• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Une autre histoire du temps

Une autre histoire du temps

Pour se distraire un instant, quelques libres réflexions nées de l’imagination d’un profane, qui laisse le soin à plus savant que lui de les modéliser le cas échéant, sachant que le risque ne sera pas plus grand que pour bien des théories savantes – s’appuyant sur des calculs non moins savants – dont il arrive qu’elles se contredisent.

Préambule : De la vitesse de la lumière

Affirmer que “rien n’est plus rapide que la lumière” comme l’a fait Einstein, n’est-ce pas oublier que l’observateur est doué d’imagination, cette faculté qui lui permet de se transporter instantanément à des années lumières de l’endroit où il se situe, serait-ce par l’esprit ? Alors que c’est précisément par cet esprit que peuvent être franchies les limites du raisonnement et qu’il peut être fait preuve de ce qui est, à des degrés divers, le propre de l’homme.

 

Instabilité et relativité

sont les maîtres mots de la vie et conditionnent tout raisonnement, scientifique comme profane. Cette relativité qui se manifeste au quotidien par le mouvement du vivant sous toutes ses formes, opposé à l’immobilité de la mort, et l’universelle dialectique du oui et du non, du blanc et du noir, du bien et du mal, de la pauvreté et de la richesse, de la Vérité et de son contraire etc.

 

Le temps

Ce n’est pas le temps qui passe, comme le dit le langage courant – sans que la science ne le démente explicitement –, ce sont les évènements et leurs conséquences qui s’accomplissent et “passent” ; cet accomplissement s’inscrivant dans sa durée sur le temps, à la manière dont des images sont projetées plus ou moins durablement sur un écran.

Il en découle que si la notion de “Temps infini” est applicable au temps relatif, elle ne l’est pas au temps absolu, pour lequel l’expression est un euphémisme, du fait du caractère paradoxalement intemporel du temps. Le temps absolu, ou “éther”, n’a pas de valeur mini ni maxi. L’absence de temps pourrait ainsi être la définition d’un néant – dont la simple évocation nie au demeurant l’existence –, lui étant beaucoup plus applicable qu’à l’espace.

L’espace se définit au contraire par les évènements, leur combinaison et leurs conséquences (ou prolongements), leurs dimensions et leur sens ; par leur datation à l’échelle du temps, selon un système de mesure inventé par l’observateur, lui-même inspiré par le mouvement des corps célestes, mais bien après la création de l’Univers, quel qu’en ait été le processus.

 

L’espace et le temps

La notion d’espace-temps paraît être ainsi, non seulement une aberration mais un abus conceptuel et de langage en cela qu’elle amalgame deux piliers fondamentaux de l’Univers dont l’apparition ne peut avoir été que successive. Celle de l’espace n’a-t-elle pas inévitablement requis l’existence préalable du temps, ne serait-ce que pour prendre date dans la chronologie des évènements ayant marqué l’avènement de l’Univers ? De plus, bien qu’omniprésent, quelle autre réalité le temps a-t-il, que celle de la mesure qu’en font les observateurs de tous ces évènements qui sans lui seraient privés de dates de naissance ? Sans temps pas d’évènements. Tout au plus pourrait-il donc être question de “Temps-espace” et non d’“Espace temps”. Assimilable à l’éther ; sans orientation ni dimensions ; impalpable, le temps peut dès lors avoir toujours existé, avec ou sans univers ?

 

Autrement dit :

“L’espace-temps”

Avec sa vanité, l’homme considère généralement le temps à la manière d’un fleuve qu’il verrait couler à ses pieds, depuis la rive ou un pont. Or aucune astuce philosophique, métaphysique, physique – fut-elle quantique –, ou mathématique n’y peut rien changer : ce n’est pas le temps qui passe ce sont les manifestations du vivant, ou en d’autres termes les événements qui en marquent le cours par leur datation et leur fléchage, quels qu’en soient les détours, ainsi que par les traces qu’ils peuvent laisser.

Qui, du temps ou de l’espace a eu besoin de l’autre pour exister ? Bien que selon les experts il puisse arriver aux évidences de n’être que des illusions, le temps peut-il être autre qu’antérieur à l’espace, ce dernier ayant nécessairement eu besoin ne serait-ce que d’une fraction de temps pour naître ? Et ceci ne suffit-il pas alors à déterminer une chronologie qui fait du temps un préalable à tout ? Ce qui implique sa préséance par rapport à ce tout – y compris l’espace – et met en cause, sinon la définition, au moins la notion d’espace-temps ; Le temps n’ayant pas besoin d’espace pour exister.

Que l’Univers ait eut un commencement ou non ; qu’il doive ou non avoir une fin, il s’inscrit dans un temps, fini ou infini peu importe, et ses composants se positionnent nécessairement par rapport à ce temps – pour autant que tout ne soit pas illusion bien entendu –, à l’instant où ils prennent place dans l’espace. L’espace occupé par l’univers est dès lors défini par la position et les mouvements de chacun de ces composants, quelles qu’en soient l’origine et la destination, les incertitudes comme les singularités.

N’en résulterait-il pas que l’expansion, ou la dispersion, de ses composantes dans un nombre illimité de directions, confère à l’Univers, pour ses observateurs que nous sommes, un aspect sphérique (À noter à ce sujet une curieuse coïncidence entre, d’une part la portée omnidirectionnelle et comme concave, parce que vue “de l’intérieur”, de notre observation et d’autre part, la forme généralement sphéroïdale, parce que vue “de l’extérieur”, des corps célestes entiers que sont les astres et les planètes) et que l’espace occupé par cet Univers se confond avec le temps durant lequel son expansion a eue lieu. D’où, encore une fois, primauté du temps sur toute autre considération. Ce qui mène non plus à la notion “d’espace-temps” mais à celle de “temps-espace”, avec quelles conséquences sur l’astrophysique ?

L’espace se définit par ses limites, y compris lorsqu’elles tendent vers l’infini. Il existe un espace minimum qui est son absence, alors que le temps ne peut pas ne pas exister, ne serait ce que parce qu’il est la première condition de l’existence de toutes choses, puisque la naissance de celles-ci doit nécessairement être datée pour qu’elles puissent exister.

À noter par ailleurs une différence de nature faisant de la notion d’espace-temps le mariage de la carpe et du lapin. L’espace est visuellement observable, alors que le temps échappe à nos sens, auxquels nous substituons une horloge de notre invention pour le qualifier et le mesurer.

Quoi qu’il en soit, le temps devient ainsi le contenu absolu et parfaitement neutre, de capacité infinie, sans plus d’origine que de forme ou de bords, peuplé d’événements et d’objets ou de corps faits de gaz, de solides ou de liquides, combinables ou dissociables au gré du fonctionnement d’un mécanisme gérant des atomes et autres corpuscules. Le temps est habité du désordre des événements et des incertitudes dont il est le siège et qui s’y inscrivent, chacun avec sa datation sur une échelle de temps relatif, dont le rapport avec le temps absolu réside dans les pulsations perceptibles par leur observateur qu’est l’homme, échelle trop souvent confondue avec le temps lui-même.

Il n’est pas rare de rencontrer dans les propos de scientifiques du plus haut niveau des expressions comme “le temps s’écoule”, “le temps passe”, etc. Confusion devant tout à la vanité de l’observateur, le conduisant à confondre temps absolu et temps relatif. Temps absolu, support de l’Univers, et temps relatif, système de mesure déduit par l’observateur du rythme (en vitesse relative) auquel se meuvent les corps et se produisent les événements dans l’espace.

 

Et quelques rimes pour conclure

Le Temps

 

Ô Miroir du vivant, Temps qui passe dit-on,

Dans notre insignifiance et notre prétention.

Temps tu es le métier, majestueux, immense,

Sur lequel nous brodons notre pauvre espérance.

 

Temps qui imperturbable, immuable, serein,

Est l'écran sur lequel se joue notre destin,

Tu distilles nos jours avec parcimonie

Quand tu as décidé de nous donner la vie.

 

Temps apaisant nos peines et consumant nos joies,

Tu restes insensible à nos pleurs, à nos voix.

Alors que vainement nous voudrions voler,

Tes lambeaux par lesquels nous semblons exister.

 

Temps qu'en son temps les dieux eux-mêmes n'ont pas su

Domestiquer ni vaincre, quand tu les eus conçus,

Tu règnes sans partage et organises en maître,

L'ouvrage par lequel nous croyons te soumettre.

 

Temps au nom confondu avec éternité.

Seigneur de l'univers, suprême infinité,

Inéluctablement, par la loi du plus fort,

Tu fais naître chacun et le mène à la mort.


Moyenne des avis sur cet article :  1.29/5   (21 votes)




Réagissez à l'article

80 réactions à cet article    


  • Pere Plexe Pere Plexe 3 février 2018 12:23

    Du Bogdanov mâtiné d’Eddy Malou....


    • Jean Keim Jean Keim 4 février 2018 08:48

      Si c’est la pensée qui a inventé le temps et l’espace – il faut de l’espace au temps – cette même pensée ne nous permettra jamais de nous en affranchir car elle est elle-même le produit du passé et donc du temps, même l’imagination a besoin du temps pour se développer.


      • Claudec Claudec 5 février 2018 13:30

        @Jean Keim
        Voici qui tend à démontrer que le temps existe bel et bien.

        Mais pourquoi faudrait-il de l’espace au temps ?

      • Jean Keim Jean Keim 6 février 2018 07:58

        @Claudec
        Parce que la pensée est un mouvement qui va du passé vers le moment présent qui immédiatement rejoint le passé et l’espace nécessaire est celui de la mémoire dans laquelle puise le processus.


      • Claudec Claudec 6 février 2018 08:42

        @Jean Keim


        Temps, Espace et Pensé : Trinité scientifique à laquelle il ne manque plus que d’être sanctifiée.
        La Chrétienté va pavoiser, tant, à quelques détails près, sa Vérité en est est proche, ... ou l’inverse.


      • Jean Keim Jean Keim 7 février 2018 08:24

        @Claudec
        La pensée et ce qu’elle manifeste ne sont que matière mais c’est extraordinaire de « penser » que nous pensons, la pensée est donc le produit du temps mais toujours du temps passé, elle se manifeste soit plus ou moins automatiquement dans un processus routinier, soit elle manifeste qq. chose de singulier qui est survenu avant que la pensée ne s’active, un événement que la pensée ne reconnaît pas mais qu’elle doit traduire en mots et qu’elle,ne peut que dénaturer.

        Quand nous prenons conscience que nous pensons en interférant le moins possible dans le processus – cela s’appelle l’attention qui est le contraire de la concentration – il est possible de constater que le flot des pensées se ralentit et que la perte de l’attention relance le processus, la pensée en qq. sorte occupe le temps qui passe.
        Il est à noter que dans les enseignements originels de Gautama ou de Jésus, qui sont devenus par la suite bouddhistes et chrétiens, le contenu du message est vide de toute méthode ou initiation.
        Quand à la trinité, je n’ai jamais vraiment compris en quoi elle consiste, il y a une manifestation (création, matière, Univers, le corps...) dans laquelle nous sommes membre à part entière, il y a cela qui a toujours été et qui ne demande qu’à se manifester et il y a entre autre l’Étre Humain qui cherche sa place et qui parfois est doté ou obtient un esprit sain(t). 
        Nous devons simplement prendre conscience que notre esprit n’est pas vraiment sain, nous ne savons pas ce qu’est un esprit sain mais il est loisible de percevoir ce qu’il n’est pas, adhérer à une définition n’est pas le propre d’un esprit sain.

      • Claudec Claudec 7 février 2018 09:40

        @Jean Keim
        Deux remarques :


        « la pensée est donc le produit du temps mais toujours du temps passé, » - N’est-il pas remarquable qu’il suffise que nous pensions à quelque chose qui n’existe pas pour que ce quelque chose se réalise, à plus ou moins bref terme ? C’est le propre de l’invention, fille aînée de l’imagination, elle-même produit de la pensée. Ceci n’est-il pas la preuve que la portée de la pensée ne se limite pas au passé (ni au présent) ?

        « ... la pensée en qq. sorte occupe le temps qui passe. » - Je persiste à croire que ce n’est pas le temps qui passe mais les événements, y compris la pensée dans ses manifestations, dont le temps permet la datation.


      • Claudec Claudec 7 février 2018 10:13

        @Jean Keim

        Remarque supplémentaire :
        « ... l’attention qui est le contraire de la concentration » - Plutôt que le contraire de l’attention, la concentration n’est-elle pas la pensée « prisonnière » (fort à propos d’ailleurs, dans le sens sinistre de concentrée), qui elle, est le contraire de la pensée libre.
        Ce qui rend encore plus juste la définition de l’intelligence, « faculté de dépasser les limites du raisonnement (par la pensée – ou l’action), sans perdre le contact avec le réel ».

      • Jean Keim Jean Keim 7 février 2018 12:23

        @Claudec
        Croyez-vous possible que la pensée puisse produire qq. chose qu’elle ne connaisse pas ? Cela me paraît impossible, la pensée qui est un processus puise sans cesse dans nos mémoires et (re)produit un savoir, elle a la capacité, aidée par l’intelligence, d’associer et de combiner des idées entre elles et de produire ainsi des agencemens et des configurations novateurs, oui cela sans aucun doute, mais point de pure création qui pourtant se produit bien, alors qui est à l’oeuvre, cela la pensée ne le sait pas sinon sous forme de concepts. 

        Quand au temps qui passe, c’est dans les événements qu’il se manifeste, si je suis en train de ranger des cartons de déménagement et qu’on me demande si j’en ai encore pour longtemps, je peux répondre que j’ai encore 30 cartons à déballer et à ranger, comme je peu estimer le temps nécessaire à 6 heures environ, quand on regarde un match de foot, on peut oublier le temps du chronomètre mais pas l’arbitre.

      • Jean Keim Jean Keim 7 février 2018 12:31

        @Claudec
        Quand la pensée est confrontée à l’inconnu, elle devrait-être silencieuse.

        Il existe des gens qui pratiquent une forme de méditation qui consiste à empêcher la pensée de se manifester, je crains qu’ils ne se fassent du mal, la pensée est une chose naturelle qui normalement ne devrait pas nous poser de problème, si problème il y a c’est qu’elle est mal utilisée.

      • Yanleroc Yanleroc 7 février 2018 19:20

        @Jean Keim, il faudrait peut-être d’abord, donner une définition exacte de la pensée. Étonnant de n’ avoir pas entendu parler de conscience dont la dèf. est aussi à éclaircir !


      • Claudec Claudec 7 février 2018 20:03

        @Yanleroc
        Voir ce qu’en dit le CNRS lui-même, à travers le Trésor de la langue franoaise. :

        au moins en première approche.

      • Jean Keim Jean Keim 8 février 2018 09:45

        @Yanleroc
        Il y a la définition du dictionnaire... donc voir un bon dico, et il y a ce que nous pouvons trouver en nous-même.

        La pensée initialement traduit ce que cette chose singulière que nous appelons l’intelligence manifeste, la première pensée qui suit un événement singulier est novatrice, ensuite tout dépend de ce que la mémoire va engranger, ce qui constituera nos innombrables savoirs tant individuels que collectifs, les pensées suivantes ne feront que reproduire le contenu mémorisé et généralement penser est cette activité, un processus quasi automatique qui tient une place importante plus ou moins consciente dans les multiples activités du cerveau ; au fil du temps nos pensées interfèrent avec la réalité. 
        Il y a bien entendu les savoirs pratiques qui sont très utiles pour la vie matérielle et pragmatique, comment conduire ma voiture, comment réparer un robinet qui fuit, etc., et il y a les autres pensées celles qui me font dire que mon voisin a une voiture plus luxueuse que la mienne, qu’il est musulman alors que je suis catholique, etc., autant les pensées concrètes normalement ne nous posent pas de problème bien qu’on peut en rajouter une couche du genre « je suis nul en bricolage et je n’arriverai pas à réparer le robinet », autant les pensées abstraites peuvent être une plaie qui empoisonnera ma vie notamment dans mes relations avec les autres.

      • Claudec Claudec 9 février 2018 15:07

        @Jean Keim

        «  Pour le moment, tous mes organes étant réunis dans mon enveloppe corporelle.  »

        - Continueront-ils de penser et de contribuer à la pensée globale, après qu’ils auront été dissociés et qu’auront été dispersés les atomes qui les composent ?


        «  En fait je ne sais pas et plus exactement je ne crois pas que la pensée ait intrinsèquement créé le temps et l’espace mais elle a échafaudé des concepts pour les expliquer et finalement c’est le temps et l’espace qui ont accouché de la pensée  »

        - Quelle que soit la relation temps-espace, il semble effectivement que ce ne puisse être que le temps qui ait accouché de la pensée, et non le contraire. Sinon, elle aurait dû le faire, non seulement ex nihilo, mais avant d’exister elle-même (sauf génération spontanée). Qu’elle ait ensuite échafaudé les concepts permettant d’expliquer le temps, l’espace, sa propre existence et bien d’autres phénomènes, ça peut se concevoir.


        «  La pensée initialement traduit ce que cette chose singulière que nous appelons l’intelligence manifeste, la première pensée qui suit un événement singulier est novatrice, ensuite tout dépend de ce que la mémoire va engranger, … »

        - Le seul évènement singulier (sans antériorité connue) n’est-il pas la création de l’univers ? Dès lors tout n’en découle-t-il pas ? Ce qui ramène inéluctablement le raisonnement à son point de départ.

        (à suivre)


      • Claudec Claudec 9 février 2018 15:10

        @Jean Keim


        Suite


        « Quand au temps qui passe, c’est dans les événements qu’il se manifeste »

        - Est-ce que ne sont pas plutôt les évènements qui sont les révélateurs du temps, qui sans eux n’en continuerait pas moins d’exister, comme support invisible de toute chose ?


        «  ...la pensée, qui est un processus, puise sans cesse dans nos mémoires et (re)produit un savoir, elle a la capacité, aidée par l’intelligence, d’associer et de combiner des idées entre elles et de produire ainsi des agencements et des configurations novateurs, oui cela sans aucun doute, mais point de pure création qui pourtant se produit bien. Alors qui est à l’œuvre ? Cela, la pensée ne le sait pas, sinon sous forme de concepts.  »

        « ensuite tout dépend de ce que la mémoire va engranger, …  »

        - En tant que dépositaire, réceptacle, de la pensée collective cette mémoire serait-elle sélective ? Ne peut-elle que TOUT engranger, du meilleur au pire, pour en faire la synthèse et le “recycler” ?



      • Claudec Claudec 4 février 2018 09:55

        Si la pensée est nécessaire, ou pour le moins utile, à l’étude et à l’éventuelle compréhension de ce que sont le temps et l’espace, Pourquoi aurait-elle été nécessaire à leur création (et non invention) ? 


        • Claudec Claudec 4 février 2018 10:21

          @bob14

          Je n’ai pas plus la capacité que la prétention de « chercher », je me contente de m’interroger.

        • Jean Keim Jean Keim 4 février 2018 10:26

          @Claudec
          En fait je ne sais pas et plus exactement je ne crois pas que la pensée ait intrinsèquement créé le temps et l’espace mais elle a échafaudé des concepts pour les expliquer et finalement c’est le temps et l’espace qui ont accouché de la pensée, la pensée c’est de l’espace-temps, un espace-temps intérieur projeté sur l’exterieur, un physicien quantique pourrait peut-être dire qu’une pensée est une onde de possibilité qui se manifeste concrètement parmi une myriade de possibilités, et si cette forme de pensée est partagée par suffisamment d’autres pensées, alors une réalité se construit.

          Actuellement par exemple pour aller sur d’autres mondes, nous pensons qu’il nous faille utiliser un engin parcourant l’espace jusqu’au lieu de rendez-vous, mais il se pourrait également que l’espace soit replié de telle façon qu’il existerait des couloirs raccourcissant le voyage, si cette hypothèse s’avère pertinente, notre perception de l’univers sera complètement changée, comme l’a été la terre ronde remplaçant une terre plate.

        • baldis30 5 février 2018 09:17

          @bob14

          bonjour,

          « La pensée ne dépasse les limites de la planète terre..c’est bien peu ! »

           Vous êtes très optimiste.... !!

          en effet pour la majorité des terriens la pensée ne va pas plus loin que le bout de leur nez ... !

          et pour quelques conscients que la profondeur de leurs poches ...


        • Claudec Claudec 5 février 2018 09:38

          @baldis30

          Mais ce n’est pas la pensée de la majorité qui a déterminé le progrès, bien que cette majorité, par son inertie, puisse finir par l’entraver et même l’interrompre.

        • Claudec Claudec 5 février 2018 09:46

          @baldis30

          Mais ce n’est pas la pensée de la majorité qui a déterminé le progrès, bien que cette majorité, par son inertie, puisse finir par l’entraver jusqu’à l’interrompre.
          Nous saurions alors – pour peu de temps – ce qu’est la pyramide sociale inversée.

        • Yanleroc Yanleroc 5 février 2018 11:28

          @Claudec
          « .. la pensée est nécessaire, ou pour le moins utile, à l’étude et à l’éventuelle compréhension de ce que sont le temps et l’espace, Pourquoi aurait-elle été nécessaire à leur création (et non invention) ? 


          Plus que la pensée, c’ est »l’ Amour" qui a sa fréquence en tant qu’ Information, qui est à l’ origine de la création !


        • jacques 5 février 2018 12:40

          @Claudec
          juste s’interroger ne suffit pas et n’apporte rien, il faut apporter des embryons de solutions....


        • Claudec Claudec 5 février 2018 15:21

          @jacques


          Comme indiqué en début de l’article, s’agissant ici de se distraire sans prétentions, l’interrogation n’y suffit-elle pas ? Même s’il en naît des réactions très instructives.


        • Claudec Claudec 5 février 2018 15:23

          @Yanleroc


          Interprétation fondée sur un sentiment – donc bien peu scientifique – et faisant intervenir une foi que je n’ai pas.

        • Yanleroc Yanleroc 5 février 2018 15:25

          Tout est inscrit dans la Conscience Globale :

          La différence entre les cerveaux des personnes qui méditent et ceux qui ne méditent pas

        • Claudec Claudec 5 février 2018 15:39

          @Yanleroc

          En agnostique, cette idée de « conscience globale », me semble créer un pont intéressant entre méta et astro physique, en ce sens qu’elle renvoi à des concepts comme l’âme, la réincarnation, ou la continuité de la vie, après dispersion et retour à leur état premier des atomes ayant constitué le vivant par leur assemblage.

        • Claudec Claudec 5 février 2018 15:43

          @Jean Keim

          En rapport avec le premier § de votre réaction, voir plus loin contribution de Yanleroc.

        • Yanleroc Yanleroc 5 février 2018 20:25

          @Claudec, 


          La pensée génère une véritable énergie et peut agir sur la matière, 
          mais en cherchant plus loin, je crois bien qu’ une fois la pensée désincarnée, 
          il ne reste que l’Intention et pas très loin, 

          c’ est l’ intention d’ amour, 
          parce que ..
          quoi d’ autre sinon ??



        • Yanleroc Yanleroc 5 février 2018 20:33

          ..et tout ça, ça se mesure.. !


        • Claudec Claudec 5 février 2018 21:02

          @Yanleroc

          RIEN d’autre qu’un mécanisme vieux comme le temps, occupant tout l’espace, avec l’horloger, le père de l’horloger et le père de ce père, ... que la science permettra peut-être un jour d’identifier, avec le risque, et même la probabilité, au train où vont les choses, que ce soit après que le dernier Terrien ait disparu.

          N’empêche, l’utopie laisse rêveur.

        • Yanleroc Yanleroc 5 février 2018 22:38

          @Claudec, grave erreur que d’ attendre tout de la science,sans vouloir vous offenser !


        • Yanleroc Yanleroc 5 février 2018 23:02

          @Claudec« ou la continuité de la vie, après dispersion et retour à leur état premier des atomes ayant constitué le vivant par leur assemblage. »


          Ce n’ est peut-être pas comme ça que ça se passe. 

          Il n’ y a peut-être pas de retour, car toujours là, omniprésent. 

          On se fout des atomes, c’ est ce qui les constitue et nous relie qui est intéressant !

          Parce qu’ ils nous relient justement et que les particules communiquent et qu’ elles nous composent. D’ ou la possibilité d’ aller chercher « ailleurs » les informations disponibles, dans la « Conscience Globale » (Noosphère), qui en a inspiré plus d’ un , au passage ! 

        • Claudec Claudec 5 février 2018 23:12

          @Yanleroc

          J’ai bien écrit « ... la science qui permettra “peut-être” ... »

        • Claudec Claudec 5 février 2018 23:23

          @Yanleroc

          Merci. Il semble que j’ai en effet été trop peu attentif à cette permanence, à cette continuité ; avec toutefois quelques ruptures et incertitudes quant à l’immortalité des électrons, si je me souviens bien.

        • Yanleroc Yanleroc 6 février 2018 09:27

          @Claudec


          Tesla :« Il faut penser le monde en termes de vibrations, de fréquences d’ Information et d’ énergies  ».

          Et c’ est exactement ce que je pense, à défaut de savoir.

          Une petite expérience (voir aussi le pouvoir de l’ eau) qui marche :


        • Christian Labrune Christian Labrune 6 février 2018 16:38

          un physicien quantique pourrait peut-être dire qu’une pensée est une onde de possibilité qui se manifeste concrètement parmi une myriade de possibilités, et si cette forme de pensée est partagée par suffisamment d’autres pensées, alors une réalité se construit.
          ========================================
          @Jean Keim
          Qu’est-ce qu’on ne ferait pas dire à la physique cantique, quand on n’en maîtrise pas les formalismes ! En tout cas, un physicien de cette spécialité, s’il se risquait à ces sortes de formulations comiques, perdrait immédiatement toute crédibilité parmi ses collègues.


        • Christian Labrune Christian Labrune 6 février 2018 16:43

          Une petite expérience (voir aussi le pouvoir de l’ eau) qui marche :
          ====================================
          @Yanleroc

          Si ça marche comme ont marché les expériences de Jacques Benveniste sur la « mémoire de l’eau » en 1988, ça ne risque pas d’aller bien loin !!!


        • Yanleroc Yanleroc 6 février 2018 17:18

          @Christian Labrune, ça marche très bien je t’ assure ! j’ ai commencé il y a 20 jours environ et de façon dilettante.

          Le pot « chargé positivement » est de couleur correcte, 
          celui qui est l’ objet de notre haine, fait vraiment la gueule, le riz s’ effondre, noirci, 
          et celui que j’ ignore est parait-il en piteux état (je ne le regarde pas puisque je l’ ignore) !
           C’ est très simple, chacun peut l’ essayer chez soi : 3 bocaux ( ou deux), 3 étiquettes et 30s/jour à parler à un bocal §

          je ne vois pas ou est l’ embrouille, et toi ?

           Ça voudrait dire que l’ Intention (vibration etc..) agit vraiment sur la matière ! Les pyramides de cuivre marchent aussi très bien, la musique également, mais le + surprenant, c’ est que nos émotions agissent sur l’ état de conservation du riz.

          Alors, ils en disent quoi les scientifiques ?.. (qu’ ils essayent avant de grimper au rideau !) 

          On connait également le pouvoir de concentration de yogis ou de jeunes gens doués, pour influencer une distribution aléatoire !

        • JC_Lavau JC_Lavau 6 février 2018 17:22

          @Claudec. Jamais passé en PET scan ?


        • pemile pemile 6 février 2018 17:28

          @Yanleroc « mais le + surprenant, c’ est que nos émotions agissent sur l’ état de conservation du riz. »

          Le plus surprenant c’est de penser que les champignons (moisissures) sont mauvais et pas naturels. La conclusion de cette « expérience » c’est que l’amour stoppe le développement de la vie ? smiley)


        • Yanleroc Yanleroc 6 février 2018 19:07

          @pemile, tu parles d’ une conclusion ! Mais je vois que tu reconnais qd même le fait !

          il me semble pourtant qu’ un scientifique devrait s’ y pencher de près ! mais c vous qui voyez.

        • Yanleroc Yanleroc 6 février 2018 19:20

          @pemile« 
           La conclusion de cette « expérience » c’est que l’amour stoppe le développement de la vie ? ) »


          C’ est tout le contraire comme dit + haut ! smiley

          Tu ne suis pas, tu n’ es pas curieux, tu ne fais que freiner des 4 fers, c pas une vie !



        • pemile pemile 6 février 2018 19:21

          @Yanleroc « Mais je vois que tu reconnais qd même le fait ! »

          Ben non ! Je ne crois pas aux micro ondes émises par l’esprit pour stériliser du riz.


        • Yanleroc Yanleroc 6 février 2018 19:51

          @pemile, il ne s’ agit pas de croyance !


        • pemile pemile 6 février 2018 20:10

          @Yanleroc « il ne s’ agit pas de croyance ! »

          Si, reproduis ton expérience 10 fois tu verras.


        • Yanleroc Yanleroc 6 février 2018 20:21

          @pemile,ok.


        • Christian Labrune Christian Labrune 6 février 2018 21:15

          ERRATUM
          Physique QUANTIQUE, et non pas « cantique » ! Curieux lapsus. excuses.


        • Yanleroc Yanleroc 6 février 2018 22:15

          Mais ne te fais pas d’ illusion !

          Regarde cette étude d’ un physicien Russe si tu veux bien, sur le pouvoir de la pensée et des émotions sur l’ eau. 
          Car ce n’ est pas tant sur le riz (ds l’ ex.) que le transfert se fait ,mais plutôt sur l’eau qui enregistre des informations, momentanément.. !

        • Claudec Claudec 7 février 2018 09:25

          @Yanleroc

          Ce documentaire interpelle, mais comme pour tout ce que nous ne comprenons pas, attention de ne pas se laisser entraîner par la superstition pour expliquer ce qu’il ne dévoile pas.
          En tout cas l’eau, dont la composition chimique ((H²O) peut paraître étrangement « basique », n’a probablement pas fini de nous surprendre.

        • Yanleroc Yanleroc 7 février 2018 09:53

          @Claudec« superstition  » késako ?


        • Claudec Claudec 7 février 2018 10:22

          @Yanleroc

          Notre “spiritualité” appliquée à ce que nous ne comprenons pas et que ne parvient pas encore à expliquer clairement la science. D’où l’utilité de celle-ci, quelles qu’en soient les insuffisances et les contradictions. Contradictions au demeurant passagères, l’une des fonctions de la science étant de les effacer après les avoir créées.

        • Yanleroc Yanleroc 7 février 2018 11:59

          @Claudec, dans le cas de la vidéo, il n’ est pas indispensable de « comprendre », quand ça marche (hélas ou tt mieux ?)

          Comprendre pour aller plus loin, oui, forcément !

          La Science fait son boulot (ou devrait), les autres font le leur. 
          Il y a de plus en plus de ponts entre la métaphasique et la physique contemporaine, encore un peu casse-gueule certes, mais des physiciens « tout bien comme ils faut et des » pas bien aussi" s’y engagent avec délectation, et ça fait mon affaire smiley
          Car quoi de + fascinant que la Physique et la Biologie aujourd’hui ?
          Ah oui, E.T.

        • Christian Labrune Christian Labrune 5 février 2018 13:34

          La notion d’espace-temps paraît être ainsi, non seulement une aberration mais un abus conceptuel et de langage en cela qu’elle amalgame deux piliers fondamentaux de l’Univers dont l’apparition ne peut avoir été que successive.
          ...................................................................... .................
          à l’auteur,
          Depuis les équations de la relativité générale publiées en 1915 par Albert Einstein, et qui rendent indissociables le temps et l’espace, on n’avait encore jamais rien observé qui pût les infirmer.
          Cet article du 3 février 2018 restera une grande date dans l’histoire des sciences, et qu’il faudra retenir puisqu’une pareille « aberration » s’y trouve définitivement ratatinée.
          Du coup, j’en viens à me demander si la terre est vraiment aussi ronde qu’on l’a dit. Et si elle était plate comme une crêpe ?
          Avec un peu de sucre ou de confiture et une petite giclée de Grand Marnier, ce serait vraiment délicieux !


          • Gollum Gollum 5 février 2018 14:08

            @Christian Labrune


            Vous avez raison de lui rentrer dans le lard, j’ai failli le faire hier mais un bug m’en a empêché…

            En gros je disais que ce texte était consternant et symptomatique de notre époque, où au lieu d’essayer de comprendre le concept d’espace/temps de façon correcte, on préfère le remettre en cause de façon imbécile, et ce par le narcissisme ambiant parce que je le vaux bien et que moi aussi je suis un génie…

            Bon j’ai mis une étoile à ce texte indigent et vide.  smiley

          • baldis30 5 février 2018 14:41

            @Christian Labrune
            bonjour,

            je vous trouve injuste ! Ce n’est pas le temps et l’espace qui sont indissociables mais le temps et la vitesse de la lumière ... ceci est très clair dans la métrique de la RR, métrique de Minkowski de trace 1,1, 1,-i ! ... La dimension c’est « ct » et pas « t » .... du moins dans cette métrique qui est couramment admise ... Le temps est la manifestation d’autre chose que nous ne savons pas définir actuellement... exactement comme le fut pendant longtemps « T » ( la température) avent que Boltzmann l’associa à une vitesse moyenne des molécules ( théorie cinétique des gaz) .


          • Christian Labrune Christian Labrune 5 février 2018 21:39

            @baldis30
            Il ne faudrait pas trop en demander à un ancien prof de lettres dont la formation scientifique s’est arrêtée à la classe de mathématiques élémentaires ! Je m’intéresse beaucoup aux sciences, je maîtrise bien la programmation des ordinateurs, mais je n’ai jamais lu les publications d’Einstein. Vous me les mettriez sous les yeux, je serais probablement la-devant comme une poule qui vient de trouver un couteau. Disons que j’en sais juste assez pour éviter de m’engager dans des spéculations qui dépasseraient de loin mes capacités, et par exemple, je n’oserais pour rien au monde parler comme le font beaucoup sur ce site d’une théorie quantique à la quelle ils ne se rendent même pas compte qu’ils n’entendent rien.

            C’est vrai que dans les équations d’Einstein, c’est le produit de t par c qui intervient, mais la vitesse de la lumière est une constante, et la variable, c’est le temps. Par conséquent, dans le graphe qui permet de définir et de manipuler un événement selon les quatre coordonnées nécessaires pour une transformation de Lorentz, je me demande si on ne peut pas faire abstraction de c. En tout cas, lorsque je disais que le temps et l’espace étaient indissociables, il aurait fallu sans doute être un peu plus prudent, mais si on les dissociait, ces deux trucs, c’est qu’on ne serait plus du tout, me semble-t-il, dans le référentiel relativiste mais dans l’ancien système de représentation de la physique galiléenne.

            Il se peut bien que je vienne de pondre une énorme connerie, et j’interdis au lecteur de me prendre au sérieux. Vous paraissez disposer des connaissances qui me font défaut, et je parle donc ici sous votre contrôle, acceptant d’avance d’être complètement ratatiné.

            Si vous le pouvez, déniaisez-nous, on vous en saura gré.


          • JC_Lavau JC_Lavau 5 février 2018 22:01

            @baldis30. Jusqu’à plus ample informé, j’ai proposé une solution partielle très efficace : distinguer les micro-temps du macro-temps local, lequel est une émergence statistique, qui évolue dans le même sens que l’entropie, aussi émergence statistique.

            Le macro-temps ne pénètre pas dans les noyaux d’atomes : ils ne vieillissent pas. Un noyau instable garde tout du long la même probabilité de se désintégrer.
            La nécessité des micro-temps date de 1928, équation de Dirac. Encore a-t-il fallu l’article de 1930 de Schrödinger, mettant en évidence le Zitterbewegung.
            J’ai expliqué ça de mon mieux dans le manuel.

          • Yanleroc Yanleroc 5 février 2018 22:45

            @JC_Lavau ( et alors... ? autrement dit ?..)


          • baldis30 5 février 2018 22:51

            @Christian Labrune
            bonsoir,

            « la vitesse de la lumière est une constante ».... 

            Hum.....

            pour tous les repères au même instant oui ..... Dirac, Gamow et plus récemment Shu avaient ou ont des avis assez différents sur l’évolution temporelle des constantes ... bien différentes. Beaucoup d’autres moins connus mais tout aussi sérieux ont aussi des idées. Pour donner l’origine de la pensée de Dirac, il disait qu’à l’origine des temps la force de gravitation et la force électromagnétique avaient les mêmes valeurs .... 

            je comprends et j’apprécie votre curiosité , par contre ces idées ne faisant pas partie d’une certaine orthodoxie elles sont peu diffusées même celles de personnes ayant pignon sur rue en matière scientifique .

            Etant donné que vous avez la capacité de saisir le sujet il y a sur le site de Bernard Lempel une rubrique « inclassables » où vous trouverez des idées et des approches expliquant comment on devrait par exemple rendre à Kant-Laplace la paternité du trou noir ( niveau mathélém ...) de même pour déviation de la lumière ...


          • Claudec Claudec 5 février 2018 15:16

            @ Christian Labrune & Gollum


            Réactions faisant trop d’honneur à « ... quelques libres réflexions nées de l’imagination d’un profane, qui laisse le soin à plus savant que lui ... », prises au 1er degré.

            Ceci dit, d’autres réactions moins malveillantes confirment que tout n’est pas à prendre pour des vérités absolues, y compris venant d’Einstein lui-même, n’en déplaise à C.L. & G.

            • Christian Labrune Christian Labrune 5 février 2018 21:59

              tout n’est pas à prendre pour des vérités absolues, y compris venant d’Einstein lui-même.
              ...................................................................... .......................
              @Claudec
              Einstein, après 1915, aura bien essayé jusqu’à la fin de sa vie, mais sans succès, de trouver une théorie d’unification des quatre interactions fondamentales, laquelle aurait permis de n’avoir pas d’un côté la relativité et de l’autre la physique quantique, sans qu’il y ait entre elles la moindre solution de continuité, mais je ne sache pas qu’il ait jamais remis en question la pertinence d’une relativité générale qui s’accorde à la perfection avec toutes les observations astronomiques qui ont pu être faites depuis un siècle.
              Plusieurs théories généralistes sont actuellement en compétition, mais la théorie du Tout qui est visée, si elle est en chantier, n’est pas encore vraiment au point. De toute façon, elle n’infirmera pas plus la relativité générale que la théorie d’Einstein n’aura infirmé la théorie de Newton : quand on envoie des engins autour de la terre ou vers la lune, la précision permise par les équations de Newton est très largement suffisante.


            • JC_Lavau JC_Lavau 5 février 2018 23:15

              @Christian Labrune. Pas du tout la même échelle. On n’a que très peu de vérifications de la RG à l’échelle individuelle (un seul photon, ou peu de photons). On pourrait s’enthousiasmer pour le quasar dont on voit deux images par la lentille gravitationnelle d’une galaxie peu lumineuse. Las ! Il y a 417 jours de différence d’âge entre les deux faisceaux !


            • Yanleroc Yanleroc 5 février 2018 23:25

              @Christian Labrune,


              « mais je ne sache pas qu’il ait jamais remis en question la pertinence d’une relativité générale qui s’accorde à la perfection avec toutes les observations astronomiques qui ont pu être faites depuis un siècle. »


            • Christian Labrune Christian Labrune 6 février 2018 00:38

              @Yanleroc
              Merci pour ces vidéos, qui nous changent un peu des vérités scientifique. Elles sont effectivement toutes fausses.

              Je viens de chercher une précieuse video que j’avais vue sur AgoraVox. Je ne la trouve plus que sur un site des identitaires, qui ne sont pas ma tasse de thé, mais c’est bien exactement la même. Une jeune femme, bardée de diplômes universitaires (on peut lui faire confiance !) démontre avec une extraordinaire économie de moyens que la terre est bien rigoureusement plate, comme je l’avais toujours pensé. La vidée est sous la photo. C’est un peu long, mais j’ai déjà vu ça trois ou quatre fois in extenso et je ne parviens pas à m’en lasser.

              http://resistancerepublicaine.eu/2016/09/02/la-terre-est-plate-agregee-mais-musulmane/


            • Claudec Claudec 6 février 2018 07:19

              @Christian Labrune

              Faire un argument d’une telle insanité, n’est-ce pas pontifier au même niveau ?

            • Yanleroc Yanleroc 6 février 2018 08:05

              @Claudec, d’ autant que je ne fais que transmettre ce que prétend un insider de 94 ans dont 68 au service de l’ armée pour info. Il n’ est nullement question de musulmans et de terre plate qui sont les deux obsessions de Labrune.

              Fuck la terre plate et les religieux de tout poil. A bas les croyances et les certitudes, ouverture d’ esprit et observation !

            • Christian Labrune Christian Labrune 6 février 2018 11:53

              Faire un argument d’une telle insanité, n’est-ce pas pontifier au même niveau ?
              =====================================
              @Claudec

              Je pensais vous faire plaisir en renvoyant à une vidéo lumineuse de Lucia Camoni qui est à notre époque l’équivalent de ce que fut un Aristote au IVe siècle avant notre ère. Vous trouverez sur l’Internet quantité d’autres petits films où elle expose ses conceptions, et qui permettent de comprendre bien des choses. Quand on est, comme elle, en quête de la Vérité vraie, on est tout à fait fondé à s’asseoir sur les certitudes des imbéciles qui croient dur comme fer aux aberrations propagées par la science académique.

              Dans la vidéo ci-dessous, elle explique qu’elle a cru longtemps « à tout et à n’importe quoi » : elle a été athée, elle a cru au new age, aux extra-terrestres, aux reptiliens ; elle a même cru « que les lapins avaient des prophètes ». Enfin, elle a découvert la Vérité - et quelle Vérité ! Son témoignage est bouleversant, et quand on l’a entendu, Einstein et Max Planck, en comparaison, apparaissent vraiment pour ce qu’ils sont : des petits rigolos qui ne valent pas tripette.

              Dans tous ces petits films, il y a une mouche apprivoisée qui tourne autour d’elle, obstinément, selon une orbite fort capricieuse et probablement impossible à calculer : C’est Dieu.

              https://www.youtube.com/watch?v=bnd-dc5zhbs
               


            • Christian Labrune Christian Labrune 6 février 2018 11:59

              ERRATUM
              Lucia CANOVI et non pas Camoni !!! Excuses.


            • Yanleroc Yanleroc 6 février 2018 12:31

              @Christian Labrune, 

              ça s’ appelle de l’ amalgame ! 

              Cette fille n’ est pas finie de faire mais
              au moins elle consomme de l’ énergie et en retransmet. 

              Elle est plus dans la rébellion face au Patriarcat et dans l’ affirmation de sa féminité malgré le voile qui semble être un choix, 
              et l’ impatience de faire valoir ses études qui peuvent la faire passer pour une personne érudite et sensée (comme tous ceux à peu près qui en ont fait ) et les dérapages qu’ elle s’ autorise ! En tout cas, elle n’ a pas dit pourquoi elle pensait que la terre était plate ou ovoïde ou bananée !

              Et dans quelques années elle nous dira si elle continue, qu’ elle a encore évoluée.

              On s’ en fout !

              De vous à moi, on sait bien si la terre est plate ou non  ! ?

               Enfin moi, je ne suis jamais sûr à 300%, tu penses bien 
              que si notre monde n’ est qu’ une illusion et que nous créons notre réalité, 
              il devient difficile de s’ avancer au delà du mur de Planck, si j’ ose dire !


            • Claudec Claudec 7 février 2018 20:14

              @Yanleroc


              La découverte de Mikio Kaku remonte à bientôt 2 ans ; savez-vous où il en est depuis ?
              Ça n’a pas, apparemment, ému grand monde.

            • Yanleroc Yanleroc 7 février 2018 20:30

              @Claudec, non !

              Que ça n’ émeuve personne ou presque, n’ est pas étonnant, nous sommes de tte façon, noyés sous une tonne d’ informations (sans i maj.).Ça bouillonne de tous côtés et n’ avons qu’ une vue partielle des choses. 
              Il faudrait comme Elon Musk le suggère, se payer une petite semaine en orbite pour comprendre les choses de plus haut !

            • Claudec Claudec 8 février 2018 03:40

              @Yanleroc

              Et là encore, comprendre quoi ? Que c’est beau ? Que c’est grandiose ? que “ça nous dépasse” ?
              Il y a tellement de choses qui sont belles, grandioses et qui nous dépassent, que nous ne regardons même plus !
              Sans tomber dans la sinistrose d’un nihilisme sans issue – d’ailleurs, en existe-t-il une ? – je suis loin de penser que la façon dont Musk dépense ses milliards nous mènera bien loin dans la Connaissance. Après Mars, quel destin ? Pourquoi ? Pour découvrir un spectacle toujours plus grandiose et plus beau, dans lequel l’homme deviendra le consommateur d’un tourisme intergalactique qui le rendra de plus en plus insignifiant, jusqu’à finir par être dévoré par ses robots ?
              Je serais plutôt porté à croire, bien que n’ayant guère plus que mon intuition pour cela, que cette connaissance est en nous, et que la science, en dépit du progrès matériel qu’elle offre, se préoccupe bien peu de nous aider à l’extraire. trop préoccupée par ses performances.

            • Yanleroc Yanleroc 8 février 2018 07:42

              @Claudec
              ..cette connaissance est en nous..

              C’ est bien mon avis, ou plus exactement si tout n’ est pas dans la RAM, il est toujours possible de se connecter au disque dur (Edgar Cayce par ex.), car la conscience semble être hors-corps. .

              Comprendre quoi, la haut ?
              Je crois qu’ il faut y aller pour le savoir !
              les astronautes (quand ils y sont allés, sont revenus « secoués » et je pense, changés pour le restant de leur vie..jusqu’ à la fin de leur mort smiley
              ici également.

              Mais quelques en soient les conséquences, je crois qu’ il faut garder les yeux grands ouverts.
              je trouve même que c’ est un espoir formidable pour l’ humanité de savoir qu’ elle n’ est pas seule. 
              Et ça vaut nettement mieux puisque nous avons besoin d’ aide !

            • Claudec Claudec 6 février 2018 07:17

              Faire un argument d’une telle insanité, n’est-ce pas pontifier au même niveau ?


              • Claudec Claudec 6 février 2018 12:12

                Serait-il possible qu’en ces temps où libertés de pensée et d’expression doivent résister comme jamais à la pression d’innombrables dogmes et tabous, il soit à craindre que la science coure le même risque que le religieux et le politique, de se voir livrée à la multitude de ceux qui prétendent trouver leur vérité dans le confort d’idées toutes faites ? Internet aidant, de grands prêtres et officiants de moindre rang, parés de leurs certitudes et de titres qui les dispensent de toute remise en cause, y sévissent, guettant le schismatique autant que l’iconoclaste.

                Iraient-ils jusqu’à les brûler au nom de leur sainte foi ?


                • Yanleroc Yanleroc 6 février 2018 12:47

                  @Claudec, c’ est ce qui est en train de se passer , 

                  c’ est comme pour l’ auto-médication, par raison ..et par goût !

                  ...Jusqu’ à brûler.., non, 

                  mais de fait ,des scientifiques « out ce qui’ l y a de bien », finissent par tendre l’ oreille et se disent que..
                  qu’ il n’ y a pas de fumée sans feu..et quand l’ affaire grossit, il ont le choix de l’ étudier ou de l’ étouffer !

                  Tout le monde se démerde en fait, mais mon cheminement coïncide, s’ entrecroise et s’ enroule comme les planètes autour du soleil
                  avec celui de personnes que j’ apprécie (et que j’ évite d’ admirer), 

                  ce qui n’ empêche pas de reconnaître Einstein comme un Maître, ne serait-ce que par ses citations avec lesquelles nous sommes tous en accord je crois !

                  « Idées toutes faites, Fakes-News, conspi-anti-,  », ce n’ est qu’ une question de point de vue , n’ est-il pas ?


                • Claudec Claudec 6 février 2018 17:20

                  J’éprouve aussi une grande sympathie pour Einstein, ne serait-ce qu’en raison de la modestie et l’espièglerie avec lesquelles il semble avoir considéré sa propre démarche intellectuelle, ses sources (il faut se souvenir de ses déclarations concernant son recours à de banaux manuels, lorsque ses connaissances étaient prises en défaut) et le résultat de ses travaux, du moins jusqu’au jour où il a été mis face à l’usage qui pouvait en être fait et que dans sa naïveté – elle aussi bien sympathique – il n’avait pas suffisamment pris en compte. Notre consolation est qu’il a ainsi empêché que d’autres, moins bien intentionnés que lui, l’aient devancés, faute de quoi nous ne serions probablement pas là pour en parler.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès