• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Une « histoire de l’antisémitisme » qui ne dit pas tout

Une « histoire de l’antisémitisme » qui ne dit pas tout

Un ragot millénaire qui serait né en Egypte avec « l’égorgement d’enfants pour des rituels juifs  » colporté plus de mille ans après en Angleterre, et « … un antijudaïsme chrétien racine la plus profonde de l’antisémitisme » identifié par Jules Isaac  « au terme d’une enquête historique » (4/4).

Voilà résumées pour l’essentiel les causes de l’antisémitisme avancées par cette tétralogie de Jonathan Yahoun et Judith Cohen-Solal diffusée par ARTE, avec des intervenants historiens qui ne nous disent pas tout.

Les conséquences si disproportionnées au fil des siècles pour ces motifs, conduisaient déjà Salomon Ibn Varga (XVe s.) à chercher pourquoi ces persécutions ont pu s’étendre partout et durer toujours. Plus tard, Luther effaré par l’antijudaïsme de son temps se demandera « Quel Juif pourrait consentir d'entrer dans nos rangs quand il voit la cruauté et l'hostilité que nous manifestons à leur égard ? »  (1)

Le documentaire raconte un antisémitisme millénaire avec des intervenants qui parleront au gré des sujets, d’antisémitisme ou d’antijudaïsme sans distinction. Il aurait été préférable de l’intituler « histoire de l’antijudaïsme  », quand l’antisémitisme n’existait pas encore. (2) 

Aucun n’évoquera les pêchers d’un judaïsme tout autant critiquable que l’islam ou le christianisme.

Si elle rappelle les tristes épisodes incontestables de la vie d’un peuple resté à part, ceux qui chercheront à comprendre pourquoi n’en seront pas instruits. On reprochera donc à cette série de ne pas aborder les causes qui, sans être des excuses, ont provoqué et entretenues les douves communautaires du judaïsme. Parfois des historiens engagés deviennent les serviteurs d'une cause en négligeant des pans de son histoire.

Sans l’histoire des causes, celle des effets seuls lèse l’enseignement. 

Cette « histoire de l’antisémitisme » ne dit rien de l’anti-nonsémitisme judaïque, c’est-à-dire le refus des juifs à se rapprocher de tous les non-juifs avec des rabbins gardiens intransigeants de leurs communautés enracinées dans les Talmud (3). Au fil des siècles ils entretiendront cette distanciation, comme Maïmonide le plus célèbre d’entre – eux qui édictait que « … pour entrer en contact avec les idolâtres (non-juifs) il n’y a que deux moyens, la guerre ou l’admonestation et l’éducation ». Il perpétrait l’anti-nonsémitisme ancien de cette menace gravée en hébreux, grec et latin à Jérusalem sur la façade du temple d'Hérode aux portes d'or de Nikanor ; " tout non-juif qui franchirait ces portes serait tué sans jugement ". Les rabbins d’alors menaçaient déjà les premiers juifs convertis au christianisme ; « …qu’ils périssent s’ils ne reviennent pas à Ta Torah  ». Des accents exprimés encore au XXe s. par Elie Wiesel avec son aversion pour ceux de ses coreligionnaires renégats " ... des juifs honteux qui existent en grand nombre, qui changent de religion de nom, qui se cachent ou qui renient leur religion me font pitié, même pas honte pitié. "

Ignorant les origines du schisme, le documentaire évoquera le Concile de Latran et la responsabilité du Pape "... d'une séparation nette entre chrétiens et juifs dans l'espace publique". Une allusion à ce qui conduira au premier ghetto en Europe à Venise. Les intervenants ont oublié que les Ptolémées avaient déjà assigné aux juifs un quartier d’Alexandrie au Ve s. av JC.  

L’historienne Kattell Berthelot (4) a trouvé une antériorité à cette isolement voulu de la communauté juive ; « … dès le IIe s. av JC les juifs sont le seul groupe humain dans tous le bassin méditerranéen désigné comme misanthrope... hostile aux non-juifs, qui se replie sur lui-même… en opposition avec l'universalisme de la philosophie stoïcienne qui se développe alors. » Les historiens dont l’israélienne Sylvie Honigman ont apporté de nouvelles explications à la révolte des Macchabées (IIe s. av JC) avec une origine fiscale et des juifs refoulés parce que tentés par l’hellénisation ; les activités sportives, une ouverture vers les autres peuples et leurs connaissances… Des judéens constitueront un groupe de juifs hellénistes dissidents de langue grecque. 

Ces quelques traits propres au judaïsme ancien qui en a conservé des traces aujourd’hui encore, auraient ajouté à la compréhension de cette histoire.

 

Pendant près de quatre heures de documentaire, Arte n’a pas apporté de réponse à Salomon Ibn Varga. Luther découvrira à la fin de sa vie les nombreux motifs qui révèlent la contribution juive à l’impossible judéo-christianisme, pourtant indissociables de cette « histoire de l’antisémitisme ». Les intervenants souvent de la même obédience que ses promoteurs, ont égrainé les indiscutables persécutions des juifs, avec une orientation que l’on complétera ci-après de quelques commentaires à l’appui de ce reproche.

 

 Concernant la « Limpieza de sangre » ou « pureté du sang » en Espagne.

 

Vélasquez est représenté sur son célèbre tableau « Les Ménines » avec la Limpieza de Sangre (5).

 

Avec un sujet cher au judaïsme, le documentaire présente les juifs d’Espagne du XVIe s. victimes paradoxalement, d’un précepte qu’ils revendiquent toujours pour eux-mêmes ; le droit du sang.

La « Limpieza de sangre » conséquence de la Reconquista, consistait à prouver une généalogie exempte d'ancêtres juifs, maures ou commerçants pour accéder à certaines responsabilités. Présenté sous l'aspect d'une ségrégation « antisémite .. avec des juifs au sang impur… discriminatoire pour les marranes (juifs convertis) », le documentaire n’évoquera pas les musulmans concernés bien plus nombreux. (6)

On se rappellera que les juifs pratiquaient la même exclusion pour le même motif avec un accès au judaïsme conditionné par le sang de la mère juive , les présenter victimes d’une mesure de la même veine était mal choisi. 

Une mesure appliquée indifféremment aux juifs et aux non-juifs perd de son antisémitisme.

 

Le documentaire qualifie l’Inquisition espagnole d’antisémite.

Cette institution née en France pour lutter contre les hérésies cathares, traquait sans distinction les hérétiques chrétiens cathares puis musulmans et juifs. Il est rapporté que l’Inquisition « … a condamné au bûcher des milliers d’hérétiques » (7).

En Espagne elle s’attachait à démasquer tous les faux convertis marranes (conversos) et morisques. Pendant que les maures bien plus nombreux, choisissaient l’exil au renoncement de leur foi, les juifs suivront les conseils de leur plus célèbre rabbin Maïmonide lui-même converti, de conserver leurs biens et une conversion « de bouche mais pas de cœur ». Ces fausses conversions justifiaient pour l’Inquisition une suspicion particulière envers les juifs qui avaient choisi majoritairement de rester en Espagne.

En écho à cette accusation, le documentaire aurait pu rappeler la même institution chez les juifs des premiers siècles avec les procès de leur Sanhédrin semblables à ceux de l’Inquisition qui condamnaient à la lapidation les premiers martyrs chrétiens ; Saint-Etienne, Jacques… et Jésus à la crucifixion. En 523 le roi juif Yūsuf As̓ar Yath̓ar à Najrân (Yemen) martyrisait « Saint Aréthas et ses compagnons  »

Les siècles suivants montreront avec les conversions massives et l’assimilation réussie des marranes et des morisques, que l’Inquisition anti-judaïque n’était pas antisémite.

Ailleurs, Dov Stuchinsky professeur à l'Université Bar-Ilan, expliquait lui une origine raciale à la « Limpieza de sangre ». (8) 

 

La Révolution française et les juifs (2/4). 

Cet épisode incomplet hypothèque l'antisémitisme avancé dans cette histoire présentée ici différemment. 

Ce passage intéressant raconte l’histoire d’Isaac Berr venu de Nancy demander à l’Assemblée constituante de nouveaux droits pour les juifs. Le documentaire raconte un incident « antisémite » provoqué par son intervention à l’Assemblé « Alors qu’il se présente à la tribune des dizaines de députés désertent les rangs… ». L’historien intervenant Pierre Birnbaum commente ; « … les juifs sont choqués qu’on ne veuille pas d’eux »

L’affaire mérite qu’on s’y arrête.

Pour apprécier le contexte de l’époque on saura qu’Isaac Berr appartenait au « groupe des juifs allemands de Lorraine » dont l'intervenant Pierre Birnbaum ne parlera pas, ni des plaintes reçues à leur propos par Napoléon à Strasbourg. Elles auront pour conséquence le décret de 1808 qui imposera les règles de la République aux juifs pourtant déjà devenus citoyens. Il est aujourd’hui encore appelé par des juifs à la radio ou dans certains livres « décret infâme ».

La lettre d’Isaac Berr « à ses frères en1791 à l’occasion du droit de Citoyen accordé aux juifs », nous renseigne mieux que le documentaire sur les mauvais penchants de ses frères, leurs efforts à consentir pour s'assimiler, leurs souffrances aussi et l’exploitation peu scrupuleuse de leur condition par des français improbes.

Le même Pierre Birnbaum écrivait dans son livre « L'Aigle et la Synagogue. Napoléon, les Juifs et l'État » à propos de ces obligations aux juifs d’Alsace (ashkénazes), qu’elles sont « …discriminantes… soumettant les Juifs à une autorisation préfectorale spéciale pour pouvoir exercer le commerce et leur enlevant le droit de se faire remplacer en cas d’appel sous les drapeaux. »

Il ne parlera pas non plus des nouvelles réglementations qui seront alors imposées aux juifs d’Alsace comme l’interdiction des «  prêts aux mineurs sans l’autorisation de leur tuteur… ».

En contradiction avec cette « histoire de l’antisémitisme » qui présente des juifs ostracisés, mais finalement heureux de devenir citoyens français, il prétendait dans son livre que l’assimilation voulue par Napoléon a conduit à « l’abdication de la nationalité juive (et) constitue une sorte de suicide, un suicide à l’échelle nationale ». Pierre Birnbaum confirmait ainsi que les juifs entendaient suivre un judaïsme communautaire à l’écart des nations d’accueil.

 

Moïse recevant les tables de la Loi de Napoléon Ier

 

A la lumière de ces éclairages, on peut regretter de ne pas apprendre du documentaire les autres motivations des députés, ni celles de Napoléon qui ont conduit les juifs à l’assimilation.  

A noter qu'avec son §19 le décret, « infâme » pour les juifs ashkénazes, s'exonère de l'accusation d'antisémitisme avec cette précision ; « Les juifs établis à Bordeaux , et dans les départements de la Gironde et des Landes ("portugais" séfarades), n’ayant donné lieu à aucune plainte, et ne se livrant pas à un trafic illicite, ne sont pas compris dans les dispositions du présent décret ».

 

A propos du «  Pape Innocent III qui s'inquiète de la trop grande proximité entre juifs et chrétiens et craint pour le christianisme… »

Sylvie-Anne Goldberg raconte qu'au Xe/XIe s. " …les gens ont du mal à faire la différence entre juifs et chrétiens qui pouvaient être enterrés dans des cimetières juifs, qu'il y a des mariages mixtes, ce qui était un grand danger pour les chrétiens….. " sans nous dire si les mariages étaient conditionnés par la conversion au judaïsme ou si les juifs acceptaient alors les non-juifs dans leur communauté "sans l'obligation de la circoncision". Elle modifiera plus loin sa description du climat idyllique entre juifs et chrétiens. Sous Saint-Louis (XIIIe s.) de « trop grande proximité » il devient « …la possibilité peut-être pas de convivialité entre juifs et chrétiens, mais de voisinage et de cohabitation entre chrétiens et juifs va devenir impossible ».

On regrettera qu’elle n’est pas évoqué ici comme cause probable de l’évolution des relations, l’autodafé des Talmud qui suivit la dispute de Paris … sous Louis IX ‘’dit’’ Saint-Louis » (2/4). Attendu dans cette histoire de l’antisémitisme, il ne sera abordé que « …d’après le compte-rendu du rabbin participant à la dispute de Paris. » Quand le documentaire ne voit dans le Talmud qu’un « … livre qui présente des débats entre rabbins », d’autres y ont trouvé comme Luther notamment, des opprobres anti-chrétiens nombreux. Rachi, un grand rabbin du XIe s. parlait lui des inepties du Talmud. Les auteurs auraient pu citer un autre rabbin (extrémiste), Aviner à Jérusalem qui trouva en 2019 dans « …le feu à Notre-Dame de Paris un châtiment de l’autodafé du XIIIe s. »

"The Times of Israël" 18/04/2019

 

Sous la domination musulmane…

Le statut de dhimmi et donc d'infériorité était imposé en Al Andalus comme ailleurs à tous les non-musulmans. Tous se pliaient à ses contraintes et bénéficiaient de la protection des musulmans. Le documentaire interprète cette condition comme antisémite.

Concernant Spinoza...

Maurice Kriegel cite Spinoza « c’est la haine dont sont victimes les juifs qui entretient leur existence ». Il aurait pu parler de celles aux racines anciennes, des juifs envers les chrétiens, entretenues par les Talmud et le Toledot Yeshou répandu chez les juifs, un pamphlet qui humilie Jésus et Marie…

Si la célébrité de Spinoza n'a pas été oubliée, ce sera sans évoquer l’intransigeance des juifs du XVIIe s. qui le banniront pour ses écarts dogmatiques. En 1948 Ben Gourion tentera de lever son herem. Malgré les initiatives qui suivront en Israël, Spinoza reste toujours « exclu de la nation d’Israël » par les gardiens du temple.

 

Arte mentionne une "augmentation de 45% des actes antisémites en un an".

Cette présentation qui alimente une victimisation en progression des juifs en France est régulièrement mise en avant dans la presse. On fera une observation différente du phénomène. Les actes antisémites en France ; 74% de hausse ou 33% de baisse ? Des chiffres qui sont des calculs. - L'apostilleur (over-blog.com)

La victimisation des chrétiens par des juifs radicaux au XXIe s. à Jérusalem ne sera pas évoquée.

La place manque ici pour développer d'autres remarques inspirées par cette série documentaire qui mérite d’être regardée par ceux qui ignoreraient encore les malheurs des juifs à travers les siècles et partout. Le député Chambrun membre d'honneur du MRAP n'aurait pas donné ce conseil. Alors qu’il déposait une loi contre le racisme et l’antisémitisme en 1969, il regrettait déjà « … une trop grande exposition inutile de la victimisation des juifs. » Connaissait-il cet enseignement du Talmud « …Il faut pardonner, sous peine d’humilier ou de décourager l’autre. » ?

 

Pour Einstein « ... le peuple juif n'a pas une forme de dignité différente des autres peuples. Au vu de mon expérience, ils ne sont pas meilleurs que les autres groupes humains, même s'ils sont protégés des pires excès par leur manque de pouvoir ». 

 

 

(1) Quelques temps plus tard Luther trouvera sa réponse.

(2) Le documentaire présentera le texte le plus ancien mentionnant «  antisémitismus », postérieur à la Révolution française. 

(3) Anne Saint-Clair qui se revendiquait anti-raciste, écrivait « …qu'elle n'aurait pas pu aimer un non-juif… »  

(4) Katell Berthelot est historienne, spécialisée dans l’étude du judaïsme à l’époque hellénistique et romaine. Chercheuse au CNRS et elle a passé quatre ans au Centre de recherche français à Jérusalem (CNRS | MAE)

(5) Vélasquez arbore la Limpieza de Sangre symbolisée par une croix rouge, qu’aurait rajoutée Philippe IV sur son habit après l’enquête. Même le roi ne pouvait s’affranchir de l’enquête qui validait la « Limpieza de Sangre ».

(6) Cinq siècle plus tard, l’Espagne proposera une réparation aux juifs en ignorant les musulmans.

 (7) Le médiéviste Laurent Albaret a étudié le célèbre Grand inquisiteur Bernard Gui qui officiera pendant une vingtaine d'années et dont il nous a rendu compte de l’activité. « …Sur les dizaines de milliers de déposants, six cent trente-six seront condamnés à diverses peines dont quarante-deux au bûcher… L'inquisition n'a pas le droit de procéder à la mise à mort, c'est le pouvoir civil qui en a la charge…. Un registre stipule que vingt-cinq dépositions sur trente mille en deux ans conduiront à deux condamnations au bûcher… » Michel Onfray expliquera la filiation entre les tribunaux de l'Inquisition avec ses docteurs en théologie et en droit, avec nos tribunaux modernes qui se sont inspirés de leurs procédures rigoureuses.

(8) Il expliquait que la notion de race serait née de la noblesse italienne qui aurait conduit à l'idée de sang bleu et d'une supériorité attenante avec des qualités innées. Partant de là, ignorant l’idéologie qui prévalait dans un contexte de reconquête d’une Espagne qui se revoulait exclusivement chrétienne, il interprète la Limpiéeza de Sangre comme une « …discrimination raciale ». Au passage on soulignera que Dov Stuchinsky oublie de faire le parallèle avec la "race divine" de la Torah, ou la nécessaire descendance par le sang de la mer pour un juif, avec la Michna (Kidouchin et Yevamot) qui exprime précisément un racisme qu’il condamne.

Avec le mariage mixte, l’homme juif qui s’unit à une non-juive engendrera des enfants non-juifs. La femme juive qui s’unit à un non-juif mettra au monde des mamzérim. Shaye J. D. Cohen rappelle que ces dispositions sont « … conformes à la loi rabbinique, depuis le deuxième siècle de notre ère… »

Détournant l’esprit de la « Limpieza de sangre », Dov Stuchinsky défend l’idée que cette mesure n’était pas justifiée pour les marranes ou conversos, oublieux des morisques ces musulmans contraints aussi à la conversion.

 

 

Reliquaire du XIIe s. montrant des juifs pendant la crucifixion de Jésus. Musée du Louvre. Département des Objets d'art du Moyen Age, de la Renaissance et des temps modernes


Moyenne des avis sur cet article :  3.56/5   (18 votes)




Réagissez à l'article

38 réactions à cet article    


  • Pierre Régnier Pierre Régnier 14 juin 17:07

    Préoccupé principalement par les justifications que les religions apportent à la violence qu’elles attribuent à Dieu, je suis surpris de ne pas trouver chez les intellectuels juifs d’aujourd’hui pour lesquels j’ai beaucoup d’estime une critique des massacres commandés, selon l’Ancien Testament, par le Dieu des juifs.


    • L'apostilleur L’apostilleur 14 juin 17:45

      @Pierre Régnier
      « ... je suis surpris de ne pas trouver chez les intellectuels juifs d’aujourd’hui pour lesquels j’ai beaucoup d’estime une critique... »

      J’ai été surpris d’en découvrir plus que je le pensais à l’occasion de recherches sur l’impossibilité judéo-chrétienne (*).
      Il faut être attentif à de rares esprits libres comme Taddéï qui leur offre une tribune, pour en entendre.

      Sinon en France bien que juifs ils sont ostracisés, et en Israël ils racontent leurs difficultés à s’exprimer, bien qu’une partie de la société israélienne émancipée les entende un peu mieux aujourd’hui.

      (*) (1/3) La civilisation, l’éducation ou la morale judéo-chrétienne… De pieux poncifs infondés. - L’apostilleur (over-blog.com)


    • Pierre Régnier Pierre Régnier 14 juin 21:32

      @L’apostilleur

      Un exemple : j’écoute la rabbine Delphine Horvilleur parler de son livre Vivre avec nos morts (2021). Je la trouve intéressante et j’achète le livre. Un beau livre, une belle démarche, dans lquelle il y a quelques critiques de l’attitude juive dans l’Ancen Testament. Mais rien sur les massacres commandés par le Dieu des juifs dans le Livre de Josué. J’achète Réflexions sur la question antisémite (2019). Toujours rien.

      Je constate qu’il en est toujours ainsi dans les livres que j’ai lus d’intellectuels juifs, croyants ou non. Ce sont seulement les cinq premiers livres de la Bible qui sont discutés, comme dans les Talmud où, semble-t-il, ils le sont à l’infini.

      J’en tire l’impression que les juifs, y compris les meilleurs, sont aussi responsables que les chrétiens du maintien de la violence divine sacralisée dans les trois principaux monothéismes, maintien qui conduit, aujourd’hui encore, à des massacres islamiques comme ceux de Charly Hebdo, du Bataclan et de beaucoup d’autres.


    • L'apostilleur L’apostilleur 15 juin 20:31

      @Pierre Régnier

      Vous soulignez le fond de mon propos avec cette histoire de l’antisémitisme qui ne dit pas tout, et ses accents de victimisation sélective.
      Au risque de récolter le contraire du but rechercher. 


    • Séraphin Lampion Séraphin Lampion 14 juin 17:20


      Les causes et les origines de l’antisémitisme ne sont pas historiques, mais sociales.

      Ce groupe qui se désigne lui-même comme « communauté » a servi de bouc émissaire dans beaucoup de pays, au même titre que les sorcières, pour canaliser la vindicte populaire sur d’autres que les responsables aux périodes de crise.

      Que le catholicisme ait abouti à leur laisser la gestion des finances et le métier de banquiers suite à une interdiction papale de « faire commerce d’argent », ait conduit à ce que des théoriciens racistes du 19ème siècle repris par les nationalistes du 20ème leur attribuent les causes des crises économiques n’a pas arrangé leurs affaires et a abouti aux extrémités que l’on sait.

      Mais la clé du phénomène tient dans le mécanisme connu sous le nom de « Pogroms ». Le reste, c’est de la littérature et/ou de l’idéologie victimaire servant à justifier d’autres exactions.


      • Et hop ! Et hop ! 15 juin 14:50

        @Séraphin Lampion

        En France, l’interdiction du prêt à intérêt commence avec des lois civiles sous les Mérovingiens, elle dure jusqu’en 1789, et elle s’appliquait à tout le monde, y compris aux étrangers et aux juifs. Il y a toujours sous Louis XVI des condamnations pour usure de notaires et même de nobles et d’ecclésiastiques.

        Il est faux de prétendre que les Juifs vivaient de prêts sur gages parce que les autres professions leur étaient interdites, il y a une ordonnance de Saint-Louis qui leur rappelle l’interdiction de l’usure, leur enjoint de cesser et de prendre des professions utiles dans la culture des terres et l’artisanat.

        Du reste, au XXIe siècle des juifs continuent à prospérer dans la banque et la finance où ils restent majoritaires, alors que rien ne leur interdit de gagner leur vie en exerçant les professions qu’ils n’exercent jamais, comme la maçonnerie, la charpente, l’élevage, la pêche, l’armée, le sport, l’industrie, la boulangerie, le maraichage,..

        L’histoire de l’antisémitisme, c’est très simple, on la trouve dans les archives en France avant leur dernière expulsion par Philippe le Bel. Quelques familles d’usuriers s’installaient dans un bourg, au bout de ving ans, tout le monde se retrouvait avec des dettes impayées et un patrimoine hypothéqué, donc il y avait un consensus populaire pour se révolter contre eux, assiéger leur maison, brûler les reconnaissances de dette et les chasser de la ville. C’était ça un progrom contre les Juifs. L’usure, l’esclavage pour dette, et le trafic d’esclaves se retrouve dans toute l’Antiquité comme cause de détestation des Juifs. La première loi du sage Solon pour restaurer la prospérité et la paix civile fut de remettre toutes les dettes et de chasser les usuriers d’Athènes.


      • Fanny 18 juin 02:08

        @Séraphin Lampion
        Les causes et les origines de l’antisémitisme ne sont pas historiques, mais sociales.

        Je suis d’un avis bien différent du vôtre.

        Je crois que l’antisémitisme est d’abord et principalement de nature religieuse.

        Chaque religion structure le psychisme humain de façon différente. Sur des notions fondamentales telles que la relation entre vie terrestre et au-delà ou encore la relation au père.

        Cette conviction m’est venue il y a longtemps à la suite d’un voyage en Yougoslavie où j’ai croisé des blonds aux yeux bleus musulmans et chrétiens. Je ne pouvais pas imaginer que quelques années plus tard, tous ces blonds aux yeux bleus, cools et sympas comme peuvent l’être des étudiants qui jouaient aux échecs sur la plage, allaient s’entre massacrer de façon atroce.


      • Pierre Régnier Pierre Régnier 18 juin 09:35

        @Fanny

        Les causes et les origines de l’antisémitisme sont aussi d’origine historique et religieuse.

        Qu’un peuple ait continué de croire dans un privilège de conquérant justifiant sa criminalité trois millénaires après que Dieu le leur ait accordé ne peut pas être sans effet dans la situation sociale de ce peuple.

        Une telle croyance produit forcément une aversion chez les autres peuples.


      • Jonas Jonas 14 juin 20:15

        Meilleur spécialiste de la question, Hervé Ryssen :

        Judaïsme, unification mondiale, messianisme juif


        • Joséphine Joséphine 14 juin 23:10

          @Jonas

          Excellent Hervé Ryssen ! Il faut lire ce qu’il écrit sur la psychanalyse (une invention juive) et de ses dégâts sur notre civilisation en perdition. Ryssen met au même rang la psychanalyse, le mondialisme, le féminisme, l’antiracisme, le wokisme , et tous les « ismes » si chers à la NUPES. 

          https://www.decitre.fr/livres/psychanalyse-du-judaisme-9782952455992.html


        • Jonas Jonas 15 juin 00:49

          @Joséphine
          À voir également l’excellent documentaire de l’abbé Olivier Rioult : « ils sont nulle part »


        • chantecler chantecler 15 juin 01:18

          @Joséphine
          Oui, bof il s’agit de dogmes , de croyances .
          DE fanatisme aussi .
          Est ce que ce sont les musulmans qui nous menacent ou est ce qu’on les instrumentalise pour régler nos problèmes généraux ,politiques, économiques territoriaux , la question sioniste en sus  ?
          Nous , l’humanité ,fonctionnons de manière manichéenne et nous recherchons des boucs émissaires depuis la nuit des temps ...
          Quant à la psychanalyse il me semble que ce n’est qu’une ouverture contre l’obscurantisme ....découverte à partir des névroses juives ( Freud) qui se sont abattues sur les occidentaux liées aussi à des déséquilibres familiaux et sociétaux .
          La crise du monde occidental à des retentissements individuels .
          Certains en tirent la conclusion que la solution viendrait du spirituel religieux .
          Je n’en suis pas du tout convaincu .
          Je vois plutôt une solution par le développement d’une morale une éthique humanistes ...
          Et les gens sont libres de s’ intéresser ou non à la psychanlyse.
          Supprimer la psychanalyse ne changera rien aux folies de l’humanité .
          Je ne vois pas en quoi la psychanalyse peut être dangereuse .
          Elle ne débouche théoriquement que vers une plus grande liberté individuelle ...
          Par contre les religions très fermées, très communautarisées , sont dangereuses oui .
          Et le radicalisme se développe sur les temps de crise , de grands déséquilibres .


        • L'apostilleur L’apostilleur 15 juin 23:11

          @Jonas
          Votre lien montre l’arrogance schizophrénique de certains juifs.
          En regardant je pensais à ceux-là imités plusieurs fois à Londres, poursuivis par la police.
          Ces hors la loi, hors la société sont des accélérateurs d’antisémitisme. 
          Qui peut les accepter ?
          https://www.leparisien.fr/societe/covid-19-new-york-choque-par-un-mariage-qui-a-reuni-des-milliers-de-personnes-a-brooklyn-23-11-2020-8409898.php


        • Joséphine Joséphine 14 juin 22:58

          J’ai vu cette série de documentaires sur l’histoire de l’antisémitisme sur Arte, je crois que c’était 6 épisodes. C’est frappant de voir que cette communauté s’attire les foudres de tous , et ce, depuis la nuit des temps. Cela a commencé bien avant la Rome Antique . 

          Le Général de Gaulle disait ceci : “Si une communauté se plaint de racisme à son égard, c’est parce qu’elle est porteuse de désordre."


           Quant à Luther, le protestant du XV ème , pas l’autre, a écrit le livre le plus significatif, le plus mystérieux et le plus terrifiant dans toute l’histoire de l’humanité sur cette communauté : 

          Le Talmud démasqué — Wikipédia (wikipedia.org)


          Livre que vous pouvez lire en entier gratuitement et en PDF. A lire au moins une fois avant de quitter ce bas-monde, Luther a tout dit. 


          • Joséphine Joséphine 14 juin 23:12

            @Le bébé de Macon

            Le vin ne vous réussit pas. 


          • Le bébé de Macon Le bébé de Macon 15 juin 00:05

            @Joséphine
            Les sectes vous réussissent. Vous vous coltinez cyrus et charly, ma chère. Faudrait pas vous la jouer, vous n’êtes pas dans la crème. les moyens vous manquent perso déjà. (à eux aussi me dirai vous)
            Ramener votre vie, et empêchez-vous pour le reste.


          • Le bébé de Macon Le bébé de Macon 15 juin 00:16

            @Joséphine

            Vu votre propension à adhérer aux sectes, vous vous empêcherez pour ce genre de propos.


          • Joséphine Joséphine 15 juin 00:26

            @Le bébé de Macon

            Mais de quoi s’agit -il ? Quelle secte ? 


          • @Joséphine
            Salut Joséphine
            Ben la secte des effaceurs de bandes du stade de France (lol)
            Apres la secte des Anglais niktamer coupables de tout ^^
             
            C’est un monde merveilleux la Macronie et leurs groupies ,
            sisi je t’assures , un truc jaune tu le vois bleu ensuite lorsque tu est con-vaincue ^^


          • Joséphine Joséphine 15 juin 00:40

            @Ouam (Paria statutaire non vacciné)

            Agoravox est une secte, je m’en doutais un peu....Je ne comprends pas toujours les tenants et les aboutissants de ce qui se dit ici. 


          • Joséphine Joséphine 15 juin 00:42

            @Ouam (Paria statutaire non vacciné)

            Les anglais du Stade de France oui ! Tu as remarqué qu’ils imitaient parfaitement bien le phrasé des racailles du 93 ? Trop forts ces british !


          • @Joséphine
            Des vrais calméleons, comme les macronistes, un jour ma veste est rose, 5mn apres bleue (lol)
            Comment ils se sonts mis dans la merde tout seul j’en ris encore...

            Sinon un truc sur A Vox Tv qui va te plaire smiley
            https://youtu.be/ySUJnaZJSxk
            Forcément smiley

            Ps au fait t’es pas en Espagne j’espere sauf si t’aime les merles qui font...
            Cuit cuit cuit ^^
            + de 40 degrès ...c’est hot ^^


          • chantecler chantecler 15 juin 00:53

            @Joséphine
            Il y a de ça ...
            C’est un lieu ouvert à tous , sans limites , avec quelques coteries, quelques individus bizarres et où tout est permis .
            Ca ressemble aussi à un chaos , un cloaque...
            Personnellement ça me prend un peu trop le chou et trop de temps .
            Aussi je m’en éloigne .
            La folie des gens en roue libre est pesante et ne m’apporte pas grand chose .
            C’est censé je pense combler un vide , mais c’est un leurre .
            Douche écossaise .
            A l’image de notre société ?
            A part ça il fait très chaud ...


          • Joséphine Joséphine 15 juin 02:09

            @chantecler

            Je vous comprends Chantecler. Par la force des choses , je vais devoir moi aussi prendre mes distances avec Agoravox dans un futur proche vu que je n’aurai plus beaucoup de temps . C’est la loi de la vie, les internautes vont et viennent , on débarque comme des météores puis la vie nous prend. 

             Entrainée dans le burlesque et la folie d’Agoravox, j’avais oublié la bonne vielle Méthode écossaise de feu Father Mac Kenzie tant les diables d’Agoravox vous font perdre la tête. Mac Kenzie était un internaute redoutable et connu à travers le monde entier, il nous a quittés il y’a peu.

            Mac Kenzie était un personnage unique, gargantuesque ! Il fallait le voir en vrai, il se resservait quatre ou cinq fois à table. Puis, délicatement, il allait dans la substantifique moellle.

            Un texte soigneusement archivé  : 

            La France est une marâtre | Textes de Father Mackenzie [archivage](wordpress.com)

            Ou encore ce texte légendaire qui l’a fait connaître et qui ne va pas plaire à tout le monde ici : 

            Draguer quand on est un facho | Textes de Father Mackenzie [archivage] (wordpress.com)

            Pour des raisons qui touchent à mon amour propre (oui j’ai l’amour propre,  contrairement à certains ici qui ont l’amour sale) , je ne quitterai jamais complètement ce lieu qu’est Agoravox , mais lorsque j’aurai pris mes distances, je reviendrai avec la bonne vieille méthode écossaise dans la tête. Et pour les retardataires, voici ce qu’est la méthode écossaise, elle a été analysée dans les cours de Dialectique et de Sémantique des universités de ce monde : 

            Méthode écossaise — Metapedia

            Father ! Comme tu manques à tous ! 

            Ce qui manque aussi en ce lieu, sur Agoravox, c’est sans doute une vraie modération ,pas un petit réseau de copinage et de voyous. Une modération au niveau des commentaires certes, il y’a trop d’insultes, trop de tensions, trop de commérages et trop de fausses rumeurs , mais aussi au niveau des textes publiés qui ressemblent parfois à une bouillie grotesque. Je ne parle pas  de ce texte de l’Apostilleur sur l’histoire de l’antisémitisme , mais d’autres . De beaucoup d’autres. Maintenant que j’ai compris le système de publication , j’avoue être un peu déçue par ce média citoyen qui n’a rien de participatif.

            Mais... partir ? Non ! Pas après tout ce qu’il s’est passé ici. 

            Il y’a une méga teuf à côté de chez moi, des petits jeunes, m’en vais faire un tour ! Juste pour voir 


          • Joséphine Joséphine 15 juin 02:15

            @chantecler

            Il y’a de la haine toute célinienne là dedans, dans les textes de Mac Kenzie . Mais moi j’aime cette provoc ! 


          • Joséphine Joséphine 15 juin 02:19

            @chantecler

            Le meilleur, c’est quand même le plus connu ! Draguer quand on est un facho. Extrait : 

            Draguer quand on est un facho

            Sauf exception rarissime, si tu sais sur quel terrain tu es ( par exemple une nana rencontrée dans un cadre militant ), n’aborde JAMAIS la politique AVANT d’avoir conclu.

            Tant que tu n’as pas marqué et transformé l’essai, tu causes de tout, tu t’intéresses à ses vacances au Maroc, tu achètes du café équitable, tu l’emmène bouffer afghan, tu la félicites pour sa pétition anti-corrida, tu souris devant l’immonde Kirikou qui lui sert de neveu ( sa soeur a fauté)… Tu parles de tout et n’importe quoi, sauf du sujet en question. Ensuite, tu lui fais la misère le temps qui te convient mais tu craches pas ta Valda tant que t’en as pas fait le tour complet ( ça évite les regrets), passe à confesse seulement après avoir testé les deux syllabes.


            Voilà... ça va faire jazzer ! M’en fous !


          • baliste 15 juin 03:00

            @Joséphine
            Luther faut mieux l’oublié c’est un des destructeur de l’occident et de sa tradition .
            Quant aux « juifs » , le problème (comme les protestants ) c’est leur amour de l’argent et surtout des dettes .... On peut dire que l’Islam est une réaction au judaïsme (pas d’usure ) .
            Mais évidemment la grande majorité des juifs ( entre autre les séfarades ) ne sont pas obsédé par l’argent et ne font pas partie du clan r, r ...
            Si certains « juifs » sont maitres du mondes actuellement c’est qu’ils ont gagnés la dernière guerre (mondial ) et qu’ils sont plutôt bon dans la manipulation et dans l’anonymat (c’est une science de se faire disparaitre ) .
            Et comme la masse d’aujourd’hui semble croire que la tech est plus puissantes que la religion .... Bref faut se réveiller et vite .


          • Joséphine Joséphine 15 juin 12:59

            @baliste

            Faut se réveiller et vite ! Oui mais aujourd’hui je ne crois plus du tout à un sursaut du peuple. Le pass de la honte a été accepté par la grande majorité du peuple. 


          • L'apostilleur L’apostilleur 15 juin 19:06

            @Joséphine
            « ...Luther, le protestant du XV ème , a écrit le livre le plus significatif, le plus mystérieux et le plus terrifiant dans toute l’histoire de l’humanité sur cette communauté... »

            Peut-être vouliez-vous parler plutôt de son livre « Les juifs et leurs mensonges », traduit récemment pour la première fois et avec difficultés en français par Pierre Sapy.
            J’en parle ici... (1/3) La civilisation, l’éducation ou la morale judéo-chrétienne… De pieux poncifs infondés. - L’apostilleur (over-blog.com)

            A propos du « Le Talmud démasqué » de l’abbé Pranaitis.
            Pour trouver des commentaires en contradiction avec wikipédia il faut lire ceux d’autres auteurs juifs comme Dan Jaffé spécialiste franco-israélien de l’histoire des religions qui enseigne à l’université Bar-Ilan (Tel-Aviv) ou d’autres juifs qui ont écrit sur la talmud.


          • Étirév 15 juin 07:45

            Pendant 516 ans, c’est-à-dire depuis la mort de Myriam jusqu’à la mort de Salomon (975 ans avant notre ère), le peuple d’Israël ne forma qu’une nation. C’est sous le régime gynécocratique que le peuple d’Israël avait existé jusque-là, et c’est sur ces fondements que nous allons voir Salomon étayer sa puissance et régner en homme, c’est-à-dire en conquérant cherchant à agrandir son royaume et en ambitieux cherchant à augmenter sa fortune.
            C’est après la mort de Salomon que la nation se divisa en deux Royaumes. C’est ce qu’on appelle « le schisme de Juda ». Le pouvoir ainsi divisé amena la division de toutes les institutions qui régissent la vie morale.
            C’est à partir de ce moment que la tribu de Juda prend de l’importance et que le nom qu’elle se donne, « Iehoudim » ou « Yehudim », figure dans l’histoire. Dans le « Livre des Rois », on trouve ce nom pour la première fois pour désigner les révoltés de Juda.
            C’est de ce nom qu’on fera « Judæi », et de Judæus, qui signifie « de la Judée », on fera Juif.
            Aussi, la première tribu révoltée, Juda, laissera dans l’histoire un nom synonyme de trahison.
            Au commencement du Moyen Âge, les Israélites dispersés s’étaient répandus sur toute l’Europe. On les appelait Juifs, quoique les vrais Juifs eussent presque tous passé au Catholicisme, et fussent devenus les plus ardents adversaires des anciens représentants des tribus d’Israël. Ce sont les Juifs christianisés, par ironie sans doute, qui donnaient aux Israélites leur nom de Juifs qui était discrédité et détesté partout.
            Aussi, il ne faut pas confondre les Juifs et les Israélites, comme sans doute le faisaient les Romains, et comme le font encore presque tous les historiens modernes. Les Sémites formaient deux partis en lutte. Les Israélites restèrent toujours séparés du monde juif, qui représentait pour eux l’usurpation du pouvoir religieux ; ils gardaient fidèlement leurs principes théogoniques et leur grande loi morale.
            La confusion qui s’établit entre les Juifs et les Israélites commence au premier siècle.
            Les Juifs, qui sont partout méprisés, se font appeler « fils d’Israël », croyant par cette supercherie reconquérir l’estime perdue.
            Malgré l’aveuglement du « peuple élu », « l’Eternel », selon sa promesse, ne l’a jamais abandonné. À toutes les époques se retrouvent parmi ses enfants des penseurs de génie et des philosophes inspirés qui maintinrent vivants ses traditions et son héritage spirituels.
            LIEN


            • Montdragon Montdragon 15 juin 20:18

              Il existe tellement de preuves des crimes inhérents à la caste que c’en est un calvaire.

              Qui avait le monopole du négoce des « slaves » à Verdun sous le règne de Charlemagne ?

              Qui possédait 50% des bateaux transatlantiques ? Cf la famille « portugaise » Mendès à Bordeaux !

              Pour toujours 1% de la population.

              Il y a des innocents, des pauvres, mais la mentalité grégaire est une calamité historique.


              • L'apostilleur L’apostilleur 16 juin 09:39

                @Montdragon
                « ..la mentalité grégaire est une calamité historique.... »
                C’est le communautarisme.
                Tous condamnables.
                Ce que refuse de voir Mélenchon avec sa créolisation. 


              • mursili mursili 16 juin 02:15

                ARTE, chaîne franco-allemande d’un conformisme intellectuel extrême... L’émission sur l’antisémitisme correspond probablement à un cahier des charges annuel.

                Ce qui est embêtant avec cette approche c’est que l’antisémitisme semble tombé du ciel comme une tare congénitale des non-juifs, comme si les juifs n’avaient jamais été des acteurs de l’histoire susceptibles de s’attirer sympathie ou hostilité dans leur environnement en fonction de leurs attitudes et des rôles qu’ils ont joués.

                Pour changer Arte pourrait présenter pour la prochaine fois qui ne manquera pas d’arriver une histoire des juifs en Occident qui ne les présenterait pas systématiquement comme de pauvres victimes innocentes.


                • L'apostilleur L’apostilleur 16 juin 09:31

                  @mursili

                  « ... Pour changer Arte pourrait présenter... une histoire des juifs en Occident qui ne les présenterait pas systématiquement comme de pauvres victimes innocentes... »

                  Ce serait une révolution culturelle.

                  Votre commentaire illustre celui du député. Cette victimisation assénée trop souvent a conduit à notre loi contre l’antisémitisme certe, mais produit l’effet pervers que vous soulignez.

                  A vouloir contredire le % de hausse des actes antisémites de Libé, voici la première réaction que je recevais ;
                  « Encore un article antisémite qui n’est pas le premier de l’auteur... »

                  Pourtant personne n’a produit d’éléments contraires à l’analyse qui était présentée. 

                  https://www.agoravox.fr/tribune-libre/article/les-actes-antisemites-en-france-74-212987


                • YANKEE-GOHOME ! 17 juin 07:17

                  @mursili
                  ARTE c’est la chaine « en même temps » smiley


                • Edmond 16 juin 05:44

                  Quel concept ! Prouver n’avoir jamais eu de membre de sa famille (proche ou lointaine) qui ait pu pratiquer le commerce, pour occuper certains postes !

                  « ...cette valeur de celui qui n’a rien a vendre... »

                  L.F.C.

                  Croire que ce sont les pires escrocs parmi ces pratiquants qui sont aujourd’hui le petit gratin de la civilisation occidentale 


                  • YANKEE-GOHOME ! 17 juin 07:41

                    Je ne pense pas être dans l’erreur en déclarant :

                    le judaïsme est la philosophie qui consacre le plus de temps à enculer les mouches !

                    Sans même avoir la preuve tangible de l’existence du Yahvé...

                    Pour ceux qui pensent « Time is money » quel non sens !

                    Exemple « La Source de Vie » ( Antenne 2 ) il y a fort longtemps animé par Josy Eisenberg sioniste s’il en est :

                    Question

                    à qui appartient la pièce de monnaie tombée au sol lors d’une opération de change ?

                    Réponse

                    si la pièce est tombée du côté du banquier, elle lui appartient, si elle se trouve du côté du client, elle appartient à ce dernier

                    Trop fort !!! smiley

                    Et on s’étonnera que la Banque juive ait demandé, à l’Administrateur de Rome, la tête du Nazaréen après qu’il ait shooté (sans porter de maillot sponsorisé) dans les établis des banquiers du Temple...

                    https://collections.louvre.fr/ark :/53355/cl010053103


                    • Luc-Laurent Salvador Luc-Laurent Salvador 22 juillet 17:16

                      Comme souvent la qualité est soit dans l’article, soit dans le fil de commentaires. A quelques heureuses exceptions près parmi ces derniers, je dirais que l’article domine de la tête et des épaules en faisant oeuvre utile, cad, oeuvre pédagogique et Dieu sait qu’il y en a grand besoin.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON



Publicité



Les thématiques de l'article


Palmarès



Publicité