Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Citoyenneté > Trente-cinq ans de destruction agricole

Trente-cinq ans de destruction agricole

Début des années 80, je travaillais à la Préfecture. Comme à chaque manifestation prévue, les cars de CRS étaient stationnés sur le parking intérieur. Les fenêtres de mon atelier étaient ouvertes et la discussion s’engagea avec un CRS :

  • « On attend qui, aujourd’hui ? »
  • « Les agriculteurs légumiers du nord du Département qui vont venir foutre le bordel »

Et sans que je lui demande quoi que ce soit, ce policier me déballa tout le bien qu’il pensait de ce genre de manifestation et des méthodes de « maintien de l’ordre » auxquelles il était astreint, lui et ses collègues.

  • « On sait par où ils arrivent et ce qu’ils vont faire. Les renseignements généraux les suivent et nous informent de leur avancée, de leur dispositif et de leurs intentions. Ils ont monté leurs fourches sur leurs tracteurs et leurs remorques sont pleines de légumes qui baignent dans le lisier et ils vont en foutre partout, en attendant de s’en prendre aux bâtiments publics. On aura l’ordre de ne pas bouger jusqu’à ce soir et puis on nous demandera de charger pour dégager les accès et vous permettre de sortir. Voilà, c’est toujours comme ça que ça se passe avec les agriculteurs, alors qu’on pourrait facilement les arrêter en rase campagne. On n’a qu’à nous laisser faire un peu et croyez-moi, quelques phares ou rétroviseurs de tracteurs pêtés avec nos matraques, ça leur ferait réfléchir à deux fois avant de revenir ».

Il parlait cash notre CRS et les choses se sont passées globalement comme il le disait et même en pire.

Une fois arrivés, les agriculteurs ont commencé à vider leurs bennes sur la quatre voies qui jouxtait la Préfecture en écrasant et étalant bien les légumes souillés et ont commencé à labourer le terre-plein central dont le gazon commençait juste à pousser et ont arraché les arbres qui agrémentaient ce terre-plein.

Après le casse-croûte, vint l’heure de la réunion avec le Préfet, rituel incontournable, duquel dépendait la suite des évènements et là il faut croire que les instructions données à ce fonctionnaire ne correspondaient pas aux attentes des manifestants puisque quelques instants plus tard, une cohorte de tracteurs entoura la Préfecture et commença à s’attaquer aux grilles avec leurs fourches.

A notre grande stupéfaction, les grilles de cette Préfecture inaugurée l’année précédente qui n’avaient visiblement pas été conçues pour résister à un tracteur normal s’effondrèrent les unes après les autres provoquant la stupéfaction du personnel et l’agitation soudaine des forces de polices qui jusque-là étaient restées l’arme au pied. 

Commença alors la riposte qui dura assez longtemps, les forces de l’ordre n’étant pas assez nombreuses. Leur faible équipement en grenades lacrymogènes nécessita même l’appel à un hélicoptère de la gendarmerie qui put atterrir sur la piste du parc de la Préfecture pour les ravitailler.

La charge finale fut violente et ponctuée de jets de grenades offensives au bruit caractéristique et lorsque nous pûmes sortir de l’enceinte de la Préfecture, un spectacle de désolation s’offrit à notre vue et une réflexion nous vînt immédiatement à l’esprit : « Comment avait-on pu laisser faire ? »

Aujourd’hui, rien n’a changé. Des recettes de impôts et des sièges de la MSA brûlent, des dégradations affectent les voiries, des tonnes de matériaux (plastiques, palettes, plaques d’amiantes, bidons,…) sont déversés dans les rues. Tout cela aux frais des contribuables.

Trente-cinq ans après les faits que je relate, les agriculteurs, enfin ceux qui croient encore au modèle proposé par la FNSEA et les banques qui repose sur l’endettement et le productivisme (la France est en tête des utilisateurs de pesticides), continuent à chaque crise des cours à casser et à détruire le patrimoine commun et à pénaliser le citoyen lambda avec l’assentiment de fait des pouvoirs publics.

Trente-cinq ans que les élus et les gouvernements successifs s’accusent mutuellement de n’avoir rien fait lorsqu’ils étaient au pouvoir, qui accusent « Bruxelles » ou qui somment aujourd’hui leurs concurrents politiques d’agir vite (point de vue de P. Méhaignerie dans Ouest France du 17/02) alors qu’ils ont toujours caressé dans le sens du poil cet électorat qui vote de moins en moins pour eux et part désormais en bataillons serrés vers le FN.

Trente-cinq ans qu’on présente cette image d’Epinal d’une agriculture respectueuse et qui préserve la nature, immédiatement démentie pas les exactions de ceux qui, empêtrés dans le système syndical et bancaire, ne savent plus comment s’en sortir.

Trente-cinq ans d’élevage intensif hors sol qui favorise la propagation des maladies et l’abattage de troupeaux l’appauvrissement des terres, la pollution de l’eau et la propagation des algues vertes.

Trente-cinq ans de faillite politique. Lorsqu’on est confronté à une crise industrielle, on parle (un peu) accompagnement, reconversion, indemnisation et si des salariés, d’aventure, se montrent un peu violent ou retiennent un dirigeant d’entreprise pendant 24 heures, le bras armé du maintien de l’ordre et de la justice s’abat sur eux sans trembler : il n’est pas question de laisser faire, alors que pour les exactions de syndicalistes agricoles égarés, on fait preuve d’une grande tolérance pour ne pas dire de laxisme.

Trente-cinq ans que ça dure. J’aimerais bien que chacun prenne enfin ses responsabilités, en particulier la FNSEA, qui sous couvert de protection des agriculteurs, les mène inexorablement à leur perte. 


Moyenne des avis sur cet article :  4.5/5   (38 votes)




Réagissez à l'article

144 réactions à cet article    


  • Gasty Gasty 17 février 13:15

    La FNSEA est là pour entretenir l’exploitation des agriculteurs qui eux ont toujours cru qu’ils s’agissaient de leurs fermes, mais pas d’eux.

    De temps en temps il faut qu’ils décompressent un peu.On assiste à une thérapeutique de groupe.


    • Michel DROUET Michel DROUET 17 février 15:19

      @Gasty
      Une thérapeutique non remboursée par la sécu.


    • Croa Croa 17 février 22:54

      À Gasty « On assiste à une thérapeutique de groupe. »
      Exactement !
      C’est ce que n’a pas comprit le CRS mais le gouvernement très bien : Pour que ça finisse par se tasser il faut de la casse ! (Avec les vrais désespérés, les autres mouvements d’humeurs doivent être traités autrement.)


    • ben_voyons_ ! ben_voyons_ ! 17 février 13:23

      Aveyron : une jeune salariée de la chambre d’agriculture tuée dans une exploitation

      http://www.20minutes.fr/toulouse/1788655-20160217-aveyron-jeune-inspectrice-chambre-agricole-tuee-lors-controle-exploitation

      "A force de monter les uns contre les autres. La haine de l’autre, la jalousie attisé par tous les partis politique pour se constituer un électorat.
      Ce n’était en aucun cas un contrôle mais une visite conseil comme il y en a souvent...« 

       »avec la pression exercée sur les agriculteurs et une gamine de 26 ans qui vient effectuer des contrôles régulier et des remarques parfois désobligeantes
      le gars a peut être pété un câble et la poussée ds l eau
      sans vouloir la supprimer"


      • aimable 17 février 13:52

        @ben_voyons_ !
        ils se mettent tous seuls dans la mouise , mais ils n’aiment pas que l’on vienne leur dire, pour eux ils ne sont responsable de rien , c’est la conjoncture, ce n’est pas dut a leurs inconséquences


      • straine straine 17 février 14:57

        @ben_voyons_ !
        Le réveil des bisounours va être brutal, le déni perpétuel de la souffrance et du génocide des forces vives de la nation décidé par des apatrides et concrétisé par des kapos du système, qui comme à Nuremberg ne font qu’obéir aux ordres, a fait son temps ! 
        Des demandes d’informations exhaustives sur des zélés collaborateurs de pôle emploi (par exemple) commencent à circuler.... Nous sommes là à des années lumière du geste (fatal) d’exaspération d’un exploitant agricole !


      • Michel DROUET Michel DROUET 17 février 15:21

        @ben_voyons_ !
        Difficile de faire un lien et un amalgame avec les manifs des agriculteurs. L’enquête dira ce qui s’est passé.


      • Michel DROUET Michel DROUET 17 février 15:23

        @aimable
        Il y a un peu de tout ça : la conjoncture, la manipulation politique, syndicale et bancaire et sans doute également beaucoup de naïveté de la part de certains agriculteurs.


      • Pere Plexe Pere Plexe 17 février 19:43

        @Michel DROUET
        Attendons effectivement.

        Reste que des décennies d’impunité encouragent à des violences de plus en plus graves !

      • Croa Croa 17 février 23:09

        À aimable « ils se mettent tous seuls dans la mouise  »
        Oui,
        Le « tout seul » est de trop là : Il y a aussi une responsabilité des prêteurs et aussi celle, écrasante, du gouvernement incapable de protéger ses sujets (par garantie de prix supérieur aux prix de revient et par activation des pare-feux vis à vis de déloyales concurrences extérieures.) 
        Les paysans ressentent d’eux-mêmes leurs propres responsabilités et d’abord ils culpabilisent : La preuve c’est qu’ils se suicident bien plus souvent qu’ils n’agressent des tiers. 


      • aimable 18 février 07:33

        @Croa
        si l’on veut vous embarquer pour là ou vous ne voulez aller, vous restez sur le quai , non ?
        pour le suicide , c’est une façon comme une autre de laisser les siens assumer ses propres inconséquences ( paix a ceux qui sont partis )


      • bakerstreet bakerstreet 18 février 19:37

        @ben_voyons_ !
        Ce fait divers atroce est à mettre en parallèle avec l’exécution déjà de deux inspecteurs du travail par le passé ; cela n’a rien à voir avec la crise et l’agriculture, mais alors pourquoi Le Foll se sent obligé de le dire ?...Le climat actuel aurait il eu pour effet secondaire d’échauffer certains, et de leur faire dépasser la ligne rouge ?...Le compte rendu des événements est tout à fait curieux, et tend tellement à exonérer la profession d’agriculteur, qui c’est vrai n’a aucune raison d’être montré du doigt dans cette événement affreux, qu’elle finit par contre à amplifier le malaise, en voulant tordre le coup à la réalité dérangeante, et aux intuitions que certains auront eu. Car les faits sur les chaines et les radios sont modifiés. Ainsi, on nous dit que la jeune femme a été poussé, comme si c’était un geste malheureux, alors qu’elle a été trainé, avant d’être noyé...Et puis on nous dit que le paysan n’était que le frère de l’exploitant, alors qu’ils géraient tous deux la ferme....Il y a parfois de non dits qui sont des formes de malaises, et de mise à distance d’une réalité dérangeante, c’est à dire qu’on a bien conscient que la violence est un phénomène addictif, contagieux, qui s’exonère des tabous. 



      • Michel DROUET Michel DROUET 18 février 19:59

        @bakerstreet
        La communication a certainement été assez nulle, de là à dire que cela cache quelque chose...
        Laissons faire l’enquête et si cela s’avère être un débordement de plus d’un agriculteur, je serai le premier à le dénoncer, mais en attendant, je ne commente pas.


      • bakerstreet bakerstreet 18 février 23:41

        @Michel DROUET
        Je ne prétend pas qu’elle cache quelque chose, mais le traitement m’apparaît particulier, lié au fait que le type est agriculteur. Comment aurait été la même information si cette femme avait été victime d’un SDF, ou d’un migrant à Calais ?...On se croirait au states , où la gravité d’un crime se module différemment selon la race et l’origine, le statut social des bourreaux et des victimes.....Sur cette affaire, les journalistes nous donnent des renseignements étonnants, bien peu en rapport avec les faits, qui à ce moment de l’enquête n’ont pas à être commentés : Par exemple, on nous apprend que les frères n’étaient pas endettés, qu’ils payaient cash, comme si le crédit et l’endettement étaient des circonstances qui pouvaient expliquer ce genre de passage à l’acte. 

        Mais qu’est ce que ça à voir ?....Pourquoi ne laisse t’on pas l’enquête se faire, comme vous dites, au lieu de chercher à exonérer, à amoindrir la brutalité des faits. 
        Dans un premier temps, le maire donne un témoignage lambda, genre « des gens très respectables, bien intégrés, qui se serait douté »...Alors qu’en off, on apprend que les deux frères passaient leur temps à s’engueuler. 
        Bref, je pense qu’il y a malaise à commenter ce fait divers, qu’on ne veut pas rattacher à la crise actuelle, mais qu’on le rattache tout de même dans les explications. 
        C’est toute cette ambivalence des attitudes, sur fond de non dits, et de refoulement, où l’on parle du crime, mais en mettant la crise par derrière qui me semble évidente, et intéressante à saisir. Elle est à mettre en parallèle avec la violence qui traverse le monde agricole, depuis si longtemps. Et cela sous de multiples aspects : Violence faite aux hommes, aux animaux, à la nature. Un modèle imposé aux forceps, maintenu par les lobbys, et totalement « clivé » de la réalité. A la fois dans le modernisme du marché ouvert quand ça l’arrange, et dans la demande de protection de l’état quand ça va mal...Je suis beaucoup plus ouvert à la plainte avec les paysans qui ont tourné le dos au productivisme. Malheureusement, beaucoup refusent d’évoluer, dans un système qui n’a plus de sens. Quand à leurs exactions elle me font gerber : Beaucoup profitent de l’occasion pour se débarrasser de leurs détritus et déchets dangereux, mettant la population en danger : J’ai vu des automobilistes aux yeux irrités par les feux de pneus, et que penser de ces vieilles plaques de fibro ciment amiantées sur un bûcher, avec les particules qui s’envolaient à tout vent !

      • bakerstreet bakerstreet 19 février 00:10

        @bakerstreet
        Bref, pour faire court, je pense qu’on est dans les même difficultés dans cette affaire pénale, que dans la crise agricole : Difficulté de dire les faits, sans s’entourer de précautions oratoires et de prudences de sioux, comme si on était sur des terrains minés, hautement explosifs. 

        On peut faire d’ailleurs les mêmes constat à ce qui touche à quelques domaines très sensibles, ex : La corse !..On mesure alors le pouvoir des partis, autant dans les paroles que dans les silences !
        Il arrive parfois que les faits divers fassent sens.
         On l’a vu à de multiples occasions : L’affaire de Bruay en artois, du petit Gregory, l’affaire dominici, pour parler des causes célèbres, ayant interrogé, journalistes et écrivains...Le terroir est omniprésent.

      • hervepasgrave ! hervepasgrave ! 17 février 14:41

        Bonjour,
        Aie !aie ! nous vivons dans un monde d’abrutis qui pense détenir la vérité ?!
        Alors que je ne viens que de lire ton premier paragraphe et que je vais aussitôt commenter/
        "On sait par où ils arrivent et ce qu’ils vont faire. Les renseignements généraux les suivent et nous informent de leur avancée, de leur dispositif et de leurs intentions.« 
        Tu n’as là qu’un démarrage d’article pitoyable (l’article je m’en contre fou,ce qui m’importe c’est le sujet et la manière réaliste d’en parler)
        Qui peux ignorer cela ?(je ne parle pas de la masse populaire,mais de vous qui voulez être maitre de raison, de leçon, de raisonnement)
        Eh ! oui ; les manifestations des agriculteurs n’ont jamais au grand jamais été innocentes.Ils ont servi la droite en France et encore aujourd’hui’(nonobstant qu’il n’y a pas de gauche réelle)
        Alors gauche /droite faire des manifestations comme cela c’est pour eux (agriculteurs) du temps de perdu.Ils n’y gagnerons rien. Alors autant faire du spectacle et que cela soit réglé à la minute.
        La suite !
         »« Comment avait-on pu laisser faire ? »
        Franchement tu devrais revoir ta manière de penser et de voir le monde.
        Premièrement un préfet est un valet de l’état,il ne peux se mouiller ,il n’est qu’un vassal comme toi à l’époque faisant parti du personnel.Ou il faudrait avoir des couil... pour faire autre chose.Comment à avait -on pu laisser faire ??Je rigole d’une tel imbécilité ! Cela fais parti des rouages de gouvernance ,cela est vrai depuis des siècles.Là ou tu pourrais avoir un œil neuf et tu ne l’a pas .Aujourd’hui à la vue des productions ,du mondialisme commercial la bouffe (les récoltes pour faire simple) ne sont plus le premier enjeu . Et la population entends bien qu’elle devrait payer au prix fort pour avoir de la nourriture décente.Tu es ailleurs ,loin avec beaucoup d’autres personnes,vous vivez sur une autre planète et ne voulez voir que ce que vous vous voulez. Alors pleurer pour qui va payer ,humm ! cela a toujours été les mêmes non ?
        Un message pour les agriculteurs : Un jour vous aurez la population sur le coin de la gueule au rythme ou vont les choses.Car avant vous bruliez vos productions devant tout le monde ,après vous avez essayé de vous faire une amende honorable en vous rapprochant des gens ,partage et échange.Mais tout cela n’est que du vulgaire marchandage . Là j’ai vue et je supposerais comme beaucoup de monde une délégation d’agriculteur se mettre en slip devant le ministre de l’agriculture ! La Honte ils sont gras du bide et ils voudraient faire croire et avoir l’appui de la population ?? Humm ! Messieurs(politiques ,grands propriétaire terriens....),ils vous faut d’urgence changer de recette cela ne prend plus.Mais il est vrai que pour bon nombre ,voir beaucoup de monde malheureusement ne reconnaissent plus les stigmates de la faim ,de la fatigue ,de la souffrance. Alors messieurs les agriculteurs,messieurs les éleveurs nous montrer pas des gens dodus,des gens bien nourri avec une bonne mine rougeode,pleine de santé comme des gens au bord du suicide ! Ou alors vous ne ferez que de triste idiots,et devriez avoir honte de pleurer pour ce que vous n’avez pas défendu.
        Quant à cette personne qui travaillait dans la préfecture et il suffit de relire l’article pour voir qu’à l’époque il devait avoir le trou du cul qui faisait huit/neuf.


        • Michel DROUET Michel DROUET 17 février 15:32

          @hervepasgrave !
          A vrai dire je m’attendais à ce genre de commentaire entièrement dans la nuance et le bon goût. Bon maintenant, un commentaire n’a jamais fait un bon article. Dommage, parce que vous semblez détenir un vérité incontournable.
          A vous lire... peut-être...


        • hervepasgrave ! hervepasgrave ! 17 février 16:24

          @Michel DROUET
          bonjour, a vrai dire ,je n’ai aucune prétention ,mais tout cela ressemble à la même chose depuis toujours, les mêmes maux les mêmes griefs. Quand vous dites cela :
          « A vrai dire je m’attendais à ce genre de commentaire entièrement dans la nuance et le bon goût ». Vous avez alors sciemment mis en ligne un article tout en appréhendant la critique ?? Je ne peux comprendre cela, d’où je suis !?
          En plus pour parlez normalement ,s’il ne faut retenir que le bon gout,vous pourrez écrire ad-vitam aeternam . Mais les belles proses ,ne sont pas le reflet de la réalité.
          Eh ! je fais désordre,mais je reflète certainement plus l’opinion de tous.C’est toujours beau et facile de voir le monde depuis son perchoir,mais ce n’est qu’’une image « comme une bonne photo,une nature morte,pas plus »
          Alors au lieu de me voir comme un inculte et un odieux personnage,il faudrait peut-être sortir de vos châteaux, de vos appartements ...
          Mais rassurez vous ,je ne suis qu’indigeste dans mes propos et fais abstractions des choses.J’ai la franchise de dire ce que je pense,même avec le risque de me tromper. C’estpasgrave.


        • vesjem vesjem 17 février 14:50

          cessons de critiquer le monde agricole français
          les agriculteurs sont les victimes de la politique agro-chimique européenne ; celle qui autorise l’épandage de milliers de tonnes de produits chimiques sur les terres ; s’ils ne le font pas , d’autres le font ailleurs , dans d’autres contrées ;
          c’est çà ou la mort de leurs exploitations ;
          ce n’est pas les 10% de consommateurs bios qui vont créer un nouveau marché pour eux


          • Michel DROUET Michel DROUET 17 février 15:17

            @vesjem
            Victimes peut-être mais victimes consentantes alors...


          • hervepasgrave ! hervepasgrave ! 17 février 16:35

            @vesjem
            Bonjour,
            Victimes de leur appétit ! Ils ont toujours été suiveur espérant quelques fortunes.Mais les seules gagnants ne sont que les gros propriétaires ,les autres suivent la cadence (style de culture,achat de machines etc etc) maintenant même en se regroupant en coopérative ils ne font plus face. La politique agricole à toujours été une main mise sur les opinions,les votes,(politique)mais dans les faits tout cela est vraiment ridicule et absurde.
            Et quand tu parles du marché bio ,cela sera du pareil au même.Un effet de mode ! Mais il faudrait que le niveau de vie des gens suivent,wouah !! il faut alors maintenir vivant nos vieux qui eux achèterons cela pour ce donner une allure ,un standing. car demain cela risque de tomber à l’eau.Deux solutions :
            La première un monde coupé en deux -acheteurs de produits soit disant luxueux, un autre qui boufferas de la merde.
            Ou deuxième solution ,qui devrait être la norme soit dit en passant,les agriculteurs et éleveurs ne feront que tous de la qualité et là cela redeviendras la foire d’empoigne.L’intelligence et la solution pérenne n’est pas encore pour demain.


          • Griffon Jaune Kylo Ren 17 février 16:37

            @hervetropgrave

            Ça sauf si j’ai loupé un message codé, elle est pas de ton côté en tout cas.


          • hervepasgrave ! hervepasgrave ! 17 février 16:51

            @Kylo Ren
            bonjour, « elle est pas de ton côté en tout cas ».
            Car je n’ai pas compris « excusez le ! »
            de toutes manières je ne code rien au mieux je deco« n. »de


          • vesjem vesjem 17 février 16:54

            @Michel DROUET
            j’ai l’impression que ta moquerie dénote de ta part , une forte dose d’ignorance du monde ouvrier paysan , et sans doute une situation sociale passée et présente , confortable et insouciante


          • Griffon Jaune Kylo Ren 17 février 16:56

            @hervépagrave

            Ben continue, je te foutrai une paix royale man désormais, sauf si tu charries un peu trop mon buddy Na Boom


          • Michel DROUET Michel DROUET 17 février 17:01

            @vesjem

            J’ai juste quitté l’école à 14 ans et demi pour entrer en apprentissage... Alors pour le confort et l’insouciante, vous repasserez

            Vous avez un imaginaire trop fécond.

            Ce sera tout.


          • Pere Plexe Pere Plexe 17 février 19:55

            @vesjem

            les agriculteurs sont les victimes ...de leurs propres lobbys.
            Ceux la même qui dirige de fait la politique agricole et européenne.
            Beulin comme ces prédécesseurs est une caricature vivante de cette agriculture financière polluante et gavé aux subventions.



          • hervepasgrave ! hervepasgrave ! 17 février 20:03

            @Kylo Ren
             ?????????????? Buddy na boom quoi est-ce ?
            Mais tu peux dégager car aucune réponse intelligible pour l’idiot que je représentante !


          • Shawford Shawford 17 février 20:08

            @hervepasgrave !

            Euh là c’est directement mon frère que tu essayes de cartonner, si tu veux une cible à ta hauteur, je suis à ta disposition. Merci d’avance


          • Fergus Fergus 17 février 20:18

            Bonsoir, Michel DROUET

            En effet, ce n’est parce qu’il est possible de faire des conneries que l’on doit se sentir obligé de les commettre ! Or, c’est très exactement ce que font ces agriculteurs supplétifs de l’industrie qui n’ont plus rien à voir avec les paysans d’antan respectueux de leurs terres et des animaux qu’ils élevaient. Merci la FNSEA ! smiley

            Bravo pour l’article !!!


          • Michel DROUET Michel DROUET 17 février 20:34

            @Fergus
            Bonsoir Fergus et merci


          • Croa Croa 17 février 23:19

            À vesjem,
            Ils peuvent se mettre au bio (le vrai) et/ou à la vente directe !
            *
            C’est vrai que pour avoir l’idée de penser à ça il faut faire autre chose de ses loisirs que la chasse, subir TF1, le championnat de foot ou le tiercé dominical au PMU du patelin !


          • Croa Croa 17 février 23:28

            À vesjem « ce n’est pas les 10% de consommateurs bios qui vont créer un nouveau marché pour eux »
            *
            Si !
            Actuellement la demande bio dépasse très largement l’offre locale, et le bio est le plus souvent importée pour le moment.


          • vesjem vesjem 18 février 20:48

            @Michel DROUET

            Début des années 80, je travaillais à la Préfecture

            çà , c’est pas imaginaire , michel ; il faut en tenir compte , comparativement à ceux qui bossent les pieds dans la m... , 365j sur 365 ;
            moi aussi , j’ai eu un boulot sûr et au chaud ; mais je peux m’inquiéter du sort des paysans ; ce que tu semble transférer uniquement sur la fnsea


          • Griffon Jaune Kylo Ren 18 février 20:51

            @vesjem

            Donc toi qui te dois de savoir que l’ambassadeur à travers le temps du Général de Gaule est en ce moment pour de bon dans la place, tu te permets de lui chier sur la bienséance et le protocole ?


          • Griffon Jaune Kylo Ren 18 février 20:52

            @vesjem

            Dors bien sur tes oreilles, mais je te le garantis pur soup le réveil sera des plus douloureux

            Over

            21 février Tic tac tic tac tic tac


          • vesjem vesjem 18 février 20:57

            @Croa
            un peu de réalisme
            la grande majorité des paysans (j’y inclus les ouvriers) sont pris dans un système ; même les proprios ne sont plus que des employés de ferme qui élèvent et cultivent ce que l’industrie agro-chimique mondiale leur impose désormais ;
            bien entendu , çà ne date pas d’aujourd’hui ; le piège s’est refermé après plusieurs décennies ;
            tes remarques sur ce microcosme est donc très saugrenu et insultant pour ce monde ;
            il dénote ton ignorance et ton mépris


          • vesjem vesjem 18 février 21:08

            @Kylo Ren
            précise ta pensée , kilo , là je percute pas


          • vesjem vesjem 17 février 14:57

            "quelques phares ou rétroviseurs de tracteurs pêtés avec nos matraques, ça leur ferait réfléchir à deux fois avant de revenir ».

            facile à dire et à faire , lorsqu’on émarge à 3000€ / mois sans compter les primes , avec sécurité de l’emploi et les privilèges annexes dont la retraite de bonne heure , le logement , la bouffe et le chauffage gratuits ;
            salutations

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès