Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Citoyenneté > À Puerta del Sol, les Indignés se réapproprient la démocratie... et la (...)

À Puerta del Sol, les Indignés se réapproprient la démocratie... et la Marseillaise

Depuis le 15 mai, la Puerta del Sol au coeur de Madrid est occupée par le mouvement los Indignados. Ce surnom s'inspire du titre de l'ouvrage de Stéphane Hessel, "Indignez-vous !". De façon inattendue pour les politiciens et nos médias hexagonaux, celui-ci a pris une ampleur considérable puisqu'il s'est étendu environ à 70 villes espagnoles.

Dimanche dernier, les élections en Espagne furent marquées par la Bérézina du parti de José Luis Rodriguez Zapatero. Ce dernier a déclaré que "Si j'avais 25 ans je serais sûrement à la Puerta del Sol"  [1] en oubliant de rajouter qu’il préfère actuellement participer aux réunions du Groupe Bilderberg [2]. Tout comme le “socialiste” Papandréou en Grèce, celui-ci a “adopté un programme d’austérité recommandé par l’Union européenne et les marchés financiers avec des coupes à la hache dans les salaires des fonctionnaires, les prestations sociales, les services publics”  [3].

Qui sont et que veulent les Indignés de la Puerta del sol ?

Céline Gesret, dans son article publié par ouest-france.fr [4], nous apprend que la protestation est “née spontanément il y a tout juste une semaine suite à une manifestation convoquée sur internet par le mouvement Democracia Real Ya (ndlr : La véritable démocratie maintenant). Ce mouvement , “qui n’est affilié à aucun parti, ne rassemble pas seulement des jeunes, mais aussi des chômeurs, des travailleurs et des retraités”. La Puerta del Sol est devenue une “agora, à la fois centre de débats et centre de vie”. Son reportage est accompagné d’une vidéo dans laquelle Noelia, porte-parole de Acampada de Puerta del Sol, déclare : “Ce que nous voulons c’est une vraie démocratie, une vraie politique élaborée par les citoyens. Nous voulons un système qui veille sur les citoyens et pas sur les intérêts des marchés. Le message que nous voulons envoyer c’est que nous ne sommes pas des marchandises entre les mains des politiques et des banquiers.”  Ainsi, nous pouvons constater que les revendications dépassent l’exaspération face à l’austérité, la corruption des politiciens ou le chômage [5] ; elles atteignent le centre de ce “système économico-politique en perdition” pour reprendre une expression de Jean Baudrillard [6].

Ces manifestants veulent reconquérir leurs droits, en particulier leur droit naturel à l’existence [7]. Ils ont compris que cela ne pourra advenir qu’à partir du moment où les citoyen(ne)s reprendront le pouvoir confisqué à l’échelle nationale, européenne et mondiale par des institutions au service notamment de l’oligarchie financière. Ils souhaitent la démocratie au sens propre de son étymologie, des mots grecs “demos” (le peuple) et “kratos” (le pouvoir).

Avant-hier, lors d’une assemblée générale, le Movimiento 15-M. a décidé de poursuivre l’occupation de la Puerta del Sol pendant encore une semaine. La prochaine étape qu’ils se sont fixée consiste à décentraliser le mouvement, à déplacer les débats vers des assemblées à l’échelle des quartiers ou des villages de la communauté autonome de Madrid, puis à se coordonner avec les autres villes d’Espagne.

On ne peut qu’être admiratif devant de telles initiatives. Seul ombre au tableau, les élections de dimanche dernier ont vu la victoire d’un autre élément du système, le Parti Populaire. L’appel à l’abstention des manifestants n’a pas été suivi. Mais “Pour nous les élections ne changent rien, déclare Noelia. On dénonce ce système de représentation politique, qui nous force à choisir entre deux fois la même chose, puisque la droite et la gauche appliquent la même politique économique. Au final c'est le système financier qui nous gouverne...”  [8] Une fleur espagnole de liberté et d’égalité vient d’éclore. Ces manifestants ont compris que “la souveraineté politique du peuple est le socle de l’émancipation sociale” comme le soulignait Jean Jaurès . Ils raisonnent en tant que Citoyen(ne)s, membre du souverain.

Et on entendit la Marseillaise…

À Puerta del sol, d’une certaine façon, on a retrouvé un vieillard avec son violon comme celui de Naguib Mahfouz, dans son livre Passage des miracles [9].Le patron Karcha dit au vieux poète : “Nous connaissons toutes tes histoires et nous les savons par cœur. Nous n’avons pas besoin qu’on nous les raconte à nouveau. Par le temps qui court, les gens ne veulent plus de poète”. L'universitaire Juan Carlos Monedero, sur le site sinpermiso.info [10], nous raconte la présence à Puerta del sol d’un vieil homme jouant la Marseillaise sur un harmonica. Peu à peu, les gens commencèrent à l’écouter attentivement. Puis, avant de commencer à jouer la Himno de Riego, il dit : “Si vous savez, voyez ! C'est comme la Marseillaise, mais ici.”

Oui, il est temps d’entendre ses vieilles histoires, d’écouter un ancien officier F.T.P.-M.O.I., comme M. Léon Landini [11] nous rappelant qu' “Il convient de mettre en évidence que la Marseillaise n’est pas uniquement un hymne français, mais un chant révolutionnaire de la première heure, qui a été repris et adopté par nombre de révolutionnaires de tous les continents. En voici quelques exemples : * Le drapeau tricolore et la Marseillaise étaient l’emblème et le chant des sans culottes, qui à Valmy vainquirent la coalition royale accouru pour écraser la République française. [...] * Vers 1900, ceux qui en Russie chantaient la Marseillaise en public étaient arrêtés et déportés par la police du tsar. * Après la révolution d’octobre en 1917, les bolchevicks l’adoptèrent pour hymne, avant de reprendre un autre chant révolutionnaire : L’Internationale. * En 1931, à l’avènement de la Seconde République espagnole, les espagnols accueillirent le nouveau régime en chantant la Marseillaise, dans une version espagnole ou catalane. * En 1940, dans la France occupée c’est au chant de la Marseillaise que les 27 fusillés de Châteaubriant furent emmenés au poteau d’exécution. * C’est à Auschwitz, que 300 françaises pénétrèrent dans ce camp de la mort en chantant la Marseillaise, défit antinazi incomparable, ce qui redonna du cœur au ventre à l’ensemble des déportés. * Combien de résistants, militants communistes furent fusillés poings levés, en chantant la Marseillaise et en criant vive le Parti communiste. Un grand nombre d’entre eux auraient considéré comme un honneur d’être ensevelis dans un drapeau tricolore.

* Il me semble utile de rappeler, (ce que beaucoup ignorent) que L’Internationale a été écrite par Eugène Pottier pendant la révolte de la commune de 1871 sur l’air de la Marseillaise et, qu’aujourd’hui encore on peut très bien mettre les paroles de L’Internationale sur la Marseillaise et vice et versa.”  [12]

Cette Marseillaise qui a (enfin) son mémorial à Marseille comme l’a précisé l’Association pour une Constituante.

Si par bonheur la dynamique lancée par les Citoyen(ne)s de Puerta del sol continuait sa libre dynamique, sans basse récupération politicienne, le processus devrait alors se terminer par une Assemblée constituante espagnole, symbole d’une remise à plat des règles institutionnelles, économiques et politiques. Nous n’en sommes pas encore là, mais comme l’écrivait Monique et Roland Weyl dans un merveilleux petit livre, “La démocratie active permanente n’est pas une utopie : elle est un objectif à conquérir” [13].

J.G., Quintidi 5 Prairial an CCXIX

Article également publié par l'Association pour une Constituante :
http://www.pouruneconstituante.fr/

[1] Article de Cécile Thibaud, Espagne : le mouvement des Indignés espère durer, publié par lexpress.fr le 24/05/11.

[2] Brève de J.G., Grève générale en Espagne, publié par Le Canard Républicain le 29/09/10

[3] Article de Bruno Odent, Les “indignés” espagnols ne désarment pas, publié par humanite.fr le 23/05/11.

[4] Article de Céline Gesret, Madrid. Qui sont et que veulent les “Indignés” de la Puerta del sol ?, publié par ouest-france.fr le 25/05/11.

[5] Le pays compte en effet le taux de chômage le plus élevé de l’Union européenne (21%), grimpant même à 45% pour la tranche des 18-25 ans.

[6] Jean Baudrillard, La société de consommation, Editions Denoël, 1970. Extrait.

[7] Florence Gauthier, Robespierre théoricien du droit naturel à l'existence, publié par Le Canard Républicain le 29/07/10.

[8] Article de Cécile Thibaud, Espagne : le mouvement des Indignés espère durer, publié par lexpress.fr le 24/05/11.

[9] Extrait du livre Passage des miracles (Zuqâq al-midaqq,1947) de Naguib Mahfouz (نجيب محفوظ). Roman traduit par Antoine Cottin.

[10] Article de Juan Carlos Monedero, La Marsellesa en la Puerta del Sol, publié par sinpermiso.info le 22/05/11.

[11] Officier de la Légion d’honneur au titre de la Résistance, Grand Mutilé de guerre.

[12] On peut également citer ce passage de l'article de Jérémy Mercier, 1849 : La Constituante romaine, un symbole de liberté du peuple, publié par l'Association pour une Constituante le 25/08/09 : « D’avril 1849 au 4 juillet, jour où elle capitule, la République romaine ne cesse d’être soutenue par le peuple italien et si “on chantait la Marseillaise” , disait-on, “c’étaient ceux que la France combattait [en Italie] qui la chantaient” ».

[13] Note de lecture, Démo-cratie pouvoir du peuple, publié par l'Association pour une Constituante.


Moyenne des avis sur cet article :  4.87/5   (63 votes)




Réagissez à l'article

49 réactions à cet article    


  • Ronald Thatcher rienafoutiste 26 mai 2011 10:12

    encore un mouvement révolutionnaire moderne, drapé dans les oripeaux anarchistes, autogestionnaire et écoloresponsable, et qui dit moderne doit dire intelligent, et finalement les acteurs de cette conjuration timide ne veulent que ce qu’ils n’ont pas... du fric, Le Fric, la possibilité d’en faire !!! la définition pure de la révolution, un petit tour (pour engranger le pognon) et puis s’évanouis (dans un confort annesthésiant) ensuite retour au réel.
    Avec une mentalité comme ça, la haute caste n’est pas prête de trembler... 


    • jondegre jondegre 26 mai 2011 10:28

      ppffff, vous ne parlez que du gros mot « fric » (gros mot dans votre bouche !) alors qu’en réalité il ne s’agit que d’autonomie financière et morale par un meilleur accès aux ressources, ressources qui sont confisquées par une oligarchie qui ne tient en place que grâce à une démocratie dévoyée.


    • bobbygre bobbygre 26 mai 2011 16:25

      Les « indignados » refusent les dons en argent. Ils ne prennent que les dons en nature. Comme quoi... ce ne doit pas être la seule chose qui les motive...


    • Ronald Thatcher rienafoutiste 26 mai 2011 16:51

      c’est bô le romantisme, personne n’a besoin de tune dans le tas ??? sincèrement ???


    • Pierre JC Allard Pierre JC Allard 27 mai 2011 00:42

      Quand on cherchera la première petite monade d’ou est issue l’action de la Puerta del Sol, on remontera à Enric Duran et a sa magistrale arnaque-pied de nez aux banques. Podem, née en Catalogne - et sans doute financée involontairement par les banques ! - est bien bien vivante et il ne faut pas confondre la discrétion avec l’inaction. Je crois qu’on en entendra bientôt parler…



    • Bovinus Bovinus 27 mai 2011 12:08

      Rienafoutiste :
      encore un mouvement révolutionnaire moderne, drapé dans les oripeaux anarchistes, autogestionnaire et écoloresponsable, et qui dit moderne doit dire intelligent, et finalement les acteurs de cette conjuration timide ne veulent que ce qu’ils n’ont pas... du fric, Le Fric, la possibilité d’en faire !!! la définition pure de la révolution, un petit tour (pour engranger le pognon) et puis s’évanouis (dans un confort annesthésiant) ensuite retour au réel.
      Avec une mentalité comme ça, la haute caste n’est pas prête de trembler...

      En fait Rienafoutiste n’est pas un contre-révolutionnaire, c’est un déçu. Il trouve probablement que ce mouvement n’est ni assez radical, ni vraiment révolutionnaire, qu’il est trop policé, peu clair sur les revendications, et probablement trop hétéroclite. Eh bien, cette fois-ci, je vais me faire l’avocat du diable : il a bel et bien raison. Moi aussi, je suis terriblement déçu de voir toute cette médiocrité.

      Le manifeste est à chier. Les « propositions » de l’ ’Assemblée générale« du 20 mai sont vagues, imprécises et hétéroclites. C’est normal. Bon nombre de ces »révolutionnaires Facebook« (expression assassine mais ô combien pertinente et juste dans ce contexte) se réduisent certainement à leur statut socio-économique, c’est à dire :
      - des jeunes (autrement dit : branleurs ignorants)
      - des chômeurs (catégorie hétéroclite regroupant probablement des exclus, des marginaux, des malchanceux, des aigris et des bons à rien...)
      - des travailleurs (c’est à dire, des travailleurs qui ne s’estiment pas assez payés, et qui le sont probablement en effet)
      - des retraités (qui rêvent d’autre chose, mais qui trompent leur ennui dans cette foire)

      Il doit y avoir dans le tas un noyau dur qui anime cette masse, sachant plus ou moins ce qu’il veut mais devant gérer et tenir compte de l’opinion des autres, et contraint de négocier, des les pousser, de réviser ses textes et déclarations ; je les vois du type »trotskiste alter-machin-truc« . C’est à dire, des imbéciles dans l’air du temps.

      Puisque ces gens ne s’alignent pas et qu’ils disent ne pas avoir de revendications électoralistes, ils devraient vociférer, menacer, exiger de vraies réformes, comme par exemple l’abolition du système représentatif bipartite actuel, celle du système bancaire et financier, une vraie réforme des structures économiques et un nouveau projet de société basé sur d’autres valeurs. Mais non, rien. Ils bronzent, discutent, proposent de petits aménagements et des quarts de réformes et écrivent de la merde. En fait, ils ne tiennent nullement à la mise à mort de l’ordre socio-économique et politique actuel ; au contraire, ils n’aspirent qu’à y avoir leur place, pour pouvoir jouir, consommer, s’y vautrer, en profiter tout comme les autres. Si on leur donnait à chacun un I-phone, un I-pad une Mini Cooper et une petite rente, ils s’estimeraient probablement comblés. Comme le dit Rienafoutiste, il veulent du fric. Mais aussi de la reconnaissance et du respect. Peut-être finiront-ils par obtenir le fric ; pour ce qui est du respect, je pense que c’est mort.

      À ceux qui me parleront de modèle islandais ou arabe, je répondrai tout net : ce cas-là n’a rien à voir avec ni l’un, ni l’autre. Dans le cas des Islandais, on avait un groupe reposant sur un vaste consensus réunissant une large majorité du peuple islandais, parfaitement conscient des enjeux, déterminé et sachant exactement ce qu’il veut. Dans le cas de la Tunisie et de l’Égypte, la révolution a été déclenchée par les »révolutionnaires Facebook« , mais rendue possible et accomplie par les élites de l’opposition dans le premier cas, et l’institution militaire dans le deuxième. Trois cas bien différents n’ayant de commun que l’apparence.

      Il n’est pas exclu néanmoins que le mouvement espagnol serve de détonateur à une véritable révolution, qui serait réalisée par un groupe social quelconque, et qui la ferait alors conformément à ses objectifs. Qui serait capable, aujourd’hui de faire une telle chose ? Existe-t-il seulement un tel groupe en Espagne aujourd’hui ? Ce ne seront pas les élites, puisque ce sont elles qui règnent actuellement sur le pays. L’armée, j’en doute. Peut-être le clergé catholique espagnol, secondé par une éventuelle chouannerie paysanne. Ou bien, un prolétariat animé d’une réelle »conscience de classe", d’après la vision marxiste. Mais ça reste tout de peu plausible. Enfin, on peut toujours rêver.

      En attendant, l’oligarchie financière apatride peut dormir sur ses deux oreilles. En conclusion de tout ce sermon, mon message aux jeunes révolutionnaires de notre temps, pourrait se résumer à ceci : pour renverser la clique des banquiers apatrides, il va falloir faire autre chose que se branler les couilles sur l’agora comme un troupeau de moutons. Il va falloir apprendre à penser juste, et pour cela, il n’y a pas trente-six solutions : il va falloir lâcher la télé et l’ordinateur, et vous gaver de bouquins sérieux et de culture. Sans culture, on ne pense pas, et sans pensée, on ne peut agir. Vous êtes de la volaille à la merci des rapaces et des prédateurs qui commandent l’Occident et qui doivent bien se marrer à vous observer en ce moment. Ce sont de vieux salauds extrêmement cyniques et malveillants qui s’ennuient ; pour le moment, vous n’êtes pas de taille, alors grandissez, mais ne devenez pas comme eux. Rejetez leurs valeurs mercantiles et tout ce par quoi ils vous tiennent et vous manipulent. Cessez d’être leurs esclaves. N’ayez foi et confiance qu’en vous même, c’est à dire, en votre conscience.


    • Assurancetourix Assurancetourix 26 mai 2011 10:49
      MANIFESTE DE « DEMOCRACIA REAL YA ! »

      Nous sommes des personnes ordinaires. Nous sommes comme vous : des gens qui se lèvent tous les matins pour étudier, travailler ou pour chercher un travail, des gens qui ont une famille et des amis. Des gens qui travaillent dur tous les jours pour vivre et pouvoir offrir un meilleur avenir à ceux qui les entourent.

      Parmi nous, certains se considèrent plus progressistes, d’autres plus conservateurs. Certains sont croyants, d’autres pas. Certains suivent des idéologies précises, d’autres se considèrent apolitiques. Mais nous sommes tous préoccupés et indignés par la situation politique, économique et sociale autour de nous : par la corruption des politiciens, patrons, banquiers,... qui nous laissent sans défense et sans jamais être entendus.

      Cette situation est devenue la norme, une souffrance quotidienne et sans espoir aucun. Mais en unissant nos forces nous pouvons la changer. Le moment est venu de changer les choses, de bâtir ensemble une société meilleure. En conséquence nous soutenons avec vigueur les affirmations suivantes :

      - L’égalité, le progrès, la solidarité, le libre accès à la culture, le développement écologique durable, le bien-être et le bonheur des personnes doivent être les priorités de chaque société avancée.

      - Des droits inaliénables doivent être garantis au sein de notre société : le droit au logement, au travail, à la culture, à la santé, à l’éducation, à la participation politique, au libre développement personnel et le droit du consommateur à une vie saine et heureuse.

      - L’état actuel de notre système politique et économique ne répond pas à ces priorités et il est par de multiples facettes un obstacle au progrès de l’humanité.

      - La démocratie appartient au peuple (demos = peuple, cratie = pouvoir), ce qui signifie que chacun de nous constitue une partie du gouvernement. Cependant, en Espagne, la majorité de la classe politique ne nous écoute même plus. Ses fonctions devraient être de porter notre voix auprès des institutions, en facilitant la participation politique des citoyens à travers des canaux de démocratie directe pour le bénéfice du plus grand nombre, et non pas celle de s’enrichir et de prospérer à nos dépens, en suivant les ordres des forces économiques et en s’accrochant au pouvoir grâce à une dictature en suivant les ordres des pouvoirs économiques et en s’accrochant au pouvoir grâce à une dictature des partis représentée par les sigles inamovibles du PPSOE (*).

      - La soif de pouvoir et son accumulation entre les mains de quelques-uns sont à la source des inégalités, frustrations et injustices, ce qui mène à la violence, que nous refusons. Le modèle économique en vigueur, obsolète et non-durable, entraîne notre système social dans une spirale, qui s’auto-consume, enrichissant une minorité et appauvrissant les autres. Jusqu’à son effondrement.

      - La volonté et le but du système sont l’accumulation d’argent, sans tenir compte ni de l’efficacité ni du bien-être de la société ; gaspillant ses ressources, et détruisant la planète, générant du chômage et des consommateurs mécontents.

      - Les citoyens sont les engrenages d’une machine destinée à enrichir cette minorité qui se moque de nos besoins. Nous sommes anonymes mais sans nous, rien de cela n’existerait, car nous faisons fonctionner le monde.

      - Si en tant que société nous apprenons à ne pas confier notre avenir à une rentabilité économique abstraite où la majorité ne bénéficie pas de ses avantages, nous pourrons supprimer les abus que nous endurons.

      - Nous avons besoin d’une révolution éthique. Plutôt que de mettre l’argent avant les êtres humains, il faut le mettre à notre service. Nous sommes des personnes, pas des objets. Je ne suis pas le produit de ce que j’achète, pourquoi je l’achète ou à qui je l’achète.

      Au nom de tout ce qui vient d’être dit, je suis indigné. Je crois sincèrement que je peux changer les choses. Je crois que je peux aider. Je sais que, tous ensemble, on peut y parvenir. Sors avec nous. C’est ton droit.

      (*) PPSOE : Addition de PP (Partido Popular à droite) et de PSOE (Parti Socialiste Ouvrier Espagnol à gauche), les deux partis de droite et de gauche qui alternent au pouvoir en Espagne. PPSOE est donc l’acronyme signifiant le bipartisme espagnol ; c’est l’équivalent en France du sigle UMPS (UMP et PS)


      PROPOSITIONS APPROUVÉES PAR L’ASSEMBLÉE GÉNÉRALE DU 20 MAI 2011

      Résultat de la consultation de l’assemblée réunie le 20 mai 2011 à Madrid au Campement Sol. Celui-ci est la compilation et la synthèse des propositions reçues ces derniers jours. Une première liste de propositions a été élaborée. Nous soulignons que l’assemblée est un processus ouvert et collaboratif. Cette liste n’est pas fermée, les propositions approuvées à l’assemblée du 20 mai au Campement sol sont :

      1. Le changement de la loi électorale avec des listes pour une seule circonscription. L’attribution des résultats doit être proportionnelle au nombre de votes.

      2. Les droits basiques et fondamentaux doivent être respectés, comme :
      - le droit à un logement digne, s’articulant sur la réforme de la loi hypothécaire en cas de dévolution du logement pour non-paiement, la dette doit être annulée.
      - une santé publique gratuite et universelle.
      - la libre circulation des personnes et le renforcement de l’éducation publique et laïque.

      3. L’abolition des lois et des mesures discriminatoires et injustes comme les lois issues du « processus de Bologne » et de l’espace Européen d’enseignement supérieur, et celle connue sous le nom de loi Sinde (contrôle d’internet).

      4. Une réforme fiscale pour les salaires les plus bas et une réforme des impôts sur le patrimoine et les héritages. La mise en place de la taxe Tobin qui concerne les transactions financières internationales et la suppression des paradis fiscaux.

      5. Des réformes des conditions de travail de la classe politique pour abolir les salaires à vie. Que les programmes et les propositions électorales aient un caractère contraignant.

      6. Le refus et la condamnation de la corruption, rendre obligatoire par la loi électorale la présentation de listes propres exemptes de toute corruption.

      7. Différentes mesures en rapport avec les banques et aux marchés financiers selon l’article de la constitution qui dit que toute la richesse du pays sous toutes ses formes doit être utilisée pour l’intérêt général. La réduction du pouvoir du Fonds Monétaire International et de la Banque Centrale Européenne : Nationalisation de toutes les banques sauvées par l’Etat, renforcement de tous les contrôles sur les entités et les opérations financières pour éviter tout abus.

      8. Une vraie séparation de l’Etat et de l’Eglise comme le stipule l’article 7 de la constitution.

      9. Une démocratie participative et directe ou les citoyens sont actifs. Un accès populaire aux moyens de communication qui doivent être éthiques et fidèles à la vérité.

      10. Une vraie révision des conditions de travail, sous surveillance effective des autorités étatiques.

      11. La fermeture de toutes les centrales nucléaires et la promotion des énergies renouvelables et gratuites.

      12. La récupération des entreprises publiques privatisées.

      13. Une séparation des pouvoirs exécutif, législatif et judiciaire.

      14. La réduction du budget militaire et la fermeture immédiate des entreprises d’armement. Un plus grand contrôle sur les forces et corps de sécurité de l’Etat. Comme le mouvement pacifiste nous disons Non à la guerre.

      15. La récupération de la mémoire historique et des principes fondamentaux de la lutte pour la démocratie dans notre pays. 

      16. Une transparence totale des comptes et des financements des partis politiques comme mesure de contrôle de la corruption politique.


      POUR UNE VÉRITABLE DÉMOCRATIE DÈS MAINTENANT !

      • Gabriel Gabriel 26 mai 2011 16:12

        Barde comme j’aime votre musique, fasse le ciel qu’elle porte le plus loin possible afin qu’un maximum puisse l’entendre.


      • Yvance77 26 mai 2011 16:21

        Ces proposition désirées sont identiques de ce côté ci des Pyrénnées... et pourtant je ne vois aucune place prise d’assaut à Paris, Marseille, Lyon, Nice, Toulouse, Bordeaux, Nantes, Lille (ah si pour le foot) etc...

        Et pourtant il y a de quoi chez nous d’autant plus qu’avec ce gouvernement de minables libéraux y aurait de quoi faire la fête.
        On se reveille les gentils Français, on vous a suffisament niqué pour que cesse cette prise en ouille...


      • kemilein 26 mai 2011 21:15

        et bien point par point... tout ça c’est du vent !
        un discourt qui ne va pas même au fond des choses !
        m’étonne pas que le gouvernement espagnole ne tremble pas... c’est vide
        une revendication qui ne mange pas de pain.

        1 politique :

        (il en va de notre refus de la tutelle politique)

        toute démocratie représentative (élective ou tirage au sort) aura de facto un tendance oligarchique et corruptible (même avec des systèmes de contrôle, de protection et d’évaluation)

        la représentation c’est l’abandon de la souveraineté au « représentants » (vendu pour la plus part depuis leur éducation a la pensée unique des grandes écoles)

        il n’existe qu’une seule et unique démocratie : DèmosArchie, Nous écrivons nos lois, Nous votons nos lois !

        2 économique :

        (il en va de notre refus de la tutelle économique)

        il existe 3 points : la pauvreté, l’inactivité forcée, l’empire sur nos vies.

        la pauvreté empêche la « consommation », le capitalisme porte en son sein une contradiction de taille > enrichir le capital au détriment du travail entraine donc de fait l’impossibilité de consommer les biens et services produit (crise de « surproduction » -relative uniquement a la possibilité d’écouler cette production, parfois il faudrait produire bien plus)

        l’inactivité forcée, ou le « chômage » technologique, est le remplacement de l’Homme par des machines spécialement conçue, elles sont donc plus rapide, ne font jamais de pause et ne tombe pas malade, bref elles sont plus intéressante.
        Celles si nous libère des tâches monotones et fatigante (physiquement) et contraignante et c’est une bonne chose.
        Ceci entraine une seconde fois la contradiction capitaliste : a quoi bon produire des choses que personne ne pourra acheter puisque 90% des gens seront devenu « inutile » au travail.

        l’empire et la tutelle sur nos vies, il est a mon sens inacceptable et de jour en jour nous le voyons dans nos vies, nous ne supportons pas le dictat de l’employeur. nous ne supportons pas qu’il dicte. il n’a aucune légitimité a le faire. De plus celui-ci s’approprie notre travail et ne nous laisse que les miettes.
        Mais le point le plus important est selon moi qu’une forte richesse permet de nuire au plus grand nombre, comme on le voit avec la vénération des « investisseur » banque et multinationales, celle-ci on un tel pouvoir, qu’elles imposent leur volonté aux peuples.(pareillement a l’échelle d’une petite entreprise a l’échelle locale)
        Afin de nous dégager de la domination nous devons donc aussi révolutionner l’économie et pas que la politique.


      • kemilein 26 mai 2011 21:19

        et j’ai oublié la proposition économique en fin de page qui est :
        Bernard Friot le dit assez clairement : le salaire a vie (et pas le revenu d’existence misérable)

        conférence de 2 heures dispo sur y’tub et Day’motion


      • Bovinus Bovinus 27 mai 2011 15:58

        @ kemilein

        Je n’avais pas vu votre intervention, mais c’est assez proche de ce que je disais plus haut. Content de voir que je ne suis pas le seul à être à peu près lucide. Vous avez mon +.


      • kemilein 27 mai 2011 16:40

        et nous l’étions déjà [ici même]
        un autre sujet ou nous abordions les mêmes thèmes écrits différemment


      • jerome 26 mai 2011 12:19

        Oui, bon, c ’est bien ce qu ’il me semblait ...

        En fait de révolution : plus de bisous de l’ état, subventions, aides ....
        sans oublier de taper sur les entrepreneurs - tres méchants - l’ armée, épouvantable, etc etc ...

        C’ est pas un e révolution ça, c ’ est juste des petits fils de soixantuitards attardés qui
        voudraient un Etat encore plus Maman-Nounou .

        Mais ils ont raison en fait : ils n ’ ont pas comme les Tunisiens et les Egyptiens des kalachnikov au
        cul en cas de dérapage, puisque, de fait , ils vivent déja en démocratie ...

        Bon je stoppe là, ça vaut mieux !!!


        • enréfléchissant 26 mai 2011 14:21

          Je susi d’accord avec toi, c’est pour ça que j’essaie de rediriger le mouvement : 


        • dom y loulou dom y loulou 29 mai 2011 04:31

          @jérôme

          c’est toute l’espagne qui est indignée imbécile et ils sont très loin d’être seuls

          regardes-les tes soixante-huitards attardés

          http://www.youtube.com/watch?v=oBJ3cQ5uyE4&feature=related

          et apprends ce que c’est la cuilture avant de cracher sur tes frères que tu hais parce que toi tu n’as pas le COURAGE de te révolter devant l’ignominie faite aux aom en permanence et que tu t’y adaptes comme un con

          SAIS-TU QUE POUR CHAQUE MORCEAU DE MUSIQUE QUI TE FUT DONNé DES SOUFFRANCES FURENT PAYéES AFIN QU’ELLES NAISSENT ? AS-TU MÊME OUBLIé TA MèRE QUI SOUFFRAIT QUAND ELLE A DÛ TE METTRE AU MONDE ? ALORS QUE SAIS-TU DE LA VIE DE CES GENS et de ce qu’ils te donnet et que tu ne vois même pas ?
           
          ce n’est pas la violence faite aux aom en permanence qui t’indigne, honte sur toi, mais la DIFFERENCE dont tu as BESOIN

          reviens à tes sens au lieu de sombrer dans tes jugements infâmants


        • le journal de personne le journal de personne 26 mai 2011 12:25

          Ruez-vous vers la rue !
          ¡Toma la calle !
          Enfin…
          Le peuple n’est plus une putain
          Ni vilaine… ni vilain…
          C’est Rimbaud qui te le dit :
          Splendide est ta beauté
          Après le printemps, l’été
          Arabe, berbère ou andalou
          Nous rappellent que le peuple c’est nous !
          Indignons-nous… Indignons-nous !
          Parce que nous avons la clé des chants
          Ni étoile, ni croix, ni croissant
          Mais un œil éblouissant
          Un chemin qui monte et un chemin qui descend
          Le réveil le plus retentissant
          Ni plus, ni moins qu’une chanson
          Au sublime refrain :
          Le peuple n’est plus une putain
          Il s’apprête à défaire ce que vous avez fait
          Et faire ce que vous ne ferez jamais…
          La Révolution…
          Qui verra fleurir le sang des innocents
          Qui payaient la rançon
          Sans jamais revoir leurs enfants
          Le peuple n’est plus une putain
          Il ne tendra plus la main
          N’a besoin ni d’or, ni d’argent
          Mais de valeur et de chaleur
          De Madrid à Paris, de Paris à Madrid,
          Il n’y a qu’un pas à franchir
          Qu’un acte à accomplir
          Qu’un mot à dire : Toma la calle !
          Ni marchandises… ni main mise
          Mais un sens qui politise.
          Et des existences qui fraternisent …
          TOMA LA CALLE
           
          Por fin...
          El pueblo ya no es una prostituta
          Ni feo ni fea...
          Rimbaud él mismo te lo dice :
          Espléndida es tu belleza
          Después de la primavera, llega el verano
          ¡Árabe, berebere o andaluz
          Nos recuerdan que el pueblo somos nosotros !
          ¡Que nos indignemos ! ¡Que nos indignemos !
          Porque tenemos la clave de las canciones
          Ni estrella, ni cruz, ni luna creciente
          Pero un ojo deslumbrante
          Un camino que sube y un camino que baja
          Un despertar de los más ruidosos
          Ni más ni menos que una canción
          Con un refrán sublime :
          El pueblo ya no es una prostituta
          Está a punto de deshacer lo que habéis hecho
          Y de hacer lo que nunca habéis hecho...
          La Revolución...
          Que verá florecer la sangre de los inocentes
          Que pagan el rescate
          Sin volver a ver a sus hijos
          El pueblo ya no es una prostituta
          Ya no propondrá su ayuda
          No necesita ni oro ni plata
          Pero valor y calor
          De Madrid a París, de París a Madrid
          Solo hay un paso que dar,
          Un acto que realizar,
          Una palabra que decir : ¡Toma la calle !
          Ni los bienes ni la influencia
          Pero un sentido que politiza.
          Y vidas que fraternizan…
          http://www.lejournaldepersonne.com/2011/05/toma-la-calle/


          • enréfléchissant 26 mai 2011 12:27

            Je trouve dommageable que le mouvement soit situé sur l’éventail politique, il faut supprimer toute revendication sociales et économiques pour seulement s’axer sur les revendications démocratiques. Seule la démocratie féderera assez et fera de ce mouvement un truc novateur.


            • kemilein 26 mai 2011 22:49

              ouais tout a fait !
              surtout n’avoir aucune vision a moyen long terme concernant le système social, il est très bien comme il est, des millions de miséreux, 2010 le millénaire ou encore 1 milliards de personne souffre de la faim.

              y’a pas a dire, surtout n’ayez aucune aspiration a un mieux être collectif.


            • Croa Croa 26 mai 2011 23:04

              Les solutions, pour évidentes qu’elles soient, n’ont pas à être avancées en effet !

              Il convient d’abord de bien poser les problèmes,
               smiley toujours ! smiley


            • dom y loulou dom y loulou 29 mai 2011 04:35

              idiot

              sans outils apropriés tu pourras toujours courir pour revendiquer quoi que ce soit

              c’est vouloir le foutoir complet

              et revendiquer dans le vide intersidéral

              avec l’empire qui nous tue sur place


            • Roosevelt_vs_Keynes 26 mai 2011 16:14

              Depuis le début du mouvement le 15 mai dernier, l’on voit fleurir les exigences pour une véritable démocratie économique, que de plus en plus de personnes regroupent sous la bannière Glass-Steagall, la loi adoptée par Franklin Roosevelt en 1933 afin de castrer Wall Street et dégager le terrain pour le New Deal.


              • Croa Croa 26 mai 2011 23:11

                Faut pas se fier aux apparences ! Notre constitution est pire que celle des espagnols. D’ailleurs notre président est une sorte de Roi temporaire ! Il y a des trucs chez nous qui se déclarent tout de go dans les ministères tel « la tauromachie patrimoine immatériel du pays », chose moins facile en Espagne !


              • dom y loulou dom y loulou 29 mai 2011 04:36

                va décapiter ton rockefeller, esclave de l’hyperviolence


              • BA 26 mai 2011 17:50
                Jeudi 26 mai 2011 :

                Si jamais le Fonds monétaire international (FMI) décidait de ne pas verser la prochaine tranche à la Grèce dans le cadre d’un plan d’aide de 110 milliards d’euros pour le pays, alors il est attendu des pays européens qu’ils interviennent, a déclaré Jean-Claude Juncker.

                « Si les Européens apprennent que les fonds que doit débloquer le FMI le 29 juin ne peuvent l’être, alors le FMI attend des Européens qu’ils prennent le relais et assurent la part FMI du financement de la Grèce », a déclaré jeudi le président de l’Eurogroupe. 

                « Mais ceci ne sera pas faisable en raison de la réticence de certains parlements - en Allemagne, en Finlande, aux Pays-Bas et ailleurs - à intervenir de la sorte », a-t-il poursuivi lors d’une conférence de presse. 


                • platon613 26 mai 2011 18:56

                  Après l’Espagne c’est les Etats-Unis qui vont suivre !

                  L’Organisation des Nations Unies met en garde contre une crise de confiance du dollar. Au cas ou la devise américaine continuerait à perdre de sa valeur face aux autres monnaies, le risque d’effondrement serait réel...

                  http://www.news-26.com/econmie/581-lonu-craint-un-effondrement-du-dollar.html


                  • platon613 26 mai 2011 18:58

                    Après l’Espagne c’est les Etats-Unis qui vont suivre !

                    L’ONU craint un effondrement du dollar

                    L’Organisation des Nations Unies met en garde contre une crise de confiance du dollar. Au cas ou la devise américaine continuerait à perdre de sa valeur face aux autres monnaies, le risque d’effondrement serait réel...

                    http://www.news-26.com/econmie/581-lonu-craint-un-effondrement-du-dollar.html


                    • dom y loulou dom y loulou 27 mai 2011 15:37

                      cela fait longtemps qu’on nous fait vivre DANS les deux tours qui chutent avec la guerre comme unique perspective d’avenir pour le seul bonheur des rothschilds et pas un jour sans que l’un ou l’autre socle démocratique soit agressé et piétiné au nom de... la démocratie


                    • Yvan 26 mai 2011 20:59

                      personne ne voit la montée du « franquisme » en espagne ni celle de l’extrême droite en grèce sans oublier la finlande, hongrie, suisse, Danemark... ? smiley

                      j’accuse les politiciens de faire le lit du fascisme en se détournant des préoccupations des peuples au nom d’une idéologie au service du capitalisme financier sans frontière

                      oui à la propriété privée, oui à l’individu dans un cadre démocratique et respectueux des droits de l’Homme.

                       


                      • Bovinus Bovinus 27 mai 2011 16:21

                        Yvan :

                        j’accuse les politiciens de faire le lit du fascisme en se détournant des préoccupations des peuples au nom d’une idéologie au service du capitalisme financier sans frontières

                        C’est, en effet, exactement ce qu’ils font. Mais n’ayez pas la naïveté de croire qu’ils le font par inadvertance ou irresponsabilité, ils le font sciemment et en parfaite connaissance de cause. C’est que, cher ami, le « fascisme » n’est point l’ennemi du « capitalisme financier cosmopolite ». Bien au contraire, il s’en accommode fort bien. Les uns et les autres, la main sur le cœur, nieront catégoriquement, à qui le niera le plus fort, dans une sainte indignation « démocratique » ou « nationale », selon le jargon propre à leur label politique, mais ce ne sont là que mensonges éhontés. En vérité, ils sont de la même engeance, ont les mêmes intérêts, et ne cherchent qu’à perpétuer le système existant pour en profiter le plus longtemps possible. Toute cette racaille sert le même maître : l’Argent. Elle n’a pas de patrie, pas de principes et aucune décence, son unique but est de se gaver et de jouir.

                        oui à la propriété privée, oui à l’individu dans un cadre démocratique et respectueux des droits de l’Homme.

                        Eh bien, moi je dis non. Il convient aujourd’hui de réviser le concept même de propriété, de remettre l’individu à sa juste place, c’est à dire, à l’arrière-plan et de jeter aux ordures cette monstruosité franc-maçonne qu’il est convenu d’appeler « droits de l’Homme ». L’Homme n’a aucun droit, il n’a que des devoirs, et avant tout, envers sa propre humanité. Tant que toute cette infection n’aura pas été extirpée, aucun avenir réel ne sera possible, ni même imaginable.


                      • kemilein 27 mai 2011 23:41

                        cher bovinus vous n’avez pas même idée de ce que vous venez de soulever !

                        la propriété privée est une illusion, nous ne sommes déjà ni maître de notre temps, ni, non plus maître de ce que nous sommes (déterminisme), comment pouvons nous croire en la « propriété » (qui dit propriété dit de fait « privé » et soustrait au collectif)

                        je conçois très justement que, dans un contexte de concurrence et d’insécurité de vie totale, se raccrocher a « son-truc-a-soi » « sa-maison » soit une préoccupation légitime.
                        en revanche dans un monde abondant et de quiétude cette notion est absurde, voir dangereuse pour la sérénité.

                        Il est un point non négligeable qui me frappe quotidiennement, l’automatisation de tâche et de facto le « chômage technologique » (je me répète) et encore une fois, c’est une excellente chose que de décharger la vie humaine de tâches fatigante et usante.
                        Ceci pose un paradoxe ultime a notre société : que faire de masse croissante d’ « inutile-au-travail ».
                        Aujourd’hui nombre sont au chômage simple ou au RSA (rien que pour la france) d’autre sont dans des « emplois » inutile quand ce n’est pas carrément nuisible a notre monde.

                        nous soulevons la le coeur conceptuel de notre système politico-économique, ces gens (dont je fais parti) que devons nous en faire ? la Solution Finale Bis ?
                        Ou alors considéré enfin que vue notre société il n’est plus une nécessité que de « travailler » pour vivre ? (de toute façon personne ne peut continuellement glander, on s’ennuie sinon)

                        Aujourd’hui nous avons techniquement et matériellement la capacité d’automatiser la production alimentaire (d’où une souveraineté alimentaire territoriale possible), la capacité d’automatiser la production industrielle.
                        Mais a qui vendre ? si tout le monde est sans ressource ?
                        Et que devient la propriété privé productive ?

                        La propriété est d’un autre âge, seul les aveugles et ignorants refusent de le voir.
                        (note : c’est la propriété qui engendre le capital)

                        en revanche nier l’individualité est une erreur. La conscience étant de fait solipsiste, car nous ne disposons pas d’un WiFi télépathique, donc notre esprit reste prisonnier de notre propre corps, prisonnier de ses sens. ce n’est ni bien ni mal, c’est ainsi. Ainsi l’empathie n’est pas naturelle, il faut un minimum de liens sociaux avec son environnement pour l’éprouver.

                        ça induit que la communauté humaine est composée d’un ensemble d’individu unique, qu’il ne faut pas nier.
                        l’individualisme (concept) est de considéré qu’il n’y a que des individus, nous résumons la matière de même : il n’y a que des atomes (oui depuis nous avons trouvé plus petit)
                        Ces individus existeront toujours, a moins d’avoir une armée de zombie pour objectif de civilisation.
                        Un individu ne se constitue que par son environnement (d’où l’importance majeur de l’éducation et l’information), un individu n’est rien sans ce qu’il apprend des autres, et c’est la dessus qu’il faut jouer pour intégré l’individu au sein du collectif humain.


                      • Bovinus Bovinus 28 mai 2011 00:25

                        cher bovinus vous n’avez pas même idée de ce que vous venez de soulever !

                        Au contraire, j’ai une idée on ne peut plus claire de ce que je dis là. L’idéologie maçonnique, capitaliste et bourgeoise est la racine de tous nos maux, c’est un véritable cancer qui dévore tout sur son passage, apte à prospérer à une vitesse foudroyante aux dépens de n’importe quelle société, n’importe quelle culture, n’importe quel État. Pour parler simplement, il est urgent de restaurer des valeurs saines et solides, qui nous permettront de nous tenir droits, sereins, unis et libres en tant qu’Hommes.

                        en revanche nier l’individualité est une erreur.

                        Je ne cherchais pas à dire qu’il convient de nier l’individualité. Tout ce que vous dites est on ne peut plus juste. Le sens de ma phrase était qu’il convenait de cesser de l’exacerber, et de restaurer la primauté du lien social. L’homme individualisé à l’extrême, isolé, apeuré, malheureux devient une bête, et il n’est pas fortuit que nous nous conduisions comme tels depuis plus de deux siècles.

                        Restaurer la primauté du social est un enjeu fondamental. Il y a du pain sur la planche pour nettoyer le merdier que nous avons créé sur notre planète. Il y a énormément de choses à faire, ô combien plus essentielles que de produire en série des téléphones portables, des sacs à main ou des fringues. Continuer l’exploration spatiale, repousser les frontières de la science, transmettre notre héritage culturel aux générations suivantes...

                        un individu n’est rien sans ce qu’il apprend des autres, et c’est la dessus qu’il faut jouer pour intégré l’individu au sein du collectif humain.

                        C’est tout à fait cela.

                        Complètement d’accord par ailleurs sur votre discours sur la propriété. Par curiosité, vous référez-vous à un auteur ou une école en particulier, ou bien, est-ce le fruit de vos réflexions et observations personnelles ?


                      • kemilein 28 mai 2011 21:26

                        Sapere Aude (merci les conférences onfray)

                        -non aucune lecture et aucune formation
                        -oui logique, lucidité et projection (visionnaire)

                        j’aimerai d’ailleurs prendre contact avec vous, ne sachant comment faire... (pas trouvé le bouton MP...)
                        pour apprendre de vos idées et votre vision. c’est un intérêt sincère et intéressé.


                      • Bovinus Bovinus 29 mai 2011 01:07

                        Double désolé. Je n’ai vu votre réponse qu’aujourd’hui. Et je n’ai pas trouvé non plus de bouton « MP », mais ce serait avec plaisir.

                        J’ai une idée. Allez sur villepincom.net , j’y ai le même pseudo. Vous pourrez m’y envoyer un MP... si vous vous inscrivez. Non, ce n’est pas de l’adhésion forcée smiley je ne suis pas adepte des réseaux sociaux, et n’ai rien de mieux à vous proposer. À part ça, je vois pas trop comment on peut se contacter.


                      • Richard Richard 26 mai 2011 22:32

                        Le mouvement actuel en Espagne réclame le droit à une vraie démocratie. Ceci n’est pas utopique.
                        En toute humilité, regardez ce qui se passe dans mon pays, la Suisse.
                        Le gouvernement (Conseil fédéral) a décidé de soutenir hier la sortie du nucléaire. Pourquoi  ? Parce que ce sujet allait être, à un moment où à un autre, soumis au peuple par l’intermédiaire du droit d’initiative.
                        La proposition doit encore être approuvée par le Parlement (juin). Mais ce mode de fonctionnement doit vous faire réfléchir.
                        Séparation des pouvoirs et droit d’initiative (pouvoir pour le peuple de proposer une modification de la Constitution).
                        Révolution ou réforme des institutions ? A vous de choisir.


                          • lloreen 27 mai 2011 00:00

                            Richard
                            bien sûr !!!!!!!
                            Leur plus grande arnaque est de faire croire aux français qu’il n’ y a pas d’alternative...
                            la première alternative c’est déjà l’illégitimité de toute la faune des politiciens dont on voit la face sur les écrans de télévision.
                            Ils sont les polichinelles interchangeables pour que rien ne change jamais si les français ne les fichent pas dehors.
                            Avec l’article 49-3 de la constitution, le président (de n’importe quel parti d’ailleurs) a l’arme dictatoriale par excellence entre les mains.
                            C’est avec ça qu’il a contré le vote des citoyens au referendum sur le traité de Lisbonne.
                            Les français ont voté NON à 53%, Sarkozy s’est servi de l’article 49-3 qui permet de faire voter le parlement (nos « représentants »....) si le vote ne plait pas....
                            Le parlement bien sûr a voté oui (sinon il y a dissolution)...Avec le fric et la carotte (carrières...) les ânes marchent au pas...
                            Les partis sont la courroie de transmission nécessaire pour faire tourner toute la mise en scène « démocratique » puisque la France, ne l’oublions pas, est une « démocratie ».
                            Dans les faits nous ne sommes ni plus ni moins en eurodictature et notre « chef » (illégitime car non voté) est van Rompuy....
                            Depuis le traité de Lisbonne la peine de mort est applicable en France
                            la BCE n’a pas de compte à rendre aux citoyens (1ère partien en termes alambiqués pour que personne ne comprenne rien)
                            et les français n’ont rien à dire.
                            Voilà la situation en mai 2011.
                            Or :
                            Tout est là !
                            Nous avons la Déclaration des droits de l’homme et du citoyen qui a valeur supra-légale.Don, tout le reste EST ILLEGITIME.


                            • lloreen 27 mai 2011 00:05

                              Pour bien comprendre aussi la véritable escroquerie des banques qui sous-tendent toute cette construction européenne dictatoriale, lisez l’excellent article suivant :
                              http://ddata.over-blog.com/xxxyyy/1/67/15/03/Rothschild/Conf-Ed-Griffin-Creation-FED.pdf
                              Informez autour de vous !
                              Quant au problème énergétique toutes les solutions sont disponibles
                              http://www.quanthomme.info/
                              Il y a aussi les travaux d’un savant français de génie, Jean-Pierre Petit, sur la Z-machine.
                              Tout est là prêt à l’emploi !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!
                              Vive les Espagnols !!!!!


                              • Traroth Traroth 27 mai 2011 11:02

                                La Marseillaise, ou plutôt le Chant de guerre pour l’armée du Rhin, a une plaque commémorative depuis bien longtemps à Strasbourg, place Broglie, à l’endroit où Rouget de Lisle l’a chantée pour la première fois en public.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès