’existence par un jet d’une poignée de tracts à l’entrée de la gare, dans la foulée de notre départ en perm. Ce mouvement d’appelés qui aura gagné petit à petit un beau nombre de régiments de bidasses entre 74 et 76, s’était manifesté entre les deux tours de la présidentielle de 74, sous la forme de « l’appel des cent soldats », dans lequel les comités revendiquent des hausses de solde, l’accès libre à l’information dans les casernes (Le Canard Enchaîné, comme Libération, Le Monde, L’Humanité ou Charlie Hebdo étaient interdits, et peut être certains le sont-ils restés d’ailleurs), ou encore la suppression des brimades. Cette contestation a été largement réprimée et les membres des « comités de soldats » ont souvent connu l’emprisonnement soit de 6 mois d’isolement en forteresse, la prison militaire comme pour les traîtres à la patrie ou les déserteurs en temps de guerre après jugement d’exception de la cour de sûreté de l’Etat, soit tout bonnement mis au trou. Par chance, il ne m’est rien arrivé de vraiment dur au retour de perm. 30 ans après, cela n’a pas beaucoup bougé question syndicalisme aux armées, sinon que les soldats sont tous des travailleurs salariés sans droits d’expression. Et je viens d’apprendre assez récemment que la vieille caserne d’Epernay a été rasée laissant place depuis déjà longtemps, à un quartier d’immeubles. Seule trace chez moi durable de ces 12 mois sous l’uniforme, quand j’achète du Champagne j’en choisis toujours un d’Epernay.

      voir fiche du seul député socialiste d’Alsace
      http://fr.wikipedia.org/wiki/Armand_Jung
      3 semaines de QHS
      Champagn


    • abdelkader17 27 avril 2009 23:15

      @Marsu
      révolution africaine à moins que ce soit un coup des black panthers tu devrais lire Fanon les damnés de la terre pour connaitre les méfaits du colonialisme.


    • Marsupilami Marsupilami 27 avril 2009 23:29

      @ Abdelkader

      J’ai lu Fanon bien avant que tu n’énonces ta première connerie. Qu’est-ce que t’as d’autre à raconter, robot islamo-gauchiste décerébré ?


    • abdelkader17 27 avril 2009 23:37

      @Marsu
      tu vois tu tombes dans l’insulte facile et le procès d’intention, qu’est ce que tu connais à mes orientations religieuses ou autres il suffit de se nommer Abdelkader pour être un islamo gauchiste, c’est un peu court comme raisonnement.
      nous avons des conceptions différentes de la justice ça ne fait pas de moi un islamiste.


    • plancherDesVaches 27 avril 2009 16:29

      « qu’il faut nous méfier comme de la peste des rumeurs, complots, citations et documents d’origine douteuse ou inconnues qui circulent sur la Toile »

      Vous avez plus que raison. Mais la toile étant une anarchie, que les pouvoirs désirent contrôler, on trouve de tout.
      J’ai une règle assez simple : « toujours vérifier une info par DEUX sources indépendantes »
      Et encore, disons que ça limite un peu la casse...


      • Marsupilami Marsupilami 27 avril 2009 16:39

        @ Plancherdesvaches

        Il faut effectivement sérieusement recouper ses informations sur la Toile. En ce qui concerne le cas Yvon Bourges, Wikipédia signalait l’existence de ce document sans en donner la source, ce qui est une grave erreur de déontologie.

      • plancherDesVaches 27 avril 2009 19:30

        Je suis un adepte de la secte Wikipédia.... smiley

        Et les rédacteurs de Wikipédia ne peuvent, systématiquement, indiquer leurs sources.
        Mais il y a une « autocorrection » naturelle, tout comme ici.
        Toute fausse information se fait donc rectifier relativement rapidement, et chaque sujet polémique et/ou subjectif donne lieu à 2 articles souvent distincts.

        Cette encyclopédie me semble donc la plus impartiale que j’ai rencontré depuis maintenant.


      • zelectron zelectron 27 avril 2009 20:27

        Cette encyclopédie me semble donc la moins partiale que j’ai rencontré depuis maintenant.


      • Céline Ertalif Céline Ertalif 27 avril 2009 18:17

        L’ancien ministre, maire de Dinard, président du Conseil régional de Bretagne était un homme plus conservateur que modéré. Pas une raison pour dire n’importe quoi.


        • Marsupilami Marsupilami 27 avril 2009 18:23

          @ Céline

          OK, Yvon Bourges était un ex-RPR et assez conservateur dans le genre, qui n’est vraiment pas ma tasse de thé. N’empêche que lui attribuer des saloperies pareilles, c’est ignoble. Je ne défends pas les idées politiques du bonhomme, mais sa mémoire : nuance.


        • del Toro del Toro 27 avril 2009 18:24

          Ma formation (disons mes formations) s’étant faite bien avant Internet, je puis dire que Wikipedia, je m’en passe bien et que je ne l’ai jamais tenue pour une « référence »
          (bien que la diversité et l’actualité de ses contenus la rendent plus vivante que les encyclos classiques).

          Il y a plein de faux du même genre qui circulent sur le net : un texte « anti-assimilationniste » que l’on voulait attribuer à Charles de Foucauld ; des « louanges » en faveur de l’islam par de grands auteurs (britanniques, etc.) ; des « manuels » pour jeunes filles dont le contenu est pour le moins fantaisiste, etc.

          On ne peut que te remercier pour ta « vigilance philologique » (je ne vois pas d’autre expression meilleure).


          • Marsupilami Marsupilami 27 avril 2009 18:35

            @ Del Toro

            Moi aussi je me méfie de Wikipédia (pour avoir été contributeur… je te dis pas !). Et cet article n’est né que d’une pure curiosité attisée par cette méfiance, surtout vu le sujet. Quand j’ai retrouvé la source, je me suis juste dit que ça serait honnête que ceux qui cliqueraient sur du « Yvon Bourges » ne tombent pas sur cette désinformation, ou à tout le moins qu’ils aient une autre source… On m’aurait dit un jour que je défendrais la mémoire d’un fichu RPR, je ne l’aurais jamais cru !

            Au fait tu as encore une fois annoncé ton départ d’Agoravox et j’y crois pas trop. Tu nous feras bien des reportages sur le Citystan et le Londonistan ?


          • del Toro del Toro 27 avril 2009 23:50

            Mon Marsu, mon vieux, cette fois-ci c’est pour de bon. Déjà, la première fois, le coeur y était. Cette fois-ci, c’est le coeur et la tête.

            J’ai un boulot monstre qui m’attend à Londres (au niveau de quelques entreprises, dans un pays quand même à risque) ; pas le temps de répondre à ceux qui transpirent la haine et la bêtise.

            Et dans tout ça, j’ai juré de ne pas crever en costard-cravate smiley


          • pendragon 27 avril 2009 19:22

            Je ne suis pas convaincu que l’auteur de l’article, qui est un prosélyte hostile à l’islam sous toutes ses formes sur Agoravox comme il l’affirme lui-même, serait le meilleur juge pour dire qui serait raciste ou non. Nul ne saurait être juge et partie dans un débat objectif qui voudrait détecter le vrai du faussaire.

            Une tempête dans un verre d’article.


            • Marsupilami Marsupilami 27 avril 2009 21:24

              @ Gland bleu

              Tu vas bientôt re-disparaître d’Agoravox.


            • pendragon 27 avril 2009 21:47

              Qui menace a peur de l’angoisse.


            • Marsupilami Marsupilami 27 avril 2009 21:56

              @ Gland bleu

              Et tout ce qui est débilos comme toi s’expose à se faire à nouveau virer d’Agoravox. Pour l’instant t’arrives à te tenir, rigolo. Mais pour combien de temps encore, étant donné l’immense nullité que tu es et que tu veux étendre ? Pense à changer rapidement de pseudo (et de style) : tu es reconnu et signalé, pauvre débile. Au moindre dérapage un peu trop débilos de ta part, tu es viré. Pour l’instant tu n’injectes ta pourriture qu’à doses infinitésilement grotesques. C’est bien, tu as appris la mesure, guignol.


            • pendragon 27 avril 2009 22:18

              Vous avez un esprit très imaginatif et vous vous convainquez vous-même tout seul. Bonsoir.


            • snoopy86 27 avril 2009 19:48

              Bonsoir Marsu

              As-tu cherché un peu du côté de Domota et de ses amis ?

              Parce que ce faux grotesque, eux ne se sont pas privés de l’utiliser...


              • Marsupilami Marsupilami 27 avril 2009 21:25

                @Snoopy

                Non, parce que c’est uchronique. Mais ça pourrait bien revenir.


              • abdelkader17 27 avril 2009 20:52

                très très grave certains ne savent plus quoi faire pour se donner de l’importance.
                snoopy cherche du côté de tes amis extrémistes.


                • Marsupilami Marsupilami 27 avril 2009 21:27

                  @ Abdelkarder

                  Toujours aussi manichéen et débile...


                • Makan 27 avril 2009 22:04

                  @L’auteur,

                  Vous ignorez tout de l’esprit des colons. Que cet homme ait put écrire cela en 1958 ne m’étonnerait guère. Ces gens-là n’avait aucun respect pour les Africains.

                  Il peut, vingt ans après, prétendre qu’il se rappelle de l’aimité des cadres africains alors qu’à l’époque, il n’en pensait rien.

                  Facile d’incriminer les indépendantistes maliens. Cet homme était gouverneur de l’AEF, une zone qui n’inclut pas le Mali. Pourquoi les Maliens n’auraient-ils pas plûtot écrit un tel texte contre un des nombreux colons foncièrement racistes qui contrôlaient l’AOF ?


                  • Marsupilami Marsupilami 27 avril 2009 22:19

                    @ Malkan

                    Bien vu... Et pas impossible. Mais justement, le fait que ce texte « provienne » du Mali est très louche. Mais pas impossible. Mais là où tu es à côté de la plaque, c’est quand tu penses qu’un mec de cette époque pré-décolonisatrice, avec la formation et la fonction qu’il a ait pu sortir de telles conneries. Même s’il avait pu les penser (ce que je n’imagine pas), il se serait abstenu de les exprimer publiquement sous un tel imprimatur officiel. Ou alors c’était un débile mental. Ce que je ne crois pas qui’l était.


                  • Makan 27 avril 2009 22:25

                    @Marsu,

                    D’autres connerires ont été dites plus récemment sur les Africains par des hommes politiques dont on ne peut douter de l’intelligence. Où vivez-vous pour ne pas être au courant ? Vous confondez l’expression d’un mépris profond et le niveau d’intelligence. C’est cela votre erreur.


                  • Marsupilami Marsupilami 27 avril 2009 22:40

                    @ Makan

                    Tout ce que je dis, c’est que de tels propos racistes officiellement prononcés à cette époque sont impensables. C’est irrationnel. Par contre, ce que tu penses, je le pense aussi. Mais un tel flot de conneries de la part d’un fonctionnaire en charge des Indépendances, c’est tout bonnement impensable. Même s’il pouvait dans son quant-à-soi penser des trucs comme ça, jamais il n’aurait pu les exprimer publiquement, ne serait-ce que pour des raisons de politiquement correct. Et puis c’est pas le genre du bonhomme. Et ça ne colle pas avec les réalités historiques du moment. Tintin au Congo, c’était plus à la mode...


                  • Marsupilami Marsupilami 27 avril 2009 23:02

                    @ Markan

                    Là j’abandonne. Tu sembles incapable de comprendre les complexités de l’Histoire. Si tu as envie de t’approprier ces 17 commandements débiles qui n’ont pas pu être produits en 1958 et qui sont de toute évidence un faux document pour te raconter une petite histoire qui t’arrange, c’est tron problème, pas le mien, et tes petits délires ne m’intéressent pas.


                  • Makan 27 avril 2009 23:11

                    Tout de suite, l’incapacité de l’Africain à comprendre ceci ou cela dès l’instant qu’il n’épouse pas la thèse officielle de l’homme blanc.

                    Non, je n’accepte pas que ce document soit considéré comme un faux, en tout cas pas sur la base d’un article aussi léger que le votre.

                    Je pense que cet homme était tout à fait capable d’écrire cela à cette époque. Alors, qu’est-ce qu’on fait maintenant ?

                    Un proverbe africain dit (traduction libre) : si tu sèmes une mauvaise graine, si elle ne germe pas pendant ta vie, elle germera pendant la vie de ton fils (ou de ton petit fils).

                    Vous avez tort de croire que les anciens colonisés et leurs descendants se contenteront uniquement de vos balivernes pour blanchir ces hommes-là.


                  • Marsupilami Marsupilami 27 avril 2009 23:24

                    @ Makan

                    Blablabla. Je ne savais pas que j’étais un horrible bwana toubab en écrivant cet article. Toi y en a grand Boula Matari. Tu es sordide.


                  • Makan 27 avril 2009 22:51

                    @Marsu,

                    Votre position est surréaliste. Vous pensez que des hommes qui battaient à mort les Africains sur les chantiers de travaux forcés, des hommes qui ont envoyé les Africains comme chair à canon dans les deux guerres dites mondiales avant de leur refuser leurs pensions, des hommes qui violaient, tuaient impunément, qui ont mis en place la « Françafrique », ne seraient pas capables d’exprimer de telles pensées ?

                    Est-il nécessaire de poursuivre ce débat ?

                    Les colons étaient sûrs de l’impunité et ne se sont privés de rien. Cette impunité, ils l’ont d’ailleurs obtenu, votre article en étant une preuve de plus.


                    • Marsupilami Marsupilami 27 avril 2009 23:21

                      @ Makan

                      Blablabla, et à part ça ? J’aurais dû écrire un article raciste, ça t’aurait peut-être arrangé ? Eh bien non. Vautre-toi dans tes victimisations, j’en ai rien à foutre figure-toi.


                    • Makan 27 avril 2009 23:26

                      @Marsu,

                      Pourquoi éprouvez-vous le besoin d’écrire un tel article (Soit-dit en passant, votre racisme m’indiffère totalement, vous pouvez l’être, ce ne sera que votre problème) ?

                      Peut-être, présenter l’homme blanc, comme cet être sans défaut, parfait et civilsateur comme l’a dit abdelkader ?

                      Désolé, mais cela ne marche pas. Et n’y voyez aucune victimisation. Pas besoin de vos larmes ni de votre pitié.


                    • Marsupilami Marsupilami 27 avril 2009 23:32

                      @ Makan

                      Tu me traites de « raciste », alors je te traite de connard, quelle que soit la couleur de ta peau, ce dont je me fous. Compris, connard ?


                    • Makan 27 avril 2009 23:35

                      Marsu,

                      Je suis Africain (oui, je sais que vous vous en foutez).

                      Je suis un connard et quoi encore ? Il me tarde de savoir la suite.

                      J’avais un doute sur votre éducation. Vous venez de le léver.


                    • Marsupilami Marsupilami 27 avril 2009 23:51

                      @ Makan

                      Eh bien tu es un excellent connard africain. Et tu l’as bien prouvé, merci, et avec un immense talent. Que veux-tu, il n’y a pas que des connards Blancs...


                    • Makan 27 avril 2009 23:54

                      @Marsu,

                      Etonnantes sont vos références culturelles. Cela ne fait que confirmer mes premières impressions sur votre niveau d’éducation.


                    • Marsupilami Marsupilami 28 avril 2009 00:11

                      @ Makan

                      T’es vraiment demeuré. Mais bon, on a peut-être pas les mêmes goûts littéraires… et idéologiques !


                    • Makan 28 avril 2009 00:14

                      @Marsu,

                      Non, pas vraiment. En fait nous n’avons vraiment rien en commun, même pas la même humanité, et c’est tant mieux.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON









Palmarès