Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Economie > EDF : quand la déréglementation fait s’envoler les prix (...)

EDF : quand la déréglementation fait s’envoler les prix !

La déréglementation et la concurrence feront baisser les prix disaient-ils...En mars 2002 à Barcelone, Jacques Chirac et Lionel Jospin signaient comme un seul homme la libéralisation du marché de l’électricité, rapidement appliquée via plusieurs directives européennes et jamais remise en cause par leurs successeurs.

Quel succès !.. Après une forte hausse des tarifs l’an dernier, le patron d’EDF, Pierre Gadonneix, réclame désormais au gouvernement l’autorisation d’augmenter ses tarifs de 20%. EDF consentirait à étaler cette hausse vertigineuse sur 3, voire 4 ans. Merci, c’est beaucoup trop...

En réalité, la déréglementation du secteur de l’électricité s’est traduite par une dégradation du service, une moindre sécurité à terme, et une hausse des prix.
Le désengagement de l’Etat qui en fut le corollaire a en effet projeté EDF dans une optique purement concurrentielle, l’amenant à faire des choix de gestion hasardeux et coûteux, à manquer de moyens pour l’essentiel, comme l’indispensable renouvellement du parc de centrales nucléaires perpétuellement retardé, et à mettre au second plan les impératifs du service public.

Ainsi, EDF a plutôt moins bien géré la grande tempête qui a touché le Sud ouest du pays en janvier dernier que celles qui dévastèrent la France en décembre 1999. Tardant à rétablir le courant chez les particuliers, EDF a préféré se concentrer sur la sécurisation de ses réseaux d’acheminement d’électricité vers...l’Espagne, un gros marché. On voit que les priorités ne sont plus les mêmes.

Même constat négatif au niveau des tarifs.
Alors qu’avant la déréglementation nous profitions des deuxièmes tarifs d’électricité les plus bas d’Europe, ils sont aujourd’hui les sixièmes plus élevés, et la hausse réclamée par Pierre Gadonneix ne devrait qu’aggraver la situation, au détriment du pouvoir d’achat des plus modestes et des classes moyennes.

Malheureusement, ces erreurs du passé ne sont pas prises en compte pour l’avenir. Avec l’assentiment de Nicolas Sarkozy, du gouvernement, et de la plupart des partis qui ensemble ont voté à Bruxelles l’ouverture du marché du courrier en Europe, la Poste verra dès 2011 son activité totalement déréglementée.
En Espagne, où la directive est déjà appliquée depuis 2007, la poste locale, Correos, ne livre plus leur courrier aux habitations situées à plus de 250 mètres d’une voie principale. Il est fort probable que la France suive le même chemin.

Ces échecs et les leçons de la crise doivent nous pousser à changer de modèle. L’heure est aux régulations et aux Etats forts. Il est infiniment regrettable, et même criminel, que l’Europe et ses partisans s’entêtent à suivre le chemin inverse, celui qui nous a conduits vers l’appauvrissement généralisé et la destruction progressive des services publics.

Le Vrai Débat


Moyenne des avis sur cet article :  4.52/5   (25 votes)




Réagissez à l'article

18 réactions à cet article    


  • krolik krolik 10 juillet 2009 10:45

    Bruxelles veut de la « libre concurrence »..
    Et les prix d’EDF sont trop bas, la France bénéficie de la « rente nucléaire » pour employer le terme bruxellois idoine.
    Donc EDF se met dans le jeu et veut sortir du tarif régulé.
    D’ailleurs EDF paie des primes à ses commerciaux lorsqu’ils perdent un gros client.Ce qui est tout de même très surprenant dans un premier abord.

    Les « concurrents » potentiels d’EDF en France rachète de l’énergie « en gros » à EDF pour la distribuer ensuite. Et en ce moment pour avoir une chance de placer de l’électricité moins chère ils essaient de négocier sur tout. avec EDF Par exemple ils vodraient qu’EDF retire dans le prix qui leur est fait le montant de la provision pour démantèlement des centrales..

    Mais avec la fin du tarif régulé l’augmentation de 20% aura lieu naturellement.. Même si elle n’a pas de justification, simplement pour être au niveau des concurrents.Et là EDF pourra racheter des concurrents (dans les limites admises par Bruxelles.. bien sûr)
    @+


    • Alpo47 Alpo47 11 juillet 2009 07:56

      La privatisation de GDF a t-elle profité aux usagers, comme promis ?
      Non, évidemment. GDF a rapidement bénéficié de très généreuses augmentations de tarifs, dont certaines inattendues si on en croit ses dirigeants, et les actionnaires amis se sont partagé 6,5 milliards de profit en 2008.

      Peut être serait il temps d’ouvrir les yeux sur ce qui se passe vraiment dans notre société ? C’est à dire le pillage de nos ressources et biens collectifs par une minorité.

      Juste pour l’anecdote, on nous disait que les prix du gaz étaient indexés sur ceux du pétrole, et ces derniers grimpants ... or, aux dernières nouvelles, on nous dit que les prix du pétrole ont certes beaucoup baissé mais que ceux du gaz .... ne vont finalement pas suivre et rester ce qu’ils sont. Personne ne dit rien, pourquoi se gêner ?.

      Même Al Capone n’aurait pas osé .


    • Le péripate Le péripate 10 juillet 2009 10:54

      Oui, EDF souhaite augmenter ses prix.

      Les raisons en sont simples.
      1/ En régime de « prix » contrôlés, une large partie des coûts sont couverts par le vaste trou des finances publiques, et sont « invisibles » bien que tout à fait réels .
      2/ EDF, étant de moins en moins soutenu par l’Etat (qui a lui même quelques problèmes de budget) n’a pas investi pour le futur, a prorogé la durée de fonctionnement des centrales nucléaires qui vieillissent
      3/ EDF a investi à l’étranger, loin de ses bases
      4/ EDF a déjà souscrit un couteux emprunt.
      5/Une journée de grève lui coute 250 millions d’euros
      6/Son CE est richissime (1%  !)
      7/ Le tarif EDF pour ses salariés
      8/ EDF rachète aux particuliers de l’électricité d’origine éolienne à un prix élevé


      • Le péripate Le péripate 10 juillet 2009 13:38

        Oui, bien sûr. Pourtant, il me semble que j’ai répondu par avance à cette objection. Voir point 1.


      • Le péripate Le péripate 10 juillet 2009 20:00

        Mais simplement parce que j’aime bien discuter.


      • paul 10 juillet 2009 11:06

        Le déficit démocratique pour cette Europe libérale -avec une abstention record- nous fera payer
        de plus en plus cher la fameuse « concurrence libre et non faussée » ( n’est ce pas Quatremer ?)
        Cette augmentation a évidemment un fort impact sur le pouvoir d’ achat .
        La Crise permettra ,au Joé Dalton de l ’Élysée, d’expliquer l’effondrement du pouvoir d’achat et
        la nécessité d’ un emprunt ,dont les plus riches souscripteurs recevront les dividendes .


        • goc goc 10 juillet 2009 11:35

          Ce qui sera interessant à observer, c’est l’augmentation de tarif qu’appliqueront les autres fournisseurs de courant, qui pour appater le client, sont actuellement en train de vendre le watt à perte

          Quand on pense qu’ils ont osé pretendre pouvoir etre moins cher qu’EDF

          et puis autre remarque, l’atitude « lobbyiste » de l’etat qui n’avait pas hesiter à donner un coup de pouce aux operateurs en essayer d’empecher le retour au tarif regulé en cas changement de contrat (changement le plus souvent fait a partir de methodes commerciales peu honorables et basées sur de gros mensonges)

          bref on a tous interet a rester vigilant, car apres Hadopi, on pourrait bien voir avec l’affaire EDF, un autre coup tordu de l’ultra-liberalisme sauvage et arrogant.


          • ZEN ZEN 10 juillet 2009 11:45

            Tout cela était prévisible, notamment en partie à cause de la politique calamiteuse de rachat à l’étranger
            Un long dossier sur Mediapart, trés fouillé, dont je ne donne qu’un petit extrait :

            "...Pierre Gadonneix explique que les augmentations tarifaires s’imposent pour relancer les investissements en France. Les dépenses d’investissement sont en effet tombées à un seuil critique dans le groupe. Au cours des dix dernières années, EDF a vécu sur sa rente, engageant moins de quatre milliards d’euros par an pour l’entretien et le renouvellement de ses équipements. Résultat ? Des manques criants partout. Un réseau de distribution au bord de l’apoplexie, un parc nucléaire souffrant de pannes à répétition et allant jusqu’à manquer de pièces de rechange indispensables.

             La situation n’est pas nouvelle. Et pendant les quatre premières années à la tête d’EDF, Pierre Gadonneix n’a rien fait pour la changer, continuant à maintenir au plus bas niveau les investissements français. L’affichage de résultats en constante augmentation, la conquête des marchés internationaux, la tenue du cours de Bourse, étaient prioritaires. La prise de conscience de la nette dégradation de son système électrique est venue il y a à peine un an. Brusquement, la direction d’EDF a réalisé la vulnérabilité de sa position : le groupe public est devenu acheteur net d’électricité, et dépense désormais des milliards pour assurer l’approvisionnement de la France. Déstabilisées par le manque d’investissement et une organisation inadaptée (lire EDF : les salariés du nucléaire en fusion), ses centrales affichent un taux de disponibilité – calcul économique qui mesure l’efficacité industrielle et économique – en baisse constante. D’un peu plus de 80%, ce taux est tombé officiellement à 79%, dans les couloirs du groupe, on évoque même le chiffre de 75%. Un point de moins signifie des milliers de KWh en moins, des dizaines de millions d’euros envolés.

             D’où la nécessité de dégager d’importants moyens financiers pour réorganiser une entreprise totalement déréglée. Mais EDF n’a plus la flexibilité financière nécessaire pour le faire. « Tous les bénéfices de la rente nucléaire ont été reversés aux Français », explique Pierre Gadonneix pour expliquer l’impasse dans laquelle se trouve le groupe public aujourd’hui. Dans les faits, il n’en est rien. Les consommateurs français ont certes profité d’une électricité bon marché, alignée sur l’inflation mais désindexée de coûts pétroliers et gaziers. Mais c’était l’objectif même du programme nucléaire lancé à partir de 1975.

             La rente nucléaire a surtout servi à payer la conquête internationale du groupe. Entre le rachat de l’allemand EnbW, du britannique London Electricity et de l’italien Edison, EDF a dépensé plus de 20 milliards d’euros entre la fin des années 1990 et 2005. Sans parler des 10 milliards investis dans les années 1990 dans des sociétés en Amérique du Sud (Brésil et Argentine) qui se sont révélées des opérations calamiteuses et ont été liquidées dans des conditions tout aussi désastreuses. Contrairement à ce qu’assure Pierre Gadonneix, aucune des filiales internationales du groupe ne s’auto-finance, et l’endettement lié à ces acquisitions n’a toujours pas été remboursé....."


            • François51 François51 10 juillet 2009 12:17

              ErDF une dette de 24,5 Milliards d’Euros. l’entreprise peut lancer un emprunt auprès des Français. !
              60 ans d’histoire d’une entreprise, partie en fumée depuis Juillet 2007 date de l’ouverture des marchés de l’energie..
              EDF un fournisseur parmi les autres,(direct energie, poweo, GDF suez etc.etc.)
              ErDF qui soutraite toute ses activitées ou presque (acceuil telephonique, physique,relève,.....(intervention chez la clientèle pour bientôt ?).... c’est en cours.
              une entreprise, qui ne résonne plus qu’en termes de cout ,de rentabilité. une notion de service public a la dérive, ou les agences d’acceuil sont supprimées de ville en ville
              des offres a la clientèle quasi exclusivement payante , des heures d’attente au téléphone pour contacter un conseiller clientèle , impossible de garder le même interlocuteur lorsque vous voulez un accès a l’electricité pour votre maison en construction, des délais de plus en plus long pour que votre branchement soit réaliser, alors que vous l’avez déjà payé depuis longtemps. branchement réalisé par des entreprises en soutraitance.
              des délais de plus en plus long pour une ouverture de contrat, une résiliation ou autre.
              si vous arrivez a avoir un conseiller clientèle, pour un renseignement, (tarification,réglage disjoncteur, puissance,) la réponse magique, c’est voyez avec votre fournisseur !!. en bref circulez, il n’ya rien a voir.
              voilà en deux ans d’ouverture a la concurence.
              autant vous dire que l’histoire sera du même genre pour la poste en 2011.
              « dites moi ce que vous voulez, je vous dirait comment vous en passer » ...


              • plancherDesVaches 10 juillet 2009 14:16

                Bien vu, Chantecler.

                Et c’est ce qui se passe avec d’autres secteurs : médecine, éducation, distribution de courrier,...
                Manipulation à grande échelle.

                Et j’ai une pensée émue pour tous ces libéraux qui se disent qu’ils pourront acheter des actions qui leur permettront de préserver leur petit capital....
                Les petits porteurs se sont toujours fait rouler. Ils sont par contre nécessaires pour faire vivre l’american dream dans l’esprit de la populace.

                Pour le nucléaire, les petits porteurs vont avoir aussi une sacrée déconvenue lorsqu’il faudra réellement aborder le sujet des déchets (toujours pas réglé) et SURTOUT du démantellement qui coûte aussi une fortune.


              • aetius320 10 juillet 2009 14:32

                Il n’y a plus rien à faire avec les partisans de l’école autrichienne qui se sont incrustés au plus sommet de l’état et avec leurs sbires dans les universités et les banques. Ce sont des sectaires dogmatiques lobotomisés qui vont tout casser (pour les lecteurs pseudo-libéraux, tout le monde sait bien sûr que tout est de la faute de l’Etat qui est trop intervenu alors qu’en réalité il suivait les conseils de cette école depuis 30 ans, infiltré qu’il était par ses sicaires).
                Ils ont conquis tous les postes et leur pensée est hermétique à tous les arguments n’allant pas de leur sens de la liberté, en réalité un socialisme de classe pour ne pas dire de caste. Théorie libérale donc « casto-socialiste » appliquée sans défaut depuis les années 80.
                On ne peut plus rien faire maintenant si ce n’est attendre l’effondrement total de l’Occident qui permettra la purge.
                Il iront jusqu’au bout de leur logique. EDF n’étant qu’un avatar de plus de leur exactions permanentes. Mais comme je l’ai dit de nombreuses fois, l’histoire est ironique et l’argent qu’ils ont soustrait au-delà de l’humble richesse (quelques millions tout de même) dont ils aurait du se contenter partira en fumée avec l’inflation qui vient et dont ils ne veulent absolument pas. Qui vient obligatoirement puisque de toute façon l’endettement des états occidentaux ne pourra jamais être remboursé. Ce n’est pas avec quelques économies sur les postes de fonctionnaires ou la pseudo-reprise façon « green-shots » qui maintinedra à flot la dette française ou les 58 000 milliards de l’Etat-Goldman-Sachs américain.


                • herve33 10 juillet 2009 16:26

                  Bravo aux champions de la privatisation ou la manière d’engraisser les actionnaires sur le dos des consommateurs .

                  Lorsque EDF était dans le domaine publique et non coté en bourse , son seul objectif était tout au moins en théorie de péréniser la fourniture d’électricité sur le territoire national et se moquait de rémunérer les actionnaires .

                  Désormais , depuis qu’ EDF est privisatisé , il a , comme toute grosse entreprise multinationale joué avec le casino des marchés internationaux , en essayant d’investir l’argent du contribuable français pour se développer à l’international , simplement pour ouvrir davantage de dividendes aux actionnaires .

                  Avec le fiasco des marchés financiers , EDF a sans doute perdu beaucoup d’argent , et maintenant se retourne vers l’Etat Français et les consommateurs pour payer l’ardoise .

                  On peut merci , à notre cher président d’avoir privatisé EDF .


                  • monbula 10 juillet 2009 21:31

                    Maintenant, on commence à comprendre le pillage (du peuple français et payé par les impôts directs de nos parents ) de nos entreprises publiques.
                     Payons plus pour avoir moins.

                    Je vous conseille le livre « l’Insurrection qui vient », 6.55€ port compris chez Alapage. Merçi MAM d’en avoir fait la pub.


                    • chmoll chmoll 11 juillet 2009 09:44

                      une fois je suis passé a coté d’un petit lotiss’ment

                      j’ai été frappé,lls avaient presque tous leurs petites éoliennes dans leurs jardin

                      pour étancher ma curiosité,j’ai frappé a une porte et engagé la conversation avec l’ bonhomme
                      sur ces éoliennes

                      m’a fait renter chez lui m’a expliqué le fonctionnement,il a en permanence sa machine a laver et lave vaisselle brancher sur ce système ,ça facture a baissé de presque 50 %

                      le cout de l’éolienne lui a revenu a 390 € (fabriqué par lui mème)

                      une dizaine de pavillons sont équipés comme lui,j’vous dit pas la tronche de L’EDF si tout l’monde fait la mème chose

                      au fait le plan pour fabriquer cette éollienne il l’a trouvé sur le net


                      • herve33 11 juillet 2009 10:41

                        @chmoll

                        Effectivement cela peut etre interessant , ce sont en général des éoliennes 12 V , et il faut transformer ce 12 V en 220 V avec des batteries et un onduleur suffisamment costaud , ce qui doit etre bien plus cher que 390 E . Je doute que l’on puisse alimenter une machine à laver ou un fer à repasser avec une éolienne mais cela suffit pour alimenter l’éclairage , un ordinateur , une télé et tous les appareils ne passant pas 400 W .

                        Autre piste , si on fait le bilan de tous les consommations en veille , . En utilisant des prises qui programment les heures de mise sous tension , on peut économiser 10 % de sa facture d’électricité .


                        • chmoll chmoll 11 juillet 2009 11:07

                          si on le l’aurait dit j’aurais en un doute, mais je l’ai constaté sur place

                          leurs éoliennes a été fabriqué a partir d’un alternateur de bagnole,un convertisseur de courant (136€) avec deux sorties, 2 grosses batteries d’occas pour stocker l’courant

                          sa facture il me la montré il a économisé presque 50%

                          dommage que je ne lui ai pas demandé sur quel site il a trouvé le plan

                          je l’aurais mis ici


                        • jjwaDal marcoB12 12 juillet 2009 21:15

                          A mon avis, EDF entreprise publique, c’était une stratégie d’entreprise corsetée car dictée par
                          des politiques qui n’y connaissaient pas grand-chose (on aurait dû augmenter les prix de l’électricité bien plus ne serait-ce que pour provisionner correctement le démantèlement et le stockage des déchets, quitte à placer « pépère » l’argent récolté en excédent sur 20/30 ans) et entreprise privée c’est une logique de hausse de coûts pour faire plaisir non aux usagers mais aux actionnaires.
                          A chacun sa religion.
                          On y gagne en diversité d’offre (fallait pas compter sur EDF pour faire de l’éolien, du solaire, du biogaz et autre) on y perd en coût.
                          Combien de fois faudra-t’il dire que l’investissement pour faire des économies d’énergie coûte déjà moins cher que payer des factures standards et que plus le coût de l’énergie augmente plus ces investissements sont bon marchés ? Il y a même des aides de l’Etat (qui gagnerait à envoyer directement les crédits d’impôt aux entreprises, vu qu’elles majorent leurs prix en conséquence...) pour certaines dépenses.
                          Je suis pour une hausse de 100%, tout de suite. Au moins l’efficacité énergétique bondirait et les renouvelables feraient moins couiner ceux qui préfèrent une société sous la menace constante d’un 9/11 radioactif.


                          • keith 16 juillet 2009 10:22

                            Franchement, messieurs, EDF est l’une des entreprises les moins libérales que je connaisse. J’en veux pour preuve la nécessité pour Gadonneix de demander l’autorisation à la présidence avant d’augmenter ses tarifs, comme la nature très majoritairement publique de son capital.

                            Associer cette demande de hausse des tarifs au libéralisme relève d’un raccourci confortable pour les hérauts de l’altermondialisme que vous êtes. Mais si le libéralisme joue sans doute un rôle dans cette augmentation, il serait malhonnête de lui faire porter le chapeau à lui tout seul.
                            Qu’en est-il des erreurs d’investissements par exemple ? Qu’en est-il du poids de la masse salariale et des « avantages acquis » ?

                            Le libéralisme c’est le jeu de l’offre et de la demande. Si ici il peut conduire à une augmentation des prix, il a conduit a de très nettes diminutions pour la téléphonie fixe par exemple. Mieux encore, je parie que ceux d’entre vous qui partent en vacances n’utilisent plus que des compagnies low-cost, qui sont pourtant des enfants de la libéralisation du transport aérien-j’attends ici vos cris de vierges effarouchées.

                            Pour pointer les vices vous êtes doués, mais pour reconnaître les vertus quant il en y a, on ne trouve plus personne. A défaut de faire avancer le débat, vos indignations soulagent sans doute vos ulcères. C’est déjà ça de gagner pou la sécu...

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès