Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Economie > Considérant ...

Considérant ...

N'hésitez pas à diffuser ce texte..

Considérant :

- Qu'une monnaie nationale est un des attributs d'un pays souverain ;

- Qu'un pays souverain doit émettre sa propre monnaie ;

- Que les seuls besoins d'emprunt sur les marchés correspondent aux devises extérieures (dollars par exemple) qu'un pays souverain ne peut produire et dont il ne dispose pas (solde négatif de sa balance des transferts, intégrant le déficit commercial) ;

- Qu'un Etat ne peut être comparé à un ménage ou à une entreprise. C'est lui qui doit émettre la monnaie permettant aux secteurs privés de payer des taxes et impôts ;

- Que la perception des taxes et impôts est un régulateur de la quantité de monnaie en circulation ;

- Qu'en conséquence la dette publique (et donc la "nécessité" de la financer sur les marchés) est une totale aberration intellectuelle ou une volonté d'appauvrir les peuples ;

- Que tant qu'il existe un besoin (collectivement souhaitable), la volonté de le satisfaire, les moyens techniques, les matières premières et énergétiques et enfin un excès de main d’œuvre disponible et qualifié et le savoir-faire, le Trésor Public doit pouvoir financer les besoins d'investissements du pays ;

- Qu'un Etat n’a pas à se poser la question de savoir s’il y a assez de recettes, car en fait il n’en a pas réellement besoin ; il peut émettre ce dont il a besoin. Les taxes et impôts participeront ensuite à la régulation de la quantité de monnaie circulante ;

- Que le dogme de l’équilibre des finances publiques est nocif : il faut que l’État soit en déficit (investisse) lorsque le privé est trop frileux ;

- Que les dépenses des uns (la collectivité) font les revenus des autres lors des séries d'échanges ("mes revenus sont vos dépenses, mes dépenses sont vos revenus") ;

- Qu'une récession c’est une baisse de la demande dans l’économie, mais d’où vient cette baisse de la demande ? Du fait que les entreprises licencient quand elles ralentissent leur activité. Les gens perdent leurs emplois, et donc ils consomment moins. Ces licenciements provoquent une baisse de la demande, qui provoque d’autres licenciements, et ainsi de suite dans un cercle vicieux. Si, d’une manière ou d’une autre, on pouvait garantir un emploi à chacun, cette baisse de la demande serait stoppée nette.

 

Nous demandons :

- Le retour aux monnaies nationales non convertibles si ce n’est dans une Unité de Compte Commune avec les pays voulant éventuellement participer à cette "monnaie commune". La parité entre ces monnaies nationales et l'UCC serait politiquement fixée ;

- La mise en place du 100% monnaie (SMART / Système Monétaire A Réserve Totale) suivant la ligne Allais/Gomez (les banques doivent éclater en 3 entités), mâtiné d'une "philosophie" néochartaliste et post keynésienne afin d'éradiquer le chômage autant que faire se peut, en considérant que lorsque la production privée est en panne c’est la production publique qui doit prendre le relai ;

- De revenir sur le dogme de la nécessité de l’indépendance de la Banque de France en donnant au Parlement et au Gouvernement (+ Cour des comptes ?) leurs prérogatives souveraines ; celle de décider lors du vote du Budget de l’émission au bénéfice exclusif du Trésor Public (la collectivité) de la monnaie nécessaire pour satisfaire aux besoins collectifs et à l'utilisation de cette nouvelle masse monétaire.

 

Les conséquences d'un tel changement de paradigme sont trop multiples pour pouvoir les développer ici, mais nous pouvons voir l'évidence du poids des intérêts dans ce graphique qui présente l'évolution calculée de la dette publique si nous avions seulement pu emprunter à notre banque centrale sans intérêts

Le lecteur doit savoir en plus que "nous" aurions pu, sans que la masse monétaire ne dépasse celle existante actuellement, "monétiser" directement au fil des années les besoins correspondant aux budgets déficitaires, en enrichissant toute la population au lieu d'en enrichir seulement une partie.
 


Moyenne des avis sur cet article :  4.49/5   (70 votes)




Réagissez à l'article

62 réactions à cet article    


  • JL JL 10 juin 2013 10:24

    Bonjour,

    beaucoup de vos considérant mériteraient d’être revisités, mais globalement je suis d’accord avec vous.

    Nous avons sur l’économie une vision complètement pervertie par des années d’endoctrinement libéral, selon la formule d’Orwell : « La conscience des masses n’a besoin d’être influencée que dans un sens négatif  »


    • Pierre JC Allard Pierre JC Allard 11 juin 2013 07:31

      @ JL


       Bien sur on pourrait discuter des détails, mais c’est justement ce qu’il ne faut PAS faire. Aucun point de detail ne justifie qu’on tarde a le faire et les dscussions ne servent qu« à fomenter la zizanie et à gagner du temps pour les banksters . Faisons-le. 

      Mais ne pensons pas qu »il suffira de légiferer. .Ce rapatriement de l’emission de monnaie est une étape du processus qui n’est possible quand quand la Bete est terrassée... et le lion ne viendra pas se faire limer les dents 

      Ce que propose l’auteur n’est donc pas le premier geste a poser, mais l’un des derniers sinon le dernier qui pourra l’être. Cela ne se fera pas sans une révolution, commençant par une insurrection. Partout. Le problème est global, comme a été globale la rapine qui a fait des banksters les propriétaire de toute richesse significative. Le Systeme nous POSSÈDE !


      On ne fera donc pas l’économie d’une periode de désordre. Acceptons-le. Acceptons-la. Ne croyons pas que qui que ce soit sauf TOUT LE MONDE pourra prendre l’initiative de cette révolution. C’est a chaque individu de faire ce qu’il peut faire lui-meme pour abattre le Systeme. Ici et maintenant. 

      PJCA

    • Deneb Deneb 10 juin 2013 10:49

      On ne sera en démocratie que lorsque on éliminera l’argent comme intermédiaire et on basera l’économie sur des valeurs nouvellement quantifiables avec l’avènement de l’informatique populaire, internet et la prise en compte de la loi de Moore. Ces valeurs, parmi lesquelles la pertinence, la notoriété, l’originalité... régiront un nouveau partage de ressources, plus juste et plus adapté aux besoins de chacun, tout en éliminant la corruption qui n’aura plus aucun sens, comme il n’y a aucune raison d’accumuler les richesses dont on ne se sert pas.
      En attendant, dans le système actuel, changer encore de monnaie pour des raison de nationalisme identitaire, une opération couteuse abaissant d’avantage le pouvoir d’achat, comme c’était déjà le cas lors du passage à l’euro, ne profitera qu’aux banques. D’après les anti-euro, il était censé s’effondrer depuis au moins 10 ans, pourtant il tient toujours. Bizarre, non ?


      • eric 10 juin 2013 11:32

        C’est du Viktor Orban ou peu s’en faut... Sauf que lui c’est un fasciste, il est pour le mariage Homme femme et les racines chrétiennes de la Hongrie, et surtout il est parvenu a obtenir un tel soutien populaire par les urnes démocratiques qu’il a une majorité constitutionnelle ce qui est en soi la preuve de son caractère réactionnaire ( un truc a la de Gaulle quoi)

        D’un autre cote, en prouvant que des politiques de ce type peuvent commence a être mises en œuvre et par les urnes, il tend a prouver que les soutiens a cet article, en France, ne croient pas vraiment a ce qu’ils disent, sinon, cela fait longtemps qu’ils se seraient donne les moyens politique de gagner les élections et de passer aux actes puisque c’est possible....


        • joletaxi 10 juin 2013 11:38

          Les articles sur le sujet se suivent, et se ressemblent étrangement.
          Un point commun:on ne paiera pas ses dettes, considérées une fois pour toutes,comme illégitimes.
          Et peu importe que 50 ans de gouvernements démocratiquement élus aient souscrit en notre nom des emprunts qui ont participé à notre niveau de vie,à nos 35 heures par exemple, à la retraite à 60 ans, quand ce n’est pas à55,voire 50 ans.
          Ce discours ressemble furieusement à celui des surendettés qui expliquent qu’ils ne savaient pas, que le vendeur était sympa, qu’ils ont signé sans savoir etc.
          Le moment est venu d’être face aux créanciers, et il va falloir d’autres arguments pour les convaincre de continuer à utiliser la carte bleue.que les sempiternelles diatribes sur la monde de la finance.
          Et n’oubliez pas que les emprunts signés par la France sont aussi souscrits par des privés, des assureurs, des fonds de pension, bref, un défaut sur la dette aurait des conséquences à la Grecque qu’il convient d’éviter à tout prix.
          Sortir de l’euro serait une bonne idée, une bonne dévaluation, genre argentine ,cela règlerait les problèmes de surpoids d’une bonne partie de la population.

          Que les dépenses des uns (la collectivité) font les revenus des autres lors des séries d’échanges (« mes revenus sont vos dépenses, mes dépenses sont vos revenus ») ;

          je vous ai déjà fait la pari:engageons 1 million de fonctionnaires,question de voir si cela fonctionne ?

          J’ai assisté de multiples fois à la faillite d’entreprises.Parfois, il s’agit d’un sinistre extérieur,un client qui ne paie pas, un accident, mais le plus souvent, les patrons s’enfoncent dans une spirale suicidaire en refusant d’adapter le train de vie de la société aux rentrées.

          Et l’europe a compris votre message, elle est en train d’augmenter la masse monétaire en reprenant toutes les créances pourries qui traînent dans les banques.

          Mais quand on persiste à croire que ce sont les banques qui créent la monnaie, on est prêt à accepter n’importe.


          • HELIOS HELIOS 10 juin 2013 13:17

            si les deux avis (du billet) et le votre se comprennent et s’oppose, sous une apparence de bon sens le votre n’est pas parfaitement adapté a la situation.

            La situation est que d’abord, on doit respecter ses engagements... et qu’ensuite l’argent n’est pas une marchandise comme les autres.

            Donc, il est evident qu’il faut rembourser.
            Mais rembourser cela ne veutr pas dire payer n’imporye comment.

            Quand l’etat « emprunte » a une « banque » 1 Milliard (par exemple) et que la banque lui demande 2% d’interet, cel ne peut pas etre remboursé pour plusieur raison, dont :
            --- la couverture de la banque est de 8% c’est a dire qu’elle ne possede que 80 millions. L’etat va donc lui rembourser les 80 millions aux taux demandés et recuperer l’impot sur la marge, parcequ’il n’y a pas de raison que la banque soit exonerée
            --- la banque a donc « emprunté » a la banque centrale les 92% qu’elle a prete a l’etat. C’est a partir de la qu’on considere que la dette est illegitime, car la banque centrale, peu importe que ce soit l’euro ou le franc, a « cree » de la monnaie qu’elle a offert a la banque. il n’y a aucune raison que cela ne se fasse pas directement aupres de l’etat, celui ci n’est pas une entreprise. Donc, on peut bien considerer que l’etat se prete a lui même l"’argent (a travers un montage IGNOBLE considerant la banque comme intermediaire) qui permet de verser des interets indus a une structure privée, sur le dos des citoyens.

            Voila pourquoi, on peut considerer que le remboursement de la dette par les citoyens ne doit pas arriver !


          • maow maow 10 juin 2013 13:32

            @joletaxi
            Parce que vous pensez que les politiciens ont expliqué aux français ce qu’ils faisaient, en leur expliquant en détail les conséquences, les raisons, etc ?

            Pour moi, si la dette est illégitime, c’est parce que ce n’est pas le peuple qui a pris les décisions qui nous ont mené dans la situation d’aujourd’hui.
            Ceux qui ont pris les décisions sont des politiciens qui se sont bien gardés d’expliquer clairement les choses, de même qu’ils se sont gardés de demander leur avis aux français. Ils ont magouillé dans leur coin, comme d’habitude.

            Et le fait de poser un bulletin de vote dans une urne ne remplace pas ça.
            Voter une fois tous les 5 ans pour qu’ensuite ces politiciens prennent toutes les décisions qu’ils veulent sans les expliquer clairement ni demander l’avis du peuple, ce n’est pas une démocratie, et ça rend ces décisions illégitimes du point de vue du peuple, qui a été trompé. Elles sont démocratiquement illégitimes.


          • joletaxi 10 juin 2013 14:06

            si les deux avis (du billet) et le votre se comprennent et s’oppose, sous une apparence de bon sens le votre n’est pas parfaitement adapté a la situation.

            je n’ai jamais dit que j’avais une solution inédite à cette situation, ce que je tente de faire, c’est de vous faire comprendre que la dette est due, qu’elle a été investie dans des politiques qui se révèlent incapables d’apporter la croissance indispensable au remboursement.

            Quand l’etat « emprunte » a une « banque » 1 Milliard

            vous avez une vision curieuse de la finance.
            que je sache, il n’y a pas que les banques qui souscrivent à des emprunts d’état, vous pouvez le faire,et dan,s ce cas, le papier que vous aurez acheté, il faudra sortir de l’argent pour l’obtenir, la banque est dans la même situation que vous, elle doit mobiliser des fonds pour cet achat.
            Et la banque ,normalement n’a pas accès à l’emprunt auprès de la banque centrale, c’est celle-ci qui décide, au vu de la politique monétaire envisagée, d’augmenter la masse monétaire,et de fixer les taux auxquels les banques ,et pas toutes, peuvent emprunter.
            Les banques se refinancent donc sur le marché,au taux du marché.
            La situation actuelle étant ce qu’elle est, la banque centrale accepte en dépot des créances douteuses afin de permettre la fluidité des transactions, mais en aucun cas, votre idée que la banque emprunte de l’argent à un taux préférentiel pour prêter aux états n’a de fondement.

            La situation des USA est particulière, car depuis longtemps, la monnaie US sert de réserve,ce qui fait que plus personne n’ose remettre cette situation en question.
            Un ami avait monté une affaire ,et était littéralement submergé par son endettement, à tel point que son épouse n’en dormait plus,lui, tranquillement me disait :à ce niveau de dette, ils sont forcés d’aller au bout avec moi, ou risquer de couler avec moi,et il a mené son projet avec succès.
            Vous pouvez tourner et retourner la question dans tous les sens, il n’y a pas de porte de sortie miracle.Nous allons avoir une période d’appauvrissement,général,car nous ne sommes plus en position de monopole technologique et financier, nous sommes au contraire confrontés à une concurrence féroce.Nous ne nous en sortirons qu’au prix d’une adaptation rapide à cette nouvelle donne de « village mondial »Les USA sont en passe d’effectuer ce virage, nous au contraire, nous sommes encore au monde des colonies.


          • HELIOS HELIOS 10 juin 2013 15:50

            .... Joe le Taxi...
            Quand une « banque » prete 100 a un etat, alors qu’elle ne possede que 8, les 92 sont constitués d’une ligne de credit ouverte par la banque centrale a un taux donné.

            Ce qu’il se passe aujourd’hui, c’est qu’un etat n’a plus acces a cette ligne de credit directement aupres de la banque centrale au même taux que la banque.

            Donc, l’etat utilise la banque comme intermediaire et de ce fait emprunte plus cher que le taux auquel la banque accede et par consequence aura un taux majoré. C’est cette majoration qui est inacceptable, c’est a dire l’impossibilité d’acceder directement a la ligne de credit.


            Tout est donc fait comme si « les decideurs » avaient pensé qu’avec cette methode ils allait donner a la banque, GRATUITEMENT, ce differentiel de taux, evidement au detriment de l’emprunteur, c’est a dire l’etat, et au final le citoyen.

            et au passage, considerez que la banque a donc une creance sur l’etat tant que celui ci n’a pas remboursé. Et pourquoi croyez vous que tout est fait pour ne pas mettre en faillite une banque ? tout simplement, que dans le pool des creances,lors de la faillite de la banque, l’etat qui est debiteur pourrait solder sa dette en recuperant et annulant la creance.

            Impossible d’arriver a cet situation car cela voudrait dire que l’argent non remboursé, ayant ete utilisé, augmenterait d’autant la richesse du pays... ce qui etait sa destination initiale.
            De plus, la banque disparaissant, un des canaux d’alimentation des sytemes financiers se fermerait definitivement, car le flux representé par le differentiel d’interet cité plus haut s’arreterait.


            Mais au dela de tout cela, il y a un phenomene incroyable parce qu’occulté, c’est que l’injection d’argent dans le systeme monetaire d’un pays, c’est a dire la creation de monnaie, genere de la richesse qui revient pour partie a celui qui la cree ainsi qu’a l’etat a travers son systeme fiscal.
            Or avec un systeme tel que celui que nous avons mis en place, toute richesse créee a partir de la creation de monnaie qui est passé par le systeme « bancaire » s’il revient bien au final a ceux qui l’ont cree et a l’etat par ses impots, est amputé AVANT par le service de l’interet de la banque.
            Comprenons bien que dans un systeme ou la richesse cree est faiblement remuneratrice, comme c’est le cas du social,  ce service de la dette peut etre superieur a la richesse cree et dont toute l’opportunité de l’emprunt, du boulot effectue est anhililé dans le meilleur des cas et peut même donner lieu a deficit. En clair, le travail qui cree de la richesse coute plutot que rapporte (a son createur direct) et remunere celui qui n’y est pour rien (la banque) !

            Alors, au dela des mots, et de cette presentation simplifiée, c’est exactement ce qui se passe et qui rend insupportable le remboursement d’une dette DEUX FOIS payée, une fois par la creation de monnaie pretée a la banque, puis une seconde fois, lors du remboursement de cette même dette... alors qu’il n’y a eut qu’UNE SEULE creation de richesse


          • marco1960 10 juin 2013 16:10

            @Jo 

            « les patrons s’enfoncent dans une spirale suicidaire en refusant d’adapter le train de vie de la société aux rentrées »

            Il y en a d’autres qui s’enfoncent en revanche dans la spirale de la connerie visiblement !!!

            N’affirmez SVP ce propos que pour les cas que vous connaissez comme tels, donc si vous êtes sur de vous ! mais n’en faites pas une généralité, je ne sais quel postes vous occupiez dans les entreprises que vous évoquez, mais ce qui est certain c’est que ces postes ne vous permettaient visiblement pas de prendre la mesure exacte des problématiques d’entreprise !!!
            Vous raisonnez comme une pantoufle, d’ailleurs vous le confirmez par la suite en persistant à penser que les banques ne créent pas de monnaie !!!! 
            Cultivez vous avant d’écrire des âneries 

          • 1871-paris 1871-paris 10 juin 2013 16:28

            haaa joletaxi celui qui a la lumiere economique et qui va nous eclairer nous le ignars...


            une seule question..
            les banques achetent leur argent de 2 manieres soit par les depots soit pour l europe aupres de la bce, hors cela ne represente au mieux d apres « Bal III » que 7% de leur reserve dites « fractionnaire » explique nous donc d ’ou sort le reste qui leur permet entre autre de creer des actifs fort remunerateur en interet ? 
            nous attendons ton developpement magistral...

          • marco1960 10 juin 2013 16:41

            Joe,

             Excusez moi mais plus je vous lis et plus vous me faites rire !!!
            « Les USA sont en passe d’effectuer ce virage »
            Mais franchement est ce que vous vous rendez compte de ce vous écrivez ? C’est votre dindon qui vous souffle ces infos ? Changez le et vite !!!
            Sincèrement il faut vous refaire une culture approfondie des mécanismes « Monétaires », et globalement « Economiques ». 
            Vous lisez quoi comme journaux pour faire de telles analyses ?
            Ha peut être regardez vous TF1 ou notre cador éconmiste sur BFM Mr François Langlet ???
            Si c’est cela vous êtes pardonnable.
            Savez-vous au moins combien Mr Bernanke fabrique chaque jour de billet de monoply, si vous trouvez l’info vous comprendrez vite que votre propos ne peut avoir la moindre crédibilité !!!
            Trop drôle ce garçon !

          • 1871-paris 1871-paris 10 juin 2013 16:59

            marco je crois que parmis les choses qu elude ou ignore joletaxi il y a « l effet de levier » il ne mesure pad a quel point les banques se goinfre avec cela sur notre dos !!!


          • joletaxi 10 juin 2013 17:04

            Combien de fois faudra-t-il vous expliquer, mais comme je le constate, cela ne sert à rien, qu’une banque, ou un particulier, quand il souscrit un emprunt, paie celui-ci en monnaie, soit sonnante te trébuchante, soit par une écriture comptable.
            Et les banques, contrairement à ce que vous prétendez,n’ont pas un accès automatique à l’obtention de crédits à la BCE, c’est la BCE qui décide en fonction d’une analyse de la situation économique, d’accorder ou non, et en fixant les taux ,d’accorder des lignes de crédit sous forme de création monétaire, en acceptant au passage des garanties sous diverses formes, ces derniers temps d’ailleurs du papier à tapisser, mais cela fait aussi partie d’une saine gestion.
            Je vous signale au passage que le dernier emprunt belge a été souscrit en quelques heures par des particuliers et des investisseurs plutôt frileux ces temps-ci, exit donc votre complot mondial des banques.
            Je vous signale en outre que les banques, mais pas seulement, se sont « assis » sur la moitié de la valeur des papiers grecs, et que le résultat de cette opération est une ligne supplémentaire dans leur bilan, dans la rubrique pertes exceptionnelles, pertes qu’elle compenseront à vos dépens, en vous facturant + cher leurs services, et en vous rajoutant quelques rubriques amusantes à votre demande de prêt.(alors que dans votre loghique, un petit coup de corrector aurait arrangé la petit problème)
            Les banques se refinancent en permanence entre elles, et auprès des investisseurs institutionnels,et quand pour une raison quelconque, elle perd la confiance de ceux-ci, elle n’a plus accès à ce refinancement, cf Lheman(suivant votre système, il aurait suffit que Lheman demande un petit chèque à la FED)
            Et la banque ne crée pas de la monnaie, c’est la BCE qui en crée quand elle met à disposition des lignes de crédit.
            Votre (in)compréhension de ces mécanismes montre à quel point, certains forts en gueule ont une voie royale pour stigmatiser une partie de la population pour faire passer des idées absconses.

            Marco, vos insultes vous rangent de la catégorie des enclumes, allez vite rejoindre Cabanel et sa clique, vous sous sentirez en bonne compagnie, c’est de votre niveau.de grâce, ne vous adressez plus à moi, je vous ignore .


          • marco1960 10 juin 2013 18:38

            @ JO LE TAXI


            Vous dites m’ignorer mais je sais que vous lirez ;

            Je ne vous insulte pas cher JO, je n’accepte simplement pas, et à juste titre, que vous mettiez tous les patrons dans le mêmes sac. VOUS par contre, avez été injurieux vous même en prétendant que ces derniers ne régulent pas leur train de vie en fonction des rentrées. c’est de la désinformation, c’est sans fondement, sans référence, sans argument, enfin RRRRRRIEN, le vide, ...sans doute une hystérie chronique anti-patron. 

            Au delà de ça, contrairement à certains qui vous conseillent d’aller jouer au sable, pour ma part je vous préfère parmi nous, vos commentaires sur l’économie valent le détour....

            L’enclume vous salue

          • marco1960 10 juin 2013 19:30

            @ 1871 PARIS

            Oui bien sur mais il ne me semblait pas nécessaire de pousser le bouchon aussi loin car déjà que le pauvre ne comprends pas les fondamentaux !!!....Il ne saisi pas le principe des réserves fractionnaires et leur conséquence sur la création monétaire qui devient exponentielle !!! Autant dire que c’est peine perdue
            Enfin Si vous en avez le courage je vous laisse le soin de lui expliquer, cependant, je vous invite à prendre un peu de vitamine car la tâche risque de vous pomper toute votre énergie ! et puis ; Jo ne se répond jamais sans son lot « d’enclumes », il y en aura donc une pour vous...

          • Pierre JC Allard Pierre JC Allard 11 juin 2013 07:52

            C’est une perte de temps de discuter avec les joletax de ce monde.. A mettre dans la même charrette que ceux du 0,0001% et fouetter les chevaux. 


            Pierre JC Allard

          • Emmanuel Aguéra Emmanuel Aguéra 11 juin 2013 17:34

            « N’hésitez pas à diffuser ce texte » Nous implore-t-on dès le départ.... Gonflé.

            M’enfin... bon.

            Et je continue...

            Considérant :

            • « - Qu’une monnaie nationale est un des attributs d’un pays souverain ; »

            Ah ? Sans blague ? Source, argumentaire, etc. etc. ?

            • « - Qu’un pays souverain doit émettre sa propre monnaie ; »

            Ah ? Sans blague ? Source, argumentaire, etc. etc. ?

            • - Que les seuls besoins d’emprunt sur les marchés correspondent aux devises extérieures..."

            Ah ? Sans blague ? Source, argumentaire, etc. etc. ?

            En fait je comprends maintenant pourquoi l’auteur demande la diffusion avant lecture.


          • TOUSENSEMBLE OU L ECUREUIL ROUGE TOUSENSEMBLE OU L ECUREUIL ROUGE 12 juin 2013 09:40

            N IMPORTE QUOI !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!

            la France est tout sauf un pays souverain.......................

             -avec un millie feuilles administratif de 8 couches

            - ou les 7 ministres de bercy ne serbvent a RIEN les ordres financiers venant de bruxelles

            -OU LES CORPS D ELITES NATIONALES VIENNENT DES MEMES ECOLES ET PROMOS

            OU RIEN n’est cloisonné tout est poreux........voir affaires des SOUS MARINS....BETTENCOURTY ET TAPIE

            A U PLUS HAUT NIVEAU DE L ETAT TOUT ETAIT CORROMPU SOUS CHIRAC ET SARKO

            IL FAUDRA AU MOINS 20 ANS POUR QU UNE VRAIE GAUCHE RECLOISONNE TOUT

            -


          • Dominique TONIN Dominique TONIN 12 juin 2013 11:45

            Tt à fat d’accord jole taxi,


            En 2015 (ou avant sait-on jamais), votez pr qq’un qui ne soit pas de ceux qui magouillent, comme vs dites !
            Il y aura qqu’1 qui représentera le peuple, soyez-en sûr !

          • alain-desert alain-desert 10 juin 2013 13:40

            Bonjour,
            Il y a des choses intéressantes dans ce que vous proposez, et on a envie d’y souscrire. Je m’intéresse beaucoup aux systèmes en général et à leurs dynamiques. J’ai l’impression que votre modèle contribue à l’élaboration d’un environnement peu contraint. Les contraintes sont une forme de régulation. Le manque de contraintes conduit inévitablement à des dérives qu’il est difficile de contrôler par la suite. Je suis d’accord que la dette publique est une aberration et que l’état ne devrait s’endetter que pour des projets d’avenir (éducation, recherche, etc...) qui ont un intérêt évident pour la collectivité. L’etat à travers des politiques dites kéneysiennes peut peut-être jouer le rôle de régulateur pour freiner les phases de récession, mais cela doit être mené avec discernement. Mais l’état ne peut se soustraire à mon avis aux règles élémentaires de gestion (budget, dépenses, recettes, ...) ; il ne peut émettre autant de monnaie qu’il le souhaite, car sinon comment définit-on les limites ?


            • libertus 10 juin 2013 14:16

              « - Qu’un Etat n’a pas à se poser la question de savoir s’il y a assez de recettes, car en fait il n’en a pas réellement besoin ; il peut émettre ce dont il a besoin  »

              -> voila, c’est la faille, il y aura toujours une idée farfelue d’un politique pour justifier toujours plus d’impression monétaire. Votre monnaie finirait comme toutes les monnaies mises au service de l’état sans contrainte, par une hyper inflation. Même si vous définissez un taux maximum d’augmentation de la masse monétaire, à chaque crise, cela sera l’occasion de le dépasser.

              Pour moi, une bonne base monétaire devrait être liée au nombre de personnes qui l’utilisent, et a l’efficacité économique de ces personnes. Ni monnaie/dette, ni monnaie/or, mais monnaie/homme, c’est ça l’avenir.

               


              • 1871-paris 1871-paris 10 juin 2013 16:32

                haaaa et que font en ce moment les banques a londre tokyo ou la fed....


                mais votre mystyfication ne durera pas comme nous le rappel souvent Delamarche sur bfmbuissnes...

              • 1871-paris 1871-paris 10 juin 2013 16:51

                et puis ausdi au passage..


                la gentille main invisible des marches est a l oeuvre un peu partout dans le monde les etats emprunts aux marches ils sont merveilleusement a l equilibre. la fed qui est un board d une 12aines de banques privee new yorkaise intetnationnale decide de la creation monetaire de us resultat plus de 15000 milliards de dette publique apres des marches !!!
                et nous benet parmis les benets avant 1973 nous avions un chomage ridicule une croissance parfois a 2 chiffres et des deficites publique qui nous font rever aujourd’Hui nous avons mis notre destin dans les mains invidibles des marches mrd les gentils et bon gestionnaires sont dans le privee oui oui tu as trop lu « Economie chez les liberaux aux pays des bisounours ! » a c est gentil liberaux qui nous veulent que du bien un + de nos interets...

              • libertus 11 juin 2013 12:01

                « mais votre mystyfication ne durera pas »

                -> comme j’aime les personnes qui vous font toujours dire ce que vous n’avez pas dit. Est-ce que j’ai dit que le système actuel était meilleur ? Non, il est exactement pareil, il est basé sur un principe de fuite en avant à la moindre crise. C’est autre chose qu’il faut inventer : la monnaie/homme.


              • lagabe 10 juin 2013 15:54

                Donc dans votre démonstration les besoins et donc le pib ne peut que croitre , on vit pourtant sur une planète dont les ressources sont finies

                http://www.agoravox.fr/actualites/environnement/article/21-aout-2010-le-jour-du-79989

                Le 19 décembre 1987, pour la première fois de son histoire, l’humanité vivait au-dessus de ce que la terre pouvait lui offrir en un an. Selon l’ONG Global Footprint Network, le jour du dépassement (Earth Overshoot Day) aura lieu cette année le 21 août.

                L’humanité aura consommé le 21 août 2010 les ressources que la nature peut produire en un an. Incroyable non ?

                autre chose

                http://www.journaldunet.com/economie/magazine/population-mondiale/pauvrete-dans-le-monde.shtml

                7 milliards d’êtres humains... et vous et vous ? 2,9 milliards de personnes vivent avec moins de 2 dollars par jour

                donc tu as 2.9 milliards d’habitants soit 40 % de la population mondiale qui vivent comme 1 % des français

                je crois que j’ai trouvé la limite de ta petite réflexion , notre modéle n’est absolument pas transposable à la terre entière

                relis ou lis la biographie René Dumont


                • joletaxi 10 juin 2013 17:17

                  Malthus, reviens, ils ont découvert en toi le prophète.
                  vous citez Dumont, je ne résiste pas à vous mettre un petit lien,

                  http://www.ina.fr/video/I09167743

                  il serait bon d’en parler aux allemands, ils ne se rendent pas compte de leur bonheur !

                  ce genre de discours n’est pas étranger à la crise actuelle,ni au pessimisme ambiant.
                  Qui fera le compte des incroyables sommes « flambées » en vertu de la lutte imbécile contre le CO2 ?

                  Le plus incroyable, c’est que bien qu’il soit maintenant établi de façon incontestable, que les t° globales n’augmentent plus,dedpuis 17 ans mais au contraire semblent s’orienter à la baisse,cette gabegie insensée continue, grâce à une clique de Philipulus d’opérette et d’idiots utiles.
                  Tiens, il semblerait que le photovoltaïque soit une nouvelle affaire Enron

                  http://www.theresilientearth.com/?q=content/solar-power-failing-world-wide
                  et l’éolien n’est pas en reste
                  http://wattsupwiththat.com/2013/06/07/offshore-wind-the-enormously-expensive-energy-alternative/

                  bah, suffira d’emprunter à la BCE...


                • lagabe 10 juin 2013 17:27

                  je n’ai jamais cite malthus


                • marco1960 10 juin 2013 19:57

                  @ JO

                  Là par contre en ce qui concerne le CO2, je suis pleinement en accord avec vous JO !!!
                  Je vous ai lu précédemment suite à un « CABANELARTICLE » et vos arguments tiennent la route !!!


                • yoananda 10 juin 2013 17:46

                  Mais on fait quoi ? on redonne le pouvoir de créer autant de monnaie qu’il veut a Hollande ???
                  Je ne vois pas quel bien ça pourrait nous faire.
                  De toute manière, c’est ce qu’il cherche à tout prix à faire via la BCE ...
                  Comme si ça allait changer quoi que ce soit a crise de civilisation bien plus profonde qu’une simple question monétaire (qui au final n’influence qu’a la marge la redistribution de richesse).


                  • marco1960 10 juin 2013 17:59

                    Moi j’ajouterais aux préconisations de l’auteur, un INTERET NEGATIF sur les tésorisations excessives !!! Histoire de faire circuler l’argent


                    • Jean-Louis CHARPAL 10 juin 2013 18:01

                      Article plein de bon sens.

                      Il est sidérant que des gouvernements s’interdisent de « battre monnaie » après l’avoir fait pendant des siècles et confient, en toute illégalité, dans le dos des peuples, ce soin à des banquiers privés.

                      Outre qu’il s’agit d’une ânerie économiquement parlant, c’est une forfaiture en regard du droit constitutionel.

                      Qu’on demande par référendum au peuple lequel des deux systèmes il choisit. A condition de ne pas ensuite jeter à la poubelle le résultat comme en 2005 ...


                      • Fifi Brind_acier Pilou Camomille 10 juin 2013 19:08

                        Charpal,

                        « Il est sidérant que des gouvernements s’interdisent de battre monnaie.. »

                        Il est surtout sidérant que vous soyez aussi ignorant des Traités européens qui nous régissent...

                        1) Le droit européen est supérieur au droit français, c’est le droit européen qui s’applique.

                        2) Article 123 du TFUE : « Interdiction aux Etats d’emprunter à taux 0% à leur banque centrale, et obligation d’emprunter aux banques privées. »

                        Si l’ UPR demande la sortie de l’ UE, de l’euro et de l’ OTAN, c’est bien parce que les Traités européens ont enlevé aux Etats leurs droits régaliens, et qu’ils ne disposent plus d’aucune marge de manoeuvre sur les sujets économiques et stratégiques.

                         TOUS LES PAYS DU MONDE, à l’exception des 17 pays de la zone euro, ont tous une banque Centrale, le droit de battre monnaie, de faire leurs lois et de décider de leurs engagements militaires.
                        L’indépendance et la souveraineté est la norme mondiale. Les monnaies d’empire l’exception.

                        Le problème de l’euro est qu’il s’agit d’une monnaie d’empire, qui plaque la même monnaie sur 17 pays différents et 17 économies différentes.

                        Les monnaies d’empire ne fonctionnent jamais longtemps, justement parce que les pays différents ont des économies différentes, des cultures différentes, qui nécessitent d’avoir chacun une monnaie dont le taux fluctue en fonction des performances de son économie.

                        Les monnaies d’empire sont toutes issues de la volonté de soumettre les peuples et de les ruiner. C’est ce qui se passe en Europe. L’euro est une monnaie pour peuples colonisés.

                        Vidéos de François Asselineau sur le site de l’ UPR :
                        « La tragédie de l’ euro » et « Pourquoi l’ Europe est comme elle est ? »


                        • Pierre JC Allard Pierre JC Allard 11 juin 2013 08:18



                          « Tant qu’il existe un besoin, la volonté de le satisfaire, les moyens techniques, les matières premières et énergétiques et enfin un excès de main d’œuvre disponible et qualifié et le savoir-faire, le Trésor Public doit pouvoir financer les besoins d’investissements du pays. 

                          C’est d »une totale évidence : c’est la réalité.  Les seules vraies questions , ce sont de maintenir l’ordre et que toute le monde travaille et produise, La monnaie ne vaut strictement rien d’autre qe ce que vous acceptez qu’elle vaille. Les lois ne valent qu’en n autant que vous acceptiez de les respecter. Tout cette affaire de phynances est aussi absurde que de penser appliquer après s’etre éveillé les theories et les contraintes développée durant le sommeil. 

                          Pierre JC Allard

                        • Fifi Brind_acier Pilou Camomille 10 juin 2013 19:24

                          à l’auteur,

                          C’est déjà mieux de demander que la Banque de France retrouve sa fonction de prêteur à l’ Etat et aux Collectivités locales, que de demander à rester dans l’ UE et dans l’euro...

                          Cela prouve que l’échec patent de l’ UE et de l’euro commence à faire réfléchir de plus en plus de personnes.

                          Mais vous pouvez demander à ce gouvernement tout ce que vous voulez, vous m’obtiendrez rien du tout.

                          1) Le PS, comme toute la classe politique française, y compris le FN et la Gauche de la Gauche, est entièrement européiste. Mélenchon se permet même de dire que ceux qui veulent retrouver l’indépendance de la France sont des « maréchalistes » !

                          2) Pour changer quelque chose aux Traités, il faut l’unanimité des 27, ce que vous n’aurez jamais au même moment.

                          3) Pour retrouver le droit de battre monnaie, il faut sortir de l’ UE d’abord , par l’article 50.
                          On ne peut pas sortir de l’euro, comme le raconte le FN, car l’euro « est irréversible », aucun article des Traités ne permet d’en sortir.

                          Le seul moyen légal de sortir de l’euro, c’est de sortir d’abord de l’ UE.

                          Il n’y a que 4 organisations qui sont pour sortir de l’ UE, de l’euro et de l’ OTAN :
                          * Le PRCF
                          * L’UPR de François Asselineau.
                          * Le M’ PEP
                          * Les Clubs « Penser la France. »

                          C’est la raison pour laquelle ils sont interdits des médias.


                          • tf1Goupie 10 juin 2013 20:09

                            Considérant que :

                            si ma tante en avait ce serait mon oncle,
                            que si l’argent poussait sur les arbres ce serait génial,
                            et que si la pauvreté, le chomage et la tristesse étaient illégitimes ce serait trop bien,

                            on conclut que l’auteur aime bien se faire des films.

                            On ne va pas revenir dans les détails sur tous les bugs de raisonnement, mais que dit l’auteur en substance : le déficit c’est une bonne idée, ça n’a que des avantages.

                            ça fait 30 ans que lui et d’autres tiennent ce raisonnement simpliste et voilà la merde dans laquelle on est aujourd’hui.
                            Je ne dis donc pas merci à ce genre « d’artistes ».

                            Et si il suffisait d’avoir sa monnaie nationale pour avoir une économie florissante, les US, le Royaume-Uni et le Japon seraient en pleine forme, ce qui n’est assurément pas le cas.

                            • thepouet 11 juin 2013 05:12

                              Liquidons les mégabanques avant qu’elles nous liquident !

                              J’ai envie de rajouter que se ré emparer de l’émission monétaire sans mise en faillite préalable, c’est à dire sans procéder à un immense et global Glass Steagall Act, c’est comme accepter de boire de l’eau sale : non, comme Roosevelt en 1933, on veut, on exige des cloisons étanches, qui jamais ne permettront la contamination de ce qui est de l’ordre de l’économie réelle, du nécessaire par des risques spéculatifs supérieurs d’un ou deux ordres de grandeur. 

                              Ce point réglé, alors seulement cela aura du sens de parler monnaie, politique, avenir, etc.

                              C’est la seule mesure que la big finance redoute, car cela éviterait de faire porter par le peuple les erreurs d’une économie de casino, qui n’a attendu que 8 ans après l’abrogation du GSA pour commencer à exploser (subprimes 1987 )

                              @ Jo :

                              Les QE1, QE2, QE3, ces quantitatifs easing ne sont-ils pas de la création monétaire ?

                              Quels équivalents dans l’économie réelle, quelles contre parties, quelles richesses, ces diarrhées monétaires ont-elles apportés ?


                              • marco1960 11 juin 2013 08:57

                                « LIQUIDONS LES MEGA-BANQUES AVANT QU’ELLES NOUS LIQUIDENT »


                                C’est clair, c’est la seule disposition à prendre !!!
                                Le contribubuable n’a pas à payer pour recapitaliser ces montres irresponsables.
                                Toutes celles qui ont joué au poker avec l’argent de leurs clients et ont perdu devraient ^étre mises en liquidation pure et simple !!!
                                Pourquoi dans les entreprises privées, SEULES LES BANQUES PRIVATISENT LEURS BENEFICES MAIS PAR CONTRE MUTUALISENT LEURS PERTES !!!
                                Somme nous cons à ce point pour tolérer cela ???????
                                Une banque a fait des conneries, et bien qu’elles les assume ; cessation de paiement et depôt de bilan, comme tout le monde !!! et nos « prétendus » gouvernants seraient là obligés de se « BOUGER DE CUL » car le moins qu« on puisse dire est que la sieste est un peu longue depuis MAI 2012 !!! »mon premier ennemi est la finance" disait-il ! Et mon cul c’est du poulet ?
                                C’est 1800 mrds que le contribuable a payer depuis 2008 pour combler les pertes générées par leur cavalerie. Mais jusqu’où ira notre niaiserie et notre servitude ??? 


                              • eric 11 juin 2013 05:12

                                Bon après toutes ces élucubrations, il ne serait pas mauvais de se pencher un peu sur les précédents historiques. Parce que ce que vous préconisez a déjà été tente en période de crise.
                                Des gouvernements « de gauche » font tourner la planche a billet ou empruntent a tout va en accroissant la dépense publique de fonctionnement contre l’investissement, dans des conditions de financement acrobatique avec un recul de la liberté économique. Résultat, toujours sensiblement le même, effondrement économique, inflation, déficit, crise, et montée de l’extrême droite.
                                Vous pouvez vérifier par vous même. Le rôle dominant de socialisants sur la vie politique et économique de tous les régimes qui ont été en but a des fascismes.
                                Derniers exemple en date : Aube dorée et JOBIK.
                                Parfois, un grand partis de droite républicaine parvient in extremis a conjurer le danger...(rigueur budgétaire, monétaire, investissement, compétitivité)
                                Mais ce n’est pas grâce a des gens comme vous. Vous êtes des fauteurs de fascisme...


                                • eric 11 juin 2013 09:04

                                  Bon, je comprends que cela vous irrite. Allez, après tout, c’est peut être une coïncidence si toutes les expériences de gauche en temps de paix, essayant d’appliquer peut ou prou vos considérant ont a peu prêt toujours débouchés peu ou prou sur des tentations fascistes.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès