• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Une classe de seconde...

Une classe de seconde...

J'ai sous ma responsabilité, une classe de seconde qui comporte 36 élèves : j'ai l'impression que ces élèves n'ont aucun sens du savoir vivre, de la politesse, comme si leurs parents ne les avaient pas éduqués : ils rentrent en classe bruyamment, ils bavardent, certains oublient leurs affaires ou les perdent, certains me lancent des bonjours tonitruants et appuyés qui dénotent un irrespect total.

 

Quand je fais l'appel, certains oublient de répondre, d'autres discutent...

J'ai déjà sanctionné par des heures de retenue deux élèves : l'un avait encore oublié son livre, l'autre refusait de relire sa prise de notes...

On le voit : l'année promet encore d'être sportive... une jeune stagiaire en sciences économiques n'arrive même pas à faire cours à ces élèves, la progression est sans cesse empêchée par des bavardages..

La plupart de ces adolescents ne sont pas issus d'un milieu défavorisé : fils et filles d'avocat, de médecin, de pharmacien, de notaire, de chef d'entreprise etc.

 

On perçoit chez eux, une envie permanente de s'amuser, de se distraire : aucune retenue, aucune sensibilité, aucune reconnaissance pour le travail fourni par les enseignants.

On pourrait croire que le français, discipline que j'enseigne, ne les tente guère mais ils ont exactement le même comportement avec leur professeur de mathématiques..

.

Mon rôle étant d'enseigner le français, j'estime inadmissible tant de laisser aller dans le comportement : j'ai donc décidé de sévir dès le début de l'année... pour autant, à crier et tempêter contre les élèves, on perd beaucoup de son énergie.

La lutte sera âpre, heureusement, ma collègue de mathématiques adopte la même attitude : la sévérité, des sanctions...

 

Nous sommes solidaires face à cette classe, même si nous travaillons séparément, et nous refusons ce laxisme dans le comportement et le travail...

 

Devant ces difficultés, je me pose, tout de même, bien des questions : quelle éducation les parents ont-ils donnée à ces enfants ? On a l'impression d'être devant des sauvages, qui n'ont pas de repères, qui sont là pour prendre du bon temps...

 

Quelles valeurs leur ont été inculquées ? Sûrement pas celles du travail, du respect, mais celles qui consistent à se détendre, s'amuser, quitte à mépriser le travail d'autrui...

 

Ces élèves s'arrogent tous les droits et ne se soumettent parfois à aucune discipline : telle une horde, ils se lâchent, et n'ont aucune retenue...

Effectivement, les parents devraient se sentir responsables du comportement de leurs enfants en classe.

Et on a l'impression qu'ils se déchargent de toute responsabilité : l'éducation commence pourtant dès le plus jeune âge, et les parents se doivent de l'assumer et d'assurer leur rôle d'éducateurs.

Il est vrai que notre monde est celui de la consommation rapide, irréfléchie, irraisonnée, et il semble que les individus se laissent aller à une sorte d'apathie, d'égocentrisme, oubliant les règles élémentaires de la vie en société.
 

 

Le blog :

http://rosemar.over-blog.com/2018/01/une-classe-de-seconde.html

 

Documents joints à cet article

Une classe de seconde...

Moyenne des avis sur cet article :  3.56/5   (25 votes)




Réagissez à l'article

120 réactions à cet article    


  • Giordano Bruno 23 janvier 19:01

    Vous attendez des parents qu’ils éduquent mieux leurs enfants. J’approuve. Hélas certains parents s’attendent à ce que ce soit l’Education Nationale qui s’en charge, ignorant qu’elle a sapé l’autorité des enseignants. Peut-être les uns et les autres devraient-ils se mettre d’accord une fois pour toute. Ou peut-être chacune des deux parties devrait-elle se sentir responsable du savoir vivre.

    Le nombre d’élèves par classe est aussi un problème important. Car à cet age, la norme est souvent incarnée par les plus exubérants trublions du groupe. Et certains essaient de les concurrencer pour monter dans la hiérarchie des pairs, sans avoir pour autant la fibre séditieuse, pouvant même se comporter bien mieux dans d’autres milieux. 

    Je vous encourage dans la voie de la sanction. Gardez à l’esprit dans ces moments que des élèves silencieux qui voudraient travailler dans de meilleures conditions vous en sauront gré.


    • baldis30 23 janvier 19:38

      @Giordano Bruno
      bonsoir,

      « certains parents s’attendent à ce que ce soit l’Education Nationale »

       vous avez voulu l’Education Nationale ...bien avant on formait par l’Instruction Publique ...

      Cicéron eut une belle formule causant de mœurs, d’époque .... 

      changement de mots meurtrier ... « L’esprit vivifie - l’instruction publique- , la lettre tue .... »


    • rosemar rosemar 23 janvier 20:51

      @Giordano Bruno

      L’éducation commence par l’exemple donné par les parents, puis par les enseignants...
      La sanction, oui, est indispensable mais on s’épuise parfois à donner des punitions...

    • Giordano Bruno 23 janvier 23:05

      @baldis30
      Moi, je n’ai rien voulu du tout. J’ai d’ailleurs choisi de m’occuper moi-même de l’instruction et de l’éducation de mes enfants.


    • nemuyoake nemuyoake 24 janvier 06:47

      @Giordano Bruno
      Vous savez, on a les mêmes gamins à l’autre bout du monde, aussi mal élevés, et on a aussi les mêmes parents qui se déchargent de leur travail éducatif sur les enseignants. L’énorme différence entre la France et le pays où j’enseigne (le Japon), c’est que les enseignants sont chargés d’éduquer les élèves, du simple « mets ta chemise dans ton pantalon » à l’éducation du bien et du mal, des normes sociales etc. Et c’est tout ce qui fait la différence.

      En quelques mois, voire quelques semaines, notre équipe éducative fait des merveilles : une main de fer dans un gant de velours. La plupart de nos élèves s’insèrent dans le marché du travail à la sortie du lycée et je suis toujours épatée par le talent de mes collègues qui arrivent en 3 ans à « produire » des citoyens qui pensent aux conséquences de leurs actes, à vivre non pas seulement pour leur petit nombril et à s’insérer dans une société pas facile car très stricte (moins stricte en zone rurale quand même).

      Les enseignants français ne veulent pas éduquer les élèves, ils disent qu’ils n’ont pas signé pour ça, surtout avec un tel salaire et sans l’appui de leur hiérarchie qui remet souvent en cause leurs sanctions . Ca se comprend. Mais la situation ne s’arrangera pas avec le rejet de la faute de la mauvaise éducation des uns sur les autres.

      Personnellement, je pense que l’EN devrait se mettre à éduquer les élèves et cela dès la maternelle. Mais ça ne peut pas se faire sans une hiérarchie/encadrement qui soutient les enseignants.

      Il y a aussi un problème en France, c’est le manque d’unité Nationale (je ne parle pas au niveau patriotique). Chacun ne se bat que pour soi, on a pas vraiment le sentiment de faire partie d’un tout donc aucune envie de coopérer pour construire une société meilleure. C’est dommage.


    • rosemar rosemar 24 janvier 11:05

      @nemuyoake

      Une question : quels sont les effectifs des classes au Japon ? C’est un aspect important....

    • V_Parlier V_Parlier 24 janvier 11:12

      @baldis30
      Les parents ont été « formés » par nos derniers gouvernements-éducateurs :
      * Pas de fessée, et même carrément : pas de reproches, ça brime à vie.
      * La famille c’est archaïque, c’est un moyen de posséder abusivement ses enfants qui appartiennent à la république. Donc cette entité n’a pas d’autorité justifiable. Par conséquent la famille ne doit plus être responsable de rien (mais ça, ils ne l’avaient peut-être pas prévu)
      * Les syndicats de profs le disent eux-mêmes : Le seul problème serait le nombre d’élèves par classe. Rien d’autre apparemment, puisqu’ils reprennent tous en choeur les mantras de la gauche bobo (donc acceptation implicite de la culture de l’excuse généralisée).
      * Les notes, c’est dégradant et humiliant, dixit notre ancienne ministre de l’EdNat, donc si j’étais un élève pourquoi je bosserais ! (On le saurait si plus de 15% de ce qu’on apprend servait effectivement pour notre futur métier. Si j’ai fait des études c’est pour avoir un diplôme m’autorisant à exercer mon métier, rien de plus. Mais si on donne les diplômes à tout le monde, il faudra aller dans un autre pays pour bosser).
      * Libéraux et bobos de gauche s’entendent là-dessus : L’essentiel est de consommer. Seulement, cette activité consomme déjà pas mal de temps mais surtout elle oblige les couples à travailler jours et nuits en situation de pénurie massive d’emplois. Les parents récupèrent leurs enfants pour les mettre au lit et les rendre le lendemain à la tierce personne chargée de les acheminer sur leur lieu d’élevage.

      Conclusion : Tout est normal.


    • V_Parlier V_Parlier 24 janvier 11:14

      @nemuyoake
      « Personnellement, je pense que l’EN devrait se mettre à éduquer les élèves et cela dès la maternelle ».
      -> Quand on connait les valeurs mises en avant par « l’école de la république », le jour où ils font ça ici je m’enfuis ! D’ailleurs ils en ont peut-être déjà trop fait à ce niveau. C’est pire que ne pas éduquer.


    • mmbbb 24 janvier 20:38

      @nemuyoake « Chacun ne se bat que pour soi, on a pas ... » . En France nous ne cessons pas d avoir des grands principes, mais il vrai que c est l individualisme qui prime et chacun s ’en bat les « couilles » C est vrai c est vulgaire mais c est la réalité . Il y a tout de meme un facteur que vous oublie le facteur humain Sans cette discipline ce serait invivable au Japon Imaginez les habitants de Tokyo se comporter comme les Francais dans une megapole de 30 millions d individus Ce serait l enfer imaginez la salete de cette ville les dejections canines les papiers les personnes urinant un peu partout crachant taguant


    • mmbbb 24 janvier 20:56

      @rosemar ha oui j ai eu certains professeurs, bon des déchets ! Quant aux parents certains deputes notamment de droite, voulaient sucrer les alloc aux parents laissant traîner leurs mioches, ce fut une levée de bouclier . Il est vrai que beaucoup trop de parents se déchargent de la responsabité de l education Et l évolution des moeurs a savoir famille decomposee recomposee multiparentale et j en passe , n assure pas la stabilté psycholoqiue qu un enfant devrait avoir. Mais les vérités ne sont pas bonne a dire et si vous avez une grande gueule, c ’est vous qui êtes blâme Vaste problème Quant a vous ne vous plaignez, si vous enseigneriez dans le 9-3 par exemple , ce serait un autre champ de bataille , vous devriez porter un gilet en Kevlar !


    • nemuyoake nemuyoake 25 janvier 00:14

      @rosemar
      Ca va jusqu’à 40 élèves. On a rarement des classes en dessous de 35, sauf en zone rurale. Nos premières années (secondes en France) étaient 38 cette rentrée, dans chaque classe. Mais plus que le nombre d’élèves, c’est vraiment la coopération entre toute l’équipe éducative qui est le plus important. Par exemple, on peut librement accepter de ne pas faire cours si on estime que les conditions ne sont pas remplies (classe qui n’écoute pas par exemple).


    • Venceslas Venceslas 28 janvier 17:16

      @baldis30 Qui « vous », au juste ? 


    • Diogène diogène 23 janvier 19:03

      “L’enfant qui participe à une activité qui le passionne se discipline automatiquement.”
       
      Célestin Freinet (1896-1966)

      • kalagan75 23 janvier 19:31

        @diogène
        1896 - 1966 ... une autre remarque ?


      • Diogène diogène 23 janvier 20:00

        @kalagan75

        Le temps ne fait rien à l’affaire...


      • rosemar rosemar 23 janvier 20:47

        @kalagan75

        Les réseaux sociaux, le smartphone, les écrans en tous genres n’étaient pas encore là...

      • berry 23 janvier 23:17

        @diogène
        Faites-leur des cours d’éducation sexuelle.


      • mursili mursili 24 janvier 09:47

        @diogène

        Ce n’est pas tant le fait que Freinet puisse être dépassé aujourd’hui - par qui ? par le retour à la férule et à la discipline prussienne ? - que je mettrais en avant, mais plutôt le fait que des élèves de seconde puissent être considérés comme « des enfants » (on n’est pas sérieux quand on a seize ans).


      • mursili mursili 24 janvier 10:12

        @mursili

        Pardon, mon commentaire s’adresse à kalagan.


      • Robin Guilloux Robin Guilloux 24 janvier 11:16

        @diogène


        Ce qui passionne les uns ne passionne pas les autres et on ne peut pas toujours proposer des activités qui « passionnent ». Une activité qui passionne, ça s’appelle un « divertissement » : la télé, les jeux vidéos, etc. Le rôle de l’école n’est pas de « passionner », d’épanouir, de rendre heureux (même si on peut y être heureux), mais de transmettre des connaissances. « Voici notre monde », dit Hannah Arendt dans La crise de l’éducation. 

        Si vous voulez le changer, il vous faut le connaître, sinon vous devrez le subir en laissant le soin à d’autres de penser à votre place. Comme l’a montré Antonio Gramsci, le fondateur du Parti communiste italien, l’idéologie de l’épanouissement est particulièrement pernicieux pour les enfants des classes populaires, et ça n’est pas un hasard si la bourgeoisie libérale en est particulièrement friande (y compris les ministres socialistes)... pour les enfants des autres.

        Philippe Meirieu explique que les élèves ont besoin qu’on leur propose des « activités qui fassent sens », mais là encore, une activité peut avoir beaucoup de sens pour l’un (mettons la musique ou les maths) et aucun pour un autre.

        Meirieu qui a fait un peu de Philo devrait savoir qu’il n’y a pas de sens du sens. Il y a des savoirs de base : les quatre opérations, la table de multiplication, les conjugaisons, la règle d’accord du participe passé, etc. qui ne s’inventent pas et qui n’ont pas de sens au sens où l’entend Meirieu.

        Le sens est une idée religieuse, pour les gens qui ont besoin de penser qu’il y a quelqu’un là-haut qui s’occupe d’eux dans les moindres détails. Ce qui est possible, car il y a une dimension morale, rationnelle, esthétique, théologique de la religion, mais il y a aussi du « numineux », comme dit Otto Rank, du tout-autre et de l’incompréhensible, qui n’a pas de sens, au sens où l’entend Meirieu et les chrétiens de Gauche.

        Si les élèves n’ont pas les bases, ils n’arriveront à rien. Un point c’est tout, y compris pour les recherches sur Internet. Savez-vous que 30% arrivent en 6ème sans savoir lire et écrire correctement et que l’on est maintenant obligé de faire de la remédiation« (orthographe, vocabulaire, grammaire...) à l’université et dans les écoles de commerce (j’en fais moi-même en Français parce que les étudiants sont incapables de rédiger un rapport de stage, je ne dis même pas sans fautes d’orthographe, mais ayant un »sens« (au sens ordinaire et non métaphysico-meirieusien de ce terme) ? 

        J’entends par sens le fait par exemple de distinguer une cause d’une conséquence et de respecter le principe d’identité et c’est là qu’intervient la grammaire (cf Hegel : c’est dans les noms que nous pensons »)... que Le sympathique Célestin Freinet voulait réduire à trois pages dactylographiées. 

        J’ajoute que les étudiants en question sont très gentils (ça me change de ce que j’ai connu en collège) et furieux contre le système.

      • V_Parlier V_Parlier 24 janvier 11:20

        @diogène
        Je cite : “L’enfant qui participe à une activité qui le passionne se discipline automatiquement.”
        -> Cela n’empêche que nous avons tous été bien obligés de nous discipliner en participant à des activités qui ne nous intéressaient pas du tout (soit parce-que nous étions encore jeunes et naturellement portés sur l’oisiveté, soit parce-que certaines activités ne nous intéresseront jamais).

        Donc maintenant, pour ceux qui ne s’intéressent à rien (à part regarder des vidéos, jouer en ligne et trainer dans la rue), vous prévoyez quoi ?


      • kalagan75 24 janvier 11:22

        @mursili

        tu as parfaitement raison, les élèves décrits par Rosemar ne sont pas ici des élèves agressifs, menaçants physiquement les enseignants ( et j’en ai croisé ) .

      • arthes arthes 24 janvier 12:04

        @diogène

        C est tellement evident pourtant...Mais l EN n est pas prete a comprendre que le probleme est la.





      • arthes arthes 24 janvier 12:05

        @arthes
        Je parle de la citation de Freinet.


      • mmbbb 24 janvier 20:57

        @ diogène peut etre Mais l art d ’enseigner n est pas donné a tout le monde


      • Robin Guilloux Robin Guilloux 25 janvier 14:33

        @berry

        En binômes et en travaux pratiques (?)

        Je sors ! 

      • Robin Guilloux Robin Guilloux 25 janvier 16:06

        @berry


        En binômes et en travaux pratiques ?

      • Venceslas Venceslas 28 janvier 17:17

        @diogène
        Passionner, c’est facile à dire, mais avec ce qui demande un effort de concentration, il y a de quoi être désarmé aujourd’hui. 


      • Ratatouille Ratatouille 23 janvier 19:47

         si c’est une classe de garçons ,vous allez en voire 35 chandelles... smiley


        • Amaury Grandgil Amaury Grandgil 25 janvier 14:40

          @Ratatouille
          Il est plus facile d’avoir de l’autorité avec les garçons qu’avec les filles qui sont plus malines.


        • kalagan75 23 janvier 20:09

          Mon fils, au lycée, m’a dit que les élèves appelaient les profs facilement déstabilisés, des « soumis » . Il est pourtant dans une classe principalement constituées de filles et il m’explique qu’un seul de ses profs a un minimum d’autorité ...

          Alors, effectivement, tu as parfaitement raison, les principaux responsables sont les parents ; malheureusement, pour être enseignant, il faut également avoir une personnalité capable de faire face à ces comportements provocateurs, et ce n’est pas donné à tout le monde ...

          • rosemar rosemar 23 janvier 20:44

            @kalagan75

            C’est bien connu : c’est toujours la faute des profs, et même quand des élèves ont de mauvaises notes, c’est forcément la faute du prof.
            Quand une classe se comporte ainsi devant tous les membres d’une équipe pédagogique, d’où vient le problème ?

          • rosemar rosemar 23 janvier 20:48

            @kalagan75

            Et puis « mon fils m’a dit que... » c’est vrai que la vérité sort de la bouche des enfants !!

          • kalagan75 23 janvier 21:35

            @rosemar
            J’ai été agrégé de physique pendant 17 ans : j’ai connu des classes difficiles comme tous les enseignants. Lorsque j’ai passé le concours, je savais à quoi je m’engageais. Dès l’iufm, on savait de suite quels seraient les profs qui seraient bordélisés et ceux et celles qui s’en sortiraient.


          • rosemar rosemar 23 janvier 22:44

            @kalagan75

            Agrégé de physique ? Pendant 17 ans ? Puis vous avez quitté le métier parce que c’était trop dur ??



          • kalagan75 24 janvier 06:38

            @rosemar
            Parce que j’avais envie d’entreprendre ... L’avènement de l’internet à haut débit ouvrait des possibilités infinies, la ruée vers l’or ...y’avait qu’à se baisser smiley


            Ce ne sont pas les élèves qui m’ont fait quitter ce métier mais plutôt les collègues toujours à se plaindre au lieu de se bouger ( ou les spécialistes de la déprime au 15 Septembre pour un retour de guérison au 15 Juin ) ; et cette hiérarchie, constituées de personnes n’ayant jamais enseigné ou d’ex-profs incompétents, tellement carriériste qu’elle en était pathétique ! 
            Ces mêmes collègues qui ricanaient dans mon dos quand je leurs ai annoncé que je quittais l’éduc pour monter ma première entreprise. La jalousie a maintenant remplacé leurs sarcasmes ... 

          • rosemar rosemar 24 janvier 10:56

            @kalagan75

            COURAGE ! Fuyons !

          • kalagan75 24 janvier 11:31

            @rosemar
            le fait de passer un concours ne t’engage pas pour la vie ... le problème de tous ces enseignants en difficulté face aux élèves, c’est qu’ils ne savent rien faire d’autre et n’ont pas de portes de sortie.


          • rosemar rosemar 24 janvier 11:44

            @kalagan75

            L’enseignement est aussi un magnifique métier : un métier d’échange, de transmission, mais il se transforme parfois en foire d’empoigne... est-ce normal ?
            Dans certains établissements, les profs passent leur temps à faire de la discipline...
            où est le problème ?

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès