• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Viol et jouissance ?

Viol et jouissance ?

Coluche disait au sujet du viol "Monsieur le juge, elle ne voulait pas, mais moi je voulais"

Depuis quelques jours plein de gens, tant les spécialistes moralisateurs qu’on voit sur les postes de télévision que le simple utilisateur d’un réseau social, cartonnent Brigitte Lahaie pour sa déclaration face à De Haas, aussi je vais parler "de ma place" ... enfin de mon ancienne place (ex-PJJ)

Quand une adolescente violée (dont j'ai en charge le suivi dans le cadre d'une mesure de justice) reconnait devant le juge qu'elle a joui, ou que du fait des déclarations faites par la victime ou le violeur lors des interrogatoires ce phénomène semble „avéré”, et que du coup cela peut entrer comme circonstance atténuante pour le violeur, ça choque, vous pouvez me croire ...

ensuite on va vers les spécialistes pour comprendre comment cela peut arriver ... et le spécialiste nous explique.

Brigitte Lahaie n'aurait peut-être pas du le dire car qui peut l'admettre, dans cette France où le féminisme est aussi ringard et crétin que le machisme.

La morale et le corps ne sont pas une seule et même chose, ce serait trop simple, y compris pour nous, "gens de justice" ...

Et pour être cru : à contrario combien de femmes font l'amour volontairement et sans contrainte, et ne connaissent pas la jouissance !

Alors lâchez la grappe à Brigitte Lahaie, elle a fait une intervention que personnellement je trouve remarquable !

 

--------------------------

 

Voici quelques remarques prises sur facebook, suite à la publication du texte ci-dessus :

-Admirable cette femme. Malheureusement, le manque de solidarité des autres signataires donne un exemple lamentable de ce qui devrait être la solidarité dans les causes convergentes. (Et le titre donné à cette vidéo ne correspond pas du tout au propos de Brigitte Lahaie). https://www.youtube.com/watch?v=Ism6swMB9iQ

-Merci Gérard ! On se sent moins seule ! Lahaye à bien fait de le dire car De Haas affirmait que la violence exclut la jouissance. Or des femmes violées souffrent et culpabilisent terriblement d'en avoir ressenti. On peut dire que Lahaye à rendu à celles-là leur statut de victimes.

-D’ac avec toi Ge. Brigitte Lahaie se prend en pleine figure certains moralisateur qui commencent à être lourds dans les extrêmes et qui vont aller à l encontre de ce qu’ils défendent (nota : cette remarque provient d'un des membres actifs du groupe GESIVI - Gestion des Situations de Violence)

-dans la "mémoire collective", donc dans celle du connard de base, Brigitte Lahaie est une salope qui a fait du porno ... et beaucoup de réactions n'ont que ça comme base !!! Mais quand on sait comment ça fonctionne dans les médias et le milieu artistique, où coucher est une obligation, je me demande de quel droit ces gens des médias (moralisateurs pour les autres) peuvent juger Madame Brigitte Lahaie

-le pourquoi de cette question à la victime (a t-elle et un orgasme) ? manque de formation de celui qui la pose, déclarations particulières du violeur, machisme "rampant" .... que dire ... ce sont aussi des questions que posent les policiers ...

-Je le sais, le gendarme l-avait posé à ma soeur suite au viol dont elle a été victime, mais il est là justement le souci, cette question n a pas nécessité d être si un refus a été clairement exprimé, ensuite je n'ai pas écouté les propos de Brigitte Lahaie sur ce sujet, je me suis contenté du gros titre et des commentaires d autrui, ce sont plus les commentaires qui me dérangent à savoir si oui ou non , on ressent du plaisir lors d un viol. Comme tu le dis, il y a certainement un manque de formation, bon je passe sur le côté masculin, mais en être arrivé au point de s offusquer qu une personne dise qu'il peut y avoir du plaisir lors d un viol, au départ il y a un refus.


Moyenne des avis sur cet article :  3.78/5   (36 votes)




Réagissez à l'article

286 réactions à cet article    


  • eddofr eddofr 16 janvier 12:39

    Brigitte Lahaie a énoncé un fait.


    Un fait dérangeant, certes (encore que pour celui qui comprend un peu la physiologie, il n’y a là rien de surprenant).

    Un fait qui ne pouvait que susciter des émotions extrêmes.

    Pourtant, il est important d’énoncer ce fait, pour celle qui a été violée sans violence physique (par l’alcool, le GHB, les somnifères, dans son sommeil) et qui culpabilise parce que son corps à réagis naturellement, parce qu’elle à joui.

    Oui, vous pouvez, physiquement jouir lors d’un viol et cela n’excuse ni n’atténue aucunement la faute du violeur. Et cela ne diminue ni ne change en rien votre statut de victime.

    Maintenant, qu’elles on réussi à faire reconnaître le statut de victime des femmes, ce qui serait bien, c’est que les féministes les aident à passer du statut de victime à celui de survivante.

     ... Au lieu de « cogner » sur une autre victime (l’histoire personnelle de Brigitte Lahaie, n’est pas l’histoire d’une impure. C’est l’histoire d’une femme dans un monde d’homme ou le sexe est une marchandise, elle s’en est sortie, elle, c’est une survivante).

    • Gérard Luçon Gérard Luçon 16 janvier 12:47

      @eddofr 

      merci pour votre commentaire ... car c’est une des explications à retenir !!!

    • JL JL 16 janvier 12:47

      @eddofr
       
       ’’... qui culpabilise parce que son corps à réagis naturellement, parce qu’elle à joui.’’
       
       C’est exactement ça.
       
       ’’ Au lieu de « cogner » sur une autre victime ...’’
       
       Elle a dit la vérité, elle doit être exécutée !


    • velosolex velosolex 16 janvier 17:59

      @FreeDemocracy
      Ok avec vous. Qu’elle est la finalité de cet artilcle ? Qu’est qu’il veut nous dire au fait ?....Que finalement le violeur n’aurait pas eu tord de passer à l’acte, puisqu’il a réussi à faire jouir. Comme s’il avait décroché le pompon du manège ; Je ne sais pas trop ou l’on pourrait ranger cet article ? La sexualité pour les nuls ? Ou plutot à l’usage des psychopathes.....

      Un violé joui, à son corps non défendant, mais acceptant...Par contre l’esprit se rebelle. C’est tout de même lui le capitaine, lui qui doit s’arranger avec tout cela, sa vision du monde, de ce qu’on peut bricoler après tout cela...
      Le corps est un ensemble de terminaisons nerveuses, dépendant du cerveau, ou du cervelet, et qui réagir en dépit de notre propre grés, ,en suant, pissant, voir chiant, dans des situations critiques. Les hormones sexuelles sont elles aussi incontrôlables ; .
      Une chose est sûre. Si la violée ne sait pas où elle en est, le violeur lui, est complètement coupable. On peut donner la mort de différentes façons, et la mort en est une, le sexe s’apparentant à un pistolet sur la temple...Ce n’est pas pour rien que le viol est une arme de guerre. Il déstructure les victimes comme une bombe à fragmentations...Et je ne suis pas sûre que sainte brigitte Lahaie soit si claire que cela, avec sa façon d’admettre le viol du sexe des anges. A chacun ses pauvres défenses. Il faut bien survivre, et se débrouiller comme on peut avec son passé

    • velosolex velosolex 16 janvier 18:38

      @eddofr

      Il faut d’abord se poser la question si sainte brigitte Lahaie est sincère, ou ne serait pas plutot en représentation ? Son petit commerce a du se recycler, l’age aidant dans le commentaire, et l’aide assisté. C’est un personnage des temps modernes, comme Lacub, ou tant d’egos exarcerbés, exerçant leur fascination sur les paumés, dans cette politique du spectacle, qu’avait pronostiqué Guy Debord. 

      Quand bien même elle serait sincère, elle parlerait de son expérience, et en faire une généralité en ravit visiblement certains, tout à leur aise, de trouver une alliée.
       Ils pourront désormais en faire à leur guise, un principe de vie, et même en dehors de la sexualité, autorisés par cette spécialiste qui vous dit comment faire penser et jouir, en composant une des bosse de la bête à deux dos. 


    • lejules lejules 16 janvier 21:25

      @velosolex


      Qu’elle est la finalité de cet article ? 
      la jouissance de la victime mâle ou femelle, lors d’un viol est une jouissance extorquée par la ruse ou la violence, et pour moi c’ est une circonstance aggravante pour le violeur. on ne peut avoir par l’agression ce qui doit se donner par consentement mutuel. il faut en terminer avec le tabou du style une personne violée n’a pas de plaisir . c’est justement le contraire que recherche le violeur. « ah ma salope t’as joui donc t’étais consentante »

    • velosolex velosolex 16 janvier 22:18

      @lejules
      Certains prennent parole d’évangile de cette fille. Mais cette parole vaut elle représentation du sort des femmes, de leur vécu ?...Le doute n’est même pas évoqué dans l’affaire. Pourtant cette fille vit du sexe, de sa mise en image, en fonction, et en provocation...IL faut sans cesse choquer, faire débat, quitte à dire les trucs les plus aberrants, d’inverser la logique, la souffrance....Les naïfs et les psychopathes en redemandent. 

      Pour le reste, les soignants qui ont été confronté au viol ramènent les même vécu, le même témoignage. Dans le viol, l’esprit se met en latence, il déserte le corps, de façon psychotique, tente de se mettre en stand by des émotions, pour tenter de survivre au choc...La jouissance la dedans n’existe qu’en fantasme, dans les écrits du marquis de sade.....Mais les témoignages des rescapées sont probant. Je parle de ces bordels de femmes raflées, tel qu’on a pu les voir en ex yougo, ou chez les femmes esclaves dites de confort, en Corée... Une remarque : C’est le même processus psychologique qui est à l’oeuvre chez beaucoup de hardeuses, qui fait beaucoup plus de victimes qu’on le dit. Même si cette LAHAIE fait classe, incarne une belle vitrine, idéale pour le petit commerce du hard, cachant la misère qui se trouve dans l’arrière boutique. 
      Personne pour s’en prendre à ce trafic de la misère humaine, que certains sans doute tenteront de nuancer de la part de liberté, voir de plaisir, et liés aux choix humains. La psychologie du violeur est faite de toute puissance du désir, et d’un discours auto justifiant : Elle m’a allumé, elle a jouit d’ailleurs la salope. Les soudards de toutes les guerres et les bas du front ont toujours vomi ce genre de message et d’auto déculpabilisation. 

    • lejules lejules 17 janvier 00:28

      @velosolex

      c est une interview de B.LAHAIE la dignité de cette personne pour moi ne fait pas de doute.
      un simple constat médical : si je ne veux rien entendre et que l’on me crie dans les oreilles je suis forcé d’entendre. le sexe est fait pour jouir que l’on le sollicite par la tendresse ou par le viol il jouit. point barre. on en arrive a cette dichotomie cet état de latence dont vous parlez le corps a un orgasme que la pensée refuse. une telle situation peut mener plus tard a la frigidité.
      une femme honnête n’a pas de plaisir surtout si elle est violée. mais cela c’est l’expression d’un tabou qui n ose pas regarder la réalité en face. dites moi qu ’en est il des hommes violé ?
      la honte d’ avoir jouit fait que la grande majorité des victimes dans ce cas ne portent pas plainte. ne me faite pas dire ce que je ne dirais jamais lors d’un viol il y a forcement jouissance de la victime ! 

    • JC_Lavau JC_Lavau 17 janvier 08:54

      @velosolex. Sûr qu’une femme de 62 ans, c’est rien qu’une « fille »...


    • L'enfoiré L’enfoiré 17 janvier 13:43

      @eddofr,

       Les débats qui ont engendré les #Balance ton porc et #me too ne font que commencer.
       On oublie ce qui se passe dans la nature.
       On redécouvre la roue : les différences morphologiques entre l’homme et la femme.
       Il suffit pourtant de voir ce qui se passe dans la nature chez les animaux.
       Le mâle souvent avec plus de couleurs que la femelle et qui fait le beau pour attirer la femelle et qui attend après le combat entre les mâles quel est celui qui aura gain de cause pour se faire ensuite sauter par lui.
       Chez l’être humain, est-ce inversé ?
       Peut-être la femme est plus jolie que le mâle avec des yeux d’humains.
       Le chasseur a parfois inversé les rôles dans notre « monde économiquement vôtre ».
       
       L’affaire Lahaie a en partie catalysé le départ d’un animateur radio sur Vivacité.
       Une émission appelée « C’est vous qui le dites » qui pour faire parler les auditeurs a besoin d’inciter les gens à vider leur sac. Poser les questions avec les mots choisis pour ne pas vexer est une affaire à géométrie variable.
       Mais le contenu des sacs n’est pas le même chez tout le monde. 
       


    • lejules lejules 21 janvier 13:00

      @FreeDemocracy


      le sexe est fait pour jouir ? belle réflexion qui sort d’où ? juste par curiosité ? de votre opinion personnelle ? pourquoi pas ? mais basée sur quel concept ?
      sexe argent pouvoir 20 000 ans de l’histoire du monde nous montre comment on tue pour le sexe, un siècle de psychanalyse nous explique que pouvoir et argent sont intimement relié au sexe.
      qu’il y ait des exceptions je n’en doute pas. cela en quelque sorte confirme la règle.
      les personnes handicapés qui n’ont jamais connu cela...
       je ne veux pas vous choquer mais j’en doute , mais ceci est un autre propos.....



    • pipiou 16 janvier 12:40

      Ce qui gêne ici ce sont les mots « plaisir » ou « jouissance » : peut-on dire que l’on a du plaisir quand on a un orgasme sous une contrainte violente ?


      • Gérard Luçon Gérard Luçon 16 janvier 12:48

        @pipiou

        oui, apparemment on peut .... mais cela ne devrait pas servir de circonstance atténuante pour le violeur !!!

      • pipiou 16 janvier 13:16

        @Gérard Luçon
        Vous êtes très affirmatif, sans doute parce que vous avez déjà subi des viols contrairement à moi.

        Et donc si je vous noie dans une baignoire de champagne je pourrai dire que vous êtes mort en ressentant du plaisir ?


      • Gérard Luçon Gérard Luçon 16 janvier 15:17

        @pipiou
        manifestement cette expérience vous manque, c’est l’apprentissage de la frustration, non ?


      • velosolex velosolex 16 janvier 18:06

        @Gérard Luçon
        « mais cela ne devrait pas servir de circonstance atténuante pour le violeur !! »


        C’est extraordinaire d’oser sortir une telle phrase. « Mais apparemment on peu.... »

        Je note le conditionnel, et l’hypothèse que cela puisse faire proposition de circonstance atténuante. La violée devra t’elle offrir une compensation au violeur pour services rendus. 

        Prochain article : Les pères ne sont ils pas les mieux placés pour dépuceler leurs filles ?

      • Gérard Luçon Gérard Luçon 16 janvier 18:21

        @velosolex
        enlevez les guillemets quand vous transformez ce que j’ai écrit .. 


        quand à « les pères ... etc ... » je vous laisse vous occuper de vos filles, manifestement ça vous titille le glandillon !

      • velosolex velosolex 16 janvier 18:50

        @Gérard Luçon
         Bof, vous savez une vie passé en psychiatrie à me cogner avec les psychopathes, qui ont précisément l’art de la manipulation et du sophisme, m’ont habitué à ce genre de crachat !


        « ça vous titille le glandillon ! ».
        ..Mais là nous sommes dans la cour de la caserne, que j’ai connu aussi. Digne d’un adjudant ayant traîné ses guêtres dans les colonies...Des histoires bien torves restés dans un coin de ma mémoire, avec leur balai à chiottes

      • Gorg Gorg 16 janvier 18:58

        @Gérard Luçon

         smiley smiley smiley


      • Fergus Fergus 16 janvier 13:02

        Bonjour, Gérard

        Ce qui est dérangeant dans votre article, c’est que le viol est dans l’écrasante majorité des cas synonyme de souffrance et de traumatisme durable. Or, la tonalité de votre texte donne l’impression de relativiser ces souffrances en mettant en lumière le fait que, parfois, des femmes ou des jeunes filles violées peuvent avoir ressenti un certain plaisir physique. Je ne sais pas s’il existe des statistiques sur cette question, mais pour avoir suivi des procès pour viol et connu personnellement des enfants violés accueillis chez ma sœur et mon beau-frère assistants familiaux, je suis persuadé que ce que vous décrivez est très minoritaire.

        A toutes fins utiles : Violée, humiliée... Détruite !


        • Taverne Taverne 16 janvier 13:08

          @Fergus

          Bonjour Fergus,

          Ce phénomène été prouvé et des victimes en ont aussi témoigné. Brigitte Lahay n’a jamais dit que c’était un phénomène majoritaire.


        • Fergus Fergus 16 janvier 13:24

          Bonjour, Taverne

          Je n’ai pas mis en cause ce qu’a dit Brigitte Lahaie, mais la tonalité de l’article que je trouve trompeuse car beaucoup trop axée sur ce phénomène minoritaire en occultant les souffrances endurées.


        • JC_Lavau JC_Lavau 16 janvier 14:06

          @Fergus. D’où la fureur et la perplexité de Philippe Brenot et Pascal Pick : Mais à quoi sert l’orgasme féminin ?

          Alors qu’ils gloussent d’aise devant chaque stratégie de l’espèce pour frauder et duper les mâles sur leur éventuelle paternité. Mais à quoi peut donc bien servir un orgasme qui ne sert même pas à la domination ni à la duperie ? Ils se le demandent.

        • Gérard Luçon Gérard Luçon 16 janvier 14:49

          @Fergus
          ah Fergus, la tonalité .... et la tonalité inverse qui veut laisser croire que la femme violée et qui a eu un orgasme pourrait être une salope ?


          eh oui Fergus, la victime (car je parle de victime, vous semblez ne pas l’avoir bien vu) peut avoir ressenti quelque chose qui l’a dépassée et être en même temps détruite

        • ZenZoe ZenZoe 16 janvier 16:19

          @Bonjour Fergus
          Le corps fait ce qu’il est programmé pour faire. Un acte sexuel voulu ou pas engendre un orgasme dans de très nombreux cas. Cela n’enlève rien à la souffrance, au contraire !
          C’est même là précisément que se situe le viol et le plus profond du traumatisme : forcer un corps à réagir contre la volonté de son propriétaire, c’est dissocier par la force son corps et son esprit, c’est un anéantissement.
          On peut parler d’une forme de meurtre, et ce n’est pas pour rien que le viol est considéré par la justice comme un crime.
          Une femme violée aura en outre terriblement honte de cette perte de contrôle précisément, ne l’admettra pas dans la majorité des cas et gardera le silence sur ce point si elle porte plainte. Le traumatisme n’en est que plus grand car on touche là à une intimité indiscible.

          PS : je n’aime pas non plus comme l’auteur le lynchage imbécile.
          B Lahaie a utilisé un mot maladroit, cela arrive à tout le monde. Elle aurait du parler d’orgasme, mot plus neutre et plus « scientifique » que jouir.


        • Gérard Luçon Gérard Luçon 16 janvier 16:26

          @ZenZoe
          merci pour ces précisions et surtout cette « formulation » ... mon titre initial était « viol et orgasme » ... mais je dérivais en modifiant ce qui avait été énoncé


        • marmor 16 janvier 17:33
          @Fergus
          Quelle vie trépidante !! Vous avez connu des enfants violés ? Mais que n’avez vous pas connu Fergus ?

        • velosolex velosolex 16 janvier 18:12

          @Taverne


           Il parait aussi que les pendus bandent, du haut de leur perchoir. 

          Phénomène prouvé, et même majoritaire, bien que les victimes ne peuvent plus témoigner de leur émoi. 

          Mais vous pouvez tenter l’expérience. 
          Bien que soit difficile ensuite d’écrire un article !

        • JC_Lavau JC_Lavau 16 janvier 18:37

          @FreeDemocracy : « aux hédonistes en culotte courte qui le reste » ?

          Et en français adulte, ça donnerait quoi ?


        • velosolex velosolex 16 janvier 18:45

          @Fergus


          On s’enfonce dans le gore le plus adipeux avec cet article. 
          Les juifs ne jouissaient ils pas dans les wagons plombés eux aussi. Le voyage n’était il pas une préfiguration de quelque chose de mythologique, celui qui les emmena vers la terre promise ?
           Psychologie à l’usage des psychopathes. C’est un classique du genre. Plus d’une fois dans l’histoire, il s’agira non pas de soutenir le moral des vaincus, mais de celui de palier à la défaillance et aux doute des bourreaux ; Les nazis ainsi eurent des cellules psychologiques les justifiant en temps que héros
          Donc, retour à la force primitive. 
          Quand vous dit non, allez y de bon cœur. Pour la cause de la sainte jouissance, pour le culte de la force et de l’égo !. 

          Vous ferez jouir partout ou vous passez, montant sur l’un sur l’autre ! En dépit de leur propre grès comme disait Virenque, grand tricheur lui aussi devant l’éternel, et qui viola ou vola la victoire à beaucoup !

           Et dans votre voiture au lieu de saint Christophe, totalement ringard, accrochez donc la médaille en play mate de sainte Brigitte qui vous fera de l’oeil !. 

        • Dallas 16 janvier 18:46

          @ZenZoe

          « Un acte sexuel voulu ou pas engendre un orgasme dans de très nombreux cas »

          Celle-là, comme sommet absolu de la connerie et de l’ignorance, il faudrait l’encadrer.
          Les études cliniques, les faits, ça vous dit quelque chose au fond de votre brouillard ?
          http://www.huffingtonpost.fr/2018/01/11/brigitte-lahaie-et-catherine-millet-sur-le-viol-ce-que-la-science-leur-repond_a_23330796/


        • Gorg Gorg 16 janvier 19:00

          @Fergus

          On a compris Fergus, tu n’est ni pour, ni contre, bien au contraire.........., j’ai bon... ?  smiley


        • aimable 16 janvier 20:01

          @marmor
          quand vous aurez son âge ( septua ) , vous serez vous aussi un vieux de la vielle  smiley


        • Fergus Fergus 16 janvier 20:20


          Bonsoir, Marmor

          Toujours dans le sarcasme et le persiflage !

          Pour vous répondre, voilà un extrait d’un article de 2011 intitulé Famille d’accueil : la démagogie de Christophe Hondelatte  :

          « Á ce stade de la lecture, sans doute se trouve-t-il des lecteurs qui se demandent à quel titre je m’exprime sur un tel sujet, sauf à être moi-même assistant familial agréé par l’ASE de mon département. Ce que je ne suis en aucun cas, pas plus que mon épouse. Le sujet ne m’est pourtant pas étranger car l’une de mes sœurs et mon beau-frère exercent ce métier en couple depuis plus de 15 ans (...). Ne l’oublions pas, la plupart des enfants placés par l’ASE en famille d’accueil sont le plus souvent meurtris par la disparition brutale de leurs parents biologiques, par un climat familial violent ou alcoolique, par le délaissement et la privation de soins, par les coups répétés, et trop souvent par les agressions sexuelles incestueuses, jusque sur des garçons et filles en bas-âge. Des enfants parfois mutiques, stressés ou apeurés, quelquefois caractériels, voire suicidaires, telle cette adolescente qui ne supportait pas le rejet affectif dont elle faisait l’objet de la part de sa mère biologique depuis la dénonciation du père violeur. Et que dire de cet autre gamin qui, malgré les précautions, est un jour revenu d’une visite chez son père incestueux avec du sang dans le slip ? »

          Voilà comment, M. Marmor, j’ai connu des enfants violés. Chez ma sœur, mais également en Cour d’assises, ayant notamment été juré d’un procès pour viol sur mineur (un garçon de 11 ans) par un respectable pompier volontaire !


        • Fergus Fergus 16 janvier 20:33

          Bonsoir, Gorg

          Je suis en effet contre le viol et pour le soutien inconditionnel aux victimes !


        • lejules lejules 16 janvier 20:42

          @ZenZoe

          merci de votre commentaire. nous sommes dans un tabou du style« une femme honnête n’a pas de plaissir » chanter par jean ferra. https://www.youtube.com/watch?v=eZgIDuqBqTw
          il est particulièrement odieux de penser que lorsque l’on est violé on peut éprouver du plaisir que l’on soit homme ou femme ! la culpabilité d’avoir ressenti cette jouissance doit être insupportable voir complètement destructeur . c’est peut être pour cette raison que peu de personne violée porte plainte. la honte d’avoir joui.
          pour moi la jouissance de la victime est une circonstance aggravante pour le violeur. en aucun cas il ne peut se permettre de dire un truc du genre« elle le voulait bien cette salope la preuve c’est qu’elle a joui »
          je me réjoui de ce débat car il represente une lutte acharnée de la mentalité anglo saxonne de dominée l’Europe et le monde selon les règles du rapport kinsey . et la nous entrons dans la politique des USA de dominer le monde selon leur propre model moral
           un espagnol n’est pas un anglo saxon et la drague ne s’exprime pas de  la même manière en Angleterre ou en France. je me souvien d’un film italien des années 1950 ou l’on voit de jeunes siciliens assis sur les marches de l’église siffler la plantureuse lolobrigida ou peut être Sophia loren 
          « oh quella belle banbina ! » un truc comme ca en bonne italien. elle se retournant oui mais tout ce que tu vois c ’est pas pour toi c’est pour mon amoureux. et tous de rigoler. autre époque autre mœurs.

        • pipiou 16 janvier 21:59

          @lejules
          « c’est peut être pour cette raison que peu de personne violée porte plainte. la honte d’avoir joui »

          Ah, ça y est, ça envoie du lourd.
          Merci Mme Lahaye d’avoir introduit un tel débat ...

          Où l’on voit qu’Agoravox est un site principalement masculin.


        • lejules lejules 17 janvier 13:10

          @pipiou

          le problème c’est que souvent les femmes se mettent en retrait. même pour des questions qui peuvent les interpellée directement. quand B. Lahaie intervient en tant que femme c’est le tollé général une femme honnête n a pas de plaisir surtout si on la viole. médicalement c est faux. « c’est peut être pour cette raison que peu de personne violée porte plainte. la honte d’avoir joui  » je maintiens cette assertion valable aussi bien que pour une femme ou un homme violé. quitte a ce que je change d avis devant des témoignages directes d hommes ou de femmes ayant été violée




        • Gorg Gorg 17 janvier 13:19

          @Fergus

          Salut Fergus,

          Merci de préciser, mon bon Fergus, car avec toutes tes différentes prises de position et tes avis sur tout (surtout tes avis...), on arrive à s’y perdre....
          J’ai toujours la crainte que tu te déchire les adducteurs... smiley


        • Taverne Taverne 16 janvier 13:06

          Cet effet involontaire, non souhaité, du viol accroît le sentiment de culpabilité de la victime. Et donc, pour certaines féministes, il faut taire cette vérité pour ne pas aggraver ce sentiment de culpabilité. Mais d’abord c’est une vérité et ensuite au nom de quoi peut-on décider ce qui est bien ou pas pour les victimes et de taire certaines vérités ? Et surtout, surtout, pourquoi ce lynchage de Brigitte Lahay ? Est-ce ainsi que les femmes vont faire avancer leur cause dans l’opinion ?

          Je pense que les juges ne considèrent pas comme circonstance atténuante un réflexe purement fonctionnel.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès