• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Vers le « STO » ?

Vers le « STO » ?

Vers le "STO" ?

La mode se répand de vouloir subordonner la mise en œuvre d’un mécanisme de solidarité (indemnisation du chômage) à la condition que les chômeurs rendent service (à une collectivité) par un travail effectué à titre occasionnel. (D’où notre titre).

Dans notre pays, le législateur d’antan avait (hélas !) prévu, entre autres institutions de la même veine (comme la « sécurité sociale » ou la « retraite des vieux »), que les personnes au chômage pourraient bénéficier d’indemnités leur permettant de continuer à vivre, malgré leur infortune.

Ce qui n’est plus conforme à la notion actuelle de « progrès » ni à celle de « compétitivité ». Et ne va pas non plus dans le sens de la mondialisation, ou du « gouvernement mondial » qui est prédit par les plus hautes personnalités de l’Etat et quelques penseurs parmi les plus écoutés de ces derniers.

Comme les bienfaits de la mondialisation s’accompagnent (hélas aussi ! mais c’est le destin ou la fatalité) de la précarisation de l’emploi, de la baisse des salaires, et finalement du chômage qui demeure ou s’accroit malgré les promesses renouvelées des dirigeants, il convient de limiter ces indemnisations.

Car il ne faut ni accroitre les déficits, ni la dette. Pour ne pas léguer cette dernière à nos enfants. Ni augmenter les impôts de ceux qui font de l’optimisation fiscale ou qui jouent en bourse. Parce qu’il pourraient oublier qu’ils pourraient investir, même si cela leur rapportait autant, dans la création d’emplois.

Le tout en veillant, autant que faire se peut, à faire accepter cette situation, par les individus concernés. Par exemple en faisant penser à ces derniers que s’ils sont au chômage, c’est de leur faute. C’est qu’il leur manque le talent propre à ceux qui réussissent. (L’environnement familial, le système éducatif, les capacités financières données par les parents ou la collectivité sous forme de bourses ou les réseaux n’y étant évidemment pour rien). Et que s’ils ne retrouvent pas d’emploi, ni à côté de chez eux, ni là où il leur faudrait déménager pour tenter leur chance ailleurs, ce sont des fainéants. Et en plus, que ce sont des parasites qui vivent aux crochets de la société ; c’est à dire aux crochets des bons citoyens qui n’ont pas à débourser leur argent de manière aussi aberrante. Surtout, qu’en cherchant un peu, on peut ramasser l’exemple de fraudeurs, ignorés on ne sait pourquoi par les services de contrôle et s’en servir.

En le disant évidemment avec des formules un peu moins voyantes, que peuvent trouver les communicants travaillant pour les dirigeants. Qui, au passage, enseigneraient à ceux qui gagnent leur vie dans les entreprises de presse, de radio, ou de télévision, à faire leur besogne sans être trop ridicules (ce qui enlève le cas échéant à la crédibilité du message).

Cette institution du « service par travaux occasionnels » permettrait aux collectivités territoriales (pour commencer) et aux associations (surtout celles qui apportent de l’aide à ceux qui ne « s’en sortent pas » … même en travaillant) de bénéficier d’une main d’œuvre pas chère. Puisque pas rémunérée. Donc légalement en dessous du SMIC. Ce qui permettrait de réduire la masse salariale, et aussi le nombre d’emplois stables. Et, évidemment, de faire pression à la baisse, sur l’évolution des salaires. Précarité qui s’inscrit en plus dans la logique des nouvelles orientations, modernes, du droit du travail (non débaptisé).

On pourrait, en fonction des besoins, augmenter (un tout petit peu à chaque fois) le temps du bénévolat obligatoire et étendre (toujours progressivement) son champ d’application, notamment au secteur marchand ou industriel. Pas tout de suite. Mais par exemple quand on aura du mal à « caser » les chômeurs dans les services publics, quand il ne restera plus beaucoup de ceux-ci.

Ainsi, la République dans sa marche, aura rassemblé sinon en son sein du moins à ses confins, ses « derniers de cordée » : les travailleurs à la tâche et les chômeurs travailleurs.

 

Marcel-M. MONIN

m. de conf. hon. des universités.

 

PS Les personnes qui prendront ces « propositions » au premier degré, et qui ne sont pas occupées par le « grand débat », pourront manifester leur indignation.


Moyenne des avis sur cet article :  4.71/5   (14 votes)




Réagissez à l'article

18 réactions à cet article    


  • Clocel Clocel 23 février 13:08

    Pour avoir écrit ce genre de chose, avec moins de talent il est vrai, je m’étais fait copieusement traîner dans la merde il y a quelques années où il m’apparaissait déjà que c’était bien vers là nous allions...

    Les bugs de la communication et la panique des élites devant l’obstacle décisif vont-ils faire tomber les œillères d’une masse critique ?

    Pas sûr, rien n’est plus difficile à convertir qu’un nouveau croyant.


    • foufouille foufouille 23 février 14:36

      c’est pareil pour les malades qui devraient pour certains crever en travaillant. certains sont morts au bout de 5 ans sous dialyse. je me souvient d’un reportage avec la charogne de pernault qui s’est mis au repos après son cancer de la prostate.


      • Julien S 23 février 15:27

        Il n’est jusqu’à la pension de retraite qui doit être justifiée par sinon un travail à plein temps, du moins par un coup de main à la société. 

        Voici deux ans l’aimable Rama Yade, sortie des responsabilités gouvernementales, pour se rappeler à la mémoire de ses concitoyens recommandait, à la tête de son think tank, un travail obligatoire pour tous les retraités jusqu’à leur perte d’autonomie. Il est vrai qu’elle voulait pour cela les payer. C’était trop ; sa bonté la perdra. 

        Je trouve cela tout à fait normal : si les chômeurs doivent travailler et les malades passer quelques heures par jour sur un clavier à domicile, au nom de quoi suffirait-t-il d’atteindre un certain âge pour se voir exonéré de tout effort productif ? Une fois en fauteuil roulant + défaillance cognitive, d’accord... avant, non ! c’est exploiter ceux qui bossent !


        • ZXSpect ZXSpect 23 février 16:10

          « STO » travail effectué à titre occasionnel. (D’où notre titre).


          Certains donnent clairement dans le point Godwin mais vous vous en rapprochez insidieusement en utilisant un bien triste sigle


          https://fr.wikipedia.org/wiki/Service_du_travail_obligatoire_(France)




          • Alren Alren 23 février 16:23

            @ZXSpect

            « Certains donnent clairement dans le point Godwin mais vous vous en rapprochez insidieusement en utilisant un bien triste sigle »

            Ce n’est pas Marcel Monin qui s’en rapproche, c’est Macron !
            Les chômeurs français étaient bien envoyés en Allemagne durant l’Occupation !


          • Marcel MONIN Marcel MONIN 23 février 17:32

            @ZXSpect

            Le terme STO m’a paru correspondre exactement à la notion de service aux collectivités, et à celle d’un travail occasionnel puisque limité dans le temps. J’ai donc décidé, parce que c’est encore mon droit, de le retenir.

            Que cela rappelle à certains l’époque de Vichy où l’on a envoyé des gens travailler contre un peu d’autonomie pour le gouvernement collaborationniste, tant mieux. C’était odieux et il ne faudrait pas ré utiliser ce genre de marchandage imposé par le plus fort aux plus faibles.

            Que cela permette à d’autres d’invoquer les horreurs du passé pour essayer d’étouffer voire interdire la critique adressée à la politique des puissants du moment, d’ici ou d’ailleurs, tant pis pour eux. Ils en seront pour leurs frais. Spécialement avec moi.

            Au moins, tant qu’ils n’auront pas réussi à obtenir le vote d’une « bonne » loi. Dans le genre de quelques récentes propositions allant dans cette logique ( proposition de loi tendant à interdire le blasphème, proposition de loi tendant à interdire la critique de la politique de tel gouvernement étranger, etc…). Et qui indiquera aux citoyens ce que ces derniers sont désormais autorisés à dire, à écrire, ou à penser.

            Ce jour là, les uns et les autres, nous choisirons notre camp. Mais ce n’est pas encore arrivé.


          • ZXSpect ZXSpect 23 février 18:37

            @Marcel MONIN

            Marcel-M. MONIN

            m. de conf. hon. des universités.

            .

            Quand il faut justifier les sous-entendus insidieux !

            .
            ZXSpect

            m. de conf. hon. du certificat d’études
            en toute modestie


          • CN46400 CN46400 25 février 10:07

            @Marcel MONIN
            "l’époque de Vichy où l’on a envoyé des gens travailler contre un peu d’autonomie pour le gouvernement collaborationniste, tant mieux.« 
            Il sagissait surtout d’envoyer les gens travailler en Allemagne pour boucher les trous des sleuh qui étaient, eux, convoqués par la wermacht pour remplacer les pertes à l’Est.

            Ceci dit le capitalisme est aussi une espèce de STO puisque la force de travail n’y est considérée que comme une marchandise dont le coût doit être le plus bas possible. Juste au dessus de ce qui est nécessaire pour avoir envie de revenir au »chagrin" le lendemain...


          • Marcel MONIN Marcel MONIN 25 février 10:44

            @CN46400

            L’astucieuse « théorie du ruissellement » (dont il est démontré par ailleurs qu’elle ne tient pas la route du point de vue de l’analyse économique) rejoint, ce qui est piquant (mais sans le savoir et sans le vouloir), votre analyse. Puisque en définitive, selon cette « théorie », les gens « du bas » ne travaillent que pour autant que les gens « du haut » les embauchent.


          • Le421 Le421 23 février 18:03

            Franchement...

            Quand je vois des gamins de 17-20 ans traverser la manif des GJ d’un air dédaigneux avec le smartphone à la main, je me dis parfois qu’une petite séance d’esclavage leur fera sortir les doigts du c... Heu, non, de l’écran !!  smiley


            •  C BARRATIER C BARRATIER 23 février 18:15

              Je connais des chômeurs professionnels...minoritaires sans doute. Mais d’eux mêmes des chômeurs au RSA devaient faire du bénévolat ailleurs qu’avec les filets jaunes. D’eux mêmes bien sur.


              • Xenozoid Xenozoid 23 février 18:25

                @C BARRATIER

                avec des contrats a zero heure(valable 3 mois) ou le rsa,y’a pas trop de choix chez le capitaliste professionnel,mais bon freheit en arbeit


              • foufouille foufouille 24 février 08:49

                @C BARRATIER

                encore une fois, montre nous tes millions d’offres de boulot.


              • ddacoudre ddacoudre 23 février 21:45

                Bonjour Un bon article auquel je souscris pour avoir tout au long de ma vie soutenu la solidarité égoïste afin de se protéger par mutualisation des risques dont l’on sait que l’on sera ou pourrons être atteint. Les salariés sont la classe la plus nombreuses qui finance tout en tant que client. J’explique cela dans un article sur mon site. Les gilets jaune sans le sou. Cordialement ddacoudre,over-blog.


                • devphil30 devphil30 24 février 06:02

                  L’augmentation des chômeurs est le cercle vertueux pour la capitalisme qui peux pondéré les salaires à la baisse.

                  Nous voyons clairement le processus se mettre en place avec la destruction du code du travail , des contrats CDD très courts et bientôt nous suivrons le modèle capitaliste anglo saxon et appliquerons le contrat zéro heure comme les Anglais.

                  Le fait que l’état reprenne le contrôle de l’assurance chômage induit surtout avec Macron que les devoirs passeront avant les droits d’où le sens de cet article qui démontre la direction dangereuse prise avec les indemnisations chômage où cette période devra être assortie de travail pour la collectivité.

                  On ne peux pas prôner une solidarité dans la société, chômage , familiale , logement etc et ensuite culpabiliser ceux qui en bénéficient.

                  Pour être passer par la case chômage , c’est aussi une période où l’on peux se poser un peu , réfléchir , envisager une formation , une reconversion.

                  Cela laisse un peu de temps avant de reprendre une activité où l’on sera alors plus motivé et efficace car la période de chômage aura permis de reprendre un peu sa vie en main.

                   



                  • Mélusine ou la Robe de Saphir. Mélusine ou la Robe de Saphir. 24 février 08:40

                    Si la France était moins égocentrique, elle verrait que ce qui ce passe avec Macron avait déjà eu lieu En Belgique depuis l’accession au pouvoir de la N-VA (2010). Ils ont aussi essayé les STO. Cela frisait l’ARBEIT macht frei : les chômeur devaient faire le ramassage de pommes : universitaires et non-diplomés ensenble. Cela n’est pas passé. 


                    • Croa Croa 25 février 11:00

                      Ces gens sont privés de travail donc c’est bien de leur en donner. Toutefois tout travail mérite salaire. Il faut donc leur donner un salaire et au moins le salaire minimum. Si ce travail d’intérêt général est effectué au profit d’une association sans moyens il faudra trouver l’argent ailleurs.


                      • ZenZoe ZenZoe 25 février 18:07

                        Le plus triste avec ça est que les Français sont en majorité d’accord pour faire bosser les « assistés ».

                        Sans voir on dirait ce qui se met lentement en place. Pourtant, ça crève les yeux depuis une trentaine d’années, On commence avec les stages gratuits, puis on passe aux boulots très précaires : CDD d’un jour renouvelables à l’infini, micro-jobs payés au lance-pierre, ubérisation...et aujourd’hui donc le bénévolat obligatoire pour ces mêmes précaires. La boucle est bouclée. Reste plus que la prochaine étape : l’esclavage.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès