Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Economie > Démolition contrôlée de l’économie mondiale

Démolition contrôlée de l’économie mondiale

Voilà venu 2011. Bonne année. Et bonne chance ! Car selon tous les indicatifs financiers et économiques, les choses ne vont pas s’améliorer cette année. En fait, elles risquent de devenir encore plus glauques.

La classe moyenne est en passe d’appartenir à la classe pauvre, pendant que les riches en empilent davantage pour ainsi agrandir le fossé entre ces deux classes qui resteront : les extrêmement pauvres et les ultra riches. C’est la tiers mondialisation des pays riches… qui ne le sont déjà plus vraiment. Tous les pays occidentaux croulent sous les dettes qui disons-le clairement, sont simplement impossibles à rembourser. Certains peuvent croire que cela n’est qu’un cycle normal ou un accident de l’économie, mais plus ça va, plus cela a l’air d’un terrorisme économique bien organisé. Assistons-nous à la démolition contrôlée de l’économie mondiale ? À vous d’en juger.

Et si ce chaos était causé volontairement et par avarice ? En créant un problème, on force une réaction qui demande alors une solution qui est en fait déjà préparée d’avance pour servir les intérêts de ceux qui s’enrichissent toujours de ces crises économiques. Une économie planifiée pour un nouvel ordre mondial qui passe par les systèmes financiers, dans le but d’asservir la population mondiale par la dette et le contrôle de la création de la monnaie.

Portrait de l’économie

Aux États-Unis, pour la première fois depuis 2008, l’inflation frappe les consommateurs de plein fouet. Les prix de la nourriture ont augmenté 50% plus rapidement que l’inflation générale en 2010, surpassés seulement par les couts de transport et des soins de santé, selon les chiffres publiés dernièrement par le U.S. Bureau of Labor Statistics. Des économistes prédisent que cela n’est que le début. Alimenté par les couts plus élevés du blé, maïs, sucre, soja et de l’énergie, les consommateurs pourraient voir leur prix d’épicerie augmenter de 4% d’ici la fin de l’année. Toutes les évidences pointent en direction d’une augmentation dramatique des prix de la nourriture à l’échelle planétaire, incluant la possibilité de connaitre des pénuries. Ces pénuries pourraient être causées par un mélange de températures froides et d’actes manqués de la part du gouvernement.

Le prix du pétrole vient d’atteindre des sommets pas vus depuis plus de deux ans, à $92,58 le baril, avant de redescendre momentanément sur le NYMEX. Cela n’avait pas été vu depuis octobre 2008. Joe Petrowski, directeur général de Gulf Oil et du Cumberland Gulf Group, a déclaré sur CNBC que le prix du pétrole pourrait monter jusqu’à $150 le baril d’ici cet été. De plus, l’Inde est en train de considérer l’abandon du dollar américain dans ses transactions de pétrole avec l’Iran. La monnaie de remplacement serait le yen japonais et le dirham émirati. Les États du Golfe persique ont tenu des discussions privées avec la Russie, la Chine, le Japon et la France pour remplacer le dollar américain par un panier de monnaies pour effectuer les échanges de pétrole, selon ce qu’a révélé le journal britannique The Independent.

 

Selon le Centre for Economic and Business Research, l’euro a seulement 20% de chance de survivre sous sa présente forme au cours des dix prochaines années. Il se pourrait même que la zone européenne ne survive pas l’année. Le directeur Douglas McWilliams pense que le niveau de vie des européens devrait diminuer de 15% dans les plus faibles économies et que les dépenses gouvernementales soient coupées pour préserver une monnaie unique. Le CEBR avertit que les problèmes financiers qui ont amputé la Grèce et l’Irlande vont se propager aux autres pays européens aux prises avec des dettes faramineuses. Selon le rapport, il pourrait y avoir une crise de la zone européenne au printemps, « si ce n’est pas avant », avec l’Espagne et l’Italie dans la mire de tir. M. McWilliams opine que pour sauver la monnaie unique européenne, il faudrait couper drastiquement dans le niveau de vie en Irlande, Grèce, Espagne, Portugal, et en Italie en plus de réduire leurs dépenses gouvernementales de l’équivalent de 10% de leur PIB.

Aux États-Unis, la liste des villes majeures qui vont manquer d’argent pour les fonds de pension s’allonge. Plusieurs villes sont dans le trouble. Voici une liste des dix principales villes qui sont menacées par ce manque de fonds de l’ordre de 1 à 122 milliards de dollars d’ici une dizaine d’années : Philadelphie, Chicago, Boston, Cincinnati, St Paul, Jacksonville, New York City, Baltimore, Détroit et Fort Worth. Une étude indépendante de Standford fait état d’un manque de plus de $500 milliards pour le système des fonds de pension de la Californie. De nouvelles lois sur les fonds de pension sont proposées pour forcer les municipalités à augmenter les taxes foncières de 60%. Ajoutez à cela un fait inquiétant : commençant le 1er janvier 2011, plus de 10 000 Baby Boomers vont atteindre l’âge de la retraite, soit 65 ans. Cela continuera de se produire à chaque jour pour les prochaines 19 années. Les statistiques pointent en direction d’une sévère crise des fonds de pension.

En réalité, c’est une centaine de villes américaines qui font face à la banqueroute en 2011, faisant défaut sur leur dette cumulée qui atteint les 2 trillions de dollars ($2000 milliards), ce qui risque de faire dérailler davantage l’économie des États-Unis. Les villes européennes sont aussi en danger : Florence, Barcelone, Madrid, Venise sont toutes dans le trouble. 2011 sera l’année des faillites municipales, selon plusieurs analystes comme Meredith Whitney. Cette tendance risque de s’accélérer sauvagement cette année.

Ce qui est a été fait aux futures générations durant les 3 dernières décennies est absolument criminel. Il y a 30 ans, la dette nationale des États-Unis était tout juste sous la barre d’un trillion de dollars. Aujourd’hui, la dette officielle est 14 fois plus élevée et les années à venir ont l’air absolument apocalyptiques à ce point-ci. Les enfants et les générations suivantes ont été rendus esclaves de dettes perpétuelles. Cet article donne 17 statistiques concernant la dette nationale américaine. En voici quelques-unes :

#1 En date du 28 décembre, la dette nationale était de $13,877,230,355,933.00.
#2 Si le gouvernement fédéral commençait à ce moment même à rembourser la dette nationale à un taux d’un dollar par seconde, cela prendrait plus de 440 000 ans pour rembourser la dette nationale.
#3 Si le gouvernement fédéral commençait à rembourser la dette nationale à un taux de 10 millions de dollars par jour, il faudrait approximativement 3800 ans pour rembourser la dette nationale.

#4 La dette nationale américaine augmente d’environ $4 milliards quotidiennement.

#5 Le gouvernement US emprunte environ 2,63 millions de dollars chaque minute.
#6 Il est prévu que le gouvernement américain devra payer 900 milliards de dollars seulement en intérêts sur la dette nationale d’ici 2019.

#7 Un trillion de billets de $10 collés ensemble, ferait le tour de la planète plus de 380 fois. Ce montant d’argent ne serait pas encore suffisant pour rembourser la dette nationale américaine.

#8 Le Congrès américain a augmenté la limite de la dette fédérale six fois en tout juste trois ans.
#9 Le 111ième Congrès a ajouté plus à la dette nationale que les 100 premiers Congrès combinés.

Si c’est chiffres semblent impressionnants, comparons-les avec ceux du Dr. Kotlikoff, professeur en économie à l’Université de Boston, qui lui possède les chiffres officiels pour 2010 provenant directement du Congressional Budget Office qui a publié son rapport officiel en juin dernier – Long-Term Budget Outlook. Selon ce qu’a calculé Kotlikoff, la dette nationale se chiffre en vérité à $202 trillions, ce qui est 15 fois le montant de la dette officielle.

 

Qu’est-ce qui sera fait pour contrôler cette dette montante ? Rien. Au contraire, le gouvernement américain songe plutôt à augmenter encore une fois la limite maximale d’endettement à $14,3 trillions. Si le Congrès américain refusait d’entériner cette décision, le pays risque de faire défaut sur ses obligations.

Au Canada, la crise économique menace de limiter la croissance future du PIB, à moins que, nous dit-on, le gouvernement élimine les barrières empêchant les financiers étrangers de prendre possession de tout ainsi que celles bloquant les personnes âgées de travailler, selon un rapport publié la semaine passée, par le Centre for Study of Living Standards, qui regroupent des économistes liés au Fond Monétaire International (FMI).

La deuxième moitié de 2011 marquera le moment où tous les opérateurs financiers mondiaux vont enfin comprendre que l’Occident ne va pas repayer en totalité une partie significative des emprunts consentis au cours des deux dernières décennies. Selon LEAP/E2020, ce sera autour d’octobre 2011 que cette situation explosive sera révélée au grand jour, en raison de la chute d’un grand nombre de villes et d’États des États-Unis, pris dans une situation financières inextricable découlant de la fin du financement fédéral de leurs déficits, tandis que l’Europe fera face à un très important besoin de refinancement de la dette.

Des hommes d’affaires ont laissé entendre dans un article du journal The Telegraph , que les taux d’intérêts devront être multipliés par six au cours des deux prochaines années pour contenir l’inflation montante. Cela amènera une douleur financière à plus de sept millions de propriétaires de maisons qui possèdent des prêts hypothécaires à intérêts variables.

En 2010 aux États-Unis, la Federal Deposit Insurance Corp. (FDIC) a enregistré un nombre record de 157 faillites bancaires, du jamais vu depuis 1992. 860 institutions bancaires en problème étaient sur la liste de la FDIC en date du 30 septembre 2010.

Bref, la classe moyenne est systématiquement effacée et réduite à néant, autant en Amérique qu’en Europe. Voici 22 statistiques qui prouvent sans l’ombre d’un doute que la classe moyenne est systématiquement éliminée de l’existence en Amérique. Les riches deviennent plus riches et les pauvres s’appauvrissent à un rythme effarant. Dans le passé, les États-Unis avaient la plus grande classe moyenne

Source : Les 7 du Québec, Les Nouvelles Internationales et CentPapiers


Moyenne des avis sur cet article :  4.91/5   (47 votes)




Réagissez à l'article

23 réactions à cet article    


  • Montagnais Montagnais 24 janvier 2011 11:09

    Bien vu l’Auteur, Il nous restera la possibilité d’aller quémander l’hospitalité chez les St’at’imc, ou les Montagnais, ou de chercher refuge dans la Creuse ou la Meuse.


    L’effondrement du brigandage capitaliste met fin à l’orgie. Temps mieux.

    • Alpo47 Alpo47 24 janvier 2011 11:34

      Analyse tragique, mais factuelle ...
      Il est bien possible que l’effondrement soit voulu et programmé ??? Nous n’en serons jamais certains, il n’en demeure pas moins, qu’une situation de chaos sera propice à l’installation d’un gouvernement mondial, d’une monnaie unique, d’une armée mondiale, du controle des récalcitrants ...
      Avec, à l’arrivée, un pouvoir consolidé pour l’ultra minorité qui « tire les ficelles ».

      Au fait, quelqu’un veut savoir qui sont nos « prédateurs » ?


      • oj 24 janvier 2011 14:07

        ces constats sont faits depuis pas mal de temps maintenant.

        Différents sites spécialisés commentent ces évenements, par exemple, europe2020 tous les 15 de chaque mois depuis fort logntemps.

        Il conviendrait plutot de prendre des decisions politiques.

        je m’amuse de penser que depuis plus d’un an je parle de reprendre notre destin en main via une insurrection mais ce sont , bizarrement, des posts jamais suivis.

        Or, c’est le peuple tunisien , qui l’a fait et qui nous donne une leçon !

        Il est vrai, qu’en France, nous avons beaucoup plus de richesses et un matelas amortisseur accumulé par le patrimoine de nos parents .

        nous sommes devenus bien trop accrochés a nos avantages immediats comme le taux de rentabilité de notre assurance vie et notre souci de pouvoir bouffer des medicaments remboursés.

        Portant il suffit de se rendre compte que , de part la mondialisation, nous créeons de moins en moins de veritable richesse, que d’autre part nous n’avons aucune ressource naturelle energetique ou miniere et qu’enfin la population inactive croit ainsi que sa durée de vie et donc les couts de fonctionnement pour comprendre que nous sommes dans une dynamique negativeavec un endettement qui ne peut qu’augmenter.

        Alors oui, d’une manière ou d’une autre, nous devons reprendre notre destin en main, vivre plus pret des realités et nous remettre a l’effort au sens large.

        Pour cela , dans un premier temps, il faudra bien bousculer les institutions qui par leur nature, ne peuvent que chercher a se preserver.

        Quant a compter sur notre patrimoine historique pour attirer du monde en villegiature (meme si c’est une idée interessante) il est possible que dans quelques années ce ne soit plus du tout le type de préoccupation qu’auront les individus de cette planete.


        • boris boris 24 janvier 2011 15:59

          Tout à fait d’accord avec OJ et avec cet article que j’avais découvert directement sur le site des « 7 du Québec ».

          Les Français et plus généralement les occidentaux prendront conscience que trop tardivement de la situation, trop formatés depuis maintenant les années 80, la génération actuelle n’est plus capable de penser par elle mêmes sauf exceptions mais hélas bien trop minoritaires, ne parlons même pas des jeunes ados d’aujourd’hui, je suis attéré par leur manques de consciences et de culture générale, bercés qu’ils sont par les médias peoplesque y compris internet qui pour ce dernier ne sert que pour les « conneries ».

          Plus dure sera la chute, en Tunisie ils ont eu à déplorer 70 morts, toujours trop hélas mais peu au regard de cette éclatante victoire, chez nous cela sera bien pire, car le chaos risque d’être au rendez vous final.


        • Ferdinand_Pecora 24 janvier 2011 16:52

          @ Oj

          Vous dites : « Il conviendrait plutot de prendre des decisions politiques. »

          Voilà une bonne résolution : en France, la seule force politique qui non seulement propose un changement de paradigme économique mais qui en a le caractère et les appuis nécessaires au niveau international, c’est le mouvement politique de Jacques Cheminade, Solidarité & Progrès.

          Le mouvement qui se dessine au niveau mondial : la fin de la reconnaissance de toute dette adossée à toute activité issue de la spéculation grâce à un Glass-Steagall Global. Cela se ferait dans le cadre du retour au crédit productif public au sein d’un nouveau Bretton Woods. Voir son intervention sur France24 au début « officiel » de la crise.

          Depuis 1958, Lyndon LaRouche est le fer de lance de ce combat. Voir son intervention de ce week-end depuis Washington.


        • lloreen 24 janvier 2011 15:23

          « Si les gens comprenaient comment fonctionne notre système financier nous aurions une révolution demain matin ».
          Henry Ford
          Si la révolution n’était pas prévue dès le départ, ce qui reste à prouver, on mesure la malhonnêteté viscérale de ceux qui « gouvernent » puisque l’escroquerie érigée en système reste encore aujourd’hui le fondement de leur gouvernement.
          L’erreur du citoyen serait de croire qu’il perdrait tout.Au contraire il aurait tout à gagner à l’écroulement du système puisque ceux qui ont spolié l’état (la collectivité, c’est à dire chacun d’entre nous) seront obligés juridiquement de restituer le fruit de leur vol) .


          • lloreen 24 janvier 2011 15:39

            S’insurger est bien beau mais encore faut-il savoir ce que le citoyen veut .Se réapproprier les institutions et en faire un outil pour le bien commun serait déjà un préliminaire.Revoir tout le système de vote et comptabiliser le vote blanc ne serait pas inutile.Passé un certain seuil de mécontents (qui votent blanc ou pas du tout), le vote serait repoussé jusqu’à ce qu’un programme établi par les citoyens (et non pas quelques-uns qui se sont déjà partagé le « gâteau » par des petits arrangements secrets) serve de référence à un ensemble de personnes se mettant au service de la communauté et non pas au leur dont le bilan serait contrôlable à échéance régulière pour pouvoir « corriger le tir » si nécessaire.
            Comme le monde évolue tellement vite faire de la recherche dans tous les domaines la priorité et instaurer des chantiers afin d’y associer le plus grand nombre.
            Une instruction de très haut niveau doit être assurée à tous.
            Les goûts et aptitudes de chacun devant naturellement être pris en compte pour que les différences naturelles ne soient pas facteur de discrimination mais d’enrichissement personnel.
            Naturellement si l’on considère tout cela avec la règle réductrice de l’argent il est évident que tout avancée pour le bien commun sera bloquée avant même de démarrer.
            C’est certainement le premier reproche qui sera fait.


            • JL JL 24 janvier 2011 15:42

              Bonjour, vous écrivez : « Un trillion de billets de $10 collés ensemble, ferait le tour de la planète plus de 380 fois. »

              Collés ensemble comment ?

              « One trillion is 1,000,000,000,000. That is 12 zeros » lit-on.

              100 billets de 10$ cela fait une liasse de 1 cm.

              Une liasse d’un trillion de billets de 10$ ferait 10 000 millions de cm d’épaisseur, soit 100 000 km, soit 2.5 fois le tour de la terre.

              Ou encore, remplirait un cube de 80 mètres d’arête.


              • JL JL 24 janvier 2011 15:46

                Ceci dit, il serait intéressant de savoir qui doit quoi à qui ! Si chaque protagoniste a peu ou prou autant de créances que de dettes, ce montant n’a aucuun sens, sauf si l’équilibre des intérêts perçus et celui des intérêts payés est déséquilibré dans un jeu à somme nuulle dont il y a fort à parier que les bénéficaires sont des personnes privées et les cocus la collectivité.


              • xbrossard 24 janvier 2011 16:43

                tout à fait JL, d’ailleurs quand on regarde le graphe des dettes en europe :



                on se dit qu’on a qu’ a équilibrer les dettes entre les pays (par exemple d’après le graphe, si l’italie doit 46 à l’irlande qui lui doit 18, alors on laisse juste une dette de 28 que l’italie doit à l’irlande) mais pour cela il faudrait admettre que dans ce domaine là, on raisonne en pays ! un bon gouvernement bie nationaliste proposerait peut-être cette solution « simpliste »...
                De mon coté, j’ai du mal à savoir si ce compte est bien justifié...

              • Croa Croa 24 janvier 2011 19:39

                Facile de se faire une idée bien que le « trillion » n’existe pas en français. Si c’est 1.000.000.000.000$ ça fait 1000 G$ donc 1T$, soit en bon français 1000 milliard de dollars ou 1 terra-dollar. smiley

                Gageons que personne n’aura l’idée saugrenue d’imprimer autant de billets !


              • Croa Croa 24 janvier 2011 19:45

                Non ça ne fait pas peur ! Lorsqu’ils auront fini de tout piquer l’heure sera venu de les pendre afin de repartir à zéro.

                En espérant que ne naîtra pas une nouvelle génération de voleurs !


              • pseudo 24 janvier 2011 17:33

                Les états américains se préparent au dépôts de bilan :



                Les terroristes financiers ont placé des emprunts explosifs à tous les niveaux de la société et ils vont faire sauter l’économie réelle grâce à leurs agences de notation. 

                • iciailleurs 24 janvier 2011 18:45

                  Bof ! fatigué, j’avais une idée : ne pas rembourser. Mais, vous voyez d’ici la tête de M. et Mme Finance.
                  Comment, les pauvres refusent de payer, que l’on double le prix de la bouf , non mais !


                  • Croa Croa 24 janvier 2011 19:19

                    Pour ma part,
                    Je ne peux pas croire au chaos volontaire organisé. Il s’agit plus simplement d’un vol improvisé, la forme des aboutissants n’ayant jamais été clairs, même pour les escrocs qui, à défaut de l’avoir planifié, avaient tout de même l’objectif clair de s’accaparer des richesses.

                    Le résultat étant le même je reste plutôt d’accord avec l’auteur !


                    • Anonymous Republic Punisher Rigel 25 janvier 2011 03:45

                       A une époque des hommes on bien inventer l’esclavage, l’inquisition, ou la solution finale ? Alors pourquoi pas un chaos généralisé qui permet de contrôler les ressources pour une minorité ? Les politiques ne font tellement rien contre ce chaos annoncé que je ne peux que croire que tout à été organisé à l’avance...


                    • Samuel Moleaud 24 janvier 2011 19:28

                      C’est une guerre mondiale des classes. Pour un tel constat il y a dix ans, vous auriez été taxé de mauvaise foi, de dangereux fou théoricien du complot.
                      On ne peux pas savoir s’il y a complot mondial, (je ne pense pas), mais on sait que ce monde financier ne brille que par sa cupidité. Pour s’en sortir, il faut être cynique et sans âme humaniste.
                      Un requin.

                      Mais c’est le but des crises économiques, que de concentrer le capital au détriment tu travail. Nous sommes en régression sociale et politique depuis quinze ans, il commence à être temps de s’en rendre compte, s’il n’est déjà pas trop tard.

                      Partout, les élites tremblent. Islande, Grèce, Tunisie, les mouvements sociaux se radicalisent en Espagne, en France..
                      Je pense qu’il est grand temps de prendre exemple sur l’Amérique Latine Bolivarienne, et la Tunisie pour éviter le big bang social prémédité.
                      Ceci dit, je pense qu’aligner de telles statistiques freine la compréhension et la crédibilité de votre constat pourtant pertinent. Car les chiffres, on en fait ce qu’on en veux.
                      Qu’est-ce que l’argent si ce n’est que des dettes sur de l’achat de titres...c’est à dire, dans une faible mesure, des chiffres fictifs et numériques ?
                      Un Etat, pour fonctionner, doit pourtant s’endetter, c’est ce qui le distingue d’une entreprise, en ce que le bilan de fin d’année n’est pas nécessairement équilibré. Ce qui compte, c’est pas le déficit public, mais la part de capital qui glisse du public vers le privé (par exemple, les profits du CAC40 ont été multipliés par 4 depuis 2000...là où le niveau de vie du contribuable moyen à baissé. Par exemple, si l’Etat français retrouvait la fiscalité en vigueur en 1995, mise à mal par l’UE néolibérale et la défiscalisation des grandes entreprises, le budget serait réhaussé de 100 milliards d’euros, ce qui pourrait largement financer les services publics soit disant déficitaires et trop chers...)

                      Aucune statistique à l’appui n’a vraiment de sens, mis à part le nombre de morts causés par cette économie du crime institutionnalisé.


                      • Raymond SAMUEL paconform 24 janvier 2011 21:42

                        Bonsoir,
                        Bravo les Tunisiens. Mais le travail ne fait que commencer parce que lesTunisiens sont eux aussi dépendants de la finance internationale. Il faudra donc une action internationale pour les libérer de cette dépendance. Il n’y a pas d’autre issue que de retirer, bribe par bribe ou plus rapidement si c’est possible, les activités humaines de l’emprise de cet ogre (la finance).
                        Nous avons, semble-t-il, le choix entre la récession/chômage dans l’abondance, c’est à dire une amplification continue des déséquilibres actuels jusqu’à ce qu’on en arrive aux famines faute de revenus et ne disposant plus de produits échangeables, et une décroissance programmée qui ramènerait la consommation au niveau des besoins incompressibles, soit une récession/chômage de grande ampleur mais ne donnant plus qu’une faible prise à la finance qui ne produirait plus de fausse richesse.
                        L’idéal étant la formation d’un cordon sanitaire isolant les activités humaines de cette finance, en même temps où un autre système (numérique ?) permettrait de comptabiliser les échanges.
                        De toutes façons, il est urgent de se pencher sur la répartition de la population. Il faut abandonner les sites qu’on a de bonnes raisons de considérer comme improductifs pour aller là ou on pourra encore manger, c’est à dire sur des terres à cultiver, celles du moins qui n’auront pas encore été achetées par les Chinois et les producteurs de pétrole.
                        En fait, il faudrait redescendre sur terre pour constater les réalités.


                        • Anonymous Republic Punisher Rigel 25 janvier 2011 03:40

                          Anonymous doit s’attaquer aux banques ! Avant qu’il ne soit trop tard ! En effet les dicateteur ne sont que des pantins à la botte de la finance internationale et des industriels, virez les dictateurs c’est bien mais celà n’arrangera malheureusement que peu les difficultés economiques, alors que s’attaquer à la racine du problème : les banques, celà fera tomber les dictateurs comme des mouches !


                        • Sachant Sachant 24 janvier 2011 22:58

                          Il y a tant à relever

                          Je vais donc me limiter à
                           
                          « C’est la tiers mondialisation des pays riches… qui ne le sont déjà plus vraiment »

                          Pas d’accord mec, Raffarin a été clair sur ce point
                          La France est un pays riche, il faudrait arrêter de pleurnicher, de temps à autres

                          Le Raffarin, en question oubliais
                          Et j’en ferais sans doute de même à sa place
                          Que sans les 22% du candidat Le Pen au premier tour
                          Il serait resté un « ancien Jeune Giscardien »

                          ET Chirac, FORCEMENT moins con que ses adversaires ne le voudraient
                          A envoyé un « Giscardien » au charbon
                          (sans déc, quand on est né avant « On a marché sur la Lune », ça fait sens)

                          Alors bien sur : La France est un pays riche
                          Si les français sont pauvres, c’est sans doute de leur faute
                          Et si ça continue, c’est de la nôtre !
                          (Qui d’autre ?)


                          • kemilein 25 janvier 2011 00:27

                            il existe un monde après le mondialisme marchand-financier-bancaire.
                            2012, ou, la fin du monde ? (drôle de prophétie non ?)

                            Point 1 commerce international
                            ¤ qu’est ce que la croissance ? une balance du commerce extérieur excédentaire...

                            - pour faire simple il faut vendre plus à l’extérieur, qu’on n’achète (simple non ? gagner plus d’argent qu’on en dépense)
                            - Résulta ? il y a forcément des perdants qui vendent moins qu’ils n’achètent (donc pauvre / appauvrissement)

                            conclusion : la croissance des uns est la pauvreté des autres.

                            Point 2 productivité

                            ¤ qu’est ce que la productivité ? la quantité de production par /temps (heures/mois/années)

                            - un gain de productivité a été réaliser par l’emploi massif d’automate, l’homme étant réduit a sa portion congrue, et c’est tant mieux, il faut s’en féliciter, l’homme tant a s’émanciper du travail (tripalium > torture)
                            - dans un avenir très proche, la technique et technologie permettront (c’est déjà possible !!) de remplacer totalement l’homme dans ses taches « vitales » : agriculture (GPS+usine automate), industrie (usine automate+ferroviaire autonome) // les techniques/technologies existent seul leur coût dissuasif empêche leur utilisation a grande échelle //

                            conclusion : l’homme aura de moins en moins de travail et de moins en moins de postes a occuper, imaginez un monde avec 80% de sans emploi... ! en conséquence il faut dès a présent bifurquer vers un autre modèle, étranger a la marchandisation (qui est une débilité sans fond et sans forme).

                            il y a un monde apres le capitalisme... la dictature et l’extermination... ou quelque chose de plus radieux, l’humanité devra trancher.


                            • Anonymous Republic Punisher Rigel 25 janvier 2011 03:11

                              Cette année va etre très dur, je surveille particulièrement la montée du prix du pétrole qui est anonciatrice du krach boursier puissance dix qui va nous tomber dessus...


                              • kéké02360 27 janvier 2011 08:14

                                Il faut , y-a qu’à , on devrait, ..........................................mais peu étaient présent pour agir quand le bank run a commencé et depuis , peu continuent de le pratiquer !!!!!!!!!!!!

                                Il est pourtant d’actualité smiley

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON

Auteur de l'article

François M.


Voir ses articles







Palmarès