Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Economie > Du plombier polonais au couvreur ukrainien

Du plombier polonais au couvreur ukrainien

Rappelez-vous ! C’était pendant le long débat sur le TCE. Le thème du plombier polonais était devenu une obsession, confinant au mythe, cristallisant les peurs de voir prochainement dans notre pays des emplois menacés, surtout dans le domaine de l’artisanat et de certains services, délaissés par notre jeunesse. S’y exprimait la crainte d’une régression salariale, due à la concurrence d’une main-d’oeuvre moins exigeante sur le plan salarial, moins regardante vis-à-vis du droit du travail, du fait de la porosité des frontières, de la libre circulation de la main-d’oeuvre.

Le débat s’est apaisé, provisoirement peut-être. Mais, paradoxalement, dans le pays où nous nous y attendions le moins, qui était devenu notre bête noire, se pose à peu près le même problème que chez nous, toutes choses égales par ailleurs, du fait notamment du rapide développement de l’immobilier et du départ de quantité d’artisans attirés par les salaires d’outre-Manche. Dans le domaine de la construction, on cherche des électriciens, des ingénieurs, des architectes. Le pays s’est littéralement vidé d’une main-d’oeuvre spécialisée dans le domaine de la construction,attirée par des salaires parfois quatre fois plus élevés en Angleterre, ce qu’on appelle parfois la "ruée vers l’ouest"... Depuis peu, le marché polonais de la construction connaît un boom impressionnant, et les jeunes Polonais ne sont pas plus attirés que les petits Français par ces métiers considérés comme ingrats et mal payés, même si les salaires ont tendance à augmenter, du fait même de la pénurie.

De ce fait, la nature ayant horreur du vide, la Pologne fait appel aux pays voisins. Pour pallier le manque de main-d’oeuvre, les petites entreprises, souvent des sous-traitants, embauchent des Ukrainiens, des Biélorusses, et même des Roumains, ce qui oblige le gouvernement polonais à revoir le dossier concernant la main-d’oeuvre étrangère. Les besoins sont évalués à environ 200 000 ouvriers dans l’immédiat. Si déjà quelques milliers d’Ukrainiens sont officiellement détenteurs d’un visa de travail, il y aurait sur le territoire polonais entre 60 000 et 200 000 travailleurs saisonniers de ce pays travaillant sur les chantiers ou dans l’agriculture.

D’où peut-être bientôt une "nouvelle ruée vers l’ouest"... dans l’attente d’autres encore ? Le jeu de dominos aura-t-il une fin, car on peut toujours trouver plus à l’Est de quoi satisfaire un marché du travail totalement instable, en perpétuelle restructuration. On peut toujours trouver moins cher.

En France, le 1er janvier 2007, Roumains et Bulgares bénéficieront non pas d’une libre circulation, mais d’une ouverture partielle du marché du travail concernant certains métiers déficitaires, essentiellement dans le bâtiment, la restauration, l’agriculture, le commerce et la vente. L’autorisation de travail subsiste, mais elle est simplifiée.

Pour l’instant, il semble que le problème de main-d’œuvre étrangère ne suscite pas de débat passionné en Pologne, mais celle-ci sera-t-elle vraiment contrôlée, et comment réagiront tous ces bras qui vont quitter l’agriculture, dès lors que se posera le problème douloureux de sa restructuration/modernisation ? Il semble aussi que cette fuite en avant ne soit pas accompagnée d’un effort de formation adéquat, et c’est là que le bât blesse. De plus, cet appel de main-d’œuvre venant de l’Est va produire forcément à terme un nouveau déséquilibre dans un pays comme la Roumanie, qui va rapidement se développer et requérir des compétences, notamment pour les entreprises de l’Ouest qui y font leur miel.

Les euro-optimistes diront que ce processus est sain et normal, et que le marché, toujours providentiel, finira par établir un équilibre dans lequel les salaires finiront par s’ajuster mutuellement, après une période d’instabilité créatrice, liée aux inégalités provisoires de développement.

Mais peut-on partager ce qui n’est peut-être qu’une conviction discutable, si l’Europe, ou ce qui en tient lieu actuellement, ne réfléchit pas au long terme et ne réglemente pas ce processus sans fin apparente, générateur d’instabilité et de frustrations sociales ?

Source : Célia Chauffour- Le Monde (30 octobre 2006)


Moyenne des avis sur cet article :  4.48/5   (31 votes)




Réagissez à l'article

51 réactions à cet article    


  • mariner valley (---.---.64.212) 3 janvier 2007 13:19

    Ouais, pas du tout d’accord avec vous.

    les travailleurs bulgares, polonais ou autre d’ailleurs, n’iront pas tant que ca vers l’ouest. Les salaires de l’est sont nettement inferieur a l’ouest c’est vrai mais le cout de la vie aussi. un travailleur bulgare ne viendra pas travailler longtemps a l’ouest pour plusieurs raisons je pense :

    1- les salaires de l’ouest sont a comparer avec le cout de la vie qui est beaucoup plus elevee a l’ouest et beaucoup dechantent en arrivant a l’ouest.

    2- Si il le fait c’est pour une courte duree car dans beaucoup de cas ils preferent travailler chez eux.

    Ceux qui motivent les jeunes de l’Est pour aller a l’Ouest se sont les etudes de meilleures qualites essentiellement qui leurs assurent pratiquement un job quand ils rentrent chez eux.


    • mariner valley (---.---.64.212) 3 janvier 2007 13:22

      Je rajouterais qu’il y a penurie de main d’oeuvre en France dans les domaines que vous citez et que beaucoup de jeunes ne veulent pas y rentrer pour des raisons diverses.... et ca ce n’est la faute des travailleurs etrangers.


    • ZEN etienne celmar dit ZEN 3 janvier 2007 13:47

      @Mariner

      Je crois que vous m’avez mal lu et il ne s’agit pas de croyances mais de faits. La métaphore de la « ruée vers l’ouest » n’indique qu’une tendance, bien sûr.

      Entendu hier matin sur F.Inter : la Roumanie commence à manquer d’ouvriers qualifiés dans certains domaines, notamment le BTP. Certaines entreprises font appel à du personnel pakistanais...


    • CAMBRONNE CAMBRONNE 3 janvier 2007 15:31

      ZEN

      Bon article qui correspond à la réalité .

      J’ai vécu trois ans en Pologne communiste de 86 à 89 sous Jaruzelwski et je suis heureux de voir ce pays se développer à ce rythme . A l’époque les diplomés d’université se faisaient embaucher comme femmes de ménage ou chauffeurs chez les étrangers occidentaux .

      Ils étaient à l’époque ceux qui voyageaient le plus pour faire de l’argent . Petits trafics etc . Ils viennent encore chez nous car même si la vie est plus chère ils vivent aux moindres frais pour ramener chez eux des produits qui sont encore rares et faire des économies .

      Le Polonais devenu paresseux sous le régime communiste a retrouvé toute sa vigueur et ce sont des gens qui apporteront beaucoup à l’Europe .

      De toute façon les pays de l’Est ont droit à notre aide car nous les avons franchement laissé tomber pendant cinquante ans .( Hors sujet mais j’avais envie de le dire )

      Bonne année ZEN


      • ZEN etienne celmar dit ZEN 3 janvier 2007 22:07

        @Cambronne

        Bonne Année

        Je crois que vous avez mal perçu la portée de l’article et le sens de mon intervention. Le problème dépasse la Pologne.


      • CAMBRONNE CAMBRONNE 4 janvier 2007 10:22

        ZEN

        Vous n’avez pas fini de prendre les autres pour des cons !

        J’ai bien compris que votre sujet dépassait le problême de la Pologne . J’ai mis mon grain de sel parcequ’il s’avère que je connais bien la Pologne ce qui me permet de donner un éclairage perso à vos propos avec lesquels je suis globalement d’accord .

        Effort recommandé pour 2007 Monsieur ZEN : De l’humilité .

        Bonne année .


      • ZEN etienne celmar dit ZEN 4 janvier 2007 10:39

        @Cambronne

        Dont acte,mon général...

        entre inadéquation et connerie, il y a plus qu’un cheveu...


      • CAMBRONNE CAMBRONNE 4 janvier 2007 11:16

        ZEN

        Comme on dit : Au temps pour les crosses !

        Cdt


      • Sylvain Reboul Sylvain Reboul 3 janvier 2007 17:16

        Dans un monde dans lequel les marchandises , les capitaux et les informations circulent, il est absurde et injuste que les hommes pauvres, à l’exclusion des riches, soient empêchés de le faire.

        C’est un loi de l’espèce humaine que les plus pauvres migrent là où leurs conditions de vie leur paraissent pouvoir s’en trouver améliorées.

        Aucune entrave ne peut empêcher pacifiquement un tel mouvement de mondialisation des hommes. Encore moins aujourd’hui que hier.

        Reste à la politique de définir les règles de cette mobilisation pacifique des hommes pour éviter l’extrême violence que génèrerait cette injustice majeure qui verrait les pauvres déchus d’un droit à la libre circulation (comme droit de l’homme) par les plus riches ou les mieux pourvu.

        Il faut donc raisonner dans le cadre cosmopolitique (comme en ce qui concerne l’écologie) et non plus national pour penser un avenir de justice universelle. Toute autre vision nationaliste obsolète (ligne Maginot imaginaire) nous condamnerait à la guerre généralisée de tous contre tous. Laquelle serait aujourd’hui potentiellement exterminatrice de l’espèce toute entière : les armes modernes menacent en effet l’humanité toute entière et leur usage est sans frontières nationales ou sociales.


        • ZEN etienne celmar dit ZEN 3 janvier 2007 22:01

          @SReboul

          « C’est un loi de l’espèce humaine que les plus pauvres migrent là où leurs conditions de vie leur paraissent pouvoir s’en trouver améliorées.... »

          C’est exactement en ces termes que les plus ultra libéraux essaient de justifier depuis le 19° s. les rapports économiques existant, en faisant appel aux lois de l’espèce ou de la nature. Quid de l’histoire, des rapports de production,de l’analyse d’un processus qui ne doit rien à la nature ?Comme si cette « migration » étaient le résultat d’un choix !...


        • Forest Ent Forest Ent 4 janvier 2007 00:09

          "Aucune entrave ne peut empêcher un tel mouvement de mondialisation des hommes.

          Il faut raisonner dans le cadre cosmopolitique et non plus national pour penser un avenir de justice universelle."

          Ca, c’est typiquement de l’angélisme exterminateur, cause des plus grands maux. Votre utopisme est criminel.


        • Asp Explorer Asp Explorer 4 janvier 2007 07:38

          Je suppose que si vous tenez ce discours, c’est parce qu’il y a assez peu de professeurs honoraires de philosophie parmi les migrants d’Europe de l’Est, et que de par le fait, vous risquez peu de perdre votre emploi, ou de voir votre salaire réduit en vertu de la loi « naturelle » de l’offre et de la demande.


        • etienne celmar dit ZEN (---.---.173.68) 3 janvier 2007 17:56

          En passant à la moulinette éditoriale (effet des lendemains de fêtes ?), mon article a perdu son sous-titre :« LA POLOGNE EN MANQUE DE MAIN D’ OEUVRE OU L ’EFFET- DOMINOS »

          @ S.Reboul

          Une mondialisation dans ces conditions est porteuse de graves conséquences à terme. L’« homme nomade » d’Attali c’est bien pour les cadres. « L’avenir de justice universelle », je ne le vois pas poindre dans cette Europe ouverte à tous les vents, sans projet ni vraies règles, condamnée à une fuite en avant qui va compromettre toute possible unité et cohérence économiques et politiques.

          Dans le Monde-Diplo de Janvier, un article intéressant de Paul Thibaud (« quel cap pour l’Europe ? ») analyse avec pertinence les présupposés de la « philosophie » européenne imprégnée de néolibéralisme. Son article commence ainsi :« L’Europe est victime du parti-pris de ne pas penser l’Europe... »

          L’entrée de la Bulgarie et de Roumanie« ne laisse pas l’administration indifférente, qui s’appréte à installer ses soldats sur le littoral roumano-bulgare de la Mer Noire. Sous le parapluie euro-atlantique, la Roumanie et la Bulgarie pourraient participer à la sécurité des nouvelles routes de l’énergie en provenance de la Mer Caspienne vers l’Europe occidentale via la Mer Noire. » (Mirel Bran -Le Monde du 1° janvier)

          Voir aussi un dossier détaillé dans le Monde du 2 /1 sur le bassin de la Mer Noire, zône de tension stratégique,où Bruxelles peine à définir sa politique (c’est un euphémisme...),là où se profilent de puissants intérêts US..« En terme de sécurité, la Roumanie a préféré le parapluie aux discours de Bruxelles »(Mirel Bran)


          • ZEN etienne celmar dit ZEN 3 janvier 2007 18:02

            Je viens de perdre des couleurs :disfonctionnement de mon navigateur ?


          • Sylvain Reboul Sylvain Reboul 3 janvier 2007 18:48

            Ce sont ceux qui ont mis l’Europe politique en panne en affirmant à tort que le TCE est ultra-libéral et que l’Europe est responsable de tous les maux qui sont aussi responsables de la mondialisation dans les plus mauvaises conditions qu’ils dénoncent justement..

            Je vois de moins en moins ce qui, dans leur discours sur l’Europe, les distingue des souverainistes protectionnistes anti-européens..Leur prétention à construire une autre Europe socialiste ayant échoué, que leur reste-t-il d’autre pour prétendre s’opposer, sans moyens politiques européens plus démocratiques, à l’ultra- capitalisme dans les conditions de faiblesse de l’Europe politique qu’ils ont contribué à créer ? Il ne leur reste plus que leur vision nationaliste franco-française de la régulation mondiale.

            Et c’est tout bénéfice pour qui vous savez. La gauche de la gauche étant en pleine déconfiture (prévisible), sa thématique est donc logiquement recyclée sur l’autre pôle de l’échiquer politique, l’ultra-capitalisme mondial et son double fantasmatique ; le nationalisme à figure plus ou moins sociale (Marine Le Pen). C’est élémentaire.


          • Nono (---.---.191.111) 3 janvier 2007 19:13

            @ Sylvain Reboul (IP:xxx.x27.156.84) le 3 janvier 2007 à 18H48,

            Meilleurs voeux et bonne année Sylvain.

            Vous visez juste, comme toujours !

            Cdlt

            Nono


          • (---.---.229.236) 3 janvier 2007 19:17

            Chut Sylvain !

            Laisser les simples d’esprits célébrer leur victoire contre « l’Ultra-libéralisme » Européen..

            J’adore décidement la politique !


          • Asp Explorer Asp Explorer 4 janvier 2007 07:40

            80% des lois votées en France sont les transcriptions des directives Européennes. Il est donc légitime d’imputer une partie des difficultés nationales à l’Europe.


          • Sylvain Reboul Sylvain Reboul 4 janvier 2007 11:40

            Comme vous le dites ces lois sont votées en France après avoir été approuvées par le conseil des ministres européens formé par des états démocratiquement élus dont le gouvernement français fait partie.

            Il n’ y a pas de super-état européen qui imposerait des décisions aux états nationaux ! C’est un leurre que de dire le contraire, malheuseusement instrumentalisé par des responsables politiques français qui ont approuvés les popositions de la commission !

            Cette défausse politique permanente doit cesser d’empoisonner le débat autour de la construction européenne sur ce forum qui se veut attentif à la réalité des faits et prétend lutter contre la désinformation.


          • Asp Explorer Asp Explorer 4 janvier 2007 20:18

            Ce n’est pas parce que vous montrez le soleil du doigt en proclamant qu’il est carré que vous en aurez raison pour autant. Je constate que 80% des lois votées en France viennent de l’Europe. C’est quoi l’Europe ? Un ensemble disparate de gens n’ayant pas les mêmes intérêts, et qui tentent de faire des compromis aussi mutuellement profitables que possible. Mais on part là de quelques présupposés, à savoir que les intérêts de chaque nation sont défendus par des représentants :

          • Compétents
          • Honnêtes
          • Attentifs aux intérêts de leurs concitoyens
          • AU COURANT des intérêts de leurs concitoyens
          • Vaguement légitimes

            Ce qui dans le cas de la France, ne se vérifie pas.


  • Nono (---.---.191.111) 3 janvier 2007 18:26

    Un billet pertinent, Zen,

    C’est une question qui est et sera à débattre sérieusement qu’on le veuille ou non. Je partage parfaitement votre analyse. L’effet domino est inévitable et même pour nos ingénieurs et médecins...Vers l’Ouest ?! smiley

    Si la libre circulation est l’un des fondements de l’Union européenne, ce n’est, pour le moment, qu’ un concept qui n’a pas encore trouvé toute son application.

    Bien que l’Italie a finalement décidé d’ouvrir complètement ses portes aux travailleurs en provenance des nouveaux membres de l’Union européenne, levant ainsi tous les quotas existants. Elle devient ainsi le huitième des Quinze anciens Etats membres à lever toutes les restrictions en l’encontre des travailleurs de l’Est. Le Royaume-Uni, l’Irlande et la Suède avaient fait disparaître leurs quotas dès l’élargissement de mai 2004. L’Espagne, le Portugal, la Finlande et la Grèce l’avaient fait le 1er mai 2006 (Ne subsiste que l’enregistrement des mouvements). Les sept autres Etats membres, dont la France, (qui maintient ses restrictions et ses dérogations ciblées sur certains métiers en manque de bras), ont jusqu’en 2009 ou 2011 ? pour leur emboîter le pas.

    Pour la petite histoire, il y a une version irlandaise du « plombier polonais » :

    Des ferries irlandais engageant des marins lettons moins payés que leurs homologues irlandais, avait fait déjà un petit scandale.

    (L’Irlande a accueilli, entre mai 2004 et novembre 2005, environ 160 000 personnes en provenance des nouveaux Etats membres.)

    Cela étant dit, les mesures restrictives pendant ces périodes de transition ne peuvent avoir qu’un effet négatif : favoriser le travail au noir...

    Question à suivre, donc ! smiley

    Cordialement

    Nono


    • ZEN etienne celmar dit ZEN 3 janvier 2007 19:35

      @ Nono,

      Bonjour,Merci pour ton appréciation et tes informations.

      Ce qui m’inquiète le plus, TCE ou pas TCE, c’est l’avancée visible ou non d’ intérêts Us puissants dans une Europe impuissante (ou/et complice ?). Voir ce que je dis plus haut pour la Roumanie, mais pour la Pologne c’est encore plus clair. Jennar a vu le problème depuis longtemps quand il parlait de la puissance de certains lobbies US bruxellois.

      Un lien intéressant :

      http://www.politis.fr/article1746.html


    • Nono (---.---.191.111) 3 janvier 2007 21:58

      Merci, Zen, pour le lien...Comme d’habitude, je reste toujours en phase ! smiley

      Effectivement il y a matière à se poser des sérieuses questions si l’on rajoute à cela la dérive que prend l’OTAN dans ses objectifs actuels et à venir (...Même si cela paraît hors sujet par rapport à ton article...L’offensive US est lancée à plein pot et les « pions » se mettent en place et jusqu’aux rives de la Méditerranée...) !

      Restons Zen.

      Cdlt

      Nono


    • ZEN etienne celmar dit ZEN 3 janvier 2007 20:12

      @ Le furtif

      Ce qui me trouble , dans le discours de SReboul, c’est l’absence de référence à la dégradation en cascade des salaires ,qui résulte du système décrit , et au manque de vraie politique sociale européenne concertée.Les grands principes semblent aveugles à la réalité qui se construit sous nos yeux.


    • Asp Explorer Asp Explorer 4 janvier 2007 07:44

      Monsieur Reboul me semble faire partie de cette caste au pouvoir pour qui « tout va bien » puisque les chiffres macroéconomiques sont bons, ce que reflète leur propre situation. Ces gens oublient parfois que ces chiffres, ils les truquent à leur avantage, et que leurs revenus, c’est eux qui en décident. D’où une certaine incompréhension de gens qui ont un vrai métier, qui sont vraiment en concurrence avec de vrais travailleurs à 2 dollars par jour.

      En fait, on constate comme d’habitude que la mondialisation n’a de meilleurs avocats que ceux qui n’y sont pas confrontés.


    • Sylvain Reboul Sylvain Reboul 4 janvier 2007 11:49

      Il est sans exemple qu’un non et/ou un oui démocratiques soient définitifs et/ou sans alternance possible. Ce serait du reste contradictoire avec la règle démocratique

      Les électeurs ont le droit de changer d’avis, surtout s’ils s’aperçoivent de l’erreur manifeste d’un premier vote.

      De plus les électeurs eux-mêmes peuvent changer d’une élection à l’autre (renouvellement de l’électorat) !

      La politique démocratique n’a rien d’éternel, d’ absolu ou de religieux : elle évolue à la mesure diverse et changeante des électeurs. C’est cette souplesse auto-correctrice qui en fait la libéralité et la force.


    • Sylvain Reboul Sylvain Reboul 4 janvier 2007 12:04

      Je n’ai jamais dit que le système actuel était optimal mais j’ai dit que si on voulait lutter pour améliorer les choses il fallait poursiuvre la construction politique de l’Europe dans un sens plus démocratique ; ce que permettait certaines mesures et principes de droit, individuel, social et politique inscrits dans le TCE. Ce qui se passe aujourd’hui comme hier est la conséquence de la faiblesse politique de l’Europe aggravée par le non français et hollandais, que je désire temporaire, au TCE.

      Les partisans du non de gauche (ceux de droite ne m’intéressent pas) ont renforcé par leur attitude purement négative et faussement révolutionnaire la camps de ceux qu’ils combattent : ceux qu’ils appellent improprement les ultra-libéraux. C’est un fait admis par tous les observateurs et surtout les prétendus ultra-libéraux eux-mêmes. Ce qui s’appelle se tirer une balle dans le pied. Une erreur est riche d’enseignement : il n’ y a eu aucun plan b et les non de gauche se sont politiquement suicidés (et c’était entièrement prévisible pour qui connaît la nature des organisations dites anti-libérales).

      La persistance dans l’erreur qui consiste à refuser de voir la réalité qui dément jour après jour les prédictions les plus fantasmatiques des partisans du non dit de gauche est une faute poltique.


    • DANIEL (---.---.176.165) 3 janvier 2007 20:45

      L’Algérie aujourd’hui emploie plus de 300000 Chinois dans le secteur du bâtiment. Autant d’emplois non disponibles pour les Algériens, qui vont tenter leur chance en France ou ailleurs.

      Contrairement à ce beaucoup veulent nous faire croire , les emplois occupés par les immigrés ne sont pas « refusés » par les « indigénes », que ce soit en France , en Pologne ou en Algérie.

      Les emplois occupés par les immigrés sont pour la plupart dévalorisés en termes de salaires et de protection sociale. Sans compter que les autochtones en sont bien souvent éloignés pour des raisons diverses : risques de mouvements sociaux ou plus simplement parce que l’origine et le régime salarial des salariés sont parties intégrantes du marché (cas du bâtiment en Algérie ou en France pour le cas de la construction du Stade de France, par exemple).

      L’affaire du « plombier polonais » n’interpellait d’ailleurs pas une xénophobie fantasmatique des Français, mais une dérive supplémentaire en matiére de droits sociaux, avec la directive Bolkenstein.

      En la matiére , l’immigration n’est qu’un moyen utilisé par le marché pour casser les coûts et les solidarités sociales et professionnelles.

      On remarquera en outre que cette dérive ne concerne pas seulement les emplois ouvriers, mais de plus en plus des professions plus prestigieuses : que ce soit les médecins, les informaticiens entre autres.

      Notre pays compte 4 millions de chômeurs, et ne compterait aucun volontaire pour travailler dans le bâtiment ou en hopital ??? L’ironie c’est de constater que le Français qui refuse de faire peintre en bâtiment ou plombier, ou boulanger, va le faire en Angleterre ou en Australie parce qu’il y sera correctement payé. Aussi correctement payé, en terme de monnaie d’échange, que l’Algerien qui vient travailler dans le bâtiment en France parce que chez lui il est exclu du secteur (exclusivité chinoise) ou payé un salaire de misére par rapport au coût de la vie.

      On peut estimer que c’est un bien, les voyages, les échanges, etc...

      Mais les gens, les peuples , ont je crois plus besoin de sérénite et de stabilité en ce qui concerne leur nerf de la guerre : à savoir leur emploi et moyen de subsistance.


      • Ségoléne (---.---.229.236) 3 janvier 2007 20:46

        Les indigénes ne veulent travailler dans les secteurs ou il y a des immigrés.


      • ZEN etienne celmar dit ZEN 3 janvier 2007 20:52

        @ Daniel

        Bonjour,. Votre commentaire est trés intéressant. Je connaissais le cas algérien mais pas le nombre d’ouvriers chinois.Je pense qu’on pourrait trouver d’autres exemples

        « L’affaire du »plombier polonais« n’interpellait d’ailleurs pas une xénophobie fantasmatique des Français, mais une dérive supplémentaire en matiére de droits sociaux, avec la directive Bolkenstein », dites-vous. Tout à fait.


      • Robert Ggr (---.---.229.236) 3 janvier 2007 20:59

        Non et non, c’était au contraire une possibilité pour la gauche de hurler sa xénophobie, chose qu’elle n’aurait jamais osé avec un plombier arabe/noirs. N’oublions pas que la gauche est imprégné de racisme, et que c’est pour cela, parce qu’elle à une vision raciste du monde, qu’elle fait à longueur d’année des discours anti-raciste à des gens qui n’en ont rien à faire, n’étant pas concerné par ces fantasme malsains. C’est un exutoir pour elle, et comme une confession.


      • Robert Grosbourdon (---.---.229.236) 3 janvier 2007 20:59

        Non et non, c’était au contraire une possibilité pour la gauche de hurler sa xénophobie, chose qu’elle n’aurait jamais osé avec un plombier arabe/noirs. N’oublions pas que la gauche est imprégné de racisme, et que c’est pour cela, parce qu’elle à une vision raciste du monde, qu’elle fait à longueur d’année des discours anti-raciste à des gens qui n’en ont rien à faire, n’étant pas concerné par ces fantasme malsains. C’est un exutoir pour elle, et comme une confession.


      • ZEN etienne celmar dit ZEN 3 janvier 2007 22:21

        Le monde du 3/1/07 . Extrait de l’éditorial :

        « L’Europe a besoin d’une vraie politique de l’énergie autant que d’une coordination de ses politiques économiques, fiscales, voire sociales. L’Europe a besoin d’un vrai budget pour pouvoir agir efficacement. Sur ce point, l’Allemagne de Gerhard Schröder puis d’Angela Merkel s’est montrée peu coopérative, préférant négocier seule avec la Russie sur l’énergie ou décidant seule d’augmenter de trois points sa TVA. »

        C’est l’Europe « du chacun pour soi », du « je veux bien faire des concessions si ça m’arrange »...La Pologne a choisi de s’équiper militairement US,etc...Parlons d’un espace de libre-échange en expansion , comme le souhaitaient les anglo-saxons, qui ont imposé leur vue, oui, mais quoi de plus ? L’illusion des fondateurs (de Monnet, de Gaspéri,Schuman ) fut de croire que l’imbrication des économies suffirait à ,produire à terme, comme par génération spontanée, une union politique.


        • Asp Explorer Asp Explorer 4 janvier 2007 07:47

          Pas forcément, il y a des pays partageurs. Par exemple, toujours en politique énergétique, il y a un pays dont les contribuables ont payé les yeux de la tête pour s’équiper de centrales nucléaires qui font de l’électricité pas chère, mais comme finalement on a mis l’électricité en commun, ils payent le même prix que les autres (c’est à dire cher, à cause du prix du gaz naturel). Ah ah ah, les braves couillons ! Grâce à eux, toute l’Europe s’éclaire un peu moins cher, merci !


        • Asp Explorer Asp Explorer 4 janvier 2007 07:50

          Au fait, d’où vient-il ce plombier polonais ? Vous vous souvenez ?

          Non, ce n’est pas Fabius.

          Non, ce n’est pas De Villiers.

          C’est Philippe Val, le célèbre homme de gauche ouiouiste, qui l’a inventé. Et on en a fait « l’argument du non ». Ce qui en dit long sur ce que les ouistes avaient à dire pour défendre leur thèse : rien, si ce n’est du vent et des mensonges.

          Et près de deux ans après, ça n’a pas changé.


          • ZEN etienne celmar dit ZEN 4 janvier 2007 11:24

            @ Asp Explorer, bonjour

            Philippe Val : « de gauche » dites-vous ?

            http://fr.wikipedia.org/wiki/Philippe_Val


          • Asp Explorer Asp Explorer 4 janvier 2007 19:58

            Vous avez raison, j’ai oublié des guillements dans mon commentaire, vous avez corrigé de vous-même. Il va de soi que pour moi, Philippe Val est un homme de gauche au même titre que Roland Dumas ou Hervé Bourges, par exemple.


          • ZEN etienne celmar dit ZEN 4 janvier 2007 12:06

            @Talleyrand

            Nous nous rejoignons là sur l’essentiel...L’économiste Maurice Allais avait proposé quelques mesures de bon sens, qu’on peut trouver résumées sur son site.

            Votre conclusion est rigolote, dans le droit fil de votre dernier article...


          • ZEN etienne celmar dit ZEN 4 janvier 2007 13:11

            @ Taleyrand

            Le Prince se fâche, sans honte du ridicule..Est-ce la nouvelle année qui vous met dans cet état ou les récents scandales dans la royale famille belge ? Taleyrand (le vrai) était plus souple dans ses relations humaines et diplomatiques, ce qui fit son succès...

            Apprenez à trouver dans un lien ce qui concerne notre sujet : l’économie et l’Europe...Est-ce de l’ignorance ou de la mauvaise foi ?


          • ZEN etienne celmar dit ZEN 4 janvier 2007 13:16

            @ Impardonnable : je vous ai coupé une « l »

            Merci encore pour vos bons conseils, Prince..Je vous salue trés humblement , en signe de mon plus profond respect devant votre Grandeur. Votre trés humble serviteur.

  • Ajouter une réaction

    Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

    Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


    FAIRE UN DON

    Auteur de l'article

    ZEN

    ZEN

    Un citoyen, tout simplement.... " Un homme ne se mêlant pas de politique mérite de passer, non pour un citoyen paisible, mais pour un citoyen inutile." [Thucydide]


    Voir ses articles

    Inscrivez-vous pour participer à AgoraVox

    Derniers articles de l'auteur

    Tous les articles de cet auteur


    A lire dans la même rubrique

    Economie
    Voir tous les articles de la rubrique


    Les thématiques de l'article


    Palmarès

    3 derniers jours

    Articles les plus lus

    1. Marine Le Pen à l’Élysée : une présidente impuissante
    2. Moi, SDF depuis ma naissance !
    3. Au revoir, au revoir, Président…
    4. Présidentielle en Autriche : l’élection oubliée
    5. 45 ans !!! T’es trop vieux !!!
    6. Hollande 2017 : Capitulation en rase campagne sur champs de ruines (Allégorie)
    7. Etienne Chouard : La vérité sur le chômage !
    8. Du courage et de la dignité dans le renoncement de Hollande ? Vraiment ?
    9. Valls lui a dit : « De toute façon moi, j’y vais »
    10. Dette : effaçons l’ardoise !

    Derniers commentaires